[Intrigue] Chapitre 1 : Jugement, Verdict et Ethique [Les Inscrits]

Page 4 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[Intrigue] Chapitre 1 : Jugement, Verdict et Ethique [Les Inscrits]

Message par Jïnn le Dim 01 Juil 2018, 23:10

Rappel du premier message :


Tour 1 :




Ce soir est donc le fameux soir tout autant attendu que redouté par la population. Le soleil se couchera d'ici quelques dizaines de minutes. La gigantesque fourmilière que représentait Abondance voyait énormément de ses effectifs se mobiliser. Les civils les plus touchés par le futur jugement se sont déplacés exprès pour l'occasion. Les forces de l'ordre n'avaient pas chômé non plus. Une gigantesque barrière a été installée pour se prémunir des mouvements de foules trop brusques. La sécurité des environs doublait au minimum. Policiers, D-team, super-héros, quelques militaires, personne ne manquait à l'appel. Des barrières provisoires se dressaient pour ne laisser qu'une seule voie possible : la centrale. A l'image de moïse séparant la mer, les barrières divisaient la foule plutôt bruyante en deux. Sur une allée d'environ cinquante mètres se plaçaient environ un policier de chaque côté à cinq mètres de distance d'intervalle. Deux militaires se postaient devant le portail et deux autres derrières. L'entrée principale aussi était gardée par deux membres de la D-team, puisqu'ils portaient le badge d'Olympus.

C'est dans ce cadre plutôt peu assurant qu'évolueront les protagonistes présents. Chacun viendrait pour ses raisons, qu'elles soient louables ou non. Ils pourraient très bien rester dans cet amas de chair grouillant ou alors entrer en montrant patte blanche aux gardes. Pour les apprentis super-héros, étant donné qu'ils étaient en stage, les gardes toléreront qu'ils gardent certains objets vitaux, à l’exercice de leurs fonctions. Chacun était normalement affilié à un tuteur comme la période de stage avait déjà débuté depuis  quelques jours. Liam garderait alors ses cartes et sa montre, par exemple. Pour les autres, il fallait encore voir en fonction. Les gardes possédaient un gear propre à chacun, n'importe qui l'affirmerait avec certitude. L'un regardait les personnes voulant entrer dans les yeux ou dans la région faciale, l'autre les scrutait intégralement. La fouille au corps n'était évidemment pas une option. Quoi qu'il en soit, en pénétrant à tour de rôles avec un intervalle de temps plus ou moins long entre chacun d'eux, les protagonistes pourraient observer la superbe structure de la bâtisse. Des couleurs dominantes comme le beige ou encore le doré avec une touche de marron et de rouge ressortaient. Comparé au brouhaha extérieur, les pas résonnaient clairement, surtout pour les talonnettes et les talons. L'itinéraire n'était d'ailleurs pas compliqué. Une fois entré, il fallait aller tout droit, ni plus ni moins. Les autres sorties à gauches et à droites de l'entrée du tribunal étaient bloquées. Comme à l'extérieur, beaucoup d'agents de sécurité attendaient, à l'affût.

Progressant alors à un pas lent, tout ce petit monde arrivait dans une salle plus grande, après ce corridor assez large tapissé d'une couleur rouge. Le procès n'avait pas encore commencé, bien que le juge et les jurés étaient déjà présents. Il y avait aussi beaucoup de choix niveau places. Devant, milieu ou encore au fond. A partir du fond de la salle, donc au niveau de l'entrée dont les deux portes énormes en bois vernis étaient ouvertes, il y avait une douzaine de rangs au total. Six de chaque côté, délimité dans une symétrie parfaite. Chaque rang pouvait accueillir sur des bancs en bois vernis eux aussi, brillant à cause de la lumière du lustre luxueux au plafond, une dizaine de personnes. Néanmoins, chaque place semblait assez spacieuse pour que tout le monde soit à l’aise. Deux petites barrières de bois déguisées pour la décoration se tenaient aussi à un mètre du premier rang, les plus proches du juge et des jurés. Le temps passait et le magistrat regardait sa montre avec une légère impatience, bien qu’il garde un air stoïque.
20h45 sonnait. Il se levait, les jurés aussi, tout comme le reste de l’assemblée après un léger coup de marteau caractéristique. Sa voix grave portait sur toute la pièce, longue d’environ une trentaine de mètres à vue de nez. Pour les plus distraits ou observateurs, des grandes fenêtres se situaient sur les côtés de la pièce. Il s’exprimait en ces mots :

« Nous pouvons commencer. Que la séance commence. Faîtes entrer l’accusé, le dénommé :
Ulysse S. Grant, connu sous le nom de Amod. »

Salle comble, personne ne bronchait. Le silence pesait presque au rythme des pas et au bruit des chaînes et des menottes que portait le dénommé accusé. Deux gardes le tenaient par les coudes, armés et vigilants. Il ne paraissait pas en grande forme mais son regard n’en était pas moins très profond. Sa tenue de prisonnier indiquait qu'il avait déjà du vécu, qu'elle n'était pas lavée et entretenu depuis...des mois environ, peut-être. Petit à petit, sa marche le menait à son siège. Des cicatrices récentes étaient aussi observables sur l'ensemble de son corps, surtout sur les parties dénudées à cause des lambeaux de tissus manquant. Une bête venait de faire son entrée. Sa respiration légère et peu profonde pourrait vous glacer le sang, que ce soit par intimidation ou effroi. Le juge frappait à nouveau et tout le monde se rasseyait, bien que la majorité des regards soient figés sur Ulysse. Les deux gardes qui l'accompagnaient restaient immobiles à la droite du juge prêt du mur. Il terminait un instant avant cinq minutes de pause, par mesure de sécurité et pour veiller à ce que tout va bien :

«Dans le cadre de ce procès, toutes personnes ici présentes comme spectatrice devra se taire. Une fois sortie de la salle, elle ne pourra nullement entrer à nouveau. D'autres mesures peuvent être prises s'il y a perturbation du flux oratoire...et des plus sévères de surcroît. Si quelqu'un n'est pas d'accord avec ces règles, qu'il sorte immédiatement que l'on puisse rendre justice.  »

Des légers murmures s'élevaient alors, durant ce battement de cinq minutes.


HRP:
Bonsoir ! Désolé des légères minutes de retard (j'le fais pour la forme, j'vous pisse dessus car j'fais qu'est-ce que je veux avec ma connexion foireuse). Ce premier tour est vraiment un tour d'introduction, détaillez un maximum votre emplacement dans la salle, si vous entrez, etc etc. Je suis disponible en MP si besoin. Vous avez jusqu'au  Mercredi 4 Juillet 2018, 22h30 pour répondre. Amusez vous bien !




Dernière édition par Jïnn le Ven 20 Juil 2018, 11:29, édité 3 fois


POUR LES NOUVEAUX:
Les tuyaux du bon MJ : Les recensements une fois validé. Journal intime avec timeline à faire, votre boite à message aussi. LISEZ LE TOPIC DANS ACADEMIE ABONDANCE ! Souriez et amusez vous !  


THEME DU PLAISIRS:

Signature TPC:

avatar
Jïnn
Administrateur

Fiche perso'
Idéologie Dominante: Incompris
Niveau: 4
Exp:
200/300  (200/300)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas


Re: [Intrigue] Chapitre 1 : Jugement, Verdict et Ethique [Les Inscrits]

Message par Invité le Sam 21 Juil 2018, 13:36

Elle sentait ses vêtements disparaître. Quoi, de l'acide. Cet enfoiré comptait l'humilier en plus ? Elle sortit les griffes et des mains et de pieds, frappant à droite à gauche et crachant sa rage. Elle lui hurlait après des insanités. C'est alors que la voix se fit entendre.
-Tu crois m’intéresser, la bactérie ? Je suis au dessus de cela.
-Tu n'es pas aussi au dessus que cela car tu me parles.
Elle sourit un peu. Elle avait attiré son attention.
-Car tu crois que c'est moi ? Je ne suis qu'une partie de ta conscience qui vient te dire que tu est morte.
-NNNNOOONNNNNNN ! TU MENTS.
Elle redoubla d'effort à frapper autour d’elle, mais elle ne déchirait que le noir. Pourquoi Pourquoi devait elle subir cela. Que faisait se faillit héros pour la sauver. Non, ils avaient monter cela contre elle. C'était un coup de Justice avec ces potes. Le type en bleu devait être de mèche. Non, elle ne se laisserait pas faire. Elle ne retournerait pas en prison. Elle ne pouvait pas. Elle avait trouvé une possible alternative à sa vie de voleuse.
-AIIIIIDDDDEEEEEZZZZZZZZZZZZ MMMMMMMMMOOOOOOOOIIIIIIIIIIIIIII. JE VEUX PAS MOURRIR.

Ce cri fut l'un des derniers qu'elle fit. Personne ne se souciait d’elle. Personne même pas ceux à qui elle devait tellement. La seule chose qu'elle méritait s'est la mort.
Elle sentait son corps se dissoudre. C'était la fin…. Non, elle résisterait encore. Mais l'adrénaline l'abandonnait. Ses forces se faisaient peu à peu happer. Elle perdait ses forces.
Elle donna une dernière série de coups au ralenti. Mince, un autre contre de sa part. Non, juste une envie de dormir. On était trop bien malgré l'impression que son corps se délite.
Elle était une Chamade. Était est le bon temps. Tam s’endormit pour l'éternité. S'en était finit d'elle.

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Intrigue] Chapitre 1 : Jugement, Verdict et Ethique [Les Inscrits]

Message par Jïnn le Dim 22 Juil 2018, 01:21


Tour 7 :





Placement des perso:
Y'en a pas car on peut quitter le lieu et j'ai la flemme pour le coup. [/b]

Quel splendide spectacle. L’humain était un être fascinant, poussé par le désir de vivre, se donnant des buts qu’il considère respectable et louable afin de se donner la force. La fureur du combat, le rythme cardiaque comparable à un tambour de guerre galvanisé, tous les éléments du désespoir et de la lutte sans merci pour vivre approchait de sa fin. Le sang avait assez coulé pour ce soir, n’est-ce pas ? Pourtant, là où certains y voient une fin, d’autres le commencement. Après tout, pourquoi n’étaient-ils tous pas morts directement ? Pourquoi s’amuser avec eux ? Par pur sadisme ? Par pure envie de pouvoir et de domination ? Sur cet échiquier géant, les pions se mouvaient enfin, essayant d’avoir un minimum de cohésion et de bon sens. Malgré ce spectacle de piètre qualité, Death Mask semblait s’amuser derrière son masque aussi froid que son visage. Amod se défendait du mieux qu’il pouvait, chaque mouvement devenait de plus en plus précis, de plus en plus rapide et surtout plus fluide. Les effusions de sang se raréfiaient sur l’ensemble de son corps.

« Oh….Tu te réveilles enfin, c’est un peu plus décent ce que tu me fournis là.

-Combien de fois il va falloir que tu brises des gens ?!

-Autant de fois que l’humain sera assez idiot pour se jeter dans un feu qui l’a déjà brûlé. Regarde donc, je ne les tue pas directement, ils sont eux même fautif de leur propre mort si elle devait arriver.

-Comment oses-tu…

-Tu n’avais qu’à me suivre, Ulysse. Tu connais très bien mon grand projet. Ils n’avaient qu’à avoir la présence d’esprit de te convaincre. Rien de tout cela ne serait arrivé avec la bonne décision. Tu es au courant de la sélection naturelle n'est-ce pas ? Et puis de toute façon, je n’ai aucun compte à te rendre pour un égoïste comme toi. J’ai fini de sonder ce dont j’avais besoin, augmentons un peu le rythme. »

Si les mortels trouvaient déjà cet affrontement surréaliste et surhumain, alors leur précédente vision de la chose ne serait qu’un euphémisme, qu’une vulgaire appréhension de la surface du potentiel d’un doté. Les chocs assourdissant reprenaient de plus belle, encore plus vite, plus fort, plus illisible.

De l’autre côté de la salle, le Hell Knight continuait de fumer dangereusement, la chaleur semblait augmenter petit à petit, au fur et à mesure de sa rage. Adolf avait tenté depuis le début de réfléchir à une bonne stratégie, hélas la vie est une épreuve bien injuste. Dans cette ultime seconde pour réagir, il décidait encore une fois de se reposer sur son don. Pourquoi fallait-il fait aussi complexe ? La fierté d’un doté s’exprimait-elle en fonction de la praticité et du potentiel de son don ? Il aurait pu simplement rouler sur un côté et être repoussé plus loin. Les deux énormes poings du monstre, comparable à des boulets de canon géants, étaient armés de telle sorte à ce que les deux zones ciblées soient touchées en même temps. Il semblait donc fou ou trop peu probable de l’interrompre sur un endroit sans avoir la certitude que l’autre le serait aussi. Cette prise de risque lui était fatale. Le poing au niveau de son buste se retrouvait stoppé et repoussé en arrière au même moment que l’autre au niveau du visage ne l’écrase. Le visage d’Adolf devenait une vulgaire marre de sang, de chair et d’os. Même une puissance amoindrit par un léger déséquilibre causé par son don n’aurait pas changé cette issue. Le sol se retrouvait chamboulé, pris d’une secousse limite capable de déséquilibrer quelqu’un dans sa course. Elle se propageait autour de lui, capable de potentiellement handicaper les autres protagonistes qui voulaient en finir. Au moins le bras droit du monstre voyait son blindage grandement endommagé au niveau de son poing droit et de son avant-bras.

Klein avait donc sauté sur le monstre, épargné par la précédente secousse puisqu’il ne touchait pas le sol. L’idée de prendre le monstre dans son angle mort était une excellente idée, à condition d’en avoir. Le monstre n’avait pas d’yeux, mais dans ce cas, comment pouvait-il se repérer ? En tout cas, il y avait bien un moyen. Insensible à la douleur, l’ayant démontré contre Elpis précédemment, son bras gauche, non atteint par l’attaque d’Adolf, se posait dans un réflexe in extremis au niveau de sa nuque. La lame de l’augmenté perforait alors le dos de son épaisse main, moins blindée que le reste du corps, la couche étant plus fine.

Néanmoins, il tenait encore debout, malgré la lame qui n’était pas allé suffisamment loin. Klein triturait ensuite, répandant des effusions de sang toujours plus nombreuses, il pourrait sentir clairement que le cou a été un touché mais pas assez significativement. L’entaille n’était profonde que de quelques centimètres, environ trois ou cinq, sans atteindre un os ou une artère. Le monstre resserrait sa prise autour de la lame pour le coincer dans son possible entêtement et pour l’empêcher de l’enfoncer d’avantage en tirant en arrière. Il souhaite forcer l’augmenté à faire un choix. Le temps jouait en sa défaveur et la chaleur se ressentait de plus en plus. Les chaussures allaient devenir inutiles et la lame conduisait la chaleur jusqu’au manche qui ne pourra plus être tenu sans se brûler les mains. Cinq petites secondes permettraient d’arriver à ce résultat. De plus, les prises sur le monstre se retrouvaient plus instables puisqu’il se débattait.

Les entreprises de Tori manquaient de vigueurs mais avaient le mérite de le forcer à piétiner le sol fortement en se déplacement dans un mètre de rayon, le tout en tournant sur lui-même et en beuglant. Le sol se craquelait. Les attaques de l’apprenti super-héroïne peinaient à perforer son blindage avant qu’elles n’y parviennent deux ou trois fois, le blessant de manière négligeable à court terme.

Dans sa lutte, Mira avait cherché à atteindre la tête. Dommage pour elle car le temps est une ressource précieuse, cette dernière même si elle se retrouverait penchée n’était pas facile à atteindre, encore moins avec un bras de libre. La lame se plantait alors dans son gigantesque bras droit, déjà amoché, la lame pénétrait bien au niveau du triceps et se retrouvait coincée dans ces épaisses fibres musculaires.

Cependant, un léger détail devait être relevé. Si le monstre avait résisté à une balle dans la tête, quelle en était la cause ? Des quatre orifices présents, seuls les trois non blessés servaient de sorties à des sortes de protubérances musculaire à l’image d’un tentacule, en quelque sorte. Le bout des protubérances rouges vifs comme le sang étaient pourvu de lame d’acier, en apparence. L’adolescent pensait sauver Mira et atteindre le fond de la salle rapidement ? Naïf. Inutile. A peine avait-elle le temps d’atteindre l’arrière du banc où elle s’était assise au début du procès qu’elle recevait une puissante expulsion de sang sur le visage.

Quel sang ? Celui de son « sauveur ». La protubérance l’avait atteint en un instant, lui perforant l’estomac. Une autre lui perforait le cœur par derrière. Le jeune garçon périssait sous ses yeux, laissant surement des dernières paroles comme « Je ne te laisserai pas mourir non plus » ou autre. L’augmentée sentait aussi une douce chaleur au niveau de son propre ventre. La première protubérance, pour atteindre l’enfant, avait perforé d’abord la dame.
Elle voulait voir une fin ? Voilà la fin qu’elle verrait, celle d’un gosse attentionné qui désirait la sauver. Les outils morbides sortaient alors des corps visés initialement. Mira, par chance, n’en mourrait pas et restait consciente. Les lames semblaient être dans des proportions semblables à des couteaux. Ils n’atteignaient aucune de ses zones vitales. Mais où était la troisième ? Cette dernière visait l’épée au sol, qui le grattait petit à petit de son fluide vital. Lors du prochain pic de la dotée des ombres, la lame ainsi que ce qui semblait être le muscle s’enroulait autour de cette dernière, l’immobilisant. La chaleur se propageait aussi par ces dernières.

La température, toujours croissante, s’intensifiait à un point où s’approcher du monstre n’était plus possible. En contrepartie, il s’écroulait sur lui-même, tombant au sol, sur les genoux. Sa grosse voix devenait plus faible, comme un râle d’un animal qui voulait mourir. Une explosion à l’intérieur de la pièce retentit. Sur le mur de droite, la lance s’enfonçait en un éclair. Hélas, aucun trou pour en sortir. Ulysse se tenait alors devant Liam, essoufflé, fatigué, usé. Ses yeux avaient perdu leurs pupilles, pour devenir uniquement blancs, comme s’il était devenu un être supérieur. Que venait-il de se passer ?
Dans son combat, l’ancien détenu peinait quand le rythme s’accéléra. Le cri de Liam irritait un brin Death Mask qui disait :

« Les héros ont perdu de leur superbe…Avant ils ne gémissaient ni ne criaient en vain. Disparais, toi qui veux mourir en petit arrogant. »

La lance tournoyait sur elle-même avant de s’immobiliser dans un angle parfait et dans un point de départ annonçait une trajectoire optimale pour transpercer Liam tellement vite que même lui ne prendrait conscience de sa mort qu’une fois au paradis. Dans un même bang qu’entendu au tout début des évènements, elle filait vers lui, annonçant littéralement le mot « mort ». Dans ce même instant, Ulysse disparu, comme s’il n’existait plus. Puis dans un dernier fracas, la lance déviait dans un angle à 90° de sa trajectoire, en plein dans le mur. Le dos d’Ulysse, présenté à la majorité des protagonistes, dégageait une puissante lumière bleu azuré, pas assez pour les aveugler mais suffisamment pour éclairer cette pièce de ténèbres. En se focalisant sur lui, des sortes de veines de la même couleur ressortaient. Death Mask applaudissait lentement :

« Quelle classe, Amod. Je ne pensais pas te voir prendre le risque de l’utiliser pour un gamin. »

Soupirant doucement, son interlocuteur laissait disparaître sa lame ainsi que toutes les autres. Sa lumière faiblissait légèrement avant qu’il ne se tienne droit, regardant ce dernier dans les yeux.

« Ton maître ne te l’a jamais appris ? Sauve une personne et peut-être que cette dernière en sauvera une autre qui elle-même en fera de même. Si je perdais la foi, alors mon maître se retournerait dans sa tombe.

-Quelle oralité, quelle prestance…Tu essaies de garder la face car tu as les habitudes qui ont la peau dure pas vrai ? Enfin….Peu importe. La mission est accomplie. Liam Wicketson, regarde où ton acharnement t’as mené. Tu as même échoué là où je t’avais laissé une chance. »

Claquant alors des doigts, le Hell-Knight ne dégageait plus aucune fumée, malgré son corps méconnaissable, son blindage avait fondu et son corps n’était qu’une cendre géante qui se disperserait une fois sa mission terminée. Le Lomoak reprenait une apparence humaine, le même homme que Johann et Liam ignorait depuis le début. Ce dernier laissait d’une voix faible avant de finir en poussière :

« Je suis désolé mon frère…Je n’ai pas été capable…

-Grâce à ton sacrifice, nous avons avancé. Nous nous souviendrons de toi, Simon. Tu t’es porté volontaire et ton mérite une fois notre dessein accompli n’en sera que plus grand. Paix à ton âme. Gloire à toi et à la cause.»

Telle était la déclaration de Death-Mask, d’un ton solennel, à son camarade. Plus aucune menace ne subsistait à présent. Un portail s’ouvrait alors derrière l’instigateur de ce chaos. Avant d’y entrer, il claquait à nouveau des doigts. Chacun des civils présents non blessés se retrouvaient alors perforé d’une balle en même temps. Les protagonistes eux s'en verraient potentiellement épargnés. Cependant, aucun d’entre eux ne sentaient la douleur ni ne mourraient. Ils ont tous été touché à des zones non létales. C’est alors, qu’entrant à moitié dans le portail, il laissait à Ulysse qui peinait à tenir debout :

« Ah oui…Rends toi où tu sais. N’oublie pas, j’obtiens toujours ce que je veux, de près ou de loin. Le comité d’accueil arrive enfin. Ils sont lents…ces sauveurs. Tu ferais bien de te dépêcher. »



La présence malfaisante qui exerçait pleinement sa pression sur les gens jusque-là venait à disparaître, retirant tous les effets qu’elle avait initiés au départ. Une vraie fin ? Ou un début ? En tout cas, la porte fermée par cette double armature s’ouvrait alors, très doucement. Une minute suffisait pour que des sauveteurs arrivent enfin pour porter secours à tout le monde. Certains civils pleuraient, heureux que tout cela soit enfin terminé. Cette douce joie éphémère qui ne deviendrait qu’une profonde colère par la suite ou encore un violent traumatisme. Amod se tenait fébrilement à l’aide d’un banc, haletant, revenu à la normale. Dans ultime geste, il s’apprêtait très certainement à décamper, dessinant un énième symbole qu’il greffait sur son torse. Il regardait alors Klein, dans ce qui semblait être un dernier regard. S’il avait des choses à dire, comme n’importe qui d’autres d’ailleurs, alors il fallait faire vite. Au moins, il le remerciait de sa voix grave et suave :

« Merci gamin… »

Il n’avait clairement pas l’air à l’aise pour ce genre de situations, mais au moins, il se délaissait d’un poids. Les autres protagonistes blessés étaient alors pris en charge et conduit à l’hôpital d’urgence. Ceux étant alors capable de bouger pouvaient suivre les autres civils guidés par des membres de la cellule psychologique ou non, en fonction de leur désir. Les bruits extérieurs avaient cessé, laissant le chaos devenir petit à petit de l’ordre. Les hélicoptères s’entendaient, les voix douces des sauveteurs aussi. Dans cet océan de misère, cette vingtaine de minutes pouvait représenter une éternité.






HRP:
Vous avez jusqu'à Mardi 24 Juillet 21h30 (française) et 15h30 (québécoise) pour répondre. Blablabla les questions blablabla les réponses, tout ça tout ça, on connait la musique maintenant.




POUR LES NOUVEAUX:
Les tuyaux du bon MJ : Les recensements une fois validé. Journal intime avec timeline à faire, votre boite à message aussi. LISEZ LE TOPIC DANS ACADEMIE ABONDANCE ! Souriez et amusez vous !  


THEME DU PLAISIRS:

Signature TPC:

avatar
Jïnn
Administrateur

Fiche perso'
Idéologie Dominante: Incompris
Niveau: 4
Exp:
200/300  (200/300)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Intrigue] Chapitre 1 : Jugement, Verdict et Ethique [Les Inscrits]

Message par Tori Clark le Dim 22 Juil 2018, 08:34

It works ! J’arrive à déranger assez le monstre pour qu’il essaie de fuir mes petits assauts. À moins que ce ne soit en fait un stimuli à la surface qui le pousse à se déplacer, mais vu la façon dont il piétine le sol, je crois que c’est bel et bien mon idée qui est responsable de son agitation. Ça m’encourage à continuer.

Trop concentrée à tenter de toucher la bête malgré ses déplacements, je ne me préoccupe pas de ce qu’il se passe dans le reste de la salle. C’est une sorte de membre pourvu d’une lame que je n’avais pas vu venir qui me force à arrêter mon entreprise en saisissant l’épée. Surprise, mon premier réflexe est de lâcher l’arme et je n’essaie même pas de la récupérer. Combien de temps a pu s’écouler pendant que j’essaie de blesser Hell-Knight ? Je ne sais pas, mais je préfère autant ne pas rester là où je suis. Je sens la température monter et ce n’est pas à cause des mouvements répétitifs que j’ai exécuté. Je préfère m’éloigner et regagner la surface.

Juste avant que, loin du monstre, je ne ressorte de mon élément, une explosion survient, ne manquant pas d’attirer mon attention, une fois dehors. J’observe ce qu’il se passe du côté de l’antagoniste, sans tout comprendre. Lance dans un mur, lumière bleutée, échange de paroles entre l’homme masqué et Ulysse, puis la destruction de l’horrible Hell-Knight. C’est dur de croire qu’en s’attaquant de diverses façons à la créature, nous avons en fait infligé toutes ces douleurs à un être humain, mais vu ses excuses avant de rendre l’âme et redevenir poussières littéralement, ce qui me fait penser à la fin d’un certain film Marvel sorti récemment, mais c’est pas le bon moment pour y penser, je trouve étrangement le moyen de ne pas culpabiliser… Mais après, je me sens mal d’éprouver du mépris pour cet homme, alors que je ne connais pas son histoire, alors au final, je culpabilise quand même...

Un portail s’ouvre derrière le bourreau de la soirée. Cette ordure à l’intention de s’en tirer comme ça, en prenant la fuite sans avoir pu être maîtrisé par qui que ce soit, mais après tout ce qui s’est passé, je suis soulagée de le voir partir et ce, même si dans un ultime claquement de doigt, plusieurs balles fusent dans la pièce pour aller se loger dans la chaire de plusieurs personnes.

Bordel, c’est enfin fini ?... Bien qu’une part de soulagement vienne me submerger, alors que la tension retombe, j’ai paradoxalement de la difficulté à m’en persuader totalement. Tandis que les secours pénètrent dans la salle, je récupère distraitement mes affaires. Les nouvelles vont rapidement se mettre à circuler pour informer la population de l’état de la situation. Je ferais mieux de devancer tout bulletin flou et très peu rassurant faisant état des victimes. Suivre avec anxiété ce genre d’actualité est une chose dont voudrait se passer chaque personne dans l’attente d’avoir des nouvelles de leur(s) proche(s) impliqué(s) dans les évènements. J’allume mon téléphone, découvrant au passage une série d’appels manqués, puis je sélectionne un contact. La sonnerie a à peine le temps de retentir que ma sœur décroche à l’autre bout du fil.

- Tori ?!

Le simple fait d’entendre sa voix inquiète me fait fondre en larmes. La chance d’être en vie et de pour pouvoir lui parler ? La fatigue ? Les nerfs qui lâchent ? Entre les sanglots, j’essaie de répondre. Je ne tente même pas de surveiller mon français :

- Tu peux pas savoir… Je… Fuck. Eden, chu tellement contente de t’entendre ! C’est fini ! Chui vivante, chu pas blessée... J’vais bien.

Je m’attends presque à ce qu’elle me demande sur son ton blasé habituel de quoi je parle, rien que pour me narguer, mais non, il n’y a pas place à la rigolade. Je peux l’entendre soupirer de soulagement.

- À t'entendre, on dirait fuckall que tu vas bien. J’vais juste te croire quand tu seras ren-

Elle se fait couper avant d’avoir pu terminer ce qu’elle voulait dire et je comprends qu’elle avait activé le mode haut-parleur, car elle n’était pas seule. J’aurais dû m’en douter.

- Hey, Tori ! Vous êtes où là ? Comment va Maxime ???

Cette dernière question vient drastiquement faire chuter la joie que j’éprouvais d’être vivante.

- Mais caliss, laisse-lui le temps de se calmer avant de la spammer avec des questions !

- Ben là ! A dit qu’a va ben ! J’ai-tu le droit de m’inquiéter pour mon ami ???

Heureusement que ma sœur et son amie s’obstinent, car sinon elles auraient eu droit à un silence. Je ne sais pas comment le raconter et surtout, je n’ai pas envie de le faire.

- Venda… Y’a été pris en charge par les secours… J’peux pas raconter ça maintenant. Je rentre dès que possible.

Et sur ce, je mets fin à l’appel avant d’avoir d’autres questions, puis j’essaie d’essuyer les larmes sur mes joues. Je sens que je vais avoir droit à un interrogatoire à mon arrivée...

HRP :
Allez, moment Québec !


Dernière édition par Tori Clark le Dim 22 Juil 2018, 20:43, édité 1 fois



Messagerie (bientôt) ★ Journal ★ je parle en #24C934

Chains of Memories :

Compteur de chutes : On retourne à 0 !
avatar
Tori Clark

Fiche perso'
Idéologie Dominante: Heroes
Niveau: 3
Exp:
110/250  (110/250)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Intrigue] Chapitre 1 : Jugement, Verdict et Ethique [Les Inscrits]

Message par Klein le Dim 22 Juil 2018, 19:45

Bordel, mon coup n'est pas assez bon pour faire de gros dégâts... Déjà qu'il a réussi à réagir plus vite que je m'y attendais. Bordel comment un truc pareil peut bouger aussi vite. En plus de ça il me bloque l'épée avec sa grosse main. Et la chaleur commence à vraiment me faire peur. J'ai beau tenter de tirer vite fait la lame, celle-ci est bien bloquée par ce gros sac à merde. Je lâche alors l'affaire et saute de son dos pour atterrir au sol. Je peux sentir que mon corps est à nouveau lourd. C'était donc bien l'épée qui me donnait se booste. Bordel je ne vais pas pouvoir faire grand-chose maintenant. C'est hors de question que je me frotte à cette merde à mains nues. Je recule de quelques pas avant d'entendre le combat d'Ulysse prendre encore plus d'ampleur. Par peur je ne tourne pas le dos au monstre par peur de mourir bêtement surtout qu'avec ce que je viens de faire il va facilement se retourner contre moi.

C'est alors dans un énorme fracas que j'entends ce qui semble être la fin du combat de papa Ulysse et l'autre enculé. Je tourne alors la tête, trop curieux de voir ce qui se passe. Je vois alors Ulysse devant l'autre en collant et dans un état épuisé. En regardant plus longuement je vois une lance encastrée dans le mur. Ulysse finit par arrêter de briller et mon instinct me dit qu'il doit être épuisé. Je suis tiraillé sur le fait de ne pas tourner le dos au monstre, et celui de vouloir aider Ulysse, même si j'allais plus le gêner qu'autre chose. Mais il m'a déjà sauvé la vie deux fois, sans lui je serais déjà mort. Et puis merde ! Je fonce vers lui pour tenter de faire quelque chose si malheureusement l'autre enculé fait quelque chose.

Mais ils sont justes en train de parler et de ce que j'entends, sa mission est accomplie ? Il n'était pas là pour capturer Ulysse ? Bordel mais je ne comprends rien ! C'est frustrant ! Pendant ce temps le monstre était redevenu humain avant de carrément tomber en poussière après avoir appelé l'enculé « frère ». Je peux pas croire qu'il a sacrifié son frère. Ce mec mérite même pas d'être traité comme un humain, ni même comme un être vivant tout court.

Dans toute cette commotion et ce bordel, le salaud au masque finit par se barrer par un portail. Autant finir sur une touche logique hein ! Toute la pression, toute l'adrénaline et toutes mes émotions redescendent alors d'un coup sec. Je peux sentir des larmes couler sur mes joues. Je n'ai pas la larme facile, mais là, c'est juste incontrôlable. Je viens de rentrer dans un monde qui me dépasse et je suis content d'être encore en vie. Je me sens aussi terriblement coupable, car c'est de ma faute si le garde est mort et si j'étais plus fort, j'aurais pu sauver Tam ou encore les autres... Je n'ai pas la chance d'être né différent ou surpuissant. Je suis juste un simple humain avec des connaissances en art martial et avec une vision qui m'aide à voir les délices de ce monde. Si je veux devenir plus fort, il faut que je manie des arts martiaux de manière plus forte, voire même l'épée tien ! Et je suis né à une époque où la technologie peut m'aider à accomplir cette tâche. Je vais juste devoir abandonner une partie de mon humanité. Mais j'ai l'impression que cette partie est déjà morte ce soir.

Je peux alors voir Ulysse me regarder d'un regard chaleureux et m'adresser quelques mots. « Merci gamin… » J'ai alors de nouvelles larmes qui coulent. J'en suis pas digne putain ! J'aurais pu être plus utile ! Et puis j'aime pas comment il me dit ça. Il a l'intention de se barrer, et moi alors ? Je fais quoi là ? Car bon mine de rien j'ai aidé un criminel aux yeux de l'état et il y a beaucoup trop de témoin... Je m'en rend compte que maintenant, mais j'ai vraiment sacrifié beaucoup de choses ce soir. Et sacrifié pour sacrifié...
Je prends alors le bras d'Ulysse pour le mettre par-dessous mon épaule et le prendre de mon autre main par le dos.

-Ne crois pas que tu vas te débarrasser de moi aussi facilement papy. Dis-je avec un sourire pour me détendre moi-même et les yeux encore humides.

J'ai posé le pied dans ce monde bien trop grand pour moi et je sais que je pourrais plus en sortir. Mais plutôt que d'abandonner, j'ai bien l'intention de faire de ce monde mon royaume !
avatar
Klein

Fiche perso'
Idéologie Dominante: Aucune
Niveau: 6
Exp:
0/500  (0/500)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Intrigue] Chapitre 1 : Jugement, Verdict et Ethique [Les Inscrits]

Message par Makumo le Lun 23 Juil 2018, 00:20

Makumo assistait au combat de titan en face de lui. Il n'avait toujours pas la force de bouger et il sentait que la panique guettait la moindre faiblesse pour exploser à nouveau. Le vacarme du combat couvrait en grande partie les échos de ce qu'il se passait à l'autre bout de la salle. Il ne comprenait strictement rien à aux actions des deux combattants, déjà qu'il avait du mal à suivre vu que son cerveau s'était mis sur pause, alors à cette vitesse c'était peine perdu. Il entendit cependant très clairement ce que dit Death mask. Ce qu'il craignait venait d'arriver. Ulysse avait résisté pour rien, il était télépathe qu'est-ce qui l'empêchait d'aller chercher les informations directement dans son esprit ? Il avait tout prévu depuis le début, si la résistance d'Ulysse avait eu une quelconque chance d'entraver ses plans, il ne l'aurait pas laisser faire ce qu'il voulait aussi puissant qu'il puisse être. Il repensa à la question que lui avait posé l'homme avant de se jeter dans le combat. Valait-il mieux sauver quelques personnes immédiatement ou  es sacrifier pour en sauver bien plus à l'avenir ? Amod avait donné sa réponse il semblerait. Il avait préféré protéger le petit nombre en restant ici. Sauf si le jeune justicier avait tout faux, Black Mask disposait maintenant d'informations capitales sur on ne savait trop quoi.

Makumo reprit le contrôle de son souffle, il était maintenant bien plus lucide et s'en voulait de s'être laissé aller de la sorte. Ce n'était pas vraiment le moment, mais il médita quelques secondes pour retrouver un rythme de respiration normale et ne plus être pris de panique. Les horreurs qu'il avait vu se promenait encore devant ses yeux et ses nerfs encore sous le choc contractait ses muscles contre sa volonté. Il se redressa tout tremblotant pour voir l'homme masqué s'enfuir par un portail. Il s'appuya contre le mur, incapable de se lever. Il entendit la détonation, qui le fit sursauter, ce qui le fit grimacer de douleur. Il regarda la foule, ou en tout cas ce qu'il pouvait en voir. Les personnes non-blessées venaient de se faire tirer dessus, mais il n'y avait rien de trop grave. Il se dit que pour une fois il avait eu de la veine dans toute cette connerie.

La lumière de l'extérieur éclaira la salle, la porte venait enfin de s'ouvrir. C'était surement pour ça que l'autre était parti au lieu de continuer son petit jeu macabre. Le jeune homme se concentra une petite seconde pour voir s'il pouvait de nouveau utiliser son pouvoir. Il avança très lentement pour ne pas se faire surprendre par l'aura diabolique. Il n'avait pas la force d'y résister cette fois, mais rien ne vint le torturer. Il était à nouveau libre de ses pensée. Il poussa un soupir de soulagement avant de chercher la présence de Sylverster parmi les secours. Il le repéra très rapidement, car il le connaissait déjà. Il ui laissa deux petites secondes pour qu'il se rende compte qu'on lui parlait par télépathie avant de lui parler clairement.

- J'ai vraiment cru qu'on allait tous y passer. Il faut que vous neutralisiez Amod au plus vite il a des informations importante sur l'homme masqué.

Il lui transféra quelques brides de souvenirs, tout d'abord le visage de Death Mask, les pouvoirs auquel il avait pu assister. Il montra également Klein qui avait détaché Ulysse, sa course folle pour lui injecter le produit. Le combat entre les deux criminels, les monstres. Il lui fit un résumé par images et par pensées plutôt que de lui expliquer par des mots. C'était moins pénible pour lui. Il avait fait son devoir, il ne savait pas trop si c'était la bonne chose à faire. Il ne connaissait rien d'Ulysse, mais il restait méfiant. Il voulu cependant lui poser une dernière question, avant qu'il ne s'échappe ou ne soit capturé à nouveau. Il se concentra sur son esprit. Lui faisant bien voir qui il était.

- Qui n'avons nous pas pu sauver aujourd'hui ? Des vies sur l'instant ou un nombre plus important plus tard ?


Ce message était accompagné du soulagement qu'il ressentait que tout ça soit fini, mais également d'un peu de son inquiétude quand à l'avenir.
avatar
Makumo

Fiche perso'
Idéologie Dominante: Incompris
Niveau: 4
Exp:
0/300  (0/300)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Intrigue] Chapitre 1 : Jugement, Verdict et Ethique [Les Inscrits]

Message par Liam le Mar 24 Juil 2018, 17:29

J’ai mal, mais c’est pas ça mon principal problème. Je ne me sens plus capable de rien, mon corps refuse de me répondre pour me protéger. Le fait est que mon front a fini par heurter le sol, me causant une douleur que je ne connaîtrais jamais vu sa minorité. Je me sens mal, j’ai été inutile. Inefficace, gênant, ridicule, dangereux et tous ces adjectifs. Je me suis contenté de fermer les yeux et de respirer en espérant survivre, je savais très bien que Death Mask allait me faire du mal. J’ai fais abstraction, mes doigts ont retrouvés une certaine lourdeur et j’ai enfoncé mes gants sur le sol pour tenter de me tracter vers le criminel. Les muscles restant n’ont pas voulu suivre, ils se sont contentés de me laisser me vider de mon sang.

Je crois avoir à nouveau perdu conscience lors de l’attentat contre ma personne. J’ai simplement soupiré, je voulais pas mourir. J’étais pas résigné, j’avais pas envie. J’ai d’ailleurs lâché un faible gémissement de douleur à la fin de ma presque-mort, les balles avaient fusée dans la salle. Je l’avais entendu.Il y a aussi eu l’échange entre Amod et le vilain que j’ai tenté d’écouter malgré mon état, Amod s’est sacrifié d’une certaine manière pour me sauver…

Je ne sais pas quoi faire, j’entends les hurlements. Les hurlements d’environ 120 personnes qui demandent un héros, mais je ne suis pas ce qu’ils espéraient. Sérieux je suis qu’un gars qui pisse le sang sur le sol en hurlant. D’ailleurs j’ai perdu mes cordes vocales, au moins Death Mask est parti. C’est un bon point on va dire, très vite les secours arrivent et nous prennent en charge. De mon côté je me contente de regarder le cadavre de l’officier de police tentaculaire…

-T’as tellement de trous dans le bide on dirait Bob l’éponge…

L’humour ne semble pas marcher au vu de la réaction de la secouriste qui semblait s’approcher de moi, elle se dirige vers d’autres civils. Bon...je suppose que je suis juste salé de ma défaite édifiante face à un type beaucoup plus fort que moi. J’vais souffrir encore très longtemps de cette défaite, surtout sentimentalement. Ça fait bizarre d’avoir revu Leela, et ça fait mal surtout putain ! Je commence à être pris en charge par des gens qualifiés dans les derniers il me semble. J’en sais rien, je ne vois plus rien même avec les yeux ouverts...
avatar
Liam

Fiche perso'
Idéologie Dominante: Heroes
Niveau: 3
Exp:
220/250  (220/250)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Intrigue] Chapitre 1 : Jugement, Verdict et Ethique [Les Inscrits]

Message par Evelyn Every le Mar 24 Juil 2018, 18:34

Tout se passa rapidement et mon aide ne servit pas à grand chose. Le monstre s'attaqua à nouveau à lses assaillants, oubliant toujours l'existance de la louve près de lui. Ils étaient plusieurs sur la créature, mais Evelyn était la seuel qui ne pouvait pas conter sur son don pour cette situation et pourtant, il eut un jeune inconscient qui sauta à nouveau sur la bête. Le corps à corps était égale à du suicide donc elle avait simplement décider de protéger les deux hommes près d'elle étant la seule sur ses quatres pattes, car elle ne souhaitait laisser sa vie entre ces quatres murs. Le combat se termina sur une longue discution entre l'homme masqué et bientôt, les monstres retrouvèrent leurs formes humaines. La jeune femme suivit tout des yeux et entendit vaguement la conversations des hommes au centre de la scène. L'homme masqué prit le large en laissant le chao derrière lui. Les gens criaient au secours alors que ceux-ci, bien que restreint, essayaient de leur mieux d'aider les plus endommagés. La louve tourna son regard vers le jeune homme qui s'était désormais approché de l'officier bien amoché.

- T’as tellement de trous dans le bide on dirait Bob l’éponge…

Il était tout aussi faible, mais la jeune femme n'était pas un héro. Non, elle ne pouvait plus les aider. Evelyn avait jouer le garde du corps, mais maintenant la seule aide qu'ils pouvaient espérer était celle des secours infirmiers donc, la louve reprit forme humaine. L'Anglaise s'effondra au sol en sentant ses côtes la brûler maintenant que tout le boost d'énergie du danger était parti. Elle prit de grande inspiration et décida d'attendre avec les jeunes hommes pour de l'aide... peut-être s'en faisait-elle trop pour l'officier, aucune idée, mais la douleur l'empêchait définitivement de bouger et sa robe se trouvait dans un piteux état. Quelle journée...
avatar
Evelyn Every

Fiche perso'
Idéologie Dominante: Incompris
Niveau: 3
Exp:
95/250  (95/250)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Intrigue] Chapitre 1 : Jugement, Verdict et Ethique [Les Inscrits]

Message par Mira le Mar 24 Juil 2018, 19:37

Je  ne pus rien voir, rien entendre, rien comprendre. Je ne pus que sentir, ressentir la douleur. Rien que la douleur. Elle me perforait le ventre. Comme si le temps s’était arrêté, mes yeux descendirent lentement jusqu’au nouveau cercle rouge pourpre qui s’était formé sur mon chemisier. Un rouge plus profond, un rouge évocateur. Ce qui en ressortait venait de l’une des cavités du monstre. Mais cette douleur n’était rien comparée à celle qui fit irruption au fond de ma poitrine quand un sang différent du mien éclaboussa ma joue.

Non… Non…

Je tombai sur le côté pour ne pas écraser l’adolescent qui n’avait pas pu me soutenir plus longtemps. Tous les deux au sol, j’allais au-delà de la douleur au niveau de mon ventre avec un cri de désespoir pour me tourner vers le gamin. Non… non…

– Non !

Je rampai jusqu’au mur pour tenter de me redresser et poussai une longue plainte quand je sentis l’étirement de ma blessure. Je me contentai alors de mettre seulement mes épaules contre le mur, la respiration courte, erratique. Mes bras entourèrent le corps près du mien. Je me foutais du sang qui imprégnait encore un peu plus mes vêtements, j’appuyais aussi fort que je le pouvais, mes mains contre les deux trous, les deux perforations, mes deux erreurs. Mes larmes couraient le long de mes joues et mes gémissements ne cessaient plus. Sa bouche cherchait de l’air en vain, le sang s’en découlait abondement. Ses yeux exorbités fixaient les miens, la déchirure en moi me fit hurler de détresse.

– C’est ma faute ! Ma faute ! Je suis tellement désolée, tellement…

Il voulut lever sa main vers mon visage mais elle s’arrêta et tomba inerte avant de pouvoir m’effleurer. Ses yeux ne me voyaient plus. Mon front se colla contre le sien, je le serrais fort contre moi alors qu’un hurlement m’échappa.

J’étais pire qu’impuissante. Pire. Tellement pire. Pire, pire, pire, pire… ce n’est pas lui qui aurait dû mourir, c’est moi. Je ne mérite pas d’être là. Je ne mérite pas d’être en vie. Pas alors que lui… J’étais pire qu’impuissante.

Je ne pouvais plus me défaire de lui, je ne pouvais plus le lâcher. Mais même si mon esprit était mort en même temps que l’adolescent, mes yeux captèrent la fin de la créature, ils virent la conclusion d’un combat, ils aperçurent le portails et se fermèrent après que le Masqué avait disparu.

Salaud. Monstre. Horreur. Il n’y avait pas de mots assez forts pour décrire la haine et la fureur qu’il me faisait ressentir. Mais le désespoir était encore plus puissant. Tellement plus puissant. Je m’accrochai au gamin comme s’il représentait mes derniers espoirs de vie partis en fumée. Je ne sais pas combien de temps je restais là, les paupières closes, les bras crispés, mon front toujours contre la peau du corps sans vie. Je fus sortie de ma torpeur par quelqu’un, des soi-disant sauveurs. Il voulut me faire lâcher l’adolescent. Je ne le voulais pas. On me tira de forces. Je n’en avais plus. Pourtant je criai sans pouvoir me débattre pour que l’on me remette auprès du gamin. Je ne voulais pas le quitter. Mais ce fut inévitable, dès qu’on me posa sur un brancard, l’énergie me quitta. Il n’y avait plus que les larmes qui ne pouvaient plus se tarir. Je sentis qu’on me déplaçait, je ne voyais plus rien. On me touchait le ventre, on essayait de me soigner. Je n’en avais plus rien à faire. Mes yeux se fermèrent et je laissais faire.  

Quelques minutes passèrent. Tout était flou. J’entendais les sirènes. Je sentais l’air frais de la nuit. Et la douleur, autant physique qu’intérieure. La douleur était terrible. La mort semblait plus douce.

– Où est-il ! Où… Oh mon dieu !


Cette voix ! Des souvenirs m’assaillaient sous mes paupières fermées et les soulevèrent de force. Je reconnus sans mal la chevelure blonde qui s’agenouilla au sol près d’un corps sorti de la salle du jugement. Jacynthe. C’était Jacynthe ! Sans que mes porteurs l’aient vu venir, je sautais du brancard pour me diriger vers la femme qui était au côté de… l’adolescent… C’était la mère d’Alexandre… et elle était au-dessus de…

– Julien ! Non... Pourquoi !


Mes deux jambes me lâchèrent et mes deux genoux cognèrent durement le sol. Les bribes de souvenirs défilaient dans mon crâne comme les pleurs sur mes joues.

Alexandre avait un frère, un petit frère du nom de Julien.

J’ouvris la bouche mais aucun son ne sortait. J’étais à une dizaine de mètres de la scène tragique mais je ne pouvais plus bouger. C’était de ma faute. Je suis tellement désolée. Mon cœur n’était plus que brisée, il était en poudre, complètement détruit.

Mes prunelles ne pouvaient se lever du corps de l’innocent, je me sentais si coupable, si horrible. Mais une paire de jambes me troubla le champ de vision. Mes yeux grimpèrent le long de la silhouette familière qui remettait Jacynthe sur ses pieds. Je m’arrêtais et plongeai mon regard dans la masse de cheveux blonds doré qui m’évoquait encore plus de souvenirs.

– Mira ! Mira, qu’est-ce que tu fais ? Mais tu es blessée !


Je vis à peine Alain qui venait me prendre dans ses bras. Parce qu’à mon prénom, il se retourna. Mes sourcils se froncèrent, ma tête tourna et lorsque mes iris bleues rencontrèrent les siennes, émeraudes, je sombrai dans l’inconscience.

Alexandre…


* * *


– Tu m’avais dit qu’on serait ensemble pour toujours… Tu m’avais dit que tu ne m’abandonnerai jamais… Pourquoi… Pourquoi tu es là maintenant devant moi après tant de temps ?

Il me jugeait de ses yeux émeraudes. Pas un sourire , pas une émotion sur son visage. Et il se retourna, me présentant son dos il s’en alla. J’essayai de tendre la main pour le retenir mais au moment où j’étais censé lui toucher l’épaule, il était subitement bien plus loin. Je courrus pour le rattraper mais je n’avançais pas alors qu’il s’éloignait de plus en plus. Je criai mais il ne réagissait pas.

Puis d’un coup, un pic fonça sur moi. Le même pic qui m’avait transpercé l’abdomen, cette sorte de muscle monstrueux. Sauf que cette fois-ci, elle me traversa comme si j’étais impalpable. Je me retournai et devant moi, il y avait Julien... transpercé… le sang aux lèvres… les yeux plein d’effroi… Je ne retiens pas mon hurlement.



Je me réveillai en me redressant d’un coup en sueur. L’instant d’après je grimaçai en geignant, ma main se dirigeant automatiquement vers ma blessure au ventre. Je baissai les yeux pour remarquer le drap vert et la tunique bleu qui me recouvraient. En tâtonnant avec précaution mon abdomen, je sentis les bandages ou autres trucs de soins sur ma plaie. On m’avait soigné, je me trouvais seulement à l’hôpital…

Mes yeux se remplirent de larmes à nouveau mais ma main se plaqua sur ma bouche pour étouffer mes sanglots. Dans un coin de la pièce, Alain était endormi, la tête penché sur le côté dans le vide, sur une chaise peu confortable. Il devait être érinté, je ne voulais pas le réveiller. C’est avec plus de forces que je plaquai mes paumes sur mon visage, mes pleurs m’avaient envahi bien trop vite pour que je les empêche.

Je poussai un long soupir pour tenter de me calmer, mais ce n’est qu’après un exercise de respiration pendant plusieurs minutes que je réussis à me calmer. Je passais rapidement mes mains sur mon visage pour effacer les traces humides et tentai de fixer mon attention sur l’écran de télévision allumée de ma chambre d’hôpital pour éviter de replonger aussi vite dans la déprime.

Manque de pot pour moi, j’assistai au compte-rendu par un journaliste des événements du tribunal. Ma morosité m’étreignit de ses deux grands bras douloureux mais quelque chose retient la tristesse et le désespoir de s’étendre à nouveau sur mon esprit. Ce journaliste, les banalités passées, ne racontait que des conneries et c’est une sourde colère qui montait en moi de plus en plus en entendant des âneries innommables. Certes je n’étais pas journalistes, certes ce n’était pas une chaîne axée sur les informations, ni même une chaîne principale donc sûrement avec un budget moindre mais c’était inadmissible ! C’était une honte pour tout ceux qui avait du vivre cette horreur… Il me donnait presque envie de lui arracher son micro pour clamer à tous la vérité…

Quand il interviewa un passant, ce fut l’apothéose du ridicule. Cette personne n’avait absolument rien avoir avec ce qui s’était passé et n’apportait absolument rien au reportage. Pourtant ça me fit un peu plus réfléchir… J’avais vu Alexandre au tribunal… Je l’avais vu et j’en étais sûre. Alors peut-être que la première fois, lorsque j’avais cru le voir à la télé du bar devant le micro d’un journaliste, c’était déjà lui…J’avais fait tant de recherches pour le retrouver et il n’y avait aucune traces de lui que j’avais été certaine qu’il avait succombé à l’arbre… Mais il avait été debout devant moi en entier. Si je retrouvai cette interview, si je me glissai dans la peau d’un journaliste, peut-être que je pouvais l’obliger à me retrouver…

Journaliste… C’était un bon moyen de découvrir et partager la vérité et après tout ce qu’il s’était passé, c’était la seule chose qui ne me paraissait pas futile… la seule chose qui… Je regardai le creux de mon poignet droit avant d’y plaquer ma main par automatisme. Et puis journaliste, n’était-ce pas le moyen d’avoir une bonne situation ?

D’une pierre, deux coups. La liberté et la vérité. J’étais prête à endurer la vie un peu plus pour ces deux notions.


Mira Launay
Présentation  ~ Contacts ~ Journaux
avatar
Mira

Fiche perso'
Idéologie Dominante: Aucune
Niveau: 4
Exp:
90/300  (90/300)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Intrigue] Chapitre 1 : Jugement, Verdict et Ethique [Les Inscrits]

Message par Jïnn le Mer 25 Juil 2018, 01:44


Tour 8 :


L'espoir revenait enfin. Les héros, au sens large du terme, venaient les sauver. Cependant, était-ce vraiment le cas ? Après tout, la majorité était en vie, mais à quel prix ? Certains se tenaient la tête l'air de supplier le bon dieu ou encore en repensant à leurs familles. Les secours se retrouvaient débordés avec autant de blesser à gérer. Ils appliquaient la simple règle du "plus urgent". Avant que les protagonistes ne soient tous traités un par un, un événement capital se déroulait sous les yeux de la plupart de la plèbe. Makumo venait de contacter Sylverster, un sidekick de Dove. Il ne lui fallu pas longtemps pour approuver et se mettre au travail en se dirigeant vers Ulysse qui tenait debout grâce à Klein, dont la remarque le faisait sourire au passage. Il récupérait au passage la rune qu'il lui avait apposé, haletant un peu moins. La transaction, si on pouvait la qualifier ainsi, était silencieuse et invisible.

"On doit se barrer Klein. Je ne peux pas te garantir un foyer mais au moins on peut essayer de s'en tirer. La cavalerie est arrivée."

Une voix résonnait alors dans la tête du vétéran. Bizarrement, il ne semblait pas du tout novice à la télépathie. Prolongeant un léger soupir, il décidait de ne pas répondre de suite pour ne lui laisser qu'un air énigmatique :

"A toi de faire le constat, gamin."

S'en suivi Sylvester qui dans un mouvement habile se plaçait en posture de tir avec une arme qui apparaissait dans sa main droite. L'arme ressemblait dans la forme à un desert eagle. Néanmoins, un oeil habile verrait qu'il n'y avait aucun bouton pour la sécurité ou encore le nécessaire montrant qu'il y avait des chargeurs. Une matérialisation d'arme de doté, en somme. Il le mettait en joue, tenant les menottes dans l'autre main. Sa voix sérieuse n'indiquait rien de bon pour Ulysse et Klein :

"Amod, veuillez gentiment nous suivre. Vos actes seront surement comptés pour alléger votre jugement futur.

-Je ne ferai pas ça, si j'étais toi.

-....?"

Une voix totalement différente retentissait dans la salle, rauque et d'une sérénité sans pareille. Sylvester était mis en joue par un arc, au niveau de sa tempe droite. Le sidekick détournait son regard un brin pour détailler la nouvelle personne qui était apparu d'on ne sait où. Une faible lueur venait de s'éteindre alors au niveau du flanc d'Amod. Un long coup de pression débutait :

"Si je tire en premier, ton arc n'aura jamais le momentum nécessaire pour me tuer. Je peux tuer Amod ici et maintenant.

-Tu penses réellement que je prendrai des risques inutiles pour ça ? On joue pas dans la même cours, garçon. Baisse ton arme.

-On joue à celui qui a le plus de nerf ? Mon doigt est déjà sur la détente.

-Faut pas m'oublier, amigo ♫"

Il écarquillait les yeux, une nouvelle voix ? Cette fois, la personne était derrière lui, mettant son coude sur son épaule comme pour s'affaler sur lui et se reposer. Cette fois ci, cet homme arborait naturellement un air plus mesquin, plus malicieux, plus farceur....et aussi...plus dérangé il semblerait. En tout cas, si l'un était le calme et la sérénité, l'autre était la perversité. Une goutte de sueur perlait le long de la tempe du sidekick avant que le latino ne parle à Ulysse avec un léger accent :

"Eh bien cap'tain ? Depuis quand c'est un gosse qui te porte ? Tu t'es ramollis en prison comparé à nous. En même temps on a triché un peu. ♫

-On a pas le temps...

-Je sais, je sais, mais bon, faut bien calmer les lèches bottes des héros non ? ♫

-Comme l'a dit le capitaine, on n'a pas le temps.

-Si si, vamos.♫ Mais avant, fais disparaître ton arme, ce serait dommage que ton beau visage soit abîmé."

Un long silence éphémère s'installait dans la salle. L'urgence de la situation primait sur cette petite altercation qui de loin attirait d'autres forces de l'ordre qui les mettaient en joue directement, connaissant ces visages.

"Ola, la mierda. ♫"

Bandant un peu plus son arc, l'archer faisait craquer un peu plus Sylvester qui abdiquait, dématérialisant son arme. C'est alors qu'un tir de somation s'entendait. Il venait de la part d'un policier en uniforme d'assaut anti-émeute. 10 collègues l'accompagnaient d'ailleurs. Il avait misé carrément trop haut exprès avant de les mettre en garde avec une menace :

"Posez vos armes et y'aura pas plus de blessés qu'initialement.

-Capitaine, c'est le moment ou jamais, t'as pu pomper ce qu'il te fallait ?

-3....2...1....

-Chigour ! "

A la fin de cette parole, quatre personnes avaient disparu. Amod, ses deux acolytes et Klein. Malheureusement pour lui, il allait être considéré comme fugitif et collaborateur criminel. Néanmoins, il avait eu son point de sorti, la fortune dira-t-on.
Pour Klein UNIQUEMENT:
Une fois la téléportation terminée, les contrecoups étaient réels. Mal de tête, maux de ventre, sensation de déséquilibre à cause d'une oreille interne incapable de distinguer un instant le haut du bas. Finalement, c'était Ulysse qui le tenait pour le coup, l'air un peu plus en forme. Devant lui se trouvait une gigantesque stèle, d'au moins dix mètres environ de haut pour quatre de large. Il retrouvait aussi les neuf personnes qu'il avait vu dans sa vision précédente par le biais d'une rune dans l'hôtel de Justice. Enfin, il le verrait quand il aura récupérer au bout d'une petite minute du contrecoup d'un premier voyage à travers l'espace-temps lui même. Les autres ne semblaient pas affectés du tout, l'habitude certainement. Au sol se trouvait des corps inertes de mafieux. Parfois il y avait du sang, d'autres fois pas. En tout cas, une lumière blanche semblable à celle que dégageait Ulysse embaumait la pièce de légèreté et de mystère. Une première personne prenait la parole sous le regard sérieux et attentif des autres :

"Tiens donc...Tu ramènes des stagiaires maintenant ? Laissait une femme aux cheveux bleus ciel, vêtu d'une sorte de vieille armure fantaisiste. Elle n'avait plus sa tenue de prison, comme tous les autres d'ailleurs. Elle était assise en tailleur sur une sorte de soucoupe volante miniature en vieux débris de métal.

-On va dire que j'ai eu un contretemps, Anima. C'était soit ça, soit Death Mask qui me prenait chez lui en morceaux, le choix était vite fait.

-Tu as pas répondu à ma question.

-Il m'a prêté main forte mais sera considéré comme un complice, pour lui être redevable comme il se doit, il va nous accompagner quelques temps, le temps qu'il trouve une solution et qu'on reparte comme prévu.

-Ce serait idiot de te le dire capitaine mais tu connais nos règles. laissait échapper un vieillard très musclé, beaucoup trop pour son âge d'ailleurs.

-Je sais, c'est moi qui les ais inventé. Mais avant, on récupère ce pourquoi on était venu à Abondance initialement et on se casse dans le repaire D. D'accord ?

-C'est toi le patron pas vrai ? ♫ Ne perdons pas de tiempo. ♫

Ulysse faisait alors comprendre à Klein qu'il allait devoir le lâcher un petit moment, mais il devrait pouvoir tenir debout tout seul à présent. Tendant alors ses bras comme un illuminé, Ulysse retrouvait cette même technique qu'il avait utilisé contre Death Mask pour dévier la lance. La stèle s'illuminait d'un bleu comparable à la couleur des runes et les motifs semblaient venir de la même origine. Psalmodiant alors, toutes les runes présentes sur la stèle se décrochaient dans une légèreté féerique. Des centaines de motifs entraient alors dans Amod dont la voix continuait de monter dans les graves avant que d'un coup sec, tout s'arrête. Expirant alors longuement, des légères particules pourpres voir noires sortaient de son corps, une grimace intense de douleur se manifestait avant que la personne dotée d'ailes ne l'embaume dans sa lumière. Elle ne semblait clairement pas amusée :

"Tch...Il en a eu combien des informations ?

-Je me doutais bien qu'il ne m'avait pas blessé pour rien, il a du m'implanter son parasite psychique. Néanmoins il n'est plus et il n'a obtenu qu'un tier de la traduction. A mon avis, ça doit être celle qu'il lui manque. Il a crée des lomoaks de rang 1 et encore ils étaient plutot en développement de ce que j'ai vu.

-Erf...Bougeons de là, tu as encore assez de jus capitaine pour nous emmener au repaire D avant que la stèle ne sorte du sol pour attérir en plein milieu du centre ville ?

-Toujours. Accroche toi mon petit Klein, cette fois ce sera plus difficile à tenir, la distance étant plus longue. Chigour !"

Tous les membres de la brigade apparaissaient alors dans une sorte de maison il semblerait. Une maison splendide, aisée, disposant de tout à peu de choses prêtes. Klein sentirait alors une fatigue anormale le prendre, le faisant sombrer dans un sommeil lourd. Qui sait combien de temps il dormira ? En tout cas, son réveil sera pour plus tard.

Pour les autres protagonistes, le bilan médical est plutôt salé. L'adrénaline étant retombée, la plupart des blessés et meurtri d'une quelconque manière que ce soit sont gâtés par Death Mask.

Tam Chamade est morte comme tous les témoins ont pu le signaler.
Maxime Lafleur présentait une mort cardiaque lors du trajet, à peine arrivé à l'hopital et son cerveau lâchait déjà l'affaire, manque de ressources pour le faire fonctionner.

Adolf fut enterré plus tard, dans le cimetière, peut-être que ses collègues pleureront sur sa tombe. Au moins, il a toujours su garder la tête sur les épaules, certainement.

Johann, le brave policier, présentait un manque de sang trop important à la suite de l'utilisation de son pouvoir et de ses efforts physiques bien trop lourds pour son corps. L'opération pour tenter de le maintenir en vie n'a pas été mené à bien. Ses organes internes ont été gravement touchés, surtout son estomac qu'il aurait fallu tronquer de moitié. Rien que d'arriver vivant à l'hôpital fut un miracle. Médicinus fut débordé. Il citait "Les dons médicaux ne sont pas de la magie, on ne peut ramener les proies de la mort". Ses confrères médecins n'avaient pas le temps de s'attrister, les autres personnes capables d'être sauvées n'attendraient pas la fin d'un deuil.

Liam fut touché sévèrement à un point où si Death Mask avait pénétré sa chaire depuis le début qu'il aurait pu mourir par anémie, l'artèle fémorale touchée par la balle. Sa jambe lui tirerait énormément durant le prochain mois, au point de devoir se déplacer en fauteuil ou avec une béquille à une main. Son épaule avait pris encore plus grave. La clavicule à cause de la petite farce de Death Mask s'était brisée. Malgré les dons, il allait devoir faire très attention à l'avenir pour la laisser se solidifier comme avant. Au moins, s'il écoutait le traitement médical, il n'aurait aucune complications. Finalement, un bon mois de soins intensif et il reprendrait tranquillement ses activités. Attention à la perte musculaire et à la reprise trop intensive. Les cicatrices orneront son torse comme une marque d'humiliation, sans doute.

Mira fut soignée sans trop de difficultés, la zone transpercée n'étant pas vitale, elle s'en remettra au bout d'une petite semaine de soin et de traitement à la maison. Elle aura néanmoins une belle petite cicatrice sur le ventre et dans son bas du dos.

Tori fut chanceuse, aucune blessure n'était à déclarer, par contre mentalement...peut-être qu'elle ne dormira plus facilement comme tous ses camarades.

Evelyn n'avait que des blessures très légères, elle ne risquait rien et elle fut soignée directement à l'académie dans l'infirmerie, quelques bandages et un bisou de l'infirmière suffiront.

Makumo par contre, bien que sa fracture ne soit d'une facilitée déconcertante à soigner par un utilisateur de son curatif, des résidus télépathiques laissés par Death Mask le hanteront parfois à certaines utilisations de son pouvoirs. Dans un mois ou deux, il devra venir pour vérifier que ses poumons n'ont rien.

Récompenses ::
Voici vos récompenses tant attendues.

-Tori : Pour avoir sauvé des civils, avoir écouté ton instinct et tenté une bonne diversion sur le monstre (même si ça aurait pu être fait avaaaaaaaaaaant !!! Tu gagnes 360 xp et 150 crédits.

-Klein : Pour avoir fait preuve d'une certaine intelligence de jeu et d'avoir pris des risques pour sauver Ulysse et pour avoir tué un Lomoak tout seul en plus de faire la majorité des dégâts sur l'autre et pour avoir débloqué des branches de scénarios assez exclusives, tu gagnes : 670 xp et 200 crédits

-Makumo : Pour avoir été assez astucieux en essayant de retourner la stratégie de l'ennemie à ton avantage, pour avoir expérimenté des douleurs infernales, pour avoir obtenu des informations exclusives par la télépathie, pour avoir tenté de retenir Amod avec tes collègues, tu gagnes : 420 xp et 180 crédits.

-Evelyn : Pour avoir protéger tes camarades blessés, pour avoir pris d'énormes risques en allant de front sur le hell Knight tu gagnes : 350 xp et 150 crédits

-Liam : Pour avoir persévéré dans une voie pas forcément miséricordieuse, pour avoir tenté des strats malgré tout, pour avoir fait un petit flashback sympa, pour avoir du répondant et pour avoir souffert ta race car tu le méritais bien, tu gagnes : 420 xp et 170 crédits

-Mira : Pour avoir fourni un développement de personnage aux petits oignons, pour avoir pris des risques et blessé de manière significative le Hell Knight tout en expérimentant douleur, drame, émotion et surtout en écoutant ton instinct, tu as obtenu des infos exclusives en suivant l'appel de Death Mask. Tu obtiens donc : 590 xp et 200 crédits.

HRP:
N'hésitez pas à me communiquer vos avis (constructifs cela va de soi) sur l'évent, les points à améliorer selon vous etc, n'hésitez pas tant que c'est réfléchis. Sinon, je n'en tiendrai pas compte.



POUR LES NOUVEAUX:
Les tuyaux du bon MJ : Les recensements une fois validé. Journal intime avec timeline à faire, votre boite à message aussi. LISEZ LE TOPIC DANS ACADEMIE ABONDANCE ! Souriez et amusez vous !  


THEME DU PLAISIRS:

Signature TPC:

avatar
Jïnn
Administrateur

Fiche perso'
Idéologie Dominante: Incompris
Niveau: 4
Exp:
200/300  (200/300)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Intrigue] Chapitre 1 : Jugement, Verdict et Ethique [Les Inscrits]

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas

Page 4 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum