Mademoiselle chante le Blues

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Mademoiselle chante le Blues

Message par Invité le Jeu 31 Mai - 9:03





1 mois que je suis de retour dans cette fichue ville. C'est plein de super héros et il y a cette foutue société Olympus. Je suis à peu près sûr qu'elle a participé aux expériences ayant décimé les miens.
Me voila devant le commissariat. Bien que libre, je dois pointé une fois par mois ici, afin qu'ils sachent que je vis toujours là. C'est la condition pour ne pas porter cet irritant bracelet électronique.
Je me fait rappeler à l'ordre par un agent, car j'aie sortie une griffe pour défaire un morceau de poisson coincé dans une dent. "Utilisation de pouvoir interdit en publique" Mais quoi, mec, ce n'est pas un pouvoir, c'est mon corps…. Bon, vaut mieux rien dire. Je rentre cet ongle et présente mes excuses. Mieux vaut pas se faire remarquer avant de voir mon agent de probation.
Ah, le voila. L'entretien se passe bien. Il m'explique quelques trucs sur la loi, me dit de signer un registre. Il a l'air sympa, pas comme celui rencontré à son arrivée. Le café était dégueu, mais offert de bon cœur. On a passé la quasi demi heure d'entretien à papoter. Il s'appelle Mortis Engelthal à 35 ans, divorcée et père de 2 enfants.
Bon, fin de la journée de repos, maintenant direction le boulot. Je vais chanter 8 à 10 chanson et faire le service. je pourrais juste me contenter de chanter, mais bon René prenait de gros risques en la recueillant, elle lui devait un peu plus que quelques chansons.


Dernière édition par Tam Chamade le Jeu 14 Juin - 0:41, édité 1 fois

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mademoiselle chante le Blues

Message par Invité le Ven 1 Juin - 23:02

La journée avait été rude. Entre les ivrognes et ceux qui n'avaient pas encore comprit, il devenait difficile de rester stoïque. Cela l'avait épuisée mentalement ce soir. Bon, elle devait dormir un peu. Éteignant la lumière, elle s'endormit.

Le chaos de l'avion la réveilla. Que faisait elle là ? Ah oui, l'extraction vers un lieu inconnu. Bon vu les uniformes des soldats, aucun doute que les Etats-Unies, qui avait annoncé, à grand renfort de déclarations, que le droit de juger la famille Chamade, lui revenait. Elle avait convaincu le monde en mois d'un mois que le procès internationale de la famille se ferait sur le sol américain. Juste parce que ce salopard de Justice avait trouvé les adresses de la famille là bas. Une secousse la fit encore légèrement glissé de son siège. Il y avait beau avoir une cage entre chaque membres de la famille, le message était déjà passé. On ne parle pas quoi qu'ils nous fassent ou menace de nous faire. Si ils se trompent dans les accusations, on laisse faire. Une erreur judiciaire et on est tous dehors. La famille n'avait pas besoin de paroles pour se comprendre. Elle avait longtemps cru que c'était de la télépathie, mais il y avait milles façons de communiquer. Les odeurs, les signes, les mouvements d'yeux… Elle ne dévoilera jamais celui de sa « bande ». Le fait qu'un apprenti super héros les ait vendu sans chercher à comprendre. Un des soldats s'approcha de sa cage et lui dit :
-Dit mignonne, si tu es gentille avec moi, je pourrais parler en ta faveur.
Il y eut un feulement de l'ensemble des membres de la famille ayant entendu cela. Feulement qui se poursuivit sur tout le long, obligeant les gardes à intervenir. Mais malheureusement, leur commandement interdit de désactiver les champs pour punir les prisonniers. La tentative d'évasion que venait de leur offrir ce militaire dragueur, sans le savoir, avait échoué.
Elle n'avait pas besoin de l'aide de cet ignorant pour parler en sa faveur. Mais cet abrutie la regardait avec un regard lubrique. Voyant après quelques heures de voyage, il ne pourrait obtenir quelque chose de moi, il se dirigea vers ma jeune sœur. Ce porc fait du gringue à une gamine de 16 ans ? Ce pervers le payera avant le procès. La famille protégeait les siens. Heureusement que l'avion se posa rapidement. Les trente membres de Suisse savaient. Cela suffisait si l'un d'eux avaient la possibilité, ce garde finirait dans un fauteuil avec un peu de chance.
Nous étions descendu une cage par une cage. Ils firent tomber la cage de l'ancienne. Grand mère eut une chance que la prison se brise, lui permettant de sortir. La première chose qu'elle fit pour son âge fut de fendre la queue de la colonne vertébrale du lourd. Après coup, elle aurait mieux dû le tuer. On ne plussoie pas le meurtre, mais il nous causera pas mal de problème par la suite. Elle ne put rien faire d'autre. Ils la neutralisèrent si bien qu'elle en mourut dans les heures qui suivirent.
Nous fumes mit dans des camions direction le procès. Nous étions les derniers arrivés.
Un réveil sonna quelque part. La jeune femme chercha quel militaire l'avait. Mais lentement, elle se rendit compte qu'elle dormait et qu'il était l'heure de se lever.
Il n'était même pas 11h00. Mais elle devait passer faire des papiers. Elle bougea sa main, cassant le rêve en passant au travers du champs de force.
Se frottant les yeux, elle émergea. Chassant le chat s'étant couché sur le drap, elle se leva. Une nouvelle journée commençait et elle n'avait pas l'impression d'avoir dormit. Une journée comme elle les haïssait.

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mademoiselle chante le Blues

Message par Invité le Jeu 7 Juin - 11:32

Dimanche 3 juin

Blanc-Visage

Un vigilant me sauve. Je découvre qu'il s'agit d'une méprise Et celui ci me vole après.


http://www.academie-tsuki.com/t6315-deposition-solo-fini#98630
Déposition


Dernière édition par Tam Chamade le Jeu 14 Juin - 2:46, édité 2 fois

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mademoiselle chante le Blues

Message par Invité le Jeu 7 Juin - 11:34



Dernière édition par Tam Chamade le Mer 25 Juil - 11:38, édité 1 fois

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mademoiselle chante le Blues

Message par Invité le Jeu 7 Juin - 11:38

Journée de Merde
Jeudi 6 juin matin
Fini



Jeudi 6 juin Soir

Potentiellement finie


Dernière édition par Tam Chamade le Ven 27 Juil - 19:44, édité 1 fois

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mademoiselle chante le Blues

Message par Invité le Sam 23 Juin - 11:25



Dernière édition par Tam Chamade le Sam 28 Juil - 11:50, édité 2 fois

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mademoiselle chante le Blues

Message par Invité le Mer 27 Juin - 23:16

26 juin

finie


Dernière édition par Tam Chamade le Sam 28 Juil - 15:49, édité 1 fois

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mademoiselle chante le Blues

Message par Invité le Mer 27 Juin - 23:19

28 juin

J'étais assise avec de nombreux membres de la famille. Ils avaient eut le branche russe, américaine, suisse,au complet. Ils avait une bonne partie des autres membres. Il semble que la branche française et chinoise n'étaient pas là.
Avant d'être présenté, certain avaient été torturé. Quoiqu'on en dise, cela se voyait. C'était surtout la branche américaine et russe qui avait le plus dégusté. Nous ne disions rien , mais le box puait le chat. Les télépathe essayaient de suivre, mais pas évident de comprendre des odeurs ou des gens avec des psychés travaillées depuis l'enfance pour ne pas être facile à lire.  Il y avait quelques journalistes et un grand publique. Le juge commençait a énoncé les nombreuses charges que certains gars dans le public jetaient des fruits pourries. Aucuns doute que malgré le fait qu'ils souhaitent se faire passer pour des paysans, c'était des militaires entraînés. Leur corps respiraient leurs entraînements d'élite et leur muscles saillants bien d'autres choses. Devant l'agitation le juge prononça le huit clôt devant la protestations des journalistes. C'était mauvais. En tant que Chatte Voleuse, je devais intervenir. Je me leva et pris la parole.

-C'est ainsi que les américains font Monsieur le Juge. Les fauteurs de troubles sont des militaires en civil. C'est donc ainsi. Vous promettez un procès publique pour l'avoir et maintenant les USA comptent nous faire disparaître ?

Je compris alors notre erreur. Les journalistes étaient aussi dans le coups.

-Puisqu'il en est ainsi…

Je ne put  finir ma phrase que je fut ruée de coups par nos gardiens étant entrés dans la cage des accusés. Je ne reprit connaissance que plus tard. J'avais loupé les 40 premières minutes. J'écoutais avec attention les faits récoltés. Ils les interprétaient mêmes pas correctement. A chaque fois que l'un d'entre nous protestaient, nous étions battus sous la garde d'hommes armées de fusils automatiques.
Notre avocat… déjà, il était muselé sur sa chaise et son second, celui commit d'office interrogeait toujours dans un sens défavorable, voir préjudiciable. Nous avions tous la haine à la fin de la première journée. Nous pensions passées une nuit tranquille pour préparer notre contre attaque. Certaines des mères de familles furent violés, d'autres torturés par plaisir. Quand on s'en plaignit le lendemain, étonnamment les enregistrement prouvaient le contraire et les médecins ne trouvèrent aucunes preuves alors qu'elles étaient visibles.
La parodie finit au bout de 3 jours. Nous fûmes condamnées à des peines différentes et misent dedans une prison spécialisée privée. Au début, nous pûmes nous remettre du procès. Une semaine de répit, le temps, nous apprîmes plus tard d'installer le complexe médicale et d’évacuer les autres prisonniers. C'est alors que pour diverses raisons, on nous invita à des prises de sang, des examens afin de juger de notre condition. Très vite certains d'entre nous se rebellèrent et on nous changea les gardiens. Ils furent remplacer du jour au lendemain par des militaires privées avec, à leur tête, un type en exosquelette de métal… Celui que grand-mère avait châtié. On croyait vivre un enfer. J'avais une des plus petites peines, mais elle était de 10 ans. Pour la famille, je me devais de me taire. Mais ce fut trop.
Le premier soir, il viola ma petite sœur avec des objets, devant des membres masculins du clan. Il essayèrent d'intervenir, mais s'en retrouvèrent à l’hôpital. La nourriture prit un étrange goût. On y rajoutait quelque chose…des médicaments. Je ne peux vous raconter en détail cette période, car même moi, je m'en souvient pas bien. Je sais que j'aie fait partie d'une programme médicale spéciale. Chaque membre avait sa version. Après, c'était tortures et maltraitances. J'aie cru comprendre qu'il s'agissait d'une programme d’entraînement militaire, ayant pour but de casser ds gens et de les endoctriner.
Brisée, le jour retapé, torturé après… Un cycle sans fin, ou nous devenions passifs. Ceux qui ne l'étaient pas, finissaient par mourir.  J'aie perdu mes parents, ma petite sœur. Ma grande sœur étant plus jolie que la plupart servait de poupée gonflable comme certaines autres. Ils nous avaient brisés, humilié et nous tenaient à leur bottes. Et nous nous affaiblissions de jour en jour. Je fut déclaré inapte aux expériences, car la dernière prise de sang révélait que mon génome avait complètement changer et était entièrement humain. Vu que depuis le procès, je n'avait pas fait d'esclandres, je fut jugé apte à être relâcher. Un journaliste avait reparlé de la famille Chamade en Amérique et je fut libéré. Bien sûr, clauses de confidentialité si je tenais à la vie des survivants. Je répondit aux questions du journaliste et fut expulsé du pays. L'Article ne fut jamais publié. Car le bon reporter comprit très vite de quoi il s'agissait. Il décida donc de ne pas publier de fausses vérités et commença à chercher des preuves par lui même. Mal lui en prit. Moi je suis revenue à Abondance, où cette période encore me hante. Je ne peut ni psychanalyser, ni me confier. Même René ne connaît pas les détails.
Le réveil sonne. Je me lève pour aller travailler. J'accepte ce qui s'est passé, même si cela m'emplit de colère. Direction une douche rapide et je me prépare. Le repas semble prêt à l'odeur. Les ricains ont fait une erreur en me relâchant. Ils n'ont pas cru cette histoire de chef de famille, ni même que je puisse être à la tête, et encore moins que je pouvais retrouver mon génome. Je ne peut en parler, mais les différentes cellules familiales libres dans le monde, elles le savent. Elles recherchent une solution. Cela risque de prendre du temps.

-Bonjour Tam. Toujours aussi mal dormit.


Sur la table, des croissants et un café noir. Je le regardait étonnée.

-Bonjour René. Mais on n'est pas Dimanche.


-J'ai un service à te demander. Mistigri m'a confié son domicile comme à chaque voyage annuel. Les années précédentes, je fermait le bar pour m'en occuper. Mais là, pourrais tu le faire pour moi. C'est payé bien sûr.

-Tu demandes à une voleuse de s'occuper d'une maison de Riches

-Tu te rappelles de Caïn ? Oui le chat de Mistigri. Il est bien vieux et à besoin que l'on s'occupe de lui. Tu ne parles plus félin, mais je suis sûr que cela ne vous dérangera pas pour vous comprendre. De plus sa famille s'est bien agrandie. Elle compte au moins 15 membres. Le cuisinier passera pour tes repas et les leurs.

Tam sourit. Elle n'avait besoin de rien dire. René savait pour les cauchemars et lui avait trouvé un thérapeute qui ne parlerait jamais.  Elle allait peut -être enfin pouvoir avancer pour se reconstruire.

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mademoiselle chante le Blues

Message par Invité le Mar 3 Juil - 16:07



Dernière édition par Tam Chamade le Mer 25 Juil - 11:40, édité 1 fois

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mademoiselle chante le Blues

Message par Invité le Mar 3 Juil - 16:08


Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mademoiselle chante le Blues

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum