La lettre d'Adieu de Revan [Solo Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La lettre d'Adieu de Revan [Solo Terminé]

Message par Aiky le Mer 21 Fév 2018, 01:11

Adieu ... mon amour ...







Cela faisait plusieurs jours que je n'avais plus aucune nouvelle de Revan et ceux malgré les messages que je lui envoyais. Cela me tracassait et j'avais essayé de le trouver dans l'académie mais sans succès, allant même demander autour de moi si quelqu'un l'avait vu .... mais il semblait s'être transformé en fantôme ... Il me manquait ... je voulais le voir.

Marchant dans le couloir pour me diriger vers les casiers, j’essayai de l'appeler ... " Ce numéro n'est plus attribué " Je fronçais les sourcils sans comprendre ... J'avais pourtant fait le même numéro que d’habitude ... Avait-il changé de numéro sans me prévenir ?

Arrivant devant mon casier, je refermais mon téléphone, cherchant la clé de mon cadenas , attristée. Je finis par la trouver au fond de mon sac et ouvrit mon casier.  Je sortis mon violon et au moment ou je voulus refermer le casier, une enveloppe tomba sur le sol. La ramassant, j'eus l'agréable surprise de constater qu'elle venait de Revan. Un immense sourire se dessina sur mes lèvres et ma tristesse s'évapora d'un coup. Je claquais mon casier et , mon violon dans une main, je me dépêcha de sortir. Je voulais découvrir sa lettre dans un coin tranquille et je savais exactement ou aller ...

Je courais presque, tout en longeant la serre, sautant au dessus des obstacles, riant comme une enfant ! Ma première lettre de Revan !! J'arrive dans le petit jardin secret ... je m'attends presque à y trouver Revan , m'attendant avec son sourire si doux mais ... hélas il n'y a personne ... que le bruit doux de la fontaine.

Je déposais délicatement mon violon sur un banc en pierre et m'assis à coté, dépliant la lettre et commença ma lecture .


Mon amour, Ma belle Aiky ... 'tit chou

J'ai longuement hésité sur les moyens de t'annoncer cela ... Aucune n'était la bonne ... même cette lettre me laisse un goût de fuite que je ne voulait pas ..
Ma petite sœur est tombée gravement malade et ma mère n'est pas en état de s'en occuper J'ai donc du faire le choix de retourner en France afin d'aider ma famille  Je dois donc quitter Tsuki et me concentrer sur ma famille  Je n'ai eu que peu de temps pour décider
C'est mon devoir en tant que frère et en tant qu'enfant de m'occuper et protéger ma famille ...

Mais .. pourtant .. plus que tout ... c'est auprès de toi que j'aimerais rester ...
Aiky ...
Tu m'a apporter ta tendresse, ta douceur, ton amour ... et je suis arraché à tout ça ...
Je n'arrive même pas à respirer correctement tant ma poitrine se déchire de douleur ...

Mon amour ...

Si tu savais comme je t'aime
Je suis tellement ... désolé de partir comme un fantôme ...
Je n'avais pas le courage de voir tes larmes ... de te montrer les miennes
Je suis désolé d'être lâche comme ça ...

Je ne sais pas ... quand ... si je reviendrais à Tsuki
Alors mon amour ... s'il te plait ... oublie moi ...
Ne pleure pas , souris avec cette douceur qui est tienne.
Remplis ta vie de joie, de couleur d'amour et d'amis .
Et surtout ne pense plus jamais ... JAMAIS que tu es un monstre
Tu es la plus belle chose qu'il me soit arrivé. Tu es une personne fantastique , gentille , douce, prévenante ...

J'ai changé de numéro de téléphone ... je suis désolé de couper les ponts si brutalement .. c'est pour ton bien.

Plus que tout au monde, je t'aime Aiky
C'est ton visage que je garde en mémoire et qui me réconforte au moment de mettre cette lettre dans ton casier ... ou c'est ton rire que j'entendrais plutôt que le bruit de l'avion qui décolle pour m'emmener si loin de toi ...

Adieu ... Aiky

Revan Crow


La lettre tomba de mes mains ... Les larmes troublaient ma vue ... je ne voyais plus rien ... je ne sentais pas le vent dans mes cheveux..

Il n'y avait que ce mot qui résonnait dans ma tête comme des coups de marteau "Adieu ... Adieu ... Adieu ...."

Chaque coup me faisait plus mal que le précédant ... le vide que Revan avait comblé en moi ... il s'agrandissait, plus encore qu'avant ... un trou béant dans ma poitrine qui ne finissait pas de s'agrandir ... Je suffoquais , ma tête me faisait mal ...

Je sentais mes larmes brulantes glisser sur mes joues . Je me laissa tomber au sol ne sentant pas le sol dur heurter mes genoux ...
Je crois que j'ai entendu un cri ... un cri presque animal ... un cri de douleur ... D'ou vient il ? Je reste figée dans cette position ... sans comprendre que ce cri vient de moi ...

Des larmes
Le vide ... cette douleur qui m’étouffe

Pourquoi la seule personne qui me remplissait entièrement ... qui remplissait ce vide a du partir ?

Je relève la tête et éclate de rire. Il doit s'occuper de sa famille. Il n'avait pas le choix. C'est normal
Mon rire éclate dans le silence ... comme un piano distordu ... un rire tordu par la douleur pour cesser brusquement.

Je plaque mes mains sur mon visage, pleurant ... hurlant de douleur ... criant son nom que personne n'entends
Le soleil continua sa courbe
Je ne vis pas les secondes ... les minutes , les heures défiler.
Je sentis à peine le froid de la nuit qui tombait sur mon dos, ni ne fit attention à mes muscles tétanisés .

Je ne sais même pas quand je me releva, tel un automate , prenant mon violon, la lettre appuyée contre mon coeur , marchant sans m'en rendre compte , allant jusqu'à ma chambre. Je ne voyais pas les quelques rares personnes autour de moi ... leur regard inquisiteur ... je ne faisais qu'avancer. Une fois dans ma chambre, je ne vis pas les filles autour de moi.
Je posais mon violon au pied du lit et me laissa tomber contre les draps ... Je ne sais même pas si quelqu'un me parlait , me touchait .... je ne voyais rien ... n'entendais rien, plongé dans un brouillard profond.

Je ne sais pas à quel moment je me suis endormie, roulé en boule sur le lit La nuit m'a pourtant semblait longue ... je me réveillais ... toujours.. la tête remplit de cauchemar ... de son visage qui me répétais inlassablement " Adieu "

Les jours qui suivirent ... je ne serais pas dire s'ils se ressemblaient ...  je ne voyais que des visages floues tourner autour de moi.
La lettre toujours à proximité ... mais mon violon délaissé ... Je crois ... que cela fait ... 1 mois ... 2 mois que je n'y ai pas touché ? Je ne sais pas...

Il est parti ... alors à quoi bon ...


Beaucoup se perdent dans la luxure, Moi j’ai choisi de m’y épanouir. Tranches de vies libertines - Denis Grattepain


avatar
Aiky

Fiche perso'
Idéologie Dominante: Aucune
Niveau: 0
Exp:
40/150  (40/150)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum