Olympus Project
FORUM EN PAUSE

Bonjour à toi !
Le forum est en pause pour une durée indéterminée. Il n'y a donc plus de staff pour valider les fiches, faire tourner la boutique et faire des évènements, etc.
N'hésitez pas à revenir dans quelques jours prendre des nouvelles ! En attendant, vous êtes les bienvenus pour papoter dans la section hors-jeu !
(Luna)

Mange pour vivre, ne vis pas pour manger [Les inscrits]

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Mange pour vivre, ne vis pas pour manger [Les inscrits]

Message par Neith Selkis le Lun 05 Fév 2018, 16:23

Variable indépendante, dépendante, hypothèse théorique, opérationnalisation, tous ces mots compliqués qui faisait l’essence de son cours. Neith les révisait en se dirigeant vers l'académie en ce matin de février. Elle se demandait pourquoi elle n'avait pas droit au créneau de l'après-midi. "Ils sont réservé aux activité extra-scolaire", lui avait-on répondu. Sérieusement ... on voit bien qu'ils n'avaient jamais donné de cours à des ados endormis à 8h du mat ceux là ! Généralement la productivité avoisinait le néant absolu chez certains. Mais bon tant pis elle ferait avec, elle poussa la prote de l'académie encore endormie, traversant les couloirs pour rejoindre sa salle : toujours la même. Elle entra et commença à remuer les tables comme à son habitude. Elle forma un carré de tables au centre et disposa des chaises tout autour. Le but c'étaient que les élèves se parlent entre eux, du cours hein, pas de leur vie.

Plus qu'à attendre tout le beau monde, elle connaissait presque tout le monde à part cette Lya et ce Taïchi. Enfin de nouvelles têtes ! Elle laissa les élèves arriver leur intimant de s'asseoir après avoir répondu à leur éventuel bonjour. Quand tout le monde fut arrivé elle entama directement son cours.

"Bonjour à vous, je suis le professeur Selkis pour ceux qui ne me connaissent pas encore. Si vous êtes là c'est que vous vous êtes inscrits au cours de psychologie expérimentale, on est d'accord ? Bien alors commençons. Comme je l'ai dis dans mon annonce le but de se cours est de concevoir une expérience qui nous permettra de vérifier une hypothèse. Je vais vous imposer le sujet pour cette fois. N'oubliez pas que vous devrez me rendre un compte rendu de cette expérience la semaine prochaine. Je vous parlerai de ce que j'attends plus tard. Vous pourrez le faire en groupe bien sûr et même tous ensemble si vous le souhaitez. Ça ne pose aucun problème. 

Cela étant dit passons aux stéréotypes. J'aimerai bien savoir qu'elle sont vos croyances sur les méthodes utilisées en psychologie expérimentale. On va faire un petit tour de table. D'après vous comment crée-t-on une expérience en psychologie ? De quoi a-t-on besoin ? A quoi faut-il faire attention ?"
avatar
Neith Selkis

Fiche perso'
Infos:
Idéologie Dominante: 2
Exp:
100/100  (100/100)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mange pour vivre, ne vis pas pour manger [Les inscrits]

Message par Ker Ys le Lun 05 Fév 2018, 19:10

C'était un de ses premiers cours depuis son retour à l'académie. Il marchait tranquillement. Cela le changeait de d'habitude. Il entra en cours saluant poliment la prof et s'asseyant dans les premières places. Il sortit de quoi prendre des notes et attendit sagement, saluant les gens qui rentrait.

réponse d'ys:
-Pour faire une expérience il faut une question à répondre, le genre de réponse que l'on souhaite.
Après il faut définir des protocole d’expérimentations, ainsi que ce qu'on admet comme acquis. Enfin pour les acquis cela s'explique plus en mathématiques pour éviter de devoir redémontrer des bases comme les théorèmes et autres. Ensuite il faut une série d' »expériences/expérimentations ». Cela va de la préparation à l’exécution, sachant qu'il est toujours mieux que les sujets ne sachent pas la raison de l'expérimentation, voir ne se savent pas sujet tout cours. Il faut bien sur se dissocier de l’expérience afin de ne pas interférer via son comportement. En dernier, avant le compte rendu, il est bien de montrer ses résultats bruts avec les protocoles et le reste à une autre personne afin de voir si vous arrivez aux mêmes conclusions.
Donc on a besoin d'une question, de sujets d'études et une grande rigueur. Il faut faire attention à ne pas diriger la réponse vers ce que l'on pense être la bonne. C'est quelque chose d'aussi complexe que de deviner des choses sur un individu lambda que l'on voit seulement marcher dans la rue.

Bon il manque sûrement pleins de choses. Tanpis, elle n'a pas demandé la bonne réponse, mais ce que l'on pensait être un façon de mener des expériences. Il resta donc tranquillement assis à écouter et regarder ses camarades, prenant en note leurs idées. Cela lui permettrait plus tard d’analyser une ou plusieurs personnes dans la classe afin de vérifier avec ces souvenirs. Il avait vraiment hâte de pouvoir de nouveau vol… sauter d'obstacles en obstacles. Le sport faisait parti de l’apprentissage enseigné ici. Et puisqu'il était bon, il essayerait de revenir avant son absence.
avatar
Ker Ys
MJ

Fiche perso'
Infos:
Idéologie Dominante: 2
Exp:
100/100  (100/100)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mange pour vivre, ne vis pas pour manger [Les inscrits]

Message par Noa le Lun 05 Fév 2018, 22:31

Bon aujourd’hui encore un cours de psychologie. Et c’est repartie pour un tout en espérant que cette fois ce ne sera pas encore des révisions non parce que là, je crois que je vais me barrer.
Comme d’habitude, je rentrais dans la salle en saluant la prof. Je remarquais au passage que la disposition des tables avait une fois de plus changées. C’est officiel la prof m’as officiellement piqué mon rôle de déménageur de l’extrême.

Plus sérieusement, je constate qu’Ys avait repris ses bonnes vieilles habitudes. Je ne sais pas s’il est complètement remis de sa « mésaventure » mais qu’à cela ne tienne. Je m’installai donc à côté de lui sortant mes affaires et mettant mes lunettes sur mon pif pour assister au cours. Et la prof attaqua fort en nous posant une première question.

D'après vous comment crée-t-on une expérience en psychologie ? De quoi a-t-on besoin ? À quoi faut-il faire attention ?"

Ys fut le premier à répondre. Ça, réponse était… Fidèle à lui-même… Bon ba il va bien finalement. Bon à mon tour.

_ Pour les études marketing il faut un échantillon de personnes qui si possible doit être le plus représentatif possible de la population étudiée. Après comme chose à faire attention, je dirais… Ne pas influencer les choix de nos « cobayes ». Et idéalement avoir des caméras ou des enregistrements pour pouvoir analyser le comportement des personnes observées.

Bon, j’ai très certainement oublié des choses, mais bon, j’ai envie de dire merde, j’en ai ras le cul de toujours faire tout le boulot à moi tout seul et surtout être le seul gland qui prend la peine d’écouter …


a quoi ressemblent mes tentacules:
avatar
Noa

Fiche perso'
Infos:
Idéologie Dominante: 2
Exp:
100/100  (100/100)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mange pour vivre, ne vis pas pour manger [Les inscrits]

Message par Kaname le Jeu 08 Fév 2018, 09:52

Résumé.
"/>
Mange pour vivre, Ne vis pas pour manger

C’était reparti pour un nouveau cours avec la prof de psycho.

Ces cours avaient le don de nous faire réfléchir sur nous même et je pense que je vais retrouver mes fidèles alcoolytes de cours !

Est-ce que Ys sera là ? En tout cas Aiky ne venait pas…

Allez hop c’est parti, on se dirige vers la salle de classe qui avait encore changer de disposition.

Je crois que notre prof adore nous faire le jeu des chaises musicales.

Bon trêve de plaisanteries, je la salue et part m’assoir à la gauche d’Ys.

On attendait tous les élèves et la voilà partie pour lancer son cours sur les expériences.

Elle nous posa alors la question de comment on fait une expérience en psychologie.

Ys dégaina le premier qui reprend un peu ce que je pensais puis Noa, le warrior de ce cours, appuya aussi sur l’aspect comportementale des sujets.

Il me restait donc pas grand chose à dire, ils avaient déjà presque tout dis…

Je pris à mon tour la parole pour compléter leurs réponses à tous les deux.

Mes deux camarades ont déjà pas mal résumé le protocole, il faut bien sûr définir clairement l’objectif principal de l’étude pour éviter de dériver sur autre chose, choisir des cobayes aléatoires ou une classe de gens définie puis déterminer quels professionnels serviront comme jury, par exemple un psychiatre ou un un spécialiste du comportement pour le cas de Noa, etc pour rendre l’étude recevable.

Bon j’avais juste transformer les paroles des autres mais j’avais fait l’effort de répondre déjà.

En attendant, je pars gribouiller un peu ma feuille avec des dessins de petits chats un peu partout dans la marge.


.
avatar
Kaname

Fiche perso'
Infos:
Idéologie Dominante: 2
Exp:
100/100  (100/100)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mange pour vivre, ne vis pas pour manger [Les inscrits]

Message par Lya le Ven 09 Fév 2018, 11:51

Cours de Psychologie




Premier cours de psychologie ... une bien sombre plaisanterie que je faisais en pensant à mes parents. Ils m'avaient trainés devant bien des "docteurs" en psychologie , niaisant sur mon cas avec leur théorie des plus pathétiques au plus risible.
Aujourd'hui j'allais voir d’où sortait tous les propos qu'ils avaient eu l'audace de me lancer au visage entre deux nuages de fumées qu'ils faisaient arrondir entre leur lèvres poussiéreuses.

J'avais donc mis le réveil tôt pour avoir le temps de me préparer convenablement. J'avais passé mon uniforme impeccablement repassé et brossait mes cheveux jusqu'à ce qu'ils brillent comme de l'onyx , dévalant mes épaules jusqu'à la naissance de mes fesses. Ils ondulaient légèrement et je passais une barette en or à l'arrière de ma tête, ramenant les mèches de devant pour en faire une rapide coiffure.

Je pris mon sac Burberry Camberley rose , ou j'avais la veille préparé mes affaires et une fois ma paire d'escarpins noires passées, je sortie de la chambre.

Je pris un rapide petit déjeuner mais ne m’attardai guère. Voir tous ces personnes avec leurs visages fatigués ruinait mon teint.

Enfin j'arrivais à la salle de cours. Je saluais poliment le professeur : une belle femme , peut-être qu'elle arriverait à réveiller un quelconque intérêt pour sa matière.

Il y avait Noa et deux personnes que je ne connaissais pas.
Je saluais d'un mouvement de tête le jeune garçon et la femme aux cheveux violets mais souris à Noa en m'asseyant à coté de lui.
Je sortis mon cahier et ma trousse , tira ma plume et marqua la date du jour et l’intitulé du cours.

Le professeur commença donc par se présenter avant de nous demander si notre présence était bien dû à des inscriptions. Je riais intérieurement de sa dernière remarque ... on sentait là tout son professionnalisme. Mais passons. Elle continua :

Cela étant dit passons aux stéréotypes. J'aimerai bien savoir qu'elle sont vos croyances sur les méthodes utilisées en psychologie expérimentale. On va faire un petit tour de table. D'après vous comment crée-t-on une expérience en psychologie ? De quoi a-t-on besoin ? A quoi faut-il faire attention ?"


Le jeune garçon répondit en premier. Un adolescent...
Pendant qu'il répondait, je l'observa discrètement. Fin, petit, l'uniforme faisait ressortir sa carrure plutôt carré et musclé mais sans excès. Sûrement dans la même tranche d'âge que moi. J'écoutais distraitement sa réponse.

- Pour faire une expérience il faut une question à répondre, le genre de réponse que l'on souhaite.

Pour lui , réaliser une expérience nécessitait de connaitre au préalable la réponse et diriger l'expérience pour prouver cela. Certes mais cela sous entendais qu'il n'y avait donc pas d'autres réponses possibles ou que dans le cas d'une réponse totalement différente cela voudrait-il dire que cela ne serait pas accepté ?

- Donc on a besoin d'une question, de sujets d'études et une grande rigueur. Il faut faire attention à ne pas diriger la réponse vers ce que l'on pense être la bonne.

Bon ... de toute évidence, il se contredisait tout seul ... typiquement le genre de personne qui parle sans filtre. Je l'imaginais bien dire une grosse bêtise et ne pas s'en rendre compte.

Je nota tout de même un résumé de sa réponse. Ce fut au tour de Noa de continuer. Peut-être serait-il plus intéressant. Sa réponse fut plus sur la mise en place, la manière de gérer l'expérience avec des caméras pour pouvoir étudier au mieux les "sujets". Je suppose que c'était une bonne réponse.

Puis la fille aux longs cheveux violets prit à son tour la parole, plus pour compléter ce qui avait déjà été dit que d'apporter un vrai point de vue. je la vis gribouiller des choses sur son carnet ... le genre de chose que l'on gribouille au collège...
Je nota les réponses de Noa et Kaname avant de relever la tête vers le professeur.

Je lève la main timidement et prends la parole à mon tour.

- J'avoue ... ne pas avoir beaucoup d'autres éléments à apporter. Mes camarades ont énoncés quasiment tous les points dont il faut tenir compte pour mener à bien une expérience.
Je voudrais juste rajouter, que ... je pense que selon l'expérience qu'on tente de faire il faut toujours isoler les sujets. De manière forte comme de les mettre dans une pièce à part ou de manière plus subtile afin que consciemment ou inconsciemment , ils se concentrent au mieux sur l'expérience, qu'ils soient ou non au courant de la dite expérience. Le résultat ne sera donc pas parasiter par des choses que les sujets auraient pu penser ou faire qui n'a pas de lien avec l'expérience.



Codage par Libella sur Graphiorum


Dernière édition par Lya le Jeu 29 Mar 2018, 15:47, édité 1 fois


" Hasse mich, ich lache. Liebe mich, ich foltere dich. Bis du mich anflehst. Bis du gebrochen bist"



avatar
Lya

Fiche perso'
Infos:
Idéologie Dominante: 2
Exp:
100/100  (100/100)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mange pour vivre, ne vis pas pour manger [Les inscrits]

Message par Gwendoline Arget le Mar 13 Fév 2018, 11:40

Un nouveau cours de psycho... J'espère que ça va pas partir en steak cette fois-ci ! Non mais parce que les combats entre élèves c'est bien gentil, mais une fois ça suffit hein !

J'arrivais dans la salle, vêtu de mon uniforme, comme à mon habitude, avec mes bottes au pieds et mon médaillon autour du cou. Mes cheveux étaient attachés en queue de cheval haute. Les tables avaient encore une fois changé de place, elles étaient installées en un espèce de carré. Je marquais un temps d'arrêt, le temps de chercher une place, il en restait peu donc je n'avais pas beaucoup de choix. J'avisais la présence de Noa. Alors... On va éviter de se mettre près de lui, parce que j'ai l'impression qu'il adore me faire chier donc voilà. Je m'installais donc à côté de Kaname que j'avais déjà croisé quelques fois. Je saluais tout le monde d'un petit signe accompagné d'un petit :

-Bonjour...

Bon, Ys, je connaissais. Enfin, plutôt, Kénan connaissait, Noa, on va pas revenir dessus, je le connais, Kaname, déjà croisée aussi,... Donc en fait je connais tout le monde au moins de vue à part cette fille là aux cheveux noirs corbeau et aux yeux rouges. Mme Selkis présenta son cours comme d'habitude pour nous poser ensuite une première question :

-Cela étant dit passons aux stéréotypes. J'aimerai bien savoir qu'elle sont vos croyances sur les méthodes utilisées en psychologie expérimentale. On va faire un petit tour de table. D'après vous comment crée-t-on une expérience en psychologie ? De quoi a-t-on besoin ? A quoi faut-il faire attention ?

J'écoutais consciencieusement les réponses des autres, prenant des notes sur une feuille. En même temps, je réfléchissais à ce que je pourrait bien dire qui n'avait pas été évoqué :

-Peut-être... Répéter l'expérience un grand nombre de fois sur un grand nombre de personnes. Pour essayer d'analyser chaque cas et d'en tirer des conclusions. Parce que si on prends un nombre réduit de personnes, on va peut-être tomber sur des cas particuliers, augmenter le nombre de personne permettrait d'observer les similitudes et de déduire avec plus de précision le résultat.

Voilà... C'est tout ce qui me viens en tête pour le moment. J'observais autour de moi et remarquais la feuille ornée de petits chats de ma voisine avec un sourire amusé.


Je parle en français en italique

avatar
Gwendoline Arget

Fiche perso'
Infos:
Idéologie Dominante: 2
Exp:
100/100  (100/100)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mange pour vivre, ne vis pas pour manger [Les inscrits]

Message par Taïchi Kagame le Mar 13 Fév 2018, 19:10

Une journée qui allait bien se passait en perspective. Un très bon cours était planifié aujourd'hui, et ce, depuis plus d'une semaine. Un bon cours sur la sociologie... Enfin "bon", j'espère. Car je ne connaissais pas le professeur qui allait entretenir le cours, je ne connaissais pas ses compétences et ce dont il était capable. Ce n'est qu'arrivé dans la salle de cours que je pouvais alors déjà me faire une idée du niveau du professeur, aussi bien intellectuellement parlant que méthodiquement. Avoir positionné la salle de classe d'une façon aussi... Parlementaire montrait à quel point le professeur était doué et était intelligent. Du moins, c'est ce que je pensais.

A peine installé sur ma chaise, que mon regard se portait sur les camarades autour de moi. Je n'étais pas le premier arrivé en effet, mais pas le dernier non plus. J'étais dans le juste milieu pour montrer à quel point je n'étais qu'une personne lambda alors que la vérité n'est que différente. Du moins, cela ne pouvait pas se remarquer, mais dès que j'ouvre ma bouche, les mots s’enchaînent et démontrent la vérité. Oui, mon intelligence ne peut se remarquer que lorsque je me mets à parler, à expliquer. Etant donné que personne ne peut lire dans les pensées, je ne peux pas prouver mon intelligence grâce à ça.

Quoiqu'il en soit, toutes les personnes étaient présentes, quelque-unes m'étaient familières, tels Ys, la fille aux cheveux blonds et.... Oh mon humanité... Kaname... Où que j'aille, il faut que cette personne soit présente au même endroit que ma personne. Ce n'est pas, que je ne pouvais pas la supporter, loin de là. Malgré ses gestes et son intelligence assez primitives, je pouvais démarquer chez elle une certaine... Détermination à toute épreuve pouvant me faire douter de mes plans et de la réussite d'une épreuve.

Maintenant le cours allait commencer. la professeur se présenta en faisant comprendre qu'il y avait des nouveaux parmi les élèves qu'elle avait l'habitude d'avoir.
Etant donné que je suis moi-même un nouveau, n'ayant jamais eu cours avec ce professeur, et du fait qu'elle ne se soit pas présentée à moi directement, cela voulait donc dire qu'il y avait plusieurs nouveaux ici. Enfin... Je ne savais pas à quoi allait servir cette information qui était, pour le coup insignifiante.

Puis, l'adulte demanda à ses élèves une question simple, et dont quasiment tout le monde connaissait la réponse. Tout le monde... Enfin, la réponse la plus juste et la plus proche de la vérité, si ce n'est la vérité, ce n'était autre que moi qui la détenais.

Contrairement à mon habitude, je ne prenais pas le temps d'écouter les paroles des autres. Je pensais juste à ce quelle tournure de phrase j'allais utiliser pour que je réponde à cette question si basique. Etant donné la simplicité de la question, au moins tout le monde allait donner une partie de la réponse, il ne me restait plus qu'à synthétiser le tout pour que je gagne.... Mais cela allait être beaucoup trop simple.

Un silence s'installa dans la pièce. Etant donné que le silence dura quelques secondes, je savais que c'était à mon tour. Je me grattais alors le crâne avant de mettre mon poing devant ma bouche pour tousser un petit peu.


"Et bien... la réponse est assez simple...." je pris une grande inspiration avant de fermer mes yeux et de lever mon index vers le plafond.

"Pour que la psychologie expérimentale marche, il nous faut déjà une expérience à prouver. Il nous faut également des sujets qui doivent réaliser l'expérience. Evidemment, selon la nécessité de l'expérience, les sujets seront informées ou non que ce qu'ils font n'est autre qu'une expérience. Les sujets peuvent être des humains comme des animaux. Pour eux comme pour nous, il faut qu'il y ait une sorte de "récompense à la clef" pour que l'expérience soit réalisée à cent pourcent. Bien évidemment, il peut y avoir différentes conditions pour que l'expérience soit réalisée : Que le sujet soit seul ou en groupe, que le sujet ait un certain âge ou pas, que le sujet soit soumit à quelques problèmes de santé ou non..... Tous les paramètres du sujet compte pour que l'expérience soit réussie." Je soufflais ensuite longuement avant d'avoir une attitude plus décontractée sur ma chaise.

"Puis... Même si l'expérience a "échouée", cela reste néanmoins une réussite pour les scientifique ayant observé le résultat. En clair, un résultat sera toujours une réussite." Je terminais sur ces mots, en espérant faire douter plus d'un sur ce qu'était l'importance d'une réussite.



OST de Taïchi

#LeMembreLambda

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mange pour vivre, ne vis pas pour manger [Les inscrits]

Message par Neith Selkis le Mer 21 Fév 2018, 20:19

Neith écouta attentivement les réponses de ses élèves comme d’habitude elle posait une question piège pour faire ressortir les stéréotypes de ses élèves. Il était intéressant de voir leurs idées reçues pour mieux leur montrer pourquoi ils se trompaient. Les points soulevés étaient corrects même si abordés de manière un peu maladroite. Par contre le dernier élève à avoir pris la parole semblait bien sûr de lui. Son petit manège n’échappa pas à l’égyptienne surtout que ça réponse était loin d’être parfaite, elle contenait même moins d’idées que celle de ses camarades. Il serait bon de le faire redescende sur terre. Elle rebondit donc sur son intervention :
 
« Alors Taïchi, on ne « prouve » pas une expérience, on VERIFIE PAR l’expérience. Vous allez vite vous rendre compte que la méthode expérimentale ne permet pas de prouver que quelque chose est vrai, par contre elle est utile pour démontrer que quelque chose est faux. Il y a un point que je n’ai entendu chez aucun de vous, c’est l’éthique. En effet, il ne faut pas oublier que votre sujet d’étude est l’être humain. On ne fait pas n’importe quoi et encore moins n’importe comment.
 
Pour ce qui est de la question de l’échantillon de personne, cela dépend du type de recherche. En psychologie sociale on préfèrera ignorer les cas particuliers pour s’intéresser aux phénomènes généraux. Par contre en psychologie clinique on s’y intéresse plus car il y a plus à apprendre d’une personne malade que d’une personne normale du point de vue de comment la soigner. Même si votre panel de sujet ne représente pas la population dans sa totalité vous pourrez toujours élargir vos résultats à un sous-groupe. Par exemple si vous ‘avez que des femmes vous pourrez conclure uniquement sur les femmes, mais pas sur les hommes.
 
Bien vous allez maintenant travailler en groupe, vous pouvez le faire tous ensemble ou en plus petit groupe, mais personne ne doit être seul. Vous allez commencer à poser quelques idées pour monter une expérience. Je vais vous donner une hypothèse théorique pour commencer.
 
Elle distribua petits bouts de papier sur lesquels étaient inscrits l’intitulé de l’hypothèse :
 
Dans notre société la culture de l’image prend une place très importante, surtout chez les femmes. D’après les stéréotypes courant une femme se doit plus qu’un homme de faire attention à son poids pour plaire. Logiquement cela mènerait les femmes à contrôler leur comportement alimentaire dans un contexte de séduction.
 
Bien comme vous le voyez c’est plutôt général et pas très pratique. Je vais vous donner quelques conseils et des choses importantes à faire avant de commencer. Vous devez d’abords déterminer ce qui est la cause et la conséquence. En effet l’expérience sert à mettre en lumière des relations de cause à effet. Ensuite il va falloir trouver des idées pour rendre ça testable en laboratoire. Vous allez devoir trouver un moyen de contrôler la cause suivant ses différentes possibilités. Par exemple si la cause est le stress vous devrez trouver un moyen de faire varier le niveau de stress des participants.
 
Ensuite vous devrez trouver un moyen de mesurer la conséquence. Si par exemple la conséquence est une baisse de la mémoire il faudra faire passer un test aux sujets. C’est la partie la plus importante, car si on chiffre la conséquence on pourra faire des tests statistiques dessus et ainsi vérifier objectivement s’il se passe bien quelque chose.
 
Enfin vous devrez déterminer les possibles sources d’erreurs et ce qui devra impérativement être contrôlé durant l’expérience. Je vais m’asseoir avec vous pour vous guider.
 
Elle écrivit les trois points au tableau puis prit une chaise pour rejoindre ses élèves à leurs tables.
 
Alors quelqu’un peu me dire quelles sont la ou les causes ?
avatar
Neith Selkis

Fiche perso'
Infos:
Idéologie Dominante: 2
Exp:
100/100  (100/100)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mange pour vivre, ne vis pas pour manger [Les inscrits]

Message par Ker Ys le Jeu 22 Fév 2018, 10:55

L'éthique… Euh les nazis s'en battait de l’éthique. Cela ne me donnait pas le droit d'oublier cette donnée importante. Bon, il fallait voir, qu'elle ne l'avait pas rabroué pour cela. Niveau explication, je séchais un peu.
J'avais beau prendre des notes, cela m’empêchait pas de trop réfléchir. Je décida donc de reprendre mes notes à la fin.
Bien, un travail par groupe. Je me met avec qui moi ? Bonne question, on verra bien qui veut travailler avec moi.
Par contre l'énoncé, j'ai un peu de mal. Cela partait de deux point acquis. Qu'on était dans une société ou l'image primait et que cela , chez la femme jouait sur le poids des femmes. Pff, je trouve cela absurde. Peut -être ce mon défaut qui fait que je ne comprend pas les autres aussi bien que je le devrais.

Bon la cause et la conséquence. La cause est la société, la conséquence, l'anorexie ? Bon laisse tombé, on est sensé voir cela en groupe.  Les relations de cause à effet. Cela ne va pas être facile.  Je voyais déjà un début d'expérience. Bon, je vais pas m'affermir dessus. Je pense commencer à comprendre, mais est ce que je serais capable de garder ma lucidité ?  Bonne question.

Bon pour le groupe, je ne vais pas m'emmerder. On va rester tous ensemble, s'ils sont d'accord. Il nous faut un chef. Pourquoi pas Taïchi ? On va partir comme cela.
Je me lève.

-Moi, Ys, je  propose qu'on reste un seul groupe, avec pour chef de projet Taïchi. *Le désigne d'un geste de la main pour ceux ne le connaissant pas.*Pourquoi ? Car c'est le seul à chercher à avoir une réponse différente des autres.  Nous n'avons fait que suivre les autres. Avoir une personne sûre d'elle et capable de voir sa propre route sans tenir compte celle des autres n'en fait pas un bon chef, mais quelqu'un peut être capable d'avoir une vue d'ensemble différente de la notre. Libre à vous de proposer autre chose. Le titre de projet ne lui donne pas le droit de décision absolu, mais celui de nous animer et de proposer d'autres choses afin d'améliorer notre travail

Je continue, quitte à monopoliser la parole en début. Je ne m’étendrais pas sur les possibilités d'expériences au premier abord. Je vais seulement donner une réponse possible de cause et pourquoi je la vois comme tel.

Ma cause est la société. Pourquoi ? Car à notre époque, c'est cela, au moyen âge européen, c'est les hanches larges, signe qu'elles pouvaient enfanter, en Rome antique, les femmes devaient avoir des rondeurs sur le corps, signe de richesse et bonne santé… Enfin de ce que j'ai cru comprendre.


Je me rassit, espérant n'avoir pas soûler tous le monde avec mes propositions.
avatar
Ker Ys
MJ

Fiche perso'
Infos:
Idéologie Dominante: 2
Exp:
100/100  (100/100)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mange pour vivre, ne vis pas pour manger [Les inscrits]

Message par Noa le Sam 24 Fév 2018, 22:37

[…]Il y a un point que je n’ai entendu chez aucun de vous, c’est l’éthique. En effet, il ne faut pas oublier que votre sujet d’étude est l’être humain. On ne fait pas n’importe quoi et encore moins n’importe comment.[…]

En vrai, je suis tenté de lui demander si se la sous-entend qu’avec des animaux, on peut se permettre des faire subir des choses qu’on ne ferait pas aux humains. Mais bon, je ne suis pas d’humeur à jouer les sociales justices warriors. Surtout, que les plus grandes découvertes ont étés faites dans l’horreur. Que ce soient les expérimentations dans les camps de concentrations allemand chinois ou japonais, les expériences russes (je me demande d’ailleurs si l’histoire de la privation de sommeil et réel ou on contraire juste une creepy pasta ).

Je notais néanmoins les commentaires du professeur sur l’échantillonnage des cobayes et l’influence que cela a sur les conclusions à en tirer.

Bien vous allez maintenant travailler en groupe,

Et merde, je n’aime pas les travaux de groupe, je préfère me la jouer solo

Vous pouvez le faire tous ensemble ou en plus petit groupe, mais personne ne doit être seul […]

Double merde décidément ce n’est vraiment pas mon jour

Suite à cela, nous eûmes droit au sujet à étudier suivit de près par les recommandations du professeur, ainsi qu’une question.

Alors quelqu’un peut me dire quelles sont là où les causes ?

Comme d’habitude, Ys fut le premier à se manifester.

-Moi, Ys, je propose qu'on reste un seul groupe, avec pour chef de projet Taïchi.

Déjà, que l’idée du groupe ne m’emballait guère, mais en plus un groupe général avec pour chef un inconnues à mes yeux qui en plus du peu que j’en ai vus ne m’inspire que très peu de sympathie non merci. C’est pourquoi pendant que Ys déblatérait son argumentaire, je me tournais vers Lya qui avait pris place à côté de moi.

_ Dis-moi, ça ne te tente pas de faire un groupe à part spécial rubis ? Contre les saphirs, histoire de démontrer qu’on ne les surpasse pas uniquement sur la force, mais également sur l’intellect ?

J'avais prononcé la dernière phrase sur un ton qui se voulais ironique en jouant sur le cliché du rubis orgeuilleux

Une fois mis d’accord je levais ensuite la main pour répondre à la prof

_ Personnellement je pense qu’il n’y a pas une seule, mais plusieurs causes à cela. Quoique je ne sais pas si ce sont vraiment des causes ou des facteurs d’influences … Si tant est qu’il y ait une différence…
Déjà, il y a l’âge. L’importance que l’on accorde à notre physique et à celui des autres varie en vieillissant.
Le niveau social. Plus on se rapproche de la haute société plus notre image et par extension notre apparence compte. Et c’est vrai aussi bien pour les hommes que pour les femmes.
Il y a le mode de vie. Les campagnards attachent bien moins d’importance à leur physique que les citadins et je parle en connaissance de cause.
L’éducation : les habitudes des parents auront toujours tendance à influencer leurs enfants. Que se soit par le biais de leur alimentation, leur habitude a pratiqué une activité physique ou non, le fait d’avoir pris la peine de « transmettre les bons gestes » pour prendre soin d’eux.
La société : les habitudes qu’elles installent et les normes qu’elle « impose » indirectement.Ne serais que par la mode des réseaux sociaux qui pousse les individus à se comparer entre eux.
La culture aussi : Vu que les critères de beauté ou même la place de l’homme de la femme ou tout autre genre dans la société change d’un pays à un autre voir même d’une région à une autre.
La situation familiale : les personnes célibataires étant plus portées sur la séduction que les personnes en couple, elles feront certainement plus attention à leur apparence.

J’en ai très certainement pour ce qui est des conséquences elles peuvent être aussi diverse que les causes.
Pour commencer une sorte de dictature de la beauté qui peut être imposés. Par extension le mal-être psychologique que cela peut engendrer de ne pas entrer dans « la norme » et si on suit encore plus l’extension des troubles alimentaires pour vouloir entrer dans cette même norme comme l’anorexie, la boulimie.
Inversement, le fait d’être dans la norme et de vouloir à tout prix y rester peut être source de stress et d’une énorme pression psychologique pour ceux qui sont obsédés par leur image. Ce ne sont que deux exemples mais il y en plein d’autre qui en découle en fonction du degré de gravité.
Après les conséquences ne seront pas forcément médical pour les personnes, mais aussi économique. Il suffit de voir le nombre d’entreprises qui proposent des régimes, des coatch alimentaires, et sportifs les services de nutritionniste. Vous n’imaginez pas le marché que cela que génère l’exploitation de la frustration des gens qui veulent « ressembler à leur prochain »

Ha et au passage Lya et moi on va faire un groupe à part.


a quoi ressemblent mes tentacules:
avatar
Noa

Fiche perso'
Infos:
Idéologie Dominante: 2
Exp:
100/100  (100/100)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mange pour vivre, ne vis pas pour manger [Les inscrits]

Message par Neith Selkis le Dim 25 Fév 2018, 01:31

Neith écouta les propositions d'Ys avec attention et bon dieu il était encore parti trop loin ! Ses explications étaient si peu claires que ça ? Il avait du buter sur le mot cause et l'avait confondu avec explication sauf que ce n'était pas le but ! Elle ne dis rien jetant la faute sur l'esprit trop fertile du jeune homme, mais la réponse de Noa était exactement la même. Il était maintenant évidant qu'elle n'avait pas été claire du tout. Elle leva une main pour demander le silence.


"STOP ! On va s'arrêter une minute. Je crois que je n'étais pas assez claire dans ma demande. Je ne vous demande pas de faire des hypothèses sur mon énoncé. Mon énoncé EST une hypothèse. Le but est de vérifier si elle est vraie, puis on pourra ensuite lui chercher une EXPLICATION, ce que vous êtes en train de faire, et ainsi créer une THEORIE. Pour le moment on se contente de tester notre hypothèse qui est que les femmes contrôlent leur comportement alimentaire dans un contexte de séduction, c'est à dire en présence d'un membre du sexe opposé quelconque. C'est une hypothèse générale qui pourra être affinée par la suite.


Je vais faire un point méthodo. Une hypothèse est toujours construite d'une certaine façon. Tout d'abord il y a la variable indépendante qui est la cause du phénomène. Elle est dire indépendante car c'est le chercheur qui va la faire varier dans son expérimentation. Par exemple la variable peut être l'âge. Ainsi on prendra des personnes d'âges différents pour notre expérience. Ensuite il y a la conséquence appelée la variable dépendante. Elle est nommée ainsi car elle dépend de la variable indépendante. Le but de l'expérience est de montré que quand on change les conditions c'est à dire la variable indépendante cela va affecter la variable dépendante. Et si l'expérience est bien montée il n'y a que la variable indépendante qui est manipulée on pourra conclure qu'il y a un lien de cause à effet entre elles.


Prenons un exemple d'hypothèse : la musique classique améliore la mémorisation d'une liste de mot. Ici notre cause ou variable indépendante sera la présence ou non de musique classique. La variable dépendante quand à elle sera le nombre de mots dont se rappel le participants après la mémorisation. Si les participants qui ont écoutés de la musique en mémorisant rappellent plus de mots que ceux qui n'en n'ont pas écoutée, alors on peut conclure que l'hypothèse est vérifiée.


Bien j'espère avoir été plus claire sur le sujet. Maintenant essayez de me donner la bonne réponse. Qu'elle est la variable dépendante, c'est à dire la conséquence mesurable et qu'elles sont les deux variables indépendantes, notez que je vous donne un indice. Si vous ne trouvez pas ce n'est pas grave je vous donnerai les bonnes réponses pour que chaque groupe puisse continuer."
avatar
Neith Selkis

Fiche perso'
Infos:
Idéologie Dominante: 2
Exp:
100/100  (100/100)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mange pour vivre, ne vis pas pour manger [Les inscrits]

Message par Kaname le Dim 25 Fév 2018, 18:52

Résumé.
Mange pour vivre, ne vis pas pour manger
 Il y a des jours comme ça, je me demande pourquoi je choisis ses cours facultatifs…

Nous avions tous répondu à peu près bon sauf Taïchi qui a encore voulu se démarquer à sa manière et cela me fit rigoler dans mon coin, lui qui aimait toujours avoir raison mais je me retenais au mieux pour éviter de me faire engueuler par la prof par la suite…

Enfin quand je parle tous bien répondu, il est vrai qu’oublier la partie éthique de l’expérience n’était pas le truc à oublier surtout quand on parle d’expérience humaine mais bon je pense qu’à l’avenir on n’oubliera pas ce “ petit “ détail.

Bon maintenant commençons le cours, qu’est ce qu’elle va nous pondre aujourd’hui car elle veut qu’on travaille en groupe donc on va devoir débattre de nos idées et en vue des camarades qui sont avec moi, je ne me vois pas débattre ni avec Taïchi et ni avec Ys qui a toujours des idées plus ou moins loufoques, après Noa réponds souvent bien dans la plupart des cas et les autres je ne le connais pas donc surprise pour ceux là.

La prof nous distribue à chacun des petits bouts de papier avec un petit pavé que je l’ai plusieurs fois avant de comprendre toute sa signification et aussi voir si il n’y avait pas un petit mot mystère caché qui changerait tout le sens de la phrase. Donc si on résume bien, il faut vérifier l’hypothèse que les femmes tendent à avoir une silhouette parfaite aux yeux des hommes pour séduire.
Ouais bon, c’est pour les femmes qui ont rien dans le crâne ça… personnellement si tu es bien dans ta tête et tu fais des minimums d’effort pour ne pas te bousiller la santé, c’est déjà un bon point…

OH MON DIEU, je parle comme Jïnn… faut vraiment que j’arrête, d’ailleurs j’y pense, je n’ai fait aucun cours avec lui depuis mon arrivée, est-ce qu’il va en cours déjà, ça m’étonnerait qu’il sèche délibérément enfin là n’est pas le sujet. Le sujet était que certaines femmes faisaient tout leur possible pour ressembler à Angelina Jolie l’anorexique pour séduire des hommes en rut qui ont du ventre eux… Mme Selkis a toujours des sujets parfaits pour enclencher une émeute entre ses élèves j’ai l’impression… J’essayais de ne pas montrer mon agacement et écoutait la suite de ses explications.

La prof parle de causes, d’hypothèses, de stress, de conséquences, vérifications, enfaite elle m’a perdu en l’espace de 30 secondes et je me demande comment je vais réellement m’en sortir pour ce cours… peut-être appel à un ami mais pour l’instant j’ai du mal à rentrer dans le vif sujet donc laissons les autres parler pour une fois…

Ys se lança en premier, je le remercie de l’avoir fait car je n’avais rien à dire mais bon au début je pensais que Noa allait le faire.
Mais finalement c’était VRAIMENT une mauvaise idée qu’il parle… il a proposé Taïchi en chef de meute de notre groupe collectif, je crois que là… il a fait très fort… en vu de l’élection saphir, j’ai cru qu’il aurait retenu le truc mais à croire que non. Je continuais donc à rire de ce truc sans fin… Taïchi était encore sur le devant de la scène et c’était marrant de le voir dans cette situation et comment il allait s’en sortir cette fois-ci ? Un discours de politicien de renom ou pas ? A voir…
Bon dans tout ce charabia, Ys dit au moins un truc de bon je pense même si je n’ai pas tout compris au charabia de Mme Selkis, la cause de cette “ anorexie “ c’est bien la société mais après intercaler dans ses hypothèses ou conséquences ou autres, je n’ai aucune idée là-dessus…

Puis le Challenger Noa réponds à son tour… et c’est parti pour un autre charabia dont je ne comprenais rien. Lui et la prof se sont un match de tennis avec comme balle des pavés, et nous simples élèves, les spectateurs.

Mais le Numéro 1 de la psycho, Mme Selkis a contré le smash de Noa et marque le point en hurlant un petit coup au passage.

Nous avions rien compris encore… mais cette fois-ci, elle essaye de mieux s’expliquer avec la différence entre variable indépendante et dépendante.
Son exemple sur la musique semblait plus compréhensible mais comment peux t-on la mettre sur notre hypothèse, on a rien de mathématiques là-dedans, ni à quantifier quelque chose de concrets, enfin si chez l’homme, on peut quantifier par rapport à son âge déjà je dirais donc c’est la variable indépendante ainsi on va dire dans notre cas sa situation maritale, quelqu’un en couple ne va pas forcément porter la même attention mais alors pour le truc dépendant.. J’ai aucune idée.

Bon je vais me sacrifier pour la bonne cause, je lève la main et prit la parole.

“ Donc si j’ai bien compris, les deux variables indépendantes seraient les âges de nos sujets puis dans notre cas de séduction je dirais la situation maritale de la personne, par contre pour l’aspect variable dépendante, je l’avoue je n’ai aucune idée pour l’instant… “


Je m’arrêtais là car si déjà mes deux variables sont fausses… ne continuons pas le massacre !

 
avatar
Kaname

Fiche perso'
Infos:
Idéologie Dominante: 2
Exp:
100/100  (100/100)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mange pour vivre, ne vis pas pour manger [Les inscrits]

Message par Gwendoline Arget le Lun 26 Fév 2018, 11:53

Donc... A part le dernier à avoir répondu qui était, selon la prof, à côté de la plaque, nous avions tous plus où moins donné de bonnes réponses, en oubliant un petit quelque chose qui avait son importance tout de même : l'éthique. Cela me paraissait évident, une fois dit, tellement évident, que je n'y avais pas pensé. La prof déposa un petit énoncé sur nos tables, que je lus plus d'une fois tout en écoutant la prof :

« Dans notre société la culture de l'image prend une place très importante, surtout chez les femmes. D'après les stéréotypes les plus courant une femme se doit plus qu'un homme de faire attention à son poids pour plaire. Logiquement cela  mènerait les femmes à contrôler leur comportement alimentaire dans un contexte de séduction. »

Des causes et des conséquences ? Euh... J'écoutais les réponses d'Ys et de Noa qui nous faisaient de ces monologues. Auxquels d'ailleurs je n'y comprenais pas grand chose... Un petit bruit dans ma poche me déconcentrais... Han merde ! Mon téléphone ! Mais qui est-ce-qui s'était rappelé de mon numéro au milieu des cours bordel ! J'ignorais le petit vibrement agaçant, pendant quelques instants, mais ça ne s'arrêtait pas. Certains semblaient avoir également entendu. Je rougis jusqu'aux oreilles et murmurais :

-Excusez-moi

J'éteignis mon portable. C'était mon frère qui me harcelait de sms. Pourquoi en plein milieu des cours ? Je n'en avais aucune idée. Au milieu de tout ça, je me rendis compte qu'Ys avait proposé qu'on se mette tous ensemble, je n'y voyais pas d'inconvénient, mais qu'on ai Taïchi en chef. Pourquoi on avait besoin d'un chef de groupe ? Sérieusement, on était vraiment pas nombreux, on pouvait très bien se débrouiller sans avoir quelqu'un au dessus de nous. Bref. Noa déclinait en se mettant à part, avec la fille que je ne connaissais pas : Lya. Je me remis à réfléchir sur la question posée, prenant en compte les nouvelles explications. J'avais appuyé ma tête sur ma main gauche, les yeux rivés sur le bout de papier, un crayon à papier dans la main droite, suivant les lignes au fur et à mesure que je relisais. Ma camarade tenta une réponse, et je décidais de me lancer aussi, après tout il faudrait bien que je parle à un moment donné :

-Peut-être que... en variable indépendante, on a... Le sexe de la personne et si elle essaye de séduire, et cela influerait sur... son poids ? Donc le poids serait la variable dépendante ?

Je m'étais redressée pour donner ma réponse, parlant d'une voix peu sûre, et, dès que j'eus finis ma réponse, je replongeais immédiatement mes yeux dans ma feuille, semblant jouer distraitement avec mon stylo, alors qu'en réalité j'écoutais tout ce qu'il se disait autour de moi. Je n'aimais juste toujours pas parler en « public »


Je parle en français en italique

avatar
Gwendoline Arget

Fiche perso'
Infos:
Idéologie Dominante: 2
Exp:
100/100  (100/100)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mange pour vivre, ne vis pas pour manger [Les inscrits]

Message par Lya le Mar 27 Fév 2018, 15:27

Hormis les trois autres ... "camarades" une petite blonde nous rejoignit suivi par un homme. Lui ... rien qu'à sa démarche empestait la suffisance.
Et je n'eus pas tort car après blondie bredouille vaguement quelques mots et qui ensuite s'extasie devant les gribouillages enfantins de la femme à la chevelure violette, c'est au tour du dernier arrivant.

Il commença pompeusement par " Et bien... la réponse est assez simple... " déblatérant ensuite tout ce qui avait déjà été dit .. En somme, monsieur cherchait à se démarquer et ne faisait que souligner sa science du perroquet. Je soupirais intérieurement devant cet homme d'un pitoyable né mais ne lui prêta plus attention , le laissant finir par " En clair, un résultat sera toujours une réussite..." Je me retins d'applaudir de manière sarcastique mais le cœur y était
Tout à fait le genre d'homme que j'aimais apprivoiser et faire redescendre de son petit nuage de félicité pour le rabaisser plus bas que terre ... à sa juste place.

D'ailleurs le professeur se chargea de cette besogne en reprenant celui qui se faisait appeler Taïchi.

- Alors Taïchi, on ne « prouve » pas une expérience, on VERIFIE PAR l’expérience.

Sa mine légèrement vexée en était jouissive et je me mordille la lèvre pour réprimer une envie de rire, replongeant la tête dans mes notes pour noter les explications supplémentaires du professeur. Mais cette petite joie fut de courte durée quand elle nous annonça

- Bien vous allez maintenant travailler en groupe, vous pouvez le faire tous ensemble ou en plus petit groupe, mais personne ne doit être seul. Vous allez commencer à poser quelques idées pour monter une expérience. Je vais vous donner une hypothèse théorique pour commencer.


Bon ... rappelez moi pourquoi je me suis inscrite à un cours spécial déjà ? Ah. Oui. Les points bonnes notes. Et parallèlement "sociabiliser" aussi même si cela veut plutôt dire "repérer de futures proies"

Je croise une jambe en retenant un soupir d'ennui. A part Noa, il n'y a vraiment personne digne d’intérêt ici ... Blondie - non merci je ne fais pas dans le gardiennage - Le rouquin c'est pareil. La femme à la chevelure violette qui n'a de femme que le corps et le "Taïchi" qui abaisse encore la barrière du pitoyable.

Le professeur nous donne àa chacun une feuille et je lis l'énoncé avec ennui.

Dans notre société la culture de l’image prend une place très importante, surtout chez les femmes. D’après les stéréotypes courant une femme se doit plus qu’un homme de faire attention à son poids pour plaire. Logiquement cela mènerait les femmes à contrôler leur comportement alimentaire dans un contexte de séduction.


Moi qui pensait avoir des sujets originaux ... me voilà bien déçu. Bref.

Je notais donc sur mon cahier les points suivants :

1).  Déterminer :  - la cause
                     - la conséquence
2). Trouver des idées de test / Contrôler la cause
3). Mesurer les conséquences
4). Déterminer les sources d'erreur


Le rouquin me fit relever la tête alors qu'il prenait la parole pour répondre à la question du professeur.

-Moi, Ys, je  propose qu'on reste un seul groupe, avec pour chef de projet Taïchi. Pourquoi ? Car c'est le seul à chercher à avoir une réponse différente des autres.  Nous n'avons fait que suivre les autres.

Donc en plus d'être totalement agaçant ( et je pèse mes mots), le rouquin n'écoute absolument rien de ce que Taïchi a dit car en somme , il n'a fait que rajoute des mots pompeux sur ce que nous avions déjà tous dit. Et le nommer chef ne le rendra que plus exécrable ...  En plus ce stupide gamin ne fait que s'enfoncer plus encore avec son argumentaire sur un bon chef.

- Avoir une personne sûre d'elle et capable de voir sa propre route sans tenir compte celle des autres n'en fait pas un bon chef, mais quelqu'un peut être capable d'avoir une vue d'ensemble différente de la notre.

Que quelqu'un le fasse taire ... donnez lui une sucette , un ballon ... peut importe ! Un chef n'est pas là pour partir sur une route totalement différente de celle donné par la majorité. Il coordonne les avis, les allient pour en donner un unique avis qui reflètent les idées de tous. A suivre Taïchi nous finiront par dire que les femmes sont du sexe faible donc qu'elles cherchent à se faire remarquer par leur physique .Bon , c'est de la spéculation certes mais le stupide rouquin a fait monter mon agacement assez haut et je serre les dents pour me calmer et écouter les avis des autres membres.

Noa se tourne d'ailleurs vers moi, m'arrachant à mon énervement.

_ Dis-moi, ça ne te tente pas de faire un groupe à part spécial rubis ? Contre les saphirs, histoire de démontrer qu’on ne les surpasse pas uniquement sur la force, mais également sur l’intellect ?


Noa aurait pu être saphir, émeraude ou même jardinier que j'aurais accepté , tout sauf me "mélanger" avec ces abrutis qui nous servaient de camarades et je lui fais savoir en acquiesçant avec un petit sourire ravi. L'idée de la gue-guerre entre rubis et saphir m'indiffère complètement. Croyez vous qu'un loup dévore une brebis à cause de sa race ? Non. Il ne les différencie pas, se contentant de les manger.

Noa donc, tout comme avait vaguement commençait à le faire le rouquin, explique pourquoi les femmes cherchent à travailler leur image mais le professeur demande le silence et nous réexplique ce qu'elle attends de nous. Non pas d'émettre des hypothèses mais de chercher plutôt des mises en situation pour tester l'hypothèse elle-même.

- Qu'elle est la variable dépendante, c'est à dire la conséquence mesurable et qu'elles sont les deux variables indépendantes, notez que je vous donne un indice. Si vous ne trouvez pas ce n'est pas grave je vous donnerai les bonnes réponses pour que chaque groupe puisse continuer.

La "violette" réponds donc pour les deux variables indépendantes : l'âge et la situation maritale, Blondie propose à son tour le ... poids.

- La conséquence mesurable serait .... uhm ... les efforts fournis par la femme pour plaire justement ? Jusqu'à quel point peut-elle aller pour plaire , que se soit en régime , en sport ou en vêtement acheté ? Pour les variables indépendantes , je ne dirais pas forcément la situation maritale ... Des femmes mariées batifolent bien avec d'autres hommes ... et sans aucune gêne, allant même jusqu'à se comporter comme des femmes célibataires ... mais plutôt le contexte en lui-même. L'on ne fait pas attention à son apparence , à son poids que dans un but de plaire aux autres... Après .. je ne sais pas si cela n’est pas aller un peu trop loin dans la réflexion ...


Dernière édition par Lya le Jeu 15 Mar 2018, 11:58, édité 1 fois


" Hasse mich, ich lache. Liebe mich, ich foltere dich. Bis du mich anflehst. Bis du gebrochen bist"



avatar
Lya

Fiche perso'
Infos:
Idéologie Dominante: 2
Exp:
100/100  (100/100)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mange pour vivre, ne vis pas pour manger [Les inscrits]

Message par Neith Selkis le Dim 11 Mar 2018, 01:30

Son explication avait remis les pendules à l'heure et c'était tant mieux. Les réponses qui suivirent furent beaucoup plus précise bien qu'encore trop maladroite, mais ce n'étais pas le plus important. Neith laissa passer le coup de téléphone sauvage. Elle n'était pas la pour faire le flic auprès de ses élèves tant que ça ne se reproduisait pas. Elle écouta attentivement les réponses laissant les élèves contre-argumenter un peu. Le débat était encore peu animé, mais ça progressait sur la bonne voix. Taïchi semblait ne plus rien avoir à dire, elle y était surement allé un peu trop fort avec lui, mais tant pis le mal était fait. Elle décida donc de rajouter son grain de sel pour orienter un peu plus la discussion.

"Donc gwendoline a donné la première variable qui est le sexe du participant. En effet l'hypothèse ne parle que des femmes, mais il est indispensable de la tester sur les hommes également. Nous allons devoir créer deux groupes un de femme et un d'homme. Il est important en psychologie de se démarquer de ses stéréotypes et croyance sur le comportement des autres. Il se peut que l'hypothèse marche pour les hommes et il est donc évident qu'il faut le tester expérimentalement. Ensuite je vois que la deuxième variable est plus difficile à trouver. Je me permets d'argumenter pour chacun. D'abord l'âge pourrait être une variable, mais nous ne nous y intéresserons pas pour la simple raison que notre panel de sujet est composé d'élève de l'académie et donc d'un publique jeune. Donc on ne pourra pas le tester faute de sujet. Ensuite Lya a bien expliqué pourquoi la situation maritale n'est pas pertinente. L'idée que la personne essaye de séduire n'est pas bonne car incontrôlable en pratique. Je vais vous donner la réponse pour cette variable car elle n'est pas facile.


Vous avez plus ou moins compris que ça tournait autour de la séduction. Vu que nous faisons comme si nous partions de rien, sans aucun stéréotype ni croyance, il nous faut prendre la situation la plus basique qui soit. En fonction des résultats elle pourra être affinée. Donc le contexte de séduction le plus basique qui soit c'est une homme et une femme ensemble point. Oui ça peu paraître trop simple, mais c'est le cheminement de la science. On appelle ça e principe de parcimonie, on commence toujours par tester les hypothèse les plus simples. Donc pour résumer nous avons deux groupes un de femmes et un d'homme. La moitié du groupe des femmes va être avec un homme et l'autre avec une femme, pareil pour les hommes. Comme ça nous pourrons voir l'influence du sexe du sujet et de celui du partenaire sur le comportement alimentaire. Nous avons nos conditions expérimentale, il ne nous reste plus qu'à trouver une variable dépendante qui colle à l'hypothèse.


Et là c'est plus compliqué en effet. N'oubliez pas que la variable dépendante doit être mesurable PENDANT l'expérience. Donc le poids n'est pas une bonne idée car il ne vas pas varier pendant l'expérience. Les efforts fournis pour séduire ce n'est pas bon non plus car nous voulons voir comment la femme contrôle son comportement alimentaire. Donc la question est comment mesurer le contrôle qu'elle exerce sur son comportement alimentaire avec des chiffres, soyez créatifs et n'hésitez pas à donner vos arguments."
avatar
Neith Selkis

Fiche perso'
Infos:
Idéologie Dominante: 2
Exp:
100/100  (100/100)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mange pour vivre, ne vis pas pour manger [Les inscrits]

Message par Ker Ys le Dim 11 Mar 2018, 16:42

Ok, la prof me reprend et je suis vexé, un peu comme Taïchi semble t'il.
Je suis encore plus vexé par la façon dont Noa a ignoré ma proposition pour une Rubis qui a l'air de me détesté alors qu'on ne se connaît pas.
Cela à l'air de plaire à la prof. Dois je relancer ? J'en ai franchement pas envie. Bon aller, je m'y risque, ou pas. Attendons plutot la fin de ce qu'elle raconte. Nouvelle exercice. Cool, pas besoin de répondre à la question précédente.
Bon ce coup ci, on vise une variable dépendante. Relecture de mes notes. C'est quoi cela. Ok c'est la musique classique. Donc dans notre cas, cela sera la nourriture.
Je lève la main et dit : La quantité de nourriture engloutie.
Puis je me tait, car j'ai rien d'autre d'intelligent à dire. Je reporte discrètement mon attention sur Lya. Elle avait l'air assez jolie. De longs cheveux noire, une apparence de poupée de porcelaine : Faites pour plaire. Dommage, trop sophistiqué pour moi. Quoi que dans une vitrine, cela ferait un jolie trophée. Vu la Sophistication de son apparence, elle devait être un peu plus vieille que moi, ou plus jeune, mais j'en doutais. Quoi que, on pense bien que j'ai 15 ans. Elle me dégoûte avec ces airs de sainte nitouche. Cela doit être la pire garce qui existe.
Oula faut que je me calme, j'ai l'impression qu'elle veut me voler Noa, mais c'est Noa qui a proposé l'équipe à deux. Peut-être est ce une de ses nombreuses maîtresses. Je ne serais quoi dire. Quelque chose en cette femme me faisait mauvaise impression. Et j'étais certain que c'était réciproque.



avatar
Ker Ys
MJ

Fiche perso'
Infos:
Idéologie Dominante: 2
Exp:
100/100  (100/100)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mange pour vivre, ne vis pas pour manger [Les inscrits]

Message par Gwendoline Arget le Lun 12 Mar 2018, 14:49

Mange pour vivre, ne vit pas pour manger
...avec Lya, Noa, Taïchi, Kaname, Ys et Neith Selkis
Donc... Il semblerait que j'ai donné une partie de la réponse. Une certaine satisfaction pouvait se lire sur mon visage, celle de ne pas avoir été totalement larguée au milieu des explications. En effet, les explications s'enchaînaient plutôt rapidement, et il était parfois difficile de saisir les éléments importants à retenir. Je prenais des notes, mais n'écrivais pas assez vite, faute d'entraînement. Ben oui, ça ne faisait même pas une année que j'avais de vrai cours, et pas seulement des bouquins donc, cela était parfois compliqué pour moi. Ajoutez à cela que nous étudions en anglais, et vous vous retrouvez avec des notes prises seulement à moitié, et qui plus est mélangeant deux langues ! C'est à dire, quasi illisibles immédiatement, même par moi, ne me souvenant pas toujours de ce que j'ai voulu dire...

Bon, maintenant, il fallait que l'on trouve comment chiffrer le comportement alimentaire de quelqu'un. Trouver quelque chose de chiffrable dans le comportement alimentaire. Oula ! Oué non, là, je voyais pas. Sérieux, j'avais beau me creuser la tête, je ne trouvais rien de quantifiable. Ou plutôt, je n'étais pas assez sûre de moi pour oser prendre la parole, me disant que j'avais tord, et continuant à chercher, la tête penchée sur ma feuille, le stylo tourbillonnant dans mes mains. De l'extérieur on pouvait croire que je rêvais, mais en vérité, je réfléchissais vraiment, j'avais juste besoin de m'occuper les mains, c'était un tic chez moi. Que ce soit avec mes gardes, mes hampes, mon collier, un stylo, une mèche de cheveux, il fallait toujours que je joue avec quelque chose.

Voyons voir... Le comportement alimentaire, c'est ce que l'on mange, et on doit trouver quelque chose à mesurer là-dedans. Euh...

-La quantité de nourriture engloutie

Je l'aurais pas formulé comme ça, mais c'était également la première chose qui me venait en tête, mais je n'étais pas convaincue. Parce qu'au delà de la quantité, il y avait autre chose qui jouait : l'aliment en lui même. Ce n'était pas la même chose de manger un paquet de bonbons qu'une boite de haricots verts. Il y avait pas quelque chose pour quantifier ça déjà ? Le truc qu'on voit sur toute les boites du supermarché là. Comment ça s'appelait ? Les calories ! Mais j'étais vraiment pas sûre de mon coup là... Du coup, je préférais me taire, écoutant attentivement les autres propositions, le regard toujours fixé sur ma feuille, plongée dans mes pensées...
(c) Gwendoline sur Académie Tsuki


Je parle en français en italique

avatar
Gwendoline Arget

Fiche perso'
Infos:
Idéologie Dominante: 2
Exp:
100/100  (100/100)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mange pour vivre, ne vis pas pour manger [Les inscrits]

Message par Noa le Mar 13 Mar 2018, 11:34

Bon on dirait que j’ai fait mon Ys sur ce coup-là j’étais partis tête la première dans une fausse piste. Au point que le professeur dû se reprendre.
BON ! Je prends note :
Hypothèse : Les femmes sont plus attentives à leur poids que les hommes.
Variable indépendante = cause du phénomène : âge, situation amoureuse
Variable dépendante = conséquence : poids fictif idéale et efforts fournis pour l’atteindre

Bien -sure je n’ai pu compléter ces notes qu’avec les interventions de Gwen’ Kaname et Lya.

Continuons avec l’intervention de la prof.
_ Deux types de personnes à tester : Homme et femme.

Bon suite à cela elle nous explique qu’on devait trouver un truc mesurable et applicable dans l’académie. Ys avais proposer la quantité de nourriture ingérés … mouais pourquoi pas …

Je levais la main à mon tour pour proposer autre chose n poussant un long soupir très révélateur sur ce que je commençais à penser de se cour …

_ La fréquence à laquelle les personnes testées se pèsent. Ou pourquoi ne pas voir le nombre qui utilisent une application spécial régime …

Nouvelle preuve que je commençais à fulminer je m’étais mis à faire un commentaire à voix haute comme si je parlais tout seul …

_ Sérieusement qu’est ce con qu’on bien en avoir à branler d’une bande de dinde mal dans leur pot qui ont pas compris que les hommes préfèrent largement et je pèse mes mots les gambasses aux crevettes. Ya que les Pd qui bossent dans la mode ou les vieilles filles frustrée mal baisé du même genre qui aiment jouer avec les sacs d’os !


a quoi ressemblent mes tentacules:
avatar
Noa

Fiche perso'
Infos:
Idéologie Dominante: 2
Exp:
100/100  (100/100)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mange pour vivre, ne vis pas pour manger [Les inscrits]

Message par Lya le Mer 14 Mar 2018, 17:33

Il semblerait que "Taïchi" se soit enfin décidé à ne plus ouvrir plus la bouche , sa petite fierté brisée peut-être ? Cela me fait gentiment sourire car au final il est venu avec ces " La réponse est assez simple" et le voilà maintenant à s'écraser pitoyablement.
Les hommes sont vraiment bien faibles. Et d'ailleurs, je tourne la tête et sens sur moi le regard du rouquin et un délicieux frisson parcourt mon échine quand je perçois les ressentis qu'il éprouve à mon égard. Différents sentiments ... de l'énervement, de ... la jalousie ?
Mais il semble me détailler et il a l'air de prendre conscience du monde qui nous sépare. Et oui, gamin. Je ne suis pas une banale femme. J'ai bien plus de valeur que ces ... "personnes" réunies ici. Quand son regard croise le mien, je lui offre mon plus beau sourire, à la fois magnifique et mutin sans jamais baisser les yeux. Je me laisse envahir par ces sentiments .... je pourrais en frétiller de plaisir mais je reste totalement impassible, sentant mon cube naissant dans ma paume, veillant cependant à ne pas le montrer. Je ne voudrais pas être punie pour utilisation de mon pouvoir.

Il m'a l'air d'être si facile à manipuler ce petit rouquin .... un vrai jouet à modeler selon mes envies ! Mmh ... je m'en mordrais la lèvre d'envie mais le professeur reprends son incessant baratin sur l'expérience à mener et je calme mes pulsions en prenant note de ce qu'elle raconte.

1ère Variable : le sexe de l'individu
Tester les hommes comme les femmes en deux groupes distincts  :
Groupe hommes avec 1 femme
Groupe femmes avec 1 homme


Le professeur critique donc nos réponses et daigne enfin donner la bonne réponse

- Donc la question est comment mesurer le contrôle qu'elle exerce sur son comportement alimentaire avec des chiffres, soyez créatifs et n'hésitez pas à donner vos arguments.


Et on recommence le défilé des mains levées avec des réponses toujours aussi .... oui non je n'ai pas envie de commenter

Le rouquin sort une phrase "La quantité de nourriture engloutie" Moui .... et lui combien de gifle peut-il se manger ? Mais il semblerait que la réponse ne soit pas totalement fausse...

A coté de moi, Noa lève la main en soupirant

_ La fréquence à laquelle les personnes testées se pèse. Ou pourquoi ne pas voir le nombre qui utilisent une application spécial régime …

J'allais répondre à mon tour en précisant qu'en plus de la quantité, il fallait également prendre en compte la nourriture en elle même, si la personne mangeait plus de légumes, de viandes ou de sucreries par exemple mais Noa grommela , me stoppant dans ma lancée

_ Sérieusement qu’est ce con qu’on bien en avoir à branler d’une bande de dinde mal dans leur peau qui ont pas compris que les hommes préfèrent largement et je pèse mes mots les gambasses aux crevettes. Ya que les Pd qui bossent dans la mode ou les vieilles filles frustrée mal baisé du même genre qui aiment jouer avec les sacs d’os !

Sa remarque me fit lâcher un petit rire. Noa n'était vraiment pas le Dieu de la finesse dans ces propos mais le débat pouvait être intéressant

- Sauf que dans ton idéalisme , tu oublies aussi que la société donne une image précise de la femme parfaite qui va influencer le comportement des femmes. Même si les hommes préfèrent les femmes qui ont des formes et ne sont pas " des sacs d'os", il y a aussi un énorme cliché de la femme qui passe dans les publicités, les défilés de mode et va brider inconsciemment l'image qu'une femme a d'elle même. Une femme qui fait une taille 42 et qui va chercher à séduire , cherchera à baisser à une taille 38 parce que la société à dit que la femme parfaite doit faire du 38 et du 95C en soutien gorge.... Et l'avis réel des hommes n'est plus pris en compte car c'est la première image qui est mise en avant par la société.

Je réponds à Noa avec un petit sourire parce que son agacement m'amuse réellement mais que je ne peux que comprendre vu le cours dans lequel je suis coincée. Autant s'amuser un peu plus.

- Mais bien sur, il y a encore des femmes qui savent ... sortir des rangs et des dictats pour imposer leur propre image de la femme parfaite


Je tourne légèrement le visage vers Ker Ys, l'observant en biais avec un petit sourire en coin sur mes dernières paroles et un regard de prédatrice en caressant son corps d'un simple regard vif.


" Hasse mich, ich lache. Liebe mich, ich foltere dich. Bis du mich anflehst. Bis du gebrochen bist"



avatar
Lya

Fiche perso'
Infos:
Idéologie Dominante: 2
Exp:
100/100  (100/100)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mange pour vivre, ne vis pas pour manger [Les inscrits]

Message par Kaname le Ven 16 Mar 2018, 09:45

Résumé.
Mange pour vivre...
 La prof essayait de nous remettre dans le droit chemin mais que Ys nous dise la bonne réponse comme ça en un claquement de doigt m’étonna au plus haut point.
Comment on peut juger quelque chose pour le poids qu’on faisait, si la prof n’avait pas validé la réponse, j’aurai dis que Ys était encore parti trop loin mais pour une fois -étonnamment- bah non… j’étais sur le cul.

Gwendoline semblait aussi étonnée que moi et ne disait rien également tout comme moi mais Noa s’en charge à notre place.
C’est vrai, l’image qu’apporte la télé sur le diktat du corps est assez restreint “ Soit maigre et tais toi “ dans n’importe quelle pays… sauf d’irréductibles féministes mais en général c’est ça. Quelle désolation….

On notera également la délicatesse de Noa et ses propos totalement stéréotypés… la prof va A.D.O.R.E.R. tout comme Lya qui en rajoute à peine une couche, ils font la paire les deux… tout comme le regard qu’elle fait à Ys, je crois qu’elle compte le dévorer tout cru, je ne sais pas mais cette femme me donne pas du tout confiance, je vais éviter de m’approcher car des coups de pied se perdent avec elle pour faire ravaler sa fierté.

Moi violente ? Du tout…

Bon, essayons de dire un truc gentil pour calmer le jeu.

“ J’aurai jamais pensé que le poids serait la variable dépendante, il n’existe pas une autre chose qui peut être mesurable dans ce cas de figure ? Car le poids, c’est variable, on peut être sportive, avoir une morphologie certaines, assumer son poids et son corps d’une façon, être anorexique mais pas forcément pour plaire mais pour un autre mal être, enfin le poids me semble totalement irréalisable comme solution, enfin je peux me tromper. “


Allez, la prof va dire que j’ai rien compris mais pas grave… j’assume !

 
avatar
Kaname

Fiche perso'
Infos:
Idéologie Dominante: 2
Exp:
100/100  (100/100)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mange pour vivre, ne vis pas pour manger [Les inscrits]

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum