Olympus Project
FORUM EN PAUSE

Bonjour à toi !
Le forum est en pause pour une durée indéterminée. Il n'y a donc plus de staff pour valider les fiches, faire tourner la boutique et faire des évènements, etc.
N'hésitez pas à revenir dans quelques jours prendre des nouvelles ! En attendant, vous êtes les bienvenus pour papoter dans la section hors-jeu !
(Luna)

Educ Civique - Atelier n°1 :: La vie Sociale [Thomas ; Liam ; Gwendoline ; Nysphri ; Jinn]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Educ Civique - Atelier n°1 :: La vie Sociale [Thomas ; Liam ; Gwendoline ; Nysphri ; Jinn]

Message par Invité le Jeu 27 Juil 2017, 23:09

Dorian entra dans la salle de classe quelques minutes avant le début prévu du cours. La salle était soigneusement rangée, pas très grande, ce qui était un plus compte tenu du peu d’élèves qu’il avait décidé d’intégrer à cet atelier. L’idée de faire des ateliers plutôt que des cours lui était apparue comme allant de soi. Non-seulement parce qu’il n’aimait pas respecter les règles et les lois qui régissaient toute cette charmante société humaine à laquelle il avait appris à appartenir et ne se voyait pas apprendre à ces gosses l’obéissance ou la morale, mais surtout parce que pour qu’il y ait de la participation, il faut du temps. Les plus timides prendront forcément la parole après les plus extravertis, une fois qu’ils seront en confiance. Et puis, il fallait admettre que Dorian n’était pas encore très à l’aise avec son titre de professeur.

Il profita de sa légère avance pour écrire cette fameuse mention, suivie de son nom, au tableau. Et tandis qu’il écrivait, il entendit la porte s’ouvrir et les pas de plusieurs personnes entrant dans la pièce. Il leur laissa le temps de s’installer sur les tables les plus proches du tableau puis il fit face à ses élèves et riva ses yeux verts droit dans les regards qui s’offraient à lui. Sans ciller, il demeura plusieurs secondes à fixer un par un les jeunes gens présents dans sa classe. Alors il fit le tour du bureau et s’y adossa avant de prendre la parole.

« Bien, bonjour à tous. Je suis le professeur Calcifer, nouvellement mandaté par le directeur de cet institut pour vous enseigner le civisme. Alors je vois bien que vous vous dites – Putain ils nous font faire de l’éducation civique, on va s’faire chier ! – Rassurez-vous, quand on m’a appelé je me suis dit – Putain ils me font faire de l’éducation civique, je vais m’faire chier ! – Alors si on ne veut pas que cette heure de cours, et celles qui vont suivre, soient comme un boulet à nos chevilles jour après jour, PARTICIPEZ ! Enfin sachez que je n’ai pas été appelé pour faire de la discipline, je ne travaille qu’avec ceux qui veulent travailler avec moi. Si ce cours vous ennuie, ne revenez plus. Ca me fera des vacances. »

Cinq personnes. Comme prévu. Il se passa distraitement la main dans les cheveux et inspira lentement en observant les réactions de son auditoire. Une petite introspection de routine ; niveau de stress : faible ; niveau d’agacement : faible ; niveau d’enthousiasme : raisonnable ; température externe : normale.
Il enroula pensivement sa moustache et lissa son bouc puis lança le sujet de son cours :

« La vie sociale, comment ça marche ? C’est une question à laquelle j’attends de vous des ébauches de réponse et qui poseront un socle sur lequel nous pourrons avancer. Mais avant cela j’aimerais en savoir un peu plus sur chacun de vous. Je vais donc être un vieux con et vous demander de faire un tour de table en introduisant vos noms, âges et pouvoirs. Puis vous pourrez démarrer notre investigation par une première ébauche de réponse. »

Cal croisa les bras, tout ouï, et les écouta avec une attention polie.

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: Educ Civique - Atelier n°1 :: La vie Sociale [Thomas ; Liam ; Gwendoline ; Nysphri ; Jinn]

Message par Nysphri le Jeu 27 Juil 2017, 23:46

Nysphri arriva dans la salle de cours il la trouvait un peu petit mais cela lui importait peu, il s'installa et regarda les autres participants faire de même, il reconnu Gwendoline Arget avec qui il s'était battu récemment et il restait 3 autres personnes, des garçons qu'il ne connaissait pas et il fixa le professeur responsable de ce cours. Il s'appelait Mr.Calcifer, il devait avoir la quarantaine et était très grand, il avait un bouc et une barbe ainsi que des cheveux très clairs et il scrutait ses élèves.


« Bien, bonjour à tous. Je suis le professeur Calcifer, nouvellement mandaté par le directeur de cet institut pour vous enseigner le civisme. Alors je vois bien que vous vous dites – Putain ils nous font faire de l’éducation civique, on va s’faire chier ! – Rassurez-vous, quand on m’a appelé je me suis dit – Putain ils me font faire de l’éducation civique, je vais m’faire chier ! – Alors si on ne veut pas que cette heure de cours, et celles qui vont suivre, soient comme un boulet à nos chevilles jour après jour, PARTICIPEZ ! Enfin sachez que je n’ai pas été appelé pour faire de la discipline, je ne travaille qu’avec ceux qui veulent travailler avec moi. Si ce cours vous ennuie, ne revenez plus. Ca me fera des vacances. »
« La vie sociale, comment ça marche ? C’est une question à laquelle j’attends de vous des ébauches de réponse et qui poseront un socle sur lequel nous pourrons avancer. Mais avant cela j’aimerais en savoir un peu plus sur chacun de vous. Je vais donc être un vieux con et vous demander de faire un tour de table en introduisant vos noms, âges et pouvoirs. Puis vous pourrez démarrer notre investigation par une première ébauche de réponse. »


Après avoir entendu ça Nysphri eu un petit rire, il pensait que ce professeur avait l'air intéressant et qu'il avait le mérite d'être honnête,
(peut-être qu'ils sont tous comme ça ici, j'en sais rien vu que c'est mon premier cours) pensa Nysphri,  
puis il se leva par réflexe mais avant de parler il vérifiait qu'il était le seul à vouloir prendre la parole et dit :

Bonjour à tous et enchanté ! je suis Nysphri Soliogas, j'ai 16 ans, mon pouvoir est Mind Aura, il permet en gros d'immobiliser tout autour de moi pendant 25 secondes, je laisse les autres se présenter avant de donner mon avis sur la question.


avatar
Nysphri

Fiche perso'
Infos:
Idéologie Dominante: 2
Exp:
100/100  (100/100)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Educ Civique - Atelier n°1 :: La vie Sociale [Thomas ; Liam ; Gwendoline ; Nysphri ; Jinn]

Message par Jïnn le Ven 28 Juil 2017, 00:52

Jïnn était arrivé en deuxième dans la salle. Il ne se faisait pas prier pour s'asseoir en silence, vêtu de l'uniforme. Il avait reçu un avertissement, et cela ne l'affectait pas plus que ça, même si ça le forçait à devoir faire meilleure impression en cours ou à l'extérieur. Quelle vie de merde à Tsuki...Il se tenait droit sur sa chaise, les bras croisés. Il fermait les yeux un instant. 6 auras...Le prof'...Gwendoline, la disciple en teste, Liam, le futur disciple en teste, et...trois autres qu'il connaissait pas. Ma foi, pourquoi pas. Notre protagoniste lisait le tableau. Calcifer ? Drôle de nom, m'enfin tu me diras...Junalkin c'est pas mieux.

« Bien, bonjour à tous. Je suis le professeur Calcifer, nouvellement mandaté par le directeur de cet institut pour vous enseigner le civisme. Alors je vois bien que vous vous dites – Putain ils nous font faire de l’éducation civique, on va s’faire chier ! – Rassurez-vous, quand on m’a appelé je me suis dit – Putain ils me font faire de l’éducation civique, je vais m’faire chier ! – Alors si on ne veut pas que cette heure de cours, et celles qui vont suivre, soient comme un boulet à nos chevilles jour après jour, PARTICIPEZ ! Enfin sachez que je n’ai pas été appelé pour faire de la discipline, je ne travaille qu’avec ceux qui veulent travailler avec moi. Si ce cours vous ennuie, ne revenez plus. Ca me fera des vacances. »

OOOOOOOOOOOOOH ! Toi mon gars, tu sais parler. Bah ouais, ce mec a absolument tout compris à la vie. No rules, great scotch. Jeanne ! Des wisky et....Calmons nous. Ce prof il savait parler à notre Jïnn sans déconner. On va signer pour un cours, et on verra la suite bro'. Pendant que notre protagoniste gardait son air neutre, il rouvrait les yeux, observant le dit professeur, non pas sans avoir son attention captée sur ce dernier.


« La vie sociale, comment ça marche ? C’est une question à laquelle j’attends de vous des ébauches de réponse et qui poseront un socle sur lequel nous pourrons avancer. Mais avant cela j’aimerais en savoir un peu plus sur chacun de vous. Je vais donc être un vieux con et vous demander de faire un tour de table en introduisant vos noms, âges et pouvoirs. Puis vous pourrez démarrer notre investigation par une première ébauche de réponse. »

Rah non ! Ah non Billy ! Putain de chiasse...C'était le pire timing ever...Liam était là, et il devait retrouver notre protagoniste, si ce dernier dit son pouvoir, il est baiséééééééé. Bon, en plus du fait que Jïnn aime pas le dire aux diamants qui peuvent juste lire un dossier. Après...Est-ce que le professeur Calcifer était con ? Il ne pensait pas...Du coup, cette demande de sa part a un sens, pas comme les autres teubés qui servaient de profs. Bon, on va faire concis, car y'a trop de possibilités avec son pouvoir, et ça ferait chier tout le monde. Tant pis pour Liam, ça ne précipitera que son affrontement contre lui. Mais avant, un autre élève parle :


Bonjour à tous et enchanté ! je suis Nysphri Soliogas, j'ai 16 ans, mon pouvoir est Mind Aura, il permet en gros d'immobiliser tout autour de moi pendant 25 secondes, je laisse les autres se présenter avant de donner mon avis sur la question.


Mind aura ? C'est quoi le rapport avec l'immobilisation ? Il réduit le flux pour immobiliser ? Il contracte tellement le corps de la personne qu'elle ne peut plus bouger ? Il solidifie l'air ? Boarf...Quoi qu'il en soit, c'était utile, mais assez facile à contrer, avec un peu d'imagination. Jïnn levait alors la main, à hauteur de sa tempe. Il gardait une voix calme, mesurée, et sereine, le tout avec le même air neutre :

-Moi c'est Jïnn Junalkin, membre rubis âgé de 18 ans. Mon pouvoir se nomme le Hado. Pour faire simple,
je contrôle mon Ki ce qui m'ouvre des tas de voies possibles d'exploitations en terme d'attaque, de défense, ou de soutien.


Ça vous trouerait presque le cul hein ? Et ouais...Pour la première fois il dit son pouvoir, de manière vague, mais il le dit. Il abaissait sa main, attentif aux autres, gardant un "œil" sur Liam, enfin, plutôt une vision d'aura sur ce dernier, pour pas faire "cc c mwa" de suite.


THEME DU PLAISIRS:

JOYEUX NOËL ! :

Signature TPC:

avatar
Jïnn
MJ

Fiche perso'
Infos:
Idéologie Dominante: 2
Exp:
100/100  (100/100)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Educ Civique - Atelier n°1 :: La vie Sociale [Thomas ; Liam ; Gwendoline ; Nysphri ; Jinn]

Message par Gwendoline Arget le Ven 28 Juil 2017, 11:29

J'arrivais dans la salle, vêtue de mon uniforme comme à chaque fois que j'allais en cours, mes cheveux attachés en queue-de-cheval pour ne pas qu'ils me gênent. Une fois sur le pas de la porte, j’eus un mouvement de recul. La salle était petite. Trop petite. Les deux seules personnes actuellement présentes ne m'étaient pas inconnues, ce qui me rassura un peu. Nysphri et Jïnn. Malgré cela, je choisis la place la plus près de la porte afin de me sentir moins enfermée. Je m'assis, saluais d'un mouvement de tête les personnes que je connaissais, puis observais d'abord mes autres camarades. Oh tiens, j'en connaissais un autre j'avais du mal à me rappeler son prénom. Bah ! Je m'en souviendrais bien à un moment ou à un autre. Je le saluais également. Je n'accordais qu'un bref regard au dernier arrivé, de toute façon, avec un groupe de 5 personnes, j'apprendrais bien assez vite qui il était. Nous étions au complet. Le prof pris la parole :

-Bien, bonjour à tous. Je suis le professeur Calcifer, nouvellement mandaté par le directeur de cet institut pour vous enseigner le civisme. Alors je vois bien que vous vous dites – Putain ils nous font faire de l’éducation civique, on va s’faire chier ! – Rassurez-vous, quand on m’a appelé je me suis dit – Putain ils me font faire de l’éducation civique, je vais m’faire chier ! – Alors si on ne veut pas que cette heure de cours, et celles qui vont suivre, soient comme un boulet à nos chevilles jour après jour, PARTICIPEZ ! Enfin sachez que je n’ai pas été appelé pour faire de la discipline, je ne travaille qu’avec ceux qui veulent travailler avec moi. Si ce cours vous ennuie, ne revenez plus. Ça me fera des vacances.

Bon bah ça, au moins, c'était dit. Je ne savais même pas si j'allais participer, mais je voulais travailler. Enfin apprendre.

-La vie sociale, comment ça marche ? C’est une question à laquelle j’attends de vous des ébauches de réponse et qui poseront un socle sur lequel nous pourrons avancer. Mais avant cela j’aimerais en savoir un peu plus sur chacun de vous. Je vais donc être un vieux con et vous demander de faire un tour de table en introduisant vos noms, âges et pouvoirs. Puis vous pourrez démarrer notre investigation par une première ébauche de réponse.

Et bah, j'en ai aucune idée ! J'attendrais les réponses des autres pour essayer de comprendre un peu mieux ce qu'il voulait dire. A partir de ce moment je me ferais mon opinion. Et je pourrais répondre à mon tour. Nysphri se leva pour commençer :

-Bonjour à tous et enchanté ! je suis Nysphri Soliogas, j'ai 16 ans, mon pouvoir est Mind Aura, il permet en gros d'immobiliser tout autour de moi pendant 25 secondes, je laisse les autres se présenter avant de donner mon avis sur la question.


Puis ce fut au tour de Jïnn :

-Moi c'est Jïnn Junalkin, membre rubis âgé de 18 ans. Mon pouvoir se nomme le Hado. Pour faire simple, je contrôle mon Ki ce qui m'ouvre des tas de voies possibles d'exploitations en terme d'attaque, de défense, ou de soutien.

Euh... oui. Et j'en avait fait les frais. Des deux. Leur pouvoirs ne m'étaient pas inconnus, je savais à quoi m'attendre. Des tas de possibilités.... pffffff..... trop de possibilités oui ! Bref. C'était à mon tour. Oups ! Concentration. Pas de français. Surtout pas. Je pris une grande inspiration avant de me lancer :

-Je m'appelle Gwendoline Arget. J'ai 17 ans. Mon pouvoir est l'Eaburedo. Je peux faire apparaître des lames sur des gardes que je possède déjà et des pointes de flèches sur des hampes vides.

Je fixais les gens présents autour de moi, attendant qu'ils se présentent à leur tour. Puis je reportais mon attention sur le professeur. M.Calcifer... Il était grand... Avec des cheveux presque blancs... Et une barbe... J'étais intimidée à vrai dire. Je ne savais pas trop quoi penser. Fialinn était, comme à son habitude, placée dans mon sac à dos de façon à ce que je puisse la saisir rapidement ce qui aurais dû me rassurer. Je me mis à jouer nerveusement avec mon médaillon. Tout ça juste à cause d'une salle. C'était pitoyable. Mais je ne pouvais pas m'en empêcher.


Je parle en français en italique

avatar
Gwendoline Arget

Fiche perso'
Infos:
Idéologie Dominante: 2
Exp:
100/100  (100/100)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Educ Civique - Atelier n°1 :: La vie Sociale [Thomas ; Liam ; Gwendoline ; Nysphri ; Jinn]

Message par Liam le Ven 28 Juil 2017, 16:59

Hello les gens ! On se retrouve pour un nouvel épisode du Wicketson ! Ce matin en me levant j'ai regardé sur le calendrier commun de la chambre. Y avait un rond avec écrit ''EDUCATION CIVIQUE LIAM !!!'' et j'ai donc déduis que c'était pour moi. Ouais je suis un génie je sais, donc j'ai enfilé mes affaires de base. Un jean, un T-shirt manche courte noir et mon sweat-shirt rouge avec un as de pique comme symbole. J'ai ensuite retiré le sweat parce que je suis un idiot et que j'ai oublié d'enfiler mes paquets de cartes. Manche droite, deux paquets basiques retenus par des élastiques et manche gauche 52 cartaciers dans leurs paquets renforcé avec beaucoup de scotch. Maintenant je met un paquet sur ce type de carte car j'en ai eu marre de me couper le bras. J'ai ensuite enfilé mes lunettes de soleil teinture rouge pour cacher un odieux coquard fait par un voleur de sac à main cette nuit. En plus ces lunettes me donnent un air trop classe et ça plaît aux petites Émeraudes. Après avoir fini les bêtises j'ai remis mes affaires et ait fourré mon téléphone dans ma poche.

Là je suis devant la porte de ma chambre et je regarde un tuto pour apprendre à faire ses lacets. J'ai  réussi mais ça ressemble pas à un nœud de papillon. C'est plutôt une boule de fils un peu bizarre que je vais devoir couper avec un couteau pour retirer mes chaussures en rentrant. Je passe en coup de vent dans le hall pour acheter un sachet de mini-cookies dans le nouveau distributeur qui est là pour remplacer son prédécesseur que j'ai cassé.

Là je me dirige vers la salle de cours avec mes super lunettes de soleil, mes mains dans les poches et ma clope à la bouche. Vous allez vous dire, mais Liam tu fume ?!? Et non, c'est des cigarettes en chocolat, en vérité je déteste la cigarette mais je surkiff le geste de fumer. Et en plus je fais pas assez gaffe à moi et je m'en suis aperçu avec Kyoku quand j'ai réalisé que mon repas pour tenir tout une journée entière se résumait à une barre de chocolat. J'ai jamais pris le temps de vraiment manger, ça doit être resté en tant qu'habitude le fait d'avoir un aussi petit appétit. Je finis de croquer ma friandise avant de rentrer en classe.

   Le prof à l'air stylé. Je vais éviter de le décrire plus sinon je vais avoir l'impression de le sucer sans le connaître. Mais vous savez il ressemble à Alfred dans Batman, en plus classe parce qu'il a un petit style ''Français mousquetaire'', oui je viens d'inventer ce style mais c'est pas grave. Voilà, ça c'est fait. Donc je me déplace vers une table libre au dernier rang, tire ma chaise et m'installe. Je pose mon saaaaaaaaaaaaa...Hé merde, j'ai oublié mon sac et mes affaires dans la chambre. Liam, ça s'appelle le karma...

J'expire bruyamment mon mécontentement de devoir faire cours sans affaire. J'observe le tableau en sortant un jeu de carte et commence à faire une pyramide de cartes. Je vais passer les détails mais j'ai encore un peu plus l’ennui qui monte quand le cours commence enfin. Le prof s'approche de nous et déclame une phrase trop stylé de prof trop stylé :


-Bien, bonjour à tous. Je suis le professeur Calcifer, nouvellement mandaté par le directeur de cet institut pour vous enseigner le civisme. Alors je vois bien que vous vous dites – Putain ils nous font faire de l’éducation civique, on va s’faire chier ! – Rassurez-vous, quand on m’a appelé je me suis dit – Putain ils me font faire de l’éducation civique, je vais m’faire chier ! – Alors si on ne veut pas que cette heure de cours, et celles qui vont suivre, soient comme un boulet à nos chevilles jour après jour, PARTICIPEZ ! Enfin sachez que je n’ai pas été appelé pour faire de la discipline, je ne travaille qu’avec ceux qui veulent travailler avec moi. Si ce cours vous ennuie, ne revenez plus. Ça me fera des vacances.

Sa race le mec m'a encore plus motivé que cet Américain qui gueule dans les vestiaires lors du SuperBowl. Déjà ce prof là il vient de gagner 10 points en respect de ma part.

-La vie sociale, comment ça marche ? C’est une question à laquelle j’attends de vous des ébauches de réponse et qui poseront un socle sur lequel nous pourrons avancer. Mais avant cela j’aimerais en savoir un peu plus sur chacun de vous. Je vais donc être un vieux con et vous demander de faire un tour de table en introduisant vos noms, âges et pouvoirs. Puis vous pourrez démarrer notre investigation par une première ébauche de réponse.

    Hein ? Mais il est pas sensé avoir lu nos dossiers ? Pourquoi il voudrait qu'on se présente alors...Bah, ça doit être pour que les autres élèves sachent qui on est. Ouais il me semble que c'est ça. Je reconnais personne sauf le gros costaud pas loin qui me dit un truc. Bah on verra bien, c'est surtout ses trais faciaux au niveau du nez, des joues et de la mâchoire. Enfin il y a surtout sa corpulence de buffle en puissance. Ouais c'est une possibilité que ce soit lui, depuis que je lui ait parlé j'ai pas croisé beaucoup de gens et j'me suis un peu enfermé dans ma chambre pour bosser mon pouvoir et créer des cartes toujours plus complexes. En même temps le Jall-Wawe il a un visage assez facile à retenir. C'est là ou tu sens que toutes ces années de Poker ça paye, les gars ils passent leur vie à jouer au Poker avec des lunettes. Donc je finis quand même par reconnaître un peu les gens quand ils retirent leurs lunettes de soleil.

-Bonjour à tous et enchanté ! je suis Nysphri Soliogas, j'ai 16 ans, mon pouvoir est Mind Aura, il permet en gros d'immobiliser tout autour de moi pendant 25 secondes, je laisse les autres se présenter avant de donner mon avis sur la question.

    Tout immobiliser autour de lui pendant 25 secondes hein ? Facile à battre avec la tornado-card, ma nouvelle technique fraîchement acquise après ma ''mutation''. Il à l'air sympa, faudra que j'essaye de lui taxer un crayon vu que j'ai pas mes affaires. J'ai jamais mes affaires...

-Moi c'est Jïnn Junalkin, membre rubis âgé de 18 ans. Mon pouvoir se nomme le Hado. Pour faire simple, je contrôle mon Ki ce qui m'ouvre des tas de voies possibles d'exploitations en terme d'attaque, de défense, ou de soutien.

    Hado ? Bizarre comme nom, ok attaque et défenses jusque là moi aussi j'peux le faire comme beaucoup de gens à Tsuki qui savent réellement se servir de leurs pouvoirs. Mais le coup du soutien c'est pratiquement obligé que ce soit lui. C'est à dire que quand je l'ai vu j'ai pensé que c'était lui à 50% vu le physique toussa toussa. La voix 75% et le pouvoir 95%. C'est à dire que si c'est pas lui c'est son jumeau...

-Je m'appelle Gwendoline Arget. J'ai 17 ans. Mon pouvoir est l'Eaburedo. Je peux faire apparaître des lames sur des gardes que je possède déjà et des pointes de flèches sur des hampes vides.

    HEIN ? Mais elle a 17 ans ?!? Elle a un corps de gamine de 10 ans, même une autoroute à plus de poitrine qu'elle. Bon, c'est pas grave. J'espère que je pourrais lui taxer une règle ou une gomme. Mais ce pouvoir est presque inutile, enfin chaque pouvoir à son utilité. Elle peut se balader avec une garde toute petite et créer une grosse claymore d'un coup. C'est classe, mais encore plus simple à battre que Nysphri. Tien je crois que c'est à moi. Je réajuste légèrement mes lunettes de soleil et me recoiffe vite fait histoire d'avoir l'air un minimum sérieux.

-Liam Wicketson enchanté de vous rencontrer. Ma petite phrase d'accroche fétiche. J'ai 17 ans et je manipule les cartes de jeux par la télékinésie.

    Nan j'ai pas fait mon ptit Japonais en me levant debout, j'suis de Las Vegas moi. J'ai pas le time pour me lever, si ce prof me demande de le faire je le ferais parce que jusqu'à maintenant je le respecte. Par contre ça va se corser si il me demande lire un extrait d'un livre, j'vous rappelle que mon niveau en lecture c'est celui d'un fin CP. Mais normalement c'est écrit sur mon dossier que j'ai pas un bon niveau en lecture, il devrait y faire gaffe si tout se passe bien...

HRP:
J'écris en Indigo


Si vous vous ennuyez :

La Hype est très présente en moi:

"Liam et Dwin, le duo de la chatte."
Le thème du Liam.:

"C'est formidable le poker. Ce qui compte, ce n'est pas de disposer de bonnes ou de mauvaises cartes mais de savoir jouer avec les mauvaises. Sinon t'es baisé..."
La classe d'un homme qui réussit ses jets:

Liam
MJ

Fiche perso'
Infos:
Idéologie Dominante: 2
Exp:
100/100  (100/100)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Educ Civique - Atelier n°1 :: La vie Sociale [Thomas ; Liam ; Gwendoline ; Nysphri ; Jinn]

Message par Thomas Williams le Lun 31 Juil 2017, 19:47

La veille, j'avais eu du mal à m'endormir. Pourtant je n'avais rien fait de bien particulier, mais quelque chose me tracassait, sans que je n'arrive à cerner de quoi il pouvait bien s'agir. J'avais comme un drôle de pressentiment.

Cette mauvaise impression était très certainement annonciatrice de ce qui allait se passer le lendemain, après avoir été réveillé par mes camarades de chambres et par dessus tout la lumière aveuglante du soleil. J'avais à peine dormi quatre heures, et n'étais pour tout dire pas au mieux de ma forme. Je me levai cependant péniblement, et me préparai pour ce cours auquel je m'étais inscrit. J'eus du mal à troquer ma tenue noire pour l'uniforme, trop apeuré que celui-ci laisse entrevoir les bandages qui me serraient les bras, mais m'y résolus finalement. Il y avait un règlement, et je devais m'y plier. À moi ensuite de rester discret et sur mes gardes.

J'allai manger un petit peu, sans jamais oublier la promesse que j'avais faite à Samantha le jour de notre départ pour Tsuki. Seulement, je ne réussis une fois de plus qu'à avaler un abricot. Je n'en mangeais pas souvent en Amérique, il fallait croire que c'était une nouvelle habitude que j'avais développée à l'académie. Une fois ce rituel accompli, je repartis dans ma chambre pour terminer les préparatifs pour le cours.

...

...

...

Ne me demandez pas ce qui avait bien pu se passer, je n'en ai pas la moindre idée. Je m'étais réveillé à moitié affalé sur mon lit, à moitié sur le sol, comme si je m'étais écroulé de fatigue. Je jetai un œil au radio-réveil qui se trouvait sur ma table de nuit, et constatai avec effroi qu'il ne restait plus que quelques minutes avant le début du cours.

Je me relevai dans la précipitation et me dépêchai d'enfourner dans mon sac un bloc note et un stylo bic noir, avant de courir dans les couloirs jusqu'à la salle de cours. J'avais tout de même posé sur mes épaules, par dessus l'uniforme, mon éternelle veste noire, qui me rassurait un petit-peu. Ca n'était pas interdit, si, d'assortir un vêtement supplémentaire à l'uniforme? J'étais en panique, et n'avais bien sûr aucune envie ni d'arriver en retard ni de me faire remarquer.

Par chance, par miracle même j'arrivai au moment où les autres élèves commençaient à rentrer dans la classe. À partir de là je pouvais être rassuré, mais pourtant je n'étais pas au bout de mes peines. Il n'y avait - je crois - dans cette salle qu'une seule personne que je connaissais; la jeune fille de la salle de musique. J'hésitai à aller m'asseoir à ses côtés, ou au moins à le lui en demander la permission, mais finalement je pris une place contre un mur, au second rang, récupérant doucement mon souffle. Avoir couru, même sur cette courte distance, m'avait donné des débuts de nausées dont je me remis peu à peu. Le professeur entamait les présentations.

"-Bien, bonjour à tous. Je suis le professeur Calcifer, nouvellement mandaté par le directeur de cet institut pour vous enseigner le civisme. Alors je vois bien que vous vous dites – Putain ils nous font faire de l’éducation civique, on va s’faire chier ! – Rassurez-vous, quand on m’a appelé je me suis dit – Putain ils me font faire de l’éducation civique, je vais m’faire chier ! – Alors si on ne veut pas que cette heure de cours, et celles qui vont suivre, soient comme un boulet à nos chevilles jour après jour, PARTICIPEZ ! Enfin sachez que je n’ai pas été appelé pour faire de la discipline, je ne travaille qu’avec ceux qui veulent travailler avec moi. Si ce cours vous ennuie, ne revenez plus. Ca me fera des vacances."

Et bien... Il avait le mérite d'être franc, je ne pouvais que l'admettre. Cependant, en ce qui me concernait, je n'avais pas peur de m'ennuyer pendant ce cours, ni à aucun autre d'ailleurs. Sûrement ma nature de bon élève, il fallait croire. Au moment où il prononçai ces mots, je me jurai comme intérieurement de me forcer à participer; après tout il n'y avait pas grand monde, et j'arrivais très bien à être sociable quand j'y mettais un tout petit peu du mien. Il continua

"-La vie sociale, comment ça marche ? C’est une question à laquelle j’attends de vous des ébauches de réponse et qui poseront un socle sur lequel nous pourrons avancer. Mais avant cela j’aimerais en savoir un peu plus sur chacun de vous. Je vais donc être un vieux con et vous demander de faire un tour de table en introduisant vos noms, âges..."

D'apparence un cours tout ce qu'il pouvait y avoir de plus normal.

"-et pouvoirs..."

Mon cœur s'arrêta un instant de battre.

"-...Puis vous pourrez démarrer notre investigation par une première ébauche de réponse.

P... P... Pouvoirs? Un vent de panique souffla dans mon esprit. Je n'avais aucun pouvoir, n'en avais jamais eu, et je n'en aurai certainement jamais. Que pouvais-je dire? Mentir? Et si on me demandait de faire une démonstration? J'allais me retrouver bloqué! Il fallait que je trouve quelque chose, quelque chose de passif et d'indémontrable, et vite! Pendant ce temps, les autres commençaient à se présenter, et j'écoutais attentivement tout en réfléchissant.

Le premier était un garçon brun, qui se leva sans aucune gêne ni timidité pour ouvrir le bal qu'allait être mon exécution.

"-Bonjour à tous et enchanté ! je suis Nysphri Soliogas, j'ai 16 ans, mon pouvoir est Mind Aura, il permet en gros d'immobiliser tout autour de moi pendant 25 secondes, je laisse les autres se présenter avant de donner mon avis sur la question."

Pas timide, mais préférant quand même voir l'avis des autres avant de donner le sien. Comme quoi, la pression sociale affectait même les plus courageux. Mais je ne me souvenais pas avoir déjà ni constaté ni entendu les descriptions des pouvoirs que les gens pouvaient avoir, ici, alors j'étais à la fois fasciné et impressionné. Enfin, il ya avait bien Sam', mais c'était tout. Ca me paraissait extrêmement... puissant. Puissant et précis. Il avait parfaitement conscience de ses propres limites, ce que je ne m'imaginais pas si simple que ça. Mais après, j'étais totalement extérieur à ce monde de pouvoirs... Je ne savais rien.

Le second était aussi extrêmement imposant. Bien plus, en fait. J'étais persuadé que si il le voulait il aurait pu réduire mes os en miettes d'une simple poignée de mains. Je commençai peut-être à avoir un peu peur...

"-Moi c'est Jïnn Junalkin, membre rubis âgé de 18 ans. Mon pouvoir se nomme le Hado. Pour faire simple,
je contrôle mon Ki ce qui m'ouvre des tas de voies possibles d'exploitations en terme d'attaque, de défense, ou de soutien."


Je n'étais pas du tout sûr d'avoir compris, mais je me sentais encore moins en sécurité. Je prenais en fait peu à peu conscience que j'étais nu au milieu d'eux tous, sans défense que mes mots tremblants.

Ce fut ensuite la blonde que j'avais croisée en salle de musique.

"-Je m'appelle Gwendoline Arget. J'ai 17 ans. Mon pouvoir est l'Eaburedo. Je peux faire apparaître des lames sur des gardes que je possède déjà et des pointes de flèches sur des hampes vides."

Tout semble extrêmement centré sur le combat...

"-Liam Wicketson enchanté de vous rencontrer. J'ai 17 ans et je manipule les cartes de jeux par la télékinésie."

Original. Eeet... C'était désormais mon tour. Je devais choisir comment m'y prendre. Seuls deux choix me semblaient envisageables: soit je contournais la question, soit je disais que je ne pouvais pas révéler mon pouvoir. Mais je craignais que cette seconde solution me fasse passer pour une personne allant à l'encontre des règles, ou encore qui se croirait au dessus des autres à se permettre des choses, alors je préférais éviter. Mieux valait passer pour un abruti que pour une enflure. Je me levai donc le plus silencieusement possible, et annonçai d'un ton que je voulais clair, mais peut-être un peu plus bas que ce que j'aurais voulu:

"-Je...Je m'appelle Thomas Williams, 20 ans."

J'étais le plus âgé, et pourtant le plus mal à l'aise. Toujours debout, je décidai d'essayer de me raccrocher aux branches comme possible.

"-Euh... Je suppose... La vie sociale marche si chacun décide d'y contribuer, un peu comme une gigantesque fourmilière? Chacun a son rôle à suivre, et en le respectant permet à la vie sociale de rester en place?"

Je n'étais pas très sûr de moi.


#890000

Toutes les blessures qui couvrent mes poignets, la
Honte qui ronge mon être
Ont eu raison de moi je le sais.
Mais je continue de marcher en homme piètre
Avec cette lueur d'espoir qui disparaît
Seul avec cette ambition d'être parfait.
avatar
Thomas Williams

Fiche perso'
Infos:
Idéologie Dominante: 2
Exp:
100/100  (100/100)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Educ Civique - Atelier n°1 :: La vie Sociale [Thomas ; Liam ; Gwendoline ; Nysphri ; Jinn]

Message par Invité le Lun 31 Juil 2017, 22:29

Immobile, adossé à son bureau, Dorian observa un à un les élèves qui prenaient la parole.
Nysphri commença, c'était un jeune du genre hyperactif. Plein d'enthousiasme, ce qui pouvait être extrêmement prometteur, à condition qu'il sache canaliser cette énergie, ce qui, de toute évidence, n'était pas gagné. Son entrée en matière fut à son image : directe et vive. Ainsi ça n'était pas une blague, ces enfants étaient véritablement "anormalement doués". Bien que ses premières journées au sein de Tsuki aient eu leur lot de bizarreries, il commençait à se dire qu'il faudrait aller faire un détour par les dossiers des élèves à l'occasion.
Sans réelle surprise, il n'eut aucune réponse à sa question principale, volontairement vague, et qui était censée lancer le cours. Ensuite, il observa avec un amusement dissimulé au mieux la façon dont Nysphri avait passé la balle à son voisin.

Voisin qui avait dans le regard un quelque chose de ... dangereux, pas malveillant, ni agressif, mais dangereux. Impression qui fut confirmée lorsqu'il prit la parole. Impassible, Dorian écouta Jïnn se présenter et parler brièvement de son "Hado". D'accord, celui-ci faisait monter lentement le niveau d'anxiété ; c'est à dire que la température était en train de baisser. Il était dans son intérêt de garder dans cette salle une température normale. Lorsque le rubis se tut, Dorian, toujours impassible en apparence, prit le temps de se tourner vers la demoiselle avant d'expirer imperceptiblement tout en tâchant de stabiliser son rythme cardiaque.

Heureusement les deux qui suivirent le firent plus sourire qu'autre chose. Non pas qu'ils ne soient pas menaçants, mais ils avaient dans leur attitude quelque chose qui les humanisait un peu. La demoiselle d'abord, Gwendoline, était non-seulement en total décalage avec son âge réel, mais elle avait aussi eu l'air un peu tendue dès son entrée dans la salle. En plus du fait qu'elle était timide, de toute évidence, et avait un petit air de défi qui rappela au professeur qu'il était en présence d'enfants, adolescents, certes, et pour beaucoup lestés d'un passé houleux, mais enfants néanmoins.
Ce fut alors au garçon perdu de prendre la parole. Il faut dire qu'il aurait tout aussi bien pu s'être assis là par accident. Pas d'affaires, rien pour prendre des notes, des lunettes de soleil, une cigarette ; probablement une fausse vu comme il la mâchouillait pensivement ; et ... des cartes. Cartes qu'il s'amusait à dresser en château tandis que chacun se présentait. Il avait néanmoins suivi puisqu'il répondit dès que le regard du professeur s'arrêta sur lui. Pour le coup, Dorian s'amusait comme un gosse. Il dut réprimer un sourire avant de se tourner vers le dernier à prendre la parole.

Thomas était de toute évidence le plus timide. Encore qu'il ne s'agisse pas forcément de timidité. Toujours est-il qu'il avait l'air complètement perdu.
Deux choses : d'abord il n'avait pas révélé son pouvoir, ensuite il avait apporté une ébauche de réponse à la question initiale. Ce qu'aucun des autres n'avait fait. Dorian resta un moment silencieux, à observer fixement le dernier intervenant. Le fait qu'il ait gardé le silence sur son pouvoir représentait une gêne dans l'esprit de Cal qui avait horreur de l'inconnu. Il n'en fit pourtant pas une affaire publique et après ce petit tour de table, il avait de nombreuses choses à l'esprit.
Il prit alors une petite inspiration et remonta en scène :

" Bien, merci à tous, sachez que nous venons de poser les bases de la vie sociale et ses limites par la même occasion. Et qu'est-ce qu'on a fait ? "

Il laissa un petit silence.

" Nous nous sommes présentés. Ce faisant, vous avez accepté de prêter attention à la parole de chacun et avez reconnu à chacun le droit de se présenter. Ça n'a l'air de rien comme ça, mais il faut se rendre compte que ça n'est pas quelque chose de naturel. Et comme nous avons vu les bases, nous avons aussi vu les limites. Aucun d'entre vous n'a répondu à la totalité de mes questions. L'un d'entre vous a décidé de ne pas se mouiller, trois d'entre vous ont choisi de suivre le premier et l'un d'entre vous nous a tous surpris. Et ça, c'est totalement naturel. "

L'enseignant fit une nouvelle pause en sondant la salle, il souhaitait être sûr d'avoir l'attention de ses élèves.

" La réponse que nous a apporté Thomas contient des éléments intéressants mais elle énonce plus une conséquence de la vie sociale que son fonctionnement à proprement parler. Je m'explique : vous n'avez pas répondu à chacune de mes questions. Vous avez fait le choix de ne pas répondre à tout et pourtant vous avez tous répondu à trois questions sur quatre. "

Le professeur fit une pause théâtrale en levant un doigt.

" Nous avons mis le doigt sur un problème de taille ! Faisons-nous le choix de contribuer à la bonne marche de la société ? Ou sommes-nous les jouets de cette société ? "

Il offrit alors un grand sourire plein d’espièglerie en ramenant ses bras derrière son dos.

" Aller, déliez vos langues, je suis sûr que vous êtes bousculés dans vos certitudes, je sens que quelque chose se passe. Faites moi rêver, montrez moi que vous savez faire tourner vos méninges. "

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: Educ Civique - Atelier n°1 :: La vie Sociale [Thomas ; Liam ; Gwendoline ; Nysphri ; Jinn]

Message par Nysphri le Mar 01 Aoû 2017, 01:12

Après s'être assis, Nysphri attendit sagement que tout le monde se présente, il les regardait un à un avec son sourire naturel sans faire vraiment attention à ce qu'ils disaient, à part la partie qui concerne les pouvoir, ce qui l'intéressait le plus.
Au final un pouvait contrôler son Ki, Nysphri trouvait ce pouvoir intéressant, Au sujet de Gwendoline il ne l'écouta pas vraiment étant donné qu'il avait déjà fait les frais de son pouvoir, il se contenta juste de la regarder. Ensuite, un autre pouvais manipuler les cartes par télékinésie, et enfin le dernier il pouvait... Bah en vérité Nysphri ne savait pas étant donné qu'il n'a pas voulu le dire, il fut vraiment déçu et fit même une petite grimace de mécontentement.

Il se demandait ce que le professeur pensait à les regarder comme ça, en tous cas Nysphri était attentif et fixait Mr.Calcifer en étant pressé d'entendre la suite de son cours, ça se voyait peut-être un peu trop sur son visage d'ailleurs. Au bout de peu de temps le professeur pris la parole :

" Bien, merci à tous, sachez que nous venons de poser les bases de la vie sociale et ses limites par la même occasion. Et qu'est-ce qu'on a fait ? "

Il laissa un silence avant de continuer :

" Nous nous sommes présentés. Ce faisant, vous avez accepté de prêter attention à la parole de chacun et avez reconnu à chacun le droit de se présenter. Ça n'a l'air de rien comme ça, mais il faut se rendre compte que ça n'est pas quelque chose de naturel. Et comme nous avons vu les bases, nous avons aussi vu les limites. Aucun d'entre vous n'a répondu à la totalité de mes questions. L'un d'entre vous a décidé de ne pas se mouiller, trois d'entre vous ont choisi de suivre le premier et l'un d'entre vous nous a tous surpris. Et ça, c'est totalement naturel. "

(Ahah je suis content d'avoir pris la parole en premier) pensa Nysphri, il aimait bien la façon de parler du professeur et il l'écoutait avec un air enjoué et acquiesçait en hochant la tête. Après une nouvelle petite pause Mr.Calcifer repris :

" La réponse que nous a apporté Thomas contient des éléments intéressants mais elle énonce plus une conséquence de la vie sociale que son fonctionnement à proprement parler. Je m'explique : vous n'avez pas répondu à chacune de mes questions. Vous avez fait le choix de ne pas répondre à tout et pourtant vous avez tous répondu à trois questions sur quatre. "

Nysphri était vraiment passionné par ce qu'il disait et après avoir entendu ça ouvra un peu la bouche avec un air de quelqu'un qui découvre quelque chose, mais il se rendit vite compte de son ridicule et ne voulait pas être juger, il se redressa donc vite et reprit une attitude normale.

" Nous avons mis le doigt sur un problème de taille ! Faisons-nous le choix de contribuer à la bonne marche de la société ? Ou sommes-nous les jouets de cette société ? "

Le professeur pris un grand sourire et mis les bras derrière son dos, et termina avec :

" Aller, déliez vos langues, je suis sûr que vous êtes bousculés dans vos certitudes, je sens que quelque chose se passe. Faites moi rêver, montrez moi que vous savez faire tourner vos méninges. "

Nysphri reconnaissait bien là l'attitude d'un professeur, mais il était surtout en train de réfléchir à la question, c'est vrai ça on est des jouets ou on fais avancer les choses ? L'idée d'être un jouet ne lui plaisais pas mais il devait y réfléchir sérieusement.
Il se creusa le cerveau puis pris la parole :

À vrai dire l'idée d'être un jouet de la société ne me plait pas, mais forcer de constater que c'est ce que nous sommes un peu tous parfois, qu'on veuille se l'admettre où non, mais moi je vous pose une question, en quoi être un jouet de la société ne la ferait pas avancer justement ? Moi je pense que en fait en voulant se différencier des autres pour faire avancer les autres, on fait quand même partie de la machine est finalement on est pas si différent.

Nysphri était content de sa réponse et attendit la réaction des autres.


avatar
Nysphri

Fiche perso'
Infos:
Idéologie Dominante: 2
Exp:
100/100  (100/100)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Educ Civique - Atelier n°1 :: La vie Sociale [Thomas ; Liam ; Gwendoline ; Nysphri ; Jinn]

Message par Jïnn le Mer 02 Aoû 2017, 16:09

Il connaissait déja le pouvoir de Gwendoline. Jusque là, rien de bien nouveau. Par contre, Mastercard qui se nomme Liam, ça c'était un scoop à garder. Notons que Liam était arrivé en digne rubis...Sans rien. De ce point de vue, Jïnn était, normalement, sérieux pendant l'heure de classe. Il sortait son petit bloc note au passage et un stylo bleu. Le dernier élève ne semblait pas méga détendu, il n'avait même pas dit son pouvoir. Il y avait à cela plusieurs possibilités : Soit à l'image de Ker Ys il ne le connaissait pas, soit il perdait la mémoire à chaque utilisation, soit son pouvoir réunit trop de conditions peu probables de réunir. C'était la théorie...en pratique...Jïnn s'en battait un peu le coquillard. Il écoutait attentivement le professeur même si pendant qu'il que le Junalkin se présentait il cru sentir une variation de température aussi infime soit-elle. Il notait cela dans un coin de sa tête, curieux. Faisait-il flipper le diamant ? C'était pas réellement son but. À voir par la suite

Il écoutait attentivement. Il n'était pas réellement d'accord avec ce que Dorian racontait. Enfin..."Suivre" ça ne lui plaisait pas trop à entendre. Il était naturel pour lui et ses valeurs de respect de laisser tout le monde se présenter avant d'établir un débat. M'enfin, dans les faits, Calcifer a raison.
Maintenant, le guerrier du Hado fermait les yeux, pensif. Contribuer ou jouet ? Humm...Sa vision des choses a bien changé depuis le temps. Puis le développement de son pouvoir lui permettait de voir le monde sous une forme différente. Les auras...des milliers chaque instants s'éteignent et naissent. Certains sont plus importantes que d'autres, et chacune est différente. Pourtant, elles participent toutes à un même mouvement : la vie. C'était ce genre de questionnement qu'avait notre protagoniste lors de ses méditations.

Il écoutait ensuite la réponse de l'émeraude un peu déter'. Il posait une question...soit. Jïnn allait prendre des risques. Ce n'étqit encore qu'un jeune homme après tout :

-Personnellement, contribuer et être jouet sont deux choses miscibles et relatives selon moi. Je pense que tout n'est qu'une question de conscience liée à un peu de génétique. L'Homme est grégaire par nature, il a besoin d'une leader pour le guider. On a toujours fonctionné comme ça. De ce fait, chacun doit rentrer dans une case pour servir le groupe dans la survie. Maintenant...On pourrait penser que le leader a le rôle le plus sympathique...et....pas vraiment. Si on se base sur le cogito ergo sum "Je pense donc je suis" alors le maître peut se penser tout puissant face à l'esclave...mais l'esclave est autant le jouet du maître que l'inverse. C'est un tout, un ensemble. Rien que dans cette salle, nous sommes tous différents, de par nos auras, nos passés, et notre enveloppe charnelle etc...
tout ça pour dire que finalement, la vie sociale pourrait se résumer à soit un échange de bons procédés pour mener à bien la survie et le développement d'une puissance, soit à une vision plus belle de la chose en utilisant le mot "Travail d'équipe" "coopération" ou "Entraide" car unis nous sommes plus forts, soit la vie est une pute et sans émancipation le pigeon ne se rendra pas compte que c'est un pigeon.
C'est un peu brouillon comme explication, mais sur le tas j'ai pas trouvé mieux.


Il s'était surement un brin emporté dans sa tirade. M'enfin, le professeur pourra jouer son rôle et éduquer le jouet qu'il était, n'est-ce pas ?


THEME DU PLAISIRS:

JOYEUX NOËL ! :

Signature TPC:

avatar
Jïnn
MJ

Fiche perso'
Infos:
Idéologie Dominante: 2
Exp:
100/100  (100/100)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Educ Civique - Atelier n°1 :: La vie Sociale [Thomas ; Liam ; Gwendoline ; Nysphri ; Jinn]

Message par Liam le Mer 02 Aoû 2017, 19:52

Allez Liam, arrête de faire le con. Finis ta clope et range ton jeux de carte, mange là et met toi à écouter. Et surtout n'hésite pas à gratter des affaires si jamais t'aurais besoin d'écrire. Rangeant mes cartes par respect pour le professeur et engloutissant ma cigarette en chocolat je me mit à écouter un peu plus sérieusement. Allez bonhomme concentre-toi, pour une fois tu t'es pas inscrit dans ce cours pour glander et insulter le prof.

"-Je...Je m'appelle Thomas Williams, 20 ans."

    Whut, le dernier type il a un problème ou ça se passe comment ? Il a envie de chier et il essaye de le cacher où-bien  ? Si il a besoin d'aller aux chiottes faut juste demander au prof, j'suppose que c'est pas un enculé fini et qu'il le laissera partir. Parce que là on est en début d'heure et si il est déjà dans cet état j'imagine pas ce qui va se passer en fin d'heure. Il va crever ou succomber, tué par diarrhée. Chaud, au moins j'pourrais dire que j'ai connu quelqu'un qui est mort de s'être retenu d'aller aux chiottes. Ma plus grande victoire. Ou sinon il est ptêtre juste pas à l'aise, à vérifier...

"-Euh... Je suppose... La vie sociale marche si chacun décide d'y contribuer, un peu comme une gigantesque fourmilière? Chacun a son rôle à suivre, et en le respectant permet à la vie sociale de rester en place?"

    Heu, il a pas zappé le pouvoir magique là ? Bah ptêtre qu'il le trouve pas cool, ou alors c'est son pouvoir qui lui donne tant envie d'aller aux toilettes. C'est possible qu'il possède un ''super-colon'', si c'est ça je ferais mieux de me décaler d'un rang ou deux histoire de ne pas me prendre un "diarrhea spray !''. Nan mais laisse pisser Liam, il aura un pantalon ou une couche pour retenir le bordel j'pense.

" Bien, merci à tous, sachez que nous venons de poser les bases de la vie sociale et ses limites par la même occasion. Et qu'est-ce qu'on a fait ? "

    On s'est présenté ? Bah j'en sais rien, en vérité si je suis venu dans ce cours c'est pour écouter l'avis des gens qui doivent s'intégrer en société, pas donner mon avis qui est trop décalé par rapport à la réalité.

" Nous nous sommes présentés. Ce faisant, vous avez accepté de prêter attention à la parole de chacun et avez reconnu à chacun le droit de se présenter. Ça n'a l'air de rien comme ça, mais il faut se rendre compte que ça n'est pas quelque chose de naturel. Et comme nous avons vu les bases, nous avons aussi vu les limites. Aucun d'entre vous n'a répondu à la totalité de mes questions. L'un d'entre vous a décidé de ne pas se mouiller, trois d'entre vous ont choisi de suivre le premier et l'un d'entre vous nous a tous surpris. Et ça, c'est totalement naturel. La réponse que nous a apporté Thomas contient des éléments intéressants mais elle énonce plus une conséquence de la vie sociale que son fonctionnement à proprement parler. Je m'explique : vous n'avez pas répondu à chacune de mes questions. Vous avez fait le choix de ne pas répondre à tout et pourtant vous avez tous répondu à trois questions sur quatre. "


    Bah, j'm'en fous totalement en théorie de respecter ou pas les autres. Je leur doit le respect pour l'instant, donc j'me suis pas permis de les interrompre. Et si j'ai pas parlé de la vie sociale à la fin de ma ptite présentation c'était pour ne pas me faire interrompre par un des élèves présent voir même le prof. Puis qu'est-ce que j'y connais en vie sociale, j'ai vécu 13 ans de ma vie dans une cave le jour et  dans les salles d'un casino la nuit. Donc en terme d'expérience sociale j'suis ptêtre pas le meilleur pour parler. Ça fait que 7 mois que je suis en liberté et j'étais trop petit pour me souvenir de ma vie d'enfant avant le casino.

Aller, déliez vos langues, je suis sûr que vous êtes bousculés dans vos certitudes, je sens que quelque chose se passe. Faites moi rêver, montrez moi que vous savez faire tourner vos méninges. "

    Aucunes de mes certitudes n'a été bousculé, je n'ai fait qu'écouter. Pas enregistrer et me dire ''j'ai trouvé la réponse à la vie ! Ce prof est un génie''. Nan, et pour le faire rêver si ce qu'il lui faut c'est des élèves qui parlent société ce type à vraiment des vieux fétiche cheloux.

-À vrai dire l'idée d'être un jouet de la société ne me plait pas, mais forcer de constater que c'est ce que nous sommes un peu tous parfois, qu'on veuille se l'admettre où non, mais moi je vous pose une question, en quoi être un jouet de la société ne la ferait pas avancer justement ? Moi je pense que en fait en voulant se différencier des autres pour faire avancer les autres, on fait quand même partie de la machine est finalement on est pas si différent.

     Nysphri n'a pas raison, il n'a pas tord. Je juge pas, j'écoute...Juste que le cas sociétal qu'il énonce ne s'applique pas à tout le monde. De toute façon les débats sociétaux m'ont toujours paru stérile car chaque personne refusait d'avoir tort, donc j'interviens pas pour l'instant. Et j'vais pas vous mentir que si je n'avait pas joué les héros jusqu'à 5 heures ce matin j'aurais peut-être un peu plus participé. Mais là la fatigue me rattrape légèrement, les règles du jeu on changé. Maintenant le but c'est plus de suivre le cours mais de ne pas dormir.

-Personnellement, contribuer et être jouet sont deux choses miscibles et relatives selon moi. Je pense que tout n'est qu'une question de conscience liée à un peu de génétique. L'Homme est grégaire par nature, il a besoin d'une leader pour le guider. On a toujours fonctionné comme ça. De ce fait, chacun doit rentrer dans une case pour servir le groupe dans la survie. Maintenant...On pourrait penser que le leader a le rôle le plus sympathique...et....pas vraiment. Si on se base sur le cogito ergo sum "Je pense donc je suis" alors le maître peut se penser tout puissant face à l'esclave...mais l'esclave est autant le jouet du maître que l'inverse. C'est un tout, un ensemble. Rien que dans cette salle, nous sommes tous différents, de par nos auras, nos passés, et notre enveloppe charnelle etc... tout ça pour dire que finalement, la vie sociale pourrait se résumer à soit un échange de bons procédés pour mener à bien la survie et le développement d'une puissance, soit à une vision plus belle de la chose en utilisant le mot "Travail d'équipe" "coopération" ou "Entraide" car unis nous sommes plus forts, soit la vie est une pute et sans émancipation le pigeon ne se rendra pas compte que c'est un pigeon.
C'est un peu brouillon comme explication, mais sur le tas j'ai pas trouvé mieux.


    Pour tout dire ça c'est une vision des choses qui change, ce type là. Jïnn, il voit la vie, il a réalisé à quel point elle est précieuse et banalisée à la fois. Donc il peut s'en battre les couilles et faire un génocide ou empêcher un lapin de marcher sur une pâquerette...Mais j'irais ptêtre pas jusqu'à dire que la vie est une pute. C'est peut-pêtre un peu abusé d'aller jusqu'à faire de la vie une entité, on verra bien. Pour l'instant concentre-toi pour ne pas fermer les yeux Liam. Même si avec tes lunettes de soleil personne ne remarquerait rien, pince toi juste si tu sens que la fatigue commence à monter.


Si vous vous ennuyez :

La Hype est très présente en moi:

"Liam et Dwin, le duo de la chatte."
Le thème du Liam.:

"C'est formidable le poker. Ce qui compte, ce n'est pas de disposer de bonnes ou de mauvaises cartes mais de savoir jouer avec les mauvaises. Sinon t'es baisé..."
La classe d'un homme qui réussit ses jets:

Liam
MJ

Fiche perso'
Infos:
Idéologie Dominante: 2
Exp:
100/100  (100/100)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Educ Civique - Atelier n°1 :: La vie Sociale [Thomas ; Liam ; Gwendoline ; Nysphri ; Jinn]

Message par Gwendoline Arget le Sam 05 Aoû 2017, 19:05

Thomas. Ah oui c'est ça ! Mais pourquoi il a pas dit son pouvoir ? Il tente une réponse à la question, ce qu'aucun de nous n'avait fait jusqu'alors. Comme quoi, on avait chacun un rôle, et si chacun le respectait, la vie sociale « marchait » ? Je n'étais pas sûre d'avoir compris ce qu'il voulait dire par là. L'autre garçon, Liam, manipulais les cartes. Pourquoi ça ne m'étonnais qu'à moitié ? Peut-être parce qu'il construisait un château de cartes à l'instant. Le prof repris la parole, et corrigea Thomas, puis nous expliqua qu'en nous présentant, nous avions posé les bases et les limites de la vie sociale. Au fur et à mesure qu'il expliquait, je prenais des notes en français, en espérant que ça fasse plus de sens dans ma langue maternelle. Et puis voir les choses écrites m'avait toujours aidé à comprendre.

Alors, pour les bases, c'était plutôt clair et logique. En gros, il fallait des interactions. Pour les limites par contre... J'avais pas vraiment capté. Le professeur posa ensuite une question : Est-ce que le fait de choisir de ne répondre qu'à trois questions sur quatre était un choix délibéré de notre part pour participer au bon fonctionnement de la société ou est-ce que nous étions des jouets de cette société. Hein ? Alors là, j'avais vraiment pas pigé. Mais je voulais comprendre. Je consultais, et reconsultais mes notes perplexes, ne voyant pas vraiment comment répondre à cette question. Je sortis une nouvelle feuille pour griffonner des idées tout en écoutant d'une oreille distraite les réponses de Nysphri et Jïnn, dont je ne saisissait pas forcément le sens. Nysphri demandais si on ne pouvait pas être les deux à la fois, je crois, quant à Jïnn, il était parti assez loin. La vie est une pute, tu m'étonnes...

Petit à petit, un cheminement logique commençait à prendre forme sur ma feuille, et le résultat était loin de me plaire... Je n'avais aucune idée de si j'allais vraiment répondre à la question, ou en tout cas, si mon résonnement était bon, mais pour le savoir, je n'avais pas d'autre choix que de l'exposer. Alors, je pris la parole, non sans quelques hésitations, les yeux rivés sur ma feuille pour ne pas perdre le fil, et jouant nerveusement avec mon médaillon de ma main gauche :

-Je ne dirais pas que nous sommes des jouets de la société, car ça me fait penser à des pantins manipulables à l'envie, mais plutôt des produits de la société. Si on ne réponds pas à certaines questions, c'est parce qu'on ne peux pas, ou on ne veux pas. En réfléchissant à pourquoi, on se rends compte que, souvent, c'est parce qu'on a peur du jugement que les autres pourraient porter sur nous. Mais les critères de jugements, nous ont étés transmit par notre éducation, nos parents, nos profs, toutes les figures d'autorités qu'on a pu avoir petits. Donc, en généralisant, par la société. Donc, finalement, on ne réponds pas parce qu'on a peur de ce que la société pourrait penser. On répond donc ce que le société veux que l'on réponde.

Je me tus. Ça faisait ça faisait beaucoup de donc. Je n'étais absolument pas sûre de moi, mais j’espérais au moins avoir été claire. En tout cas, moi je m'étais comprise. Plus qu'à attendre d'éventuelles autres réponses, ainsi que celle du prof. Et oui, j'étais quand même fière de moi, car j'avais réussit à prendre la parole, pour exprimer mon avis.

HRP:
Du coup j'écris en cyan.


Je parle en français en italique

avatar
Gwendoline Arget

Fiche perso'
Infos:
Idéologie Dominante: 2
Exp:
100/100  (100/100)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Educ Civique - Atelier n°1 :: La vie Sociale [Thomas ; Liam ; Gwendoline ; Nysphri ; Jinn]

Message par Thomas Williams le Dim 06 Aoû 2017, 20:12

Il y eut un instant de blanc particulièrement gênant pendant lequel j'eus l'impression que le professeur me regarda fixement. De toute évidence, je n'avais pas réussi à rester discret... J'allais devoir faire avec. Bientôt, le silence prit fin et le professeur recommença à parler;

"-Bien, merci à tous, sachez que nous venons de poser les bases de la vie sociale et ses limites par la même occasion. Et qu'est-ce qu'on a fait ?"

Je n'étais pas sûr de comprendre le sens de cette question, mais il ne tarda pas à y répondre de lui même, me laissant par la même occasion comprendre qu'il ne s'agissait que de rhétorique.

"-Nous nous sommes présentés. Ce faisant, vous avez accepté de prêter attention à la parole de chacun et avez reconnu à chacun le droit de se présenter. Ça n'a l'air de rien comme ça, mais il faut se rendre compte que ça n'est pas quelque chose de naturel. Et comme nous avons vu les bases, nous avons aussi vu les limites. Aucun d'entre vous n'a répondu à la totalité de mes questions. L'un d'entre vous a décidé de ne pas se mouiller, trois d'entre vous ont choisi de suivre le premier et l'un d'entre vous nous a tous surpris. Et ça, c'est totalement naturel."

Bon, je n'étais définitivement pas passé inaperçu. J'allais maintenant sentir pendant toute l'heure le regard pesant des autres s'abattre sur mes épaules... Mais je n'étais plus vraiment à ça près, de toute façon. C'était amusant de constater, en l'écoutant, qu'il énonçait en fait une évidence, mais à laquelle on ne pense pas lorsque nous effectuons ces actions. Je m'imaginais que ça ne devais pas être si simple de le réaliser et de le tourner comme ça, en premier lieu, et ça me rendait légèrement admiratif. J'étais comme toujours très attentif, et prenait quelques notes.

"-Nous avons mis le doigt sur un problème de taille ! Faisons-nous le choix de contribuer à la bonne marche de la société ? Ou sommes-nous les jouets de cette société ?"

Cette question, je ne me l'était jamais réellement posée. Du moins pas sous cette forme. Mais maintenant qu'il en parlait, je sentais qu'elle allait me tourner dans la tête pour un bon moment.

"-Aller, déliez vos langues, je suis sûr que vous êtes bousculés dans vos certitudes, je sens que quelque chose se passe. Faites moi rêver, montrez moi que vous savez faire tourner vos méninges."

Pour le coup, je commençais à redouter la réponse que j'allais fournir. Intérieurement, je préparai un plan pour répondre le plus proprement possible.

Que voulait-il dire exactement par "être un jouet", c'était ce qui me dérangeait le plus, de loin. Sans ça, je ne pouvais pas dire grand chose. Alors, une fois encore, j'écoutai les autres.

Nysphri suggérait que nous puissions être des jouets tout en faisant avancer les choses, ce que je ne trouvais pas faux en soit. Mais tout comme lui, l'idée d'être un objet manipulable à volonté me rebutait.

Jïnn lui avait été plus... complet, et probablement plus franc par la même occasion, mais je n'étais pas pour autant en désaccord. Les points de vue se rejoignaient un peu, dans un sens. Ca n'était que des formulations différentes.

Vint ensuite le tour de Gwendoline, qui elle non plus ne semblait pas accepter l'idée d'être un "jouet". Mais ce qu'elle dit contenait aussi des éléments très intéressants, et que j'approuvais. La peur du regard des autres, de leur jugement, était une chose que je ne connaissais que trop, et que j'avais l'impression de ne jamais cesser d'affronter.

Venait maintenant de nouveau mon tour, Liam ne semblant pas trop décidé à prendre la parole... De nouveau assis, je laissai entendre, intimidé;

"-Euuh... Et bien... Je suis plutôt d'accord avec tout ce qui a été dit, mais je ne sais pas trop quoi ajouter... Seulement, le terme "jouet de la société" me parait encore un peu flou... Qu'est-ce que vous entendez par là, précisément?..."


#890000

Toutes les blessures qui couvrent mes poignets, la
Honte qui ronge mon être
Ont eu raison de moi je le sais.
Mais je continue de marcher en homme piètre
Avec cette lueur d'espoir qui disparaît
Seul avec cette ambition d'être parfait.
avatar
Thomas Williams

Fiche perso'
Infos:
Idéologie Dominante: 2
Exp:
100/100  (100/100)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Educ Civique - Atelier n°1 :: La vie Sociale [Thomas ; Liam ; Gwendoline ; Nysphri ; Jinn]

Message par Invité le Mer 09 Aoû 2017, 15:10

C'était de toute évidence un succès. Il sentait le trouble s'installer chez ses élèves et dut faire un gros effort pour leur laisser à tous l'opportunité de prendre la parole avant de répondre à leurs questions. Il prit donc note intérieurement de chaque participation et tâcha de les répertorier en fonction de leur cohérence et leur pertinence. Ce qui était fort c'est qu'ils avaient tous relevé le paradoxe. Exception faite de Liam, bien sûr, qui n'avait pas pris la parole. Peut-être était-il de ces esprits pratiques et pragmatiques qui tournent sur eux-même comme un animal en cage lorsqu'on leur soumettait une réflexion trop conceptuelle. La particularité avec ce type d'esprit terre à terre, c'est que s'il est vite perdu lorsqu'on lui demande d'élaborer et d'émettre une pensée abstraite, il est quasiment imparable lorsqu'on l'attaque sur le concret. Au fond de lui, Dorian espérait que Liam fut l'un de ces esprits, mais il ne rêvait pas ; il n'était en classe que depuis quelques minutes, et ils ne se connaissaient pas encore tous. La timidité ou le manque d'intérêt pouvaient aussi être la cause de son silence. N'en sachant rien, le professeur préféra ne pas en tenir compte dans l'immédiat.
Pour ce qui est des autres participants, chacun d'eux avait apporté un regard différent et pas dénué de sens. Peut-être étaient-ils un peu maladroits dans leur expression. Peut-être que jongler avec des concepts trop abstraits était encore difficile pour eux. Mais il n'avait pas rêvé, il se passait quelque chose et les cerveaux s'éveillaient petit à petit. Pour sûr, cet atelier allait être très intéressant.

Nysphri fut, une fois de plus, le premier à parler. Et d'instinct, il mit le doigt sur un point intéressant qu'il faudrait creuser à posteriori. En quoi être le jouet de la société ne la ferait pas avancer ? Ha ! Précisément Nysphri ! Et Dorian garda le silence en se promettant d'y revenir plus tard.

Ce fut donc au tour de Jïnn qui, bien qu'il soit passé un peu trop rapidement à l'étape suivante, avait également énoncé un lot d'idées dont ils allaient devoir reparler de toutes façons. Mais Dorian fut obligé de constater le classicisme inhérent à la façon de penser qui avait permis cette réponse. Le "cogito, sum" avait été démenti et approfondi depuis longtemps et aujourd'hui il ne pouvait plus servir qu'à poser un postulat, pas à le développer, mais comment pouvait-il le reprocher à un jeune d'à peine 20 ans ? Au moins celui-ci avait fait l'effort de lire le Discours de la Méthode de René Descartes, peut-être même s'était-il un peu penché sur les Méditations Métaphysiques, mais c'était insuffisant pour avoir une idée claire. La philosophie se lit à travers les âges et avec une bonne connaissance de l'Histoire, car chaque ère de l'humanité a charrié de nouvelles idées et des formats de pensée différents. En tous cas cette intervention permit à Dorian de relativiser. Les premières impressions ne sont pas toujours justifiées et à travers sa réponse, Jïnn lui était apparu à la fois plus mature et plus fragile en même temps. Finalement, il n'allait peut-être pas avoir de problèmes dans cette classe. Il ne s'en sentait que plus libre et enthousiasmé par son travail.

Gwendoline prit alors la parole. Avec un regard moins bien informé que celui de Jïnn qui avait lu des textes philosophiques, la demoiselle avait néanmoins mis le doigt sur un point très intéressant : nous sommes des produits de la société. Voilà le point qu'il espérait qu'ils mettent en évidence. La base à partir de laquelle ils allaient pouvoir approfondir leur enquête.

Puis Thomas prit enfin la parole, pour ne rien ajouter. Oui le choix du terme était sujet à débat. Mais il l'avait choisi exprès pour les mettre mal à l'aise. S'il avait tout de suite parlé de "produits" alors il n'y aurait pas eu lieu de leur soumettre la question, ils n'auraient donc pas été secoués par l'éventualité de n'être qu'un "jouet" et il n'y aurait pas eu de participation. C'est un point qu'il allait devoir soulever également, mais il prendrait le temps nécessaire pour en arriver là.

Ainsi chacun s'était exprimé et il y avait à présent matière à penser pour chacun d'eux. Dorian fit quelques pas autour du bureau, sans vraiment y penser. C'était une habitude chez lui ; quand il réfléchissait, il marchait. Il prit finalement place derrière le  bureau et reprit la parole.

" L'homme est grégaire par nature. C'est ce que nous dit Jïnn. Cela signifie qu'il est naturellement programmé pour vivre en société. Comme les fourmis, les termites, les loups, etc. Et comme il est naturellement programmé pour vivre en société alors l'homme ne se pose pas de questions et vit pour la société de la façon la plus évidente qui soit, en obéissant aux règles posées par le leader. "

Cal fit une pause en observant chacun de ses élèves avec un amusement à peine dissimulé.

" C'est pour cette raison qu'il n'y a jamais eu de mutineries, de meurtres, de vols, de rébellions ou de révoltes. "

L'énonciation de cette affirmation totalement ironique servait à mettre en exergue l'erreur qui était de penser la société comme étant naturelle, par l'absurde. Pourtant, il faudrait qu'il y revienne car dans les propos de Jïnn, il y avait beaucoup de choses très intéressantes.

" Si cette affirmation était vraie alors c'est 10 000 ans d'histoire qu'il faudrait mettre à la poubelle. Tous les aléas qui ont accompagné l'histoire de l'humanité sont dus aux fait qu'on ne veut pas avoir de leader. On ne veut pas suivre. On ne veut pas obéir. Nous ne voulons pas vivre en société. Ça n'a rien de naturel. Nous subissons la société. Nous la subissons parce que nous avons besoin d'elle. Jïnn nous a appris une chose primordiale : c'est une affaire de survie. Et Gwendoline a rajouté que nos choix dépendent de notre environnement, ce qui implique deux choses : d'abord, nous sommes les jouets, ou plutôt comme tu l'as si bien dit, les "produits" de la société, mais surtout nous faisons des choix. Vos réponses à tous mettent en exergue l'importance de l'individu à travers le dérangement que vous avez évoqué quant à l'idée de n'être qu'un objet de cette société. "

Le professeur marqua un arrêt, l'attention de chacun était requise pour pouvoir avancer.

" Vous avez peut-être déjà entendu parler de la pyramide de Maslow. Vous connaissez les différents stades des besoins de l'Homme ? Besoin physiologique, besoin de sécurité, besoin d'appartenance, besoin d'estime, besoin de s'accomplir. Le principe est simple, tant que l'étape du dessous n'est pas assurée, on ne passe pas à la suivante. Et quel est le meilleur moyen d'atteindre le premier palier ? En participant à une démarche de partage des tâches. Ainsi on peut se spécialiser et devenir plus productif. En devenant plus productif on améliore son confort, mais on génère de l'envie chez celui qui n'a pas notre confort. Il faudra donc se protéger, d'où l'importance des lois qui régulent la vie sociale. "

Cal posa ses mains à plat sur le bureau et se cala confortablement sur son siège.

" Je me demande si vous avez relevé le paradoxe que je viens de vous soumettre. Ecrivez simplement sur un brouillon ce que vous en pensez afin de ne pas influencer les autres dans vos réponses. Je ferai un tour pour lire ce que chacun de vous a écrit puis nous développerons tout ça. "

Il avait repris son sourire amusé et espiègle et observait les efforts que faisaient ses élèves pour aller chercher la réponse. Puis son regard s'arrêta sur Liam, qui n'avait pas d'affaires. Décidément, ça n'était pas simple tous les jours... Il prit donc une feuille et un stylo dans le tiroir du bureau et se leva pour aller les poser sur la table du jeune homme.

" Je crois que ce sera plus facile avec ça. "

Puis il s'en retourna face au tableau en observant pensivement sa montre.

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: Educ Civique - Atelier n°1 :: La vie Sociale [Thomas ; Liam ; Gwendoline ; Nysphri ; Jinn]

Message par Gwendoline Arget le Mer 09 Aoû 2017, 19:20

Bon. Thomas avait pris la parole à son tour pour dire qu'il n'avait rien à rajouter. Quant à Liam... Il n'avait rien dit. Le prof repris la parole, et moi, je repris des notes sur mon cours. Il mit en avant une erreur de Jïnn. L'homme serait grégaire par nature. En fait, si c'était le cas, j'aurais été une erreur de la nature mais bon. Par contre, lorsqu'il prononça le mot meurtre, mon poing se serra de lui même. Depuis 8 ans, je ne parvenais pas à m'enlever l'image de mon père s'écroulant devant moi, mort. Lorsqu'il repris le terme que j'avais moi même utilisé, c'est à dire produit, je me sentis fière. Comme une enfant qu'on félicite. Bah, en même temps ça voulait dire que j'avais raison non ? J'étais contente de moi.

Le fait qu'on fasse des choix était important. L'importance de l'individu... Bon, on verra ça plus tard, le prof est reparti, et de toute façon j'ai mes notes. La pyramide de Maslow... Bah non, connais pas. Ah bah il expliquait. Je notais les différents besoins ainsi que l'explication suivante. Puis il parla d'un paradoxe, et d'écrire ce qu'on pensait sur une feuille de brouillon. Hein ? Je repris ma feuille de brouillon précédente, pour noter ce qu'il me passait par la tête comme la fois précédente. Toujours en français bien sûr.

-Besoin physiologique > Se repartir les tâches pour être plus productif et améliorer notre confort
-Besoin de sécurité > Se protéger de ceux qui ont moins que nous, importance des lois
Paradoxe ?


Je finis par me rendre compte que le prof avait dit qu'il passerai, et, à moins qu'il ne soit francophone, mes notes se résumeraient à un charabia incomprehensible. Je voulus continuer en français, mais rien ne me venais, je n'avais pas de réponse. Tant pis. Je continuais à réfléchir en attendant la réponse du prof.


Je parle en français en italique

avatar
Gwendoline Arget

Fiche perso'
Infos:
Idéologie Dominante: 2
Exp:
100/100  (100/100)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Educ Civique - Atelier n°1 :: La vie Sociale [Thomas ; Liam ; Gwendoline ; Nysphri ; Jinn]

Message par Jïnn le Mer 09 Aoû 2017, 23:48

Master Card ne disait rien...Pourquoi pas. Honorer le blason rubis c'était pas si mal...n'est-ce pas ? Néanmoins le professeur continuait à la fin du petit tour des élèves. Il semblerait que la prise de risques était bonne. Du moins, du point de vue du jeune homme.

" L'homme est grégaire par nature. C'est ce que nous dit Jïnn. Cela signifie qu'il est naturellement programmé pour vivre en société. Comme les fourmis, les termites, les loups, etc. Et comme il est naturellement programmé pour vivre en société alors l'homme ne se pose pas de questions et vit pour la société de la façon la plus évidente qui soit, en obéissant aux règles posées par le leader. "


Jïnn venait de tilter à cet instant où il allait en venir. Cependant il restait tout à fait calme et serein. Finalement ce professeur ne semblait pas si dur à cerner.

" C'est pour cette raison qu'il n'y a jamais eu de mutineries, de meurtres, de vols, de rébellions ou de révoltes. "


Jïnn souriait faiblement, laissant une légère expiration par le nez assez sèche se faire. En soi, il était d'accord, mais il ne fallait pas oublier que même dans la nature, par exemple chez les hyènes, il y a ce genre de comportements. Si le leader ne maintient pas son joug, il meurt au premier signe de faiblesse ou viendra à se faire défier pour sa place. C'est aussi simple et à la fois complexe d'une certaine manière. Néanmoins ça restait uniquement du point de vue de la nature. Jïnn n'avait pas eu le temps d'aborder le point de vue de la culture. M'enfin, un cynisme à zéro. Bien rebondit, Mr. Calcifer.
En somme, notre protagoniste le prenait bien, il n'était pas du genre à mal prendre le premier cynisme venu. Il notait aussi qu'il était un peu trop scolaire sur ce coup là. Peut-être que le jeune âge l'a poussé à trop déballé ses lectures la nuit dans son lit. Il aurait pu parler de Kant, Hegel, Leibnitz et de sa monade, Rousseau, Platon, Spinoza et la ribambelle qu'on doit apprendre pour les examens. M'enfin...Il faut croire que même avec un pouvoir, et même avec un passé différent de la "normale", on reste un jeune homme qui n'a pas vu la vie après tout.

" Si cette affirmation était vraie alors c'est 10 000 ans d'histoire qu'il faudrait mettre à la poubelle. Tous les aléas qui ont accompagné l'histoire de l'humanité sont dus aux fait qu'on ne veut pas avoir de leader. On ne veut pas suivre. On ne veut pas obéir. Nous ne voulons pas vivre en société. Ça n'a rien de naturel. Nous subissons la société. Nous la subissons parce que nous avons besoin d'elle. Jïnn nous a appris une chose primordiale : c'est une affaire de survie. Et Gwendoline a rajouté que nos choix dépendent de notre environnement, ce qui implique deux choses : d'abord, nous sommes les jouets, ou plutôt comme tu l'as si bien dit, les "produits" de la société, mais surtout nous faisons des choix. Vos réponses à tous mettent en exergue l'importance de l'individu à travers le dérangement que vous avez évoqué quant à l'idée de n'être qu'un objet de cette société. "


Encore une fois, il manquait des détails capables de "contredire" son affirmation. 10 000 ans d'histoire à mettre à la poubelle. N'oubliait-il pas les âges d'or d'Alexandre le grand ou une autre période prospère ? Du moment que l'Homme peut manger, boire et avoir un toit sans se faire emmerder, il ne défiera pas le leader car il sera efficace et productif. Il apportera la calorie. On repense rapidement à Fréderik Delavier qui explique à l'aide Pour les guerres, on pourrait aussi se dire que la nature crée des groupes qui trouvent des moyens de survire, à l'image de "potes de galères" et ensuite fondent une culture, basé sur des traditions, des coutumes, du patrimoine. Cette même culture tendrait à rayonner au point d'assombrir les autres et ainsi forcer la guerre, ou juste pour les ressources. Jïnn notait rapidement tout cela sur son calepin, en venant à une gros nœud. Puis il digressait. Il coupait la page proprement pour la mettre à sa gauche et reprendre des notes propres. Bon...Jouets, produits de la société. Garde le en tête, et ne digresse pas trop même si en philo tout est connecté.

" Vous avez peut-être déjà entendu parler de la pyramide de Maslow. Vous connaissez les différents stades des besoins de l'Homme ? Besoin physiologique, besoin de sécurité, besoin d'appartenance, besoin d'estime, besoin de s'accomplir. Le principe est simple, tant que l'étape du dessous n'est pas assurée, on ne passe pas à la suivante. Et quel est le meilleur moyen d'atteindre le premier palier ? En participant à une démarche de partage des tâches. Ainsi on peut se spécialiser et devenir plus productif. En devenant plus productif on améliore son confort, mais on génère de l'envie chez celui qui n'a pas notre confort. Il faudra donc se protéger, d'où l'importance des lois qui régulent la vie sociale. "


Jïnn opinait machinalement en écrivant quelques mots clés, et en dessinant rapidement la pyramide de Maslow qu'il connaissait déjà. Il se surprenait même à se dire "Hey mais j'ai de la culture en fait". M'enfin jusque là, le mindfuck était pas encore dans son esprit. Il se doutait bien qu'il allait se faire retourner la cervelle mais pour l'instant il suivait.

" Je me demande si vous avez relevé le paradoxe que je viens de vous soumettre. Ecrivez simplement sur un brouillon ce que vous en pensez afin de ne pas influencer les autres dans vos réponses. Je ferai un tour pour lire ce que chacun de vous a écrit puis nous développerons tout ça. "


Le paradoxe ? Humm...Il se disait qu'il l'avait manqué mais...après une petite réflexion il sortait le meilleur stylo de l'univers. Le 4 couleurs bic. Et ouais mon gars, placement de produits. Voici ce qu'il notait pendant que le prof' donnait des affaires à Liam :

[NOTES] Besoin physiologique : Nourriture, eau, énergie, infrastructure, sexualité (en fonction de l'époque)
Besoin de sécurité : Port d'armes pour se défendre, force militaire dominante, système automatisé assurant la sécurité, justice plus rigide, savoir se battre, présence de vigils, gardes, sentinelles.
Besoin d'appartenance : Nation glorieuse, nationalisme, performances sportives (J-O), culture d'origine, religion
Besoin d'estime : Compliments d'un proche, d'un chef d'entreprise, d'un collègue, reconnaissance de l'état ou d'un groupe, se sentir utile, prendre sa vie en main.
Besoin de s'accomplir : Être diplomé, atteindre son but, réaliser son rêve, s'affirmer, avoir du charisme.

Paradoxe : -Le premier besoin n'est assuré que temporairement. Il faut toujours de plus en plus exploiter.
Ex : Conflit hydraulique mondiale, dépendance énergétique, croissance démographique trop importante pour un futur viable en terme d'offre de nourriture par rapport à la demande toujours plus croissante.
-Création de concurrence entre les agriculteurs. Conditions de vie déplorables. Méthodes visant la productivité au détriment du développement durable
Ex : Prix de vente trop bas pour que l'agriculteur gagne sa vie, inquiétude.
-D'une manière plus générale, celui qui s'occupe de la nourriture dépend de l'énergie générée par un autre qui lui même dépend d'encore un autre. On ne peut tout avoir, et devoir faire confiance à quelqu'un nécessite un besoin de sécurité.


Hmmm...

Tel était sa légère onomatopée tandis qu'il tapotait son stylo contre sa tempe où se situait sa cicatrice. Il notait un peu comme ça venait, et son "hmmmm" était très faible, il se parlait à lui même à vrai dire. M'enfin, en espérant que le prof' soit content de voir qu'il écrit. A vrai dire, la machine cérébrale était lancée, il suffit juste de lui fournir les données qu'il fallait.


THEME DU PLAISIRS:

JOYEUX NOËL ! :

Signature TPC:

avatar
Jïnn
MJ

Fiche perso'
Infos:
Idéologie Dominante: 2
Exp:
100/100  (100/100)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Educ Civique - Atelier n°1 :: La vie Sociale [Thomas ; Liam ; Gwendoline ; Nysphri ; Jinn]

Message par Liam le Jeu 10 Aoû 2017, 15:54

"-Euuh... Et bien... Je suis plutôt d'accord avec tout ce qui a été dit, mais je ne sais pas trop quoi ajouter... Seulement, le terme "jouet de la société" me parait encore un peu flou... Qu'est-ce que vous entendez par là, précisément?..."

    Wasted, quand tu n'a rien a ajouter, n'ajoute rien. Nan mais parce que ça fait pas  avancer le cours là, enfin si mais dans un sens ou si on s'arrête pour préciser ce que signifie chaque mot on avancera jamais, et ça c'est problématique.

" L'homme est grégaire par nature. C'est ce que nous dit Jïnn. Cela signifie qu'il est naturellement programmé pour vivre en société. Comme les fourmis, les termites, les loups, etc. Et comme il est naturellement programmé pour vivre en société alors l'homme ne se pose pas de questions et vit pour la société de la façon la plus évidente qui soit, en obéissant aux règles posées par le leader. "

    Yeah, reste plus qu'a trouver un leader capable de se tenir sur ses deux jambes et mater une rébellion potentielle et hop, le tour est joué. Heu attend un peu Liam, ya un truc qui cloche à fond. Si l'homme est fait pour vivre en société alors pourquoi chaque nuit je dois lutter contre la criminalité à Thouhills ?

''C'est pour cette raison qu'il n'y a jamais eu de mutineries, de meurtres, de vols, de rébellions ou de révoltes. "

    Ok, ce prof je surkiff son sens de l'humour. Il est génial ce Calcifer, tu te trompe mais il te dit pas que tu te trompe, il adapte ça au cours et si ce n'est pas adaptable il te sort une blague digne des plus grands noms de l'humour. Ça me change de tout ces profs qui disent ''Ouvre ton livre, lèche la page et dès qu'elle a plus un goût de merde ça veut dire que tu l'a appris''. Yeah ! J'aime ce prof putain.

" Si cette affirmation était vraie alors c'est 10 000 ans d'histoire qu'il faudrait mettre à la poubelle. Tous les aléas qui ont accompagné l'histoire de l'humanité sont dus aux fait qu'on ne veut pas avoir de leader. On ne veut pas suivre. On ne veut pas obéir. Nous ne voulons pas vivre en société. Ça n'a rien de naturel. Nous subissons la société. Nous la subissons parce que nous avons besoin d'elle. Jïnn nous a appris une chose primordiale : c'est une affaire de survie. Et Gwendoline a rajouté que nos choix dépendent de notre environnement, ce qui implique deux choses : d'abord, nous sommes les jouets, ou plutôt comme tu l'as si bien dit, les "produits" de la société, mais surtout nous faisons des choix. Vos réponses à tous mettent en exergue l'importance de l'individu à travers le dérangement que vous avez évoqué quant à l'idée de n'être qu'un objet de cette société. "

    10 000 ans d'histoire. Ça fait beaucoup de dinosaures et de croisés à mettre à la poubelle, comme un enfant une fois adulte se débarrasserait de ses jouets.

" Vous avez peut-être déjà entendu parler de la pyramide de Maslow. Vous connaissez les différents stades des besoins de l'Homme ? Besoin physiologique, besoin de sécurité, besoin d'appartenance, besoin d'estime, besoin de s'accomplir. Le principe est simple, tant que l'étape du dessous n'est pas assurée, on ne passe pas à la suivante. Et quel est le meilleur moyen d'atteindre le premier palier ? En participant à une démarche de partage des tâches. Ainsi on peut se spécialiser et devenir plus productif. En devenant plus productif on améliore son confort, mais on génère de l'envie chez celui qui n'a pas notre confort. Il faudra donc se protéger, d'où l'importance des lois qui régulent la vie sociale. "

    Ok retiens bien tout sur la pyramide de ''Masse-l'eau''. Ça pourra t'aider pour plus tard je suppose.

"Je me demande si vous avez relevé le paradoxe que je viens de vous soumettre. Ecrivez simplement sur un brouillon ce que vous en pensez afin de ne pas influencer les autres dans vos réponses. Je ferai un tour pour lire ce que chacun de vous a écrit puis nous développerons tout ça."

    Ouais c'est cool mais j'ai pas de quoi écrire...Ok chouette il m'apporte des affaires, ok Liam ce prof à reçu la marque du respect. On gagne environ 1200 £ par soir alors si jamais une petite partie de nos 36000 £ mensuel venait à se glisser dans sa poche ne changerais pas grand chose je suppose. Peut-être qu'il n'apprécierait pas qu'un élève lui donne de l'argent. Ho j'en sais rien, par contre si un jour j’apprends qu'il a des problèmes d'argents je pourrais l'aider sans même qu'il ait à me le demander.

" Je crois que ce sera plus facile avec ça. "

-Merci

    Ok Liam, on note quoi ? On note rien on sait pas écrire correctement...Ho si, j'ai une idée. Attend, on sait pas bien écrire mais on sait dessiner. Normalement ça va le faire. Faut que je fasse un bonhomme, ensuite un rond, puis une étoile et que j'écrive le truc sur le triangle de masse-l'eau. Ouais ça devrait le faire logiquement. Avec pleins de petits dessins... Le rond représente la société et les 5 pointes de l'étoile représentent les paliers de la pyramide de Masse-l'eau.

L'art d'un génie :


Si vous vous ennuyez :

La Hype est très présente en moi:

"Liam et Dwin, le duo de la chatte."
Le thème du Liam.:

"C'est formidable le poker. Ce qui compte, ce n'est pas de disposer de bonnes ou de mauvaises cartes mais de savoir jouer avec les mauvaises. Sinon t'es baisé..."
La classe d'un homme qui réussit ses jets:

Liam
MJ

Fiche perso'
Infos:
Idéologie Dominante: 2
Exp:
100/100  (100/100)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Educ Civique - Atelier n°1 :: La vie Sociale [Thomas ; Liam ; Gwendoline ; Nysphri ; Jinn]

Message par Nysphri le Ven 11 Aoû 2017, 14:34

Tout le monde répondit à tour de rôle, chacun donnant un avis rejoignant d'autres ou exposant une nouvelle idée sur la question, Nysphri en tous cas trouvait à peu près chaque intervention utile.
Quoi qu'il en soit le professeur continua son cours :

" L'homme est grégaire par nature. C'est ce que nous dit Jïnn. Cela signifie qu'il est naturellement programmé pour vivre en société. Comme les fourmis, les termites, les loups, etc. Et comme il est naturellement programmé pour vivre en société alors l'homme ne se pose pas de questions et vit pour la société de la façon la plus évidente qui soit, en obéissant aux règles posées par le leader. "

Nysphri était relativement attentif mais parfois il n'écoutait qu'à moitié et trouvait que quelque chose clochait dans ce que venait de dire Mr.Calcifer mais il attendit la suite pour essayer de mieux comprendre.

''C'est pour cette raison qu'il n'y a jamais eu de mutineries, de meurtres, de vols, de rébellions ou de révoltes. "  

Ah, Nysphri comprit que le prof était totalement ironique ce qui le fit esquisser un petit sourire puis il poursuivit :

" Si cette affirmation était vraie alors c'est 10 000 ans d'histoire qu'il faudrait mettre à la poubelle. Tous les aléas qui ont accompagné l'histoire de l'humanité sont dus aux fait qu'on ne veut pas avoir de leader. On ne veut pas suivre. On ne veut pas obéir. Nous ne voulons pas vivre en société. Ça n'a rien de naturel. Nous subissons la société. Nous la subissons parce que nous avons besoin d'elle. Jïnn nous a appris une chose primordiale : c'est une affaire de survie. Et Gwendoline a rajouté que nos choix dépendent de notre environnement, ce qui implique deux choses : d'abord, nous sommes les jouets, ou plutôt comme tu l'as si bien dit, les "produits" de la société, mais surtout nous faisons des choix. Vos réponses à tous mettent en exergue l'importance de l'individu à travers le dérangement que vous avez évoqué quant à l'idée de n'être qu'un objet de cette société. "


Nysphri écoutait toujours attentif, il se disait que maintenant dit comme ça, c'était logique et évident.


" Vous avez peut-être déjà entendu parler de la pyramide de Maslow. Vous connaissez les différents stades des besoins de l'Homme ? Besoin physiologique, besoin de sécurité, besoin d'appartenance, besoin d'estime, besoin de s'accomplir. Le principe est simple, tant que l'étape du dessous n'est pas assurée, on ne passe pas à la suivante. Et quel est le meilleur moyen d'atteindre le premier palier ? En participant à une démarche de partage des tâches. Ainsi on peut se spécialiser et devenir plus productif. En devenant plus productif on améliore son confort, mais on génère de l'envie chez celui qui n'a pas notre confort. Il faudra donc se protéger, d'où l'importance des lois qui régulent la vie sociale. "

Oula, on partait dans du sérieux, ça faisant un certain temps que Nysphri n'avait pas eu cours et même si il était pleins de bonnes intentions ça commençait à lui demander de se bouger un peu plus

Je me demande si vous avez relevé le paradoxe que je viens de vous soumettre. Ecrivez simplement sur un brouillon ce que vous en pensez afin de ne pas influencer les autres dans vos réponses. Je ferai un tour pour lire ce que chacun de vous a écrit puis nous développerons tout ça."


Il fallait noter quelque chose... Nysphri n'aimait pas trop ça il préférait rester à l'oral, peur-être son côté flemmard qui ressortait.
Il y avait donc un paradoxe... Il essayait de se rappeler avec le plus de précision possible ce que venait de dire le professeur et pris donc son stylo et sa feuille.
Il nota chaque étape de la pyramide de plusieurs manière en essayant de bien comprendre ce que chaque étape voulait dire mais il avait un peu de mal à trouver quelque chose à écrire, il pris un air un peu agacé, attendant la suite des événements.


avatar
Nysphri

Fiche perso'
Infos:
Idéologie Dominante: 2
Exp:
100/100  (100/100)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Educ Civique - Atelier n°1 :: La vie Sociale [Thomas ; Liam ; Gwendoline ; Nysphri ; Jinn]

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum