You promised me... But you're not here. Why ? [Libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

You promised me... But you're not here. Why ? [Libre]

Message par Kénan Arget le Ven 1 Sep - 13:49

Il était enfin arrivé à l'Académie Tsuki. Cela faisait deux mois qu'il attendait ça. Il contemplait les hautes grilles, le cœur battant à tout rompre, rempli de soulagement, de joie et d'espérances. On lui ouvrit. Il entra. Son sac devait être au moins deux fois plus épais que lui, et il commençait à lui peser douloureusement sur les épaules. Il avait l'habitude de le porter, mais pas aussi longtemps. Il s'avança doucement, admirant le bâtiment se dressant devant lui, ainsi que les jardins. Il décida de ne pas entrer tout de suite. Il faisait beau, et sa sœur lui avait promis qu'elle l’accueillerait en personne le jour où il viendrait enfin. Cela faisait deux mois qu'il ne l'avait pas vu. Était-elle au moins au courant de sa venue ? Il balaya cette interrogation. Bien sûr qu'elle était au courant ! Ne le lui avait-elle pas promis ? Il savait qu'elle serait là. Dans son esprit, il n'y avait pas d'autre solution envisageable. Il se précipita dans les jardins, oubliant sa fatigue, et ses dernières aventures, simplement habité par sa joie enfantine et son impatience. Il regarda partout, écumant avec soin toutes les allées du parc, dévisageant chaque personne qu'il croisait, dans l'espoir d’apercevoir sa grande sœur.

Cela faisait un certain temps qu'il cherchait, et il ne l'avait toujours pas trouvée. Il avait mal aux jambes, il avait chaud, il avait soif, il était fatigué. Il vit une jeune fille blonde, de l'âge de sa sœur. Il se précipita vers elle, mais se rendis finalement compte qu'il s'était trompé. Il fit donc demi-tour. Il sentait sa joie s'évanouir, remplacé par une cruelle désillusion. Sa sœur n'était pas là. Elle n'allait pas l’accueillir. Elle n'avait pas pût tenir sa promesse. Où était-elle ? Lui était-il arrivé quelque chose ? Le petit garçon commença à s'inquiéter. Il avait peur qu'on lui apprenne que sa sœur n'était jamais venue ici. Dans sa tête, il n'envisageais même pas le fait qu'elle soit simplement occupée ailleurs. Il avait peur, entouré de tant d'inconnus, qui le dévisageaient si étrangement. Il ne connaissait rien, ni personne ici. Et il était seul.

Il finit par s'asseoir, à même le sol, sur le bord d'une allée. Il enleva son sac, et le laissa choir derrière lui. Il entoura ses genoux de ses bras et posa sa tête par dessus. Des larmes s'échappèrent de ses yeux, et il réprimait à grand-peine les sanglots qui lui enserrait la gorge. Il sanglota :

-Pourquoi ? Elle m'avait promit. Où est-tu grande sœur ?

Du coin de l’œil, il surveillais les allées et venues, et lorsque qu'une personne s'approcha, il créa un mur "chewing-gum" jusqu'à mi-mollets, pour faire trébucher et tomber la-dite personne. Il ne le laissa pas longtemps, quelques secondes, suffisant pour faire trébucher. Vengeance mesquine d'un petit garçon en peine, voulant faire comprendre et partager son désarroi à d'autres, mais ne sachant pas comment l'exprimer. Il ne se préoccupait pas de la personne qu'il avait faite tomber, ni de la légère migraine qui arrivait, trop occupé à cuver sa tristesse. Jusqu'à se qu'on s'approche de lui pour lui parler...

HRP:
Voilà, le petit Kénan est arrivé à l'académie. Pour info, je ferais intervenir Gwendoline à un moment aussi.
avatar
Kénan Arget

Fiche perso'
Infos:
Où me trouver:
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: You promised me... But you're not here. Why ? [Libre]

Message par Enil le Ven 1 Sep - 17:09

Je soupirai en sortant du bâtiment composé des différents dortoirs. Mon téléphone contre mon oreille et une sacoche pendant à mon épaule, je tentai désespérément de comprendre le but réel de cette conversation. Je marchais sans vraiment avoir de but et sans faire attention au chemin que je prenais. Je commençai à prendre mes marques dans cette Académie alors j'avais vraiment peu de chances de me perdre aujourd'hui.

"- Enil ! Tu m'écoutes ?
- Mais oui, maman, je t'écoute et je suis contente si vous avez décidé de prendre un chat, déclarai-je en sachant pertinemment que c'était ce qu'elle voulait entendre, à part ça, comment va la petite ?
- A merveilles ! Mais... tu ne comptes pas revenir la voir, si ?
- Vous m'avez clairement dit que je n'avais pas intérêt à revenir donc, même si j'aimerais beaucoup, non."

Je l'entendis parler à voix basse sans arriver à saisir ce qu'elle disait exactement puis elle me dit que j'avais entièrement raison. Ma mère termina les petites formalités de cet appel et raccrocha.

Sans m'en rendre compte, j'étais arrivée dans les jardins. En réalité, il n'y avait sûrement qu'eux qui me paraissaient toujours aussi immenses. Même si j'avais certains repères, j'avais parfois l'impression d'y tourner en rond. Je repérai un banc et m'y installai en lâchant un énième soupir. Je ne comprenais pas pourquoi ma mère tenait autant à m'appeler au moins une fois par mois si, généralement, elle me rappelait que je n'avais aucun intérêt à retourner en France et encore moins à tenter d'entrer en contact avec ma petite sœur. cette dernière interdiction particulièrement me mettait vraiment en colère. Je serrai mon emprise sur mon portable en lui lançant un regard noir comme s'il était le responsable de mon malheur.

Pourquoi n'avais-je pas le droit de la connaître ? Je n'avais même pas une photo d'elle à laquelle j'aurais pu me raccrocher. Son simple prénom m'était inconnu. J'avais le sentiment d'avoir perdu un être cher alors que je ne savais rien d'elle en dehors de son âge et de sa date de naissance. C'était peu mais c'était tout. Un tout qui composait cette personne dont je ne pouvais qu'imaginer le visage, la voix, le caractère, les goûts ou ses rêves.

Je sentis mon téléphone émettre un craquement au creux de ma paume et le libérai suite à ce bruit. Les doigts toujours crispés de colère, je finis pas le ranger dans ma pochette avant de donner un coup léger mais dont ma main pâle en rougit de douleur sur la place vide à côté de moi. Finalement, je pliai les bras sur mes genoux et calai ma tête sur mes mains, ignorant la douleur qui résonnait encore jusque dans mon poignet. Je fixai un point imaginaire face à moi en ruminant mes pensées.

j'aurais pu rester encore longtemps comme cela mais un bruit sourd me fit tourner le regard. A quelques mètres de moi, un élève venait de trébucher et peinait à se relever. Trébucher ? Mais sur quoi ? Le terrain semblait être tout ce qu'il avait de plus plat. Assis au bord de l'allée, je repérai un jeune garçon aux cheveux bleus qui ne réagit pas le moins du monde à ce qu'il venait de se dérouler sous ses yeux. Sur le coup, je me demandai s'il y était pour quelque chose. Après tout dans cet endroit les choses étaient très rarement ce qu'elles paraissaient être en premier lieu alors ça ne m'aurait que très peu étonné. Et puis, l'énervement m'empêchait d'y voir une autre possibilité.

En ayant assez de découvrir tant de choses et de rester malgré tout dans l'incompréhension, je me levai furieusement et me dirigeai vers le garçon. L'élève étant tombé avait bien vite repris son chemin et ne s'était soucié que très peu de cet accident. Mais moi, je voulais comprendre et si cet enfant y était bel et bien pour quelque chose, je le saurais. Quand je m'étais levée puis dirigée vers le bleu j'avais encore les poings serrés et les phalanges blanchies par le peu de force exercée sur elles mais plus j'avançais, plus je vis quelque chose qui me calmait peu à peu. Quand je fus à son niveau, je m'abaissai légèrement me penchant mais ne pliant que très peu les jambes.

" Mais... tu pleures. Qu'est-ce qu'il t'arrive ? Tu t'es fait mal ? "

Depuis que j'étais arrivée ici, c'était la première fois que je voyais quelqu'un qui semblait aussi jeune dans cette Académie alors le voir pleurer de la sorte me laissait perplexe. Et puis, je n'aimais pas voir les gens pleurer autour de moi. Doucement, je pliai les jambes et m'assis à même le sol près et loin de lui à la fois, le cœur serré. Je ne le quittai pas du regard attendant une quelconque réponse de sa part.
avatar
Enil

Fiche perso'
Infos:
Où me trouver:
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: You promised me... But you're not here. Why ? [Libre]

Message par Kénan Arget le Ven 1 Sep - 17:44

Le petit garçon entendit quelqu'un s'approcher de lui, et s'asseoir. Il ne s'en préoccupais pas plus que la personne qu'il avait fait chuter bien intentionnellement. Il ignora cette personne jusqu'à ce qu'elle lui dise

- Mais... tu pleures. Qu'est-ce qu'il t'arrive ? Tu t'es fait mal ?

Il releva un peu la tête, cette phrase ne pouvant s’adresser qu'à lui. Une grande fille avec de longs cheveux noirs et lisses et de très beau yeux violets le regardait. Il secoua rapidement sa tête de gauche à droite en reniflant. Il s'essuya les yeux, mais les larmes continuaient de couler sans s'arrêter. Dans un premier temps, il ne pût que balbutier dans sa langue natale:

- Elle me l'avait promit... Elle m'avait dit qu'elle serait là... Mais elle est pas là...

Il se rappela soudain qu'il était en Angleterre, et que le français n'était donc pas la langue officielle. Entre deux reniflements, il demanda :

-T'es qui toi ? Est-ce-que tu la connaît ?

Dans son esprit d'enfant, bouleversé comme il l'était, il était évident que l'inconnu savait de qui il parlait, et il ne lui vint pas à l'idée qu'elle ne pourrait pas deviner toute seule qu'il parlait de sa sœur. Pas plus que le fait qu'elle ne pouvait connaître sa propre identité. C'est pour cela qu'il la scruta, plein d'un nouvel espoir. Pour l'instant, il se fichait totalement de l'Académie, de son dortoir, ou de quoi que ce soit du même genre. Tout ce qu'il voulait c'était retrouver sa sœur et rien d'autre. L'inconnue avait l'air gentille. Comme Claire... A cette pensée, ses pleurs redoublèrent d'intensité, malgré tout les efforts qu'il faisait pour se calmer.
avatar
Kénan Arget

Fiche perso'
Infos:
Où me trouver:
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: You promised me... But you're not here. Why ? [Libre]

Message par Enil le Ven 1 Sep - 18:27

"Elle me l'avait promit... Elle m'avait dit qu'elle serait là... Mais elle est pas là..."

Elle ? Mais de qui pouvait-il bien parler ? Il cherchait quelqu'un c'était évident maintenant mais qui ? Toute la question résidait là.

Je mis quelques secondes avant de me rendre compte que l'enfant venait de parler en français. J'allais le lui faire remarquer mais il ne m'en laissa pas le temps et se reprit. Lui aussi venait de France ? Sur le coup, je pensai à Gwendoline. Jusqu'à présent, je n'avais rencontré que très peu de personne venant également de ce pays étudiant dans cette Académie. Je reposai mon regard sur l'enfant lorsque je réalisai et interprétai ses paroles.

" -T'es qui toi ? Est-ce-que tu la connaît ?
- Je m'appelle Enil et toi, comment est-ce que tu t'appelles ? Et peut-être que je connais... heu... cette personne mais tu ne voudrais pas être un peu plus précis ? "

Pendant que je parlais, je fouillais dans ma sacoche à la recherche d'un paquet de mouchoir. Ça me faisait vraiment de la peine de voir un si petit garçon pleurer de la sorte. Du coin de l'oeil, je surveillais l'enfant dont les pleurs avaient repris de plus belle. Quand j'eus enfin trouvé le petit paquet en plastique, je souris légèrement et le sortis du sac. En entendant la réaction du petit aux cheveux bleus, je lui tendis le paquet.

" Tiens. Et sèche tes larmes, on va la retrouver la personne que tu cherches, ne t'en fais pas. "

Je rejetai une mèche de cheveux en arrière et me stabilisai en plaçant mes mains, paumes contre le sol, devant moi et m'appuyai dessus.
avatar
Enil

Fiche perso'
Infos:
Où me trouver:
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: You promised me... But you're not here. Why ? [Libre]

Message par Kénan Arget le Dim 3 Sep - 22:11

- Je m'appelle Enil et toi, comment est-ce que tu t'appelles ? Et peut-être que je connais... heu... cette personne mais tu ne voudrais pas être un peu plus précis ? Tiens. Et sèche tes larmes, on va la retrouver la personne que tu cherches, ne t'en fais pas.

Il prit le mouchoir et essaya une nouvelle fois de se calmer, avec plus de succès, rassuré par la grande fille devant lui, et ragaillardi par le fait qu'elle veille bien l'aider. Il hésita à utiliser une nouvelle fois son pouvoir pour refaire tomber quelqu'un, car il n'avait pas le droit de le faire. Et si il faisait une bêtise, elle arriverait pour le gronder. Ça marchais à chaque fois. Mais il l'avait déjà fait, et il ne voulais pas se faire gronder trop fort. Entre deux reniflements, il lui répondit :

-C'est vrai ? Je m’appelle Kénan. Kénan Arget, et je cherche ma grande sœur. Est-ce-que tu la connais ?

Il ne pensa pas à préciser le prénom de cette personne qu'il souhaitait revoir plus que tout. Il s'essuya les yeux du revers de sa main. La gentille fille, Enil, n'eut pas le temps de finir sa réponse, que ses yeux s’illuminèrent d'une lueur nouvelle, et qu'un immense sourire s'épanouit sur son visage maintenant rayonnant. Il se releva, oubliant momentanément son sac et la grande fille et se mit à courir comme un fou en direction d'une personne qui ne l'avait pas encore remarqué :

-Grande sœur !

Il se jeta dans ses bras de la jeune blonde, qui, l'espace d'un instant ne sembla pas comprendre ce qu'il se passait. Puis, elle sembla réaliser, et le serra à son tour dans ses bras, des larmes de joie et de soulagement mêlés commençant à couler sur ses joues. Touchantes retrouvailles d'un frère et d'une sœur, seuls rescapés d'une famille heureuse. Le petit garçon attrapa la main de sa sœur, et commença à la tirer vers Enil, tout en babillant d'incompréhensibles paroles, mélange de français et d'anglais :

- Je suis arrivé, et t'étais pas là, et la gentille fille elle m'a aidé, mais j'ai cru que t'étais morte comme la gentille dame, et j'avais peur, et,...

Avec un tendre sourire, sa grande sœur l'arrêta. Elle leva un regard vers Enil, la remerciant d'avoir aidé, ou plutôt, rassuré le petit garçon, qui sautillait allègrement à ses côtés, toutes ses craintes désormais  relégués au fin fond de son esprit.

HRP:
Sorry pour le temps de réponse, j'étais en week-end sans internet ^^. Je fais la "partie Gwendoline" rapidement.
avatar
Kénan Arget

Fiche perso'
Infos:
Où me trouver:
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: You promised me... But you're not here. Why ? [Libre]

Message par Gwendoline Arget le Dim 3 Sep - 22:36

Je sortis de cours, pressée de me changer pour pouvoir aller dans les jardins. J'aimais vraiment cet endroit calme. Je rentrais dans mon dortoir, me changeais rapidement, détachant mes cheveux et optant pour un jean et un t-shirt à la place de l'uniforme. J'attrapais mon sac bandoulière, y fourrais la garde de Fialinn et ressortis aussi sec. En arrivant dehors, j'entendis une fille se plaindre qu'elle avait trébuché dans le vide. Kénan ? Non, impossible, je me faisait des idées. Au bout de deux mois, j'avais perdu tout espoir de revoir rapidement mon frère. Je commençais à errer sans but dans les différentes allées composant le jardin.

Au bout de quelques minutes, j'entendis quelqu'un s'exclamer en français:

-Grande soeur !

Quelques secondes plus tard, une personne se jeta dans mes bras. Le moment de surprise passée, je reconnus la touffe bleue. Des larmes se mirent à rouler sur mes joues :

-Kénan, c'est bien toi ? Je ne suis pas en train de rêver ?

C'était bel et bien mon frère, chose que je ne pus nier plus longtemps, quand j'entendis sa tirade totalement décousue. Comme d'habitude, il mélangeais les deux langues, et il parlait tellement vite que je ne comprenais qu'un mot sur trois. Je lui dis donc doucement, laissant échapper un petit rire :

-Eh, c'est bon, je suis là maintenant. Tu auras tout le temps de me raconter tout ça. Calme-toi maintenant. J'ai cru comprendre que tu avait déjà fait une bêtise, je me trompe ?

Je n'insistais pas plus, n'ayant pas envie de me quereller avec lui sitôt l'avoir retrouvé. Il me tirait avec lui, et je me laissais faire. Je ne tardais pas à apercevoir Enil :

-Enil ? Ça faisait longtemps ! Comment tu vas ?

Je disais les politesses d'usages, mais mes yeux eux transmettaient un autre message : Merci. Il ne m'avait pas fallut longtemps pour comprendre qu'elle était la "gentille fille", surtout vu comment Kénan me tirai vers elle d'un pas décidé. Lorsque nous nous arrêtâmes, je dégageais doucement ma main de celle de mon petit frère pour placer mes deux bras sur ses épaules et le serrer de nouveau contre moi ce qui lui arracha un petit rire joyeux. J’adressais de nouveau un sourire à Enil. Cette fois-ci, mes sentiments n'étaient pas du tout ambigus. J'étais juste heureuse :

-Il n'a pas été trop désagréable ?

Je me doutais que la réponse était non. Mais je voulais être sûre qu'il n'ai pas utilisé son pouvoir plusieurs fois.


Je parle en français en italique

avatar
Gwendoline Arget

Fiche perso'
Infos:
Où me trouver:
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: You promised me... But you're not here. Why ? [Libre]

Message par Enil le Lun 4 Sep - 19:08

" C'est vrai ? Je m’appelle Kénan. Kénan Arget, et je cherche ma grande sœur. Est-ce-que tu la connais ? "

Arget ? Il ne me semblait pas connaître ce nom de famille. Pourtant, le prénom, lui, me disait quelque chose. Kénan... J'étais sûre d'avoir déjà entendu ce prénom quelque part. Allez, réfléchi ! Tu n'as pas pu rencontrer tant de gens que ça qui avait un petit frère dans cette Académie, ce n'était pas possible. Attends une seconde... Réfléchis calmement, tu vas trouver.

Kénan... Une grande sœur...

J'eus un flash. Gwendoline ! Ce petit garçon aux cheveux devait être le petit frère dont elle m'avait parlé lors de notre première rencontre. Mais je ne pouvais pas en être sûre sans avoir demandé au petit. Après tout, je pouvais toujours me tromper et faire fausse route.

Je reportai mon attention sur l'enfant qui commençait à se calmer, ce qui fit apparaître l'ombre d'un sourire sur mon visage.

" - Mais oui, on va la retrouver. Mais, dis-moi, ta grande sœur ne s'appel-
- Grande soeur ! "

J'eus à peine le temps de réaliser ce qu'il se passait que Kénan se releva si vite que j'en eus le tournis en le suivant mécaniquement du regard et qu'il se précipita vers une jeune fille aux cheveux d'un joli blond clair. Celle-ci n'avait pas dû le remarquer plus tôt car elle mit quelques secondes avant de le serrer à son tour dans ses bras. Il me sembla voir quelques larmes couler. Même sans voir leurs ondes, j'aurais pu deviner que le petit était heureux et que sa grande sœur l'était également, cependant celle-ci semblait aussi ressentir une sorte de soulagement ou d'apaisement. Elle avait dû beaucoup s'en faire pour lui. Puis Kénan prit la main de la blonde commença à la tirer vers son sac et moi. J'étais presque heureuse de ne pas avoir été oubliée dans cette histoire. En même temps de la tirer, il lui parlait tellement vite en mêlant les deux langues que je lui connaissais que j'avais du mal à intégrer ce qu'il disait. La jeune fille aux yeux verts paraissait être habituée à ce genre de comportement et lui dit simplement de se calmer en riant légèrement. Elle évoqua aussi une potentielle bêtise qu'il avait faite. Etait-ce lui qui avait fait tomber cette autre élève tout à l'heure ? Je ne pus en savoir plus car ils ne s'attardèrent pas sur le sujet.

Un sourire complet vint illuminé mon visage en les voyant. J'avais eu raison, Kénan était bien le petit frère pour lequel Gwendoline s'était tant inquiétée, mais ce n'était pas ce qui me rendait heureuse. C'était véritablement touchant de voir cette scène.

Puis la jeune fille me remarqua après quelques minutes.

"-Enil ? Ça faisait longtemps ! Comment tu vas ?
- Coucou Gwendoline ! Ça va et je suppose qu'avec ces retrouvailles, toi aussi !"

Sa bouche avait beau m'avoir dit quelque chose, ses yeux m'en disait une autre. Ils me remerciaient. J'en eus le cœur serré. Au fond, je n'avais rien fait. Peut-être en aurais-je été incapable ? Mais ils s'étaient retrouvés alors tout allait bien, non ? Pourquoi me sentais-je comme cela alors ? Je soupirai mentalement avant de me reprendre en entendant le bleu rire joyeusement suite à un câlin de sa sœur. Ils étaient juste heureux. Les courbes dansaient joyeusement dans de belles couleurs chaudes et fraternelles.

"-Il n'a pas été trop désagréable ?
- Absolument pas ! Je crois que tu lui as juste beaucoup manqué mais à part ça... Il a vraiment l'air adorable !, dis-je en lançant un regard à Kénan, et puis se sera sûrement mieux pour vous maintenant qu'il est élève ici... heu... tu es bien élève ici, hein ?"

Je me rendis compte que je lui avais pas réellement demandé mais je ne voyais pas réellement d'autre raison à sa présence ici. A moins qu'il ait cherché à retrouver sa sœur en dépit d'une certaine interdiction de venir ici sans y être invité, il n'y avait pas d'autre explication. Je fixai chaleureusement le garçon aux cheveux bleu en attendant une confirmation de sa part. Plus je le regardais, plus je compris pourquoi je me sentais aussi mal. Une pensée avait fleuri dans ma tête en le voyant rire avec Gwendoline et elle refit surface.

J'aurais tellement aimé réellement avoir une petite sœur... Mais je ne pourrai jamais. Plus maintenant. Si eux, leurs pouvoirs les rapprochent, le mien m'éloigne d'elle. Pour toujours.
avatar
Enil

Fiche perso'
Infos:
Où me trouver:
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: You promised me... But you're not here. Why ? [Libre]

Message par Gabrielle Defage le Lun 4 Sep - 21:09

Et Septembre est déjà là... Qu'est ce qu'il est venu vite. J'ai l'impression que je suis arrivée à l'académie il n'y a que quelques jours. Je n'ai pas vu passé l'été, ses couleurs chatoyantes et son écrasantes chaleurs. C'est déjà l'heure de ressortir le manteau, de marcher sur les feuilles mortes, et de laisser retomber la pression qu'engendre toute cette chaleur. Enfin, même si de fortes pluies sont en prévisions pour plus tard dans le mois, le soleil d'aujourd'hui semble rendre un ultime hommage au magnifique été qui viens de passer, en éclatant bien haut et fort dans l'azur tranquille du ciel. On pourrait se croire au beau milieu du mois de Juillet, si seulement ces quelques petits nuages ne roulaient pas à l'horizon, avide du bleu si pur qui s'allonge au dessus de nos tête, et si cette petite brise qui file entre nos doigts n'amenait pas la fraîcheur de l'automne. Même si le soleil tient à rester bien accroché dans son ciel céruléen, il ne tardera pas à être recouvert par les tristes nuages larmoyants de la saison des feuilles mortes. Le cycle des saisons est une bien triste fatalité.

Pour profiter des derniers battements cobalts du ciel, je passe mon temps libre dehors. Même si je préfère l'automne à l'été, qui selon moi est bien plus poétique, je suis aujourd'hui  quelque peu mélancolique à l'idée que Septembre soit là. Je pense surtout à mes élèves, de l'autre côté de la Manche, qui préparent la rentrée, dans quelques jours. Certains ne savent peut être pas que je suis partie. Je ne sais pas si cela leur fait vraiment de la peine. Après tout, je suis une professeure. Peut être qu'ils se réjouissent de ne pas avoir Mlle Defage, cette année. Peut être qu'ils espèrent tomber sur un enseignant moins strict que moi, même si je n'ai pas vraiment l'impression de l'être. Malgré cela, j'ai toujours envie de les revoir. J'ai toujours envie de revoir ce petit collège de campagne bourgeonner dans les brumes matinales, subir le froid et le chaud, le vent et le calme. Cette mélancolie, et cette nostalgie se confondent avec l'automne. J'ai l'impression que tant que la saison n'est pas là, je peux encore tout arrêter, dire que tout ça, ce n'était pas vrai, et recommencer ma banale vie d'enseignante. J'ai l'impression que dés que la demi-saison arrivera, j'aurais atteint un point de non retour, et que j'aurais signé à l'encre indélébile le contrat de mon futur incertain. Septembre annonce le préambule de ce chaos d'incertitude, de nostalgie et de regret. Et Septembre est déjà là...

Ainsi, je marche tranquillement dans les jardins, complètement enfermée dans mes pensées. J'essaie d'imaginer ce que sont devenus mes élèves pendant l'été, et je songe à leur écrire une lettre, simple et courte, pour leur dire que je ne les oublie pas. Mais alors que je marche, je remarque une scène étonnante. Gwendoline Arget, la jeune femme blonde et pétillante de vie qui a participé à mon cours facultatif, est dans les bras d'un charmant petit bout d'homme aux cheveux bleus. Le regard du jeune homme semble noyé dans une joie éclatante, mais quelques rougeurs indique qu'il a récemment pleuré. Malgré tout ces obstacles, je remarque au fond de sa pupille le même éclat pétillant que dans celle de Gwendoline. La ressemblance est frappante, il est probablement de sa famille. Une jeune fille sur le côté semble les regarder, et au fur et à mesure que je m'approche, je discerne également une profond sentiment dans ses yeux. Néanmoins, il est beaucoup plus discret que la joie du jeune homme. C'est un nuage de tristesse, nervuré de nostalgie, de mélancolie, et peut être d'un soupçon de jalousie.

Une fois ma lecture de visage terminée, je m'avance d'un pas plus franc vers eux. Je remarque qu'une valise repose aux pieds du garçonnet. Ce doit donc être un nouveau venu. Mais je n'ai pas le temps pour des interprétation. Je glisse ma main dans la poche de mon pantalon, pour en sortir un papillon de papier. Je l'ai fait plus tôt, ce matin, assise sur un banc du jardin de l'académie. Je crois que c'est une belle réussite, mais ce n'est pas surprenant. Ça fais des mois que je fabrique des papillons en papier. Je pourrais presque en faire les yeux fermés. Après ça, j'utilise mon pouvoir sur ma création pour la faire léviter jusqu'au nouvel arrivant. La papillon fini par se poser le la tête du jeune homme, et j'arrive tout sourire vers les trois élèves.

"Des retrouvailles très émouvantes, c'est touchant."

Je sourit sincèrement, puis je continue ma présentation.

" Je me présente, Mlle Defage, professeure de littérature dans l'académie Tsuki."

Je tourne ensuite mon regard vers Gwendoline :

"Bonjour Gwendoline. Heureuse de te voir en forme."

Puis je me tourne vers le garçon, et lui annonce avec un sourire :

"Quant à toi, je te souhaite la bienvenue à l'académie Tsuki !"
avatar
Gabrielle Defage

Fiche perso'
Infos:
Où me trouver:
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: You promised me... But you're not here. Why ? [Libre]

Message par Kénan Arget le Mar 5 Sep - 17:38

- Absolument pas ! Je crois que tu lui as juste beaucoup manqué mais à part ça... Il a vraiment l'air adorable ! Et puis se sera sûrement mieux pour vous maintenant qu'il est élève ici... heu... tu es bien élève ici, hein ?"

Il n'avait pas écouté le début de la conversation, mais il entendu la question. Il hocha la tête de haut en bas. Il se retourna vers sa sœur avec un sourire taquin et lui souffla :

-J'ai un peu mal à la tête...

Elle roula des yeux en disant :

-Bah oui gros bêta ! Si t'avais pas fait ta blague nounouille, ça irais mieux. Tu ne peux t'en prendre qu'à toi.

Il le faisait exprès pour l'embêter. Sa migraine, il n'en avait rien à faire, mais c'était rigolo de le dire, parce que Gwen' répondait toujours la même chose à quelques mots près. D'un seul coup, il aperçoit un grand papillon qui avance vers lui. Puis il se pose sur sa tête :

-Regardez ! J'ai un papillon sur la tête ! Oh c'est du papier !

Il éclate d'un rire cristallin en attrapant le morceau de papier plié. Puis il voit une grande dame blonde qui s'approche d'eux avec un sourire.

-Des retrouvailles très émouvantes, c'est touchant. Je me présente, Mlle Defage, professeure de littérature dans l'académie Tsuki. Bonjour Gwendoline. Heureuse de te voir en forme. Quant à toi, je te souhaite la bienvenue à l'académie Tsuki !

Son regard alterne entre toutes les personnes présentes autour de lui. Sa sœur les connaissais ? Il répondit à la dame... Melle Defage d'une voix joyeuse :

-Merci !

Puis il se tourna une nouvelle fois vers sa sœur, et pensant qu'on ne l'entendrai pas, ou plutôt qu'on ne le comprendrait pas, car les deux langues lui étaient tellement familières qu'il ne se rendait plus vraiment compte dans laquelle on lui parlait, il lui dit :

-Litté... quoi ? Tu connais plein de gens ici...

-Littérature. En rapport avec les livres quoi.

Par contre, il avait une mauvaise nouvelle à lui annoncer. Pas grave, mais ça l'embêtait. Et il savait ce que Gwen allait lui dire. Il s'avança vers son sac à dos, un peu moins allègrement. Il l'ouvrit, et en sortis sa gourmette, brisée. Une simple gourmette argentée, avec son prénom, d'un côté, et sa date de naissance de l'autre. Le fermoir avait cassé, car il s'était accroché dans une branche. Il la tendis à sa sœur sans un mot :

-Mais c'est pas vrai ! Kénan ! Tu pouvais pas faire attention ?

Elle avait dit ça sur un ton un peu agacé, mais surtout peiné et déçu. Il le savait, elle ne voulais pas le gronder, mais il ne lui restait plus que ça. Il y tenait beaucoup. Autant qu'elle elle tenait à son collier. D'une voix peinée il répondit :

-Je voulais pas, j'ai pas fait exprès... En plus il y avait les méchants monsieur pas loin...

Elle le prit une nouvelle fois dans ses bras. Il ressentais ses interrogation, mais il ne voulait pas en parler, pas maintenant... Et lui avait bien besoin de réconfort, alors il ne dit rien de plus et se contenta de l'enlacer.
avatar
Kénan Arget

Fiche perso'
Infos:
Où me trouver:
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: You promised me... But you're not here. Why ? [Libre]

Message par Gwendoline Arget le Mar 5 Sep - 21:20

- Coucou Gwendoline ! Ça va et je suppose qu'avec ces retrouvailles, toi aussi !

Oh que oui ! Mon petit frère se retourna vers moi, avec le sourire que je reconnaissais  pour être celui qu'il me réservait lorsqu'il voulait me taquiner :

-J'ai un peu mal à la tête...

Ce à quoi je ne pu m'empêcher de lui répondre :

-Bah oui gros bêta ! Si t'avais pas fait ta blague nounouille, ça irais mieux. Tu ne peux t'en prendre qu'à toi.

Je regardais Enil, et m'étonnais de la voir ainsi. Non pas que je m’attendais à ce qu'elle saute partout, c'est mon frère qui faisait ça, mais j'avais l'impression que quelque chose la tracassais. Puisque le petit ne faisait pas attention je lançais doucement :

-T'es sûre que tout va bien ?

J'étais repassées à l'anglais, non pas que ça change grand-chose si mon frère écoutais, mais curieusement, il était plus attentif quand on parlait français que quand on parlait anglais. Je la regardais, mais fus tirée de mes pensées quand le petit s'exclama :

-Regardez ! J'ai un papillon sur la tête ! Oh c'est du papier !

Effectivement, il avait raison, un papillon en origami avait volé jusque sur le haut de son crâne. Je ne pus réprimer un sourire, sa spontanéité m'avais toujours amusée. Je me tournais vers la nouvelle arrivante et lui rendis son salut. La prof de français... Enfin littérature comme elle l'avait précisé. Bien sûr Kénan ne connaissait pas ce mot, comme par hasard. Je lui expliquais de façon rapide, il m'avait posé la question à moi, comme si la prof n'étais pas capable de lui fournir une réponse. Pour l'instant, tout allait bien, il n'avait pas fait de gaffe. Je savais que dès qu'il allait lui adresser la parole, il allait la tutoyer. En anglais il y a 0 différences, mais en français... D'un coup, il repartit à son sac, pour revenir me tendre sa gourmette, dont le fermoir était cassé. Oh non... Je ne pus m'empêcher de m'exclamer :

-Mais c'est pas vrai ! Kénan ! Tu pouvais pas faire attention ?

Je savais que s'il me la donnais, c'était parce qu’il espérait que je puisse la réparer, mais j'en étais incapable. Il me dis d'une voix triste :

-Je voulais pas, j'ai pas fait exprès... En plus il y avait les méchants monsieur pas loin...

Je le serrais instantanément dans mes bras. Ces salauds pouvaient pas nous foutre la paix à un moment ? Je ne comprenais pas ce qu'ils avaient après nous. On avait des pouvoirs, et alors ? Des interrogations naissaient dans ma tête : Est-ce qu'ils l'avaient approché ? Blessé ? Je savais qu'ils avaient fait quelque chose, mais quoi ? Son charabia de tout à l'heure me revins en mémoire et un mot se mit à tourbillonner dans ma tête : morte... Ce que j'avais voulu lui éviter durant des années était finalement arrivé. Il avait vu quelqu'un mourir. Par réflexe, j'avais toujours réussit à l'éloigner, ou à lui cacher les yeux. Jamais il n'avait vu la mort en face... Mais maintenant, c'était différent. Je n'avais pas été là, et il avait vécut ça. Je commençais à tout remettre en question, ma venue ici, le semblant de paix que j'avais trouvé, ... Je n'avais pas réussit à le protéger... Je levais un regard un peu déboussolé sur les deux personnes présentes, ne sachant ni quoi dire, ni quoi faire, à part serrer mon petit frère dans mes bras. Je supposais qu'Enil avait dû comprendre de qui avait parlé Kénan, mais pas la prof... Je ne savais pas comment gérer la situation.. Mes émotions avaient instantanément changées, de joie pure j'étais passée à une froide colère, mêlée d'incompréhension.


Je parle en français en italique

avatar
Gwendoline Arget

Fiche perso'
Infos:
Où me trouver:
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: You promised me... But you're not here. Why ? [Libre]

Message par Enil le Mer 6 Sep - 16:06

Kénan hocha simplement la tête pour me répondre mais cela me suffit amplement. Il allait pouvoir rester avec sa sœur. Celle-ci me reposa d'ailleurs la même question qu'à son arrivée mais cette fois-ci elle paraissait plus sceptique quant à la réponse qu'elle allait recevoir.

" - T'es sûre que tout va bien ?
- Je rélféchissais juste à quelque chose ne t'inquiète pas."

Je lui offris également un nouveau sourire afin de la rassurer. Gwendoline venait à peine de retrouver son petit frère, je n'allais pas lui gâcher ce moment à cause d'une crise de nostalgie. Même si je devais avouer que j'aurais bien aimé être à sa place. Moi, jalouse ? A quoi bon m'en faire la réflexion ? Je ne pouvais pas changer les choses malgré que je l'aurais voulu.

Je sursautai légèrement de surprise en entendant Kénan s'écrier :

" - Regardez ! J'ai un papillon sur la tête ! Oh c'est du papier !
- Il est super joli ce papillon !"


Je ne me posai pas réellement la question de comment pouvait-il bouger tout en étant fait de papier, la réponse en était presque évidente mais il fallait admettre qu'il était particulièrement bien réalisé. Je fixai le papillon de papier jusqu'à ce qu'une autre voix nous parvint me faisant relever les yeux vers sa propriétaire.

" Des retrouvailles très émouvantes, c'est touchant. Je me présente, Mlle Defage, professeure de littérature dans l'académie Tsuki. Bonjour Gwendoline. Heureuse de te voir en forme. Quant à toi, je te souhaite la bienvenue à l'académie Tsuki !"

Cette dame était vraiment belle avec ses cheveux blonds, sa taille fine et ses yeux bruns. Elle garde pourtant un regard un peu froid et distant mais ça ne la rend pas moins élégante pour autant. Je la salue poliment en soufflant un petit "bonjour". Je ne la connaissais pas, ni personnellement ni en tant que professeur, je ne savais donc pas réellement comment me comporter avec Mlle Defage.

" C'est vous qui avez fait ce papillon ?Il est magnifique en tout cas. "

Ma langue, elle, n'avait pas l'air d'être gênée par ce fait et je me la mordis doucement comme pour empêche d'autres mots d'aller plus vite que ma pensée. Ne pas parler sans réfléchir, ce n'était pas si compliqué, si ?

Pendant que je posais ma question à l'enseignante, j'entendais vaguement le petit aux cheveux bleus et la jeune fille blonde parler et se chamailler fraternellement d'une manière sincèrement adorable. Je ne faisais pas complètement attention à ce qu'ils disaient mais fus assez intéressée lorsque le plus petit finit par s'avancer vers son sac, jusque-là abandonné. Il en sortit quelque chose qu'il tendit à Gwendoline. Il était beaucoup plus triste qu'à l'instant où il avait aperçu et retrouvé sa sœur. Les émotions de cette dernière semblèrent également changé du tout au tout.

" -Mais c'est pas vrai ! Kénan ! Tu pouvais pas faire attention ?
- Je voulais pas, j'ai pas fait exprès... En plus il y avait les méchants monsieur pas loin...
"

Pendant que la grande prit son petit frère dans ses bras, je m'approchai d'un pas pour voir ce l'objet qui avait sans doute un lien avec ce changement soudain. Je plissai simplement les yeux en entendant le petit parler de "les méchants monsieur"... Je me souvenais que Gwendoline m'avait expliqué qu'un jour des personnes étaient arrivées chez eux et avaient tué son père. Elle et son frère avaient réussi à s'en sortir grâce à leur mère apparemment disparu. Se pourrait-il qu'il s'agisse des mêmes personnes ?

Dans une main, je vis une simple gourmette d'argent dont le fermoir était cassé. Elle devait être importante pour les deux frère et sœur pour que l'aînée se mette dans un tel état en la voyant et en évoquant ce qu'il s'était passé. Ses émotions en étaient toutes chamboulées ! Plus aucune once de joie n'était perceptible. Dans les vagues colorées, tout n'était que colère et incompréhension. Sombres, tristes et froides, voilà à quoi ressemblaient les ondes ayant été si belles il y avait encore quelques secondes. Je lançai un nouveau regard au plus petit qui ne semblait toujours pas avoir retrouvé une quelconque ombre de sentiment joyeux. Je soupirai légèrement en voyant le regard de Gwendoline levé vers Mlle Defage et moi. Si Kénan aurait seulement cassé sa gourmette, tout aurait été beaucoup plus simple. J'aurais peut-être même pu lui faire un minimum de morale mais là ça m'était impossible. Et je ne pouvais certainement pas lui en vouloir pour quoi que se soit. Ni parce qu'il avait abîmé un si joli bijou, ni parce qu'il avait eu la chance de retrouver sa sœur. Dans un cas comme un autre, il n'était responsable de rien.

Je pris sur moi pour ne pas avoir un ton agacé avant de désigner le fermoir cassé du bijou.

" Hum... Tu sais ce genre de choses, ça se répare assez facilement. Si le fermoir est juste coincé, il suffit de quelques réglages pour le remettre en état mais s'il est complètement cassé, je peux le changer si tu veux. "
avatar
Enil

Fiche perso'
Infos:
Où me trouver:
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: You promised me... But you're not here. Why ? [Libre]

Message par Gabrielle Defage le Ven 15 Sep - 23:01

Le garçonnet ne tarde pas à remarquer mon papillon de papier. Il s'exclame en français, ce qui me surprends un peu sur le coup :

" - Regardez ! J'ai un papillon sur la tête ! Oh c'est du papier ! "

Je souris, plutôt fier de mon arrivée et contente d'avoir fait sourire le garçon. Sa sœur lui répond en français, mais je n'y prête pas attention, leur laissant un peu d'intimité. Je me concentre un peu plus sur l'autre fille, toujours autant à l'écart. La pauvre me fait un peu de peine. Je n'arrive pas à décrypter son regard, une brume semble s'être déposée sur ses iris. Quelle étrangeté... Lorsqu'elle me voit, elle me glisse un timide bonjour, et enchaîne :

" C'est vous qui avez fait ce papillon ?Il est magnifique en tout cas. "

"Oui, c'est moi, merci beaucoup."

Je lui accorde un bref sourire, avant de reporter mon attention sur Gwendoline et son frère. Ce dernier est partit chercher une sorte de montre, et annonce à sa soeur qu'elle est cassée. Celle ci semble profondément déçue, mais ce qui me choque le plus c'est ce que rétorque le garçon :

"Je voulais pas, j'ai pas fait exprès... En plus il y avait les méchants monsieur pas loin..."

Il y a milles raisons pour lesquelles cette phrase me touche. Déjà, l'évocation des "méchants monsieur". Une simplification enfantine, deux mot aussi simples et banales soient ils. Et pourtant, je leur trouve une profondeur absolument terrifiante. Des méchants monsieurs, est ce qu'il veut dire par là que des gens lui veulent du mal ? Mais qui diable voudrait faire du mal à un pauvre enfant d'un dizaine d'année ? Où sont ses parents ? Ne me dites pas qu'il vit tout seul depuis que Gwendoline à rejoint l'académie ? Il avait quelqu'un d'autre, non ? Au moins un orphelinat. Mais même si c'était le cas, jamais Gwendoline ne le laisserait seul, si ? Ce garçon m'intrigue. Son passé m'inquiète.

Pendant ma réfléxion, l'autre fille au regard brumeux s'est rapprochée. Mais elle ne semble pas plus préoccupée par les paroles du garçon que par l'état de sa montre. La profonde déception de la soeur quand elle a vu cette montre me revient en tête. C'est surement quelque chose de précieux pour eux, qui symbolise leur lien. Peut être un cadeau de Gwendoline, pour qu'il pense qu'elle est toujours avec lui... Je n'arrive pas à accepter que Gwendoline ait pu abandonné son frère. Je doit rater quelque chose... Mais quoi ? Je dois mener mon enquête... Avec subtilité.

"Dis moi mon garçon, tu arrives bien de France ? Qui est ce qui t'as accompagné jusqu'ici ?"

Bon, niveau subtilité, on a vu mieux. Néanmoins, c'est un bon premier pas pour mon enquête. J'ai simplement peur que Gwendoline ne me fasse pas confiance, et décide d'éloigner son frère de moi. Dans ce cas, je serais obligée d'y aller un peu plus fort pour découvrir la vérité... Enfin, peut être que mon esprit romance. Peut être que mon esprit de lectrice de polar me souffle qu'un mystère se cache derrière tout. Je tire des conclusions hâtives, peut être. peut que les les méchants monsieurs ne sont que de simple hommes un peu menaçant, exagéré par l'esprit jeune du garçonnet.... Peut être...
avatar
Gabrielle Defage

Fiche perso'
Infos:
Où me trouver:
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: You promised me... But you're not here. Why ? [Libre]

Message par Kénan Arget le Dim 17 Sep - 21:51

-Hum... Tu sais ce genre de choses, ça se répare assez facilement. Si le fermoir est juste coincé, il suffit de quelques réglages pour le remettre en état mais s'il est complètement cassé, je peux le changer si tu veux.

A ces mots, le regard du petit garçon s'illumina d'un seul coup. Il avait cette facilité de passer d'une émotion à l'autre que sa sœur enviais un peu parfois. Il s'exclama en se jetant soudainement sur Enil pour lui faire un câlin. Maintenant qu'il savait que son précieux bracelet n'était pas cassé pour toujours, il était redevenu aussi joyeux qu'avant :

-C'est vrai ? Merci !

La professeur de livres (vive les simplifications des enfants !) lui posa à son tour une question qui le fit tiquer :

-Dis moi mon garçon, tu arrives bien de France ? Qui est ce qui t'as accompagné jusqu'ici ?

Pourquoi elle voulait savoir qui l'avait accompagné ? Ah non ! Après, elle allait gronder Gwen. Et lui il faisait tout ce qu'il pouvait pour protéger sa sœur. Il répondit donc d'une voix qu'il voulait étonné :

-Bah non ! J'étais en Angleterre ! Ça fait longtemps qu'on a pas été en France !

C'était la vérité. Sa voix était sincère, mais on pouvait sentir une certaine hésitation, dû au fait qu'il était consciemment passé à côté de la seconde question à savoir avec qui il était venu. Il était venu seul bien sûr, mais elle n'avait pas besoin de le savoir. Sa sœur fit diversion en lui proposant d'aller aux dortoirs. Trop content d'échapper à cette dame, il ne se fit pas prier et fourra sa lettre entre les mains de sa sœur et prit en courant la direction qu'elle lui indiquait. Arrivé devant le bâtiment Émeraude, il attendis les trois femmes en trépignant. Sa sœur lui tendit son sac qu'il avait oublié en lui donnant les indications pour trouver sa chambre.

Une fois rentré dans sa chambre, il la détailla du regard, puis il posa son sac, sortis un papier et un stylo et écrivis de façon appliqué en français :

Melle Defage,
Vous ne savez rien, alors ne jugez pas ma sœur s'il-vous-plaît.

Il avait noté ça sur un coup de tête. Il redescendit, allégé de son sac, et passant près de la professeur, il lui mit le papier chiffonné dans la main de façon discrète et lança :

-Alors on va où ?
avatar
Kénan Arget

Fiche perso'
Infos:
Où me trouver:
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: You promised me... But you're not here. Why ? [Libre]

Message par Gwendoline Arget le Mer 20 Sep - 22:05

- Je réfléchissais juste à quelque chose ne t'inquiète pas.

Je jetais un regard peu convaincu à la jeune fille, mais n'insistais pas. Si elle ne souhaitait pas en parler, libre à elle. Elle dit ensuite quelque chose à propos de la gourmette de mon frère et celui-ci redevint soudainement plus joyeux. Il lui sauta même dessus pour lui faire un câlin. J'esquissais un sourire. Sa spontanéité m'étonnerais toujours. Mlle Defage pris à son tour la parole :

-Dis moi mon garçon, tu arrives bien de France ? Qui est ce qui t'as accompagné jusqu'ici ?

Je me raidis. Je sentais toutes les interrogations se bousculant derrière cette question banale. Le petit répondis d'une voix faussement étonnée, mais bizarrement bien contrefaite comparé à d'habitude.

-Bah non ! J'étais en Angleterre ! Ça fait longtemps qu'on a pas été en France !

Alors le chenapan m'avais suivis jusqu'en Angleterre pour survivre et faire son chemin ensuite. J'étais frustré qu'il ait été aussi près de moi et que jamais nous ne nous sommes vus pour des raisons évidentes de sécurité, et aussi parce que j'ignorais simplement où il était. Il aurait aussi pu être à l'autre bout de l'Europe.

-Tu ne voudrais pas aller poser tes affaires dans ton dortoir ?

Ni une ni deux une lettre atterrit dans mes mains, et après l'avoir rapidement consultée je tendais mon bras vers le bâtiment Émeraude que l'on apercevais plus loin. Il se précipita dans cette direction, en oubliant son sac. J'allais le prendre à sa place en soupirant, un léger sourire aux lèvres. Il reprenait déjà ses vieilles habitudes. Je fis signes aux de autres qu'elles pouvaient me suivre si elles le voulaient. Avec un regard un peu appuyé à la prof. Je ne savais pas ce que j'allais lui dire, ni même si j'allais dire quelque chose, mais, étant une Diamant, elle pouvait exiger que l'on réponde à ses questions. Une fois le petit engouffré dans le bâtiment après avoir reçu les instructions nécessaires pour trouver sa chambre, je dis à la prof d'une voix blasée qu'elle aurait pu trouver provocatrice :

-On a plus de parents, et j'ai toujours fait au mieux avec les éléments que j'avais et les différentes contraintes. Je n'aime pas en parler, et encore moins devant lui. Vous voulez savoir quoi ?

Qu'elle me réponde ou non, je n’eus pas le temps d'ajouter quoi que ce soit que le gamin était redescendu et demandais :

-Alors on va où ?

Je souris en haussant les épaules. Je n'en avait aucune idée. La seule chose, c'était que je ne voulais pas le quitter.

-Je sais pas. Ça te dirais d'aller au terrain d'entraînement. Il y a un terrain de foot là-bas.

Pas qu'il sache jouer au foot, ou qu'il aime ça, il n'avait jamais pu s'adonner à un sport, mais au moins là-bas, il pourrait jouer sans bousculer trop de gens. Nous nous mîmes en route une nouvelle fois, Kénan ouvrant toujours la marche. De cette façon, je pourrais si besoin répondre si il le fallait


Je parle en français en italique

avatar
Gwendoline Arget

Fiche perso'
Infos:
Où me trouver:
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: You promised me... But you're not here. Why ? [Libre]

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum