Mørkhet, kom til meg! (Anthelme Håkonsson) [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Mørkhet, kom til meg! (Anthelme Håkonsson) [Terminé]

Message par Anthelme le Mar 03 Oct 2017, 00:28



Anthelme HÅKONSSON

Maison Rubis




♦️ Statut : Élève.
♦️ Travail : Aucun.
♦️ Origines : Norvégiennes.
♦️ Logement : Dortoir 8M
♦️ Pouvoir : Shadow King.
♦️ Sexe :
♦️ Âge : 18 ans (19 le 21 décembre).
♦️ Taille : 1m77.
♦️ Yeux : Violacés.
♦️ Cheveux : Noirs, une mèche violette.
♦️ Peau : Pâle.
♦️ Corpulence : Fin, musclé.
♦️ Avatar : Link noir de The Legend of Zelda.







Mental

♦️ Traits de caractère :
- Anthelme est un jeune homme froid en société. Il reste à l’écart des autres, les observe avec insistance, les analyse. Il n’hésite pas à approcher ses semblables lorsqu’il en a besoin, pour un service. Sa voix reste toujours posée, son langage soutenu et ses phrases courtes. Il maintient une distance réglementaire entre les inconnus et lui et ne les approche que s’il cherche à se montrer menaçant. Pour autant, il reste neutre et ne dénigre jamais ses interlocuteurs. Il tente de rester objectif sur ses propos, quitte à sembler se vanter ou se dénigrer.

- Il est sinistre. Il aime purement et simplement l’obscurité. Il se sent plus à l’aise dans les lieux sombres, la nuit. Il se donne également cet aspect sinistre afin d’intimider ses interlocuteurs. Dans ce même but, il arbore constamment un sourire différent (cf physique).

- Il est calme. Il ne s’énerve simplement pas. S’il est agacé, il se contentera d’ignorer, ou de répondre calmement. S’il est provoqué, il se désintéresse de son interlocuteur, ou s’en approche sans geste brusque, arborant un sourire froid.

- Il est curieux. Seule exception à la règle de son calme, il se montre particulièrement curieux envers les personnages qu’il juge intéressants. Lorsqu’il en rencontre un, il le jauge, l’analyse. Pour cela, il discute avec, et tente de l’indisposer.

- Il est peu serviable... et à sa façon. Lorsqu’il voit une personne en difficulté, il ne l’aide pas forcément... et semble en plus ne pas le faire de bonne grâce. Il reste froid, ou accompagne son service d’un sourire glaçant, excepté avec ses proches.

- Il est tolérant. Sa froideur vaut pour tout : genre, sexualité, origines, courant de pensé, religion, rang social. S’il trouve une personne sympathique, il adapte son langage. Il essaie de toujours se montrer respectueux, sauf auprès de cas très rares, contenu de son calme.

- Il est intelligent. Anthelme a reçu une éducation noble. Il comprend rapidement une situation et dispose d’une large culture générale.

- Il est pourtant maladroit. Il laisse facilement tomber quelque chose de ses mains. De même, il est particulièrement indiscret et n’hésite pas à mettre les pieds dans le plat.

- Il est chaotique. Il n’hésite pas à rejeter les règles tant qu’il ne risque rien et qu’il ne fait de mal à personne. Se trouver dans un lieu interdit, faire des avances à n’importe-qui ou presque, effrayer ceux à sa portée... Pourquoi se priver ?

- Ses amis : lorsqu’il considère qu’une personne est son ami(e), il prend un sourire normal, fait des phrases plus longues et adapte son registre de langue. Sa froideur disparaît, et se veut protecteur. En revanche, il reste sinistre. Si jamais il tombe amoureux, il se veut moins distant, mais conserve sa froideur. Il est tactile et protecteur envers ses proches.

♦️ Aime : Effrayer, le noir, le violet, le bleu, les animaux, les personnes intéressantes, les naïfs, les personnes volontaires, les peureux, les vins français, le calme, être pris de haut, la conviction, l’art sous toutes ses formes.

♦️ Déteste : Les lumières intenses, ceux qui veulent du mal à ses proches, les viandes, la moquerie, le sang, le blasphème artistique.

♦️ Autre : Il a la phobie du sang sur sa peau. Si ces gouttes vermeilles viennent à se mêler au teint laiteux du Norvégien, il se recroquevillera, regardera la zone souillée, et commencera à rire frénétiquement, essayant de l’essuyer.

Physique

Anthelme est un jeune homme d’un mètre soixante-dix-sept, fin, mais musclé. Perpétuant certaines des caractéristiques de la noblesse, sa peau est laiteuse et douce et dessine parfaitement ses abdominaux. Son visage pâle est encadré par ses cheveux mi-longs recouvrant ses oreilles. Cette chevelure est d’un noir aussi profond que la boucle d’oreille qui tombe de son oreille gauche. Ses yeux sont violacés et au dessus du gauche, passe une mèche de la même couleur.
Anthelme arbore systématiquement un sourire lorsqu’il interagit avec quelqu’un, autrement, il se contente d’une expression froide et peu engageante. Dans les différents cas, sont sourire varie : froid/sadique envers ceux qui le provoquent, froid/sinistre avec des inconnus, chaleureux en présence d’animaux, simple et sincère auprès de ceux qu’il estime. En outre, ce sourire est simplement un moyen de dissuasion.
Anthelme a toujours tendance à se parer de tenues sombres en dehors de sa tenue d’étudiant. Il porte donc des vêtements noirs ou violets et parfois un manteau-cape enveloppant complètement le haut de son corps, ne laissant que le col de ses chemises sombres dépasser, tentant de renforcer son apparence sinistre.

Shadow King

♦️ Avantages et ampleur :
Anthelm est constamment entouré de sinistres silhouettes d’ombres, provenant des espaces ombragés et que seul lui et les individus autour peuvent percevoir. Une personne à 5 mètres du Norvégien ne verra pas les ombres, mais aura le sentiment d’être observé. À 4 mètres, elle percevra du coin de l’œil des mouvements dans les zones obscurs.

♦️ Inconvénients et limites :
- Les ombres sont parfaitement immatérielles, mais ne sont pas des hallucinations. Elles sont présentes, mais ne peuvent être touchées, ni toucher.
- Anthelme ne contrôle pas les ombres.
- Les ombres ne sont présentes que dans les zones très sombres, exemple : dans une salle de cours très bien éclairée, il n’y en aura aucune, sauf si la porte d’un placard obscur est entrebâillée ; un extérieur ensoleillé : derrière une fenêtre à contre-jour, dans un recoin etc ; en revanche, dans un grenier, une cave, durant la nuit, ou autres lieux ou circonstances sombres, les ombres seront plus nombreuses. Dans ce cas, elles seront bien sûr espacées et ne donneront jamais l’impression d’une foule : plutôt une par-ci par-là. Une silhouette ne peut également se positionner que dans des espaces ombragés assez large, tel que sous un lit, dans entrebâillement d’une pièce éteinte etc.
- Si une lumière soudaine vient à éclairer une ombre, elle disparait et réaparaitra lorsqu’elle le pourra.
- Impossible de savoir si les ombres sont conscientes.
- Les ombres ne parlent pas, ne communiquent pas.
- Les ombres sont souvent statiques ou bougent très peu.
- Les ombres ne remarquent pas ceux qui sont loin d’Anthelme, mais semblent scruter tous ceux qui entre dans le champs de 5m.
- Les yeux d’Anthelme ne s’adaptent jamais à la lumière du soleil.
- S’il y a trop d’ombres, il se fatigue très vite et ne peut donc pas dormir sans lumière pour les disperser.

♦️ Autre :
Si Anthelme se sent en danger, les ombres se rapprocheront le plus possible de lui. Si cela ne leurs est pas permis à cause d’une source de lumière, elles restent statiques mais se font plus menaçantes.



Histoire

    Mon nom est Anthelme Håkonsson, ce garçon norvégien né d’une ancienne lignée de roi. Voici les ténèbres qui entourent mon histoire :

    Longtemps, on me narra cette nuit de décembre, celle d’un solstice d’hiver durant laquelle je naquis. On raconte que du château, la nuit semblait dévorer la terre et que de l’obscurité naissaient d’étranges silhouettes. Toutes levaient leurs visages ombragés, vers la fenêtre derrière laquelle je naissait. On raconte aussi que l’on retrouva cette nuit-là une pierre du château sur laquelle figurait, en Vieux Norois, le fameux poème.


« D’un bleu sombre étoilé les cieux se paraient,
Nocturne silence des vallées enneigées.
Tout autour du château, les ténèbres régnaient,
Les lueurs sélènes au sol se dérobaient.

Les longs cris maternels d’une femme éplorée
Vinrent rompre silence, enlacer l’enfant né.
Au delà l’horizon ténébreux se couvrait,
Silencieusement, nous t’avons observé.

Enfant, l’abyme te protège,
Élu, embrasse ton destin,
Seigneur, pourfend la lumière,
Roi de l’ombre, nous te servons. »
(Anonyme, date inconnue, traduit du Vieux Norois.)


    Des années plus tard, j’étais devenu un garçon sinistre. L’obscurité me tenait compagnie, bien mieux que la lumière à laquelle j’étais si sensible. Les garçons de mon âge ne me comprenaient pas... Ils me fuyaient, me trouvaient trop lugubre. Eh bien soit ! Au fond, il n’y avait pas de raison de me fuir. Malheureusement, ceux qui le savaient étais aussi ceux pour qui mon nom signifiait intérêt. Des petits noblions, des bourgeois, des mondains à qui on avait appris à se tisser des relations pour plus tard. Aussi, je développai un arme de dissuasion. Un simple sourire, qui ne s’effacerait jamais lorsque je n’étais pas seul. Un sourire rappelant les ténèbres de ma naissance à ceux qui en connaissait le récit. Quant aux ignorants, ils comprendraient ben vite qui j’étais. Mes amis étaient rare, mais je pouvais leur faire confiance.

    Peu avant mes 15 ans, mes parents reçurent une lettre. Je n’oubliai pas l’expression qu’ils eurent à sa lecture. Leurs yeux sombres scrutaient le papier, inquiets. Ma mère, nerveuse, laissait ses doigts jouer dans sa sombre chevelure. Mon père, lui, avaient ses traits crispés. Je ne sus jamais ce qu’elle disait exactement.

    La nuit de mes 15 ans, tout prit sens. Je m’étais assoupi depuis peu, alors qu’il était déjà bien tard. Une délicate main sur mon épaule me réveilla, et à peine j’eus ouvert les yeux qu’un doigt vint se placer sur mes lèvres. Ma mère, accompagnée d’une jeune domestique, Kaia, se tenait là, l’air sérieux. Elle me tira rapidement hors du lit et m’emmena par le bras, sa main posée sur ma bouche.

    Étrangement, je me sentais serein, alors que dans ma tête, un tas de question se bousculaient. Pourquoi m’emmenaient-elles ? Que se passait-il ? En pénétrant le couloir, une odeur me prit à la gorge, c’était de la fumée ! Comprenant alors, j’essayais de me débattre. Ma mère renforça son étreinte et susurra quelques mots.

- Ne fais aucun bruits, nous devons nous dépêcher.

    Je ne comprenais pas ! Pourquoi n’allait-elle pas vers la sortie la plus proche ? Pourquoi m’empêcher de faire du bruit ? Ensemble, nous empruntâmes de nombreux couloir. Plus nous avancions, plus l’air était irrespirable et saturé de fumée. Pourtant, elle continuait à aller par là. Au loin, on entendait des cris. Ces cris, je les reconnaissaient bien, les voix d’hommes et de femmes qui avaient fait autrefois mon quotidien. Une larme roula sur ma joue, et étonnamment, je constatai qu’il en était de même pour ma mère et pour Kaia. Elles savaient.

    Soudain, alors que des bruits de pas fermes se rapprochaient, elles décidèrent de bifurquer. Elles hâtèrent le pas. Derrière on entendit un homme inconnu s’esclaffer.

- Eh là ! Arrêtez-vous !

Mère m’entraîna au pas de course. Je me retrouvais chez moi, à fuir je ne savais qui, pour je ne savais quelle raison. Malgré tout, je reconnaissais le chemin. Les souterrains ! Elle voulait me faire sortir par les souterrains ! Toujours pourchassés, elle m’entraîna derrière une porte. Elle me lâcha.

- Cours, ne te retourne pas ! Je serai derrière toi. Kaia, emmène le !

Je ne comprenais toujours pas, mais le souterrain était là. Je m’engouffrai alors dedans. Les escaliers descendaient dans le noir et je n’avais rien pour éclairer. Mes yeux s’habituèrent rapidement à la pénombre. Je voyais devant moi la silhouette de Kaia avancer, me guidant. J’entendais au loin des pas solitaires qui furent rapidement précédés par d’autres.

    Lorsque nous arrivâmes dehors, nous pouvions voir le château se dresser. C’était une nuit dont le ciel noir semblait bleuit par les étoiles et pourtant, les lumières célestes ne semblaient pas parvenir jusqu’à la terre. Au loin, nous distinguions quelques langues flamboyantes sortir des fenêtres du palais qui s’élevait au cœur de la vallée enneigée. Il n’y avait aucun bruit sinon ceux de nos pas s’enfonçant dans la neige. Kaia attrapa ma main et sembla me guider dans les bois.

- Là nous pourrons nous cacher.

    Aussitôt, ne tenant plus, je m’arrêtai.

- Maintenant tu vas me dire ce qui se passe !

    La jeune femme resta impassible. Elle baissa la tête.

- Le château a pris feu... Des hommes inconnus ont été vus... tuant les domestiques qu’ils croisaient... Votre mère est venue me chercher pour vous mettre en sécurité...

    Ma mère ! Elle était derrière, avec ces hommes ! Alors que je m’apprêtais à me retourner, Kaia attrapa fermement mon bras et me força à la suivre.

- Et que croyez-vous que vous ferez, vous, à 15 ans, face à ces hommes ?

    Je me tus. Elle avait raison. Nous continuâmes ainsi un moment, jusqu’à atteindre une petite clairière qui portait en son sein une stèle illisible à cause des ténèbres qui y régnaient. Kaia s’arrêta.

- Ici, on ne devrait plus nous retrouver...

    Sur ces mots, une silhouette approcha, semblant fuir quelque chose. C’était ma mère. Tout autour, on vit des hommes sortir des trouées, cinq. Le visage caché, ils se rapprochaient petit à petit, jusqu’à nous encercler. L’air désespéré, ma mère se plaça devant moi. Nous étions tous les trois acculés vers la stèle, jusqu’à ce que mon dos ne rencontre celle-ci. Ma mère hurlait.

- N’approchez pas ! Monstres !

Des larmes coulaient sur ses joues. Nous étions dans défenses, et inexorablement, ces hommes seraient sur nous. Du coin de l’œil, je pouvais percevoir Kaia, dans ses mains se trouvait un petit objet à l’éclat argenté. Un petit revolver. Les hommes en face s’arrêtèrent, proches de nous.

- Vous nous avez bien fait courir ! Maintenant, soyez gentils et laissez nous terminer notre travail.

    Comme pour se moquer de leurs proies, ils enlevèrent leurs cagoules et se rapprochèrent. Ils étaient armés de couteaux, de fusil, et l’un des hommes portait une hache. C’était celui-là, qui s’approchait.

    Mère, paniquée, se retourna et me serra dans ses bras dans un sanglot bruyant. Sa longue chevelure noire cachait ma vue. Aussi, d’un seul coup, je sentis son corps s’affaisser et je fondis en larme. Coup de feu. Devant moi, ma mère tomba. L’homme à la hache venait de la frapper, mais Kaia avait tiré. Le corps de mère gisait par terre. Elle respirait encore. À coté, Kaia semblait rester calme.

    L’homme leva la hache aux cieux, s’apprêtant à l’achever. Sans réfléchir, je me jeta par dessus le corps agonisant de Mère, et l’enlaça. Nouveau coup de feu, et cette fois-ci l’homme tomba, mort, le crâne explosé.

- Pétasse ! Va crever.

Je me redressa et baissa la tête vers ma tenue, tâchée de sang. Je ne comprenait pas. Ne faisant plus attention à ce qui m’entourait, je posa le doigt sur les tâches. Du sang... Du sang me touchait... Ce n’était pas le mien. J’avais l’impression de ne plus rien voir. J’avais peur. Très peur. Je me mis à rire nerveusement. J’entendais à peine les hommes se rapprocher de nous, probablement pour s’occuper de Kaia, armée. J’entendais à peine la voix qui s’adressait à moi, ni le cri de Kaia, ni le craquement d’os.

- Qu’est-ce que t’as connard ?! Ça t’fait marrer de voir ta mère crever ?!

    Je releva légèrement la tête, toujours à rire nerveusement. L’homme n’était pas très loin. Kaia, était à coté de moi, blessée au  bras, son revolver n’était plus entre ses mains, mais par terre, où elle alla le rejoindre. Ces crevures prenaient leur temps ! Soudain, l’homme s’arrêta.

- C’est quoi ça ?! Bordel c’est quoi ?!

    Des coups de feu retentirent.

- Bordel ! Vous approchez pas !

    Je regardais autour, et là, je les vis. En plus des hommes, tout autour, nous étions encerclées par des choses... Elles étaient comme des silhouettes, faites entièrement d’ombre. Il y en avait une dizaine tout autour et petit à petit, elles semblaient se rapprocher, fixant les agresseurs. Ces derniers n’en menaient pas large. Le plus proche m’attrapa par les cheveux et me redressa, me mettant une lame sous la gorge.

- C... C’est lui que vous voulez, hein ?! N’approchez pas !

    Aussitôt, Kaia en profita pour attraper son arme et tirer un balle dans la tête de celui qui me menaçait. Un instant j’eus très peur, mais la lame tomba au sol, tout comme son propriétaire. Je m’effondra sur sol. J’entendis encore trois coup de feu, puis perdis connaissance. Tout ce que j’entendis, fut une sinistre litanie. Une litanie que je connaissait, mais qui s’imprégnait dans ma tête.

« D’un bleu sombre étoilé les cieux se paraient,
Nocturne silence des vallées enneigées.
Tout autour du château, les ténèbres régnaient,
Les lueurs sélènes au sol se dérobaient.

Les longs cris maternels d’une femme éplorée
Vinrent rompre silence, enlacer l’enfant né.
Au delà l’horizon ténébreux se couvrait,
Silencieusement, nous t’avons observé.

Enfant, l’abyme te protège,
Élu, embrasse ton destin,
Seigneur, pourfend la lumière,
Roi de l’ombre, nous te servons. »

Puis vint le noir complet.

.
.
.

    Lorsque mes paupières s’ouvrirent, la lumière me brûlait la rétine. Aussitôt je les refermais. J’entendis une voix.

- Il ouvre les yeux ! Anthelme ! Anthelme !

    Je reconnaissais cette voix. C’était mon père. Lui qui d’habitude était si froid, il venait en un souffle de transmettre toute la chaleur dont il était capable. Je tentai de bouger, mais mon corps entier me faisait mal. Bref, nous étions vivant, grâce à Kaia.

    J’entendis mon père tirer légèrement le rideau. Ouvrant les yeux je le voyais, près de moi, près d’une de ces choses qui nous avait sauvé. Père remarqua mon trouble.

- Tu les vois, toi aussi... Depuis que Kaia t’as ramené à nous, elles apparraissent autour de toi dès qu’il fait sombre... Elle ne font rien, mais elles te fatiguent lorsqu’elles sont nombreuses... Nous avons du éclairer la pièce pendant tout ce temps... Tu es resté 5 jours...

    Mère, elle aussi avait survécu... Elle, ne s’était toujours pas réveillée. Elle était blessée le long du dos et avait eu plusieurs côtes cassées. Heureusement, elle s’en tirait. Cependant, jamais mes parents n’acceptèrent de m’expliquer ce qui s’était dérouler ce soir là, et jamais je ne connu les débouchées.

.
.
.

    Peu après ces événement, mes parents reçurent une nouvelle lettre. Cette fois-ci, cette lettre n’inquiéta pas mes parents : une académie, en Angleterre me proposait une place, contenu des étranges ombres qui naissaient près de moi... Mes parents jugèrent que c’était trop tôt. Aussi, tous les ans, nous reçûmes cette même lettre. Finalement, après mes 18 ans, je pus enfin rejoindre cette académie, où probablement personne ne connaîtrait ce nom, où je ne craindrais pas pour ma vie, et où des personnes intéressantes se présenteront enfin peut-être à moi!




Et toi, derrière l'écran ?



♦️ Prénom ou surnom : Mystère!
♦️ Anniversaire : 1997
♦️ Activité : Études
♦️ Loisirs : Plein de choses!
♦️ Tu aimes : Les portes!
♦️ Tu détestes : Les portes!
♦️ Ton rêve : Les portes!
♦️ Comment es-tu arrivé ici ? En traversant une porte!
♦️ Des idées pour améliorer le forum ? PLUS DE PORTES
♦️ Petit mot de fin : Porte



Dernière édition par Anthelme le Mar 03 Oct 2017, 19:57, édité 6 fois

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mørkhet, kom til meg! (Anthelme Håkonsson) [Terminé]

Message par Neith Selkis le Mar 03 Oct 2017, 01:01

Snif snif ça sent le kalth à plein nez. Re-bienvenue à toi ! :)
avatar
Neith Selkis

Fiche perso'
Infos:
Où me trouver:
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mørkhet, kom til meg! (Anthelme Håkonsson) [Terminé]

Message par Anthelme le Mar 03 Oct 2017, 01:10

Hum... Je ne sais pas?

Merci!

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mørkhet, kom til meg! (Anthelme Håkonsson) [Terminé]

Message par Darren le Mar 03 Oct 2017, 01:48

Rebienvenue !

Très bon choix d'avatar


Autre compte : Hideki



#CoupDePouce

"Hideki, première créatrice de persos-capotes." - Hideki, 2017




avatar
Darren

Fiche perso'
Infos:
Où me trouver:
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mørkhet, kom til meg! (Anthelme Håkonsson) [Terminé]

Message par Tori Clark le Mar 03 Oct 2017, 05:49

Chic chic chic, des romains des ombres ! Je vais pouvoir m'amuser xD

Rebienvenue et bonne chance pour ta validation o/



CasierJournal ★ je parle en #000000 (ou en #0DD62F)

Chains of Memories :


.

Compteur de chutes : 19
avatar
Tori Clark

Fiche perso'
Infos:
Où me trouver:
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mørkhet, kom til meg! (Anthelme Håkonsson) [Terminé]

Message par Anthelme le Mar 03 Oct 2017, 12:56

Merci à tous les deux!

C'est vrai Tori, qu'avec ton pouvoir, il y a de quoi s'amuser!!


Viens donc auprès de moi...:

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mørkhet, kom til meg! (Anthelme Håkonsson) [Terminé]

Message par Liam le Mar 03 Oct 2017, 14:00

Si Tori rentre dans une de tes ombres, est-ce que c'est terriblement sexuel ?


"Liam et Dwin, le duo de la chatte."
Compteur de conneries de Liam 107

Le thème du Liam.:

"C'est formidable le poker. Ce qui compte, ce n'est pas de disposer de bonnes ou de mauvaises cartes mais de savoir jouer avec les mauvaises. Sinon t'es baisé..."
La classe d'un homme qui réussit ses jets:
avatar
Liam
Apprenti Modérateur

Fiche perso'
Infos:
Où me trouver:
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mørkhet, kom til meg! (Anthelme Håkonsson) [Terminé]

Message par Anthelme le Mar 03 Oct 2017, 19:58

Ahah, on verra ça x)

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mørkhet, kom til meg! (Anthelme Håkonsson) [Terminé]

Message par Luxia le Mar 03 Oct 2017, 20:36

J'adore l'avatar *^*
Rebienvenue et re bonne chance pour ta validation!


J'incinère des gens, défenestre des nains en #009999 ou en glauque #649B88

Pourfendeuse de nains officielle de Tsuki B)

Je sais que je suis faible, mais je veux me battre.
Je sais qu'ils m'ont détruite, et c'est pour ça que je veux me venger.
Et malgré la larme qui perle sur ma joue, je tiendrai mon épée.
Parce que même la fleur que je suis veut vivre libérée.

Menace Rose Musique
Fiche♣️Dossier♣️Journal♣️Casier
avatar
Luxia

Fiche perso'
Infos:
Où me trouver:
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mørkhet, kom til meg! (Anthelme Håkonsson) [Terminé]

Message par Rain le Mar 03 Oct 2017, 20:44

Rebienvenue !


MY INNERWOLF, AKA SCARLET:


Presentation
Documentation
The locker
avatar
Rain

Fiche perso'
Infos:
Où me trouver:
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mørkhet, kom til meg! (Anthelme Håkonsson) [Terminé]

Message par Kalth le Mar 03 Oct 2017, 22:05

Bienvenue!

Merci à vous :3
avatar
Kalth
Apprenti Modérateur

Fiche perso'
Infos:
Où me trouver:
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mørkhet, kom til meg! (Anthelme Håkonsson) [Terminé]

Message par Nils le Mer 04 Oct 2017, 15:32

Un norvégien <3 Rebienvenue ~


#F915B4
avatar
Nils

Fiche perso'
Infos:
Où me trouver:
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mørkhet, kom til meg! (Anthelme Håkonsson) [Terminé]

Message par Shae' le Mer 04 Oct 2017, 23:33


Felicitation !
T'es validé !
Tu va pouvoir enfin commencer t'es activités de membre sur le forum et tu aura très prochainement ta couleur correspondant à ta maison. Pour commencer comme il se doit dans l'académie je te met les liens en dessous pour les premières choses que tu dois faire.

-  Recensement d'avatar
-  Recensement de ton pouvoir
-  Créer ton dossier
-  Créer ton casier

Pour la suite je te propose quelques liens utile :

Liste de demande de Rp
-  Et enfin, si tu le souhaites,  créer ton journal intime


Si tu as des questions, n'hésite pas à m'envoyer un MP.
 
avatar
Shae'
Administratrice

Fiche perso'
Infos:
Où me trouver:
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mørkhet, kom til meg! (Anthelme Håkonsson) [Terminé]

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum