[Intrigue] Chapitre 1 : Jugement, Verdict et Ethique [Les Inscrits]

Page 2 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[Intrigue] Chapitre 1 : Jugement, Verdict et Ethique [Les Inscrits]

Message par Jïnn le Dim 01 Juil 2018, 23:10

Rappel du premier message :


Tour 1 :




Ce soir est donc le fameux soir tout autant attendu que redouté par la population. Le soleil se couchera d'ici quelques dizaines de minutes. La gigantesque fourmilière que représentait Abondance voyait énormément de ses effectifs se mobiliser. Les civils les plus touchés par le futur jugement se sont déplacés exprès pour l'occasion. Les forces de l'ordre n'avaient pas chômé non plus. Une gigantesque barrière a été installée pour se prémunir des mouvements de foules trop brusques. La sécurité des environs doublait au minimum. Policiers, D-team, super-héros, quelques militaires, personne ne manquait à l'appel. Des barrières provisoires se dressaient pour ne laisser qu'une seule voie possible : la centrale. A l'image de moïse séparant la mer, les barrières divisaient la foule plutôt bruyante en deux. Sur une allée d'environ cinquante mètres se plaçaient environ un policier de chaque côté à cinq mètres de distance d'intervalle. Deux militaires se postaient devant le portail et deux autres derrières. L'entrée principale aussi était gardée par deux membres de la D-team, puisqu'ils portaient le badge d'Olympus.

C'est dans ce cadre plutôt peu assurant qu'évolueront les protagonistes présents. Chacun viendrait pour ses raisons, qu'elles soient louables ou non. Ils pourraient très bien rester dans cet amas de chair grouillant ou alors entrer en montrant patte blanche aux gardes. Pour les apprentis super-héros, étant donné qu'ils étaient en stage, les gardes toléreront qu'ils gardent certains objets vitaux, à l’exercice de leurs fonctions. Chacun était normalement affilié à un tuteur comme la période de stage avait déjà débuté depuis  quelques jours. Liam garderait alors ses cartes et sa montre, par exemple. Pour les autres, il fallait encore voir en fonction. Les gardes possédaient un gear propre à chacun, n'importe qui l'affirmerait avec certitude. L'un regardait les personnes voulant entrer dans les yeux ou dans la région faciale, l'autre les scrutait intégralement. La fouille au corps n'était évidemment pas une option. Quoi qu'il en soit, en pénétrant à tour de rôles avec un intervalle de temps plus ou moins long entre chacun d'eux, les protagonistes pourraient observer la superbe structure de la bâtisse. Des couleurs dominantes comme le beige ou encore le doré avec une touche de marron et de rouge ressortaient. Comparé au brouhaha extérieur, les pas résonnaient clairement, surtout pour les talonnettes et les talons. L'itinéraire n'était d'ailleurs pas compliqué. Une fois entré, il fallait aller tout droit, ni plus ni moins. Les autres sorties à gauches et à droites de l'entrée du tribunal étaient bloquées. Comme à l'extérieur, beaucoup d'agents de sécurité attendaient, à l'affût.

Progressant alors à un pas lent, tout ce petit monde arrivait dans une salle plus grande, après ce corridor assez large tapissé d'une couleur rouge. Le procès n'avait pas encore commencé, bien que le juge et les jurés étaient déjà présents. Il y avait aussi beaucoup de choix niveau places. Devant, milieu ou encore au fond. A partir du fond de la salle, donc au niveau de l'entrée dont les deux portes énormes en bois vernis étaient ouvertes, il y avait une douzaine de rangs au total. Six de chaque côté, délimité dans une symétrie parfaite. Chaque rang pouvait accueillir sur des bancs en bois vernis eux aussi, brillant à cause de la lumière du lustre luxueux au plafond, une dizaine de personnes. Néanmoins, chaque place semblait assez spacieuse pour que tout le monde soit à l’aise. Deux petites barrières de bois déguisées pour la décoration se tenaient aussi à un mètre du premier rang, les plus proches du juge et des jurés. Le temps passait et le magistrat regardait sa montre avec une légère impatience, bien qu’il garde un air stoïque.
20h45 sonnait. Il se levait, les jurés aussi, tout comme le reste de l’assemblée après un léger coup de marteau caractéristique. Sa voix grave portait sur toute la pièce, longue d’environ une trentaine de mètres à vue de nez. Pour les plus distraits ou observateurs, des grandes fenêtres se situaient sur les côtés de la pièce. Il s’exprimait en ces mots :

« Nous pouvons commencer. Que la séance commence. Faîtes entrer l’accusé, le dénommé :
Ulysse S. Grant, connu sous le nom de Amod. »

Salle comble, personne ne bronchait. Le silence pesait presque au rythme des pas et au bruit des chaînes et des menottes que portait le dénommé accusé. Deux gardes le tenaient par les coudes, armés et vigilants. Il ne paraissait pas en grande forme mais son regard n’en était pas moins très profond. Sa tenue de prisonnier indiquait qu'il avait déjà du vécu, qu'elle n'était pas lavée et entretenu depuis...des mois environ, peut-être. Petit à petit, sa marche le menait à son siège. Des cicatrices récentes étaient aussi observables sur l'ensemble de son corps, surtout sur les parties dénudées à cause des lambeaux de tissus manquant. Une bête venait de faire son entrée. Sa respiration légère et peu profonde pourrait vous glacer le sang, que ce soit par intimidation ou effroi. Le juge frappait à nouveau et tout le monde se rasseyait, bien que la majorité des regards soient figés sur Ulysse. Les deux gardes qui l'accompagnaient restaient immobiles à la droite du juge prêt du mur. Il terminait un instant avant cinq minutes de pause, par mesure de sécurité et pour veiller à ce que tout va bien :

«Dans le cadre de ce procès, toutes personnes ici présentes comme spectatrice devra se taire. Une fois sortie de la salle, elle ne pourra nullement entrer à nouveau. D'autres mesures peuvent être prises s'il y a perturbation du flux oratoire...et des plus sévères de surcroît. Si quelqu'un n'est pas d'accord avec ces règles, qu'il sorte immédiatement que l'on puisse rendre justice.  »

Des légers murmures s'élevaient alors, durant ce battement de cinq minutes.


HRP:
Bonsoir ! Désolé des légères minutes de retard (j'le fais pour la forme, j'vous pisse dessus car j'fais qu'est-ce que je veux avec ma connexion foireuse). Ce premier tour est vraiment un tour d'introduction, détaillez un maximum votre emplacement dans la salle, si vous entrez, etc etc. Je suis disponible en MP si besoin. Vous avez jusqu'au  Mercredi 4 Juillet 2018, 22h30 pour répondre. Amusez vous bien !




Dernière édition par Jïnn le Ven 20 Juil 2018, 11:29, édité 3 fois


POUR LES NOUVEAUX:
Les tuyaux du bon MJ : Les recensements une fois validé. Journal intime avec timeline à faire, votre boite à message aussi. LISEZ LE TOPIC DANS ACADEMIE ABONDANCE ! Souriez et amusez vous !  


THEME DU PLAISIRS:

Signature TPC:

avatar
Jïnn
Administrateur

Fiche perso'
Idéologie Dominante: Incompris
Niveau: 4
Exp:
200/300  (200/300)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas


Re: [Intrigue] Chapitre 1 : Jugement, Verdict et Ethique [Les Inscrits]

Message par Evelyn Every le Ven 06 Juil 2018, 17:58

Le procès poursuiva son cour alors que le juge énumérait les droits civils de l'accusé ainsi que les accusations contre lui qui l'avait emmené en ce lieu, le soir du premier Juillet. Evelyn continua de regarder la scène de loin, ses yeux sombres fixés sur Ulysse. Elle l'observa longuement, sans pour autant ressentir de la peur comme la plupart des spectateurs lorsqu'il avait fait son entrée dans la salle. L'homme ne lui disait absolument rien, mais avait-il réellement fait tout ce qu'on l'accusait d'avoir fait? Au fond, la justice pouvait être aussi bien corrompu que le reste du monde. Personne ne pouvait avoir la véritée absolue, c'est ce que la louve pensait. Elle fronça les sourcils lorsqu'il fut le tour à l'avocat de l'accusé de se prononcer, car il n'eut pas la chance de le faire. De toute façon, ce dernier ne semblait même pas vouloir être présent. Ulysse fit un mouvement de la main afin d'empêcher son représentant de parler et fut celui à se redresser pour parler. Sa voix était rauque et, remplit de vécu, calme bien que lourde en ressentiment résonnait :

« Il est si facile…de faire taire quelqu’un. Il est si facile…de ne pas tenir compte des services rendus. Lequel est le plus monstrueux ? Celui qui déforme ses principes les plus purs pour son intérêt ? Ou celui qui se salit les mains pour les laisser perdurer ? Vous n’avez pas changé d’un iota, Wirthlin Martin.

- Tout ce que vous pourrez dire pourra se retourner contre vous ! Nous sommes en direct donc ne l’oubliez pas ! Vos crimes sont impardonnables. Pourquoi croyez-vous qu’il n’y a aucun avocat général ici ? Car toutes les preuves vous accablent !

- Vous et votre gouvernement corrompu vous n’avez eu aucun remords à maquiller des crimes et des affaires sordides en accusant autrui en falsifiant des preuves. Vous ne me retirerez jamais la liberté pour laquelle je me suis battu et j’ai saigné. Vous vous êtes bien servi du gamin que la population aimait tant.

- Vous êtes irrécupérables en plus d’en venir à la diffamation. Vous n’arrangez pas votre cas, Grant ! »

De violents coups de marteau suivèrent les paroles du juge ce qui fit légèrement sursauter la jeune femme qui se trouvait pourtant loin du bruit de la scène. Elle voyait bien que ce procès commençait à virer très mal, mais elle n'aurait jamais penser être spectatrice de ce qui suivit. Tout l'établissement se mit à vibrer et bien vite, ils perdirent tout moyen de voir à l'intérieur.  Les gens autours d'elles n'arrivaient toujours pas à garder le calme et commençaient à l'irriter, mais elle n'arrivait tout simplement à quitter son siège. Non, quelque chose la retenait sur place comme si son corps était paralyzé pendant un certain moment. Elle n'aimait pas du tout ce sentiment, car bien vite, elle ressentait son anxiété refaire surface. La chaleur devenait étouffante et elle pouvait sentir son corps trembler. Que se passait-il? Pourtant, les yeux sombres de l'Anglaise n'eurent pas le temps de s'habituer à la noirceur, car le toit fut ouvert par une légère ouverture qui permettait à la douce lumière de la lune y pénétrer. C'est seulement à ce moment que les muscles de Evelyn se détendirent. Quelques secondes après que la fisure s'était créer sur le toit, une ombre commença à pénétrer l'intérieur de la bâtisse à l'aide d'un fil. Elle serra ses points tout en se redressant maladroitement pour s'approcher très doucement des rangers avant. Tout en marchant, elle observait longuement le nouveau venu. Il était masqué et sa carrure était imposante. Peut-être venait-il emmener Amod? Pourtant, ce dernier semblait encore plus prit au dépourvu que la majorité des spectateurs et jurées. Elle se figea près de la 3ième ranger alors que la voix de l'inconnu se répandit dans la salle.

« Et si nous commencions…le véritable jugement ? »

Tous les événèments qui suivèrent devinrent flou dans l'esprit de la louve. Certains couraient vers la seule porte de sortie qui était pourtant très bien sécurisé désormais, d'autres restaient toujours sur leur banc et enfin, certains étaient proche de l'accusé, près à ce battre. Alors que faisais-tu là, ma petite Evelyn figée sur place? Que pouvait-elle faire au fond? Se transformer et l'arrêter? L'homme n'avait démontré aucun signe de violence à ce qu'elle pouvait se rappeler et surtout, elle se doutait qu'il ne devait pas être assez stupide pour venir seul en cette soirée si importante s'il n'avait pas le moyen de battre tout ceux qui pouvait l'arrêter en ce moment... mais alors, peut-être n'était-il pas seul? Tout cela n'était peut-être qu'une mise en scène? Prise d'une soudaine énergie, elle commença à observer les alentours à la recherche de quelque chose de suspect. Quelque chose qui confirmerait ses pensées. Alors qu'elle cherchait une réponse, elle s'approcha du rang droit de la troisième ranger à partir du centre afin de se mettre plus ou moins à l'abris, mais simplement loin des regards. Dans quoi elle s'était foutu, ça vie n'était pas déjà assez compliqué?
avatar
Evelyn Every

Fiche perso'
Idéologie Dominante: Incompris
Niveau: 3
Exp:
95/250  (95/250)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Intrigue] Chapitre 1 : Jugement, Verdict et Ethique [Les Inscrits]

Message par Mira le Sam 07 Juil 2018, 09:29

La pression que m’avait fait ressentir l’accusé s’amenuit quand le juge recommença à parler et je pus me détendre un minimum en jetant un œil vers la fenêtre. Le ciel commençait petit à petit à s’obscurcir. Mon regard s’attarda sur une forme inhabituelle entre les nuages, une belle paire d’ailes blanches… C’était sûrement la super-héroïne dont j’avais entendu le plus parlé aux informations, Dove. Pour le coup, son aspect d’ange me l’avait fait paraître moins menaçante que les autres. J’avais toujours eu une espèce d’admiration pour ces être imaginaires célestes mais il suffisait que j’énumère tout ce dont elle était capable pour me dire qu’elle était bien capable d’être très dangereuse. Un petit soupir passa mes lèvres, ce procès n’allaient sûrement pas m’aidé à comprendre mes pensées…. Pourtant j’étais plutôt décidée à suivre ce qu’il allait se passer. Comprendre. Oui, je voulais essayer de comprendre ce monde qui me paraissait si sombre.

Un mouvement un peu trop brusque me fit tourner la tête vers mon voisin. J’eus un arrête sur image. Un garçon, pas plus de 15 ans peut-être, était excité comme une puce pour assister au procès et ses jambes ne cessaient de sautiller sur place. Il était blond, blond avec des yeux verts. Il me le rappelait, mon déjà-vu avait été violent. Ce ne pouvait être lui, bien évidemment mais cet adolescent ressemblait beaucoup à celui qu’il était à notre rencontre… C’était bizarre et dérangeant. Je ne voulais pas y penser. Je me penchai néanmoins un peu pour remarquer que la jeune femme et le jeune homme qui se tenaient étroitement l’un contre l’autre ne pouvaient pas être ses parents. Je jetai un coup d’œil autour de nous mais visiblement personne ne semblait se soucier de la présence du blondinet. Il était venu tout seul ? On l’avait laissé entrer tout seul ? C’était possible ? Je me callai un peu plus du côté de la fenêtre pour m’en éloigner et je regardai bien en face de moi.

Mon attention à nouveau dirigée vers le Juge et ses dires, je fronçais rapidement les sourcils à l’évocation de tous les chefs d’accusation. Je savais que ce serait un procès exceptionnel mais quelque chose me chiffonnait déjà. Ma mère était magistrate. J’avais assisté à quelques jugements par curiosité, même s’il n’avait en rien cette envergure, et j’étais persuadée qu’on ne mélangeait pas la justice pénale et la justice civile dans un même procès. Or il était évident que le vol et l’infiltration d’entreprises relevaient d’accusations de privés, non ? L’Etat ne pouvait pas avoir un lien spécial avec Olympus, n’est-ce pas ?

Mon visage se ferma à cette pensée. Visiblement Olympus était une société dont la renommée cachait de nombreux secrets. Je n’avais jamais voulu mettre mon nez dans ce qui concernait les affaires d’Olympus, pour moi ce n’était que le lieu de l’une de mes pires souffrances. Mais… J’aurais pu et j’aurais peut-être dû. Je n’avais certes pas besoin de fouiner partout mais j’avais été peut-être un peu trop retirée dans mon propre monde pour ne pas voir qu’Abondance était une ville avec ses propres règles. Je ne sais pas vraiment pourquoi je pensais à ça mais il y avait bien longtemps que quelque chose n’avait pas fait chauffer mes ménages à ce point.

Quand Ulysse décida de se défendre lui-même, mon froncement de sourcil ne fit que s’accentuer.

– Il est si facile…de faire taire quelqu’un. Il est si facile…de ne pas tenir compte des services rendus. Lequel est le plus monstrueux ? Celui qui déforme ses principes les plus purs pour son intérêt ? Ou celui qui se salit les mains pour les laisser perdurer ? Vous n’avez pas changé d’un iota, Wirthlin Martin.


« Faire taire quelqu’un » ? « Services rendus » ? « Pour son intérêt » ? Je ne sais pas si ce sont ces mots qui me choquèrent le plus ou le fait que le prévenu connaisse assez bien le juge pour s’adresser à lui avec son nom complet. Visiblement il y avait des sous-entendus dans ces paroles et il était évident que ce Ulysse le formulait ainsi pour qu’il n’y ait que ce juge qui puisse pleinement en comprendre la teneur. Mais pourquoi ? N’avait-il pas intérêt à balancer tout ce qu’il savait devant les caméras ? Je n’avais peut-être pas de sympathie pour l’accusé, vu ce qu’on pouvait lui reprocher et ce qu’il ne semblait pas nier mais ces paroles laissaient présager quelque chose en souterrain d’aussi discutable.

– Tout ce que vous pourrez dire pourra se retourner contre vous ! Nous sommes en direct donc ne l’oubliez pas ! Vos crimes sont impardonnables. Pourquoi croyez-vous qu’il n’y a aucun avocat général ici ? Car toutes les preuves vous accablent !


Il y avait comme une espèce de menace dans ses paroles, un « tais-toi où tu risques encore plus gros ». Dans ma tête, mes neurones me criaient « Bienvenue à Magouilles Land ! » et j’hésitai encore sur lequel il fallait se méfier. Surtout que l’argument de l’avocat était tout à fait honteux pour quelqu’un qui se réclamait faire la justice. Il n’y aurait pas de justice, juste un jugement et pas dans le bon sens du terme.

– Vous et votre gouvernement corrompu vous n’avez eu aucun remords à maquiller des crimes et des affaires sordides en accusant autrui en falsifiant des preuves. Vous ne me retirerez jamais la liberté pour laquelle je me suis battu et j’ai saigné. Vous vous êtes bien servi du gamin que la population aimait tant.


Ah, bah, voilà ! Ulysse avait finalement parlé plus franchement et cela n’avait rien de rassurant ! Est-ce qu’il fallait vraiment croire ce qu’il disait ? Est-ce qu’il ne jouait pas le rôle de la victime pour marquer les esprits ? Mais c’était encore trop vague. Parlait-il pour lui ou pour d’autres ? Et le gamin ? Si je devais identifier quelqu’un que « la population aimait tant », je pencherais pour un super-héros et le passé utilisé, le contexte du procès me faisait penser à Justice. Mais il était impossible pour moi d’en comprendre plus.

– Vous êtes irrécupérables en plus d’en venir à la diffamation. Vous n’arrangez pas votre cas, Grant !


Hum… De quoi semer le doute ! Mais les coups violents qu’il fit avec son marteau montra une certaine colère qu’un juge impartial, non impliqué n’aurait pas dû a…voir…

Je levais la tête pour voir les lumières vaciller un instant. Puis un bruit, un bruit puissant et désagréable, menaçant et dangereux, qui amena de forts tremblements… Qu’est-ce qui se passait ? Je regardai autour de moi et je vis mon début de panique se reflétait dans d’autres paires d’yeux. Notamment ceux du gamin à mes côtés… J’en eu mal à la poitrine. Une douleur piquante qui me fit porter une main sur la poitrine. Le bruit reprit encore plus fort, encore plus effrayant. Le ciel semblait nous tomber sur la tête. Mes yeux fixaient les fenêtres, mon cœur cognait de plus en plus durement comme reflet de l’anxiété qui augmentait. Ce n’était pas bon signe… ce n’était pas normal ! C’était…

Une lumière inconnue rougeoyante aveugla toute la pièce. Mon réflexe débile revient automatiquement et ma main gauche se dressa en une protection incertaine pour mon voisin. J’ouvris les yeux doucement, croisai ceux exorbités du jeune garçon et baissai mon bras en me sentant un peu stupide. Puis la panique revient en flèche. J’avais tout juste reposé ma main sur mon genou que je retrouvai la même lourdeur pesant sur mes épaules que précédemment mais avec plus de force, plus dérangeante encore. Ce n’était pas naturel, c’était presque maléfique… Je n’entendais plus que les battements sourds de mon cœur qui m’indiquait que la peur s’insinuait dans mes veines à une vitesse bien trop grande. Les ampoules éclatèrent, je ne pus que fermer les yeux, mon corps refusait de bouger alors que mon bras gauche était à nouveau prêt à jouer au bouclier. Quand je rouvris les paupières, il faisait complètement noir. Les systèmes de sécurité s’étaient activés en claquant de tous les côtés nous enlevant toutes possibilités d’y voir quelque chose. Ma respiration devient assez chaotique et même lorsque mes membres retrouvèrent une certaine mobilité, j’étais raide et tétanisée. Mais qu’est-ce que je foutais là, bordel ! Je ne comprenais pas, nous assistions à un attentat ? Des cris résonnèrent, ma voix, elle, était partie. J’avais beau ouvrir ma bouche, je ne pouvais pas émettre le moindre bruit. Mais qu’est-ce qu’il se passait !

Des coups retentirent contre la porte qui s’était refermées, nous condamnant au piège de cette salle censée être imprenable. A l’extérieur aussi ils se passaient des choses mais j’étais à peu près certaine que je préférais y être plutôt que rester coincée ici ! Une voix finit par nous atteindre, le fameux agent de la D-team Wicht… et d’autres personnes ensuite. Ce fut une conversation qui ne réussit pas du tout à rassurer qui que ce soit, à mon avis ! Mon cœur n’avait pas décidé de ralentir de rythme et mes muscles étaient bandés comme prêt pour un sprint. Mais je ne savais absolument pas quoi faire ! On nous parlait d’un bang supersonique, d’attaques à divers endroits et nous, nous devions nous calmer ? Mais je n’avais qu’une envie, c’est défoncer les portes pour me barrer !

Les bruits se firent moins nombreux, on aurait pu croire que tout se calmait. Mais de la poussière parsema mon visage quand je levais les yeux vers le trou béant qui venait de se créer dans le plafond, inondant la pièce de la lumière blafarde de la lune. Cet éclairement soudain fit émerger une silhouette des ténèbres, flottant dans un costume couteux avec un masque étrange et complètement flippant. Il descendait petit à petit vers le sol, nous faisant à nouveau peser son aura lourde, terrifiante et malaisante sur nos épaules.

– Et si nous commencions…le véritable jugement ?


Qu’est-ce que ça voulait dire ? Je ne le reconnaissais absolument pas, je ne pouvais dire si les médias avaient déjà parlé de cet homme… de ce doté… Mais visiblement il était décidé à intervenir dans ce procès… Ulysse et le juge n’avaient absolument pas l’air d’avoir été mis au courant de cette intrusion, cela ne put que me rendre plus paniquée de la situation.

Puis tout se passa très vite. Les gens s’agitaient, certains crièrent, d’autres se terrèrent dans un coin en pleurant et il eut même des inconscients qui affrontèrent le doté maléfique en s’avançant pour lui jeter des paroles qui me semblaient avoir ni queue ni tête. C’était quoi leur idée ? Discuter avec celui qui au lieu de prendre la porte se crée une entrée par le toit ? Il n’allait sûrement pas réagir à des discours sur la justice ou je ne sais quoi d’autre ! Il avait quelque chose en tête et à mon humble avis valait mieux attendre de savoir les revendications du monsieur avant de se jeter la tête la première dans la gueule du loup ! Du moins c’est ce que je ferais si j’en avais les capacités ! Là franchement, je me disais qu’il valait mieux s’éloigner le plus possible…

L’adolescent à côté de moi voulut se lever, il avait les yeux fixés sur l’être volant. Encore une fois, la peur pris possession de mes gestes et je le retenais par le poignet. Il me regarda et je compris qu’il était aussi affolé que moi, même si je ne compris pas son intention précédente. Je lui fis un non de ma tête pour lui faire abandonner son idée, quel qu’elle put être. Quand un homme habillé d’une sorte de costume dit à tout le monde de se rejoindre au fond, je pensais aussi que c’était la seule solution à envisager en attendant de sortir de ce pétrin. Je tirai alors le jeune homme vers moi pour qu’il passe derrière le dernier rang comme moi et que l’on se retrouve près du mur du fond, et surtout près de la porte qui s’était refermée. Je regardai tout autour de moi, j’aurais été plus rassurée d’avoir quelque chose dans les mains pour me protéger, une envie tout aussi stupide que mon réflexe de protection puisque ça m’étonnerait qu’une arme quelconque arrive au bout de l’individu devant nous. Le gamin qui comme moi avait légèrement fléchi les jambes pour presque se camoufler derrière le dernier rang me reprit la main pour me montrer quelque chose sur le mur. Un marteau ? Un peu comme ceux disposés dans les bus pour briser les vitres… Est-ce qu’il servait à ça aussi ? Mais les fenêtres étaient couvertes par des volets en métal ! Par contre… il semblait bien solide. Et s’il devait pouvoir casser des vitres sûrement moins cassables que celles de bus, il pouvait être efficace sur un crâne ! J’allais garder cette option en tête mais pour l’instant autant ne pas attirer l’attention…


Mira Launay
Présentation  ~ Contacts ~ Journaux
avatar
Mira

Fiche perso'
Idéologie Dominante: Aucune
Niveau: 4
Exp:
90/300  (90/300)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Intrigue] Chapitre 1 : Jugement, Verdict et Ethique [Les Inscrits]

Message par Eclypse le Sam 07 Juil 2018, 18:58


Tour 3 :



Placement des perso:

Continuant de léviter dans sa toute magnificence, l'inconnu masqué s'adressait en ces mots à l'ancien détenu, avant que tout le monde ne mette son grain de sel :

« Si tu savais…Amod. Tout le temps que ça nous a pris pour…

-Monsieur le justicier masqué, la justice doit toujours avoir un nom. Et je ne connais malheureusement pas le vôtre. Mais je vous préviens que si vous touchez à l’accusé après cette parodie de procès… je me devrais de résister pour le défendre, quitte à en mourir, Paroles de Tam Chamade. Bien entendu, cela ne prend pas en compte l'évasion, car ce n'est pas de la justice cela, juste un moyen de l'éviter. Et s'il vous plaît ne me prenez pas pour un de ses petites connes jouant à Justice. Je les hais au plus haut point. »

Ses yeux noirs se déposaient sur l’ancienne voleuse. Il ne disait rien, bien que son air terrifiant et menaçant n’ait pas flanché d’un pouce. Il se contentait juste de retenir un profond soupir. Pendant ce court intervalle de temps, le temps d’un murmure de Maxime à son amie Tori, Ulysse dévisageait le super-vilain avec attention avant qu’il n’écarquille les yeux comme s’il venait de comprendre.

« -Et peut-on savoir le jugement de qui exactement? Celui d'Amod, il allait se faire condamner! Celui du juge, ou est-ce celui des humains? Quoi qu'il en soit ce que vous appelez un jugement n'est rien d'autre qu'un meurtre. Si vous voulez vraiment faire justice. Il faut non seulement qu'il y ait justice mais aussi qu'il y ait image de justice. Ce qui veut dire que peu importe l'accusé, il a le droit à une défense pleine et entière! »

Cette fois, ses sourcils se fronçaient. L’appréhension des civils encore en état d’analyser la situation, se renfermaient sur eux-mêmes. L’instinct de survie, l’égoïsme par excellence…Quand on ne peut se débrouiller seul, on compte sur un groupe. Plus il y a de personnes, plus  la chance de mourir soi-même diminue. Si grégaire et si fascinant. L’entité masquée fermait alors les yeux, arquant légèrement ses bras pour renforcer cette image majestueuse de lui-même, se concentrant sur son prochain dessein. Une odeur nouvelle et répugnante, mixte entre les urines et les excréments des plus atteints. En y ajoutant celle de la transpiration due à la peur, quelques civils plus fragiles que les autres vomissaient.

« Quel bel hôtel…Quelle belle nature profonde… » Marmonnait l’individu.

En rouvrant ses paupières, il prenait quelques centimètres de hauteur, une vingtaine environ. Il se situait  à présent à 2m20 du sol environ. Il expirait longuement par le nez, calmant son irritation soudaine à cause de cette pollution sonore crée par les protagonistes. Ses oreilles ne pouvaient pas se fermer malheureusement.

« _ Peu importe qui vous compté Juger, ce sera moi qui vais assurer sa défense ! Qui que vous soyez ou quelles que soient vos intentions, je suis pratiquement sûr que nous sommes d’accords sur au moins un point. Le procès initialement prévu partait sur de mauvaises bases. Qu’est-ce qui me fait dire ça ? Parce le Juge monsieur Martin et l’accusé Monsieur Grant se connaissent visiblement. Par conséquent le juge ne pouvait être impartial donc les conditions pour un procès équitable n’étaient pas respectées. »

Mais pendant que toute l’attention était focalisée sur ces « courageux » qui prenaient la parole, visiblement insensibles et fermés au symbolisme, un protagoniste avait agi : Klein. Dès que la membre des Cat’s eye avait fermé la bouche, son entreprise se menait à bien. Ulysse ne lui avait répondu que d’un hochement de tête et d’un regard sérieux, en signe de remerciement. Parler était synonyme la perte de précieuses secondes. En tout cas, seuls ceux proches d’Ulysse pourraient apercevoir que les menottes tombaient à terre. Deux longues années dans l’Underworld…Si longues années. Ses poignets étaient libres, enfin. Par réflexe, il les massait, prenant une longue inspiration de cette odeur fétide qui se répandait dans toute la salle.

Liam quant à lui n’arriverait pas au bout de son entreprise complètement. Le peu de gens en état de marcher se dirigeait vers le fond de la salle, ce qui représentait environ 1/5 de la salle, environ 24 personnes. Le reste était soit inconscient, apeuré ou encore en train de se cacher comme ils le pouvaient pour ne pas subir un courroux que l’instinct de survie identifiait clairement. Pour les cartes, il s’y était pris trop tard. Combler la distance se révélait être un premier défi corsé, en plus de celui de guider les civils. Klein n’avait qu’à presser un seul bouton dans une occasion opportune. Néanmoins, la sommation de l’apprenti super-héros tomberait potentiellement dans l’oreille d’un sourd.

« -Mr. Ulysse quoi qu’il se passe avec vos menottes je vous prierais de rester dans cette position. Chacune de vos actions pourrait alourdir votre dossier, c’est pour votre bien que je vous demande...non que je vous ordonne de ne pas agir ! »

Pour Klein :
Quand Klein libéra Ulysse, il verrait avec son gear que les tâches bizarres qu'il avait identifié auparavant disparaisse petit à petit, au fur et à mesure de sa sorte de prière. Il ne fallait qu'une dizaine de secondes avant qu'elles ne soient plus identifiables à la vision à rayons X.

Ce dernier continuait de masser ses poignets en silence. Il ne bougeait point. Cependant, ses lèvres oui. Il semblait prier, psalmodier, implorer une force supérieure, les yeux fermés. Le Masqué claquait alors des doigts. Un simple claquement représentant la quintessence des erreurs commises par tous les protagonistes qui s'étaient alors avancé et avait attiré l'attention. Un bruit fracassant, reconnu par tout le monde comme étant l'unisson de plusieurs coups de feu, laissait derrière lui des conséquences regrettables.

Tam Chamade prenait alors deux balles. La première se logeait dans son épaule droite sans la traverser et la seconde traversait son poumon droit. Elle ne mourra pas sur le coup mais sa perte de sang lui donnait environ 8 minutes à vivre tout au plus si elle n'était pas prise en charge. Dans l'optique où elle survivrait, elle aura une contusion pulmonaire. Elle ne tomberait pas dans l'inconscience mais elle présentera énormément de mal à respirer sans aide respiratoire.

Maxime Lafleur pouvait s'estimer chanceux, une balle avait fusé en ne lui laissait qu’une petite entaille superficielle au niveau de la joue gauche. Une deuxième par contre lui avait traversé la paume de la main gauche et la dernière se logeait dans son bras droit, au niveau du biceps, sans traverser. Il n’en mourrait pas, les zones touchées étaient non vitales, mais il faudra au moins stopper le saignement pour ne pas succomber.

Johann était surement le plus malchanceux du groupe. Une seule balle avait été tirée mais cette dernière explosait dans son abdomen, provoquant des lésions et saignements abondants. Encore conscient, ses forces le quitterait jusqu’à ce qu’au bout de 4 minutes il ne succombe à la douce étreinte de la mort.
Liam se prenait deux balles. Une dans la jambe droite et l’autre dans le bras gauche. Aucune n’avait traversé et les points vitaux ont été épargnés. Néanmoins ses appuis seraient grandement impactés et il perdrait du sang comme tout le monde. Il était encore conscient et en état d’agir, même s’il lui fallait les premiers soins pour se stabiliser et éviter de rejoindre l’au-delà.

Pour Makumo :
L'individu masqué avait à peine fini de claquer des doigts qu'un puissant regard le fixait. Une unique pensée s'infiltrait alors dans son mycélium psychique :

« Encore un télépathe…Vous êtes ennuyants…Le dernier n’avait que 24 ans quand je l’ai capturé. »

Puis d’un coup, sur tout le réseau que pouvait établir Makumo, des images de morts, de souffrances, de tortures et d’autres actes immoraux défilaient à toute vitesse. Elles semblaient aussi claires que flou à la fois. Un enfant allongé au sol, puis des coups de feu, puis des bustes humains accrochés à des crochets de boucher ou bien encore des femmes violées devant leurs petites filles de 5 ans. Des meurtres, des attentats, des assassinats. Chaque fois que Makumo ouvrira son réseau télépathique, alors chaque seconde lui révélerait une dizaine de secondes d’horreur. Son crâne pourrait alors lui paraître comme un tambour que l’on fracasse dans un rythme anarchique.  

Une vraie question se posait alors ? D’où provenaient les coups de feu ? Comment peut-on négocier des angles improbables de la sorte ?  En tout cas, le Masqué venait à soupirer d’aise, content que cela suffise à regagner un certain respect et un certain temps de parole précieux :

« J’ai toujours eu horreur des bourdonnements des moustiques. »

Son regard se reportait alors sur Klein, à qui il souriait, bien que ce soit invisible vu son masque, même si le plissement de ses yeux communiquaient son intention. Il applaudissait alors lentement, l’air de la féliciter :

« Bien, au moins un qui rattrape le temps perdu par les autres. Dis-moi Amod, c’était comment dans l’Underworld ?

-Plutôt pas mal, comme tu peux le voir. Avec sarcasme et une légère agressivité

-Oh je t’en prie, ne montre pas les crocs tout de suite, sinon tu serais déjà mort en prison dans l’ombre sans qu’on étale cette histoire, toi et tes neuf autres camarades.

-Où sont-ils ?, Demandait sans traîner Amod

-Doucement, tu veux toujours aller trop vite…Détends toi un peu. On n’est pas bien là dans cette ambiance sombre et mortuaire ? soulignait sans dérangement son interlocuteur

-J’ai eu toute ma vie pour la connaître, la tienne est aseptisée en plus de me foutre sur les nerfs. Viens droit au but.

-Tu sais…même si je représente l’autorité dans mon organisation et ma famille…J’ai un boss moi aussi. Ce dernier te veut à ses côtés pour reprendre les recherches que le gouvernement t’a volé.

-Et que vous avez dérobé vous aussi, pas vrai ?

-J’aime ta perspicacité. Tu es le seul traducteur éveillé sur cette planète, ta vie est plus précieuse que tout, pour notre grand projet. Le temps est plus précieux que tout.

-Une branche pourris pour une autre…Tu crois vraiment que je vais accepter ? Puisque ma vie est plus importante que tout comme tu dis, c’est plutôt moi qui suis en position de force. Avec son index, Ulysse gravait à toute vitesse des symboles inconnus. Ces derniers se rendaient vers Johann et Tam Chamade, leur offrant cinq minutes de plus à vivre en amoindrissant légèrement les conséquences des plaies de manière éphémère. Un moyen de gagner du temps, dans le désespoir que représentait la situation. Le corps entier d'Amod était recouvert de différents motifs et symboles qui brillaient faiblement avant que cela ne s'arrête brusquement.

-Je ne ferai pas ça si j’étais toi. L’éveil que tu as atteint sublime ton pouvoir et est très puissant puissant. S'affronter ici détruirait la ville, tu t’en doutes bien. J’arrive toujours à obtenir ce que je veux, de près ou de loin.

-Je ne suis pas là pour me battre mais pour offrir une chance à quelqu'un que je sauve d'en sauver d'autres. Je n’ai jamais préconisé la guerre malgré ma formation de soldat, sauf en solution de paix.

-Tu as toujours été trop doux, même en donnant la mort à tes adversaires, bien que cela ne t'ait pas dérangé de ne pas suivre cette pompeuse phrase que tu viens de me sortir. Tu veux savoir où sont tes camarades ? Tiens, regarde. »

Amod se tenait la tête, pris d’un mal de crâne sévère. Personne d’autres que ces deux-là ne pouvaient savoir ce qui se déroulait. Légèrement haletant, il répondait enfin :

« Je vois…Le pilier était donc là depuis le début…

-Considère ça comme un cadeau de libération. Bienvenue sur terre.

-Cela restera toujours un non. Mes gars le savent et sont loyaux. Tu te tires des balles dans le pied...

-Je me doutais bien que tu dirais ça. Néanmoins, deux années sans pouvoir utiliser ton don, tu ne pourras pas utiliser ta toute puissance, tu es diminué, bien que tu surpasse certainement la plupart de mes hommes Il en va de même pour ton éveil.. Mais j’ai un argument de choix pour toi. Entre en scène, sublime créature. »

Un autre claquement de doigt et tous les protagonistes en état d’écouter entendraient alors des craquements, des bruissements étouffés, des os qui se brisent et se reforment. Tout le monde s’était focalisé sur les choses se passant devant soi, mais derrière ? L’homme calme, trop calme, qui avait le regard dans le vide et un air absent et insensible à tout ce qui se passait, les bruits provenaient de son corps qui se disloquait dans des bruits immondes de chairs et d’os. Il grandissait, encore, encore et encore jusqu’à atteindre les deux mètres cinquante et les quatre cents kilos. Sa peau s’étirait tellement qu’elle laissait apparaître les muscles contractés et rouge. Son visage ne donnait plus rien d’humain. Ses mains pouvaient saisir un crâne avec aisance tellement elles devenaient larges et puissantes. Des excroissances poussaient, lui donnant un certain blindage. Une horreur.

« Comment tu trouves ce sérum, Amod ? Magistral  pas vrai ? Je ne pensais pas que le sujet 542 arriverait jusqu'ici sans être repéré. Incapables justiciers...

-La stèle arctique…Vous avez profitez de…On ne peut cumuler plusieurs dons !

-C’est ce qui arrive quand on ne veut jamais coopérer pour rendre le monde meilleur, mon brave. Au travail, mon sublime Hell Knight.

-Arrête tout de suite !

-Un seul mouvement de ta part et il tuera tout le monde ici présent. Mais déjà, l’insolence a un prix. C’est pareil pour toi, Klein. Pas un pas, je suis d’humeur à te laisser en vie plus longtemps que les autres.»

Il connaissait son nom ? Les spasmes d’Amod redoublaient d’ardeur et c’est alors qu’avec deux genoux au sol, il se tenait le ventre. Les effets secondaires des résidus du produit anti-doté qui traînaient depuis 2 ans dans son organisme le tordaient de douleur, surtout après l’utilisation précédente pour stabiliser les plus mal en point. La créature se trouvait depuis le début parmi les 24 personnes du fond. Instinctivement les gens se collaient le plus possible au mur, les plus sensibles bouchant leurs oreilles pour éviter d’entendre les râles de douleur de cette transformation. Un autre homme, un civil tout ce qu’il y a de plus classique, était saisi à la tête par le monstre. Il criait de toutes ses forces en tentant de se débattre. Il se trouvait à environ deux mètres de Mira. Dans un craquement digne d’un abattoir, le monstre avec une seule main venait de lui broyer le crâne. Les gicles de son fluide vital se répandait partout autour de lui, salissant Mira et son protégé au passage. Joignant ensuite son autre main à cette tête massacrée, il la tournait dans un sens, puis dans l’autre, l’arrachant ensuite pour l’observer avant de beugler dessus. Il tournait alors le dos aux civils pris d’effroi avant de lâcher cette tête pour qu’elle roule jusqu’aux pieds d’Adolf dans un état méconnaissable, répandant du sang sur le tapis de la même couleur.

« Espèce d’enfoiré…

-Chaque secondes d’hésitation va petit à petit tous les amener dans les enfers. A moins que les super-héros d’aujourd’hui soit aussi digne que ton escouade avec Jacob. On se repose trop sur eux, eux qui sont admirés, craints et insultés. Nous ne serons jamais égaux avec ces moutons.

-Arg…Car tu crois que ça va leur inculquer des valeurs ça ?

-Mon maître, disciple du tiens, a bien réussi. Vous récoltez ce que vous avez semé. Montrez-moi ce que vous savez faire, civils comme héros. Les survivants seront dignes de me servir d'esclave. Comme toi Amod, sans que j'atteigne l'éveil, te garder selon le plan B serait inutile et regrettable. »

Pour Klein:
Tenant à peine sur les genoux, le front par terre, Ulysse le regardait du coin de l’œil, semblant lui quémander quelque chose du regard. Il regardait à tour de rôle Klein puis le garde par terre. Il devait trouver la solution. Si Klein regarde à nouveau les gardes par terre, il identifierait une sorte de seringue portative qu'on peut apercevoir à Olympus. Sur cette dernière il serait alors marqué "A.A.D.."

La créature, de son côté, laissait derrière elle des pas lourds à en faire trembler le sol. Adolf étant sur la route, il le croiserait sans doute en premier, certainement pas pour échanger des banalités. Elle se situait à 5 mètres environ, expirant intensément comme un animal enragé bien que sa marche soit lente et sur la réserve.

«Vous aussi magistrat, prenez part à cette démonstration.

-Que...AAAAAAAAAAAAAAAAARRRRRRRRRGH ! »

Un simple autre claquement de doigt et le juge était lui aussi pris de spasmes avant de se changer en une bestiole méconnaissable, à l'image de l'autre homme. Une seconde horreur venait d'apparaître au même moment que la mort du juge. La créature utilisait alors les ténèbres ambiants pour s'accrocher au plafond, guettant la cible la plus faible présente. Elle mesurait 1.5m de haut grâce à sa première grande pair de bras, 1 de large, sa queue mesurait 80cm. Ce milieu ne semblait absolument pas la déranger. Elle se situation alors sur le plafond, au dessus du premier rang à gauche, contenant des légers bruissements monstrueux proche des reptiles comme les serpents.

HRP:
Vous avez jusqu'à Mardi 10 Juillet 22h30 (française) et 16h30 (québécoise) pour répondre. Blablabla les questions blablabla les réponses, tout ça tout ça, on connait la musique maintenant.


Revenir en haut Aller en bas

Re: [Intrigue] Chapitre 1 : Jugement, Verdict et Ethique [Les Inscrits]

Message par Tayra le Sam 07 Juil 2018, 22:37

Chapitre 1 : Jugement, Verdict et EthiqueEVENT

M'adaptant très lentement à la faible luminosité, j'essayais d'observer les quelques inconscients qui se sont bêtement approchés de l'inconnu pour tenter de parler diplomatie, je ne sais pas que faire, aller les aider en étant aussi suicidaire qu'eux ou rester bien à ma place et éventuellement m'occuper des civils? Tandis que le héro en herbe s'occupe de prendre le rôle du suicidaire, je décide de rester ici. Il y a peut-être une chance que cet inconnu ne veuille pas de mal aux innocents...

Je me concentrais pour saisir le moindre mot qui se disait là-bas, alors qu'une odeur répugnante envahissait la salle. Cela m'affecta peu grâce à mon habitude des égouts, mais je plains ceux qui se tordent le ventre pour ne pas vomir...
Tout à coup, un bruit fracassant me donna un mouvement de recul. La plupart de ceux qui s'étaient approché de l'inconnu venaient de tomber sous des chocs inconnus, comme s'ils s'étaient tous fait tirer dessus en même temps. L'adrénaline commença à affluer dans mon corps, ma conscience et mon instinct se battaient pour savoir si je devais leur porter mon aide, mon coeur battait de plus en plus rapidement alors que je faisais un pas en avant presque à contre-coeur. Je me retourne presque instantanément en voyant l'homme étrangement calme derrière moi qui commençait à trembler. La scène qui suivit fut complètement atroce, malgré l'obscurité; d'abord la bête qui apparut dans un spectacle des plus gore, puis la tête de cet homme qui... Comment peut-il avoir autant de force!?

Cette idée résonne une seconde dans me tête, mon cerveau boosté par l'adrénaline arrive clairement à une conclusion: il faut prendre avantage de sa force. Je me retourne vivement vers la fenêtre la plus proche, reprends mes tatouages qui visiblement n'ont pas pu faire effet et démarre d'un coup. Je passe entre les deux premiers bancs, me servant de mes mains pour mieux me repérer dans le noir. Je serais sans doute mort si je n'avais pas réagi. Je continue jusqu'à atteindre la fenêtre en face, j'espère qu'il me suit toujours et que les civils se tassent bien dans les coins. Une fois arrivé à la fenêtre, je pose ma main sur le volet, bras plié, et y imprime mes tatouages, tout en me retournant perpendiculairement au mur, la tête encore 90° plus loin pour voir Hulk de face. Je prends une grande inspiration, me tenant droit avec les genoux légèrement pliés, de sorte à ce qu'il veuille me frapper la tête, il puisse heurter le tatouage derrière, tandis que je suis prêt à bondir pour esquiver. Aller, c'est comme les exercices d'esquive à la boxe, pas vrai? Disons simplement que l'enjeu est un peu différent...
Pff, on dirait que je me retrouve à devoir battre un boss de jeu vidéo. Pourquoi faut-il que je sois dans cette merde.



Dernière édition par Adolf le Sam 07 Juil 2018, 23:58, édité 1 fois
avatar
Tayra

Fiche perso'
Idéologie Dominante: Aucune
Niveau: 1
Exp:
90/150  (90/150)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Intrigue] Chapitre 1 : Jugement, Verdict et Ethique [Les Inscrits]

Message par Klein le Sam 07 Juil 2018, 22:49

YES ! Ça marche ! Les menottes sont tombées, je vais pouvoir peut-être survivre un peu plus longtemps. En tout cas Papa Ulysse semble me remercier et ça fait plaisir, il est le seul gars ici présent dont je recherche l'aide et l'approbation actuellement. Ce n'est pas avec le pseudo avocat, l'autre qui gueule pour rien ou encore Tam qui fait son pseudo sauveuse. Bordel les gars, vous ressentez pas la pression qu'il met le mec ? J'ai l'impression qu'il peut me tuer avec un regard... je n'ai jamais ressenti ça, même avec mon ancien maître du karaté quand il était sérieux, et pourtant mon maître était super fort. Mais là, c'est juste un autre niveau, c'est haut delà de la simple force. Mon corps me fait comprendre par toutes ses fibres que je ne fais juste pas le poids.

En plus maintenant on a le droit a un super-héros qui veut faire capoter mon plan, nan mais on t'a rien demander la tarlouze en collant là ! Bon sinon avec mon gear je peux voir que les taches sur le corps de papa Ulysse disparaissent sauf que bah ça laisse place à rien. Je m'attendais à un gear pour faire des trucs pareils... Bizarre cette connerie. Surtout qu'il a l'air de marmonner un truc, mais bon je n'entends rien d'ici.

*snap* Un claquement de doigts et puis des coups de feu, voilà ce que je viens d'entendre sans rien comprendre. Du sang gicle et des cris s'ensuivent... Qu'est-ce qui vient de se passer là ? Je reste là à bug pendant une demi-seconde ne comprenant rien à ce qu'il vient de se passer. C'est quoi ce bordel, d'où viennent toutes ses balles ?! J'ai bien fait de pas me foutre au milieu. Et mais, il vole l'autre dingue là nan ? Oh putain, ça finit par même plus m'étonner tout ce bordel. C'est genre limité normal qu'un mec aussi menaçant fasse un truc aussi " simple " que voler. Et là maintenant il regarde dans ma direction après avoir sorti une punchline... Ça y est je suis mort, putain de merde.Ah nan ? Attends, la façon dont ses yeux sont positionnés... Il me... Sourit ? Oh bordel j'ai un sale frisson qui me traverse l'échine. Je n'ai pas fait ça pour toi à la base fils de p*te.

Bon voilà maintenant que j'assiste à la scène clichée entre le protagoniste et l'antagoniste... Mais au moins grâce à ça je sais que j'ai fait le bon choix, papa Ulysse c'est un bon, et c'est lui que je vais suivre jusqu'à ce qu'on soit sorti de ce bordel. En plus je sais pas ce qu'il a fait mais on dirait qu'il a aidé les blessés, alors que rien ne l'obligeait à le faire. C'est vraiment un bon gars, si seulement j'avais pu le rencontrer autrement. En ce qui concerne l'autre, lui ce n'est vraiment pas un mec sympa par contre c'est sûr, il a presque tué des mecs comme ça juste car il avait envie... J'aime aussi faire ce que j'ai envie hein, mais là c'est peut-être un peu abusé. Et voilà qu'il se remet à claquer des doigts en plus. Merde ! Je me couche au sol par réflexe, par envie de prendre une balle. Ah ? Pas de balle ? Par contre un bruit super-étrange, je relève la tête et me remets accroupi quand je vois un monstre tout droit sorti d'une autre dimension, un truc horrible qui me fait avoir un haut-le-coeur. J'ai presque failli sortir mon dîner pour le coup. Bordel, il faut que je bouge, il faut que je fasse un truc ! Je commence alors à me relever doucement quand...

-Un seul mouvement de ta part et il tuera tout le monde ici présent. Mais déjà, l’insolence a un prix. C’est pareil pour toi, Klein. Pas un pas, je suis d’humeur à te laisser en vie plus longtemps que les autres.

Ça me cloue sur place. Je ne respire même plus pendant 5 secondes. Il va me tuer... Je vais crever si je bouge putain... Et puis en plus comment il connaît mon prénom putain ? Y avait pas de liste d'entrée, alors il sait qui je suis merde ? Et ça veut dire qu'il peut me retrouver plus tard nan ? Merde... Merde. MERDE !
Bon calme toi Klein, tu es intelligent, tu as des capacités, tu peux survivre, il faut juste pas le provoquer et trouver un moyen d'aider Ulysse... C'est quoi ce bruit ? Je regarde vers la foule de la porte et là je vois un mec qui vient de se faire broyer la tête... BLURGH ! J'ai les joues rempli de vomi, mais ce n'est pas le moment de gerber, j'ai besoin de mon énergie au maximum ! Ravale ta putain de fierté Klein, il faut survivre ! Je ravale alors le contenu de mon estomac, horrible, juste horrible.

Je regarde alors à nouveau papa Ulysse qui me regarde du coin de l’œil. J'ai l'impression qu'il essaye de me dire quelque chose. Il regarde autre chose non ? Je suis alors son regard et il semble regarder la garde, il veut quelque chose de lui ? Je regarde alors avec mon gear, et entre tous ses accessoires de garde, il semble y avoir comme une seringue, et là où je vois pas l'utilité de tout le reste de ses affaires, ça par contre ça semble intéressant. Je tends alors doucement la main dans sa poche pour prendre la seringue. Bon maintenant je fais quoi ? Je la lance ? Nan je pourrais me rater avec le stress... J'y vais doucement ? Nan il va forcément me voir maintenant... Je me sers du garde comme bouclier ? Bordel mais Nan ! Il a sûrement une famille ce mec, et c'est qu'un garde, il n'a rien demandé à personne lui non plus, je ne suis pas un tueur bordel ! Le stress et l'instinct de survie peut vraiment vous changer profondément... Bon, je vois qu'une solution, courir. Courir plus vite que tout, courir comme je n'ai jamais couru. Il y a très peu de distance, si je tape une accélération sur le premier mètre et me laisse glisser sur les deux derniers et plante la seringue dans son bras alors je peux le faire, il faut ensuite que je saute derrière le meuble en bois massif...

Je souffle alors un coup, profondément en fermant les yeux. Pendant mon temps de concentration et surtout pendant que je rassemble tout mon courage, j’entends des bruits similaires à quand l'autre monstre est apparu, il y en a donc un deuxième, mais les bruits sont plus proche et vu ce qu'à dit l'autre fou, c'est le juge le nouveau monstre... Mais je n'ai pas le temps d'ouvrir les yeux, concentres-toi Klein et visualise ton action... J'ouvre alors les yeux d'un regard sérieux, plus sérieux que jamais. Dans une position d'appui accroupi optimal, je m'élance vers Ulysse, je ne regarde même pas l'autre fou, j’espère juste ne pas entendre un claquement de doigts. Mon premier mètre franchi en moins d'une seconde, je lance un tacle pour glisser jusqu'à Ulysse sans perdre de temps. Une fois à côté de lui je plante la seringue dans son bras et appuie pour faire rentrer le liquide dans son organisme. Je suis à présent à côté d'Ulysse... Mais j'ai surestimé ma puissance, je pourrai jamais me mettre à l'abri en peu de temps, j'espère que ma mort ne sera pas douloureuse...
avatar
Klein

Fiche perso'
Idéologie Dominante: Aucune
Niveau: 6
Exp:
0/500  (0/500)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Intrigue] Chapitre 1 : Jugement, Verdict et Ethique [Les Inscrits]

Message par Evelyn Every le Dim 08 Juil 2018, 01:22

La pièce était sombre, mais la lune éclairait doucement le spectacle d'horreur qui s'y produisait. La scène était horrifique; des personnes couraient vers la porte alors que certains étaient toujours figés à leur siège simplement paralysés, sur le point de vomir ou de tomber dans les pommes pendant que, les autorités ainsi que certain civils, essayaient de ramener l'ordre et le calme. Plusieurs succombèrent aux effets néfastes de l'intrusion de l'homme masqué et l'odeur immonde se répandit dans la salle. Evelyn avait reposé son regard sombre sur l'homme masqué effrayant d'ignorer l'odeur qui lui levait le coeur à son tour. Il se tenait toujours dans les airs et conversait avec le prisonnier, sans pour autant se préoccuper des gens qui observaient la scène. La louve ne pouvait pas entendre ce qu'ils disaient d'où elle se trouvait, mais les choses devinrent très vite mouvementé. Lorsque la dernière attaque fut manqué, elle se tourna vers le jeune homme qui hurla à Ulysse et reposa rapidement ses yeux vers lui. Il était désormais détaché et frottait ses poignets, libéré. L'Anglaise décida de retourner vers le centre et remarqua alors Johann qui s'y tenait déjà, mais au moment où elle rejoignît le jeune homme, elle s'arrêta sec lorsque le premier coup de feu retentit. Tout se déroula très rapidement. Tam fut la première touchée, elle devait avoir reçu au moins deux balles. Le second fut le jeune homme qui se trouvait près d'une brune et qui n'avait pas bougé, mais qu'Evelyn avait bien vu interpeller l'homme masqué un peu plus tôt. La louve n'arrivait pas du tout à voir d'où provenait les coups de feu, mais son regard se figea sur Johann lorsqu'il fut le troisième touché. Elle défigea et se précipita vers lui sans se préoccuper des dangers suivants ses déplacements. La balle avait atteint son abdomen et Evelyn se pressa à y mettre une pression voyant le sang abondant tâcher les vêtements de l'albinos. L'arme frappa une dernière fois sur l'homme qui avait ordonné à Ulysse de ne pas bouger. Il a reçu deux balles dans la jambe et les coups arrêtèrent finalement. Elle s'était jetée sur l'officier pour l'aider, car il était le plus proche d'elle, mais surtout, car elle avait pu apercevoir le liquide rougeâtre. Il devait être soigné au plus vite, mais Evelyn n'avait pas ce don. Elle jeta un coup d'oeil autour d'elle et serra les dents. Et merde. Elle déchira rapidement un bout de sa robe afin de l'utiliser comme compresse avant de prendre la main de Johann pour que le blesser applique lui-même la pression. La louve se redressa et dévisagea l'homme masqué, serrant les poings au point où ses jointures blanchissaient. La peur de l'envahissait pas du tout, mais la rage commençait à l'envahir doucement. Pourquoi ne courait-elle pas pour sa vie comme elle l'avait toujours fait? Par abandon? Non, elle en avait finit de fuir vainement. Il était donc temps de combattre ses démons et d'enfin agir. Le dialogue continua entre les deux hommes sur la scène et la brune ne pouvait toujours pas entendre clairement ce qu'ils disaient. Elle prit ce temps pour réfléchir à un moyen d'aider sans courir à sa perte... non, elle ne ferait pas comme les deux inconscients qui se trouvaient à la merci de l'homme masqué. Elle se demanda même pourquoi l'un d'entre eux n'avaient pas reçu de balles, mais son attention fut attirée par Ulysse qui se mit à faire des gestes étranges avec ses mains. Evelyn se tenu prête à une éventuelle attaque, mais elle remarqua rapidement que les blessés semblèrent aller un peu mieux après qu'il eut terminé. Elle soupira longuement, mais n'arriva toujours pas à se détendre voyant la conversation se poursuivre et Amod, les mains sur son crâne, souffrant. La jeune femme ne pouvait pas se jeter dans la mêler la tête baissée.Elle décida donc de se retourner vers Johann en espèrant qu'il soit mieux pour l'aider, mais alors qu'elle allait ouvrir la bouche, l'homme masqué claqua des doigts une deuxième fois et cela résonna longtemps dans les oreilles de la brune.

Son sang se glaça lorsqu'elle entendit des craquements, des bruissements étouffés, des os qui se brisent et se reforment venant de derrière elle. Elle tourna sa tête sèchement vers l'origine du son et la jeune femme pu observer avec stupeur la transformation d'un des spectateurs en monstre. Ils avaient été tellement focalisés sur ce qui se passait en avant que personne n'avait remarqué ce qui pouvait arriver derrière eux. La bête se trouvait près de l'entrée et donc, des 24 personnes qui s'y étaient précipitées un peu plus tôt. Evelyn était paralysée face au spectacle... non par la peur, mais par la rage d'être aussi faible, de ne pas pouvoir aider tout le monde. La créature agrippa un homme qui se tenait près de lui et lui éclata le crâne sans effort. Le sang coula sur le sol et fut projeté sur deux jeunes personne non loin. Elle agrippa la tête du cadavre une deuxième fois pour y démembrer le crâne et elle la fit rouler au sol jusqu'au pied d'un jeune homme aux cheveux bleus. Celui-ci se mit à reculer lentement voyant la bête l'approcher. Elle sentit la rage l'envahir de plus en plus et bientôt, l'homme fut prit au piège entre les bancs. Sans dire un seul mot à Johann, Evelyn se précipita vers la créature alors que ses os et tout son organisme changèrent au milieu de sa course, laissant apparaître le sombre pelage de sa forme de louve. Une louve de 1 mètres 50 de hauteur et de 2 mètres 20 de largeur qui avait une masse 140 kilos. Elle n'était pas aussi imposante que la créature à laquelle elle s'attaquait, mais elle était en meilleure possession qu'un être humain de taille normal. Un lourd grognement lui échappa alors qu'elle se projeta sur le monstre en espérant que sa vitesse ainsi que sa force et son poids ensemble soient assez efficaces pour renverser l'abomination qui attaquait les gens. Une fois qu'il serait renversé par terre, le dos contre le sol, elle plongerait ses crocs violemment dans son épaule droit, proche de son cou, en espérant que le jeune homme ailles le temps de fuir... ou encore de l'aider, mais elle croissait surtout les doigts pour ne pas mourir. Pourtant, la louve d'ébène ne sous-estimait aucunement son adversaire et c'est pourquoi elle avait tous ses sens en alertes malgré tout, car il n'était malheureusement pas le seul monstre à combattre...
avatar
Evelyn Every

Fiche perso'
Idéologie Dominante: Incompris
Niveau: 3
Exp:
95/250  (95/250)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Intrigue] Chapitre 1 : Jugement, Verdict et Ethique [Les Inscrits]

Message par Makumo le Dim 08 Juil 2018, 04:59

La situation partit très rapidement en sucette, littéralement. Une femme très agile s'élança devant Ulysse pour le "protéger". Elle se permit même de faire la morale à l'intru ! Ne voyait-elle pas que ce gars était d'un autre niveau ? Que son acte futile et suicidaire ne servirait à rien ? Elle arrivait même à se contredire en quelques secondes ! Makumo n'était pas encore remis de sa perplexité qu'un autre civile s'empressa de suivre son exemple et d'interrompre l'homme masqué. Wispers commençait sérieusement à paniquer ne sachant pas comment réussir à attire l'attention de l'homme sur autre chose que ses "nuisances". En tout cas sans s'attirer ses foudres au passages. Le policier lui conseilla alors de sa calmer par la pensée. Makumo pouvait sentir sa résignation et l'espace d'un instant il fut inquiet de ce qu'il allait faire. Il leur ordonna de protéger et rassembler les civils, tandis qu'il attirait l'attention sur lui. Le jeune homme savait qu'il voulait être la seule cible, espérons que le vilain se contenterait d'une cible. Makumo prit une grande inspiration alors qu'un jeune homme passait à côté de lui. Il ne fit pas attention à lui et se concentra pour transmettre ce qu'il savait à l'extérieur.

- L'intru est entré dans le tribunal, plusieurs personnes ont perdu connaissance. On a vraiment besoin de renfort là !

Le monstre reprit enfin la parole et comme prévu ... il n'était pas très content de s'être fait interrompre. Tout se passa trop vite pour que Makumo comprenne ce qu'il venait de se passer. Il claqua des doigts et uns à uns les fauteurs de trouble furent foudroyés. Il venait de leur tirer dessus ? Il ressentit la douleur de Liam et Johann, très intense chez ce dernier. Il n'avait pas remarqué que Liam s'était approché, trop occupé qu'il était à gérer le flux de pensées. Il voulut aller à leur secours quand un phénomène étrange se produisit. Il les voyait sans arrêt ... toutes ses horreurs cette douleur, ces cris ! Ils emplissaient son esprit, si nombreux, tellement nombreux que ça en devenait insupportable ! Makumo s'effondra devant lui en gémissant de douleur. Il mit immédiatement fin à la communication pour se protéger. La douleur reflua alors et il put récupérer son souffle. Ce gars ... avait failli lui griller le cerveau ! Il essaya encore d'utiliser son pouvoir, mais les images réapparurent comme des lions en embuscade. Du sang coulait de son nez, ce qui l'empêcha de vomir quand l'odeur nauséabonde se répandit tout autour. L'homme arrêta là de massacrer la foule et entama un dialogue sans queue ni tête avec Ulysse. Il semblerait qu'ils se connaissaient finalement, mais Makumo comprit qu'il ne s'aimait pas pour autant. Il profita de leur discussion pour ramper en direction du banc des accusé. Il souhaitait s'y cacher, se faire oublier rien qu'un instant, trouver un abri .... Il rampa pendant tout leur dialogue, essayant d'être discret. Il doutait que le super vilain ne s'intéresse à lui de toute façon, il devait avoir l'air pathétique et c'était tant mieux.

Le bruit de la transformation l'arrêta dans son déplacement. Il vit de loin le monstre écrasé le crâne de ce pauvre gars, mais préféra détourner le regard. Il fallait trouver une solution. Derrière le meuble en bois massif, il aperçut le même garçon, paralysé par la peur ou pas tout à fait ... Il cherchait frénétiquement quelque chose dans les poches du garde. C'est à ce moment que l'homme fit apparaître un nouveau monstre. Bordel de merde, il en avait combien en réserve ? La bête s'élança au plafond, juste au-dessus de lui. Il regarda l'autre garçon qui semblait prit dans un inextricable dilemme. Il avait quelque chose à la main, probablement trouvé sur le garde toute à l'heure. Il suivit son regard et vit q'Ulysse était à présent détaché. D'après leur discussion, ils ne s'aimaient guère, mais un combat entre eux pourraient s'avérer trop dévastateur. Cependant, il n'avait aucune autre solution, maintenant que les seuls personnes aptes à réagir étaient mortes ou blessées. soudain le gars s'élança comme un fou en direction de l'accusé, Makumo écarquilla les yeux devant son geste, était-il malade ? Où avait-il un plan ? Le jeune homme profita de cette diversion pour se cacher derrière le meuble à l'abri des regards. Le garçon allait surement y passer, il devait faire quelque chose mais quoi ? Ce blocage l'empêchait de ... Attends, si le gars saturait son réseau psychique avec une quantité faramineuse de pensée, il pouvait en profiter. Il ne les contrôlaient pas, mais pouvait les partager l'espace d'un instant. Il pria une quelconque divinité que son pouvoir fonctionne et se concentra. Il n'aurait que quelques secondes, il repéra du regard les deux créatures et l'homme masqué. D'un coup il étendit le mycélium pour toucher leurs esprits. Le flot d'idées noirs lui tomba dessus comme une pierre, mais il tint bon. Il grimaçait de douleur, mais il devait tenir encore un peu. Toutes ses pensées intrusives, il les partagea avec eux, leur envoyant chaque image, chaque sentiments. Il y en avait bien trop et c'était une torture, mais si ça l'était pour lui, ça le serait pour eux ! C'était un coup désespéré, mais cela serait peut être suffisant pour au moins lui faire perdre de précieuses secondes.
avatar
Makumo

Fiche perso'
Idéologie Dominante: Incompris
Niveau: 4
Exp:
0/300  (0/300)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Intrigue] Chapitre 1 : Jugement, Verdict et Ethique [Les Inscrits]

Message par Maxime Lafleur le Dim 08 Juil 2018, 10:47

Son plan marchait mieux que prévu.Un super avait embarqué sur son argument et s'était proposé comme avocat. Et pas n'importe quel super, non c'était Johann, celui qui l'avait guidé dans l'académie. Comme le monde était petit. Tori l'engueulait maintenant, mais au moins, il avait pu imprimer un mouvement. Et les supers se reveillaient. Un d'entre eux les enjoignait de se rendre vers le mur du fond. Mur du fond étant celui où il y avait la porte. Y avait juste à s'y rendre. Et les super les sauveraient. À part que le dit super venait de dire que les menottes d'Amod étaient... défaites. Et il lui ordonnait de ne rien faire. Ah ils étaient beau les supers. Et bien sûr, après ça, les deux méchants allaient se rendre. Ils etaient en train de croiser l'albinos quand le bruit terrifiant de coups de feux les firent se figer. Puis trois brûlures soudaines le traversèrent. Une à la joue, une dans la main, une au biceps à proximité du coude. Et ça piquait de plus en plus fort! Mais ça avait le mérite de le réveiller. À ses pieds, il put apercevoir une jeune femme en train d'appuyer sur le ventre de l'Albinos, celui-ci saignait abondamment . En face la fille au masque  qui se tenait la poitrine, le sang éclairé par la lune qui noircissait sa tenue. Et monsieur super, il favorisait une de ses deux jambes. La team super était hors courses, il ne restait plus que les civils.

Aux cris un silence pesant fit place. Il sentait Tori s'agiter et commencer à lui bander la main gauche. Dans cet état, il ne pourrait pas servir à grand chose. Mais pensons gamer.  Il ne pourrait pas se servir de ses bras. Non d'un bras et d'une main. Par contre ses jambes, elles étaient intactes. Bien il lui faudrait une cible qui ne serait pas trop handicapée par ces pertes et aussi un moyen d'améliorer sa condition physique et ses jambes.


-Tori attends un peu avant de faire ton bandage. Occupe toi de moi dans cinq minutes.

À l'aide de sa main droite il sortit son tel et le debloqua.la il tapa avec son pouce le nom de sa cible. Il s'arrêta sur l'image voulue. Et la regarda en se concentrant sur elle uniquement. Son bras le brulait, son autre main le lancait et sa joue piquait. Mais il était un futur super lui aussi. Il devait passer outre cette douleur et focuser focuser, voir l image devenir une personne réelle.et soudain le déclic. Il rangea le telephone en activant la transformation liée à cette image:
Spoiler:

Il se focalisa ensuite sur les voix des deux individus. Le silence aidant à mieux les entendre. Son bras droit quand à lui retrecissait petit à petit. Quand la balle fût pressée par ses muscles. La brûlure se transforma en quelque chose d'autre, de franchement intense et de franchement très désagréable. De profondément insupportable! Son bras semblait irradier. Allez n'y pense pas la douleur n'existe pas ce n'est qu'un message que te donne ton corps. Et là le message était clair, ne te transforme pas avec un objet étranger dans le corps. Mais s'il y avait une chose, une seule qu'il maîtrisait à la perfection, c'était de ne pas écouter. À la place faisant fi de ce soleil qu'il avait au bout du bras, il se concentra sur autre chose, ces gens qui parlaient par exemple. Ces deux là, ils semblaient discuter. Il ferma les yeux et tendit l'oreille ignorant de son mieux son bras qui l'appelait à l'aide. Toute son attention était rivée sur le décodage des mots.

La conversation était impérative, même s'il ne la comprenait pas, il devait tout garder en mémoire. En tout cas une chose était sûre, il voulait Amod à ses côtés et ce dernier refusait. Puis des runes lumineuses entrèrent dans la fille au masque et dans l'Albinos. Il jeta un coup d'oeil lavande au policier, mais curieusement, sa respiration était moins laborieuse. Et les deux reprirent.

Sa main gauche se mit aussi à lui faire un mal de chien.il serrait les dents en continuant d'écouter. De quel pillier ils parlaient et comment diable souhaitai-il filorcer Amod à coopérer. Et c'était quoi cet éveil? Et démolir la ville? À quel point étaient ils puissants ces deux là.

Une de ses questions trouva une réponse alors que dans un claquement de doigt il y eût un bruit de tissus déchirés d'os qui craquaient. De quoi soulever le coeur tandis que ses propres os se réarrangeaient. Mais au delà de ces bruits ils continuaient de parler. Elle s'était tournée vers la porte et son éclairage d'urgence alors que baignée sous cette lumière rouge, un homme s'étirait et s'épaississaient. Elle fit un pas en arrière et continua d'écouter. Hell knight? Stèle arctique? Plusieurs dons? C'était possible? Et c'était quoi cet éveil. C'était lié?

La créature attrapa un homme par la tête et les cris reprirent, elle serra et crac, la blonde pouvait sentir son petit déjeuner remonter. Du reste il n'y avait pas que ça qui remontait, sa poitrine gonflait et remplissait son t-shirt derrière son hoodie. La creature arracha ensuite la tête de l'homme et la jeune femme qui aidait Johann à presser sa blessure courut à son tour en direction de la créature en se changeant en quadrupède.

Les hommes avaient repris leur conversation elle fut obligée de s'approcher un peu. Son bras droit ne lui faisait plus aussi mal mais il etait froid, et elle avait la tête qui tournait. Jamais plus se transformer avec un truc dans le corps! L'escouade était composée de supers? Et il voulait qu'ils affrintent ce truc. Enfin.. le juge était devenu un monstre lui aussi.et il se deplaçait au plafond. La jeune femme laissa Tori la soigner.


- Tori, les officiels sont touchés. Je propose de rejoindre celui qui nous a dit de nous mettre au mur. Tu pourras le soigner. Cela dit, il y a une créature au plafond entre lui et nous. Tu l'entends? On dirait un serpent. Prends mon téléphone on va l'aveugler avec. Lance lui plusieurs flash répétés ce sera plus fort qu'une seule lumière intense. On profitera de son aveuglement pour passer. Johann... on te laisse, t as pas intérêt à mourir!

Elle retira ses chaussures, bien trop amples pour elles et remonta ses chaussettes jusqu au bas du genou. Elle serra ensuite son pantalon au niveau des jambes  et retira son hoodie qu'elle attacha en ceinture. Quand Tori lancera sin flash, elles devront se déplacer. Et ça tombait bien. Car malgré la situation, elle n'avait jamais senti une telle énergie.


Dernière édition par Maxime Lafleur le Dim 08 Juil 2018, 21:45, édité 1 fois
avatar
Maxime Lafleur

Fiche perso'
Idéologie Dominante: Tsukiste
Niveau: 1
Exp:
40/150  (40/150)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Intrigue] Chapitre 1 : Jugement, Verdict et Ethique [Les Inscrits]

Message par Invité le Dim 08 Juil 2018, 17:32

Un claquement de doigts, des coups de feu et une violente douleur niveau du ventre qui lui tordait les boyaux … ou ce qui lui en reste Tel fut le résumé des derniers évènements pour Johann. Une tache grandissante avait pris naissance sur sa tenue et une baisse soudaine d’énergie vint l’assaillir au point qu’il tomba à genou, puis prenant tant bien que mal appuie avec une de ses mains sur le sol pour ne pas s’effondrer tandis que l’autre appuyait désespérément sur la plaie ouverte pour essayer en vain de contenir le flot de sans qui s’échappait.

L’islandais savait qu’il devait lutter contre la sensation de froid et la perte croissante de ses forces. Si jamais il cédait au sommeil c’était la fin. Il essaya de se concentré et de réfléchir pour ne pas s’évanouir s’accrochant à la vie tel un parasite à son hôte. Comme ce type à t-il bien pu faire ça ? Y aurait-il d’autres tireurs dans la pièce ? Johann pensa directement à ce type au chapeau mais c’était impossible, les garde n’aurais pas laissé entrer un civil armé, même si c’était un gear. En plus l’angle de tir ne correspondait pas. Il n’y avait donc que deux explications possibles aux yeux du doté… Soit le type au masque était une sorte de super télékinésie qui lance des projectiles à la vitesse d’une balle. Soit il y avait un sniper sur le toit qui tirait à travers le trou au plafond.

Johann regarda devant lui pour constater qu’il n’a pas été la seul victime des tirs et finit par regarder au plafond cherchant un indice qui lui confirmerait sa deuxième hypothèse …
C’est là qu’il sentit quelqu’un se précipité vers lui. Malgré l’obscurité et sa vision qui devenait de plus en plus trouble il croit reconnaitre la fille de la plage celle qui l’avait invité à rejoindre son groupe. C’est quand même ironique. Ils ne se connaissent pas et a deux reprise cette Evelyne se souciait de lui. Voilà une sensation que Johann n’avait plus connu depuis longtemps, celle de voir des gens s’inquiéter pour lui.

Et dire que cette fois il avait tenté le pour parler parce qu’Alistair lui avait reproché le fait de ne jamais rien dire. C’est bien la dernière fois qu’il adressera la parole à un agresseur. Si jamais il s’en sort il réappliquera sont enseigne règle. Tu cogne d’abord et tu parles après, voir même pas du tout.

Puis sans trop comprendre pourquoi ni comment Johann pu sentir la douleur perdre en intensité et une parte de ses forces lui revenir. En analysant la situation autour de lui, il put comprendre que cela venait d’Ulysse. Voilà qui rajoutait plus d’ironie encore à la situation. Tout le monde était prêt à condamné cette personne et à l’envoyé à l’échafaud et voilà qu’il vient en aide aux victimes. Serait-ce ça cette empathie et humanité qui faisait cruellement défauts à l’islandais ? Un comportement mystérieux et qui défie les lois de la logique ?

Le policier fut sorti de ses réflexions par un bruit écœurant provenant de derrière. On dirait le bruit que fait son père en mangeant et déchiquetant une carcasse de poulet pour être sûr de ne laisser aucun morceau. L’homme au chapeau c’était transformer en abomination imposante qui commença un carnage parmi les civils.  Johann sortit sa lampe torche de policier pour mieux voir, chose qu’il aurait dû faire plus tôt après réflexion certes mais passons. Un petit détail éveilla sa curiosité. L’abomination était dépourvue d’Yeux. Mais alors, comment fait-elle pour se repérer ? Odorats ? Ce qui expliquerait pourquoi il est affublé de deux paires de narines. A moins que ce ne soit l’écholocalisation comme les chauves-souris. Dans les deux cas, une attaque surprise dans le dos sera totalement inefficace. Mais voilà qu’un deuxième monstre fit son apparition au plafond et qu’Evelyne se lança dans un assaut frontal contre le premier. Et pour couronner le tout voilà qu’un futur élève lui donne des ordres.

Johann... on te laisse, t’as pas intérêt à mourir !


L’albinos ne put s’empêcher de rire jaune face à cette remarque. Hors de question qu’il laisse des élèves risquer leur vie pendant qu’il agonisait tranquillement ! C’était lui l’ancien élève et c’est à lui de donné l’exemple et protéger les autres autant que possible. Et pour ça il comptait bien utiliser Evelyne qui faisait en théorie une très bonne diversion pour attaquer le monstre.

Alors le justicier  réuni ses derniers force pour déployer ses quatre tentacules écailleuses dans son dos au niveau des omoplates. Il s’en servit pour traîner sa passoir de carcasse sur quelque petits mètres comme une araignée pour se rapprocher du combats à moitié étendu sur le sol et faisant pression sur sa plaie.
Puis dès qu’il vit une ouverture il envoya ses quatre tentacules au seul endroit qui n’était pas recouvert par une épaisse cuirasse. Les quatre cavités qu’il prenait pour des narines chacune sous un angle différent. L’abomination avait beaux être très fort il n’avait pas plusieurs bras et en théorie il pourra difficilement éviter cette attaque alors qu’il est déjà occupé ailleurs.

S’il parvient à atteindre au moins un orifice. Le tentacule hérisserait ses écailles et se torsaderais en s’enfonçant le plus loin possible pour faire l’effet d’un mixeur.

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Intrigue] Chapitre 1 : Jugement, Verdict et Ethique [Les Inscrits]

Message par Liam le Dim 08 Juil 2018, 20:17

Amod ne m’écouta pas, mais alors pas du tout. J’avais donc deux solutions, le forcer à s’arrêter en le faisant s’évanouir ou le laisser agir. C’était sans doute le seul à pouvoir s’en sortir face à notre interlocuteur flottant. Non c’était une mauvaise idée de le laisser agir, mais d’un autre côté mes cartes n’avaient pas atteint le jeune homme à la télécommande assez vite. Elles ont juste ricoché contre le mur derrière lui, j’avais dû les détourner pour éviter de le blesser. Un civil encore une fois, et moi je foirais toutes mes initiatives. Seul une petite partie des gens ont pu se rendre dans le fond de la salle, j’attrapais une jeune femme inconsciente et un gros costaud en les entourant chacun d’un bras. Je commence à les tracter vers le fond de la salle en essayant d’adopter une respiration régulière pour ne pas trop m’épuiser.

J’entendis plusieurs coups de feu et quelque chose défonça mon épaulière avant de me pousser en avant. Ma cuisse aussi alla en avant et d’un geste peu calculé je me projetais pour atterrir sur le torse et ne pas écraser les civils que je transportais sous mon corps, devant mon l’officier avait l’abdomen éclaté. Je mis très peu de temps à réaliser ce qui m’avait heurté, les larmes me montèrent aux yeux et je les plissais pour ne pas mouiller mon masque. C’était une douleur horrible qui me força à me courber en arrière tellement j’avais mal. Je ne cherchais même pas à identifier quelle forme de douleur c’était, rien que d’y penser ça m’faisait un mal de chien. Les angles des balles étaient très bon mais impossibles à caler, à moins d’utiliser une altération. Raaaah j’ai mal putain !

Dans le fond j’entendais parler le Masqué et Amod, ils discutaient d’une stèle arctique et de grands projets. D’un boss encore plus haut dans la hiérarchie, j’écoute attentivement en tentant de retenir le plus d’informations possible mais la balle me dérange. Je ne serais pas étonné si dans plusieurs minutes j’ai tout oublié, Hell Knight ? C’est quoi ce truc ? J’attrape ma ceinture et la trousse de premier secours qui s’y trouve, je me contente d’en sortir le flacon d’alcool et de le verser sur mes plaies. De la bande, j’en enroule autour de ma cuisse et je me relève de mon bras valide après avoir refermé ma trousse. C’est extrêmement sommaire mais ça va me permettre de tenir plus longtemps, j’arrache mon costume au niveau des plaies pour éviter que les bactéries viennent du tissus avant de placer l’alcool bien sûr. J’aurais pu retirer la balle avec la pince dans la trousse mais j’ai pas réellement le temps.

Une sorte de créature informe se créa à partir de l’homme calme de tout à l’heure, son corps se mouvait de forme à muter en une sorte de créature plus stock. Beaucoup plus stock, ho putain de merde...Il attrape un civil et je tente enfin de me relever avec mes membres valides et l’aide d’une dizaine de cartes. Il l’attrape par la tête et broie le crâne du pauvre innocent avant de lancer la tête après l’avoir arrachée. Mon grognement de douleur se meurt dans ma gorge quand je vois l’officier Johann totalement déchiqueté foncer vers le monstre...c’est la merde putain !

De mon côté je repère une autre créature au plafond qui semble être un lézard, en espérant qu’il n’ait pas d’écailles trop épaisses. Elle semble beaucoup plus rapide que son partenaire, dans un souffle je recule suffisamment et attrape les bâtons dans mon dos pour les prendre à une longueur respectable. Un poing au dessus de l’embout du bâton d’Eskrima, ma jambe blessée est pliée sur le bout du pied et l’autre est devenu le point d’appuis. Mon bras non-blessé et avancé en avant par rapport à l’autre ce qui me donne l’opportunité de tenter un coup surprise ou même de résister à la créature en croisant mes bâtons entre-eux si cette dernière tente une attaque éclair. Mes épaules sont légèrement penchés vers l’avant ainsi que tout mon corps, ma jambe non-blessée étant plus en avant que l’autre.

De nouvelles cartes sortent du paquet magnétique à ma ceinture et foncent droit sur les points d’accrochages de la créature. En dessous de là ou ses pattes allaient s’accrocher, si cela marche alors les cartes pousseront vers le bas pour l’éclater contre le sol et ensuite le trancher et le trancher jusqu’à en faire une sorte de bouillie informe. Bien sûr c’est seulement si ça marche, seule dix cartes sont parties. Une pour chaque patte ce qui en enlève déjà six, ensuite une pour la queue et les trois dernières visant la tête.
avatar
Liam

Fiche perso'
Idéologie Dominante: Heroes
Niveau: 3
Exp:
220/250  (220/250)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Intrigue] Chapitre 1 : Jugement, Verdict et Ethique [Les Inscrits]

Message par Invité le Dim 08 Juil 2018, 21:06

Un projectile dans le bras, un autre dans le poumon droit. Elle était mal. Il fallait évaluer les détails. Merde sa robe était foutue, à cause du sang. De sa main en partie sortie du gants, elle s'écorcha la paume et écrivait les informations importantes. Cependant dès qu'il eut montré à Ulysse quelque chose mentalement,  la chansonnette des chamades permettant de lutter un minimum contre les télépathes se lança. Elle ne la gênait pas pour accomplir d'autres tâches.
De son bras blessée, Tam notait les informations suivantes de son sang, tout en luttant contre la douleur, sa douce amie pendant quasiment 5 ans..

-Uly trad éveillé
-Uly magie écrit
-Éveil = Meil pouvoirs ?
-U. Chercheur éveil + soldat
-Stèle arctique
-Méchant éveillé plusieurs magies
-Patron ? A été éleve de patron U.
-Sérum de transformation


Ainsi Klein pouvait faire quelque chose. Tam se concentra sur son ouïe cherchant à comprendre ce qui se passait. Plusieurs blessés par balles, un bruit dégoûtant… une transformation ?

-fuir

C'est le mot qui sortit de la bouche au moment qu'elle vit le Juge se transformer. Dans sa tête, toujours cette chanson qui couvrait ses véritable pensée. Elle avait cela tellement en elle qu'elle n'avait à le contrôler. La peur la fit se relever ; Mais son état ne lui permettrait plus de devenir chanteuse où voleuse.  Elle était face au méchant, mais persuadé intérieurement d'être face à la sortie. Quelques mots sortaient de sa bouche

-retourner voir René.

Intérieurement, elle pria pour que son corps puisse bouger maintenant qu'elle était debout. Pour fuir ? Vous croyez quoi. Cet abruti de méchant venait de la menacer d'esclavage. A l'époque, ses griffes coupaient comme du diamant et résistant que l'acier. Elle ne voulait pas redevenir une esclave. Elle ne voulait pas resubir ce qu'elle avait subit. Elle vit sa grand-mère lui faisant signe de rebrousser chemin. Puis sa sœur, puis d'autres dont elle ne se souvenait plus des traits. De l'autre coté devait se trouver aussi son Amour. Elle demanda intérieurement à sa famille de leur prêter la force d'accomplir un miracle. Ce qu'elle allait faire était pour fuir l'esclavage, mais aussi
Elle se jeta sur le méchant et lança les griffes de son bras valide vers le masque du méchant. Son saut ne serait pas assez haut pour espérer avoir ses yeux dans les yeux de ce monstre démasqué.  Mais elle allait lui montrer ce qu'était un citoyen aimant sa ville et sa liberté. Un moustique.. Certainement pas.
Mais si elle arrivait à la démasquer…
Elle aurait voulut dire quelque chose, mais c'était parlé ou le petit saut. Elle avait préparé le saut.  Elle espérait pouvoir monter et démasquer l'emmerdeur.
Elle s'éleva et remarqua très vite qu'elle ne montait pas assez. 5 années de torture auraient dû lui permettre de contrer cette douleur, cette gène… Elle se décida pour les testicules… Trop loin aussi, elle se rabattit donc sur l'intersection entre le pantalon et les chaussures, espèrent récolter ce précieux ADN et surtout gagner le temps nécessaire pour que ce qui se faisait dans la salle échappe à l'intention du méchant suffisamment longtemps.. Maintenant c'était à eux d'agir. Elle avait agit, mais ne savait pas si sa vitesse, ou bien son attaque avait suffit.

Elle se sentait retomber en arrière, sans aucun contrôle. Cela  causerait certainement des dégâts supplémentaires.  Elle était allée jusqu'au bout d'elle même pour sa liberté, et sa ville.  Ses dernières pensées furent pour René et le fait qu'il reçoive son gant. Les informations qu'il contenait pouvait valoir pour certaine le prix de la vie qu'il avait sauver.
Ses yeux se fermèrent et sa volonté se banda vers un dénommé Quentin, ex élève à l'université d'Abondance, voulant devenir policier. Elle espérait qu'il lui pardonnerait et l'accepterait de nouveau à ses côtés. Si à ce moment là sa pensée était captée, ce n''était plus une chansonnette, mais un profond amour chaud et sincère qui s'en dégageait.
Son seul regret serait de ne jamais savoir ce qui arriverait à Tori, Klein et ses autres personnes qu'elle avait connu à son retour. Mais ce n'était rien face à l'Amour qu'elle rejoignait.


Dernière édition par Tam Chamade le Lun 09 Juil 2018, 21:35, édité 2 fois (Raison : Pour préciser plus l'acte de Tam.)

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Intrigue] Chapitre 1 : Jugement, Verdict et Ethique [Les Inscrits]

Message par Tori Clark le Mar 10 Juil 2018, 03:36

- J’AI DIT : TOUT LE MONDE DANS LE FOND DE LA SALLE ! OBÉISSEZ POUR VOTRE SÉCURITÉ ! DANS LE FOND DE LA SALLE PRES DE LA PORTE ! TOUS !

Un homme qui passe devant notre rangée en nous ordonnant cela, mais à peine avons nous eu le temps de sortir de notre rangée, Maxime et moi, qu’un bruit de coup de feu fusa dans la pièce. Certains très près. Je remarque alors que Maxime est touché. De même que le policier se trouvant à moins de deux mètres de nous. Pourquoi ?... Une fille fonce pour venir en aide au policier qui semble avoir été durement atteint, pendant que je me concentre sur le garçon que j’ai accepté d’accompagner.

- Maxime, montre-moi ta main !

Je déchire une partie de mon legging noir pour pouvoir lui faire un bandage, mais au moment où je commence à l’enrouler autour de sa main, il “ refuse “.

- Tori attends un peu avant de faire ton bandage. Occupe toi de moi dans cinq minutes.

Suite à quoi, il sort son téléphone et fait une recherche sur internet. Je commence à comprendre son but et le laisse donc faire, mais en attendant ces 5 minutes, j’entends des sanglots provenant de la rangée que nous venons de quitter et en me retournant, j’aperçois la silhouette d’une femme qui pleure au sol, recroquevillée sur elle-même. Je peux au moins essayer de l’aider. Je me dirige donc vers elle et me penche pour lui prendre doucement le bras, puis j’essaie de parler sans essayer de la presser, malgré la situation.

- Madame ? Madame, vous m’entendez ? Je sais que la situation n’est pas évidente, mais si vous restez là, ça n’ira pas mieux. Allez rejoindre les autres au fond de la salle. Vous serez entourée.

Quelques instants après, des craquements horribles se font entendre et ça semble être la panique au fond de la salle. En regardant dans cette direction, je peux apercevoir une véritable horreur sur pattes. Eh merde, mais comme si on n’était déjà pas assez dans le trouble ! J’en ai la chair de poule.

- En fait, oubliez ce que je viens de dire. Vous feriez mieux d’aller vous coller contre le mur le plus proche… Mais ne restez pas au milieu de la rangée.

Elle semble accepter, car elle bouge, mais n’essaie même pas de se relever, elle y va à quatre pattes. Ça me fait mal au cœur. Apparemment, je peux enfin soigner Maxime, avec un tout autre physique, un personnage que je ne connais pas. Je bande sa main gauche, car il n’en a plus de droite, mais ce n’est pas l’essentiel. Malgré cela, je lui fait un garrot au bras, utilisant un crayon qu'il possédait pour resserrer. Pendant que je m'atèle à la tâche et évidemment, comme si on n’était déjà pas en très mauvaise compagnie, un cri et une apparition de monstre au bout de la salle opposé au premier. Génial ! Maxime s’adresse à moi, avec une toute autre voix :

- Tori, les officiels sont touchés. Je propose de rejoindre celui qui nous a dit de nous mettre au mur. Tu pourras le soigner. Cela dit, il y a une créature au plafond entre lui et nous. Tu l'entends? On dirait un serpent. Prends mon téléphone on va l'aveugler avec. Lance lui plusieurs flash répétés ce sera plus fort qu'une seule lumière intense. On profitera de son aveuglement pour passer.

- Attends…

Aveugler, flash, lumière… Mais oui, merde ! Comme je savais qu’on serait fouillés, j’ai pris un tout petit sac pour n’apporter que le nécessaire, mais parmi ce que je considère être essentiel à emporter avec moi, il y a une lampe de poche, parce qu’évidemment, je ne peux pas compter sur le fait qu’il puisse y avoir de la lumière 100% du temps, alors que je peux en avoir besoin pour mon pouvoir, alors voilà, lampe de poche. Je la sors donc de mon tout petit sac et la montre à ma désormais interlocutrice.

- Range ton téléphone, j’ai mieux.

Cependant, avant d’avoir le temps d’agir, il semblerait que que celui qui nous a ordonné plus tôt d’aller nous mettre au mur soit déjà en train d’essayer de s’occuper de la créature au plafond. Ça ne m’empêche pas de me servir de ma lampe, mais pour quoi faire, alors ? Je n’ai pas vraiment le temps de trouver une réponse, car Maxime s’élancer à l’avant de la salle et tenter de plaquer une femme que je reconnais malgré la faible luminosité de la salle, Tam.



Messagerie (bientôt) ★ Journal ★ je parle en #24C934

Chains of Memories :

Compteur de chutes : On retourne à 0 !
avatar
Tori Clark

Fiche perso'
Idéologie Dominante: Heroes
Niveau: 3
Exp:
110/250  (110/250)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Intrigue] Chapitre 1 : Jugement, Verdict et Ethique [Les Inscrits]

Message par Mira le Mar 10 Juil 2018, 17:00

Mon cœur cognait à tout rompre et je tremblais comme une feuille. J’avais même l’impression d’être en nage sans avoir eu à faire le moindre mouvement.  Je devais à peu de choses près ressembler à un lapin éclairé par les feux d’une voiture en pleine nuit, tant mes yeux étaient ronds de panique. Si ma tête peinait à comprendre tout ce qu’il se passait, mon corps, lui, traduisait toute la peur que je ressentais.

Mon nez se fronça quand une odeur répugnante me percuta de plein fouet. Le dos de ma main s’écrasa contre ma bouche et mes narines pour maintenir mes haut-le-cœur. Mais ça eut le don de me faire revenir ma concentration. Ce n’était pas le moment de se terrer dans la peur, elle resterait c’est sûr mais si je n’essayais pas d’analyser un minimum la situation je risquerais de ne pas voir les échappatoires éventuelles. Alors que plusieurs personnes rejoignaient aussi le fond, je ne pouvais quitter du regard le masqué. Dans l’obscurité, je ne percevais que les reflets rougeâtres que créaient encore certaines caméras, mais c’était suffisant pour m’empêcher de détourner les yeux. C’était le même sentiment qu’avec Ulysse mais en tellement pire… Mon être tout entier était glacé d’effroi devant tant de puissance… Le garder dans mon champ visuel, c’était visualiser un danger pour qu’il ne me prenne pas par surprise…

Mais je n’aurais jamais pu imaginer ce qu’il allait se passer. Je n’aurais jamais pu imaginer l’horreur qui se passa sous mes yeux. En un claquement de doigt, le bruit de plusieurs coups de feu retentit dans la salle du jugement et les personnes s’effondrèrent… Toutes celles qui avaient osé s’adressaient directement aux masqué… La panique, l’effroi, le dégout, ils me transpercèrent la poitrine et les larmes emplirent mes yeux.

– J’ai toujours eu horreur des bourdonnements des moustiques.


Mes membres tremblèrent de plus belle, mes larmes dévalèrent sans que je puisse les retenir. Mais il n’y avait pas que la peur qui habitait mon corps maintenant. Mes poings s’étaient refermés, mes dents étaient serrées, la colère afflua aussi. Il n’avait pas le droit… il n’avait pas le droit de réduire la vie d’humains comme ça… Mais j’étais complètement tétanisée. Je ne savais absolument pas quoi faire, je n’étais pas une super-héroïne, je n’étais pas exceptionnelle. J’étais la figurante dans le film d’action ou fantastique. Alors je ne bougeais pas. Je me contentai de regarder apeurée, en colère mais complètement terrorisée, ce qui se passait devant moi.

Le masqué et Ulysse se parlaient, une discussion personnelle comme s’il n’était que deux. Mon front retrouva les plis caractéristiques de mon air soucieux. La conversation… Elle regorgeait de choses dérangeantes. Imaginer que ce masqué avait un boss m’hérissait les poils car cela ne pouvait supposer qu’il n’était qu’encore plus puissant… mais aussi qu’il y avait une organisation de dotés détraqués… Pas du tout rassurant… Surtout quand ils parlent de recherches que le gouvernement aurait volé… ça sentait déjà le pourri mais alors là c’était de pire en pire. Ce Amod était donc un traducteur ? C’était sa son pouvoir… ? Un traducteur… un traducteur… Pourquoi ce mot semblait bien plus important qu’il n’y paraissait ? Peut-être parce qu’il était accompagné du mot « éveillé » et rapidement suivit par « projet » dans la bouche d’un détraqué. Quand je vis Ulysse dessiner des symboles et des similaires parsemer son corps, une image apparait dans ma tête, une plaque avec ces motifs. Qu’est-ce que c’était déjà ça ? Où l’avais-je vu ? Je comprenais plus grand-chose à ce qui se passait mais je ne laissais pas d’informations me passer sous le nez pour autant.

– L’éveil que tu as atteint sublime ton pouvoir et est très puissant. S'affronter ici détruirait la ville, tu t’en doutes bien. J’arrive toujours à obtenir ce que je veux, de près ou de loin.


Arrogance, mépris. Il me révoltait autant qu’il me donnait envie de vomir. Mais ses phrases étaient aussi le meilleur moyen d’entretenir la peur ambiante. Détruire la ville, autant de puissance, ça me terrifiait. C’était bien pire que faire voler un arbre, les dotés étaient tellement imprévisibles et dangereux… Cependant après leur discussion les non-dotés ne semblait pas être si différents… ça me donnait à réfléchir et je savais que si je sortais vivante de cette salle quelque chose me pousserait à voir plus loin.

Je n’arrivais plus à suivre ce qu’ils se disaient quand un nouveau claquement me déclencha une vague de frissons. Et des bruits ignobles me firent repartir la course effrénée de mon cœur battant au rythme de la panique qui ne cessaient de monter des échelons vers l’insoutenable. Un homme qui se trouvait parmi le groupe de personnes s’étant réunis au fond se métamorphosa… Craquement d’os, étirements de chairs, ma main pressa à nouveau ma bouche pour empêcher mon estomac de se vider. Je voulus reculer vers les fenêtres mais j’avais encore conscience de la présence de l’adolescent dans mon dos et il était hors de question que je le laisse sur la trajectoire du nouveau monstre qui venait d’apparaitre. Je ne pouvais même pas le décrire, il incarnait le cauchemar des pires films d’horreur. Ils parlèrent de sérum et de stèles… Si je n’avais aucune référence pour le premier, le deuxième me fit tilter. C’était donc ça. On se retrouvait clairement dans un conflit d’ordre mondial… Et je regrettais tellement d’y avoir mis les pieds…

Le Masqué proféra une menace, je voulus crier mais je ne pus rien dire. La créature attrapa un homme et… et… Le sang gicla. Je posais une main sur ma joue essuyant ce qui m’avait aspergé. Ma main se tourna, prise de tremblements incroyables. Je regardais le pourpre sur mes doigts. Ma vision s’embruma, je sentis mes jambes sans force et je crus que j’allais partir. Deux mains attrapèrent mes coudes pour m’empêcher de tomber, elles me serrèrent à m’en faire mal pour m’éviter l’évanouissement. Je jetai un regard humide de larmes qui ne cessaient plus de couler vers le gamin qui bien qu’ayant un visage reflétant la peur était celui qui me soutenait. Comment il arrivait à résister… Il était si jeune, il aurait pu être le premier à céder à la panique, à faire n’importe quoi, à s’effondrer d’angoisse mais ce n’était pas le cas. Il ne me lâcha pas. Je l’en remerciai silencieusement et réunis le peu de courage qu’il me restait pour ne pas faillir.

D’autres mots furent échangés mais je ne pouvais plus les analyser comme avant.  Je poussais maintenant le garçon à se plaquer davantage dans le coin de la pièce, cherchant à l’éloigner au plus loin de la bête. Mais si j’avais cru qu’on avait atteint le paroxysme de l’horreur c’était avant de voir qu’une nouvelle transformation emplit la pièce des mêmes sons répugnants… Le juge… Le juge était maintenant au plafond, complètement méconnaissable et tout aussi abominable que l’autre créature… C’était la dernière chose à laquelle j’aurais pu penser, c’était incompréhensible !

Mais on n’était plus au stade de trouver la raison du pourquoi. Me sentant bien trop sans défense et puisque personne n’était décidé à s’en servir, je brisai rapidement la vitre qui contenait le petit marteau grâce à mon gears qui pour le coup me permettait de faire un poing solide et non sensible et je gardai mon arme de fortune dans mes deux paumes. Cela pouvait paraître ridicule, je le conçois bien. Une arme à feu m’aurait été tellement plus utile et j’aurais au moins pu compter sur mes nombreux entrainements, alors que ce marteau de par sa taille face aux monstres était absolument risible. Mais je n’avais ni l’intention de les attaquer de front, ni la prétention de vouloir me battre. J’avais besoin de trouver mes dernières forces pour ne pas m’effondrer et avoir quelque chose dans les mains étaient bien plus rassurant que de les avoir vides…

Presque tous les civils devenaient complètement fous, je n’en étais pas loin non plus avec mon petit marteau dans les mains. Pourtant je me forçais à regarder ce qu’il se passait autour de moi et il est clair que même dans la pénombre tout dérapait. La créature la plus proche de moi et du gamin prit en chasse le premier qui se trouvait sur son chemin. Ce dernier courut jusqu’à une fenêtre et… fit quelque chose de bizarre ! Un doté ! Je ne pouvais pas savoir si c’était un justicier ou non mais il avait quelque chose en tête… Sauf que le monstre arriva rapidement… suivit par un loup ? Un loup qui était visiblement prêt à se jeter sur lui… Mais c’est du suicide ! Avec la carrure impressionnante de la bête, le loup n’arriverait même pas à le faire tomber… Le surprendre à la limite et le décontenancer mais il y avait de grande chance pour que la créature envoie valdinguer le loup d’un coup d’épaule…

Je ne sais pas ce qu’il me prit mais j’ai glissé sur les genoux près de celui qui s’était posté à la fenêtre. J’ai pris le marteau dans ma main droite et ai enroulé mon gears autour. J’ai relevé le marteau à la manière d’une batte de baseball. Deux autres mains prirent un autre bout du marteau. Je vis l’adolescent, les sourcils froncés dans la même position, comme un maintien supplémentaire. Et tous les deux, on balança avec toutes nos forces l’arme de fortune vers le genou de la créature, celui le plus éloigné de nous. Vu sa peau, je ne pensais pas le blesser, je ne pensais même pas qu’il soit possible de l’érafler avec mon arme, mais j’avais l’espoir d’avoir pu le surprendre un minimum, d’avoir créé un léger déséquilibre juste pour tenter d’augmenter les chances de réussite du loup. Il fallait le faire tomber et ayant gardé une forme humanoïde j’espérai qu’il réagirait comme tout humain qui se prend un croche-pied au niveau du genoux. On se ramasse.

Le choc se répercuta dans mes bras par des vibrations douloureuses et avant de voir quoi que ce soit, je poussai le jeune et me jetai en arrière pour éviter de me faire écraser. J’avais tenté, je ne pouvais plus rien faire. Je me contentai maintenant de reculer le plus loin possible sur les fesses jusqu’au mur. L’adolescent voulut se relever, je le retiens à nouveau et lui montrai le dessous des bancs. Ce genre de bancs étaient fermés d’un côté mais permettaient de s’y cacher de l’autre. On avait peut-être tenté d’aider à mettre à terre l’une des créatures, je préférais me prémunir aussi face à celle du plafond, bien que certains semblaient s’en prendre aussi à elle. J’indiquai au jeune alors de se mettre sous le banc le plus près du banc et aidai certains autres civils voulant faire pareil. Mais je ne pus me résoudre à faire pareil, je voulais voir ce qui s’était passé.


Mira Launay
Présentation  ~ Contacts ~ Journaux
avatar
Mira

Fiche perso'
Idéologie Dominante: Aucune
Niveau: 4
Exp:
90/300  (90/300)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Intrigue] Chapitre 1 : Jugement, Verdict et Ethique [Les Inscrits]

Message par Eclypse le Mar 10 Juil 2018, 23:17


Tour 4 :





Placement des perso:

Maintenant que tous les pions se trouvaient sur l'échiquier, l'individu masqué se délectait silencieusement du spectacle. Son plaisirs ne fut que de courte durée étant donnée les contre-mesures prises par les protagonistes. La situation chaotique qu'il avait créée ne lui permettait pas non plus de se prélasser. Le travail devait être accomplit. Son regard se posait alors sur Klein, qui dans un réflexe de survie voyait son dessein se mener à bien à une exception prête. Une balle venue du dessus, perpendiculaire au sol, avait tenté d’en finir directement avec sa vie car il venait de désobéir à son ordre. Néanmoins, bien que le son et le bruit d’impact de la balle soit audible, Klein était tout entier, plein de vie. En regardant alors son bras droit, il y verrait un motif inconnu mais semblable à ceux qu’Ulysse avait déjà pu utiliser pour renforcer la condition déplorable des blessés. Une sorte de fine pellicule d’énergie bleutée l’entourait alors momentanément avant de disparaître après le choc. Il venait d’être protégé, bien que cela n’arrange rien à la condition physique d’Amod qui rampait derrière le bureau de l’accusé pour se mettre à couvert avec son sauveur. Entre deux râles, il lui glissait d’une voix faible mais audible pour Makumo :

« J’ai besoin de temps…Le maximum possible le temps que le sérum fasse effet. Reste à couvert, ma rune de protection est brisée. Par contre, j’espère que tu as conscience de ton acte. Bienvenue en enfer gamin.»
Un léger rire étouffé s’entendait faiblement. Il se tenait la poitrine, soufflant petit à petit.

Durant une dizaine voir une vingtaine de secondes, Amod levait  sa paume droite au niveau de son torse. Klein serait alors pris dans une sorte de vision transcendante. L’impression de passer une éternité sur un autre plan alors qu’il était bel et bien sur terre. D’une vue du dessus, 9 personnes, 6 hommes et 3 femmes, se battaient contre des forces en costumes noirs rappelant aisément la mafia. Hélas, rien n’était audible mais les images semblaient belles et bien réelles. Il entendait cette fois un murmure d’Ulysse :

Pour Klein:
« Je vois…Le refus a vite circulé. Tenez bon les gars, j’arrive une fois que j’en ai fini ici avec les Lomoaks.».

Cela semblait être surtout pour se rassurer lui-même, bien que sa présence en soi puisse détendre un brin Klein.
Pendant ce temps, sans le vouloir, Tam Chamade venait d’offrir un précieux temps aux autres malgré son entreprise suicidaire. La proximité ainsi qu’un état conscient des menaces autour de lui faisaient en sorte que le Masqué ne se surélève que d’une vingtaine de centimètres d’un air dédaigneux voir moqueur. Tam ne retombait pas, elle flottait à son tour, incapable de mouvoir le moindre muscle, complètement sous l’emprise du mal. Encore consciente à ce moment précis, il la mettait à sa gauche, à une hauteur légèrement plus basse. Rien ne doit le surpasser. Il lui adressait les paroles suivantes, sa main tendu vers elle, la paume ouverte :

« Chamade, Chamade, Chamade…Pitoyable. Cette famille a été un échec de long en large et en travers. Il n’a fallu que d’un seul héros pour vous défaire. Le potentiel de ton don est intéressant…Dommage que tu sois un misérable cloporte qui ne puisse le sublimer. Une pauvre chatte incapable de comprendre son instinct. Même morte tu seras toujours utile. Vois ça comme une grâce que je t’offre.»

Sa paume se refermait alors petite à petite. L’ex voleuse sentirait une énorme pression l’entourer, comme si on désirait la broyer entière. Cela lui arracherait potentiellement des cris de douleur digne de l’enfer. Son supplice se rallongeait alors, à cause d’un dénommé Maxime, qui se changeait petit à petit sous l’apparat d’une femme blonde. Il n’avait pas eu son compte ? Un profond soupir s’échappait alors de son masque. Voulait-il la sauver ? Combler une distance aussi rapidement ? Dans un tel état ? Naïf. Une autre main se tendait en sa direction et il se retrouvait dans le même état de la Chamade, sous son contrôle, remplit de crispation. Les cinq minutes n’étant pas passées, chaque seconde qui s’écoulait le rapprochait du résultat final de sa métamorphose. Les doigts du Gentleman remuaient doucement, comme s’il les analysait sous toutes les coutures.

« Ton don ne m’est d’aucune utilité. Il serait indigne de le récupérer puisque c'est vêtu par un idiot. Disparais. »

La paume qui visait Maxime se serrait alors et d’un léger mouvement du bras, courbé, une violente poussée l’envoyait à l’autre bout de la salle. A une vitesse alarmante, il passait au-dessus du combat du Hell Knight avant de s’éclater contre le dessus de la porte. Un violent *crack* significatif annonçait qu’il venait de se briser des os. Les cottes et le coccyx. Pour les autres, impossible de savoir s’il était bien vivant ou non et l'étendu des dégâts de manière précises. Il retombait, inconscient et lourdement, au sol.

Pour Max:
Légèreté. Tel est le mot qui caractérisait le mieux la situation dans laquelle il se trouvait à présent. L’éternel noirceur et glaceur d’un coma ou encore de la mort. Peut-être avait-il des regrets, des remords, des objectifs inaccomplis, en tout cas, dans cette suspension douce et froide, on se sentait bien. On souhaite y rester pour l’éternité.

Pendant ce temps, l’autre main se refermait entièrement. Dans une douleur atroce cumulative à celle qu’elle ressentait déjà, Tam venait de se changer en une sphère pourpre, de la taille d’une balle de Ping-pong à vue d’œil. La bouche de l’individu masqué s’ouvrait en parfaite harmonie avec son sac, avant qu’il ne l’avale d’une traite. Après ce bruit de déglutition, Tam sombrait dans l’inconscience à son tour.

Pour Tam:
Légèreté. Tel est le mot qui caractérisait le mieux la situation dans laquelle elle se trouvait à présent. L’éternel noirceur et glaceur d’un coma ou encore de la mort. Peut-être avait-elle des regrets, des remords, des objectifs inaccomplis, en tout cas, dans cette suspension douce et froide, on se sentait bien. On souhaite y rester pour l’éternité.)

« Immondice… » Paraissait-il déçu.

Revenons à un point central indispensable à la survie du groupe : les monstres. Sous l’œil impérial de leur créateur, ces dernières avaient elles-aussi réagit aux agressions. Tout d’abord, Makumo ayant eu un excellent réflexe parvenait bien à retranscrire les horreurs que lui-même subissait. Plus il laisserait activer sa télépathie, plus elles profileront et le feront tourner à l’état de folie en plus de lui faire ressentir la douleur de chacune qu’il était en train de vivre. Tout cela montait crescendo.

Pour Makumo:
Le regard effroyable, télépathique cette fois, du Gentleman masqué se portait sur lui. Une image mentale que seulement Makumo pouvait voir. Un applaudissement lent, visant à féliciter son entreprise. Il avait « l’honneur » de disposer d’une réplique plus intime :

« Allons…Tu es autant naïf que ton camarade. Tu penses sincèrement qu’une aussi simple contre-mesure pourrait m’affecter moi ? Je contrôle ce mycélium, jeune garçon. Mais malgré cela, tu arrives à songer à une option intéressante. Je salue l’effort, bien que ce soit inutile contre mes Lomoaks. Ils n’ont….littéralement rien dans le crâne si je puis dire. C’est plus facile à contrôler. »

Un rire classe et démoniaque s’entendait alors dans sa tête. Son visage masqué en gros plan hanterait alors Makumo entre deux horreurs. Néanmoins un détail clochait. Car les monstres en semblaient bien affectés. La conclusion probable pourrait être celle où le super-vilain rentre exprès dans ce jeu pour relâcher un brin son contrôle sur les monstres. Dans un sens, son entreprise n’était pas vaine.

Le Hell-Knight respirait fort, très fort, une puissante fumée blanche sortait de sa bouche légèrement ouverte. Il gémissait bestialement avant de regarder à sa manière, puisqu’il n’avait pas d’yeux, la louve se transformer. Étant la menace la plus proche, il devait la traiter en première. Le rapport poids puissance surpassait incontestablement la louve, mais du courage et de l’espoir naissent la possibilité irrationnelle de la victoire. Sautant alors au niveau de son tronc en espérant le faire tomber sur le dos, son plan ne se déroulait pas comme prévu. Le monstre avait levé instinctivement ses mains pour l’attraper et tenter de la broyer. Seulement la première option avait été accomplie. La louve tenait dans ses mains à l’image d’un père soulevant son bébé. Son blindage le protégeait des potentiels coups de pattes et des griffes pendant qu’elle pourrait se débattre. Pour Johann, l’attaque semblait être une bonne idée. Il n’avait pas ses performances dans un état optimal. En plus, sa position allongée ne lui permettait pas d’avoir une vision claire et nette de la créature, surtout avec la louve comme obstacle. Dans cet ébat bestial et violent, deux tentacules avaient légèrement entaillé les flancs de la louve, rien de bien grave mais cela restaient des petites blessures qui si elles s’accumulaient deviendraient un handicap. Les deux autres avaient manqué leur objectif sans blesser Evelyn. Dans un geste puissant, le monstre pliait ses bras avant de les tendre en pivotant ses hanches de droite à gauche pour lancer la louve sur Johann. Il manquait de peu sa cible mais ayant visé court, les futures tonneaux que ferait la louve pourraient potentiellement venir la faire rouler sur Johann. Il allait falloir se reprendre et vite, ou réagir de la part de l’être tentaculaire. Il y avait un timing encore jouable. Dans tout cet acharnement, le marteau lancé par Mira et son partenaire avait comme même effet de lancer un roseau sur un chêne, négligeable et dérisoire.

Pour le juge nouvellement monstrueux, la lampe torche de Tori n’avait mais strictement aucun effet, il ne semblait absolument pas du tout dérangé par cette lumière. Peut-être qu’à défaut de servir à illuminer un monstre, cela aurait servi aux autres pour se mouvoir dans cette pénombre. Au moins l’observation de ce Lomoak était terminée, il restait immobile, semblait ruminer un peu. Liam avait opté pour une stratégie qui valait surement la peine, bien que n’ayant pas bougé, la créature n’avait donc libéré aucun espace sous ses appuies pour y placer des cartes et espérer le faire tomber. De plus, certaines cartes semblaient peu à peu échapper au contrôle de Liam, comme si la connexion télépathique se rompait. Son cuir ou ses écailles épaisses n'avaient que quelques rayures causées par le passage des autres cartes,le but initial n'étant pas de les découper mais de le faire tomber, l'efficacité en était réduite grandement. Si Elpis pouvait sentir ce que ressentaient ses cartes, alors il les trouverait bien plus légère que d’habitude. En se concentrant, trois cartes venaient de fondre partiellement, accompagné d’une forte odeur d’acide ou d’un poison corrosif se répandant dans l’air à proximité du monstre. Ouvrant alors la bouche, ce dernier venait à tirer une boule verte dans un bruit rappelant le vomissement. Mastercard pourrait alors l’esquiver aisément de par sa vitesse pas très élevée. Le projectile visait son buste, une zone le plus facilement atteignable sans s’encombrer d’une visée précise. S’il y parvenait, alors le potentiel banc qui prendrait ce projectile viendrait à fondre doucement mais surement dans des vapeurs peu rassurantes qu’il faudrait éviter de respirer. En tout cas, le monstre en profitait pour se diriger en moins de deux petites secondes, vers le mur d’en face, passant d’une surface horizontale à verticale pour se retrouver pile poil dans l’axe d’Elpis.


« Ce début est bien décevant ! Je m'embête à préparer au mieux un divertissement sans qu'on nous dérange et on ne me vend pas le rêve qu'on m'a promis. L'ancienne génération doit se retourner dans sa tombe. Et dire que ce sont les plus faibles que j'ai invité à la fête. »

Dans toute sa splendeur, l'individu continuait de léviter en regardant toute la salle avec aisance. Amod était toujours caché sous le bureau des accusés.

Pour Klein et Makumo:
Amod posait la main sur son épaule avant de lui dire à l'image d'un soldat qui partirait potentiellement étreindre la mort avec sincérité : «J'ignore s'il nous laisse ici par acquis de conscience, mais le connaissant, rien n'est laissé au hasard. Quand je retrouverai un semblant de capacité, tu peux te battre ou rester caché ici. Veux-tu te joindre à moi dans une bataille qui te dépasse ? » Son regard se tournait ensuite vers Makumo, l'air pas vraiment rassuré en le voyant, le jugeant inapte à se battre, percevant alors toute la vilenie du Masqué.


HRP:
Vous avez jusqu'à Samedi 14 Juillet 22h30 (française) et 16h30 (québécoise) pour répondre. Blablabla les questions blablabla les réponses, tout ça tout ça, on connait la musique maintenant.


Revenir en haut Aller en bas

Re: [Intrigue] Chapitre 1 : Jugement, Verdict et Ethique [Les Inscrits]

Message par Invité le Mer 11 Juil 2018, 17:27

Au dires du Bâtard, elle n'était pas morte. Il se moquait de sa famille. Il méritait une réplique qui se voulait cinglante. Elle banda sa volonté

-Contrairement à toi Vil coléoptère, nous on avait choisit l'humanité.

Avait elle réussit à parler assez fort ? Avait il entendu. Certainement, car il répliqua en la broyant. C'est ce qu'il voulait dire par morte. Il n'avait besoin que de son code génétique. Puisse t'il mourir en essayant de l'analyser.

http://s1download-universal-soundbank.com/mp3/sounds/9345.mp3

Ce ne fut que ce qu'entendit la salle alors qu'il la réduisait en une bulle. Elle eut le tend de voir ce fou tenter de la sauver. Sûrement un vigilant vu son pouvoir. C'est pour cela qu'elle haïssait les vigilants, il allait mourir pour presque rien. Mais ce rien était un peu de temps gagné pour la salle. Dans sa folie, il avait réussit à faire gagner un peu plus de temps aux autres. Elle pendant ce temps bandait sa volonté pour contrer les pouvoirs de l'homme.

Deux mains. Ce bâtard avait prit son temps et maintenant la compressait à deux mains. Elle avait vaguement conscience de son environnement. Un autre cri de douleur lui fut arraché
https://www.youtube.com/watch?v=lZlU_mZCmzY
Cela faisait trop de douleurs pour la pauvre Tam. Même après 5 ans de torture, son esprit ne pouvait en supporter plus. Sa volonté se désagrégea et elle ne pût lutter contre son agresseur.
…..

Alors c'était cela la mort ? Un noir éternel et froid. Où était donc Quentin, sa grand -mère et les disparus du camps américains ? Où était ce que promettait beaucoup après la mort. Elle n'avait jamais décidé quelle religion elle croyait, mais avait laissé leur chance à toutes. Malheureusement pas de paradis ou enfer après la mort, pas de réincarnation ou quoi que cela d'autres. C'était le néant, un brindille d'inconscience qui allait lentement s'effilocher au fil du temps. Merde, non seulement, elle ne pouvait sauver personne, même en cherchant l'agression physique. Mais en plus, il n'était pas certain que son action serve à quelque chose, hormis donner le pouvoir des chattes à un homme… Mais oui, c'était la seule pensée qui la tenait « consciente » dans ce lieu paisible et tranquille. Son pouvoir était exclusivement féminin. Puisse cela emmerder pendant longtemps cet abruti en costard cravate. Après tout, elle n'avait pas à regretter grand-chose. Si elle avait survécut à cela, elle n'aurait pas sût quoi faire. Maintenant elle connaissait le vraie but de sa vie. Pourrir temporairement la vie d'un type qui pétait plus haut que son cul, car il avait trouvé le moyen de combiner plusieurs pouvoirs.
On étais bien ainsi, j'en aurais presque sommeil...

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Intrigue] Chapitre 1 : Jugement, Verdict et Ethique [Les Inscrits]

Message par Tayra le Mer 11 Juil 2018, 21:21

Chapitre 1 : Jugement, Verdict et EthiqueEVENT


Encore une suicidaire qui se jette dans la gueule du loup... Enfin, vu son apparence, l'expression n'est peut-être pas adaptée. En tout cas, Hulk est plus préoccupé par son nouvel agresseur que par moi, sans surprise. Elle ne tarde pas à se faire jeter un peu plus loin, presque sur le flic qui s'est cru avocat. Il faut que j'intervienne... Le monstre a beau voyager de terre à mer entre le loup et les tentacules, il semble presque insensible aux simples attaques physiques. Ne parlons même pas du marteau qu'a lancé cette charmante demoiselle à mes pieds... Ce geste désespéré, il en serait presque mignon... Il ne faudrait pas qu'une si belle fille soit blessée ici...
Tousse tousse je m'égare.

De l'autre côté, ça n'a pas l'air de se passer mieux; tandis que j'essaye de prêter une oreille à ce qui se dit au fond de la pièce, je ne peux que remarquer les corps qui volent après s'être approchés un peu trop rapidement du vilain masqué. Son histoire de stèle et de récupération de pouvoirs... J'y réfléchirai plus tard.

Il faut que je trouve une petite stratégie le plus rapidement possible. Je pense à toutes les techniques possibles que m'offre mon pouvoir, j'imagine des combinaisons possible et... OK, on va essayer ça. Ça vaut peut-être le coup de se mettre en danger. Je plonge ma main de ma poche droite et en ressort mon porte-feuille, il est solide, ça fera l'affaire. Je m'avance de nouveau entre les deux mêmes bancs, fixant le monstre qui, définitivement, semble dénué d'yeux. Il me sentira probablement arriver. Je m'assure tout de même qu'il m'aie repéré, lui adressant un cri d'avertissement pour qu'il se retourne vers moi. Je m'arrête juste après avoir dépassé les bancs pour garder une distance qui peut me permettre d'esquiver ses coups, tout en restant à sa portée directe. Dans ma mains droite, je tiens le porte-feuille qui, de chaque côté, s'est vu imprimer un tatouage. Je rassure mes alliés en espérant qu'ils ne viennent pas faire foirer mon plan, en leur sortant une phrase au moins à moitié vraie, prenant en même temps une position de combat, les bras levés devant ma tête.

- Faites-moi confiance, je sais ce que je fais.

Si Hulk tente de m'attraper, je bondirai tout de suite du côté le plus éloigné de son bras pour faire une petite roulade (cela va de soi) et me relever dans la même position. En revanche s'il essaye de me frapper... Je sais, ça paraît complètement con, mais je vais me protéger avec mon porte-feuille. En fait j'ai déjà essayé, ça fonctionne plutôt bien. Lorsqu'il touchera le récepteur, le reproducteur de l'autre côté du porte-feuille renverra toute l'énergie de coup de poing dans son sens opposé. Celle-ci traversera le porte-feuille pour passer dans son bras, peu d'énergie devrait être perdue lors du transfert puisque le porte-feuille est solide, il ne cassera ni ne se déformera de trop. Et donc, son coup de poing sera pratiquement arrêté sur le coup, ce qui m'évite les dégâts de collision, mais en plus, l'énergie cinétique doublée dans son bras se changera presque entièrement en énergie de déformation, et il risque de bien le sentir passer.
Mon autre main ira pendant ce temps toucher elle aussi la partie "frappante" du poing de Hulk dans le but d'y imprimer les deux tatouages tout de suite après leur utilisation. Tout ça devrait se passer en moins d'une seconde, c'est plutôt simple à effectuer au final, par contre il continuera probablement de mettre de la force dans son bras après avoir été arrêté, ce qui me vaudra tout aussi probablement de découvrir les joies du déplacement aérien sur quelques mètres, comme mon alliée la louve, mais au moins j'aurai évité une bonne partie des dégâts.
C'est là qu'on se rend compte que les entraînements de boxe peuvent être utiles n'importe où...

avatar
Tayra

Fiche perso'
Idéologie Dominante: Aucune
Niveau: 1
Exp:
90/150  (90/150)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Le post de l'inutilité !!!!!!!!

Message par Tori Clark le Mer 11 Juil 2018, 23:44

L’idée de la lumière pour aveugler ou déstabiliser n’a même pas fonctionnée. C’est vraiment génial ! J’ai cru pendant quelques secondes que je pourrais faire un truc utile, mais même pas.

Maxime n’arrive pas à atteindre Tam, il se fait intercepter avant. J’ai tout le luxe de le voir se faire se faire projeter à l’autre bout de la salle, avant de s’écraser au-dessus la porte, puis de retomber parmi les gens qui étaient allés se rassembler au fond. Sous le choc, je plaque mes mains contre ma bouche et me tourne à nouveau en direction du monstre qui a fait ça… Pour découvrir que Tam a disparu. Est-ce que je dois aller voir dans quel état se trouve Maxime ? Non, il y a sûrement quelqu’un parmi les civils amassés qui peut le faire et si personne ne peut l’aider, je ne pourrai certainement pas le faire non plus, vu la force d’impact… Si seulement j’avais refusé de l’accompagner ! Je m’écrase sur un banc pendant quelques instants. Est-ce que la situation peut encore empirer ? Vu ce qui est arrivé à ceux qui ont tenté d’affronter l’homme volant et vu ses monstres, je ne suis de taille à affronter personne. Je risque d’être dans les pattes plus qu’autre chose, si je tente d’aider ceux qui se concentrent sur les deux bestioles. J’en peux plus ! Je veux que ça s’arrête ! Je veux que ce soit un cauchemar et me réveiller en sécurité dans mon lit !!! Je peux pas rester assise à pleurer, mais je ne sais plus quoi faire. Je peux pas rester là à rien faire ! J’essaie de regarder aux alentours pour trouver une idée. C’est comme ça que je me rends compte que plusieurs personnes sont encore dans les rangées de bancs. Je peux peut-être au moins les mettre contre le mur où j’ai demandé que la femme se rende tantôt. Je ne sais pas si ça sera utile, mais au moins j’aurai l’impression de faire quelque chose. Je préfère autant éviter que des gens inconscients se fassent écraser par la grosse monstruosité au sol.

Je me ressaisis donc et je change de rangée pour aller à celle juste derrière moi. En partant du mur, il y a deux hommes et une femme plutôt corpulente. Je commence par tirer le premier homme qui n’est pas trop difficile à déplacer en raison de sa taille maigrichonne, puis je m’attaque au deuxième qui est un peu plus trapu. Malgré les efforts physiques que je commence à faire, avec l’odeur qui règne dans la pièce, j’essaie de respirer le plus possible par la bouche pour ne pas être incommodée. En même temps, j’essaie de surveiller l’emplacement du gros monstre au sol, histoire de ne pas être prise pour cible ou ne pas le recevoir en pleine gueule...



Messagerie (bientôt) ★ Journal ★ je parle en #24C934

Chains of Memories :

Compteur de chutes : On retourne à 0 !
avatar
Tori Clark

Fiche perso'
Idéologie Dominante: Heroes
Niveau: 3
Exp:
110/250  (110/250)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Intrigue] Chapitre 1 : Jugement, Verdict et Ethique [Les Inscrits]

Message par Klein le Jeu 12 Juil 2018, 02:58

Je ne suis pas mort ? Comment, j'étais sûr qu'à cause de mon manque de temps j'allais avoir un truc, comme les autres. En regardant alors sur le chemin que j'ai emprunté, je peux voir un impact de balle sur le sol. Je ne me pose même plus la question de savoir comment et dans quel angle il a pu faire, ses pouvoirs dépassent mon imagination. Mais j'ai survécu grâce à une sorte de bouclier, qui a disparu a la seconde où je m'en suis rendu compte. Je viens de survivre... Mon corps bat tellement fort que j'ai l'impression qu'il pourrait se décrocher de ma poitrine. Cette sensation, à la fois qui te fait te sentir en vie, mais qui en même temps te fige de peur et te donne les plus grands frissons que je n'ai jamais ressentis. Je suis sûr d'une chose, je ne veux plus jamais ressentir ça, mais est-ce que j'ai le choix ?

« J’ai besoin de temps…Le maximum possible le temps que le sérum fasse effet. Reste à couvert, ma rune de protection est brisée. Par contre, j’espère que tu as conscience de ton acte. Bienvenue en enfer gamin.»

Cette phrase d'Ulysse me sort de ma torpeur et me fit me rendre compte que par instinct je m'étais caché derrière le bureau. L'enfer... Horrible, juste horrible et il dit ça comme si c'était son quotidien... Il faut que je devienne plus fort. On vit dans un monde de fous ou même un endroit censé être protégé et en sécurité maximale ne nous offre plus la garantie de vivre. Il faut que je gagne en puissance... Mais je ne suis pas née avec un pouvoir mois, il faut alors que je fasse appel à la science, je vais transformer cet enfer en un fleuve tranquille que je peux traverser en dos crawlé.

-Conscience de mon acte ? Pas le moins du monde, mais c'est trop tard pour en prendre conscience.

Puis d'un coup je suis comme transporter, je ne suis plus au tribunal. Je comprends que dalle à ce qu'il se passe, c'est quoi cet endroit, et c'est qui ces gens ?! Ils sont dans la même tenue qu'Ulysse, et au nombre de 9, ça doit donc être ses coéquipiers. Ils sont en train de se battre contre des gens en costume noir... Ça c'est sûrement les subalternes de l'autre fils de p*te. Donc ça ce passe en ce moment. Mais comment ça se fait que je vois ça ? Je n'ai pas de pouvoir moi. Mais d'un coup j'entends une voix qui répond à ma question.

« Je vois…Le refus a vite circulé. Tenez bon les gars, j’arrive une fois que j’en ai fini ici avec les Lomoaks.»

C'est la voix d'Ulysse, c'est sûrement grâce à lui que je vois tout ça. En tout cas, ces personnes sont vraiment fortes, elles se battent comme des lions... C'est comme eux qu'il faut je sois. Nan ! Encore plus fort ! Et puis c'est quoi des Lomoaks ? C'est ces deux bestioles immondes . Elles ont un nom ?! Quitte à choisir j'aurais pris " sac à merde "
.Me revoilà dans le tribunal... Si seulement ce n'était pas juste ma conscience qui avait été transporté, mais mon corps... On ne peut pas tout avoir je présumé. C'est alors que l'autre enclé se met à parler. Il parle de Tam, que lui fait-il ce b*tard ?! Oh mon Dieu ! Ses cris ! Je ne peux m'empêcher de détourner le regard et de me boucher les oreilles. Je serre les dents tellement fort que je peux sentir un goût de fer dans ma bouche. Je suis désolé Tam, vraiment désolé. Si seulement j'étais plus fort, j'aurais pu te sauver, mais je suis inutile, je vais juste mourir avec toi si je fais quoi que ce soit. Je suis désolé. Je suis empli d'une rage immense, tellement forte que je ne vois même pas l'autre personne voler à l'autre bout de la pièce.

-Je le jure fils de p*te, je te crèverais un jour... Dis-je d'une voix basse.

Je n'arrive pas à reprendre mon calme, à cause de ça je perds des informations précieuses et ne vois pas la fille qui s'est transformée en loup et qui se fait balancer sur l'autre dont le torse abrite une balle. Mais j'arrive tout de même à reprendre un peu mon calme juste. Ma colère est toujours présente, et forte, mais je suis tout de même lucide, assez pour ne pas me jeter connement sur le Pd au masque. Je reprends conscience au moment où l'autre bestiole, anciennement le juge, balance une sorte de boule sur le gars en collant, peu importe ce qu'elle touche, je peux en tout cas voir que ça lâche une sorte de fumer au contact, on dirait de l'acide. Je peux aussi l'entendre se déplacer vers ma droite vu qu'elle était juste au-dessus de moi. En regardant je peux distinctement la voir, elle est maintenant sur le mur, à environ 8 mètres du sol. Merci le rayon x pour m'aider à voir quelque chose dans tout ce bordel.
Je sens une main se poser sur mon épaule et une voix calme et basse me dire les mots suivants.

«J'ignore s'il nous laisse ici par acquis de conscience, mais le connaissant, rien n'est laissé au hasard. Quand je retrouverai un semblant de capacité, tu peux te battre ou rester caché ici. Veux-tu te joindre à moi dans une bataille qui te dépasse ? »

Je souris alors de rage. Je pourrais presque en rire. Fuir ? Et pour aller où ? Si je veux devenir un homme capable de changer l'enfer en prairie, il est hors de question que je fuis !

-Va falloir faire attention à ne pas traîner dans mes pattes alors. J'ai pas le temps de m'occuper du troisième âge. Lui rétorquai-je dans un humour qui est très certainement mal venu mais qui me permet de me détendre un petit peu.

Il est temps pour moi de faire quelque chose de complètement idiot et qui va surement mal finir ! Je me déplace alors vers le garde toujours au sol pour lui piquer son arme. C'est un 9mm, une arme de poing basique. Je ne suis pas un expert en armes, mais j'ai déjà pu avoir l'occasion de tirer dans ma jeunesse. Vous savez, les riches qui tir contre de l'argent car " oh , c'est trop marrant ! " bande de cons. C'est un dix coups, et le monstre sur le mur est à une distance parfaite pour lui en mettre la moitié dans le buffet. Tu vas voir Pd au masque que de pas m'avoir fini quand tu le pouvais va te coûter cher. Je vais d'abord commencer par lui, ensuite je vais m'occuper de ton autre monstre, et quand je serais devenu assez fort. Je te traquerais au bout du monde, et je te crèverais d'une mort lente et douloureuse.
Je me place alors, profitant que le monstre semble être occupé en regardant ailleurs. Je prends l'arme à deux mains, vise bien au niveau de son crâne, laisse les bras fermes et pas tendus, mais pas plaqué au corps non plus. Et puis d'un coup, on peut entendre 5 coups de feu partir.

-Crève sac à merde !
avatar
Klein

Fiche perso'
Idéologie Dominante: Aucune
Niveau: 6
Exp:
0/500  (0/500)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Intrigue] Chapitre 1 : Jugement, Verdict et Ethique [Les Inscrits]

Message par Makumo le Jeu 12 Juil 2018, 17:11

Il sentait que d'une certaine manière son plan fonctionnait ... ou peut-être pas. Makumo ne vit pas ce qu'il se passait autour de lui, incapable de bouger à cause de la douleur dans son crâne. Son cerveau n'arrivait même plus à suivre le torrents d'images et de sensations qui lui passait au travers. Il ne put qu'entendre les hurlements de Tam quand elle se transforma en boule et le fracas des os de Maxime quand son corps inerte rencontra la porte. La peur s'intensifia encore plus quand il sentit l'esprit de l'homme en noir se tourner vers lui. Il s'attendait à se prendre une balle du néant à un moment ou un un autre, il ferma les yeux, tétanisé, implorant le dieu en lequel il n'avait jamais cru de le sauver, mais rien ne vint. Pas de balles, ni de vol plané. Il perçut une image mentale au milieu des horreurs, il le félicitait ... Non, il se moquait plutôt ! Il riait de sa tentative illusoire et son rire sarcastique emplissait maintenant tout son esprit, se glissant comme un vers au milieu du film d'horreur qui défilait dans sa tête. D'ailleurs la douleur devenait insupportable, chaque évènement au quel il assistait s'accompagnait maintenant d'une douleur physique. Le pauvre garçon sentit la souffrance de partout : on lui tranchait le bras, lui sectionnait la langue, l'énucléait et bien d'autres tortures. Il était impossible pour lui de maintenir une connexion à présent. Il eut cependant d'envoyer un dernier message à l'homme masqué avant de rompre de lien.

- J'ai le droit à votre attention parmi tous les autres, j'imagine que je dois bien le prendre.


La provocation ne le sauverait pas, mais il avait besoin de faire bonne figure pour se rassurer. Il se réveilla étendu sur le sol. Le sang qui dégoulinait de son nez avait teinté ses vêtements de pourpre. Une magnifique cascade rouge s'était dessinée sur son torse. Son corps était tout endolori, car il avait convulsé à cause de la douleur. Il prit le temps de reprendre ses esprit et son souffle, il n'arrivait pas à réfléchir pour l'instant. Il y avait encore tant d'horreurs qui défilaient dans sa tête. En tournant la tête il vit qu'Ulysse et le jeune homme s'étaient mis à couvert avec lui.

Allez vous en, c'est ma planque, j'étais là le premier !

Il se rassit contre le meuble tenant à peine dans cette position. Il allait lui falloir quelques minutes pour s'en remettre. Ses idées étaient plus claires quand Ulysse parla pour la deuxième fois.

«J'ignore s'il nous laisse ici par acquis de conscience, mais le connaissant, rien n'est laissé au hasard. Quand je retrouverai un semblant de capacité, tu peux te battre ou rester caché ici. Veux-tu te joindre à moi dans une bataille qui te dépasse ? »

Makumo le regarda de travers. Il voulait se battre ? Sérieusement ? Le garçon buvait ses paroles comme du petit lait. Eh mon gars tu vois pas que c'est à cause de lui tout ça ? Les gros monstres sont là pour le faire craquer, c'est tout. S'il se rendait bien gentiment, l'homme masqué partirait peut-être. Surtout que plus il s'éternisait ici et plus les renforts risquaient de compromettre ses plans. Contrairement à Klein, Makumo ne pensait pas un seul instant qu'Ulysse avait la moindre chance de vaincre. L'homme masqué aurait déjà réagit sinon. L'autre gars se trouva comme électrisé par les paroles du criminel et se permit même un peu d'humour. Il ramassa l'arme du garde et entreprit de déloger le juge du plafond en tirant 5 balles dans sa direction. Makumo n'avait pas d'autres option pour l'instant que de s'en remettre à Ulysse. Il ne voulait cependant pas rester impuissant, alors il se jeta sur l'autre garde pour lui voler son arme également. Il la cacha précieusement sous ses vêtements, après avoir vérifié le cran de sureté. Il n'allait pas s'en servir tout de suite, un seul tireur était suffisant, sauf s'il était mauvais. Il retourna ensuite derrière le meuble et s'adressa à Ulysse.

- Pourquoi vous ne lui donnez pas ce qu'il veut ? Tout serait fini de cette manière.  

L'explication avait intérêt à être en béton armé si Amod voulait gagner la confiance de Makumo. Pour le moment, le jeune justicier ne le voyait que comme un autre pauvre type qui voulait sauver sa vie, plus que les autres.
avatar
Makumo

Fiche perso'
Idéologie Dominante: Incompris
Niveau: 4
Exp:
0/300  (0/300)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Intrigue] Chapitre 1 : Jugement, Verdict et Ethique [Les Inscrits]

Message par Invité le Jeu 12 Juil 2018, 22:25

L’abomination avait attrapé la louve géante et s‘en était servi comme bouclier pour se protéger des attaques du justicier. Je crois que le terme le plus adapté dans cette situation est « Oups ».

Comme si tout cela ne suffisait pas voilà que la créature lança le canidé sur le policier. Johann eu juste le temps de saisir les bancs à sa droite pour se tracter a quelques mètres sur le côté entre les deux rangés en guise d’esquive.

Toute cette agitation ne fit qu’accentuer sa douleur, il se surprit même à vomir le sang qui était remonté dans son œsophage a force de se déplacer. Pour autant l’abandon n’était pas permis même si la situation semblait désespérée. Malgré tout, il lui restait encore un dernier Atout en poche : son arme de service.

Je vous vois déjà vous poser la question suivante. « POURQUOI CE CONNARD S’EN AI PAS SERVI PLUS TÔT ?! »

Eh bien pour plusieurs raisons.

Premièrement même s’il sait s’en servir et qu’il n’est pas mauvais, Johann n’es pas très à l’aise avec ce type d’arme et préfère généralement s’en servir en dernier recourt.
Deuxièmement, s’il s’en était servi durant l’assaut précédent, les blessures qu’il aurait accidentellement affligées à Evelyn auraient été bien plus graves.
Troisième même si ça parait évident, dans son état actuel il lui très difficile voire même impossible de viser convenablement
Enfin Quatrièmement, vous révélez tous vos atouts dès le début vous ?

Mais revenons à nos moutons…

Le policier resserra son dandage de fortune afin de maintenir la pression autour de son abdomen et s’assurer que le tissu ne partirais pas. Il lui fut nécessaire de serrer les dents pour ne pas crier de douleur. À en juger par ceux pousser par une autre femme ses blessures n’était rien en comparaison de ce qu’elle pouvait subir et se refusait donc à crier même s’il ne pouvait assister à la scène. Ce qu’il ne manqua pas en revanche, c’est le vol plané d'une inconnue
Suite à cela, l’agent de police sortit l’arme de son étui vérifiant qu’elle était chargée et prête à être utilisé en réfléchissant au meilleur moyen d’en faire usage. Idéalement, il lui faudrait une diversion… Les dieux d’Asgard devaient être avec lui puisque cette diversion lui Fut offerte par un étrange individu qui se cachait derrière son portefeuille… Bref, c’est mieux que rien.

Dans ce qui sera très certainement son dernier et ultime effort Johann envoya deux tentacules s’enrouler autour des cuisses du monstre attiré par l’individu au portefeuille et deux autres autour de son cou. Ainsi, il se hissait par-derrière le plus rapidement que le lui permettait son état en se soulevant lui-même à hauteur de la tête de la créature. L’albinos se posta sur la nuque du monstre les jambes de part et d’autre de son cou emprisonné dans les tentacules écailleux afin de lui offrir une meilleure stabilité pour enfin coller son canon dans l’un des orifices faciaux de la bête et ainsi tiré à bout portant. Si une balle ne suffisait pas, il était prêt en lui en coller autant que nécessaire.

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Intrigue] Chapitre 1 : Jugement, Verdict et Ethique [Les Inscrits]

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum