Matsuba Yozaru, piégé du passé [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Matsuba Yozaru, piégé du passé [Terminé]

Message par Matsuba le Dim 15 Juil 2018, 01:06


     

         

Matsuba Yozaru


         

Groupe Gear


     

         

                     
  • Personnage : Kyōma Mabuchi - Dimension W

  •                  
  • Âge : 30 ans

  •                  
  • Sexe : Masculin

  •                  
  • Origines : Japonaises

  •                  
  • Taille : 1m83

  •                  
  • Cheveux : Noirs

  •                  
  • Yeux :Bruns fonces/Noirs

  •                  
  • Logement : Quartier Divertissement

  •                  
  • Travail : Restaurateur, Barman, Mercenaire

  •                  

                 

     

This is me...


Mental


Une chose qu'on peut savoir rapidement avec Matsuba Yozaru, est sa franchise sans limite : si vous n'êtes pas capable d'encaisser la vérité, ça ne regarde que vous, pas lui. Bien sûr, ça peut toujours le mettre dans des situations pas profitables, mais au moins, vous saurez qu'il est honnête, sans arrière pensé. En parlant de cette chose, ses pensées lui sont réservées, car souvent, elles le rendent mélancolique. Mais son expression ne changera pas pour autant, car fier de lui, la faiblesse n'a pas besoin d'être vu. Mis à part cela, il est empathique, comprenant bien l'état émotionnel d'une personne, surtout si elle victime d'injustice ou d'une violence totalement gratuite envers, et plus encore, si l'individu est orphelin.
À partir de là, Matsuba est très rancunier : il sera simplement le reflet de l'acte infligé à la victime. Qui sème le vent, récolte la tempête, selon l'adage. Et si cela évoque une partie de son passé, attendez vous à un être totalement dévoué de pitié, d'émotions, et de retenue. Lié à son traumatisme, il devient extrêmement violent, et fou de rage à l'idée qu'une personne subisse des torts pareils.

Il honore toujours ses paroles, ce qui fait de lui un homme fiable et fidèle à ses principes. Envers l'idéal des Incompris, il l'applique avec beaucoup de rigueur, et parfois du zèle. Il peut aller à aider un orphelin à obtenir une famille, même s'il doit héberger ladite personne chez lui. Enfin, quelques trivialités de comportement :

-Il aime les plats épicés, et pas sucrés. Donc, pas de bonbons en guise d'amadouement.
-S'il est pensif, il tiendra le bout de sa barbichette le temps qu'il faut.
-Il est attiré par les femmes plus que les hommes.
-Il ADORE boire de l'alcool, surtout le saké.
-Il salue toujours de manière japonaise. Il n'est pas très à l'aise avec le serrage de main, même après tout ce temps.
-Il est passionné de voitures anciennes, de taiko, et possède de bons pas de danse.

Physique


Damn Daniel, mais regardez moi ce type ! Il y a tant de choses à dire sur son physique, mais commençons par une certaine généralité. Comme pour information précédente, il est assez grand, et ne pèse pas loin dans sa moyenne. Si vous voulez un chiffre, imaginez cela aux alentours des 75 kilogrammes. Sa peau est celle d'un Japonais, avec juste un grain plus sombre sur la pigmentation cutanée. Il a une bonne musculature, ce qu'il faut pour son petit travail en temps libre de mercenariat. Au niveau vestimentaire, il est le mélange parfait d'une tenue japonaise traditionnelle et moderne. Il porte un Happi rouge, avec comme symbole gris celui du bouton On/Off d'un appareil électrique, un Gi bleu avec une ceinture noir et gris et un maillot de corps noir. Pour la partie basse, il est vêtu d'un pantalon noir avec trois bandes horizontales blanches sur la jambe gauche supérieure, de grandes sangles bleues sur le bas des jambes, et des sandales avec des chaussettes noire. L'intérieur de son Happi est bordé de poches qui peuvent contenir ses armes de lancer.

Au niveau du visage, on remarquera une pilosité très prononcé, avec une barbe légère finit sur son menton par un bouc et une barbichette. Il a aussi quelques favoris sur les côtés de son faciès. Pour sa chevelure, elle est drue et hérissée, avec comme couleur celle du noir, couleur caractéristique des cheveux japonais. Elle assez longue pour que derrière sa tête, ses cheveux soient attachés pour y faire une petite natte. Ses yeux en amande et noirs, son nez de dimension moyenne, une bouche large aux lèvres fines, dont la commissure est légèrement incline vers le bas, lui donne un air grognon. Sur la lèvre inférieure, il présente une petite cicatrice, résultante de l'accident et du drame subit à ses 28 ans.

This is my story...


Abondance, le 15 mai 1988, naquit un petit garçon du nom de Matsuba Yozaru, dont ses parents, tous deux des Dotés, eurent comme 3e enfant un sans pouvoir, un humain. Là où sa sœur aîné Himoko et son frère Waka l’étaient, cela semblait très surprenant. Mais les services médicaux, qui n’étaient pas sous l’enseigne officielle d’un hôpital, leur disaient que c’était un cas connu. Dès cet instant, le petit-enfant était “spécial” aux yeux de la famille, n’étant pas concerné par les lois envers les Dotés. Mais très jeune, on lui avait appris de ne jamais, sous aucun prétexte, de révéler la nature vraie de sa famille. Ses parents avaient déménagé de Kyoto, suite à un espoir envers cette nouvelle ville construite, alors qu’il subissait du racisme anti-doté à dans le quartier. Mais une fois à Abondance, ils virent rapidement que la situation allait rester la même, voire empirer, témoins d’ailleurs des premières lois sur les Dotés et les Gears.

Ses jeunes années jusqu’à ses sept ans furent comme celle d’un garçon de son âge : apprentissage pour marcher, parler, comprendre et répondre. Il jouissait de l’avantage d’avoir une double nationalité, si on pouvait considérer Abondance comme une cité-état. À l’école, on lui enseigna l’anglais, une langue très partagé du Monde, malgré les difficultés dû à son accent asiatique. Chez la famille Yozaru, la langue parlée était celle du Soleil Levant. Là, aucun souci, car il était question de sa langue d’origine, une sonorité qu’il avait connue dès sa naissance. Le père et la mère, avaient tous deux un travail commun, s’occupant d’un petit restaurant proposant des spécialités nippones, nommé Yokujitsu no Kibō, “L’Espoir du Lendemain”. Entreprise familiale, car tout le monde y mettait sa bonne volonté. Toute cette idylle sereine et sans problème se déroula pendant trois années supplémentaires, avant qu’un drame traumatisant pour les trois enfants s'imprime dans leur mémoire.

6 juin 1998, sur le début de la soirée, les jeunes enfants s’étaient accompagnés mutuellement pour rentrer au restaurant de la famille. Tout se déroula sans encombre, même à l’intérieur, l’ambiance était joyeuse à souhait. Tous, sauf le père, qui semblait très nerveux. Il n’arrêtait pas de regarder la porte d’entrée, comme s’il voyait une chose que personne était incapable. Pourtant, il n’avait pas ce pouvoir, mais celui de la télépathie. Mais à la différence où il donnait les ordres par ce biais, il en resta muet, silencieux, jusqu’à ce que trois hommes inquiétants arrivent, dans un style yakuza. Il ordonna à sa femme de mettre en lieu sûr les enfants. Cependant, Himoko n’était pas la plus proche, et l’un des malfrats pris en otage la petite, avant qu’un autre ouvre le feu sur le père, qui s’écroule suite aux multiples coups de feu. La mère criait d’effroi, tandis que les deux jeunes garçons se ruaient vers leur père, déjà dans les bras de la mort. La mère tenta de s’échapper, mais le troisième la rattrapa dans l’arrière-boutique. Des bruits étranges où des cris et des râles graves que les enfants pouvaient seulement entendre, car bloqués par les deux autres mafieux. Puis, ils partirent, la mère évanouie et le visage luisant de larmes, ainsi que la grande sœur, criant de toute sa voix, avant de se faire assommer. Seul Waka eut le réflexe après quelques secondes de prendre le téléphone et appeler les forces de l’ordre.
Matsuba était terrifié, anéanti, perdu, ne sachant pas du tout quoi penser dans cette situation. Tout s’était passé si vite, entre son père assassiné sous ses yeux, sa sœur kidnappée et frappé, sa mère violentée et inconsciente et ses hommes au visage souriant et moqueur, il ne lui restait plus que des larmes et des cris de douleur, qui était celle de son âme. Quelques minutes après, les deux enfants étaient pris en charge. L’aîné avait drôlement encaissé le choc émotionnel, alors que le petit Yozaru était ailleurs, totalement perdu, le regard vide. On le plaça alors sous surveillance d’un nombre important de psychologues, mais tous abandonnèrent. Sauf un, sous le service d’une famille du nom de Rosenthal, s’était démené pour rester avec le garçon, jusqu’à l’enfant prononce ces premiers mots après un an de mutisme.

“Ai...Aidez… Moi…”

Dès lors, les dialogues se firent plus complets, plus divers, au point qu’à mesure des rapports observés et écrits, Matsuba était déclaré stable et prêt à retrouver sa vie en société. Cependant, on lui avait dit une vérité très sombre : Waka Yazoru, était porté disparu depuis quelques mois, avant qu’on le retrouve parmi un groupe de malfrats, ressemblant étrangement à la description faite par le cadet de la famille. De plus, Himoko avait été retrouvé sur un trottoir, drogué et faisant du gringue aux passants. Or on aurait pensé une nouvelle rupture dans l'esprit du jeune Matsuba, mais il avait regardé le psy d'un air triste triste, lui disant qu’il ne restait plus que lui de “vivant”.
Pris de pitié et d’empathie, le vieil homme prit Matsuba sous son toit, le temps qu’il retrouve une stabilité optimale, ainsi qu’un foyer. Le jeune garçon s’était décidé de reprendre les cours, et d’une rigueur et d’une assiduité dépassant les pronostics du psychologue à sa réhabilitation. Ceci concernait son agissement au sein de sa scolarité. Malgré les multiples brimades, il ne restait pas moins capable de se défendre quand il le souhaitait, et ce n’était pas des réactions douces. Il lui arrivait souvent d’utiliser que, et seulement, son compas, menaçant de les perforer, avant de sourire et de faire autre chose comme si de rien n’était. Cela arrivait très rarement, juste qu’il fallait salir sa famille en l’insultant ou simplement la dénigrer, suffisait à le mettre dans cet état bref, mais intense. Mais plus le temps passait, jusqu’à atteindre sa majorité, plus cette réaction s’éteignait, avant de ne laisser que de la mélancolie liée à ses piqûres de rappel d’un passé mouvementé.

15 mai 2008, où ses 20 ans de vécu allait avoir un moment inoubliable, et immuable dans le temps à venir. Il rencontra enfin en personne Maria Rosenthal, mais aussi une autre personne, bien plus importante pour la suite de sa vie. Une jeune demoiselle, Kimberley Rosenthal, une nièce de la famille, avaient abordé Matsuba, le complimentant sur son calme très apaisant. Malgré de nombreux compliments qu’il avait reçus, celui-ci était de nature différente. Enfin, il “résonnait” sur un autre ton, une sensation jusqu’à maintenant inconnu en lui. C’est bien après qu’en parlant à son psychologue, qu’il apprit le sentiment de l’amour. Et comme pour les études, il travailla beaucoup sur lui-même pour développer cette sensation. Mais il se rendit compte très vite de la difficulté, entre l’indisponibilité personnelle et celle de la jeune Rosenthal, mais d’une autre venant de sa part. Elle voulait l’éviter, mais il ne trouvait pas et n’avait jamais réussi à le savoir. C’était seulement qu’un an après, lors d’une autre rencontre où tous deux ne purent avoir d’indisponibilité ou de raisons compromettantes, que Matsuba joua cartes sur table, dévoilant pleinement son sentiment. Mais la surprise était d’autant plus grande, quand celle-ci les accepta, à une condition : qu’il ne parle pas de sa nature de Doté, autre qu’elle ou sa tante Maria.
Ressemblant fortement à son ancienne situation, il accepta sans même écouter la fin de ses mots, avant de la serrer doucement dans ses bras, disant qu’il fera tout pour que leur vie soit un paradis. Plusieurs années de romance, ainsi qu’une cohabitation dans l’ancien restaurant familial, où Matsuba, âgé de 22 ans, avait pu le récupérer grâce à l’aide de la famille Rosenthal, Kim et lui coulèrent des années heureuses, parsemés d'embûches de couples, et des moments de tendresse qu’il chérira à jamais. De même, il pensa sérieusement à la surprendre à la date de leur histoire, avec une alliance, où il avait économisé, grâce à la reprise du service de “L’Espoir du Lendemain”. Il avait 28 ans à ce moment précis. Mais alors qu’il allait se mettre en position pour lui annoncer sa décision, avant qu’une scène très familière se déroule à nouveau : trois types louches, l’un plus expressif que les autres, avant que ce dernier arque un sourcil, baissant ses lunettes.

“Matsuba ? T’es vivant ?”
“Qu… Comment me connaissez-vous ?”
“Mais… C’est moi ! Waka !”

Il allait se diriger dans ses bras ouverts, comme consolé d’avoir été dans un cauchemar sans fin, avant de se raisonner à le faire, prenant une posture défensive.

“Il est mort en même temps que Père, tout comme moi. Et même si c’est toi, ça ne donne aucune raison de…”

Sans prévenir, un coup-de-poing puissant dans le ventre, le mettant à terre, coupant temporairement sa respiration. La douleur était très forte, et seulement avant que sa vision se brouille, il regarda Kim, traînée de force vers l’arrière-boutique. Matsuba essayait tant bien que mal de rester conscient, s’aidant du décor pour se relever. Il recouvra peu à peu la vision, avant de voir l’horreur devant ses yeux : son supposé frère, commettant un viol sur sa compagne. Puis, Matsuba tomba dans l’inconscience.

Des voix autour de lui se faisaient légères, puis de plus en plus fortes, et de nouveau faibles, avant qu’un long silence se fasse, avant qu’une voix douce le réveille. Il reconnaissait celle de Maria, la tante de Kimberley, mais aussi une autre voix grave, celle du psychologue. Paniqué et dans le noir, il chercha à se déplacer, mais rapidement, il sentit comme des menottes attachées à ses poignets, et à la rambarde du lit.

“Matsuba… Vous sentez vous bien ?”
“Je.. Non ! Où est ce salop de Waka, et surtout… Où est Kimberley ? Où est ma Kim ?”

Un silence pesant se créa en un instant, ainsi qu’un pleur étouffé.

“Elle… N’a pas survécu à l’explosion…”
“L’... L’explosion ?!”
“Tu ne te souviens absolument de rien ?”
“Non ! Et pourquoi je vois rien ! Enlevez-moi ce bandeau !”
“Le souci est.. Même sans ce pansement qui te masque la vue… Elle ne reviendra jamais.”

Matsuba se figea, complètement horrifié. Comment ? Pourquoi ? Tant de questions lui venaient à l’esprit, avant que le psy dévoile toute l’histoire : dans son inconscience, son état second avait ressurgi, et s’étant emparé d’un couperet, il se mit à trancher plusieurs fois un mafieux, puis le second. Son frère eut la gorge tranchée alors qu’il était penché sur Kimberley. Or, dans un cas où ils auraient foiré, ils avaient saboté les conduits à gaz du restaurant, et sentant que la fuite allait s’enflammer, il tenta désespérément de sortir sa petite amie et lui de la prochaine catastrophe qui eut lieu. Le souffle était tel qu’il propulsait Matsuba, mais tua Kim via un projectile transperçant son cœur, où quelques morceaux de verre se logea dans ses yeux à lui, responsables de sa cécité désormais permanente. Pendant les explications, Maria Rosenthal s’était discrètement éclipsé, peut-être submergé par les émotions.
Matsuba était comme revenu à la case départ, mais il réussit tout de même à poser une question.

“Que vais-je devenir à présent ?”
“On peut vous transplanter un Gear oculaire, mais ça va vous demander…”
“Peu importe, je veux retrouver ma vue… Et les enflures qui…”
“Ils sont morts, vous savez…"
“Non. Les autres. De la même perfidie. Et j’aiderais aussi les enfants perdus dans ces rues infâmes. Par n’importe quel moyen, et sacrifice.”

Deux ans, où il se rééduqua, apprenant le fonctionnement de son Gear, ainsi que d’apprendre une façon de combattre pour lui, en utilisant les armes à distances, dont celles à lancer étaient ses favorites, surtout les aiguilles. Il n’eut plus aucun contact avec la famille Rosenthal, de même que son psychologue. Pour subvenir à ses besoins, il avait tout de même récupéré son restaurant, mais aussi, avait dégoté un job comme mercenaire sous des contrats et le pseudonyme de Ōkami, mais aussi pour la D-Team, conséquence de ses nouveaux yeux. De plus, il rejoint très fortement l'idée des Incompris, qui pour sa part, veut s'appliquer d'une façon particulière : sauver les orphelins victimes comme lui il l'a été.

"Je sauverais cette ville de cette pourriture. Et quelle que soit votre nature, je sauverais ceux qui le mérite. Ainsi, je vivrais de la sorte.”




Under the mask...



Prénom ou surnom : Logan ou Dudu
Anniversaire :3 janvier
Loisirs :Jouer, Manger, Guitare
Tu aimes :Les épices, les memes et le metal
Tu détestes :Despacito
Ton rêve :Voyager
Comment es tu arrivé ici  ?Recherche Google, et oui :v
Des idées pour améliorer le forum ?Plus de PnJ !
Le mot de la fin :*inhales* BOI


Dernière édition par Matsuba le Ven 20 Juil 2018, 01:34, édité 11 fois
avatar
Matsuba

Fiche perso'
Idéologie Dominante: Incompris
Niveau: 1
Exp:
85/150  (85/150)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Matsuba Yozaru, piégé du passé [Terminé]

Message par Jïnn le Dim 15 Juil 2018, 01:31

Je réserve cette fiche car y'a des baux dedans que j'devrai vérifier ! (stylé l'avatar sinon, un point pour toi ! )


POUR LES NOUVEAUX:
Les tuyaux du bon MJ : Les recensements une fois validé. Journal intime avec timeline à faire, votre boite à message aussi. LISEZ LE TOPIC DANS ACADEMIE ABONDANCE ! Souriez et amusez vous !  


THEME DU PLAISIRS:

Signature TPC:

avatar
Jïnn
Administrateur

Fiche perso'
Idéologie Dominante: Incompris
Niveau: 4
Exp:
200/300  (200/300)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Matsuba Yozaru, piégé du passé [Terminé]

Message par Jïnn le Ven 20 Juil 2018, 22:39










Felicitation !
T'es validé !
Tu vas pouvoir enfin commencer tes activités de membre sur le forum et tu auras très prochainement ta couleur correspondant à ton groupe.

Ta fiche te permet de gagner 185xp !

(Si l’une des deux fiches à faire n’a pas été validée, concentre-toi dessus pour enfin nous rejoindre pour de bon ! Si tout est déjà fait, alors welcome !)
(Je t’invite aussi une fois validé(e) à créer ton journal intime afin d’y répertorier ta timeline qui indiquera la temporalité de tes RP)

Pour la suite je te propose quelques liens utiles :

- Liste de demande de Rp
-  Et enfin, si tu le souhaites,  créer ton journal intime

Si tu as des questions, n'hésite pas à m'envoyer un MP.


POUR LES NOUVEAUX:
Les tuyaux du bon MJ : Les recensements une fois validé. Journal intime avec timeline à faire, votre boite à message aussi. LISEZ LE TOPIC DANS ACADEMIE ABONDANCE ! Souriez et amusez vous !  


THEME DU PLAISIRS:

Signature TPC:

avatar
Jïnn
Administrateur

Fiche perso'
Idéologie Dominante: Incompris
Niveau: 4
Exp:
200/300  (200/300)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Matsuba Yozaru, piégé du passé [Terminé]

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum