Faire confiance à son sauveur ? [Privé Jïnn]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Faire confiance à son sauveur ? [Privé Jïnn]

Message par Mira le Jeu 07 Juin 2018, 19:50


Faire confiance à son sauveur ? [Privé Jïnn]




Bordel… J’étais beaucoup trop gênée !  

Pour faire la promotion d’un événement au club de tir, qui devait principalement attirer des enfants et leurs parents, mon patron s’était dit qu’en plus de la publicité habituelle, il allait envoyer sa chère employée distribuer des tracts dans la ville. Je me disais que ça pouvait être utile et j’ai accepté sans savoir qu’il y avait d’autres conditions à la distribution.

Il est marrant, Alain, avec son « Mais non, t’inquiète pas, tu vas attirer du monde ! ». Ah ça, j’attirai les regards ! J’étais complètement ridicule dans cette panoplie de cowgirl du style costume à trois sous ! Sérieusement, Alain pensait qu’ils mettaient du rose à cette époque ? Je n’aurais pas pu seulement m’habiller normalement ? Non, non, non ! « C’est exactement la pub qu’il nous faut, c’est un événement pour les enfants autour des cowboys ! Tu ne peux pas le faire autrement ! ». Mais demande-moi au moins pour la taille des vêtements ! Vraiment, je t’adore Alain mais quand je rentrerais, je vais te le faire regretter, même si tu as pensé aux gants pour cacher mon gears !

Sauf qu’une fois dehors avec mes papiers dans les bras, mon chapeau sur la tête et mon pistolet-jouet à la taille, je ne pouvais plus râler et surtout je ne pouvais plus tirer la tronche. Je repris donc mon sourire habituel et abordai les gens en leur remettant un prospectus.

Je dois avouer qu’au bout d’un quart d’heure à marcher dans les rues, je faisais mon petit effet. Les gens s’interrogeaient sur ma tenue et parfois venaient directement me voir. Je les faisais rire en leur disant pourquoi j’étais comme ça mais souvent ils repartaient avec un de mes papiers et je savais que j’allais rester dans un coin de leur tête. La publicité fonctionnait, je pouvais être contente pour Alain.

Après avoir fait aussi le tour du centre-commercial, je me dirigeai vers la sortie pour terminer le reste de ma liasse avec le quartier marchand mais un mec me rattrapa pour que je lui passe un prospectus. Alors que je lui tendais le papier de ma main gauche, il me la serra subitement et quelque chose changea dans son regard.

– Est-ce que vous pouvez me lâcher, s’il vous plait ?

– Tu ne devrais même pas exister.
– Ce n’est pas ce que vous…

Il me poussa violemment vers une des impasses du centre commercial menant à une sortie de secours. Je ne voulais pas créer de problème au club de tir, il valait mieux que j’ignore ce type et que je parte. Ce que je n’avais pas prévu c’est qu’un de ces potes arrive, style armoire à glace évidemment, pour me bloquer le passage. Euh… oui… ça ne sentait pas bon.

– Tous les gens comme toi mènent à la fin des humains et crois-moi, je ne laisserais pas faire ça.
– Je vous dis que…

Je me tus en trébuchant en arrière pour éviter la main de l’un de ses gars. Mais l’autre m’attrapa par ma veste et je reçus la claque sans l’avoir vu venir… ça fait mal… C’est là que je regrettai ne pas avoir repris les cours d’aïkido depuis mon accident. J’avais perdu tous réflexes d’autodéfense ! Je voulus crier pour attirer l’attention mais le type m’attrapa la mâchoire et je ne pus que sortir un gémissement de douleur. Ils étaient trop forts… Une larme dévala ma joue, sans que je le contrôle. J’allais avoir plus que mal…


Dernière édition par Mira le Ven 15 Juin 2018, 02:25, édité 2 fois


Mira Launay
Présentation  ~ Contacts ~ Journaux
avatar
Mira

Fiche perso'
Idéologie Dominante: Aucune
Niveau: 4
Exp:
90/300  (90/300)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Faire confiance à son sauveur ? [Privé Jïnn]

Message par Jïnn le Sam 09 Juin 2018, 18:50


Des pieds pas très tendre avec une cow-girl.




Un petit chant s'entendait faiblement de la part de Jïnn qui naviguait dans les rues marchandes :

One day I set  my eyes up to the sky,
and like a plane my dreams were passing by
And I awoke to tears that had filled my eyes,
I need to spring my wings out and fly

I lie awake at night with these memories
of feeling powerless, and they're haunting me
I'm always reaching out for this destiny
to make it happen that's all on me

Cruel fate sets in motion, and no one else knows why
Waiting for the day to come, when will it show up
claiming what's before my eyes

With every issue I gotta break through
or the moment might just pass
they all told me I'cant, they were laughing
well, look who's laughing now

Now I can feel the fire burning deep within me
I'll be the hero and no one can stop me
Loudly I will scream it from the top of the lungs
You got those tired eyes from crying every moment
You cannot hide it, someone's gonna notice
I'll be the hero, no one's gonna hurt you again

Gonna raise my hand with a peace sign
our story will last forever


Aujourd'hui c'était jour de patrouille. Souvent un moment d'ennui mortel puisqu'en général les rookies étaient envoyés dans les zone déjà bien sécurisées et peu exposées à la criminalité. D'ailleurs depuis son premier mois d'adaptation, le Junalkin avait vu ses stéréotypes balayés sauvagement par un facteur imprévisible bien trop violent. Gear, pouvoir, neutre, toutes les relations, tous les liens humains des personnes créaient des nœuds amplifiant haine, rancœur ou encore peur.
À force, les témoignages qu'il avait entendu perdait de vu l'origine des problèmes.

Peut-être qu'il réfléchissait trop et que cogiter le rendrait surement malheureux un jour. Pour l'instant, il tenait le cap, après tout on ne peut pas s'arrêter si facilement en route pour accomplir son objectif.  De ce fait, vêtu de son costume de super-héros gracieusement fabriqué par un expert de la spécialité soutien, il pouvait le revêtir et le faire disparaître avec une montre qu'il portait au poignet. Pratique, très pratique. En plus son casque avait une radio capable de communiquer avec ses collègues.

A ce propos, il allait devoir se bouger le popotin s'il voulait trouver un stage et vite sinon aucun moyen d'avoir assez d'heures pratique pour espérer passer l'examen final pour devenir héros. Il soupirait alors, se dirigeant vers l'entrée du centre commerciale, prochain lieu de la ronde après les rues marchandes. Cette fois, un camarade de classe et un professeur de l'académie l'accompagnaient. Enfin "accompagner", tout dépend comment on se penche sur la question. Pour un quadrillage plus optimal de la zone ils étaient séparés. Enfin c'est pas plus mal mais bon. En plus la semaine dernière il était avec un tire au flanc qui arrêtait pas de parler dans la radio car il était pas foutu de mettre un push-to-talk. Ah bah tiens, quand on parle de radio :

Junalkin, topo horaire de la situation ?

R.A.S monsieur. Je me dirige vers le centre commercial comme prévu. Je prends la porte principale.

Te paume pas comme la dernière fois, sinon tu vas avoir la honte.

He oh ! J'étais simplement la tête ailleurs. Puis au moins j'connais les issues de secours du centre commercial.

Suffit. Concentrez vous sur le travail et renseignez les passants, vous n'êtes pas des machines à combattre, la population a des besoins, donc souriez et soyez responsables.

Après un "reçu" général du binôme, Jînn entrait dans le centre commercial. Pour éviter tout soucis d'accrochages, il révoquait sa cape grâce à sa montre.

-Je dois remercier l'ingénieur...Son don est juste beaucoup trop pratique.-

Comme il en avait l'habitude, Jïnn percevait en plus de la vision classique celle des auras alentours. Au début il avait énormément de mal à se repérer, interpréter les distances, reconnaître les gens mais à force, il pouvait justement déterminer chacun de ces facteurs. Pour s'entraîner tous les jours, il fermait les yeux et marchait en se fiant uniquement à ce sens et son ouïe. Puis avec la visière, personne ne le prendrait pour un idiot. Continuant alors de marcher à un rythme normal bien qu'en étant toujours potentiellement en alerte, un détail particulier attirait son attention. Normalement les issues de secours sont fermées sauf en cas de besoin d'urgence. Pourquoi il y avait trois personnes ? Restant immobile pour investir toute son attention dans cette évaluation de la situation, il pouvait percevoir des formes humanoïdes et à l'image d'un scanner où les os sont simplement un courant bleuté, il voyait clairement une posture d'agression.

Il rouvrait alors les yeux, ayant repéré la position exacte. Son rythme cardiaque s'accélérait de manière assez alarmante. La chaleur montait et il courrait non pas en sprint mais tout de même vite vers l'endroit en question. Il n'avait pas tout entendu malgré ses sens améliorés. Une fine couche d'énergie bleutée pouvait s'apercevoir sur notre protagoniste qui attirait l'attention en courant anormalement vite. Faut dire, il pouvait attendre les 55m/s en vitesse de pointe, donc forcément ça pouvait surprendre bien qu'il n'aille pas aussi vite pour le coup afin d'éviter de blesser des gens accidentellement. Il arrivait vite à l'impasse où il voyait une femme dont la mâchoire semblait compressée pour la faire taire. Violeurs ? Voleurs ? Braqueurs ? Peu importe, le temps jouait contre lui. De ce fait, déployant la majeure partie de son aura, une "lampe anti-moustique" avançait littéralement à une vitesse inhumaine vers celui qui était dos à lui, en supposant que la dame soit prise en sandwich. Quoi qu'il en soit, la première cible d'opportunité pour le Junalkin n'était pas l'armoire à glace mais celui qui l'accompagnait.

Jïnn, avec une force surhumaine contrôlée, enroulait ses bras autour du cou de l'agresseur pour ensuite reculer afin de le forcer au déséquilibre. Le réflexe primaire de sa cible était forcément de chercher l'origine de cette attaque surprise. Inutile, hélas, car sa carotide était bien compressée. L'agresseur semblait prononcer des paroles étouffées. -Les sacs à merde n'ont pas le droit à la parole de toute façon.- . Une fois la cible visiblement inconsciente puisqu'elle n'opposait aucune résistance et ses muscles étant relâchés, il se redressait en le laissant tomber au sol sur les derniers centimètres. Une fois debout, l'armoire à glace était sur un pied d'égalité avec lui. Plus aucun effet de surprise, mais un pouvoir d'un côté. Néanmoins il oubliait de prendre connaissance de l'état de la jeune femme. De ce fait, il commit l'erreur impardonnable de la regarder et de perdre du temps à lui parler :

Ne paniquez pas ! Je suis un app...-

Touche pas un vrai humain sale doté !

Un léger "bonk" s'entendait. Il venait de se prendre un coup de paume dans le casque. Depuis quand les agresseurs de bas-étage pensent à mettre la paume ? En plus même s'il n'avait pas à rougir, le dernier agresseur était plus grand et massif que lui, même si le second point voulait tout et rien dire à la fois. Cela dit, son erreur avait été visiblement pallié par son pouvoir et la protection solide. En plus avec ses réflexes il avait baissé le menton pour éviter de subir une pression important au niveau de la nuque si la tête partait en arrière. Préférant en finir vite, Jïnn dans sa vitesse maximale donnait un puissant coup de pied de sa jambe avant. Un coup circulaire de la jambe gauche pour frapper l'intérieur de la cuisse un brin au dessus du genoux pour éviter de lui briser une rotule mais pour quand même forcer la biomécanique à le faire tomber. Evidemment la différence de puissance entre un doté et un neutre était flagrante, surtout pour du renforcement. La cible alors tombé à sa droite sur le flanc voyait alors le genoux de notre protagoniste s'enfoncer par un génuflexion sur sa hanche pour l'empêcher de se retourner. Ayant alors toute la surface latérale du visage disponible, un coup basique mais puissant frappait sa tempe pour le mettre hors combat. Haletant et assez déçu de lui, Jïnn peinait à se redresser avant d'accrocher une paire de menotte reliant un pied de chacun des agresseurs pour les neutraliser même après leur réveil. Il ne pouvait se retenir de prononcer ces mots d'une voix calme et emplit de jugement ainsi qu'une légère irritation :

Tu parles...."Vrai humain". Apprends déjà à faire preuve de compréhension et de tolérance au lieu de déranger les honnêtes gens. Peut-être qu'un jour tu dépasseras ta condition de pleutre si tu y arrives. Tu ne vaux rien, te traiter d'animal serait insulter des braves bêtes.

N'ayant pas prêté attention à Mira durant ce combat qui bien que court et rapide avait semblé être une éternité, l'apprenti super-héros retirait son casque pour la laisser le détailler mais surtout pour l'observer dans les yeux. Une victime potentiellement en état de choc se devait d'avoir en face d'elle une personne apte à l'écoute et sans masque. Enfin ça, c'était surtout ses déductions, il agissait instinctivement dans une situation pareille sans pour autant repenser précisément à ses cours. Son front un peu transpirant fut nettoyé par son dos de la main, recouvert de gants blancs assez moulant et dans une matière différente de ce qu'on pourrait trouver habituellement. Il s'adressait à elle d'une voix se voulant rassurante et douce malgré sa teneur grave et suave naturelle :

Vous n'êtes pas blessée mademoiselle ?






POUR LES NOUVEAUX:
Les tuyaux du bon MJ : Les recensements une fois validé. Journal intime avec timeline à faire, votre boite à message aussi. LISEZ LE TOPIC DANS ACADEMIE ABONDANCE ! Souriez et amusez vous !  


THEME DU PLAISIRS:

Signature TPC:

avatar
Jïnn
Administrateur

Fiche perso'
Idéologie Dominante: Incompris
Niveau: 4
Exp:
200/300  (200/300)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Faire confiance à son sauveur ? [Privé Jïnn]

Message par Mira le Dim 10 Juin 2018, 00:35

Je me sentais si impuissante… La main de l’homme me maintenait avec force comme s’il voulait la briser et à ce moment, je n’arrivais même pas à faire le moindre mouvement pour me défaire de sa poigne. J’étais devenue stupide ? Allez Mira, fais quelque chose ! Tu ne va pas te laisser frapper comme ça quand même !

Mais mon discours mental n’eut pas besoin de déclencher de réactions de ma part. Quelque chose… Non, quelqu’un avait entouré le cou de mon agresseur de ses bras l’amenant rapidement à ne plus pouvoir respirer. Alors il me lâcha si brusquement qu’on aurait dit qu’il avait plutôt tenté un dernier geste de violence en désespoir de cause. Résultat : je perdis l’équilibre et m’affalais au sol, perdue face à la situation.

De mes yeux écarquillés, j’essayais de comprendre qui avait bien pu s’interposer seul face à deux hommes visiblement agressifs et dangereux. Cette personne, juste après avoir mis à terre en seulement quelques secondes l’un des hommes, sembla se rendre compte subitement de ma présence et se tourna vers moi. Il portait un casque ? Ça me rappelait vaguement quelque chose que j’avais lu dans un journal en arrivant à Abondance. Mais le contenu exact ne me revenait pas en mémoire.

– Ne paniquez pas ! Je suis un app...
– Touche pas un vrai humain sale doté ! le coupa l’armoire à glace.

Un… doté ? Un frisson me secoua sans que je puisse le contrôler. Je m’en souvenais maintenant. L’article parlait de l’académie d’Abondance devant former des « super-héros ». Comme à chaque fois que le sujet des dotés ou des gears étaient abordés quelque part, je n’avais que survolé l’article s’en m’en préoccuper plus que ça. Mais le casque que portait mon sauveur ressemblait beaucoup à celui qui se trouvait sur la photo illustrant l’article.

Mon sauveur était donc un doté…

Un combat s’engagea entre les deux hommes devant moi. Enfin… Je ne sais pas si je pouvais appeler ça un combat alors que celui qui était venu à mon secours, prit le dessus en moins de temps qu’il faut pour dire « ouf ». Il semblait fort et rapide, plus qu’un humain. Fort et rapide… Pouvant jeter un arbre ? Un nouveau frisson me traversa et je secouai la tête pour me retirer cette pensée de l’esprit. C’était ridicule de penser ça. Ridicule.

Revenant à la réalité, je vis que mon sauveur avait déjà mis des menottes aux agresseurs, tous les deux au sols.

– Tu parles...."Vrai humain". Apprends déjà à faire preuve de compréhension et de tolérance au lieu de déranger les honnêtes gens. Peut-être qu'un jour tu dépasseras ta condition de pleutre si tu y arrives. Tu ne vaux rien, te traiter d'animal serait insulter des braves bêtes.

Intérieurement j’en étais bouche bée. Si dans son académie, ils discernaient des notes pour les discours de fin de combat, je pense qu’il aurait réussi son examen. Ces mots avaient visé juste et m’avait moi-même touché…

–Vous n'êtes pas blessée mademoiselle ?

Ses yeux rencontrèrent les miens. Noirs. Ils étaient complètement noirs et ça avait quelque chose de troublant. Comme si je pouvais y lire ses intentions, sa sincérité. Il avait enlevé son casque, sans que je m’en aperçoive. Voir son visage eut un drôle d’effet sur moi et je crois bien que la première émotion qui surgit fut une pointe de culpabilité. Comme toujours quand il m’arrivait de penser à… Je n’avais pas le droit de tous les rapprocher de lui. Je ne savais peut-être pas qui était celui qui se tenait devant moi mais je devais admettre que m'ayant sauvé, il ne pouvait pas être comme l'autre. Du moins, normalement.

Attends… il me regardait comme s’il attendait une réponse… Si j'étais blessée ! Par réflexe, je tâtonnais mes jambes et mes bras pour m’assurer que je n’avais rien de cassé. Ce qui en soit était à nouveau complètement idiot puisque je n’avais été atteinte qu’au visage… Mais ! Ma veste ! Le connard qui m’avait empoigné me l’avait déchiré au niveau du col ! C’était une location… La malchance devait-elle me collait jusqu’au bout ? Bon, relativise, Mira, ça aurait pu être pire. Je voulus sourire à mon sauveur pour le rassurer et le remercier, mais je finis par faire une grimace quand ma mâchoire et ma joue me rappelèrent où s’étaient posé les mains de ces types. Super… Je n’imaginais pas les rougeurs qui devait maintenant envahir mon visage. Facile pour distribuer des tracts… Mes tracts ! Je me mis sur les genoux et réunis rapidement les derniers prospectus encore utilisables qui s’étaient éparpillés au sol.

Mais je devais lui répondre, sinon il s'inquiéterait, non ? Oui, j’allais lui dire que tout allait bien et que j’étais reconnaissante, comme ça je ne le dérangerais plus. Laissant mes cheveux me cacher de mon sauveur, je soufflai alors discrètement pour me donner le courage de lui répondre.

– Ça va, merci… Et je vous remercie vraiment de m’avoir sauvé… Je ne sais pas jusqu’où ils auraient pu aller…

Nouvelle grimace. Je me demande si j’avais encore ce qu’il me fallait dans ma trousse de premiers soins chez moi... Ce n’est pas le moment de penser à ça !

Sachant pertinemment que je n’avais pas l’air vraiment convaincante comme ça, j’allai au-delà de la douleur et me tournai vers lui pour présenter mon sourire habituel.

– Merci, Monsieur le super-héros.


Dernière édition par Mira le Ven 15 Juin 2018, 02:27, édité 1 fois


Mira Launay
Présentation  ~ Contacts ~ Journaux
avatar
Mira

Fiche perso'
Idéologie Dominante: Aucune
Niveau: 4
Exp:
90/300  (90/300)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Faire confiance à son sauveur ? [Privé Jïnn]

Message par Jïnn le Dim 10 Juin 2018, 04:30


Des pieds pas très tendre avec une cow-girl.


Une bonne chose de faite. Jïnn profitait de cet échange de regards et en attendant sa réponse pour l'observer attentivement. Chaque détails comptent. Aucun ne doit lui échapper. Le plus dur quand on est un héros ce n'est pas de stopper l'agresseur mais de sauver la victime pour de bon. Il n'est pas rare de voir certaines personnes encore sous l'emprise de leur bourreau. C'est souvent le cas chez les jeunes. Il réalisait de plus en plus le fausset qui le séparait d'un héros diplômé et expérimenté. A vrai dire, même s'il respectait globalement les règles, parfois il fallait bien s'en émanciper pour s'adapter. "Garde tout ce qui est bon, rejette tout ce qui est mauvais". Bien que cela paraisse manichéen, il l'appliquait le plus souvent possible. Après tout, ce principe de base sert à tout bon développement personnel. Comme tous les outils, il fallait s'en servir comme il faut.
Son visage neutre et inquiet laissait place à une esquisse fine de sourire. La voir se tâter un peu partout rendant la scène assez...amusante. Au moins il n'y avait pas meilleure preuve qu'il y avait plus de peur que de mal, finalement. Ce sourire s'étirait petit à petit jusqu'à devenir véritable et visible, signe qu'il était rassuré.

Durant son observation, bien qu'il trichait avec son pouvoir, lui indiquait la seule blessure possible qu'avait reçu la dame : Un coup au visage. Pourquoi faut toujours attaquer un joli minois ? Oui certes frapper le visage est un signe d'humiliation et représente un nid de point nerveux et sensoriels ultra sensible mais merde quoi. Il venait de réaliser pour l'une des premières fois qu'il paraissait un brin vieillot et puritain. "Pourquoi j'pense ça uniquement avec les filles ?". Après tout, la parité était importante pas vrai ? Même s'il est vrai que physiquement un homme est majoritairement avantagé par rapport à la femme. Cela dit dans notre monde moderne, avec les armes à feu on peut vite utiliser la théorie du "Big Stick". Celui qui a la plus grosse impose ses conditions, que ce soit avec une arme ou un moyen de persuasion financier ou d'une valeur en général. Il faudrait arrêter de cogiter cela dit. A force il finira par se poser des questions sans réponses ou ne pas approuver des phénomènes naturels. Cocasse pour celui qui peut voir la vie s'allumer et s'éteindre chaque seconde à cause de son sixième sens.

Quoi qu'il en soit, Jïnn venait à s'en vouloir un peu de ne pas avoir d'argent sur lui tout de suite. Il aurait pu lui payer le couturier pour réparer son col déchiré. Puis pourquoi une telle tenue ? Son regard s'abaissait par terre et dans un réflexe se voulant un minimum rapide et respectueux il s'abaissait pour que son fessier touche ses mollets. Il essayait de récupérer des tracts pour éviter à la demoiselle de rester trop longtemps baissée au sol. Puis comme ça il pouvait jeter un rapide coup d’œil à ce qu'elle pouvait bien distribuer. Un stand de tir ? Intéressant. Il avait des cours de maniement d'armes donc les armes à feu ne lui étaient pas inconnu, même si ce n'était pas son style. Mais y aller pourrait fournir un entraînement supplémentaire. Augmenter son acuité cinétique pour voir la trajectoire d'une balle à son échelle de traitement d'information...ce serait pas si mal. Puis peut-être qu'un jour les balles ne lui feront plus rien. Petit point bonus, les cheveux de la demoiselle le forçait à expirer rapidement par le nez pour retenir un léger rire. -On dirait moi le matin...Quoi que mes cheveux sont comme ça au quotidien non ?-. Il se redressait alors pour lui déposer les quelques tracts supplémentaires sur sa petite pile.

– Ça va, merci… Et je vous remercie vraiment de m’avoir sauvé… Je ne sais pas jusqu’où ils auraient pu aller…


Il ne préférait pas y penser. A vrai dire, qu'est-ce qu'il pouvait bien lui rétorquer à cette jeune femme ? Pas grand chose. Son sourire faiblit inéluctablement, malheureusement. Au moins il tenait toujours le coup. "Je vais bien." La grimace ne rendait pas le tout convaincant. Avait-elle l'air gêné ? N'aimait-elle pas du tout les dotés ? Il ne fallait pas se poser ces questions contre-productives. Il écoutait attentivement la suite :

– Merci, Monsieur le super-héros.


"Monsieur le super-héros". Son ego venait de gonfler mais à une puissance inimaginable. Il se sentait un brin gêné au point de se frotter l'arrière de la tête d'un air un peu crispé. Elle le surestimait. Comparé aux autres pro', il n'était qu'un rookie. Néanmoins son sourire ne pouvait s'empêcher de s'étirer. Par contre il fallait qu'il prévienne son professeur et son camarade de son entreprise, les deux garçons au sol n'allait pas finir en garde à vu tout seul. De ce fait il devait rapidement finir avec la dame un instant, communiquer et la raccompagner. Il agitait alors ses mains vers l'avant comme pour lui dire que non, d'un air embarrassé :

Haha...Haha....ha...ça fait plaisirs à entendre mais je ne suis pas encore diplômé haha. Actuellement je suis en patrouille, ça fait parti des cours. Appelez moi Jïnn, je n'ai pas encore trouvé mon pseudonyme. Au moins ça me donne une raison de me bouger pour le trouver. Ah oui ! J'oubliais presque...

Il sortait alors de sa poche arrière de costume une sorte de tube bleu qu'on retrouve souvent en pharmacie. Des granulés d'Arnica, pour les bobos et les bleus du quotidien. Il n'avait pas de trousse de premier secours donc autant agir comme on le peut, le plus efficacement possible. Il le tendait à son interlocutrice d'un air avenant et bienveillant :

Tenez ça devrait calmer votre douleur et éviter que cela n'enfle. 4 granulés suffiront si vous mettez de la glace ou de la pommade chez vous. Ah oui et je vous en prie, ne partez pas de suite je vais vous raccompagner dès que j'ai convaincu mon prof'.

Il enfilait à nouveau son casque pour ensuite parler à son professeur d'une voix calme et posée comme il l'aimait si bien.

Professeur Bunshin, j'ai besoin d'un de vos clones pour me remplacer. J'ai une honnête jeune femme qui a été victime d'actes discriminatoires verbaux et physique. Aucune blessures grave à signaler sauf un coup au visage. J'ai menotté les deux agresseurs de sexe masculins et visiblement jeune. Ils sont encore dans les vapes mais j'ai bien dosé mon individualité. Nous sommes à la troisième issue de secours au rez-de-chaussée du centre commerciale. Direction Ouest.  

Tu peux pas prévenir avant de foncer tête baissée ? On fait comment si un jour tu n'arrives pas à gérer le menace ? Erf...Raccompagne là, récolte son témoignage si tu l'as pas déjà, je t'envoie deux clones pour gérer les agresseurs et l'autre pour surveiller à ta place. Tu n'as qu'une heure devant toi, d'accord ? Et mollo sur l'individualité. N'oublie pas que multiplier tes fonctions physiques peut te détruire tout comme ça peut détruire quelqu'un.

Compris professeur. La prochaine fois je ferai plus attention. .

La dame pourrait entendre vu la conversation puisqu'elle était proche de notre protagoniste. Il fallait tendre l'oreille un minimum mais ça devrait être accessible pour une personne ayant une ouïe fonctionnelle et correcte. Dématérialisant son masque grâce à sa montre spéciale, il incitait la demoiselle à le suivre pour sortir du centre commercial. Il en profitait pour lui "piquer" un petit prospectus afin de la garder pour lui :

J'ai une heure à vous consacrer, où devez-vous aller ? Je me suis aussi permis de prendre ça pour y aller. Comme ça votre employeur ne vous engueulera pas pour le col déchiré. J'ai rien pour vous rembourser de suite donc....je viendrai tirer de temps en temps, haha. Il oubliait le plus important. Si bien qu'il s'inclinait en respect, trahissant ses origines : J'ai oublié de vous demander votre nom. Pardonnez mon impolitesse. Il était attentif et suivrait le rythme dicté potentiellement par la dame. Il ignorait totalement la possibilité où elle veuille rester seule. Il était surement dissipé pour ignorer une telle option mais bon. Quand on y croit, on y croit fort chez les Junalkin.



POUR LES NOUVEAUX:
Les tuyaux du bon MJ : Les recensements une fois validé. Journal intime avec timeline à faire, votre boite à message aussi. LISEZ LE TOPIC DANS ACADEMIE ABONDANCE ! Souriez et amusez vous !  


THEME DU PLAISIRS:

Signature TPC:

avatar
Jïnn
Administrateur

Fiche perso'
Idéologie Dominante: Incompris
Niveau: 4
Exp:
200/300  (200/300)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Faire confiance à son sauveur ? [Privé Jïnn]

Message par Mira le Lun 11 Juin 2018, 00:12

Mon sourire s’atténua juste pour éviter que ma joue m’élance mais j’arrivais encore à le maintenir. De toute façon, je ne pouvais pas m’en empêcher. Un sourire s’était collé à mon visage quand j’avais vu celui de mon sauveur. J’ai dû réussir à le rassurer sur mon état. Et peut-être quelque chose d’autre ? Il se gratta l’arrière de la tête dans un geste que je reconnaissais. Flatté ou gêné ? Que ce soit l’un ou l’autre, cela fixa à nouveau mon sourire. C’était assez amusant à voir alors que je ne pensais pas avoir dit quelque chose de particulier. Il répondit à mon incompréhension rapidement, tout en gardant son air embarrassé et en secouant les mains.

– Haha...Haha....ha...ça fait plaisirs à entendre mais je ne suis pas encore diplômé haha. Actuellement je suis en patrouille, ça fait partie des cours. Appelez-moi Jïnn, je n'ai pas encore trouvé mon pseudonyme. Au moins ça me donne une raison de me bouger pour le trouver. Ah oui ! J'oubliais presque...

Oh, c’était donc ça ! Alors qu’il aurait pu simplement prendre mon remerciement comme il venait, il avait précisé son statut d’apprentis. C’était assez révélateur sur une personne et l’impression que m’avait donné ses yeux semblait se vérifier. Une personne vraie ? Enfin, ne t’emballe pas Mira, la fausse modestie, c’est courant aussi.

Mais ce qui retient mon attention, c’est ce qu’il avait dit sur sa… formation ? Si je pouvais appeler ça comme ça ? Je suppose, puisqu’il avait parlé de diplôme. Cela me semblait si irréaliste parfois. Quelle discipline pouvait bien être enseignée dans une académie pour former les super-héros ? C’était la première chose que je m’étais demandée quand j’avais appris son existence. Entendre qu’ils organisaient des patrouilles et que « ça fait partie des cours », je m’interrogeais encore plus jusqu’où ça pouvait aller. J’étais à la fois curieuse et inquiète en imaginant tout ce qu’ils pouvaient arriver à un élève de cette académie. Je me disais que ceux qui s’y inscrivaient devaient avoir de base un bon fond puisqu’ils devaient par la suite se vouer à être des super-héros mais est-ce que c’était toujours le cas ?

J’observai discrètement le dénommé Jïnn. Après qu’il m’ait aidé avec ces deux types, et sûrement épargné plusieurs blessures, je l’imaginais mal être un « méchant », loin des frissons qui pouvaient m’accaparer lorsque je rencontrais un doté ou un gears. Au contraire son sourire et son énergie avait quelque chose de contaminant. Ce qui ne m’empêcha pas de me méfier quand je le vis fouiller dans sa poche et sortir… un tube de médicament. D’accord… Ma méfiance atteignait vraiment un niveau de ridicule absolu.

– Tenez ça devrait calmer votre douleur et éviter que cela n'enfle. 4 granulés suffiront si vous mettez de la glace ou de la pommade chez vous. Ah oui et je vous en prie, ne partez pas de suite je vais vous raccompagner dès que j'ai convaincu mon prof'.

Je pris le flacon, légèrement déçue de n’avoir pas pu cacher ma douleur et regardai l’étiquette avec attention. De l’Arnica. A chaque fois que je pensais à me méfier de mon sauveur, celui-ci semblait agir pour me faire culpabiliser de ma pensée stupide. Il était trop gentil et trop prévenant. Moi qui m’évertuais à m’éloigner de tout ceux dont je ne pouvais être sûre de leurs intentions et principalement des dotés et des gears puisque j’avais vu qu’ils pouvaient devenir incontrôlable et dangereux, je n’étais finalement pas habituée à les voir comme tout le monde ou plutôt comme la meilleure partie du monde. Je soupirais. Ça m’agaçait de voir que je n’étais pas mieux que tout ceux qui, pleins de préjugés, étaient mauvais avec les autres, c’est-à-dire ceux qui ne leur ressemblaient pas ou qu’ils désapprouvaient pour une raison ou un autre, souvent très idiote.

Il avait même parlé de me raccompagner ? Trop gentil, trop prévenant. A moins que ce soit le devoir d’un apprentis héros ? Je n’en sais rien… Mais dans tous les cas, ça me gênait, je n’aimais pas, ou je n’aimais plus plutôt, que l’on s’occupe trop de moi. Il m’avait sauvé, aidé à réunir mes tracts et même donné de quoi me soigner, c’était déjà beaucoup trop, juste pour moi.

Je voulus alors protester mais il avait déjà enfilé de nouveau son casque. Il devait pouvoir communiquer avec celui-ci, j’avais vu un dispositif pareil dans une boutique d’équipement sportifs, je me doutais que cela devait être utile pour des super-héros en devenir.

Je me relevai et suivis ses conseils en prenant les comprimés pour lui rendre au plus vite son flacon. Mais ma curiosité me poussa à tendre l’oreille pour comprendre ce qu’il disait et avec qui il communiquait.

– Professeur Bunshin, j'ai besoin d'un de vos clones pour me remplacer. J'ai une honnête jeune femme qui a été victime d'actes discriminatoires verbaux et physique. Aucune blessures grave à signaler sauf un coup au visage. J'ai menotté les deux agresseurs de sexe masculins et visiblement jeune. Ils sont encore dans les vapes mais j'ai bien dosé mon individualité. Nous sommes à la troisième issue de secours au rez-de-chaussée du centre commerciale. Direction Ouest.  
– Tu peux pas prévenir avant de foncer tête baissée ? On fait comment si un jour tu n'arrives pas à gérer la menace ? Erf...Raccompagne là, récolte son témoignage si tu l'as pas déjà, je t'envoie deux clones pour gérer les agresseurs et l'autre pour surveiller à ta place. Tu n'as qu'une heure devant toi, d'accord ? Et mollo sur l'individualité. N'oublie pas que multiplier tes fonctions physiques peut te détruire tout comme ça peut détruire quelqu'un.
– Compris professeur. La prochaine fois je ferai plus attention.

Honnête jeune femme ? Malgré moi, j’esquissai à nouveau un petit sourire amusé. Si c’est l’impression que je donnais au premier abord, c’était plutôt bien. Mais je devais me douter que moi ou une autre, ça aurait été le même discours. Ce Jïnn avait l’air de quelqu’un de très respectueux.

Un mot raviva aussi ma curiosité : individualité. Qu’est-ce que ça veut dire « doser son individualité » ? Parce que personnellement je ne vois pas comment je pourrais doser la mienne. Ça avait un rapport avec les pouvoirs en général ou avec son pouvoir ? Cela agissait sur sa force et sa rapidité ? Cela pouvait être dangereux ? Ou est-ce que… Je me posais vraiment trop de questions ! Ce n’était absolument pas mes affaires. La curiosité est vraiment l’un de mes défauts sur lesquels je dois travailler.

Je sursautais quand son casque disparu. Qu’est-ce que ce truc pouvait être pratique ! Même si les gears pouvaient me poser un problème dans certains cas, j’étais tout aussi admirative sur certains progrès technologiques. Si seulement je pouvais avoir quelque chose de ce genre pour me faire apparaître une veste dans laquelle je pourrais me cacher, là, maintenant, je serais plus à l’aise.
Concentrée à me demander comment ce truc pouvait bien fonctionner, je fus une nouvelle fois surprise quand il prit un prospectus du tas encore convenable que je tenais dans les bras.

– J'ai une heure à vous consacrer, où devez-vous aller ? Je me suis aussi permis de prendre ça pour y aller. Comme ça votre employeur ne vous engueulera pas pour le col déchiré. J'ai rien pour vous rembourser de suite donc...je viendrai tirer de temps en temps, haha.

Rembourser ? Mais ce n’était en rien sa faute ! Pourquoi devrait-il rembourser ? C’était une nouvelle fois surprenant, il m’en laissait presque sans voix. Je devais ressembler à un poisson rouge en dehors de son bocal en le regardant. D’autant plus que soudain il s’inclina en continuant avec toujours autant d’énergie.

– J'ai oublié de vous demander votre nom. Pardonnez mon impolitesse.

Oh… Je pense que ma tête de poisson rouge manquant d’air ne m’avait pas quitté. Je m’y attendais encore moins. Il allait en plus vraiment me gêner avec toute cette politesse, il n’était pas obligé… Si mon visage était déjà rouge d’un côté, je m’inquiétai que mes pommettes aient pris une teinte s’y rapprochant aussi. Je me contentai alors de serrer mes tracts contre moi et de lui faire un petit sourire.

– Ne vous inquiétez pas, ce n’est rien, vraiment. Je suis Mira… Ravie d’avoir fait votre connaissance, Jïnn. Et surtout ne vous sentez pas obligé de quoi que ce soit. Mon employeur est vraiment une crème avec moi, il comprendra. Et au pire, il prendra sur ma paye pour le remboursement. Vous n’êtes en aucun cas concernait par ceci. Vous êtes mon sauveur, pas celui qui a déchiré le vêtement. Ce serait plutôt à moi de vous devoir quelque chose et si l’envie vous prend réellement de venir au club, ce sera pour moi et je vous rendrai bien évidemment vos comprimés.

Je lui tendis alors son flacon de comprimés pour qu’il le récupère. Je me dirigeai ensuite vers les poubelles, vérifiai laquelle concernait les recyclables et me défaisais des tracts devenus inutilisables.

Bon ! Je me retournai vers Jïnn et retrouvai un sourire, le plus convainquant que je pus.

– Vous n’avez pas besoin de me raccompagner, je ne veux pas vous déranger plus que nécessaire. Vous êtes en cours, si j’ai bien compris ? Je ne veux donc pas vous prendre encore plus de votre temps. D’autant plus que je risquerais de me montrer beaucoup trop curieuse si j’avais le temps de…

Je me mordillai la lèvre en me rendant compte de mes paroles… Euh… Ce n’était peut-être pas utile que j’en dise plus sur ça ! Je me grattai la tempe, un peu gêné mais me repris en enchaînant.

– Je vais juste me dépêcher de déposer le reste de ceci à quelques endroits stratégiques et rentrer au club. Je ne devrais pas avoir d’autres problèmes sur le chemin… Je crois que j’ai enfin réussi à épuiser mon quota de malchance du jour !


J’émis un petit rire incontrôlable. Pour le coup, je n’étais pas sûre de ce que je disais. La poisse avait tendance à me coller à la peau c’est dernier temps. Je balayai cette pensée d’un geste de la main dans le vide comme si je chassais une mouche imaginaire. Puis je me refocalisais sur le bon sujet en voyant les papiers encore dans mes bras.

– Par contre si vous connaissez des enfants qui pourraient s’intéresser au tir, n’hésitez pas à faire passer le message pour l’événement, ce serait vraiment gentil de votre part.

Je lui souris à nouveau. Puis après une ou deux secondes d’hésitation, je me rapprochai de lui et glissai les prospectus restant sous mon bras pour attraper une de ses mains dans les miennes.

– Je vous remercie vraiment. Je vous en dois une. Alors si vous n’acceptez pas encore le titre de super-héros, soyez certain que vous avez été aujourd’hui mon héros.


Dernière édition par Mira le Ven 15 Juin 2018, 02:28, édité 1 fois


Mira Launay
Présentation  ~ Contacts ~ Journaux
avatar
Mira

Fiche perso'
Idéologie Dominante: Aucune
Niveau: 4
Exp:
90/300  (90/300)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Faire confiance à son sauveur ? [Privé Jïnn]

Message par Jïnn le Ven 15 Juin 2018, 01:54


Des pieds pas très tendre avec une cow-girl.


Jïnn arborait une sorte de mine avec un fin sourire proche d'un état neutre quand il la voyait rougir. A vrai dire il ne savait pas trop comment interpréter ça. Admiration ? Halètement ? Gêne immense ? Il se remettait pas mal en questions. Peut-être qu'en voulant trop bien faire on étouffe la personne que l'on sauve ? Faut-il simplement la laisser indépendante ? En tout cas le sourire qu'elle lui offrait lui balayait certains doutes, pour ne pas dire la totalité. S'il y avait bien une récompense unique et représentative de l'essence pure de l'héroïsme, c'est ça : un sourire.

– Ne vous inquiétez pas, ce n’est rien, vraiment. Je suis Mira… Ravie d’avoir fait votre connaissance, Jïnn. Et surtout ne vous sentez pas obligé de quoi que ce soit. Mon employeur est vraiment une crème avec moi, il comprendra. Et au pire, il prendra sur ma paye pour le remboursement. Vous n’êtes en aucun cas concernait par ceci. Vous êtes mon sauveur, pas celui qui a déchiré le vêtement. Ce serait plutôt à moi de vous devoir quelque chose et si l’envie vous prend réellement de venir au club, ce sera pour moi et je vous rendrai bien évidemment vos comprimés.


Mira ? Joli nom. Il récupérait ses granulés tout en lui laissant au passage un hochement entendu de la tête. Il est vrai que ça pouvait le faire paraître pour quelqu'un de trop intrusif à vouloir résoudre la moindre erreur. Perfectionniste à en mourir, certainement. Puis surtout, il reprenait un brin espoir en l'humanité en l'écoutant attentivement. Son patron serait une crème ? Au moins, ça permettrait à un porteur de gear de ne pas se faire juger par ceux qui ne sont pas comme elle. Par contre une idée naissait dans son esprit, concernant le club de tir.

– Vous n’avez pas besoin de me raccompagner, je ne veux pas vous déranger plus que nécessaire. Vous êtes en cours, si j’ai bien compris ? Je ne veux donc pas vous prendre encore plus de votre temps. D’autant plus que je risquerais de me montrer beaucoup trop curieuse si j’avais le temps de…


Le temps de....? Le temps de quoi ?! Une curiosité dévorante rongeait de l'intérieur le Junalkin qui se demandait bien ce qu'elle pourrait ajouter à la fin de sa phrase. Il fronçait légèrement les sourcils, intrigué et dubitatif à la fois. Elle avait surement raison au passage. Avec un brin de recul immédiat, ramener une seule personne et quitter son poste pourrait en délaisser des centaines d'autres. Ce dilemme...D'un point de vue pragmatique, rester à son poste serait préférable. Quelle était la probabilité de se faire attaquer deux fois dans la même journée ? Ils n'avaient pas l'air organisé les deux malfrats ni de faire parti d'un groupe. De ce fait, effectivement ça serait préférable de la laisser rentrer chez elle tranquillement pour décanter.

– Je vais juste me dépêcher de déposer le reste de ceci à quelques endroits stratégiques et rentrer au club. Je ne devrais pas avoir d’autres problèmes sur le chemin… Je crois que j’ai enfin réussi à épuiser mon quota de malchance du jour !


Il ne pouvait s'empêcher d'ajouter dans la foulée avant qu'elle ne rigole de manière assez contagieuse :

Effectivement ! Le karma n'est pas aussi vache. Hahahahaa.

– Par contre si vous connaissez des enfants qui pourraient s’intéresser au tir, n’hésitez pas à faire passer le message pour l’événement, ce serait vraiment gentil de votre part.


En voilà une bonne idée ! Imprévisible mais très intéressante ! Il avait bien deux gamins à proposer, une fille et un garçon. Après tout, autant s'amuser. Le repos et l'amusement fait parti de l'entraînement en soi. Puis si ça peut l'empêcher de tirer à l'arme à feu, ça l'arrangeait, vu qu'il n'aimait pas ce genre d'armes même si ses cours lui avaient appris à s'en servir comme il faut. Son regard qui s'était auparavant baissé venait de se relever vers sa main saisit par la demoiselle. Il n'était pas contre le contact physique mais il paraissait relativement surpris par ce contact soudain.

– Je vous remercie vraiment. Je vous en dois une. Alors si vous n’acceptez pas encore le titre de super-héros, soyez certain que vous avez été aujourd’hui mon héros.


SON...EGO ! Mais il prenait tellement d'un coup. A vrai dire, ça lui faisait chaud au cœur. S'il avait des ailes, alors il ferait un tour sur lui même en prenant petit à petit de la hauteur pour ensuite redescendre doucement. Il se contentait d'un sourire franc et de poser son autre main pour couvrir l'un des siennes afin d'accompagner un geste léger de haut en bas avec les mêmes membres. Son menton se relevait et s'abaissait en suivant le mouvement dicté précédemment pour ensuite opiner dans un air entendu en pénétrant son regard avec le sien.

Je suis profondément touché. C'est ça que je veux véhiculer chez les gens. Il faut que tout le monde puisse dormir sur ses deux oreilles et vivre paisiblement. Rentrez bien, Mira. Je viendrai au club avec deux petits, ça devrait vous plaire. Puis ça me fera plaisirs personnellement, haha. Restez vigilante sur la route et reposez vous bien. Il ne faudrait pas que ce joli minois ait des cicatrices ou des traces ! Je retourne à mon service, bonne journée à vous.

C'est donc après avoir utilisé une voix douce qu'il rompait doucement le contact physique par peur d'être brusque sans le vouloir. Ainsi, il la laissait quitter son champ de vision et de perception pour ensuite s'occuper des deux malfrats et reprendre son service après un petit savon de la part de son professeur sur la prise d'initiative.




POUR LES NOUVEAUX:
Les tuyaux du bon MJ : Les recensements une fois validé. Journal intime avec timeline à faire, votre boite à message aussi. LISEZ LE TOPIC DANS ACADEMIE ABONDANCE ! Souriez et amusez vous !  


THEME DU PLAISIRS:

Signature TPC:

avatar
Jïnn
Administrateur

Fiche perso'
Idéologie Dominante: Incompris
Niveau: 4
Exp:
200/300  (200/300)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Faire confiance à son sauveur ? [Privé Jïnn]

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum