Olympus Project
FORUM EN PAUSE

Bonjour à toi !
Le forum est en pause pour une durée indéterminée. Il n'y a donc plus de staff pour valider les fiches, faire tourner la boutique et faire des évènements, etc.
N'hésitez pas à revenir dans quelques jours prendre des nouvelles ! En attendant, vous êtes les bienvenus pour papoter dans la section hors-jeu !
(Luna)

Cours de psycho : stéréotypes et préjugés

Page 2 sur 3 Précédent  1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Cours de psycho : stéréotypes et préjugés

Message par Neith Selkis le Ven 11 Aoû 2017, 11:55

Rappel du premier message :

Neith entamait une nouvelle journée de cours, elle avait posté une annonce sur le tableau principal et comme d'habitude les inscriptions ne s'étaient pas faites attendre. Cela avait été tellement rapide qu'elle n'avait pas encore finalisé son cours, surtout pour Hideki qui l'avait obligée à s'enregistrer toute la nuit. Du coup, elle ne respirait pas le repos en cette matinée. Elle sortit difficilement de son lit pour se préparer convenablement. Elle enfila sa veste habituelle, un peu clinquante mais c'était ça préférée.

Une bonne dose de café plus tard elle se dirigea vers l'académie se demandant comment seraient ses nouveaux élèves. Elle connaissait Hideki, complètement invisible de tout le cours contrairement à Noa qui n'hésitait pas à prendre la parole, le reste lui était inconnu. Elle ramassa ses affaires en salle des profs avant de rejoindre la salle de classe. Comme à son habitude elle arrivait en avance, avec son petit café, dieu sait qu'elle en aurait besoin. Regardant les tables parfaitement alignées les unes derrières les autres, elle se souvint de la petite scène de Noa la dernière fois. Autant tout changer maintenant, elle s'attela donc à déplacer toutes les tables pour créer un U. Elle prépara ensuite les fiches qu'elle allait distribuer et inscrivit le titre au tableau : STEREOTYPE ET PREJUGE

Elle s'assit ensuite au bureau, les jambes croisées et attendit qu'arrive ses élèves. Elle saluerait tous ceux qui en ferait de même et est disposée à répondre à des questions avant le début du cours.

Déroulement du cours:
J'attends que tout le monde arrive avant de débuter le cours, je ferai peut-être un post en attendant si l'intervention de mon personnage est nécessaire.

Je vous demanderai de respecter quelques règles pour le cours :

- Vous pouvez faire un post pour poser une question à la prof, je n'autorise que deux questions en même temps, pas une de plus tant qu'elle n'a pas répondu
- Quand la prof pose une question je mettrai le nombre de réponses que j’attends avant de poster la suite, au bout d'une semaine sans atteindre le chiffre je considère que les élèves n'ont pas d'idée et je passerai à la suite (sauf mp de votre par me demandant d'attendre).
- Vous pouvez faire autant de post blabla que vous voulez pour raconter ce que voit votre perso ou ce qu'il fait
- Si ça va trop ou pas assez vite n'hésitez pas à me mp
-De la même façon mp moi si vous voulez des explications irl sur le cours.
avatar
Neith Selkis

Fiche perso'
Infos:
Idéologie Dominante: 2
Exp:
100/100  (100/100)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas


Re: Cours de psycho : stéréotypes et préjugés

Message par Noa le Jeu 24 Aoû 2017, 22:23

Après qu’on eut tous fait part de notre avis la prof nous dona la réponse exacte que je prenais le temps de noté. Je vois que Yasushi ne note rien, dans ce cas je crois bien que je vais prendre notes pour nous deux … S’en suivit une seconde question …Quiet fut d’ailleurs le premier à y répondre … même si je n’ai pas tout compris je crois en avoir saisi l’idée principale …et je suis plutôt d’accord avec lui. A mon tour maintenant.
 
Personnellement je pense que si les stéréotypes sont aussi tenaces et nombreux, c’est pour deux raisons. La première c’est que les stéréotypes aident les personnes ignorantes à faire un choix rapidement alors que temps presse. Comment je pourrais illustrer ça … Le patron d’un magasin cherche une hôtesse de caisse ou une hôtesse d’accueil, il a le choix entre un homme et une femme, même si les deux personnes ont les même qualifications, le patron aura tendance à choisir une femme pour ce poste parce que je ne sais pas la femme est plus douce plus altruiste de meilleurs capacité d’échange ou des conneries dans le genre. Inversement imaginons qu’il cherche un poste de vendeur dans le rayon bricolage ou bbq, il le choix entre un homme et une femme qui ont les même qualifications, machinalement il choisira l’homme parce que (faisant le signe des guillemets avec les doigts) ces choses-là sont des trucs d’homme ! ». Cela dit on ne peut pas vraiment blâmer le patron parce que même les clients ont se genre de réflexions.

La deuxième utilité c’est parce que les gens cherchent à ce rassurer en se plaçant au-dessus des autres. Vous dites que certains préjugés sont positifs, je ne suis pas d’accord j’ai l’impression qu’il dénigre forcément quelqu’un d’autre. Un exemple les hommes sont plus fort que les femmes et les femmes plus intelligentes, autrement dit les femmes sont faibles et les hommes sont cons. Même les préjugés en apparence neutre peuvent être sujets de moqueries. Donc je dirais que les préjugés servent aussi à rassurer les personnes en servant d’arguments pour imposer sa supériorité sur les autres. 


MAIS ! Le tableau n’est pas si noir, il y a bien une troisième utilité à tous ces cliché, c’est qu’ils sont distrayants. Soyons honnêtes 5 minutes nous avons tout déjà fait preuve d’humour en nous servant des stéréotypes, moi-même je suis le premier à faire de l’humour noir et les clichés, les personnes adorent en rire. Il n’y a cas voir les humoriste pour le comprendre ; ils exploitent énormément les préjugés pour composer leurs sketch, eux parmi tant d’autre c’est une sorte de valeur sure, bien utilisé que ce soit avec subtilité ou autodérisions par exemple cela peut même être quelque chose qui rapproche les gens à partir du moment où ils sont capable de rire de soi. Un exemple une fois le mouvement « ni pute ni soumise » je crois qui avait organisé un spectacle sur le thème de l’égalité homme femme. Et bien justement je pense qu’un tel message passe mieux avec l’humour comme canal de communication plutôt qu’un message réprobateur et moralisateur, là les stéréotypes correctement employé peuvent avoir leur utilité en affrontant le feu par le feu. 


a quoi ressemblent mes tentacules:
avatar
Noa

Fiche perso'
Infos:
Idéologie Dominante: 2
Exp:
100/100  (100/100)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Cours de psycho : stéréotypes et préjugés

Message par Neith Selkis le Mar 29 Aoû 2017, 15:36

Avant de lire:
Attention réponse hautement indigeste ! Je suis dispo pour des explications si vous ne comprenez pas tout. Je pense que vous avez matière à poser des questions à la prof, je vous laisse réfléchir. Relisez plusieurs fois avant de répondre.

Pas beaucoup de réponses à cette question, c'était bien dommage. Neith pensait que ses élèves auraientt beaucoup d'a priori sur la question. Peut-être que les trois réponses données englobaient toute l'étendue de leurs croyances. Elle s'intéressa donc aux trois seules réponses qu'elle avait obtenues. Elle laissa Noa répondre avant de s'adresser à Quiet.

"Je vais répondre à ta question après avoir donné la réponse si tu veux bien, j'en aurais besoin pour l'explication."

Elle se redressa et commença à parler.

"Bon je n'ai pas eu autant de réponses que je l'espérais, mais j'imagine que tout à été dit, si vous n'avez rien à ajouter, décortiquons tout ça. Alors, Yasushi nous dit que les stéréotypes servent à s'intégrer, que nous serions influencés par la masse de nos congénères. C'est une hypothèse intéressante, suivre le mouvement on appelle ça le conformisme. Malheureusement ce n'est pas une raison pour utiliser des stéréotypes par soi même, je vais vous expliquer. Le conformisme s'applique à l'image que nous donnons de nous aux autres, donc seulement sur les apparences. Alors oui, le conformisme peut nous contraindre à exprimer un jugement stéréotypé, mais pas à penser de manière stéréotypée. On peut utiliser un stéréotype pour bien se faire voir mais ce n'est pas ça qui fait que notre esprit utilise des stéréotypes automatiquement. C'était cependant une excellente remarque sur le fait que les stéréotypes sont un phénomène de masse, d'autant qu'ils sont partagés par tout le monde et mettent vite tout le monde d'accord.

Ensuite Quiet, ta réponse ne me convient pas pour la simple raison qu'elle est sélective. Nous sommes en psychologie HUMAINE et tu es un humain. Croire que ce que nous étudions ne s'applique pas à soi, c'est de la bêtise pur et dur. Bon passons à ta réponse en elle même. Les stéréotypes servent à rassurer son ignorance. Rien que la tournure de cette phrase montre ton erreur, je vais t'expliquer. Tu parles de se rassurer, pour cela il faut supposer que la personne craint en quelque sorte de ne pas savoir. Hors dans la vrai vie, les gens n'en ont rien à faire de tout savoir sur leur interlocuteur. En fait tu donnes une opinion plus qu'une explication dans cette phrase. Tu penses que l'ignorance est quelque chose de mal et que les autres utilisent des moyens pour le cacher : c'est faux. Par contre la véritable réponse serait plutôt : "les gens utilisent des stéréotypes pour COMBLER leur ignorance". Avec cette phrase tu ne présumes pas des sentiments de 7 milliards d'être humain mais tu donnes une explication rationnelle qui explique le phénomène. Après il reste à savoir si c'est la bonne par l'expérience. C'est comme ça que marche la science.
La suite de ta réponse est un peu du même style, si on y réfléchit déjà elle n'est pas généralisable. Elle est cloisonnée à un groupe de personne mal définit qui utiliseraient les stéréotypes EN PERMANENCE. Du coup tu conviendras que dans l'études de la psychologie humaine c'est un peu petit comme explication. Si on enlève les jugements sur les sentiments des gens et qu'on ne garde que le cœur de ta réponse, il reste cependant une idée intéressante. Nous utilisons les stéréotypes pour ne pas voir au delà du groupe, pour ne pas juger individuellement. Ça c'est une excellente réponse, c'est une explication sur le fonctionnement de l'esprit. il ne faut pas y ajouter une recherche d'un quelconque réconfort, non juste un mode de fonctionnement basique. C'est comme ça que fonctionne la psychologie. Je répond à ta question après Noa.

Noa, pareil que pour Quiet, reprends ta réponse et remplace les "gens ignorants"  par "Nous" s'il te plaît, je ne vais revenir là-dessus. Une fois cela fait ta première proposition est excellente. NOUS utilisons les stéréotypes pour aller plus vite, pour JUGER plus vite. C'est une bonne réponse. Par contre la deuxième est fausse, pourquoi donc ? Eh bien pour commencer tu as utilisé le mot préjugés tout le temps alors que nous parlons de stéréotypes, ce n'est pas la même chose. Ensuite tu me dis qu'il dénigre forcement quelqu'un et tu me donnes un exemple. Cette démarche n'est pas scientifique. Tu contres mon affirmation que les stéréotypes sont positifs et négatifs en me donnant un exemple de stéréotypes négatif. Ce n'est pas parce que UN SEUL est négatif que tous les autres le sont. Par exemple les assistantes sociales sont considérées comme étant attentives, compréhensives et dignes de confiance. Je ne pense pas que ce soit une conception négative de leur travail. Il existe les deux types, c'est une évidence. Nous avons donné des exemples positif et négatifs conclusion : les deux existent; c'est tout simple.
J'ai bien aimé ta dernière remarque, tu te doutes bien que ce n'est pas l'utilité première des stéréotypes mais c'est très original comme réponse j'aime beaucoup.
*Elle sourit*

Elle s'arrêta un moment pour boire un peu d'eau avant de se lancer dans la réponse.

"Avec les corrections que j'ai apporté à vos idées, on finit par trouver la bonne réponse. Les stéréotypes servent à aller plus vite, à faire des économies de pensée. En effet au cours de la journée, notre esprit est soumis à de nombreuses tâches intellectuels, plus ou moins complexes : conduire, parler, calculer, etc ... Le problème c'est que notre cerveau ne peut pas tout gérer en même temps. Il a donc développé deux systèmes de pensée le système 1 et le système 2.

Le système 1 est le mode de pensée rapide. Il est difficilement contrôlable par nature. Il est utilisé pour des actions simples qu'on qualifiera "d'automatiques". Par exemple : lire la colère sur le visage d'une personne, lire un grand panneau, résoudre 2+2, faire une grimace en voyant une image écœurante... Bref toute ses actions se font automatiquement, elles ne peuvent pas être interrompues et ne prennent quasi pas de temps. On peut alors en réaliser plusieurs en même temps et ce en permanence. A l'inverse le système 2 est le domaine de la pensée consciente, il est lent et demande beaucoup d'énergie. Les tâches sont traitées consciemment, par exemple : se concentrer sur la voix d'une personne au milieu d'une foule, rechercher une "femme au cheveux blancs" dans une gare, calculer 14*27. Toutes les actions demandant notre attention sont traitées par le système 2. Dans ce système, la tâche peut être interrompue à tout moment, elle demande un effort et elle ne se cumule pas avec d'autre tâche du système 2. Vous ne pouvez pas conduire et calculer 27*14 tout en réfléchissant au repas de ce soir. C'est l'inconvénient de ce système.

Les stéréotypes sont bien évidemment un outil du système 1, celui qui permet de penser sans consommer de ressource laissant la place à des actions plus gourmandes. Le cerveau est comme un ordinateur, pour traiter quelque chose il a besoin de ressources comme de la mémoire ou d'un processeur. Ces ressources sont appelées : ressources cognitives. L'utilisation de stéréotypes permet d'utiliser un minimum de ressource pour obtenir une impression sur une personne très étoffée. En effet, il suffit de déterminer à quel groupe la personne appartient pour avoir en quelques secondes un catalogue de caractéristiques sur elle. Vous comprenez pourquoi c'est très avantageux du point de vue de la rapidité. Après je ne dis pas que c'est la meilleur façon de procéder, attention !

Les stéréotypes sont donc indispensables pour un être humain équilibré, ils lui permettent de comprendre le monde qui l'entoure et de le simplifier pour que son esprit s'occupe d'autres tâches. Si nous faisions à chaque fois un long processus mentale pour avoir une impression sur la petite mamie qui passe dans la rue nous serions des LÉGUMES. Nous serions incapables de faire autre chose en même temps comme regarder si le feu est vert car notre esprit prendrait trop de temps à savoir comment est cette mamie.

Voilà maintenant je vais te répondre Quiet. Premièrement, il faut bien comprendre que sortir du stéréotype ne rend pas la personne plus intéressante aux yeux de tout le monde, peut être aux tiens mais ne généralise pas. Ensuite, il ne faut pas oublier qu'il n'existe pas q'un seul panier mais des milliers d'autres. Le politicien peut être avocats, médecin, homme, avoir 40 ans, venir du d'Allemagne, avoir eu une enfance difficile, bref les autres paniers ne manquent pas pour schématiser ce personnage singulier. Les leaders n'échappent pas à cette règle, il existe même un panier pour eux, pareil pour les meurtriers et assassins. L'instabilité psychologique ne les rend pas uniques aux yeux du monde. Par contre pour les amis c'est différent. En fait les vrais amis sont ceux qui sont passés par le système 2. Des personnes qui ont piquées notre intérêt et nous ont poussés à en savoir plus sur eux, à passer outre le stéréotype. C'est comme ça que nous fonctionnons, on fait passer les personnes par chaque panier pour voir si il correspond, si c'est le cas on le laisse à l'intérieur et notre jugement est arrêté. Par contre si cette personne attire notre attention et que donc nous avons la motivation à en savoir plus alors nous faisons un jugement personnalisé en fournissant un effort de recherche et de dialogue. Bien sût cette dernière solution est très chronophage et les informations ne sont pas forcement accessible. C'est pourquoi cette méthode est sous-utilisée par rapport au système 1.


"Bien maintenant je vais vous poser la question suivante et vous pourrez me poser des questions pendant que vos camarades réfléchissent. En quoi influent-ils nos jugements ? J'ai déjà pas mal répondu à cette question juste avant mais il y a un élément que j'ai omis. Je vous donnerai un exemple d'expérience pour cette fois." ( 5 réponses + des questions)
avatar
Neith Selkis

Fiche perso'
Infos:
Idéologie Dominante: 2
Exp:
100/100  (100/100)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Cours de psycho : stéréotypes et préjugés

Message par Invité le Mer 30 Aoû 2017, 14:16



Cours de psycho
Stéréotypes & préjugés

Reprenant les réponses que Noa, Quiet et moi avions données, la prof’ me fit comprendre que ce que j’avais vécu n’était pas ce qui faisait le plus utiliser les préjugés. Le « conformisme » … je ne comprenais pas très bien en quoi les préjugés n’étaient pas utilisés là-dedans. Après tout, le fait que les enfants vivants dans la rue étaient tous des délinquants était bien une image désignant un groupe de personnes partagés par… tous sauf les personnes concernées, c’est inexact et ça perdure même quand on prouve le contraire. Alors… qu’est-ce qui n’allait pas avec ma réponse ?

Finalement, après avoir répondu à tout le monde, elle nous fit part du fait que les stéréotypes étaient là pour éviter de trop nous faire réfléchir, pour nous permettre de ne pas rester inactifs trop longtemps entre autres. Je ne comprenais pas ce concept. Après tout, malgré tous les stéréotypes du monde il était des personnes qui ne s’y tenaient pas, préférant se faire des avis différents. Du coup, j’attendis que la prof ait terminé et ait posé sa question avant de lever ma main rapidement pour poser la mienne :

- Madame, pourriez-vous me donner un exemple de stéréotype qui ne soit pas altéré par un jugement quelconque et que tout le monde serait en mesure d’utiliser malgré tout ce qu’il aurait pu vivre ? Parce que vous m’avez répondu que le conformisme amène à donner des jugements stéréotypés, mais tout le monde ne le fait pas. Tout le monde ne prête pas la même attention aux mêmes choses et tout le monde n’a pas le même jugement. Du coup, j’en viens tout simplement pas à comprendre le concept de stéréotype. Alors, à moins que je sois particulièrement bête, j’aimerais une base sur laquelle m’appuyer pour mieux le visualiser.

Je savais pertinemment que je ne répondais pas à la question, mais cela m’était impossible de le faire en bonne et due forme. Pas sans comprendre les explications données. Déjà, j’avais le problème concernant mon fait réel. Ensuite, j’avais celui qui consistait à trouver un stéréotype vraiment utilisé par tous, même par moi-même. Après tout, à moins qu’elle ne me prouve le contraire, pour moi utiliser un stéréotype c’est utiliser un jugement « accepté par tous ». Rien que cette pensée ne me plaisait pas, que ce soit humain ou non.

(c) Rin sur Epicode

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: Cours de psycho : stéréotypes et préjugés

Message par Neith Selkis le Mer 30 Aoû 2017, 17:22

Comme Neith s'y attendait, ses longues explications en laissaient plus d'un perplexe, rien de bien étonnant. Le premier à l'interroger fut Yasushi. Il voulait savoir si il existait un stéréotype qu'absolument tout le monde utilisait. c'était une question qui était impossible de satisfaire, pour la simple raison qu'on avait pas les moyens matériels de demander à chaque personne en permanence quels stéréotypes ils utilisent. De toute façon, on pouvait critiquer l'existence même d'un stéréotype comme ça. elle réfléchit à comment elle allait répondre à cette question puis se lança.

"Je vais être claire, tous les stéréotypes sont comme tu l'as décris. Tous le monde les possède même ceux qui ne les aiment pas. Ils sont capables de les reconnaître sinon comment feraient-ils pour les détester ? Le stéréotype sert à une chose : nous permettre d'avoir un avis en cas de manque d'information ou de temps. Quand vous regarder le journal TV qui parle de personnage politique ou d'autre, vous avez un avis sur ces personnes mais vous ne savez pourtant rien d'elle. Quand vous allez voter, vous ne connaissez pas les candidats personnellement et pourtant vous avez déjà un avis sur eux. Ce premier avis qui permet à notre esprit de se retrouver dans le monde est toujours présent et créé à partir de stéréotypes et de l'expérience. Certaines personnes n'utilisent pas CERTAIN stéréotypes délibérément, mais dans ce cas elles ne peuvent pas donner d'avis sur une personne sans avoir fait une recherche approfondie sur elle. C'est un processus extrêmement long que personne n'est capable de mener à bien. Cela se retrouve même dans nos explications, par exemple vous voyez dans votre bus un homme aux cheveux grisonnant avec une longue barbe. Il est vêtu de vêtement sales et apostrophe chaque passant de manière agressive tout en marmonnant des phrases incompréhensibles. Vous penserez tout naturellement à un SDF et bien sûr tout le monde sais que les SDF aiment l'alcool. Maintenant que vous savez ça, vous décidez de vous éloigner de lui car une personne sous l'emprise de l'alcool peut être dangereuse ou tout du moins insupportable. voilà un exemple où l'utilisation d'un stéréotype permet de prendre une décision. Et comme je vous vois venir je vais donner un exemple dans l'autre sens. Vous voyez une femme richement habillé, à l'air hautain, vous en déduisez rapidement qu'elle est riche et tout le monde c'est que les riches sont snobs et élitistes. Vous ne vous donnerez donc pas la peine de lui adresser la parole. Pour pendre de telle décision il ne vous a suffit que de quelques informations,sans le stéréotypes vous auriez du espionner ses deux personnes pendant longtemps pour avoir un avis bien définit. Dans la vie de tous les jours nous n'avons pas le temps pur ça.

Ensuite je t'ai dis que le conformisme pousse les gens à suivre le mouvement mais c'est plus compliqué. Par exemple il suffit qu'une personne dans le tas aille dans un autre sens, même si ce n'est pas celui du sujet, pour que les chances que le sujet ne suive pas le troupeau augmentent. Le conformisme ne marche pas à tous les coups.

Donc pour conclure je te dirais que nous étudions des généralités et qu'il ne faut pas oublier le facteur personnel. Il faut bien faire attention à ne pas prendre en compte un cas isolé comme un contre exemple. Ce que je vous dis a été testé sur beaucoup de gens, pas sur une personne, ça ne vaudrait rien sinon. Il n'y a pas de recette miracle qui marche à chaque fois et sur tout le monde, mais ce qui est sûr c'est qu'elles marchent la majorité du temps."






Dernière édition par Neith Selkis le Dim 03 Sep 2017, 18:28, édité 1 fois
avatar
Neith Selkis

Fiche perso'
Infos:
Idéologie Dominante: 2
Exp:
100/100  (100/100)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Cours de psycho : stéréotypes et préjugés

Message par Noa le Dim 03 Sep 2017, 16:55

Après moi personne d’autre ne voulais se prononcer ce qui fit réagir la prof en apportant une correction à chacune des définitions notamment sur la tournure de nos phrases à Quiet et Moi et l’impact du conformisme pour Yasushi proposés et nous faisant part d’explications quant à l’intérêt des stéréotypes. Enfaite ça optimise notre réflexions … ça explique beaucoup de choses … Maintenant qu’elle m’en parle il me semble que j’avais déjà vu une vidéo sur Youtube qui explique cela …
 
Je prenais notes des différents éléments mis en avant qui me permettront de réviser pour ensuite passer à la suite du cours. En qui les stéréotypes influencent nos jugements ?
 
Avant toutes choses Yasushi voulu clarifier un point pour pouvoir répondre en posa une question. Je notais encore une fois les différents éléments qui me paraissent importants avant d’exprimer à mon tour le besoin d’éclaircir un point.
 
_ Excusez-moi, y’a un truc que je ne comprends pas, c’est quoi exactement la différence entre stéréotypes, préjugés et clichés ?
 
Personnellement j’ai toujours cru que ses trois mots étaient des synonymes. La preuve tout le monde s’est servi d’un de ses mots pour définir un autre, donc je pense qu’expliquer la différence ne fera de mal à personne et surtout pas à moi. Peut-être qu’ainsi je serais en mesure de répondre à ce qu’elle-même nous a demandé.
 

Mais en parlant des autres, je rêve ou n’est que trois sur les huis élèves à suivre le cours ? Il se passe quoi ? Ils se sont endormis ? On les a perdus en cour de route ?


a quoi ressemblent mes tentacules:
avatar
Noa

Fiche perso'
Infos:
Idéologie Dominante: 2
Exp:
100/100  (100/100)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Cours de psycho : stéréotypes et préjugés

Message par Neith Selkis le Dim 03 Sep 2017, 19:13

Des questions, toujours plus de questions ! Neith était aux anges, habituées lors de son dernier cours à faire l'animation par elle même, elle était ravie de voir que cette nouvelle classe voulait participer ! Elle avait répondu à la question de Yasushi mais ne savait pas si la réponse lui convenait. Noa lui posa immédiatement une autre question qu'elle pensait tout à fait légitime. Elle se demandait même pourquoi personne dans cette salle n'avait posé la question jusqu'à maintenant. c'était pourtant la base de ce cours. Elle se détourna de Yasushi pour répondre à Noa.

"Ah enfin quelqu'un pose la question. Je comptais faire la différence un peu plus tard mais puisque tu demandes, je vais m'en occuper tout de suite ! Donc la définition d'un stéréotype, je l'ai déjà donnée. Par contre celle du préjugé est différente. On peut voir facilement dans le mot son étymologie. Pre veut dire avant et jugé bah juger. Un préjugé est un jugement que nous avons au préalable sur la personne. Contrairement aux stéréotypes, il n'est pas neutre : on a déjà un avis sur la personne. C'est une méthode encore plus rapide pour juger une personne car il y a déjà une connotation positive ou négative.

Le préjugé dépend bien sûr de la catégorie à laquelle appartient la personne. Ils se construisent par l'expérience. Généralement, ils prennent racines dans un stéréotype, puis par expériences répétées deviennent un avis global sur un groupe de personne. Par exemple un stéréotype dit que les hommes ne pensent qu'au sexe. Si vous êtes une femme et que nombres de compagnons vous ont trompée, vous finirez par croire que cette partie du stéréotype est vraie et que donc tous les hommes sont infidèle. En faite le préjugé, c'est une partie d'un stéréotype qui par expérience va prendre l'ascendant sur tout le reste. Généralement c'est la partie négative qui est prise en compte.

Enfin le cliché c'est une petite partie d'un stéréotype, celle qui nous fait naturellement dire : "Ah mais c'est un stéréotype ça" ou encore "c'est cliché". C'est la partie que tout le monde reconnaît comme fausse, l'exemple qui vous vient naturellement à l'esprit quand vous chercher des stéréotypes dans votre esprit."


avatar
Neith Selkis

Fiche perso'
Infos:
Idéologie Dominante: 2
Exp:
100/100  (100/100)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Cours de psycho : stéréotypes et préjugés

Message par Invité le Jeu 07 Sep 2017, 11:22

Au final, je n’avais presque rien écouté de ce qu'avait dit la prof, après m’avoir donné réponse. Le débat était intéressant, mais quelque chose d’autre prenait place au fur et à mesure dans mon esprit. Cette chose qu’elle m’à jeté, au début du cours, je ne résiste pas à l’envi de voir ce que ça fait. Je pourrais faire un tas de tests après le cours ou bien… Tester cela dès maintenant. J’avais même déjà la cible en vue.

De ma chaise, je me levai, et pris la parole, afin de donner mon point de vue.

- En somme, on rassemble ces trois éléments pour se faire une idée et une opinion sur une personne ou un objet.

Durant, je me déplaçais lentement dans la classe, allant lentement vers Noa.

- Si vous dites que c’est une méthode rapide, afin de passer outre la seconde partie, ou il faut réfléchir plus amplement, nécessitant donc plus de temps, et de ressources, n’est-ce pas idiot de se plaindre de tout cela, alors que la construction de cette manière, à été faite sur la base d’une bonne idée ?

Ayant avancé jusqu’au dos de la chaise de Noa, tentant de ne pas me faire remarquer, je glissais ce qui avait jaillis du bras de la prof, et le planta dans le cou de Noa. Bien sûr, j’avais deviné qu’il pourrait réagir, soit avec un geste, soit avec sa voix. Bien qu’à une attaque, j’y étais préparé, concernant sa voix, je faisais ce que je pouvais… C’est-à-dire, parler bien plus fort. Lentement, je retournais à ma place

- Pour vous, mademoiselle, malgré les utilités qui en sont faites, avons nous tords ou raison de continuer à avoir des préjugés et des stéréotypes ? Je parle pour l’ensemble d’entre eux.

J’avais regagné ma place, et avec une grande fascination, je fixais Noa. J’avais fini de parler et de faire diversion, et mains comme esprit étaient prêts à écrire chaque donnée que j’allais recueillir.

Balance, balance, balance. Même quand tu ne fais pas le poids, en face, ils trouvent toujours le moyen d’en rajouter.

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: Cours de psycho : stéréotypes et préjugés

Message par Noa le Jeu 07 Sep 2017, 12:13

Ok donc si je résume,
Le stéréotype c’est d’après ce que j’ai noté de ce qu’elle a dit précédemment, un modèle de groupe de personne de base c’est neutre. C’est une image partagé par tout le monde même si on sait qu’ils sont inexacte à défaut de complètement faux et ce, même si on le prouve… Très bien …
Le préjugé c’est un stéréotype plus engagé. On juge la personne sans réellement savoir et la nature du jugement dépendra de l’observateur lui-même notamment de ses expériences … tiens ça me rappelle le cours d’avant.
Le cliché est un stéréotype forcément faux et répétitif dans le sens déjà vue.
 
Okok, il ne faut pas se mélanger quand même. Pendant que je réfléchissais Quiet proposa sa réponse … réponse à laquelle je n’avais pas tout compris enfaite …Mais pendant qu’il parlait je le voyais s’approcher de moi. Je ne sais pas pourquoi mais je sens une crasse venir … Ha oui ça y’est je sais pourquoi ! Parce que ce mec veut ma peau !
 
Alors qu’il venait derrière moi sous le coup de la méfiance comme une sorte de réflexe avertisseur un tentacule d’’environ 1m 50 avais poussé dans le bas de mon dos comme une sorte de queue dont l’extrémité s’agitait rapidement provoquant un son semblable à la sonnette des crotales. Après tout c’est le même principe : des écailles spéciales qui s’entre choquent et se frottent les unes contre les autres … Traduction « Si tu viens me faire chier tu vas fortement le regretter !
 
Et biensur ce qui devait arriver, arriva je sentis une piqure dans mon cou me faisant lâcher un « Aie » Avant que le saphir ne regagne sa place. Je portais la main à ma blessure pour sentir que quelque chose y était planté. Chose qui s’avérait être après l’avoir retiré l’épine qu’avait lancé la prof dons la pointe était légèrement entaché de sang. Là je n’étais vraiment pas d’humeur à jouer et sur le coup de la colère je me relevais vivement, tapant du poing sur la table en braillant.
 
_ Putain ! Mais il est malade ce mec !
 

Sans que ce ne soit le fait de ma volonté, mon tentacule pointait dans sa direction prête à lui envoyer une écaille entre les deux yeux


a quoi ressemblent mes tentacules:
avatar
Noa

Fiche perso'
Infos:
Idéologie Dominante: 2
Exp:
100/100  (100/100)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Cours de psycho : stéréotypes et préjugés

Message par Neith Selkis le Jeu 07 Sep 2017, 23:04

Sa réponse sembla suffire à Noa. Satisfaite d'avoir réussi à lui faire comprendre la différence, Neith porta son attention sur quiet qui venait de se lever. Il appréciait beaucoup de se lever pour parler même si ce n'était pas nécessaire. Il commença donc à parler tout en se déplaçant. Curieuse, Neith le laissa faire se demandant pourquoi diable il avait une soudaine envie de se dégourdir les jambes. Il s'approchait lentement de Noa, tient, tient ...

- En somme, on rassemble ces trois éléments pour se faire une idée et une opinion sur une personne ou un objet.

"- Pas exactement, je dirais qu'on utilise d'abord le préjugé, puis le stéréotypes et très rarement le cliché car il nous paraît tellement faux que même inconsciemment on l'écarte."

Il s'approchait de plus en plus, lentement mais surement, mais qu'est-ce qu'il voulait faire ?

- Si vous dites que c’est une méthode rapide, afin de passer outre la seconde partie, ou il faut réfléchir plus amplement, nécessitant donc plus de temps, et de ressources, n’est-ce pas idiot de se plaindre de tout cela, alors que la construction de cette manière, à été faite sur la base d’une bonne idée ?

"- Ce n'est même pas sur la base d'une bonne idée mais d'une nécessité. Je suis tout à fait d'accord avec vous mais en entrant ici vous n'en pensiez pas moins je me trompe ? Les gens ne savent pas tout ce que je viens de vous apprendre donc ils jugent tout ça négativement, c'est naturel et logique."


Il était maintenant derrière Noa, elle le vit approcher sa main de sa nuque. Ah elle avait compris mais la fléchette ne représentait plus aucun risque.

- Pour vous, mademoiselle, malgré les utilités qui en sont faites, avons nous tords ou raison de continuer à avoir des préjugés et des stéréotypes ? Je parle pour l’ensemble d’entre eux.

"Nous en avons besoin, c'est tout ce que je peux en dire. C'est un mécanisme tellement nat ....."


- Putain ! Mais il est malade ce mec !


Bah voyons, il lui avait planté la fléchette dans le coup, surement pour voir son effet. Noa furax se le va d'un bond en frappant la table. Une tentacule apparut et menaça quiet. Se souvenant des avertissements de ses collègues, notamment les participants du banquet, elle réagit au quart de tour. Deux fléchettes tombèrent dans sa main et d'un geste parfaitement calculé elle les envoya sur Quiet et Noa. Cette fois elle avait tiré pour toucher et les projectiles atteignirent leur cible. Noa fut touché à l'épaule et Quiet dans le cou. Elle attendit que le venin se disperse ce qui prit moins d'une minute.

Les deux élèves commencèrent à se détendre et leurs pupilles à se dilater. Bon il allait falloir trouver comment les calmer maintenant.

"Noa rassit toi s'il te plaît, pourquoi hurles-tu sur Quiet, il n'est même pas là regarde ! Je n'ai rien entendu."

Elle montra la direction de Quiet, comme pour démontrer une évidence. Puis elle s'approcha doucement de ce dernier pour lui chuchoter à oreille.

"Reste silencieux Quiet, si tu fais le moindre bruit on est tous mort."

HRP:
Pour Noa : le venin fait que ton cerveau va prendre l'information "Quiet n'est pas là" comme vraie. Tu ne le vois plus du coup.

Quiet : le tiens va imaginer une situation dans laquelle une personne serait en mesure de te dire la phrase de Neith. Ça peu être quelque chose de dangereux ou pas à toi de voir comment il l'interprète. (l'illusion remplace tout le reste).
avatar
Neith Selkis

Fiche perso'
Infos:
Idéologie Dominante: 2
Exp:
100/100  (100/100)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Cours de psycho : stéréotypes et préjugés

Message par Invité le Ven 08 Sep 2017, 05:08



Cours de psycho
Stéréotypes & préjugés

La réponse donnée par la prof' ne m'aida en rien à répondre à la question qui était posée. Pire que cela, celle donnée pour éclaircir les points noirs de Noa me perdirent encore plus. Certainement n'étais-je pas fait pour apprendre la... Comment appelaient-ils ça déjà ? La psy... psycho... psychono... Psychoro... Enfin, psycho-machin quoi! Je me demandai donc si cela servait à quelque chose que je reste là.

Ce qui me décida finalement, ce fut ce qui se passa par la suite. Pour une raison obscure, Quiet se leva pour prendre la parole. Il expliqua alors son avis sur la question posée en se déplaçant jusque derrière Noa pour... je ne compris pas ce qu'il s'était passé en fait, mais cela fit hurler le Rubis à côté de moi. Pourquoi ? Pourquoi n'était-il pas aussi calme que d'habitude ? D'un certain côté, ses paroles comme sa main sur son cou me fit penser qu'il avait été attaqué, pourtant le calme de la prof' quand elle demanda à mon compagnon pourquoi il hurlait sema en moi le doute. Je ne comprenais plus, à moins que ce soit l'accumulation des situations impossibles qui me fassent perdre les pédales ?

N'en pouvant plus de tout cela, j'écrivis rapidement à Noa que je l'attendrais dans les couloirs s'il voulait discuter ou rester un peu avec moi avant de me lever et partir sans un mot. Je ne me voyais pas rester dans un cours où je commençais à ne pas du tout me sentir à ma place. Concernant le Rubis avec lequel j'étais arrivé, je doutais fort qu'il voudrait venir me voir puisque c'était à peine s'il me regardait ou me parlait. Il avait même imagé une séparation par nos lits avant même mon retour de l'infirmerie... Comment étais-je sensé gérer cela ?

(c) Rin sur Epicode

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: Cours de psycho : stéréotypes et préjugés

Message par Invité le Sam 09 Sep 2017, 18:41

Erf… Il semblerait que môssieur ne daigne pas répondre à la question de la misérable plébéienne que je suis, hein ? Et bien ça m'apprendra à essayer de sociabiliser ou je sais quelle autre connerie, la prochaine fois. Encore une fois, j'ai l'impression que cet endroit fait tout pour faire perdre toute foi en l'humanité et pousser les gens à s'enfuir, loin, loin, très loin d'ici !!! Sur Mars, même !!!
Enfin… J'en étais où, déjà ? J'ai envie de dormir… Non, je dois résister !
Ouais donc, pour résumer, j'avais donné ma réponse, que la prof a ensuite noté au tableau et s'est lancée dans un monologue que je mettrais pas ici, parce que j'ai pas vraiment écouté en fait, à part au moment où elle m'a cité, ça a attiré mon attention, ça. Puis, à la fin elle a encore posé une question, sur le pourquoi du comment ils existent j'crois… J'ai de plus en plus de mal à suivre…

Pis y a deux/trois types qui répondent… Ce que je m'abstiens de faire, parce que j'ai pas l'inspiration ni la motivation, tout comme la jeune fille, un autre gars et Thomas, AKA celui-qui-fait-semblant-d'être-sympa-pour-mieux-vous-snober-ensuite. Ce surnom est beaucoup trop long.

Et puis re-pavé de la prof, cette fois elle- Zzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzz…

/Suite à l'endormissement de la narratrice, le récit est momentanément interrompu. Nous faisons tout notre possible pour régler ce léger problème technique, veuillez nous excuser du désagrément causé, mesdames et messieurs ^^;
OI LES GARS!!! GROUILLEZ-VOUS DE LA RÉVEILLER !! LES LECTEURS ATTENDENT, BORDEL !!!!/


Une mer. A perte de vue. Azur, de la même couleur que le ciel, à tel point que les deux se confondent. Les nuages cotonneux se reflètent parfaitement dans la mer.
La seule différence, ce sont les pylônes, plantés dans la mer, remuant presque imperceptiblement, provoquant des remous. Je me trouve en équilibre sur un de ces pylônes. Un sourire se dessine sur mes lèvres, je balance mes jambes dans le vide. Je me rapproche un peu de l'immense miroir mouvant. Je me rapproche… Et je plonge.

Une grande ville. Monochrome. Tout est noir et blanc. Non, il y a aussi du rouge. Le ciel est rouge sang, avec des nuages bordeaux. Mon écharpe aussi, qui vole, s'agitant dans le vent comme deux ailes écarlates. Des ailes… J'entends du bruit. Une voix de… Femme ? Elle semble lointaine.


Gnéh ?

« [...] Enfin le cliché c'est une petite partie d'un stéréotype, celle qui nous fait naturellement dire : "Ah mais c'est un stéréotype ça" ou encore "c'est cliché". C'est la partie que tout le monde reconnaît comme fausse, l'exemple qui vous vient naturellement à l'esprit quand vous chercher des stéréotypes dans votre esprit. »

Okééééé… Je crois que j'ai raté quelque chose.
J'étais en train de faire quoi ? Ah oui, je me suis endormie. J'ai aussi fait un rêve… Je crois.
Il parlait de quoi ce rêve ?


OKAY ON S'EN FOUT, HAHAHA !!!
J'espère juste que la prof n'a pas remarqué que je me suis permis de dormir, mais comme visiblement ma sieste n'a pas duré des plombes, ça devrait aller.
Je recommence donc à écouter les réponses de ces messieurs, surtout les deux, là, le blondinet et le mec qui me dit vaguement quelque chose, ils sont vraiment intéressés par le sujet ou ils sont hypocrites ? Ah, c'est au tour du type bizarre arrogant de prendre la parole. Quiet-machin-truc non ? Enfin pas relou, mais… Je sais pas, je le sens pas… AH !!! IL SE PASSE QUELQUE CHOSE ! Quand on parle de lui, justement. Il fait un mouvement suspect, il s'avance vers Noa et Yasushi, tout en continuant à parler. Il essaie d'être discret ? Il est con ou quoi ?
Néanmoins, personne ne fait rien pour l'arrêter. Peut-être que eux aussi ils sont cons ?

Ah, il arrive à destin- OH LE CON !!! LA FLÉCHETTE !!!!
Paf, dans le cou de Noa ! Il a fait quelque chose à l'autre relou, ou ça lui prend juste comme ça, d'attaquer d'autres élèves ? Et maintenant, est-ce que la prof va…
OKAY
OKAY
Allez, comme je suis sympa, je vais vous faire un petit résumé, rien que pour vous : les choses ont TOTALEMENT dégénérées !!!
Hein ? Plus de détails ? D'accord, d'accord...  Visiblement, Noa ne semble pas vouloir laisser passer un tel affront : Rubis ? Ouais, sans doute. Il utilise son propre pouvoir pour attaquer/menacer Quiet. Il est bizarre, son… Tentacule ?
Héhé, les choses deviennent intéressantes…

Mais ! La prof se décide enfin de faire quelque chose ! Elle s'avance et… Lance… Ses fameuses fléchettes. Qu'est-ce qu'elle veut faire ? Si c'est la même que celle qu'elle a lancé à Quiet au début -et dont il s'est resservi pour sauvagement agresser l'autre, là-, ça m'étonnerait que ça fasse grand-chose… Je continue néanmoins d'observer attentivement.
Hey, c'est moi ou leurs yeux deviennent bizarre ? On dirait des…  Ah mais c'est bien sûr !!!

« Noa rassit toi s'il te plaît, pourquoi hurles-tu sur Quiet, il n'est même pas là regarde ! Je n'ai rien entendu. »

Ouais, elle les a drogués quoi. J'ai beau avoir sauté une partie du cours, je sens que je risque plus de m'endormir… Ensuite, elle semble répéter l'opération avec Quiet :

« Reste silencieux Quiet, si tu fais le moindre bruit on est tous mort. »

HAHAHAHAHAHAHA. J'adore la tournure que prennent les événements !
MERVEILLEUX !!!C'est tout simplement mer-veil-leux !!!!!
Je l'ai sans doute déjà dit, mais cela fait bien longtemps que je ne me fais plus aucune illusions sur cet établissement.
Et une fois dépassés les stades de l'étonnement, du ''WTF ?????!!!!!'' de la désillusion, et même du ragequit pour certains genre moi, il ne reste -si on est encore vivant et à peu près sain d'esprit- qu'à observer le spectacle !!!
Cette académie finira peut-être par s'auto-détruire un jour, mais quand ça arrivera...
Ben de une qu'ils se débrouillent tous seuls, c'est pas mon problème si ils ont des tendances suicido-auto-destructrices, et de deux je n'y serais sans doute déjà plus depuis belle lurette, donc je m'en fous.  

Pour seule réaction, je me contente donc de faire un magnifique sourire à la Cheshire, ou, comme j'aime l'appeler, Cheshi, puis, une fois que blondinet est parti en laissant son compagnon délirer tout seul -décidément, c'est beau l'amitié !!!-, je lance le plus simplement du monde :

« On le continue, ce cours ? »


Dernière édition par Kanade le Sam 09 Sep 2017, 20:53, édité 1 fois

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: Cours de psycho : stéréotypes et préjugés

Message par Thomas Williams le Sam 09 Sep 2017, 19:25

Jusqu'ici, tout semblait plutôt bien parti.

...

Pourquoi?

Les deux minutes qui suivirent furent relativement normales, les autres donnèrent leurs réponses, et le cours avançait doucement. La jeune fille qui avait commencé à me parler s'apprêtait à me répondre, quand un objet fendit l'air pour manquer de blesser le dernier élève qui était rentré poursuivi par... d'autres objets volants. Finalement, j'appris son nom;

"-… Kanade. Je m'appelle Kanade."

Alors que la professeure continue de parler, je la vois griffonner sur un papier, que je lis juste après avoir prononcé ma réponse.

Kanade a écrit:« Ça fait quelques mois que tu es ici, non ? J'ai pas souvenir de t'avoir vu récemment. »

Et puis la prof reprit, enchaînant sur une nouvelle question, et c'était déjà sûrement un autre signe. Je ne savais pas quoi répondre de plus, je ne me sentais pas capable de répondre à sa question. Et puis tout commença à s'enchaîner extrêmement vite, d'énormes pavés oraux si vite enchaînés que je n'avais le temps d'enregistrer quoi que ce soit. J'étais complètement perdu, et mon regard ne cessait d'alterner entre tous ceux qui semblaient parfaitement à l'aise. Je décidai donc de répondre au message de Kanade, désespéré de suivre ce cours.

«Je dois être là depuis quelques mois maintenant... Je ne me souviens plus vraiment exactement... Et toi, depuis quand est-tu là?»

Puis une scène des plus déstabilisantes se déroula sous mes yeux. Le garçon aux cheveux noirs se leva, puis alla directement attaquer Noa, lui plantant la sorte de fléchette qu'il avait préalablement reçue juste devant lui dans le cou. J'étais paralysé sur ma chaise en assistant à ça, comment était-ce possible? Que lui avait-il fait qui puisse mériter ça? Je savais bien que Noa était effrayant, moi même ne savais pas si je le craignais ou l'appréciais, mais je ne le pensais pas vraiment mauvais. Juste... imprévisible. Mais ça n'aurait en aucun cas été un prétexte pour l'agresser de cette façon...

"-Putain ! Mais il est malade ce mec !"

Ce cri fusa dans la pièce, brisant tout le reste, et ce fut la chose que j'eus le mieux compris des dernières minutes, malheureusement... L'un de ses tentacules écailleux, me rappelant un pour le moins étrange souvenir, fusa, pointant vers le premier attaquant. Puis la professeur leur lança à tous deux une fléchette, et commença à leur dire des phrases improbables... Un blond sortit de la classe, probablement agacé par tout ce chantier, et moi, je tremblais, tétanisé de me trouver totalement impuissant et sans défense au milieu de tous ces gens extraordinaires. N'osant pas prononcer le moindre mot, j'empoignai mon stylo à bille et écrivit en essayant d'être le plus stable possible, pour demander à Kanade, qui venait de demander si le cours pouvait reprendre;

«Est-ce que ce genre de choses sont courantes ici?»


#890000

Toutes les blessures qui couvrent mes poignets, la
Honte qui ronge mon être
Ont eu raison de moi je le sais.
Mais je continue de marcher en homme piètre
Avec cette lueur d'espoir qui disparaît
Seul avec cette ambition d'être parfait.
avatar
Thomas Williams

Fiche perso'
Infos:
Idéologie Dominante: 2
Exp:
100/100  (100/100)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Cours de psycho : stéréotypes et préjugés

Message par Invité le Dim 10 Sep 2017, 09:13

Tout s'enchaînait vite même trop vite à mon goût. Je réfléchissais à ce que disais la prof mais je n'arrivais pas à apporter ma pierre à l'édifice en parlant. Je regardais mes camarades de classe et là je vis celui qui se prénommait Quiet s'approcher de Noa et lui planter une espèce de flèche, ce qui le rendit bien évidemment furieux. La professeure tentait de calmer le jeu et ça fait reconnaître qu'il y en avait besoin. De mon côté, j'étais complètement pétrifié sur ma chaise, de peur que quelque chose de pas très bien arrivé. Relax Iris, ça va bien se passer, je me disais ça dans ma tête. Maintenant faudrait  que je participe un peu mais j'ai pas trop compris et j'ai peur de dire une bêtise si je prends la parole. Quand on dit que la parole est d'argent et que le silence est d'or, c'était bien vrai. Je ne voulais pas parler non plus car j'avais peur de ce qui pouvait se passer. Tout ça dans une école ordinaire ne se serrait jamais passé mais nous nous n'étions pas communs, nous étions des élèves aux dons exceptionnels, nous étions à Tsuki et il fallait s'y faire même si c'était difficile. J'attendais avec de l'appréhension la suite des évènements pour non seulement demander de l'aide à la professeure de psychologie mais aussi guetter si autre chose allait se passer bien que je ne le souhaitais absolument pas car j'avais déjà eu mon lot de frayeur pour la journée. J'écrivais quelques notes sur mon cahier en attendant de voir ce qui allait se passer.

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: Cours de psycho : stéréotypes et préjugés

Message par Invité le Mar 12 Sep 2017, 15:33

Tous ces regards qui me fixent… Ces yeux d'incompréhension, ai-je l’air d'être le monstre à leurs yeux. J’ai beau tourner la tête dans tous les sens, ces yeux qui me braquent ne cessent de dire la même chose dans mon esprit. Monstre, monstre, monstre. Bande d’idiot ! Ne voyez-vous pas que c’est lui, le monstre !? Il a la capacité de tuer qu’il le veuille ou non ! Ce monstre ne contrôle pas son pouvoir ! Tsk…
Extérieurement, je semblais garder mon calme, bien que de nombreuses sueurs arrivaient à se discerner, cependant intérieurement, c’était tout autre chose. Une certaine panique envahissait mon esprit, ces regards, ces dires… Ces chiens veulent me retirer ma liberté ! Tsk ! Venez donc tous, bande d’idiots !

Noa, qui venait juste de crier en me traitant de malade, fit sortir un de ses tentacules, qui semblait être prêt à frapper en ma direction. Comme paralysé devant celle-ci, si ce monstre décidait d’agir, il supprimerait ma liberté pour toujours. J'étais incapable de bouger, ni de dire quoi que ce soit. Mes yeux, tremblant comme jamais auparavant, vire la prof prendre position, et tirer deux flèches, dont l’une en ma direction. Écarquiller, mes yeux suivaient le déplacement de ce projectile, qui peu à peu se rapprochait, et… Gnuh…
Elle… S'est... Planté… Quelque chose à changer, quelque chose à…

- Reste silencieux Quiet, si tu fais le moindre bruit on est tous mort.

C'était la prof qui venais de dire ça ? C'est absurde ! Si je doit dire ses quatres vérités a ce monstre, je le lui dirais !

Reste silencieux Quiet, si tu fais le moindre bruit on est tous mort.

Non, ce n'est pas elle, c'est...cette voix, je la connais. C'est... Frère ? Encore ? C'est impossible !
Cependant, malgré mon refus d'y croire, la voix de mon frère répétait en boucle cette phrase dans ma tête. Je me sentais apaisé en entendant sa voix, mon ésprit, comme mon coeur et mes sens se calmaient et revenaient a la normale. Frére... Je ne gâcherais pas la liberté que tu m'a offerte ! Je dois tuer ce monstre !!

Silence… Silence… Sssssilence…. Ssssss.... Ma bouche semblait coller avec du ciment, mon esprit semblait ne plus savoir parler. Je dois garder le Ssssilence. Cependant, je crois qu’il y a une bonne nouvelle. Noa s’est aussi pris une flèche ! Que lui à dit la prof ? Que je n’étais pas là !? C’est… C’est l’occasion ! Son ésprit doit étre troubler si elle a dit cela, me voit-il encore ? Serais-je invisible a ses yeux ? Ma présence a été supprimer ? J'affichais du coin de la bouche, un sourir autant monstrueux et machiavelique, et diabolique.


Du côté droit, à l'arrière de la classe, une fille parmi tant d’autre avait interrompu ce Sssssilence qui pesait dans la salle de classe.

- On le continue, ce cours ?

Continuer le cours ? Continuer… Continuer ! Je dois, continuer, finir ce que j’ai entrepris. Je dois éliminer ce monstre, tout en restant Ssssilencieux. Cet imposant tentacule troublait toujours mon esprit, mais convaincu de mon choix, je repris peu à peu le contrôle. Sans aucun plan d’action en tête, j’attrape une chaise non-loin, la faisant passer au-dessus de la tête de la jeune fille qui avait clôturé le silence, et m'avança silencieusement vers Noa. Sssssilence…

Je soulevai plusieurs fois la chaise, de haut en bas, comme pour peser la force que je devais mettre. Ne fixant que la tête de Noa, de mes bras, je pris de l’élan, puis frappa de toutes mes forces en direction de Noa. Je ne sais pas si je l’ai touché, mais la chaise à éclater en plusieurs morceaux, me retrouvant à présente main nus. Étrangement, j'étais essoufflé, cela se voyait dû à mon allaitement, mais aucun son de respiration ne sortait. J'avançais encore un peu, tendant la main vers le cou de Noa, et marchais en sa direction, avec une seule idée. Tuer ce monstre.

Tu… Ne… Supprimera... Pas…. Ma… LIBERTÉ !!!

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: Cours de psycho : stéréotypes et préjugés

Message par Neith Selkis le Mar 12 Sep 2017, 20:15

Neith regarda avec horreur son cours partir en live complet. Franchement elle allait gueuler auprès de l'administration pour faire accompagner tous ces élèves aux besoins psychologiques particulier. Les fléchettes eurent l'effet escompté. Noa commença à regarder autour de lui l'air étonné, cherchant la raison de sa soudaine agressivité. Quiet quand à lui se fit tout petit dans son coin et garda le silence comme elle l'avait prévenu. Neith put souffler un moment pendant cette petite pause dans tout ce dramas. Cependant Yasushi mit fin à sa tranquillité quand il se leva pour sortir du cours sans dire un mot, ce qui mit Neith dans une colère noir. Elle comprenait que son cours pouvait en rebuter plus d'un, qu'on pouvait avoir des difficultés, mais elle ne supportait pas qu'on ose se barrer sans dire un mot. C'était un manque de respect ultime, Yasushi lui disait pas ce geste "Je me casse ça me gonfle".

Elle s’apprêtait à le poursuivre dans le couloir pour lui expliquer les rudiments de la politesse quand Kanade finit par se réveiller et dit :

- On le continue, ce cours ?

Non, non, non ne parle pas bordel. Cette petite emmerdeuse allait foutre le bazar avec les deux élèves déjà drogués. elle n'aurait pas pu finir sa sieste et se réveiller à un AUTRE moment. Quand elle vit Quiet commencer à bouger, elle en hurla presque de crispation. Elle abandonna sa poursuite de l'élève impoli, elle lui collerait deux heures de colles plus tard. Quiet avait eut le temps d'attraper une chaise qu'il projeta sur Noa, d'un geste vif Neith attrapa la chaise comme une tornade et l'envoya contre le tableau dans son élan. Complètement furax, elle se dirigea vers Quiet qui voulait maintenant étrangler un Noa complètement aux fraises. Elle attrapa son bras tendu, le retourna pour lui faire une clé de bras et lui faucha les jambes afin de le mettre à terre sur le dos. Il restait à peine une minute avant la fin de l'effet après cela Noa et Quiet s'évanouiront. Toujours dans une rage folle, elle hurla au reste de la classe.

"MAINTENANT VOUS LA FERMEZ ! VOUS ARRETEZ DE VOULOIR EGORGER VOTRE VOISIN ! ET VOUS NE VOUS BARRER PAS DE MON COURS COMME ÇA VOUS CHANTE ! C'EST CLAIR ????"

Hrp pour les drogués:
Vous allez tomber dans les pommes d'ici une minute. n'oubliez pas de l'inscrire dans vos réponses. quand vous serez inconscients Neith sortira Quiet de la salle pour éviter que Noa le tue en se réveillant.
avatar
Neith Selkis

Fiche perso'
Infos:
Idéologie Dominante: 2
Exp:
100/100  (100/100)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Cours de psycho : stéréotypes et préjugés

Message par Noa le Mar 12 Sep 2017, 21:26

Après mon Pic de colère je sentis une seconde piqure mais sur l’épaule cette fois, je n’eus pas le temps d’y réagir que ma vision se troubla ainsi que tous les autres sens d’ailleurs … Seul une voie m’était perceptible, celle du professeur qui s’exprimait de manière anormalement calme.
 
"Noa rassit toi s'il te plaît, pourquoi hurles-tu sur Quiet, il n'est même pas là regarde ! Je n'ai rien entendu."
 
Comment ça il n’est pas là ! Mais biensure que si il est juste … ha ba non enfaite … j’avais regardé dans la direction que m’indiquait le professeur de même quand dans l’ensemble de la salle je ne voyais le saphir nulle par … est-ce que j’aurais rêvé ?
 
Je me décrispais donc abaissant mon tentacule jusqu’à le faire complètement disparaitre en me rasseyant.
 
_ Excusez-moi j’ai dû être ailleurs …
 
« On le continue, ce cours ? »
 
Tiens enfin une autre élève daignait se manifester. Il était temps …Cependant curieusement je voyais une chaise se balader en l’air toute seul et me fonçait subitement dessus. J’étais deux de tensions quarante de fièvre comme on dit et ne me montra pas particulièrement réactif. Mais qu’est ce qui se passe ici ? La chaise volante fut déviée de sa trajectoire par la prof qui se mit à brasser de l’air. Je ne comprenais rien à ce qui se déroulait sous mes yeux … mes yeux … je vois trouble je me sens mal, lourd. J’ai la tête qui tourne …
 

Tout s’assombrissait autour de moi tandis qu’un cris retentissait dans un écho qui me paraissait lointain, jusqu’à ce que je me sente tomber et que ma tête heurte quelque chose de dure …


a quoi ressemblent mes tentacules:
avatar
Noa

Fiche perso'
Infos:
Idéologie Dominante: 2
Exp:
100/100  (100/100)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Cours de psycho : stéréotypes et préjugés

Message par Invité le Mer 13 Sep 2017, 02:16

Je me baladais dans l'académie, sans but précis. Cela faisait peu de temps que j'étais arrivé, et je ne m'étais toujours pas vraiment intégrée ... A vrai dire, je ne connaissais presque personne, et je n'avais presque rien fait depuis que j'étais là. Il était temps de remédier à cette situation. Il fallait que je rencontre du monde, que je me montre, que je me fasse des amis. Et surtout, que j’apprenne à contrôler mieux mon don, afin de pouvoir faire le bien tout autour de moi. Tel était le but que je me suis fixé en venant ici, il ne fallait pas m'en détourner. Jamais.

J'avais cru comprendre qu'il existait trois maisons d'étudiants, classés en fonction de leurs personnalités. Dommage, ça ajoute de la ségrégation. Et au fond, je ne sais pas si je m'entendrais mieux avec des gens ayant la même personnalité que moi ... Mais à cause de cette séparation, j'ai un peu peur d'aller vers d'autres maisons, notamment les rubis, par peur d'être rejetée, voire moquée. J'étais de retour dans ce monde depuis peu de temps, et je n'en connaissais toujours pas mécanisme, ni les codes. Se sociabiliser est en réalité beaucoup plus dur que ce que l'on peu voir dans les films.

Certaines journées, j'ai l'impression de haïr ma vie. Détester ce que le destin m'a réservé, et surtout cette amnésie qu'il m'a imposé. Je suis une page blanche, sur lequel je n'arrive à rien écrire. Et je suis incompétente dans tous les domaines. Un enfant, dans un corps d'adulte. Et dont on attend un comportement et compétences d'adultes.

En marchant, je suis passé devant une salle de classe, dans lequel se déroulait un cours. Chaque connaissance est bonne à prendre, donc je me suis postée juste à côté de la porte, afin d'en écouter le contenu. Oh tien, un cours de psychologie. Cela m'en sera d'autant plus utile. Je remerciais le ciel pour ce petit cadeau qu'il me faisait, tout en tendant l'oreille avec autant plus d'attention.

Bon, il faut se l'avouer, les cours ont l'air mouvementés dans cette académie. Et ça part très rapidement dans tous les sens. Mais les discussions n'en sont pas moins dénuées d'intérêts en fin de compte.
Soudain, parmi les cris et les réprimandes, j'entends un bruit sourd, comme si quelqu'un avait chuté, lourdement.
Prenant mon courage à deux mains, et luttant contre ma timidité apparue depuis mon arrivée ici, je me lève et me dirige vers le palier de la porte. J'aperçois alors un jeune homme au sol, inconscient.

- Vous avez besoin d'aide ?

Est-ce que je pouvais trouver une phrase plus débile ? Je ne pense pas. Est-ce que je pouvais annuler et recommencer ? Non. Est-ce que je pouvais faire demi-tour et fuir en courant ? Ca serait encore plus ridicule. Est-ce que j'en avais envie ? Carrément. Est-ce que je commençais à rougir de honte et de timidité ? Totalement.

Au secours

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: Cours de psycho : stéréotypes et préjugés

Message par Invité le Mer 13 Sep 2017, 21:31

Quoi ? Mais bien sûr que je veux le continuer, ce cours ! J'aime pas trop les cours en général, mais la psychologie sociale, CA c'est intéressant bordel !!! Et puis j'ai quand même pas envie de m'être levée tôt -ou plutôt de ne pas avoir rattrapé ma nuit, car elle a été blanche, faut suivre un peu, hein-, d'avoir fait le trajet jusqu'ici pour rien alors que j'aurai pu passer ce temps à autre chose, bref, d'avoir perdu ma journée entière !!!

Hé, mais c'est bon, c'est juste un cours, t'auras pas perdu TOUTE ta j…


Je sais, je sais. Je me suis emportée, désolée.

Ha, bah voilà !

… Qu'est-ce que je fous encore là, sérieux…
M'enfin, tout ça pour dire que ça serait con. Et pas cool.
Ou plutôt, d'un autre côté si, ça serait marrant de laisser couler, juste pour voir jusqu'à quel point ils peuvent aller… Et quand je dis ''ils'' je parle des élèves, évidemment. Même si cet endroit s'apparente plus à une garderie ou même à un parc à bêtes de foire qu'à une école… Bref.
Et même, peut-être que si j'assistais à suffisamment de cours, j'arriverai enfin à établir la raison d'une telle décadence !!!
Après tout, il faut bien que j'en apprenne le plus possible sur cette académie et ceux qui l'habitent…

«Je dois être là depuis quelques mois maintenant... Je ne me souviens plus vraiment exactement... Et toi, depuis quand est-tu là?»

Gnéh ? Kesskil… Ah, oui. Il est encore là, lui ? Hum… Je lui réponds quoi ? Et est-ce que je lui réponds, seulement ? … Il semble un peu… Paumé ? Si ça se trouve, il était juste dépassé par les événements. Il lui en faut pas beaucoup, dis donc ! Si il est là depuis plusieurs mois, disons, au hasard, six, il devrait être habitué !!! Ou alors c'est juste moi qui me suis habituée trop vite, justement. Allez, je suis pas rancunière pour des trucs aussi débiles…

« Je suis arrivée ici il y a plus d'un an, mais je reviens tout juste après être…

Je marque une légère pause, cherchant mes mots.

… Partie pendant quelques mois. »

Voilà, ça lui suffira. Tiens, je me demande comment il réagirait si je lui disais qu'un loup géant anthropophage se balade dans l'Académie, sa réaction de mec pas habitué au surnaturel devrait être marrante à regarder. Oui, j'essaie bel et bien de créer une rumeur.
D'ailleurs, je cherche toujours à rencontrer les autres filles de mon rêve… Si elles existent.
Il me semblait bien avoir entendu parler d'une Rubis… Enfin, je m'éloigne du sujet !
J'attends donc sa réponse… Qui ne tarde pas -enfin, pas trop.

«Est-ce que ce genre de choses sont courantes ici?»

HA-HA ! J'LE SAVAIS !!!
Ou plutôt, ça ne fait que confirmer mes doutes. De mes yeux noirs de jais -oui j'avais envie de caser une petite figure de style-, je le scrute, impassible, ou du moins en apparence, car je suis, comment dire… Un tantinet perplexe. Possédant lui-même un don, il devrait être habitué un minimum à «ce genre de chose»…
« Eh bien, si tu classes également dans ce «genre de choses» les pouvoirs, les élèves qui-

... Et là voyez-vous, chers spectateurs existant uniquement pour justifier le fait que je parle -ou plutôt, pense- toute seule, ça devient intéressant !!! Eh oui ! Ça devient intéressant, parce que ce type va prendre très cher !
Vous vous rappelez de ce que j'ai dit sur la rancune, tout à l'heure ? Que l'on me fasse une mauvaise farce, ok, je suis la première à les apprécier, le contraire serait hypocrite et totalement con de ma part. Que quelqu'un m'ignore plus ou moins accidentellement, passe encore.
Que l'on manque de me fracasser le crâne à l'aide d'une chaise qui n'a rien demandé, seulement parce que j'ai parlé ou je-ne-sais-quoi ?
MALHEUREUSEMENT, ma bonté ne va pas jusque-là. Je sais, je suis un monstre d'égocentrisme et de rancune.

J'observe mon stylo qui, sous l'effet de la surprise, s'est brisé sur la feuille non sans laisser ses dernières paroles… Une phrase même pas finie et une rature.
Son sacrifice ne sera pas vain.
Mes lèvres se tordant en un sourire démoniaque, je me lève très très doucement de ma chaise et empoigne celle que l'autre fou dangereux a envoyé sur moi.
Il voulait voir comment on fracasse un crâne ? Pas de problème, je m'en oc-

« MAINTENANT VOUS LA FERMEZ ! VOUS ARRÊTEZ DE VOULOIR ÉGORGER VOTRE VOISIN ! ET VOUS NE VOUS BARRER PAS DE MON COURS COMME ÇA VOUS CHANTE ! C'EST CLAIR ???? »

HIIIII ! Ça fait la troisième fois qu'on me coupe la parole/mon élan !! Même dans un cours qui a totalement dégénéré, j'ai jamais vu aussi peu de respect entre personnes civilisées *tousse* ET ENCORE moins un prof qui pète une durite.
Mais, plus important… Comment elle a deviné que je voulais assommer sauvagement l'autre abruti et foutre encore plus le bazar essayer de faire quelque chose pour ramener l'ordre et la justice !!! ?
Suite à sa crise de nerf, je prends une expression un peu dépitée, puis hausse les épaules et retourne à ma place, tellement éloignée… De même pas un mètre.
Je prends un autre stylo… Snif. Puis je continue d'écrire par-dessus la rature :

« […] Les élèves qui rasent des forêts avec, les loups géants mangeurs d'hommes, les attaques perpétrées par des organisations pas très clean et plein d'autres trucs, alors oui, je suppose qu'on peut dire que c'est courant ^^ »


Je marque une petite pause, histoire de vérifier que personne n'a détruit la salle ou n'est mort pendant que j'écrivais, mais non, y a juste les deux drogués qui se sont évanouis… Bon débarras !

« Mais, tu devrais y être habitué, d'autant plus si tu es ici depuis un bon moment maintenant… Après tout, nous non plus ne sommes pas «courants»... »

Je lui souris en attendant sa réponse… Mais ce n'est pas parce que les deux tarés sont dans les vapes que tout est terminé, noooooooooooon.

« - Vous avez besoin d'aide ? »

Oulààààà. Inconnue incoming ! Elle est arrivée sacrément vite, dis donc. Sûrement pas une surveillante, vu son apparence et son attitude surtout. Elle était de passage dans le couloir par hasard ? Vu dans quel état est la prof, elle risque fort de s'énerver encore plus.
Faudrait peut-être que j'intervienne, non ?

« - Très juste ! On devrait peut-être les emmener à l'infirmerie, non ? Et après vous aviserez… Qu'en pensez-vous ? »,

Terminé-je en regardant la prof. MAIS : cette fois, j'ai fait attention, TRÈS attention d'être la plus respectueuse possible.


Dernière édition par Kanade le Mar 31 Oct 2017, 22:52, édité 1 fois

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: Cours de psycho : stéréotypes et préjugés

Message par Invité le Jeu 14 Sep 2017, 20:05

J'avais encore plus peur qu'avant, tout m'effrayait. J'étais toute  recroquevillée sur ma chaise. Pourquoi je m'étais inscrite à ce foutu cours. Et pourquoi j'étais inscrite à cette fichue académie. La professeure était en colère, une colère noire et hurlais me vrillant les tympans. Quiet et Noa voulaient se tuer mutuellement. Une élève n'avait rien arrangé à la chose. Et moi j'étais au centre de ça et je voyais tout, tremblante comme une feuille et avec des difficultés à comprendre le cours. Soudain je vis Quiet et Noa tomber dans les pommes. Sans doute un effet de la fléchette de la professeure. Je m'en doutais mais ça me fit faire un soubresaut. Du calme ! Je hurlais cette phrase dans ma tête mais elle n'arrivais pas à me calmer. J'avais envie de sortir ma flûte traversière et de jouer car on dit que la musique peut apaiser les esprits mais vu le climat tendu, je me dit qu'utiliser mon pouvoir n'était pas vraiment une excellente idée. J'avais tellement peur qu'à chaque bruit, je me crispais un peu plus comme si je ne l'étais pas déjà assez. Je ne pouvais même pas écrire tant mes mains tremblaient et étaient moites. Mon cœur battait la chamade et j'avais l'impression qu'il allait se décrocher de ma poitrine. J'essayais de me résonner pour me calmer et de ne pas avoir envie de hurler. J'attendais maintenant la suite des événements avec une grande crainte.

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: Cours de psycho : stéréotypes et préjugés

Message par Invité le Ven 15 Sep 2017, 18:09

Je n’avais déjà plus de chaise entre les mains, que la prof vint solidement à ma rencontre, empoignant mon bras avec une clef, puis me plaquant contre le mur. Malgré la violence du geste et du choc, je ne fis pas un seul bruit. Collé ainsi contre le mur, j’avais du mal à bouger mon bras sans me faire mal, et d’une certaine manière, je commençais à fatiguer. Cette sensation était agréable, mais enrageante. Je ne dois pas perdre le contrôle !

Sans crier gare… Euhm… L’idiote de prof gueula, et ce sont mes oreilles qui prirent le plus.

MAINTENANT VOUS LA FERMEZ ! VOUS ARRÊTEZ DE VOULOIR ÉGORGER VOTRE VOISIN ! ET VOUS NE VOUS BARREZ PAS DE MON COURS COMME ÇA VOUS CHANTE ! C'EST CLAIR ????

Mes tympans en prirent un coup. Un énorme acouphène apparut à mon oreille droite, et voulant mettre ma main sur celle-ci par réflexe, une grande douleur apparut quand je tentais de délivrer mon bras. Sa clef était vraiment bien faite. Je me tordais plusieurs fois de douleurs, à force de rester dans cette position.
Sans que je fasse attention alors, une fille dont je n’avais pas encore entendu la voix se fit entendre.

- Vous avez besoin d'aide ?

Bien sur ! Dégagez-moi donc cette prof à la con, que je libère mon bras ! … Je tentais de le dire, mais rien ne sortais ; cette maudite bouche ne voulait pas s’ouvrir, malgré la volonté que j’y imposais, et c’est avec un léger soupir que j’abandonnais l’idée.
Tournant la tête, je vis Noa à terre. Cette image était tellement satisfaisante. Un sourire aussi malsain que machiavélique s'échappa de mon visage, tandis que mes yeux n’en déviaient pas.
Me surprenant, l’autre fille aussi idiote que laisse le présager son physique répondit à la nouvelle arrivée.

- Très juste ! On devrait peut-être les emmener à l'infirmerie, non ? Et après vous aviserez… Qu'en pensez-vous ?

À mesure que le temps passait, mes yeux et ma volonté se fatiguait. Je n’arrivais plus à penser correctement. Après avoir entendu la fin de sa phrase, je regardais dans sa direction, et avec un doigt devant la bouche, je m’exclamais, en insistant

- Shhhhhhhhh….

À la fin, je tentais de retenir un rire sauvage qui ne voulais qu’une chose, c’est s’échapper. Plusieurs fois derrière, je continuais de répéter la même chose à cette idiote. À mesure, l’intensité de ceux-ci baissait, ainsi que ma vigueur. Je me sentais partir, jusqu’à subitement ne plus rien voir...

C'est a la limite du porté de l'hirondelle.

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: Cours de psycho : stéréotypes et préjugés

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 3 Précédent  1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum