Juste une égratignure [PV: Margaret Cavendish] [terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Juste une égratignure [PV: Margaret Cavendish] [terminé]

Message par Lily Walker le Jeu 31 Mai - 13:07


Margaret


Lily

「 Juste une égratignure 」

- Je prends ma pause clope, tu sais où me trouver si jamais tu as besoin ! Lançais-je à mon collègue en posant mon plateau sur son comptoir.
Voila plusieurs heures que je travaillais comme une dingue, courant de ci et de là pour satisfaire les demandes des clients du bar. Alors dès que l'occasion s'était présentée à moi, j'avais choisie de m'enfuir pour quelques instants et d'assouvir ce besoin grandissant de fumer une cigarette. Je sais je sais, la plupart des gens s'accorderont pour dire que fumer est quelque chose de mal, et je leur répondrais ce que j'ai toujours répondu : c'est mon choix, pas le votre.
Sortant m'installer devant le bâtiment, je dégainais donc mon paquet et un briquet, allumant ma cigarette tout en regardant les passants qui se pressaient sur les trottoirs.
C'était une journée tout à fait banale pour moi, jusqu'à ce que j'entende des sanglots enfantins. Ma curiosité combinée à mon instinct de guérisseuse me poussèrent tout deux à vérifier l'origine de ces larmes, tandis qu'une petite voix dans ma tête essayait de me résonner, de me faire retourner à l'intérieur du bar... mais pour cette fois, je cédais et commençais à analyser les passants. Il ne fut pas bien compliqué de trouver l'enfant qui gémissait, car plusieurs personnes s'arrêtaient à tour de rôle pour proposer leurs aides à la pauvre maman qui devait le faire avancer. Il ne me fallut qu'un court instant pour repérer la blessure, et dès cet instant je fus littéralement attirée par elle. Je ne pouvais pas laisser un si jeune enfant souffrir alors que j'avais les pouvoirs de le soulager non ? Les ayant rejoint bien rapidement, je m'accroupis devant lui en souriant, il m'observa à peine à travers ses larmes tandis que la mère me lançait un regard perçant. Mais je n'avais rien de menaçant, ce qui explique sans doute pourquoi elle ne m'empêcha pas de m'approcher de son fils. Je lui annonçais être infirmière, comme je le faisais souvent et lui demandais la permission d'observer la blessure de son fils, qu'elle me donna assez facilement. Je pris délicatement la main du petit dans la mienne et observais scrupuleusement son bras. Celui-ci présentait une plaie par abrasion, qu'il avait du se faire en tombant, et si elle s'étendait de l’intérieur du coude au poignet chez le petit, proportionnellement elle ne serait pas aussi large pour moi. Rien de bien grave donc, car de plus elle se situait sur le bras gauche de l'enfant, et j'étais droitière. Oui, quand il s'agissait de transférer une blessure de quelqu'un d'autre à mon propre corps, je ne calculais que les avantages en général. Et comment laisser ce petit souffrir alors que je savais que je me débarrasserais de cette saleté bien plus rapidement ? Je couvrais donc le plus délicatement possible cette blessure avec ma deuxième main, il avait certainement du se faire ça en jouant. Soudain la douleur envahie mon bras, les larmes me montèrent aux yeux alors que la sensation de brûlure se répandait. En revanche, l'enfant devant moi s'arrêta d'un coup de pleurer, sa mère me regarda d'un air ébahi, tandis que le petit lui montrait fièrement son bras totalement guérie.
Elle me remercia tant de fois que je n'ai pas pu les compter, je refusais systématiquement tout sorte de remerciement qu'elle me proposait, je n'avais qu'une envie, retourner vite fait bien fait au bar pour m'occuper de mon bras, le gardant caché de la vue de la mère qui semblait si soulagée.
Elle finit par continuer son chemin, le petit me fit un signe de la main, il avait un sourire rayonnant sur le visage. Et ça, ça valait bien toute la souffrance du monde non ?
Soupirante, j'allais retourner au bar quand deux jeunes hommes décidèrent de me barrer la route. Je m'excusai et tentai de les dépasser, mais ils ne me laissèrent pas faire, l'un d'entre eux saisit mon bras blessé et le hissa devant nous. Il avait une sacrée force celui-ci. Je grimaçai de douleur.
- Alors ma jolie, comme ça on fait des miracles ?
Le sourire moqueur et l'ironie dans sa voix me laissèrent deviner que cet homme n'était pas franchement un adepte des dotés. Son pouce appuyait sur la blessure et provoquait une douleur des plus désagréable. Retirer mon bras de son emprise s'annonçait très douloureux, je ne pouvais pas le lui soustraire par la force et tout mouvement brusque alors qu'il me tenait ainsi promettait de me faire souffrir. Je serrais les dents., et décidais de jouer sur le bluff.
- Tu ne sais pas ce que je peux faire d'autre, alors si tu ne veux pas le regretter tu devrais me lâcher. Lâchais-je avec un regard menaçant.
La vérité, c'est que je ne savais rien faire d'autre, et que j'étais même incapable de de me défendre, car si j'infligeais une quelconque douleur à cet homme, je devrais me battre contre mon instinct pour ne pas le soigner. Ce qui en effet est plutôt contradictoire. Mais bien qu'une étincelle de doute se soit allumé dans le regard de l'homme, il se pencha avec un sourire qui ne présageait rien de bon.
- Bah vas'y, montre moi ce que tu sais faire d'autre sale monstre.
Bordel, mais comment allais je me sortir de là moi...


Dernière édition par Lily Walker le Mar 5 Juin - 9:07, édité 2 fois
avatar
Lily Walker

Fiche perso'
Idéologie Dominante: Aucune
Niveau: 1
Exp:
100/150  (100/150)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Juste une égratignure [PV: Margaret Cavendish] [terminé]

Message par Margaret Cavendish le Jeu 31 Mai - 18:39

- Madame, je vous supplie de bien vouloir faire une pause !

- Pas ici Edward, la vue de ces ..., ça me dégoûte. Comment peut-on vivre dans pareille porcherie au milieu de toutes ces effluves ...

La vieille dame grimaça de dégoût, quand une odeur de cigarette et de pollution vint attaqué son nez. Elle savait que des personnes habitaient ici et ce demandait qu'elle genre de simplets ils étaient pour s'infliger pareil supplice, bien entendu l'idée que tout le monde n'avait pas les moyens de déménager ne lui vint pas à l'esprit. Cela faisait 10 bonnes minutes qu'Edward tentait de la faire s'asseoir après qu'elle eut manqué de s'étaler sur le sol. Il faut dire qu'elle avait bien marché aujourd’hui, entre l'académie et les bureaux. Tous ces kilomètres que son corps n'arrivait plus à engloutir. Alors oui, elle était fatiguée, mais elle était bien trop fière pour prendre du repos en si mauvaise compagnie. Elle trébucha une nouvelle fois et fut sauvée de la chute par la réactivité de son majordome.

- Madame je ...

- D’accord .... d'accord ! Aide moi à atteindre ce banc veux-tu.

Le majordome lui donna le bras pour qu'elle puisse restée digne et l'accompagna jusqu'au banc en question. Margaret grimaça de dégoût en voyant son état et en lisant les quelques inscriptions profanes qui y figuraient.

"A quoi je m'attendais de la part de ces pouilleux ?", pensa-t-elle.

Faisant fi de sa répulsion elle s'assit, poussant un soupir de soulagement quand elle n'eut plus à porter le poids de son corps. Elle se rendait maintenant compte à quel point elle était épuisée. Elle regarda Edward qui lui sourit l'air de dire "Vous voyez ?" ce qui lui arracha un petit Tss ... d'exaspération. Elle prit donc un moment pour se reposer, regardant les gens passer, écoutant les discussions, comme une vraie grand mère. Plus le temps passait et plus elle considérait qu'elle perdait son temps, mais à chaque tentative pour se relever ses articulations l'obligeaient à se rasseoir dans l'instant.

Un cri strident la sortit de ses pensées, de l'autre côté de la route un enfant venait lui aussi de chuter et braillait à s'en décrocher les cordes vocales pour obtenir un peu d'attention de la part de sa mère. Quelle plaie, gifle le un bon coup et sort de mon environnement proche ! Ce qu'elle pouvait détester ces idiotes qui se reproduisaient plus vite que des lapins sans même savoir comment s'occuper de leur progéniture. Le marmot commençait à attirer une petite foule. Margaret pria pour que quelqu'un se donne la peine de l'étrangler pour de bon, mettant ainsi fin à sa misérable vie, mais non ils faisaient encore plus de bruit pour se faire entendre. Misère !

- Allons-y Edward, cet endroit me révulse.

Cependant, quand elle se leva enfin, les cris se turent pour laisser place à des "OH !" vides de toute intelligence. Une jeune fille blonde s'était approchée et avait mis fin à l'agonie salvatrice de l'enfant.

"Est-il retourné là où était sa place ?"

Non, elle avait fait quelque chose de bien plus intéressant, elle l'avait soigné ! Un pouvoir des plus rares, car peu de leurs possesseurs le montrait aux autres. Cet arrêt n'était pas si inutile finalement, nieheheh. Margaret resta de l'autre côté de la rue un petit moment observant la jeune fille comme un bout de viande baignant dans de la sauce.

Elle vit les deux hommes s'approcher d'elle et commencer à céder à leurs bas instincts. Une scène des plus banales pour des gens de si basse extraction. Elle les laissa faire un instant Les regardant insulter la jeune fille, regardant les autres qui passaient devant en ne faisant rien, alors qu'il y a une minute ils l'applaudissaient. La blonde tenta de leur faire peur, mais son bluff était pitoyable, ce qui ne fit que les énerver d'avantage. L'un d'eux l'attrapa par sa crinière dorée pour lui maintenir la tête en arrière, quel spectacle affligeant. Elle se demandait parfois s'il ne fallait pas éliminer toutes formes de race humaine sur cette terre pour voir un peu de bon sens.

D'un signe des yeux elle prévint Edward de ses projets. Celui-ci hocha la tête pour marquer qu'il avait compris. L'agression n'était pas très loin, s'il se tenait sur le bord de la route cela devrait faire l'affaire. Il prit son téléphone et composa le numéro de la police en  restant de l'autre côté de la route. Margaret traversa pour mettre un terme à cette sauvagerie. Lorsqu'elle fut à 1m d'eux, celui qui tenait la serveuse la lâcha aussi tôt un air d'incompréhension sur le visage.

"- Et bien messieurs, que vous arrive-t-il ? L'inutilité de votre existence à réussi à atteindre votre pitoyable esprit ?"
avatar
Margaret Cavendish

Fiche perso'
Idéologie Dominante: Future of Humanity
Niveau: 2
Exp:
0/200  (0/200)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Juste une égratignure [PV: Margaret Cavendish] [terminé]

Message par Lily Walker le Ven 1 Juin - 0:32


Margaret


Lily

「 Juste une égratignure 」
Comme je disais donc, me voila dans une position des plus indélicate. Les personnes qui passaient autours de nous ne ralentissaient même pas, ne nous regardaient pas, nous étions invisible. Pour une ville de "super-héros", je me retrouvais bien seule contre ces deux brutes et mon impuissance était exaspérante. Surtout lorsque je sentis la poigne du comparse se refermer sur mes cheveux, me forçant à relever la tête. Mais avec le temps j'avais fini par m'habituer à la douleur, je la subissais comme n'importe qui, mais je savais faire bonne figure quand bien même je souffrais. Je me contentais donc de me taire en le regardant droit dans les yeux. Je ne pouvais rien faire, je ne savais pas ce qui allait arriver. Intérieurement, je dois avouer que la panique menaçait d'éclater.
- Et alors ? On a perdu sa langue ? Je croyais que t'avais autre chose à nous montrer ? Tu fais moins la maligne là hein !
Je serrais les dents. Oh qu'est ce que j'aurais aimé te mettre mon pieds là où ça te ferait le plus mal à toi.
Un éclair de malice brilla dans son regard, remplaçant cette inquiétude passagère que j'avais cru y apercevoir un peu plus tôt, son compagnon ria légèrement et je ne pouvais que m'inquiéter de ce qui allait suivre. Pourtant, simultanément leurs prises se relâchèrent, la douleur dans de mon bras ne disparue pas, bien entendu, mais c'était un soulagement au niveau de mes cheveux.
- Et bien messieurs, que vous arrive-t-il ? L'inutilité de votre existence à réussi à atteindre votre pitoyable esprit ? Annonça une voix de femme incroyablement puissante malgré l'âge que l'on y ressentait.
Je me retournais en même temps que mes agresseurs, ceux-ci semblaient tout à fait stupéfaits. Mon soulagement laissa place à la surprise à mon tour quand je vis la femme qui venait d'intervenir en ma faveur. C'était une femme âgée qui avait une sacré classe pour son âge, appuyée sur sa canne elle les défiait avec un regard qui glaçait le sang. Possédait-elle un pouvoir ou un gear ? Quelque chose qui lui permettait de ne pas craindre ces jeunes ? Après tout, ils pouvaient lui faire ce qu'ils voulaient, elle ne pourrait sans doute pas se défendre... mon coeur se brisa quand je compris finalement que la seule personne qui ait eu le courage de me défendre était celle qui ne pourrait sans doute pas le faire pour elle-même.
- Qu'est ce qu'elle nous veut la vieille !? S'exclama celui qui m'avait tirer les cheveux un peu plus tôt.
Et, comme si l'idée venait de lui venir à l'esprit et qu'il avait jugé que ce serait très drôle, il s'était alors approché de son interlocutrice, mais au moment où je tendais la main pour le retenir, il balança son pieds en direction de la canne de cette pauvre femme, espérant sans doute l'envoyer valser et la faire de ce fait tomber. Pourtant, je dus me reculer d'un pas quand il sembla perdre l'équilibre et tomba en arrière. Je ne voyais absolument pas sur quoi il avait glissé, mais je ne pus retenir mon rire. Il avait pitoyablement échouer.
- Vous êtes dégoûtants, que vous vous en preniez à moi c'était déjà pathétique, mais comment peux tu oser tenter quelque chose de si lâche ? Dis-je avec plus d'amertume que je ne l'aurais imaginé.
Celui qui m'avait empoigné par le bras plus tôt et à qui je tournais le dos lâcha une insulte en ma faveur avant de tenter de me frapper, le temps de me retourner et de reculer, son poing venait frôler son visage sans atteindre sa cible, il jura de nouveau et je constatais avec un grand dégoût qu'il venait de se prendre une fiente d'oiseau dans les yeux. Heurk, quelle immondice.
Je me retournais vers la femme, un sourire amusé sur les lèvres, était-ce son pouvoir qui nous protégeait ? Ou était-elle juste porteuse d'une très grande chance ?
Soudain des sirènes retentirent dans l'allée et une voiture de police s'arrêta à notre niveau. A partir de là tout se passa très vite, les jeunes hommes se retrouvèrent jeter dans la voiture et à mon plus grand soulagement celui qui était tombé ne s'était pas fait mal. La police me demanda ce qu'il s'était passé précisément, la version que je leur livrai fut bien plus simplifié, étant donné que je ne voulais pas faire mention de mon pouvoir. Ils semblèrent un peu dubitatifs quant à la conclusion de l'histoire, quand je leur ai raconter pour la perte d'équilibre et la fiente d'oiseau. Sans doute ne m'auraient-ils d'ailleurs pas crus s'il n'en avait pas encore un peu sur le visage.
Puis finalement, une fois qu'ils furent partis, je me retournais vers la dame qui m'avait tant aidé. J'avais même imaginé que c'était elle qui avait contacté la police avant de venir à ma rescousse. Je lui offrais donc mon plus beau sourire, emplis de gratitude.
- Je ne sais vraiment pas comment je pourrais vous remercier... ce que vous avez fait pour moi était incroyable, surtout que personne d'autre ne s'est arrêté...
Mon bras me brûlait toujours, pourtant je ne pouvais pas rentrer et la laisser ainsi, je lui étais tellement redevable. Et alors une idée me vint à l'esprit.
- Ce ne sera sans doute pas suffisant pour payer ma dette envers vous, mais accepteriez vous un café ?
De plus, cela pourrait me permettre d'en apprendre davantage sur son étrange pouvoir.


Dernière édition par Lily Walker le Ven 1 Juin - 11:54, édité 1 fois
avatar
Lily Walker

Fiche perso'
Idéologie Dominante: Aucune
Niveau: 1
Exp:
100/150  (100/150)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Juste une égratignure [PV: Margaret Cavendish] [terminé]

Message par Margaret Cavendish le Ven 1 Juin - 10:19

La vieille dame savourant l'instant, contemplant leur surprise avec une touche d'amusement et beaucoup de mépris. Elle les laissa tranquillement admirer leur impuissance. Le premier tomba comme un idiot en essayant de lui arracher sa canne. Elle ne put s'empêcher de commenter l'action.

"Attention jeune homme, le sol est glissant vous pourriez vous faire mal !"


Le deuxième qui était resté près de la jeune fille essaya à son tour de la frapper, cependant il fut arrêté dans son élan par l'intervention d'un volatile qui lui était supérieur intellectuellement. Elle se fendit encore une fois d'un commentaire cinglant.

"Il semblerait que vous ayez une utilité finalement. Les services d'entretien d'Abondance vous en remercie."

Leur petite danse ridicule fut interrompue par l'arrivée de la police. Ils ne mirent pas longtemps à comprendre qui agressait qui, Edward ayant donné toutes les informations au téléphone. Les deux larves furent ramassées et immédiatement jetées dans la voiture, une odeur de fiente fraiche dans leur sillage. Les policiers se mirent ensuite à interroger la serveuse et Margaret. Cette dernière joua son rôle de petite mamie avec des : "De mon temps on se sentait plus en sécurité dans les rues ! Que fait donc la mairie ?" ou des "Quand j'ai vu ça je n'ai pas pu rester sur place, ces jeunes manque cruellement d'éducation de nos jours !". Elle les bassina si bien qu'ils la remercièrent asses rapidement se contentant de la déposition de la jeune fille.

Ils finirent par partir ce qui soulagea Margaret qui commençait à s'agacer à force d'attendre. La blonde se retourna alors pour lui jeter un regard plein de gratitude et de remerciements. UN frisson de dégoût lui parcourut l'échine, trop d'amour et de sentiments surement. Elle resta de marbre arborant un petit sourire bienveillant qu'elle avait pioché dans la gamme de ses "Faux sourires de gentille mamie".  

- Je ne sais vraiment pas comment je pourrais vous remercier... ce que vous avez fait pour moi était incroyable, surtout que personne d'autre ne s'est arrêté... Ce ne sera sans doute pas suffisant pour payer ma dette envers vous, mais accepteriez vous un café ?

Oh ne t'en fais pas trop ma petite ta dette viens juste de commencer et bientôt elle sera tellement grande que même ta liberté ne sera plus suffisante pour la rembourser.


Elle faillit lui dire qu'elle ne buvait pas de café, que seul le thé anglais était assez raffiné pour la contenter, puis elle se rappela que le café était la boisson dont ce contentait les gueux. Ils allaient dans ces "bars" pur y boire de l'alcool afin d'oublier que leur existence n'a aucun avenir. Elle pesta intérieurement de devoir accepter, car si elle voulait en apprendre plus sur elle pour mieux la manipuler, elle allait devoir jouer le jeu. Son regard se posa sur le bras de l'impudente. Une vilaine éraflure dessinait une tache pourpre sur sa peau blanche. Étrange, on dirait la même blessure que celle de l'enfant ... Serait-ce le fonctionnement de son pouvoir ? Pas bien pratique.

"Merci, c'est très gentil à vous jeune fille, j'accepte volontiers. Mais vous devriez d'abord soigner cette vilaine blessure, cela pourrait s'infecter."

Et cette gueuse pourrait me transmettre les maladies propres à son espèce si son sang reste à l'air libre plus longtemps.


"Attendez je vais appeler mon majordome il va nous aider. Edward ? Edward où êtes-vous ?"

"Je suis là Madame."

Le grand homme s'était éloigné pour laisser la police faire son travail, en effet son pouvoir aurait pu interagir avec l'arrestation. Il se tenait maintenant derrière Margaret. Elle se retourna vers lui.

"Merci d'avoir appeler la police, pourriez-vous aider notre jeune amies ? Elle a besoin de soin. Vous auriez une trousse de secours à l'intérieur ?"

Car visiblement elle ne se soigne pas toute seule.
avatar
Margaret Cavendish

Fiche perso'
Idéologie Dominante: Future of Humanity
Niveau: 2
Exp:
0/200  (0/200)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Juste une égratignure [PV: Margaret Cavendish] [terminé]

Message par Lily Walker le Ven 1 Juin - 11:54


Margaret


Lily

「 Juste une égratignure 」
Cette vieille dame avait un de ces toupets ! C'était hilarant à voir ! Grâce à elle en quelques instant j'étais passée de la peur à l'amusement. A chaque incident qui nous sauvait, elle y allait de son petit commentaire qui me faisait d'autant plus sourire. Il n'y avait pas photo, je rêverais d'être comme elle a son âge. Classe, courage et avec des paroles plus aiguisées qu'un couteau. Même dès que la police arriva miraculeusement, elle se permit de lui faire la morale ! Je n'avais jamais eu de grand mère ou de présence plus âgée dans ma vie, mais j'aurais adoré avoir une grand mère comme elle !
Elle m'offrit un sourire en retour du mien,
Bien sur ma proposition était bien vague, nous proposions également du thé et du chocolat chaud au bar, mais je ne me doutais pas un instant d'où allait sa préférence.
- Merci, c'est très gentil à vous jeune fille, j'accepte volontiers. Mais vous devriez d'abord soigner cette vilaine blessure, cela pourrait s'infecter..
J'étais assez surprise qu'elle ait remarqué la blessure. Peut être pensait-elle que c'était mes agresseurs qui me l'avaient fait ? Dans tous les cas, c'était très aimable de sa part de s'en préoccupé. Décidément, j'aimais bien cette bonne femme.
- C'est justement pour m'en occuper que je vous invitais à l'intérieur, je ne voulais pas me montrer grossière et vous abandonner dehors. .
J'observais la blessure en question, elle commençait déjà à se soigner d'elle même, assez lentement bien sur, mais tout de même. Je n'avais pas beaucoup de temps pour la laver et la bander, mais de toute façon, il était rare que je subisse des infections où ce genre de chose.
- Attendez je vais appeler mon majordome il va nous aider. Rajouta-t-elle, Edward ? Edward où êtes-vous ?
- Je suis là Madame.
Mes yeux s'arrondirent alors que l'inconnu se plaçait derrière mon interlocutrice. Un majordome ? Ce devait être pour cela qu'elle ne s'était pas inquiété lors de son intervention avec mes agresseurs -en addition au mystérieux pouvoir-, mais pourquoi lui n'était pas intervenu pour la protéger ? C'était bien la première fois que je rencontrais une personne accompagnée d'un majordome ! D'ailleurs, ce devait être agréable d'en avoir un !
Bref, ce n'était pas le moment de rêver d'avoir un majordome. Je lui adressais un sourire purement sympathique et au moment où j'ouvrais la bouche pour parler, la vieille dame me devança.
- Merci d'avoir appeler la police, pourriez-vous aider notre jeune amie ? Elle a besoin de soin. Vous auriez une trousse de secours à l'intérieur ?
Reportant mon attention vers elle, je lui servis le même sourire.
- Ne vous inquiétez pas pour moi, je sais très bien me débrouiller seule quand il s'agit de me soigner, la seule chose que vous ayez à faire est de me suivre à l'intérieur et d'accepter de prendre ce que vous voudrez tout les deux. Je vous l'offre.
Je les guidais vers le bar, ouvrant la porte et la leur tenant ouverte avant de leur désigner une table un peu à part. De toute façon à cette heure là le bar était quasiment désert, une personne était assise au bar, deux autres discutaient à une table. Je leur laissais une carte qui présentait nos boissons, chaudes ou froides, alcoolisées ou non.
- Vous pouvez prendre ce que vous voudrez tout les deux. Je reviens dans quelques instants, juste le temps de m'occuper de ce bobo.
J'en avais vu d'autres. La trousse de secours se trouvait dans la remise, aussi y disparu-je quelques temps. Ce fut bref, j'étais habituée à tout ça, et donc très rapide. J'aspergeais mon bras de désinfectant, et, devant respecté l'hygiène et l'esthétique de mon métier, je bandais le tout, bien que ce ne soit que très superficiel. La blessure aura sans doute disparue le lendemain ou le sur lendemain. Je n'avais pas à m'inquiéter.
Je rejoins donc finalement la table, après m'être également passé un coup de brosse dans les cheveux, et leur adressa un sourire un peu plus strict, très professionnel.
- Alors, qu'avez vous choisi de boire ?
avatar
Lily Walker

Fiche perso'
Idéologie Dominante: Aucune
Niveau: 1
Exp:
100/150  (100/150)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Juste une égratignure [PV: Margaret Cavendish] [terminé]

Message par Margaret Cavendish le Sam 2 Juin - 18:02

La serveuse écarquilla des ses yeux en voyant Edward, rien d'étonnant vu qu'elle n'aurait probablement jamais les moyens d'avoir quiconque à son service. D’ailleurs vu son travail actuel, c'était plutôt elle qui devrait finir au service de quelqu'un ! Une relation patron-employé est déjà une forme de servitude en soit. Elle déclina sa proposition, ce qui ne dérangea pas Margaret. Au contraire, si elle n'avait pas à faire la charité en prêtant son personnel gratuitement, elle ne s'en porterai que mieux. Elle accepta donc la proposition de la jeune fille pour pouvoir lui tirer les vers du nez en toute politesse plus que pour boire un des immondes breuvages qu'ils devaient servir dans ce bar miteux. Elle prit un sourire un peu sénile :

- Avec plaisir jeune fille, nous vous suivons.

Elle se laissa guidée, suivie de près par le majordome. A son grand soulagement il n'était pas encore l'heure à laquelle les déchets des bas-fonds se rassemblaient dans l'établissement. La serveuse leur proposa une table qui convint parfaitement de par son isolement du reste de la clientèle. Elle prit la carte, laissant Edward faire son propre choix. Son premier coup d’œil vint confirmer ses soupçons : des boissons de paysans encore et encore, allait-elle devoir s'infliger pareil corvée pour le bien de ses plans ? Puis elle arriva à la partie VIP et commença à changer d'avis. Son regard coula sur la carte des vins, dont la plupart était de très bon choix. Elle regarda Edward par dessus la feuille cartonnée.

- Cet endroit est ma foi plein de surprise.

- Le visage de Madame me laisse à penser que nous allons y rester plus longtemps que prévu.

- Tss ... commençons par goûter ces tisanes indiennes. Je suis curieuse d'en évaluer la qualité.

La petite victime revint enfin le bras solidement bandé. Elle leur demanda s'il avait fait leur choix et la vieille dame lui indiqua le plus simplement du monde le nom de la tisane. La serveuse ferait peut-être la grimace car c'était un produit un peu plus cher, mais si c'était le cas Margaret proposerait immédiatement de payer. Elle laissa la jeune fille préparer la commande. Elle revint enfin posant les tasses devant ses sauveurs. Margaret huma le parfum qui s'en échappait et prit sa tasse pour la porter à ses lèvres dans un geste lent et élégant. Les arômes était profonds et naturels ce qui lui arracha un véritable sourire de satisfaction. Cet endroit n'était pas irrécupérable.  Elle se tourna vers sa proie, le visage radieux.

- C'est tout bonnement excellent, je m'étonne de trouver une tisane de cette qualité au beau milieu de ce quartier. Votre employeur sait comment toucher un grand nombre de client ! J'en oublie mes bonnes manières, je ne me suis pas présentée, je suis Margaret et bien sûr voici Edward. Et vous ?

Elle pouvait bien répondre "Je m'appelle pisse de vache" qu'elle enchainerait sur :

- Quel joli nom ! Je suis heureuse que vous alliez bien, ces jeunes hommes étaient parfaitement odieux ! Mais asseyez-vous avec nous, on ne verra pas d’inconvénients à ce que vous preniez un peu de repos après toutes ces émotions.
avatar
Margaret Cavendish

Fiche perso'
Idéologie Dominante: Future of Humanity
Niveau: 2
Exp:
0/200  (0/200)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Juste une égratignure [PV: Margaret Cavendish] [terminé]

Message par Lily Walker le Dim 3 Juin - 13:21


Margaret


Lily

「 Juste une égratignure 」
Si en effet le choix qu'elle fit me surpris, je n'en laissais rien paraître, cela collait parfaitement avec son allure. La vraie raison de mon étonnement était que peu de personne commandaient sur cette partie de la carte.
Elle n'avait vraiment pas l'air d'être du coin, on aurait dit l'héritière d'une dynastie avec son majordome, le genre de femme puissante qui même avec un âge avancé s'applique toujours à garder le contrôle. Je n'étais donc pas si étonnée que son choix se porte sur un tel thé. Et le prix ne m'embêtait pas, j'étais trop proche de mon patron pour m'inquiétait qu'il me dispute, je n'aurais qu'à les payer moi-même et si ce n'était pas dans l'immédiat j'imaginais qu'il ne m'en voudrait pas. De plus avec un peu de chance elle reviendrait, si le service lui plaisait, et alors j'aurais fait gagner au bar une cliente très intéressante vu la qualité de ce qu'elle consommait.
C'est donc avec un grand sourire que je laissais pour commentaire "Très bon choix", avant de récupérer les cartes et de me diriger vers le bar. Puis, une fois servie, je retournais à leur table avec deux tasses de thé, l'une pour la dame et l'autre pour son majordome.
Quand la cliente goûta finalement le breuvage, elle sembla vraiment apprécier, ce qui m'arracha un sourire, alors que j'attendais à côté. Après tout, elle était ma sauveuse, le fait que le thé que je lui offrais lui plaise était très agréable pour moi. Je remerciais mentalement Yahiko d'être un tel perfectionniste préférant servir de la qualité.
- C'est tout bonnement excellent, je m'étonne de trouver une tisane de cette qualité au beau milieu de ce quartier. Votre employeur sait comment toucher un grand nombre de client ! J'en oublie mes bonnes manières, je ne me suis pas présentée, je suis Margaret et bien sûr voici Edward. Et vous ?
Je souris à chacun d'eux, j'avais en effet pu entendre le nom d'Edward un peu plus tôt, mais Margaret était une découverte. Je n'aurais su dire l'origine de ce prénom. Moi en revanche c'était assez simple, bien que je maîtrisais le langage local, je gardais un fort accent anglais.
- C'est tout autant de ma faute, j'aurais aussi pu le faire plus tôt. Je m'appelle Lily. Je transmettrais votre avis à mon patron, il en sera ravi je pense, il valorise la qualité.
- Quel joli nom ! Me répondit-elle, Je suis heureuse que vous alliez bien, ces jeunes hommes étaient parfaitement odieux ! Mais asseyez-vous avec nous, on ne verra pas d’inconvénients à ce que vous preniez un peu de repos après toutes ces émotions.
J'eu une légère hésitation, donnant un coup d’œil au bar puis à la salle. En l'absence du patron, j'étais en charge du bar... était-ce un manque de professionnalisme de m'asseoir lorsque l'on avait pas besoin de moi ? Adolf semblait très bien gérer le peu de clients que nous avions... Je finis par décider de prendre place avec eux. J'étais curieuse d'en savoir plus sur la mytérieuse Margaret, elle était une femme intrigante de part sa prestance et l'histoire qui l'entourait, que l'on ne pouvait que deviner.
- Vous avez sans doute raison, je pense pouvoir m'asseoir quelques minutes sans que cela ne pose problème !
Je tirais une chaise et prit une position professionnel, gardant ce sourire léger que j'avais commencé à afficher depuis que j'avais pu me calmer un peu et que j'étais revenue ici.
Je décidais assez rapidement de débuter la conversation, je devais vite préciser quelques petits détails.
- Pour ce que vous avez vu a propos de mon pouvoir, dis-je en tapotant du bout des doigts mon bandage, Est ce que cela pourrait rester entre nous ? Je ne tiens pas à ébruiter mes capacités... C'est un peu égoïste mais c'est parfois dur de souffrir pour les autres...
Je souris en passant une main dans mes cheveux, d'un air un peu gênée. Je ne comptais plus le nombre de cicatrices qui ne m'appartenaient pas vraiment sur mon corps. Et je refusais de me rappeler ces rares fois où j'avais cédé et pris des blessures ou maladies graves... en guérir avait été bien souvent douloureux, long et laborieux. Même si c'était plus rapide, ce n'était pas moins désagréable.
avatar
Lily Walker

Fiche perso'
Idéologie Dominante: Aucune
Niveau: 1
Exp:
100/150  (100/150)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Juste une égratignure [PV: Margaret Cavendish] [terminé]

Message par Margaret Cavendish le Dim 3 Juin - 17:30

Tel le serpent du pêcher les paroles de la paresse touchèrent la jeune fille qui renonça à tout professionnalisme et laissa son collègue travailler pour deux. Elle s'installa sous le regard bienveillant de la vieille dame. Cette dernière réfléchissait très rapidement essayant de rassembler toutes les informations qu'elle avait sur elle pour pouvoir être le plus efficace possible dans cette potentielle conversation. La jeune fille commença par lui demander de garder le silence  sur son pouvoir Margaret n'en aurait pas fait autrement de toute façon, il était trop risqué de partager une telle information, quelqu’un pourrait la lui prendre. Il était cependant plus facile de faire passer cette acte pour une concession de sa part, cela en rajouterait à la dette morale de la jeune fille. Elle en profita pour la déstabiliser un peu plus. Elle se pencha vers elle et posa une main amicale sur sa cuisse.

- Ne vous inquiétez pas, Lily, je saurais garder votre secret. Toutefois je crois qu'il va être difficile de ne pas le laisser s'ébruiter. Après tout vous l'avez exercé devant une dizaine de personnes ...

Elle prit une gorgée de thé en laissant un silence lourd, ce qui accentuait le poids de ce qu'elle venait de dire. Elle reprit ensuite d'un ton chaleureux :

- Vous savez j'ai croisé beaucoup de monde dans ma longue vie. Des gens aux facultés fabuleuses comme vous et d'autres aux intentions détestables. Tous le monde espère égoïstement vous voir utiliser vos pouvoirs pour leur propre intérêt, ne vous laisser pas faire !


Elle retira sa main le sourire au lèvre, comme une grand-mère qui essayait de vous réconforter. La carotte et le bâton, l'une des plus vieilles règles de la manipulation était un outil diaboliquement efficace. Maintenant qu'elle avait évoqué le sujet, il était temps d'en changer pour étouffer d'éventuels soupçon sur ses véritables intentions.

- Mais arrêtons de parler de ces sujets déprimants, vous avez l'air heureuse ici. Je n'ai pas pu m'empêcher de relever votre accent anglais.
*Elle continue en anglais.* Moi aussi je suis anglaise, je viens de Londres et vous ? Qu'est-ce qui vous a amené ici ?

Elle continua de sourire aimablement en buvant sa tasse de thé. Tout ces simagrées allaient lui donner des crampes au zygomatiques.
avatar
Margaret Cavendish

Fiche perso'
Idéologie Dominante: Future of Humanity
Niveau: 2
Exp:
0/200  (0/200)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Juste une égratignure [PV: Margaret Cavendish] [terminé]

Message par Lily Walker le Lun 4 Juin - 0:08


Margaret


Lily

「 Juste une égratignure 」
Tout chez cette femme était agréable. Peut être voulais-je y croire parce que je n'avais jamais eu de présence bienveillante d'une mère ou d'une grand mère ? Peut être la petite fille délaissée qui était en moi avait décidé de s'accrocher à cette femme un peu trop gentille. Quoiqu'il en soit, je ne me reconnaissais pas, j'étais totalement à la merci de cette Margaret. Elle posa sa main sur ma cuisse avec une amitié qui me toucha plus que je n'oserais l’admettre.
- Ne vous inquiétez pas, Lily, je saurais garder votre secret. Me rassurera-t-elle, Toutefois je crois qu'il va être difficile de ne pas le laisser s'ébruiter. Après tout vous l'avez exercé devant une dizaine de personnes ...
Elle ponctua sa phrase par un silence, que j'interprétais comme si elle voulait me laisser intégrer ses paroles. Bien évidemment, je savais très bien ce à quoi je m'exposais. Et je savais que les risques était minimes. Certains se rappelleront de moi bien entendu, mais pour la plupart ils n'avaient pas vu que j'étais sortie du bar une dizaine de minutes plus tôt, et ils m'avaient encore moins vu y retourner puisque tous avaient fuis quand les choses avaient commencé à se gâter. Donc, il n'y avait pas beaucoup de chance que j'entende parlé de cet événement, bien que ce ne soit pas totalement exclu.
- Vous savez j'ai croisé beaucoup de monde dans ma longue vie. Reprit-elle en me coupant dans mes songes, avec une voix chaleureuse. Des gens aux facultés fabuleuses comme vous et d'autres aux intentions détestables. Tous le monde espère égoïstement vous voir utiliser vos pouvoirs pour leur propre intérêt, ne vous laisser pas faire !
Un sourire touché envahie mes lèvres. Comme très peu de personne dans mon entourage elle savait pour mon pouvoir et pourtant elle me soutenait. Comment voulez vous que je lui ferme mon cœur moi ? J'étais encore une enfant, et naïvement je voulais croire que cette femme était quelqu'un de bien et de sage.
Elle avait souligné ma plus grande peur, que les gens se rendent compte de mon pouvoir, et qu'ils choisissent d'utiliser mon instinct de guérisseuse -dont seul Yahiko connaissait l'existence- contre moi. Elle ne me reprocha pas mon égoïsme, non au contraire, elle m'avait montré qu'elle ne cautionnait pas ça. Et je mourrais d'envie de lui faire confiance.
- Merci beaucoup, vous n'imaginez pas combien ça me fait plaisir de rencontrer quelqu'un qui me comprenne !
Elle s'écarta doucement, son sourire me fit penser qu'elle semblait satisfaite d'avoir pu me donner un coup de pouce, et j'y croyais.
- Mais arrêtons de parler de ces sujets déprimants, vous avez l'air heureuse ici. Je n'ai pas pu m'empêcher de relever votre accent anglais. Et soudain elle changea de façon de parler, adoptant ma langue natale avec une grande aisance. Moi aussi je suis anglaise, je viens de Londres et vous ? Qu'est-ce qui vous a amené ici ?
Le sourire s’élargit sur mon visage. Pourquoi n'avais je pas pensé qu'elle était anglaise ? Une amatrice de bons thés, avec un majordome et de la noblesse à en revendre ! Elle avait tout d'une anglaise, du moins de l'idée que je m'en faisais !
Et puis, entendre un anglais aussi fluide pouvait être un vrai soulagement ! Car mis à part les quelques étrangers qui passaient par le bar, je n'avais que très rarement l'occasion de m'exprimer en anglais ici.
- Oui, je suis très heureuse de ce que j'ai. Je n'en ai pas toujours eu autant ! Répondis-je dans un anglais parfait, Sinon je viens d'Amérique, plus précisément de Louisiane, mais j'ai beaucoup voyagé à travers les Etats-Unis. Alors, après avoir entendu parlé de cet endroit j'ai décidé que ce serait plutôt bien de m'y installer. Et vous ? Comment vous êtes vous retrouvé ici ?
J'avais très envie d'entendre son histoire, déjà parce que j'étais curieuse mais également parce que cette femme m'intriguait. Son passé avait du être passionnant !
Encore une fois, je n'imaginais pas à quel point je me laissais facilement manipulée. Pour une manipulatrice comme moi, c'était une honte.
avatar
Lily Walker

Fiche perso'
Idéologie Dominante: Aucune
Niveau: 1
Exp:
100/150  (100/150)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Juste une égratignure [PV: Margaret Cavendish] [terminé]

Message par Margaret Cavendish le Lun 4 Juin - 0:43

La carte de la similarité était très efficace. Le sourire niais de la jeune serveuse s'élargit encore d'avantage. Il était sûr maintenant que Margaret lui avait fait une excellente impression. Parfait ! Elle écouta attentivement chaque mot qu'elle utilisait car ils renfermaient bien plus d'informations qu'elle ne le voulait.

Merci beaucoup, vous n'imaginez pas combien ça me fait plaisir de rencontrer quelqu'un qui me comprenne !


Cette simple phrase en disait long. Margaret s'était habituée aux différents dotés qu'elle avait pu croiser. Ils avaient tous leur propre histoire, mais généralement elles se rejoignaient sur certains points. Tout d'abord en tant que minorité, ils étaient souvent rejetés par les humains, à tord ou à raison peu importe. Il était si simple de les appâter en se faisant passer pour une personne pro-pouvoirs. C'est pour cela qu'elle entretenait son image de philanthrope à l'internationale, de cette façon même s'ils avaient le moindre de doute, ils leur suffiraient de regarder l'ensemble de ses actions pour lui faire confiance, car c'est ce la qu'ils recherchaient tous, la confiance. Le besoin ne plus être utilisé, ne plus être rejeté. Tous cela elle pouvait leur offrir, évidemment que c'était pour les manipuler, mais au finale elle tenait sa promesse. Était-ce vraiment mal au fond ? Au bout du compte ils étaient heureux de leur sort, comme Edward.

Oui, je suis très heureuse de ce que j'ai. Je n'en ai pas toujours eu autant ! Sinon je viens d'Amérique, plus précisément de Louisiane, mais j'ai beaucoup voyagé à travers les Etats-Unis. Alors, après avoir entendu parlé de cet endroit j'ai décidé que ce serait plutôt bien de m'y installer. Et vous ? Comment vous êtes vous retrouvé ici ?


La deuxième phrase semblait dire qu'elle avait connue des difficultés, mais de quel genre ? Financières ? Affectives ? Les deux ? Impossible de le savoir pour le moment. De plus, la jeune fille enchainait par une question. C'était un jeu où elles se passaient mutuellement la balle. Si Margaret la gardait le temps de plusieurs questions, elle risquait d'éveiller des soupçons alors elle répondit entre deux gorgées de ce délicieux thé.

A vrai dire je ne suis pas venu ici, c'est cette ville qui est venue à moi. Pour faire bref, j'y suis depuis sa création il y a des années. Quand j’étais plus jeune, je dirigeais une grande entreprise et j'ai participé à la fondation d'Abondance. C'était quelque chose d'important pour moi que d'offrir à tous ces gens hors du communs un foyer qu'ils pourraient appeler leur chez eux. C'est pour ça que quand je vois ce genre d'acte au sein même de cette ville, je ne peux rester de marbre !

Elle prit un air faussement contrarié, pour faire croire que sa colère était réelle, puis se radoucit pour reprendre son visage de gentille grand-mère.

- C'est quand je vous vois, épanouie ici que je me dis que j'ai atteint mon objectif. Qu'est-ce que vous en pensez ? Entre votre vie d'avant et votre vie ici ? Qu'est-ce qui a changé ?


Dis moi tout ma belle.
avatar
Margaret Cavendish

Fiche perso'
Idéologie Dominante: Future of Humanity
Niveau: 2
Exp:
0/200  (0/200)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Juste une égratignure [PV: Margaret Cavendish] [terminé]

Message par Lily Walker le Lun 4 Juin - 15:02


Margaret


Lily

「 Juste une égratignure 」
Si je changeais vite de sujet, c'était aussi pour ne pas trop développer mon passé. Je n'aimais pas vraiment me confier à ce sujet, même si j'en avais très envie. Cette femme aurait sans doute trouvé les mots juste pour que je me sente mieux. Mais j'avais déjà un ami qui faisait ça parfaitement.
Elle m'écoutait patiemment, tandis que je lui renvoyais sa question, cherchant à assouvir ma curiosité envers elle.
- A vrai dire je ne suis pas venu ici, c'est cette ville qui est venue à moi. Pour faire bref, j'y suis depuis sa création il y a des années. Quand j’étais plus jeune, je dirigeais une grande entreprise et j'ai participé à la fondation d'Abondance. C'était quelque chose d'important pour moi que d'offrir à tous ces gens hors du communs un foyer qu'ils pourraient appeler leur chez eux. C'est pour ça que quand je vois ce genre d'acte au sein même de cette ville, je ne peux rester de marbre !
Je n'imaginais même pas ce que ça devait être de voir se développer sous ses yeux la ville du futur. Voir les gens arriver de plus en plus nombreux, et de toute origine ! Assister au développement explosif d'Abondance avait du être quelque chose ! Et comme je l'avais déjà deviné, elle était une femme de pouvoir qui avait tenue les rênes d'une entreprise ! Cette femme était trop belle pour être vraie, trop parfaite. Une petite voix me soufflait de me méfier, elle était trop puissante, trop intelligente, trop dévouée. Mais je l'étouffais avec un coussin mental, car j'avais besoin de croire en cette femme, j'en avais envie. Elle me vendait du rêve. Moi qui avait eu des expériences si triste dans la vie, je découvrais un genre de personne que je n'aurais su imaginer dans mes rêves les plus fous. Elle soutenait de manière égale tous les êtres humains, qu'ils soient neutres, dotés ou possesseurs de gears. Elle les comprenait. J'étais sans défense face à elle, une vraie marionnette qui lui tendait de bon cœur les fils pour la manipuler.
Son air de s'indigner mettait du baume au cœur !,
- C'est quand je vous vois, épanouie ici que je me dis que j'ai atteint mon objectif. Qu'est-ce que vous en pensez ? Entre votre vie d'avant et votre vie ici ? Qu'est-ce qui a changé ?
Je ris légèrement en passant une main dans mes cheveux, un tic qui revenait souvent quand j'étais gênée. Moi qui d'ordinaire était si sûre de moi, si pleine de vie, face à elle, je n'étais plus qu'une jeune enfant qui devait le respect à son aîné. Mes connaissances auraient sans doute beaucoup de mal à me reconnaître.
- Oh, ce n'est même pas comparable.
J'hésitai un peu tout de même. Je n'aimais pas parlé de mon passé. J'avais tourné la page une bonne fois pour toute, et le ressasser n'était pas bon. Mais elle m'avait confié son histoire, la moindre des choses étaient d'en faire de même.
- J'ai eu la malchance de naître dans la mauvaise famille voila tout. Dans ce genre de cas, on n'a pas forcément une enfance de rêve. Mais aujourd'hui je suis ici, j'ai un travail, des amis, un logement fixe. Je n'ai plus à me plaindre, bien au contraire je me trouve chanceuse.
Je souris, je lui avais servi la version courte bien entendu, mais c'était quand même plus que ce que la plupart des gens savaient de moi. En réalité, il y avait beaucoup d'autres choses à rajouter à cela, discrimination par mes propres parents, abandon, solitude, et pour finir manque d'argent et impossibilité de se sentir chez soi quelque part... Mais ne tenant pas à m'attarder sur le sujet, je fis une seconde tentative de changement de sujet.
- Je me demandais, était-ce un pouvoir qui a empêché mes agresseurs de s'en prendre à nous dès votre arrivé ? C'était quand même de drôles de coïncidences !
avatar
Lily Walker

Fiche perso'
Idéologie Dominante: Aucune
Niveau: 1
Exp:
100/150  (100/150)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Juste une égratignure [PV: Margaret Cavendish] [terminé]

Message par Margaret Cavendish le Mar 5 Juin - 0:28

La conversation se passait à merveille, la jeune fille ne semblait pas éprouver trop de gêne à parler avec Margaret. Celle-ci faisait tout son possible pour paraitre la plus aimable possible, telle une vraie grand-mère. Elle gardait son sourire accueillant sur le visage tandis que la petite lui répondait.

J'ai eu la malchance de naître dans la mauvaise famille voila tout. Dans ce genre de cas, on n'a pas forcément une enfance de rêve. Mais aujourd'hui je suis ici, j'ai un travail, des amis, un logement fixe. Je n'ai plus à me plaindre, bien au contraire je me trouve chanceuse.

Elle avait eu une bride d'information, mais la jeune Lily évitait une nouvelle fois le sujet. Margaret n'était pas folle au point d'insister et de paraître grossière. Elle devait agir comme si cette conversation était banale. La politesse voulait donc qu'elle n'insiste pas et c'est ce qu'elle fit. Elle opina quand la jeune fille évoqua sa famille, puis elle prit un air désolé et compatissant.

Je vois ... en tant qu'humaine je suis désolé de l'apprendre. J'ai eu la chance de naître dans la bonne famille, mais nos origines ne nous définissent pas, n'est-ce pas ? C'est ce qu'on devient par la suite qui importe le plus !


Je me demandais, était-ce un pouvoir qui a empêché mes agresseurs de s'en prendre à nous dès votre arrivé ? C'était quand même de drôles de coïncidences !

Ah je vois que ça ne vous a pas échappé ! Vous êtes une fine observatrice. Il est vrai qu'il n'existe personne avec une telle chance, donc cela vous à mis la puce à l'oreille je me trompe ? Il s'agit effectivement du pouvoir d'Edward, l'un des dons les plus beaux que je connaisse. Nous l'avons baptisé "La garde d'Irène". Il permet de créer une zone où il est impossible de commettre un acte violent envers une autre personne, que ce soit directement ou indirectement. De la même façon que je garderai votre secret, je vous demande de bien vouloir garder cela pour vous.


Elle termina de boire sa tasse tant que le breuvage était encore chaud. La conversation commençait à durer il était bon de s'arrêter là pour aujourd'hui. Il fallait laisser faire le temps pour que la reconnaissance et l'admiration de la jeune fille grandisse. De plus elle avait une excellente raison de revenir ici pour la voir donc rien ne pressait. Il lui restait une derrière chose à faire avant de partir.

Excellent ! Ah ! Ce que c'était reposant, je vous remercie pour ce moment. Malheureusement Edward et moi n'allons pas trop tardé je devais passer à l'Académie pour régler deux, trois affaires. En tout cas ce bar est une jolie découverte je pense que vous avez gagné une nouvelle cliente ! Je vous laisse ma carte, si vous avez besoin d'aide, je serais là. À mon âge on a bien trop de temps et si peu de choses pour l'occuper, alors rendre service me comble de joie. J'ai une grande connaissance sur les dotés, je les côtoie depuis toujours, n'hésitez pas. Aller ! Je ne vous dérange pas plus longtemps, votre travail vous attend et je crois que votre collègue aurait bien besoin de vous.


Elle se leva ainsi qu'Edward, ils remercièrent encore la jeune fille avant de prendre congé et de reprendre leur route vers la voiture.

HRP:
C'est la fin du rp ! C'était super sympa de faire ce rp avec toi ! Sur la carte que t'as donner Margaret il y a noté le nom de l'entreprise Avalon industries et son nom de famille Cavendish. Avec ça Lily pourra faire des recherches sur internet et se rendre compte qu'elle a fait la rencontre de quelqu'un qui est plus qu'une chef d'entreprise. Elle pourra ainsi découvrir toute l'ampleur de son entreprise, ses nombreux combats pour les dotés et le fait que son entreprise soit un lieu très accueillant pour les dotés. Voilà, voilà bien sûr on en restera pas là ;).



avatar
Margaret Cavendish

Fiche perso'
Idéologie Dominante: Future of Humanity
Niveau: 2
Exp:
0/200  (0/200)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Juste une égratignure [PV: Margaret Cavendish] [terminé]

Message par Lily Walker le Mar 5 Juin - 9:06


Margaret


Lily

「 Juste une égratignure 」
Cette femme était certainement la plus compréhensive que j'avais rencontré depuis longtemps. Elle écoutait tout ce que je lui disais avec attention, et chacun de ses mots s'accompagnaient d'une sensation de soulagement. On aurait dit qu'elle pouvait tout comprendre, tout accepter. Elle me laissa évidemment changer de sujet, ma curiosité m'aurait sans doute poussée à approfondir si les rôles avaient été inversés ! Pourtant, elle se contenta de se faire entraîner sur une autre piste.
- Ah je vois que ça ne vous a pas échappé ! Me répondit-elle alors que je demandais pour le mystérieux pouvoir, Vous êtes une fine observatrice. Il est vrai qu'il n'existe personne avec une telle chance, donc cela vous à mis la puce à l'oreille je me trompe ? Il s'agit effectivement du pouvoir d'Edward, l'un des dons les plus beaux que je connaisse. Nous l'avons baptisé "La garde d'Irène". Il permet de créer une zone où il est impossible de commettre un acte violent envers une autre personne, que ce soit directement ou indirectement. De la même façon que je garderai votre secret, je vous demande de bien vouloir garder cela pour vous.
Donc, ce que j'avais pris pour un pouvoir lié à la chance était plus complexe que ça, mon regard se reporta sur le majordome alors que sa maîtresse finissait sa tasse. Il était un sorte de pacificateur ambulant. Dans d'autres circonstances, j'aurais certainement essayé de le dragué, parce que c'est ce que je faisais à chaque fois, et qu'il n'était pas moche. Mais là, je me contentais de lui sourire poliment. J'avais déjà trop de respect pour Margaret pour me le permettre.
- C'est un pouvoir très pratique, et plutôt beau. Vous pouvez compter sur moi pour le garder secret !
Après tout, j'avais moi même fait cette demande. Je ne serais pas assez idiote pour trahir sa confiance, aux vues de ce que je risquais. Finalement, ma chère bienfaitrice déposa sa tasse sur la table, l'air contentée.
- Excellent ! Ah ! Ce que c'était reposant, je vous remercie pour ce moment. Malheureusement Edward et moi n'allons pas trop tardé je devais passer à l'Académie pour régler deux, trois affaires. En tout cas ce bar est une jolie découverte je pense que vous avez gagné une nouvelle cliente ! Je vous laisse ma carte, si vous avez besoin d'aide, je serais là. À mon âge on a bien trop de temps et si peu de choses pour l'occuper, alors rendre service me comble de joie. J'ai une grande connaissance sur les dotés, je les côtoie depuis toujours, n'hésitez pas. Aller ! Je ne vous dérange pas plus longtemps, votre travail vous attend et je crois que votre collègue aurait bien besoin de vous.
Je rangeais la carte dans la poche arrière de mon jean après y avoir jeter un œil. Cela ne faisait que confirmer le prestige de cette femme, ce n'était pas une petite serveuse comme moi qui allait avoir une carte de visite ! Encore une fois, elle me démontrait qu'elle avait un grand cœur. Je me levais avant eux et les précédais à la porte, pour la leur tenir ouverte.
- Je vous remercie encore une fois pour votre bonté d'âme, vous êtes extraordinaire. Si vous avez besoin de quoi que ce soit, même si cela requiert mes pouvoirs, je serais très heureuse de vous retourner la faveur. Vous savez où me trouver. Bonne continuation, et revenez vite ! Concluais-je avec mon plus beau sourire.
Ils prirent finalement congé, ça avait été une rencontre aussi surprenante qu'agréable. Ressortant la carte de madame, je l'observais attentivement, Margaret Cavendish, son nom me rappelait quelque chose. Pas étonnant, si elle était importante j'avais déjà du en entendre parler par les gens qui fréquentaient ce bar. J'étais d'ailleurs très heureuse qu'elle ait décidé de repasser, ce n'était pas tous les jours que l'on vendait un thé aussi délicat et coûteux ! Et puis, j'étais encore très curieuse à leur sujet, je me demandais si elle était elle même dotée, si c'était une habitude d'aider les gens démunis dans la rue, comment son majordome en était arrivé à faire ce métier... mais bref, il était temps de se remettre au travail pour moi, ce que je fis avec encore plus d’enthousiasme suite à cette rencontre ! Sans doute internet m'aiderait à assouvir mon besoin d'information quand je rentrerais chez moi.
FIN
avatar
Lily Walker

Fiche perso'
Idéologie Dominante: Aucune
Niveau: 1
Exp:
100/150  (100/150)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Juste une égratignure [PV: Margaret Cavendish] [terminé]

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum