Vaut mieux tard que jamais... [PV Maya]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Vaut mieux tard que jamais... [PV Maya]

Message par Yasushi le 12/7/2017, 14:41



Vaut mieux tard que jamais...

Après ce qu'il s'était passé à la fête d'anniversaire de Tsuki, j'étais resté dans le coma quelques temps.
Je ne me souvenais plus de rien à partir du moment où le tentacule de Noa m'avait balancé dans les airs alors qu'il me perforait l'abdomen. D'ailleurs, mon amant s'en voulait pour cela alors que je m'en voulais de ne pas lui avoir épargné cette déchirure que je ne connaissais que trop bien. Malheureusement j'avais été bien trop bourré cet après-midi là pour pouvoir réfléchir clairement à mes actions. Certaines d'entre elles avaient tout de même certainement sauvé quelques vies, mais j'étais certain que personne ne s'en souviendrait réellement.
Pour en revenir à mes souvenirs, j'avais encore celui de la petite fille, Maya, que j'avais jeté comme une malpropre par jalousie. De cela aussi je m'en voulais beaucoup. Elle n'avait rien fait de mal et je n'avais pas été correct avec elle. C'était d'ailleurs une des raisons pour lesquelles j'étais resté à boire avant que tout ne dégénère. En tous les cas, je lui avais mis un mot dans son casier pour qu'on se retrouve dans les jardins de l'académie. J'avais encore le léger espoir qu'elle accepte que je lui fasse des excuses en face, bien que j'étais conscient qu'il était légitime qu'elle refuse.

Habillé d'un jean et d'un tee-shirt sombre alors que mes pieds étaient vêtus de baskets noires, j'étais allongé dans l'herbe en regardant mon pendentif ouvert. A l'intérieur, une photo de ma mère était accrochée. J'avais de la chance que ce bijou n'ait pas été abîmé... J'y tenais énormément mine de rien car il renfermait un sentiment que j'avais longtemps eu peur d'avoir perdu : l'amour que je portais envers ma propre mère tant son visage m'était alors devenu inconnu. Par contre,
je gardai encore pas mal de traces de ce que j'avais vécu : sous mon tee-shirt, des bandages cachaient ma blessure qui n'était pas encore totalement cicatrisée. Enfin, je considérais que le pire était passé... Après tout, vu le trou que j'avais eu et la quantité de sang que j'avais apparemment perdu, j'allais très bien désormais. Quoi que... ce n'était que physiquement parlant. Moralement, c'état une toute autre histoire que je ne voulais pas aborder. Je n'étais pas prêt.

(c) Rin sur Epicode



Merci à Marco Wakasa pour ce magnifique avatar ♥
avatar
Yasushi

Fiche perso'
Infos:
Où me trouver:
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vaut mieux tard que jamais... [PV Maya]

Message par Maya le 12/7/2017, 15:40

L’anniversaire de Tsuki, ainsi que son banquet catastrophique n’étaient plus que souvenirs à présent. Ceci faisaient partie du passé, mais leurs traces restaient toujours là, et hantaient le présent. Nous étions si nombreux, la fête semblait si belle, si enivrée… alors pourquoi ? Pourquoi le rêve d’une fête joyeuse et illimitée s’était-il transformé en un sombre cauchemar rugissant ? Je m’étais échappée des jardins à temps, mais ce que j’avais pu voir par la fenêtre m’avait choqué à vie.

La fête tourna vite au chaos, et heureusement que je n’étais pas en bas, avec tout ces gens ! Je crois bien que je serais morte… Noa avait perdu le contrôle de son pouvoir, et la scène chaotique avait été ravagée. Ses rubans ont tout détruit sur leur passage, des arbres sont tombés ! J’ai vu un garçon s’exploser contre un arbre, et ne plus jamais se lever… il avait fallu l’intervention d’élèves courageux pour que ce pauvre garçon soit secouru, comme beaucoup d’autres élèves gravement touchés. Si j’étais restée ici-bas, j’aurais eu le même funeste destin que tout ces pauvres gens blessés…

Je faisais beaucoup de cauchemars, la nuit. Je rêvais toujours de la même chose : je songeais que deux énormes rubans de Noa me prenaient, me soulevaient du sol, et me séparaient en deux. J’avais peur, j’étais terrifiée ! Chaque matin, je me levais avec la boule au ventre, car, à chaque fois que le soleil se levait, j’étais de plus en plus persuadée que l’académie n’était pas un endroit sûr pour moi… en ayant ce genre de pensées, vous pourriez penser que je manifestais une telle peur, et une telle rancœur envers Noa qu’il serait impossible pour moi de le revoir ? Et bien non, c’était tout le contraire !

La façon dont il s’était comporté ce jour-là, je savais que c’était anormal. Quand on n’embêtait pas Noa, c’était un garçon très gentil… il ne ferait pas de mal à une mouche, j’en étais certaine… et lorsque son pouvoir a commencé à se déchainer, je l’ai vu souffrir. Et il criait, il se débattait contre lui-même… c’était comme s’il était possédé par quelqu’un de méchant… le voir souffrir comme ça, et voir qu’il faisait souffrir d’autres gens avec lui avait été une torture pour moi. Je voulais descendre de mon dortoir, et lui secouer les puces ! Mais je ne l’avais pas fait… j’aurais si mal fini… il y avait tant de sang, tant de sang…

Puis plus rien. Doucement, grâce au temps, les blessures commençaient tout doucement à s’estomper. Le souvenir restait gravé dans ma mémoire, mais les cauchemars s’atténuaient, il arrivait des fois que je passe des nuits sans cauchemar. En fait, si je me souvenais bien, au tout tout début, je ne dormais pas du tout. Puis il y a eu les cauchemars. Mais maintenant, ça commence petit à petit à redevenir normal. Peu après l’accident, j’avais essayé de me rendre à l’infirmerie dans l’optique d’aider le personnel soignant, mais on m’avait honteusement renvoyée… qui aurait besoin de l’aide d’une petite fille, de toute manière ?

Je voulais revoir mon papa. Je voulais lui dire à quel point il me manquait, et que c’était dur ici. Même si je restais persuadée que tout redevenait normal pour moi, au fur et à mesure, j’avais tout de même ce sentiment de danger permanent… j’avais peur qu’un des rubans de Noa surgisse de derrière moi et me fasse du mal, comme il avait pu en faire à d’autres pauvres personnes innocentes. Il y avait forcément d’autres personnes autant choquées que moi au sein de cette académie, et lorsque je pensais à l’entourage proche de Noa, je pensais immédiatement à ce grand blondinet un peu méchant…

J’avais tout vu ! Je l’avais vu se précipiter auprès de Noa ! Il lui avait parlé, il avait essayé de le calmer ! Mais rien à faire… le blondinet avait été transpercé par un ruban, et il avait été projeté en l’air à une vitesse folle ! J’avais hurlé à ce moment-là, car je croyais qu’il allait mourir. J’étais sûre qu’il allait mourir. C’était comme si je savais, au plus profond de moi, qu’aucune personne, même le plus grand médecin du monde, ne serait capable de le soigner. C’était dans ces moments là que je pensais que j’aurais voulu être plus gentille avec lui… je voulais garder espoir, mais… je n’y arrivais pas… tout ces corps exposés par terre… peut-être que la vie les avait quittés, tous…

J’essayais de ne pas y penser. Des fois, je recroisais des personnes de la fête dans les couloirs : certaines étaient indemnes, d’autres portaient des traces de cette horrible soirée. Lorsque je les voyais, mon cœur devenait un peu plus léger : je me disais que tout allait bien pour eux, que l’académie redevenait vraiment normale. Mais… pas de traces de Noa… ni de son blondinet… je n’avais ni revu le garçon qui était tombé dans les pommes, ni la petite fille avec sa peluche, ni le garçon qui s’était explosé contre un arbre… ils manquaient à l’appel.

Pour palier à cette oppression cruelle, j’essayais de reprendre une routine. J’essayais de me lever de bon pied le matin, de me sourire dans le miroir, de m’habiller avec des tenues gaies et joyeuses, de soigner mon masque pour qu’il soit toujours joli, et de toujours être agréable avec les autres. Si je restais triste tout le temps, jamais je ne réussirais à m’en sortir… en parlant de routine, je consultais toujours mon casier, tout les matins, dans l’espoir de recevoir un petit mot.

Yasushi a écrit:« Bonjour Maya,

Je suis le "méchant" garçon qui était avec Noa le jour de l'anniversaire de l'académie. J'aimerais pouvoir m'excuser de mon comportement en face de toi, et non sur un morceau de papier.
Donc, si tu es d'accord, je te donne rendez-vous dans les jardins demain après-midi.

Yasushi »

Il… il… il était vivant ! Ô mon dieu, il était vivant ! J’avais envie de crier, de sauter en l’air ! Il avait été transpercé par son propre ami – ou par son amoureux, si ma théorie se révélait juste – mais il était vivant ! Et… il voulait me revoir… je fondais en larmes. Toute cette pression accumulée sur mes petites épaules… c’en était trop… enfin, un énorme poids était ôté.

La journée fut longue, jusqu’au lendemain. Et au petit matin, le temps fut encore plus long jusque l’après-midi. D’ailleurs… c’était la première fois que je retournais dans les jardins après l’accident… ça me ferait tout drôle… mais il fallait que je tienne bon, et que je garde la tête haute. C’était pour mon bien, pour mon moral, et tous les autres : je n’étais pas la seule à être traumatisée. Peut-être que je pourrais en parler à Yasushi ?

Je revêtais ma plus belle robe, pour être jolie et lui plaire : c’était une robe rose, un peu « lolita ». Comme il faisait un peu plus froid, ces derniers temps, j’avais revêtis des chaussettes hautes et blanches qui m’arrivaient à mi-genoux, ainsi que des chaussures fermées, à la couleur de ma robe. J’avais laissé mes cheveux libres : les pointes me caressaient délicieusement la nuque. De plus, j’avais mis mon masque de Renard. J’étais fin prête.

En parlant de tenue, mon uniforme prenait la poussière… je désertais les cours. Je manifestais une colère profonde contre tout ces Diamants qui ne sont pas venus en aide à Noa. Finalement, je sortais de mon dortoir et je m’engageais timidement à l’extérieur. Il n’y avait pas beaucoup de monde, mais je pus reconnaître une silhouette, et une tête blonde entre mille. Je me rapprochais du blondinet, qui était allongé dans l’herbe, puis je m’accroupissais près de lui. Je levais timidement ma main, et je bafouillais d’une voix intimidée et gênée.

« C-coucou. »

Le voir, comme ça… ça me faisait tout drôle… la dernière fois que je l’avais vu, il… il gisait dans son propre sang.




Autres comptes : Hideki - Brian Warner -
Richie Tozier

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vaut mieux tard que jamais... [PV Maya]

Message par Yasushi le 12/7/2017, 16:11



Vaut mieux tard que jamais...

Le temps passa sans que je m'en rende réellement compte. A vrai dire, je préférais rester patient en ne pensant à presque rien. Quand on me connaissait, on aurait pu croire que cela m'était plus facile à dire qu'à faire. Pourtant non : quelques raisons connues de moi seul me permettaient de profiter calmement de ce qui m'entourait sans rien faire. L'habitude n'y était pas, pourtant rien ne pouvait empêcher cela se produire ainsi. D'ailleurs, mon attente fut payée puisqu'une petite voix fluette et timide s'éleva sans aucun doute à mon intention puisqu'il n'y avait pratiquement personne dans les jardins :

- C-coucou.

En tournant la tête je pus voir une petite fille d'un peu plus de 10 ans, les cheveux blonds, yeux bleus et la peau livide, habillée d'une jolie robe rose. Sur sa tête, un masque de renard assez joli habillait son style de façon joyeuse. Comme j'avais encore des souvenirs clairs d'elle, je pus aisément reconnaître la petite que j'avais méchamment envoyé bouler lors de la fête. Le sourire que je lui fis fut donc désolé alors que je me relevais doucement en cachant la douleur que cela provoqua. Après tout, si j'avais peur d'avoir mal, je n'aurais pas dû me coucher ou même quitter l'infirmerie. Mais voilà, je l'avais fait donc j'assumais.
Une fois assis, un coude sur la jambe opposée à ma blessure relevée, je lui fis signe de s'asseoir à mes côtés en tapotant l'herbe tout en lui répondant avec douceur et un peu de gêne :

- Bonjour... Maya, c'est ça ? Je suis Yasushi... Veux-tu t'asseoir près de moi ? Nous serons plus à l'aise pour discuter.

J'attendis qu'elle accepte, ou refuse, selon son bon vouloir, tout en restant silencieux. Je ne voulais pas précipiter les choses, ni parler en utilisant des mots qui pourraient la blesser. Je préférais donc bien réfléchir avant de lui parler. Ce n'est donc après une ou deux minutes de silence pendant lesquelles nous pouvions écouter la nature chanter que je repris la parole tout aussi doucement qu'auparavant :

- Tu sais, je suis sincèrement désolé... de t'avoir parlé brusquement à la fête, et de ne pas t'avoir dit ça plus tôt. Comment dire ? Pour le fait que je ne sois pas venu plus tôt, c'est parce que je me suis réveillé y'a pas longtemps suite à ma blessure. Pour ma brusquerie... en vérité je ne sais pas vraiment ce qui m'a prit. Dire que j'étais en proie à la jalousie parce que je venais seulement de retrouver Noa après un mois d'absence, ou parce que tu me faisais penser à des gamins que je ne peux plus voir aujourd'hui... ce ne sont que des excuses minables... Tu ne méritais pas ça et c'est pour ça que je suis sincèrement désolé.

Je ne savais pas si elle voudrait me pardonner, mais j'étais prêt à tout pour me racheter. Au fond... il me semblait que c'était mon devoir, mais aussi parce qu'elle me faisait belle et bien penser à eux. Serait-ce aussi me racheter auprès d'eux que de la protéger ? Si seulement cela pouvait être le cas...

(c) Rin sur Epicode



Merci à Marco Wakasa pour ce magnifique avatar ♥
avatar
Yasushi

Fiche perso'
Infos:
Où me trouver:
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vaut mieux tard que jamais... [PV Maya]

Message par Maya le 12/7/2017, 19:01

Je profitais de ma proximité avec le garçon pour le détailler longuement. Il était plutôt maigre, mais c’était encore passable. Souffrait-il de malnutrition, comme moi ? Peut-être que c’était à cause de son pouvoir, ou alors qu’il était tout simplement anorexique… cela me fit de la peine, j’avais presque envie de lui faire un câlin… personne ne devrait se priver de manger… moi, avant que j’aie mon pouvoir, je mangeais beaucoup et j’étais très gourmande… j’adorais le chocolat ! Mais maintenant, je cessais de m’alimenter… c’est comme ça. Est-ce que ce serait malpoli que je lui demande s’il était anorexique ? J’avais besoin d’aider.

Le blondinet – qui s’appelait Yasushi – avait de beaux cheveux blonds, qui tiraient sur l’orange : ils étaient soyeux, et très beaux ! J’avais envie de les caresser… ils étaient un peu plus longs que la normale, mais c’était adorable, et très joli. Ça lui allait à merveille, et je le voyais mal avec des cheveux courts, et plus « masculins ». Il portait une barrette, qui dévoilait une boucle d’oreille noire absolument adorable. Dites donc, je n’avais jamais vu un garçon qui avait des boucles d’oreilles ! L’envie me démangeait de dégager l’autre côté de sa tête pour voir s’il avait une deuxième boucle d’oreille. Il était habillé très simplement, et c’était joli.

« Bonjour... Maya, c'est ça ? Je suis Yasushi... Veux-tu t'asseoir près de moi ? Nous serons plus à l'aise pour discuter. »

Je rougissais, intimidée par son regard tendre et son sourire adorable et légèrement désolé. Yasushi, après s’être relevé et s’être assis, il commença à tapoter tout doucement le carré d’herbe à côté de lui, comme pour m’inciter à m’asseoir. Je me sentais toute gênée de recevoir autant d’attention d’un garçon si… charismatique. Il ne l’était pas autant que Noa, mais il l’était quand même ! J’avais presque l’impression que je ne méritais pas toute cette attention, et ça m’embarrassait beaucoup… Je sentais que tout cela n’était pas mérité. Je m’asseyais doucement à la place qu’il me proposait en prenant grand soin de m’asseoir sur ma robe, et non sur mes fesses, et en faisant également attention à ce que ma robe cache suffisamment mes jambes pour que je ne sois pas obscène.

« Tu sais, je suis sincèrement désolé... de t'avoir parlé brusquement à la fête, et de ne pas t'avoir dit ça plus tôt. Comment dire ? Pour le fait que je ne sois pas venu plus tôt, c'est parce que je me suis réveillé y'a pas longtemps suite à ma blessure. Pour ma brusquerie... en vérité je ne sais pas vraiment ce qui m'a prit. Dire que j'étais en proie à la jalousie parce que je venais seulement de retrouver Noa après un mois d'absence, ou parce que tu me faisais penser à des gamins que je ne peux plus voir aujourd'hui... ce ne sont que des excuses minables... Tu ne méritais pas ça et c'est pour ça que je suis sincèrement désolé. »

Je baissais les yeux, alors que mon petit corps était doucement pris de tremblements incontrôlés. La boule d’appréhension dans mon ventre se faisait de plus en plus grosse et de plus en plus douloureuse, les larmes montaient, je n’arrivais plus à les contenir… je me sentais si mal pour lui… doucement, on entendit derrière mon masque des pleurs étouffés et aigus. J’avais envie de faire un gros câlin à Yasushi, et de lui dire à quel point sa méchanceté n’était pas grave… je me sentais coupable, car le pauvre avait du s’en vouloir, et pour rien… il devait être sûrement malmené par des sentiments bien pires, alors il ne devait pas se soucier de moi !

Nous avons vécu bien pire que cette petite altercation. Je pense qu’on devrait se soutenir mutuellement, et ne pas penser à cette querelle de « jalousie », c’était idiot… j’espérais sincèrement réussir à bien choisir mes mots, pour qu’il comprenne ma pensée et mon point de vue… Doucement, je retirais mon masque, mais je gardais les yeux fermés. J’ôtais un paquet de mouchoirs – que je gardais toujours sur moi en ce moment – de ma poche, puis j’essuyais mes yeux humides et chagrés de larmes. Enfin, je replaçais mon masque sur mon visage et, tout en serrant nerveusement le tissu humide entre mes doigts, je disais d’une voix tremblante et chargée.

« Ce… ce n’est pas grave, Yasushi… de toute façon, je savais bien que c’était malpoli de ma part de m’approcher de Noa comme ça alors que tu étais avec lui… je ne t’en veux pas, et tes excuses prouvent que tu es un garçon gentil au fond. »

Je reniflais : j’avais envie de lui faire un câlin, mais je n’osais pas. D’ailleurs, qui étaient ces gamins qu’il ne peut plus voir ? J’avais tant de questions…

« Pardon d’avoir pleuré, c’est nul... »




Autres comptes : Hideki - Brian Warner -
Richie Tozier

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vaut mieux tard que jamais... [PV Maya]

Message par Yasushi le 12/7/2017, 20:31



Vaut mieux tard que jamais...

Je fus soulagé de constater que, si elle m'en voulait, ce n'était pas assez fort pour l'empêcher de s'asseoir à mes côtés. Sincèrement, je ne savais pas quelle impression je pouvais donner. Etais-je toujours le méchant garçon qu'elle avait rencontré lors de la fête, ou semblais-je différent ? Je n'en savais fichtrement rien. Tout ce qu'il me semblait c'était qu'elle était au moins à l'écoute de ce que j'avais à lui dire.

Silencieusement, elle m'écouta m'excuser. Puis, doucement, j'entendis qu'elle hoquetait. Au début, je crus qu'il s'agissait de soulagement parce qu'elle avait pensé que je la détestait. Mais en voyant qu'elle continuait, je me rendis compte que ce n'était pas le cas. Non, c'était autre chose comme de la tristesse... Etait-ce de mon fait ? L'avais-je blessée d'une façon que j'ignorais ? Sur le coup, je ne compris pas et en la regardant dans les yeux, notamment parce qu'elle avait ôté son masque, j'attendis patiemment de savoir quoi faire. Je n'osais pas l'approcher de peur de commettre un impaire. Heureusement, elle ne tarda pas à me faire part de ses pensées tout en pleurant bien qu'elle se retenait :

- Ce… ce n’est pas grave, Yasushi… de toute façon, je savais bien que c’était malpoli de ma part de m’approcher de Noa comme ça alors que tu étais avec lui… je ne t’en veux pas, et tes excuses prouvent que tu es un garçon gentil au fond. Pardon d’avoir pleuré, c’est nul...

J'étais soulagé de savoir qu'elle ne m'en voulait pas, mais ne le montrai pas puisqu'un autre sentiment me nouait l'estomac. Dire qu'il s'agissait de la nostalgie n'était ni juste, ni faux. En fait, c'était tellement plus compliqué que ça...
Doucement, je m'approchais de la jeune femme en devenir et l'entourai doucement de mes bras. Lui frottant le dos avec tendresse comme je l'aurais fait avec un des mômes de mon ancienne bande, je lui répondis avec douceur et compassion :

- Si ton corps te demande de pleurer, ne le retient pas. Si tu veux, je peux te cacher, si tu as peur qu'on te voit ainsi. N'aies pas peur : je ne suis pas le genre à me moquer pour des choses comme ça.

Puis, tel un murmure à son oreille, j'ajoutai en la serrant contre moi, un peu comme si j'enlaçai une petite sœur :

- Pleurer n'est pas une faiblesse et ce n'est pas débile. Tu en as le droit. N'aies pas peur...

J'espérais qu'elle allait prendre la main que je lui tendais et pleurer sur mon épaule, se vider de toutes ces émotions qui l'étouffaient. Peu importait si elle ne voulait pas se confier. Au moins, elle se sentirait tout de même plus légère.

(c) Rin sur Epicode



Merci à Marco Wakasa pour ce magnifique avatar ♥
avatar
Yasushi

Fiche perso'
Infos:
Où me trouver:
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vaut mieux tard que jamais... [PV Maya]

Message par Maya le 13/7/2017, 13:35

Alors que j’essayais de me concentrer pour, en premier lieu, de pas avoir l’air idiote ainsi que pour m’arrêter de pleurer, je sentis une douce étreinte. Je relevais timidement les yeux fixant le bout de mes pieds, puis j’observais Yasushi : doucement, il avait passé ses bras autour de moi et il me caressait gentiment le dos. Je virais au rouge pivoine, mais heureusement que tout cela restait derrière mon masque, hihi. Cet acte de tendresse pure m’emplit de joie, et d’un profond soulagement : si le blondinet avait engagé ce câlin et ce moment de douceur de lui-même, ça voulait dire qu’il était vraiment très gentil…

J’étais subjuguée : quelque chose en lui m’inspirait une sympathie profonde, je nous sentais presque comme… connectés. Je ne saurais comment l’expliquer, et je savais pertinemment que j’allais trop loin, mais c’était ça que je ressentais… c’était comme si nous étions étroitement liés, par un lein invisible qui se dissiperait dès que le moment de câlin serait terminé. J’étais tellement persuadée et rongée par cette pensée que j’avais envie que notre câlin ne se finisse jamais, et qu’il me garde dans ses bras toute la journée !

Dans ses bras, je sentais une douce chaleur accueillante émaner de tout son corps. Je m’y sentais à l’aise, comme dans un petit cocon. Au creux de son enveloppe, j’avais l’étrange sensation d’être en sécurité, et que rien de mal ne pourrait m’arriver. Aucun ruban de Noa ne pouvait m’atteindre, aucune attaque… c’était comme si Yasushi me défendait de l’extérieur. Une image horrible et affreuse m’apparut en un éclair, une fraction de seconde : je revoyais Yasushi se faire transpercer par u des rubans de Noa, et je ne pus m’empêcher de m’imaginer que non, je n’étais pas forcément en sécurité dans le creux de ses bras…

« Si ton corps te demande de pleurer, ne le retient pas. Si tu veux, je peux te cacher, si tu as peur qu'on te voit ainsi. N'aies pas peur : je ne suis pas le genre à me moquer pour des choses comme ça. » Il murmurait doucement à mon oreille, d’une voix sucrée et douce. « Pleurer n'est pas une faiblesse et ce n'est pas débile. Tu en as le droit. N'aies pas peur... »

Yaushi était si doux, si proche, si… son parfum… il avait un parfum délicat, si agréable… je me perdais, j’aimerais tant que cet instant dure des heures… j’avais l’impression qu’il m’appréciait beaucoup… j’avais l’impression… que c’était mon papa. C’était vraiment très bizarre de penser ça, mais la façon qu’il avait de me rassurer, et de me câliner, ça me rappelait mon papa, en Suède. Aussi, Yasushi parlait avec une facilité… il devait avoir l’habitude de consoler ou de parler à des enfants. Même s’il me persuadait que ce n’était pas grave de pleurer, je ne le croyais pas… il n’y avait que les petites filles qui pleuraient ! Les garçons comme lui, et les autres, ils ne pleurent jamais ! Je ne veux pas être une petite fille à ses yeux… je veux qu’il me voie autrement que comme une enfant sensible… Je reniflais discrètement, et je disais d’une petite voix.

« Avec tout ce qui s’est passé… je me sentais tellement mal… » Je disais d’une voix plus grave. « Je croyais que tu étais mort… »

Une seconde crise de larmes refit surface, peut-être un peu plus violente, et sûrement plus inopinée que la précédente. Je le serrais fort contre moi, en posant délicatement ma joue contre son épaule.

« J’ai peur… il y avait des corps par terre… et le tien… »

Je ne cessais de renifler, les yeux rougis par les larmes et enflés.




Autres comptes : Hideki - Brian Warner -
Richie Tozier

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vaut mieux tard que jamais... [PV Maya]

Message par Yasushi le 13/7/2017, 14:51



Vaut mieux tard que jamais...

Je n'étais pas certain d'avoir réussis à la convaincre : silencieuse et immobile dans mes bras, elle ne parlait pas. Après, comme cela devait faire longtemps qu'elle vivait avec ce qu'il s'était passé, il était possible qu'il lui était difficile de tout faire ressortir comme ça. Je décidai donc de la garder dans mes bras jusqu'à ce qu'elle ne le veuille plus.
Après un moment, je l'entendis me répondre d'une petite voix serrée par l'émotion :

- Avec tout ce qui s’est passé… je me sentais tellement mal… Je croyais que tu étais mort…

Elle n'était pas la première à me dire avoir cru que ma vie avait prit fin. Je m'en voulais énormément de tous les avoir inquiétés de la sorte... Mais je ne n'en montrai rien, surtout quand elle pleura à nouveau, un peu plus fort que la première fois. Alors, tout en la gardant près de moi, je lui caressai les cheveux, réprimant une grimace et un gémissement de douleur quand elle me serra très fort contre elle. Son visage sur mon épaule, elle ajouta :

- J’ai peur… il y avait des corps par terre… et le tien…

- Tout va bien maintenant. Tout va bien...

Je lui avais murmuré ces mots rassurant en la serrant fort contre moi. Faire ce genre de geste envers un plus jeune que moi m'avait cruellement manqué. Bien sûr, les gosses qu'Archie avait adoptés m'offraient quelques possibilités, mais tellement moins qu'avant grâce à la sécurité de leur foyer qu'il me semblait avoir perdu une grande partie du rôle que j'avais endossé pendant des années. Je comprenais mieux pourquoi j'avais eu besoin de retourner dans la rue pendant un moment. Peut-être allait-il falloir que j'en parle à mon père de cœur. Mais, en attendant, je me concentrai sur la petite qui était près de moi.

Quand elle fut plus calme, je décidai qu'il était temps de lui donner quelques explications :

- Je suis désolée que tu aies vu un tel spectacle.
A vrai dire, ce soir-là, je n'avais pas les idées claires et je me suis mis en danger. Je ne voulais qu'une chose : aider les personnes que j'aime. Mais, par le passé, j'ai vécu tant de choses que j'ai eu du mal à me remettre de la blessure que Noa m'a faite. Heureusement, même si tu as vu un spectacle terrifiant, tu n'as pas été témoin de pire. Personne n'est mort et le danger est passé.


Pour être franc, je ne savais pas si j'étais rassurant avec de telles paroles. Je me sentais comme... détaché de tout cela. Je n'avais pas vu la fin de la crise, un peu comme si je m'étais réveillé d'un long rêve. Heureusement qu'on m'avait rapidement fait part que c'était la réalité. Pourtant, j'avais encore du mal à ne pas voir ça comme une illusion, une représentation de mes douleurs passées. Cette remarque me donna d'ailleurs une idée.

- Dis-moi, Maya... Est-ce que tu veux voir un beau spectacle ?

(c) Rin sur Epicode



Merci à Marco Wakasa pour ce magnifique avatar ♥
avatar
Yasushi

Fiche perso'
Infos:
Où me trouver:
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vaut mieux tard que jamais... [PV Maya]

Message par Maya le 16/7/2017, 10:14

Doucement, Yasushi posait sa grande main sur ma tête, et il me caressait tendrement les cheveux. J’aimais ce geste, parce qu’il était doux, et ça me rappelait de très bons souvenirs de ma maman. De mon papa aussi ! Mais un peu moins… parce que même s’il était très gentil et très doux avec moi, il n’osait pas être si proche… il l’a été une seule fois, c’est quand ma mère est morte. Là, il avait tout osé, et j’avais aimé ça, parce qu’il me faisait des câlins sans retenue. J’étais le dernier souvenir de sa femme, de ma maman : c’est ce qu’il disait. Je pense que c’était important pour lui.

« Tout va bien maintenant. Tout va bien... »

Il avait murmuré tout près de mon oreille, de sa voix chaude et sucrée. Il semblait si rassurant, si sûr et confiant de lui… je défaisais tout doucement mon étreinte, sans pour autant le lâcher. J’avais conscience que je le serrais trop fort, mais aussi… ça me faisait tellement de bien d’avoir un point d’ancrage, quelqu’un à serrer contre moi, et quelqu’un à qui je peux faire des câlins… En y repensant, Yasushi était, auparavant, la dernière personne à qui j’aurais aimé faire des câlins. Mais là… c’était tout le contraire… son étreinte était si chaleureuse, je crois que je ne pourrais pas m’en passer ! Je pensais à Noa : il semblait bien plus froid que son ami blondinet, cela m’amena à penser qu’un câlin avec lui ne devait pas être si agréable que ça…

« Je suis désolée que tu aies vu un tel spectacle. À vrai dire, ce soir-là, je n'avais pas les idées claires et je me suis mis en danger. Je ne voulais qu'une chose : aider les personnes que j'aime. Mais, par le passé, j'ai vécu tant de choses que j'ai eu du mal à me remettre de la blessure que Noa m'a faite. Heureusement, même si tu as vu un spectacle terrifiant, tu n'as pas été témoin de pire. Personne n'est mort et le danger est passé. »

J’hochais doucement de la tête, compréhensive. Il semblait si… désolé. Et si… triste, en même temps. Le pauvre, je ne savais plus si c’était moi qui devais être consolée ou lui ! Dans le doute, je préférais ne rien dire. Du haut de mes onze ans, je faisais tant de bourdes, et j’étais persuadée que si j’essayais de lui donner des paroles rassurantes, j’allais le vexer d’une certaine façon en disant ce qu’il ne fallait pas dire… du coup, je préférais rester muette, et compter sur mes câlins pour lui mettre du baume au cœur.

« Dis-moi, Maya... Est-ce que tu veux voir un beau spectacle ? »

Je retirais à nouveau mon masque, et je séchais mes larmes avec mon mouchoir. Je reniflais discrètement, puis je le rangeais de nouveau en attendant de tomber sur une poubelle. Enfin, je remettais mon masque, trop peureuse à l’idée que Yasushi voie mon minois. Il y avait tant de fleurs dans ce parc… si j’avais le malheur d’en regarder une seule, j’aurais une vision, et mon visage… mon visage… je deviendrais un monstre. Sa proposition me rendait toute heureuse.

« Bien sûr que oui. »

Je soulevais légèrement mon masque pour lui dévoiler un magnifique sourire radieux et enjoué, puis je remettais mon précieux cache-visage en place.




Autres comptes : Hideki - Brian Warner -
Richie Tozier

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vaut mieux tard que jamais... [PV Maya]

Message par Yasushi le 16/7/2017, 15:21



Vaut mieux tard que jamais...

Après qu'elle eut à nouveau essuyé son visage en relevant un peu son maque, j'eu la joie de l'entendre me répondre qu'elle acceptait ma proposition. Sa confiance me faisait honneur et réellement plaisir. Après tout, même si j'avais connu une période de "non-vie", je n'en avais pas moins été horrible avec elle lors de notre dernière rencontre. Je me promis néanmoins de faire plus attention à l'avenir, quitte à ne pas interagir avec les autres en cas de sentiments négatifs. Oui, mine de rien cette petite m'avait appris une leçon extrêmement importante. D'ailleurs, son sourire qu'elle me dévoila en soulevant un peu son masque me conforta dans cette voie.

Faisant discrètement attention aux restes de ma blessure qui était pourtant bien près d'être totalement guérie par rapport au départ, je me levai. Puis, dans un geste qu'on aurait pu qualifier de galant, je tendis la main à Maya pour lui proposer de l'aider à se relever. Qu'elle accepte ou non, je respectai le choix qu'elle fit et, tout en la guidant vers les bâtiments en lui tendant la main pour prendre la sienne si elle acceptait, je lui expliquai :

- Pour que ce que je veux te montrer soit plus joli, il est préférable que nous allions dans une salle sombre comme le grenier. A moins que tu ne préfères qu'on se trouve une salle de classe vide ?

Là encore, je fis très attention à sa réponse afin de diriger mes pas vers le lieux qu'elle choisit à travers sa réponse. Je marchais d'un pas calme et lent, comme lors d'une promenade : je n'étais pas pressé. C'était comme si j'avais redécouvert une face de la vie, surtout que l'être qui me torturait ne se manifestait plus depuis mon réveil. Le calme avant la tempête ? Ou cela avait un lien avec le fait que j'étais encore en vie ? Certainement ne le saurais-je jamais réellement comme tout ce qui entourait le squatteur. Mais ce n'était pas le moment d'y penser ou d'assombrir mes pensées. Après tout, j'étais en bonne compagnie et je souhaitais lui montrer un beau spectacle.

Lorsque nous fûmes arrivés à destination, je créai une ambiance sombre tout en laissant passer quelques rayons plus loin. Si nous venions à être dans le noir total alors il me serait impossible de faire quoi que ce soit. Par la suite, je m'assis dans un coin en invitant la jeune fille de me rejoindre. Elle pouvait venir à côté de moi ou dans mes bras selon sa préférence. Puis quand elle fut installée, je lui donnai un conseil :

- Regarde le plus loin que tu peux.

Souriant, j'attendis qu'elle obtempère avant d'ouvrir mes mains pour laisser mon pouvoir se manifester. Grâce à la concentration dont je fis preuve, je ne laissai pas mes émotions et sentiments influer sur la couleur des sphères qui apparurent pour se placer aléatoirement pour commencer. Jaune, bleu, vert, rouge, violet, blanc... lorsque j'eus finis de créer, il y avait devant nous une ribambelle de couleurs douces et lumineuses qui bougeaient sans se toucher telle une magnifique danse.

(c) Rin sur Epicode



Merci à Marco Wakasa pour ce magnifique avatar ♥
avatar
Yasushi

Fiche perso'
Infos:
Où me trouver:
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vaut mieux tard que jamais... [PV Maya]

Message par Maya le 18/7/2017, 11:06

Doucement, Yasushi se levait. J’étais un peu triste, parce qu’il ne me tenait plus dans ses bras, et qu’il ne me faisait plus de câlins. Il aurait pu se lever en me portant comme une princesse, quand même ! C’était la moindre des choses ! Bon… peut-être que je lui en demandais trop, aussi… peut-être qu’il n’avait pas de muscles, et qu’il ne serait pas arrivé à me porter, qui sait ? Je ne lui en voulais pas, si c’était le cas. Dans un geste tout à fait galant et tendre, Yasushi tendait la main vers moi, comme pour m’aider à me relever. Je lui adressais un sourire attendri et intimidé, puis je murmurais d’une toute petite voix.

« Tu sais, ce n’est pas la peine de m’aider… mais merci… »

Avant qu’il ne recule, je prenais rapidement sa main, puis je me levais doucement en souriant. Doucement, je secouais ma robe en faisant attention à ne pas trop la soulever, pour ne pas révéler mes sous-vêtements. Je la secouais tout doucement pour ôter la terre, ou les brindilles qui pouvaient rester dessus. Je n’osais pas demander à Yasushi de vérifier si je n’avais rien aux fesses, parce que j’avais peur de l’embarrasser… je me contentais de mon propre avis, en priant pour que je n’aie pas une trace de terre (HRP : elle n’en a pas). Doucement, Yasushi se dirigeait vers les bâtiments, tout en me tenant délicatement la main.

« Pour que ce que je veux te montrer soit plus joli, il est préférable que nous allions dans une salle sombre comme le grenier. A moins que tu ne préfères qu'on se trouve une salle de classe vide ? »

Cette question me fit un peu peur. Pourquoi voulait-il que l’on soit dans une pièce vide et sombre, rien que tout les deux ? Ça aurait été le rêve d’être avec lui, rien que tout les deux, mais là, je me sentais toute bizarre… surtout qu’il me prenait la main avec instance… ça me faisait presque mal… mon cœur s’emballa doucement, je ne savais pas si j’avais vraiment envie d’y aller… je traînais doucement le pas.

« Je… je ne sais pas… » Je lui adressais un regard légèrement secoué, puis je tentais de reprendre mes esprits. Yasushi n’était pas un méchant garçon, il est très gentil, et très respectueux. Il veut me protéger, alors il ne me fera jamais de mal. « J’aimerais bien aller dans une salle de classe vide, Yasushi… »

Nous continuâmes notre chemin, silencieux. Quelques fois, je lui lançais des regards curieux à la dérobée, et dès qu’il me remarquait, je détournais rapidement la tête, puis je rougissais. Et lorsqu’il ne me regardait plus, je recommençais. Il était très mignon, et il dégageait une aura si positive, si protectrice… j’aurais aimé qu’il m’adresse encore un de ses magnifiques sourires, il était si beau quand il souriait !

Arrivé dans la salle de classe, Yasushi abaissa les rideaux, mais tout en laissant quelques rayons de lumière passer. J’aimais cette ambiance, bien que cela m’avait effrayée tout à l’heure… être seule dans une pièce avec un grand garçon comme lui, il y a de quoi avoir peur ! Doucement, il s’asseyait dans un coin de la salle, et je m’empressais de le suivre, toute contente. Je m’asseyais entre ses jambes, puis je posais ma tête contre son torse. Mon dos était contre son ventre.

« Regarde le plus loin que tu peux. »

J’hochais doucement de la tête. Mon cœur battait la chamade dans ma poitrine, j’étais si excitée ! Doucement, je posais mon masque à côté de moi, et je profitais du spectacle. Doucement, des boules de lumières sortaient de ses paumes ouvertes. Il y en avait beaucoup, et de toutes les couleurs ! Elles se placèrent devant nous, comme si elles possédaient une conscience propre, et entamèrent une danse des plus splendides… Je poussais un cri émerveillé. Mes yeux écarquillés et pétillants fixaient les boules. D’une voix pleine d’admiration, je m’exclamais.

« C’est magnifique, Yasushi ! »

La bouche ouverte, émerveillée, je fixais la danse majestueuse des boules lumineuses.

« C’est ton pouvoir ? »




Autres comptes : Hideki - Brian Warner -
Richie Tozier

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vaut mieux tard que jamais... [PV Maya]

Message par Yasushi le 18/7/2017, 18:39



Vaut mieux tard que jamais...

De ce que j'avais pu constater d'elle, ce n'était pas le genre de fille à dire ce qu'elle pensait réellement. Enfin, c'est ce que je crus comprendre quand elle prit ma main alors qu'elle venait de me dire que je n'étais pas obligé de l'aider. Sur le coup, j'avais failli la laisser se débrouiller mais j'avais tout de même bien fait d'attendre un peu. Doucement, je reprenais mes habitudes perdues du temps où je m'occupais des gosses. Ce n'était pas si simple tant cela faisait longtemps. Certes, je gardais de temps en temps les gosses que j'avais confié à mon père de coeur, mais ce n'était pas du tout la même chose que lorsque nous étions dans la rue.

Sur le chemin, je fus bien soulagé d'avoir l'idée de lui demander où elle préférais se rendre. Après tout, alors que j'allais me diriger vers le grenier, elle me fit part de sa préférence pour une salle de cours. Après réflexion, il était vrai qu'une classe était peut-être moins sinistre qu'un grenier... Enfin, ce n'était pas comme si j'étais souvent allé là-bas non plus...
Lorsque nous fûmes à destination et que tout fut prêt pour ma petite prestation, Maya vint s'assoir entre mes jambes, comme une enfant près de son père ou son grand-frère. Encore une fois, il y avait cette connotation familiale entre elle et moi qui me mettais mal à l'aise sans pour autant qu'elle n'en soit gênante.

Le spectacle ayant commencé, je n'attendis pas longtemps avant de comprendre que ma surprise lui plaisait. C'était une impression par ses mimiques que je constatais autant que je le pouvais alors qu'elle était posée contre moi. Elle ne tarda pas à me le confirmer en déclarant que c'était magnifique avant de me demander s'il s'agissait de mon pouvoir. Souriant, notamment parce que j'étais fier de mon action, je lui répondis :

- Oui, et jamais je ne l'échangerais je pense. Après tout, sans lui, je ne serais peut-être pas là aujourd'hui.

Je parlais du fait qu'à l'époque où je l'avais découvert j'aurais pu mourir de faim et de froid. La chaleur et la force que ce pouvoir me procurait, malgré les brûlures aux mains, m'avaient sortis de bien mauvais pas en plus de protéger les gosses de la rue dont je m'étais occupé pendant un temps. Y repenser était aussi douloureux que plaisant. Je ne savais plus trop quoi en penser alors que je n'avais pas de parasite. Cela ne durerait pas et je savais que j'allais devoir réfléchir pendant ce laps de temps.

(c) Rin sur Epicode



Merci à Marco Wakasa pour ce magnifique avatar ♥
avatar
Yasushi

Fiche perso'
Infos:
Où me trouver:
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vaut mieux tard que jamais... [PV Maya]

Message par Maya le 19/7/2017, 19:43

« Oui, et jamais je ne l'échangerais je pense. Après tout, sans lui, je ne serais peut-être pas là aujourd'hui. »

Mon beau sourire enfantin et émerveillé se dissipa peu à peu, laissant place à un sentiment d’inquiétude profond. Bientôt, je me désintéressais très vite du beau spectacle lumineux – bien que c’était l’une des choses les plus belles que j’avais jamais vues, après les feux d’artifices et Noa –. Cette phrase éveillait en moi des sentiments quelque peu troublés et troublants : pourquoi me disait-il ça ? Moi, quand j’étais à la maison et que je regardais des films à la télévision avec mon papa et ma maman, il arrivait souvent que les personnages sortent des phrases de style… c’était si mystérieux !

Je tournais le dos, et je faisais face à Yasushi. Je savais que je n’avais pas mon masque, et je n’avais pas envie de le mettre… alors je préférais conserver les yeux fermés, pour m’éviter d’avoir des visions involontaires… là, il faudrait seulement une seconde à Yasushi pour qu’il voie mon visage se nécroser et partir en lambeaux… je ne voulais pas ça ! C’est drôle, quand on y pense… Yasushi a un pouvoir de lumière, qui lui permet de créer des boules de toutes les couleurs. C’est un pouvoir magnifique, totalement magique ! Et moi… mon pouvoir me permet de lire l’avenir… super ! Mais lorsque je le faisais, mon visage devenait monstrueux… mon pouvoir était ignoble et méchant, et surtout très laid. Je veux le pouvoir de Yasushi !

Je faisais donc face à Yasushi, yeux fermés. J’étais assise sur mes genoux. J’étais juste entre les jambes de Yasushi. Je me rapprochais de lui, et je ne pus m’empêcher de lui faire de nouveau un câlin. Je posais ma tête contre son torse maigrichon, puis j’entourais mes bras autour de sa taille, en le serrant contre moi. Je me sentais toute petite contre lui ! Mes genoux venaient taper l’intérieur de ses cuisses, mais c’était pas grave. Les garçons n’étaient pas sensibles, ici. Je ressentais le besoin de ressentir sa chaleur, et puis il sentait bon… Et même, en lui faisant un câlin, je voulais le… rassurer.

Je me sentais inquiète pour lui. Cette phrase m’avait fortement troublée, je n’y comprenais plus rien. Peut-être que je me faisais des idées, en fait… mais oui, ça tombait sous le sens ! Yasushi ne serait pas à l’académie, sans son pouvoir ! Je me décalais en riant niaisement. Je me sentais bête ! Ça tombait sous le sens ! Tout de suite, j’avais pensé à des choses graves mais non ! Je lui adressais un sourire amusé, et l’envie de lui frotter doucement la tête comme on le ferait pour un enfant pénible me prit violemment à la gorge.

« Tu es bête, Yasushi ! Évidemment que tu ne serais pas là si tu n’avais pas ton pouvoir… »

Je finissais mon petit rire joyeux, puis je retrouvais le calme. Je souriais toujours, amusée. Il était si sympathique, et si gentil… il était un si bon ami ! Il était un peu bête, mais c’est pas grave… Je me retournais de nouveau, puis je reprenais ma position initiale en me calant entre ses jambes, avec mon dos contre son ventre. Je rouvrais les yeux, soulagée de ne plus à les tenir fermés, puis je réclamais d’une voix enjouée.

« Encore, plus de boules ! S’il te plaîîîît… »




Autres comptes : Hideki - Brian Warner -
Richie Tozier

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vaut mieux tard que jamais... [PV Maya]

Message par Yasushi le 21/7/2017, 00:00



Vaut mieux tard que jamais...

HRP:
Désolée, c'est très certainement moins bien que mon premier jet que j'ai perdu à cause de ma maladresse XD J'espère que ça te plaira quand même ^^

Peu à peu, la joie et l'émerveillement dont avait fait preuve Maya face à mon spectacle disparu quand je lui eue dit ce que je pensais par rapport à mon pouvoir. Ma bêtise avait fait que je n'avais pas vraiment pensé que je plomberais ainsi l'ambiance pourtant jusque là très plaisante. J'en étais attristé pour elle que j'avais voulu faire sourire et que j'aurais préféré garder dans la légèreté que j'avais créé. Mes sphères, répondant à mes sentiments, perdirent leurs couleurs principalement chaudes pour toutes devenir bleues claires,
représentant ainsi ma tristesse que je n'affichais pas.

Silencieusement, je regardai la jeune fille se tourner vers moi. Toute proche, elle gardait les yeux fermés pour une obscure raison. Même si je me posai la question sur ses raisons, je préférai la taire pour me concentrer sur le plus important. Après tout, la mine inquiète de la petite me faisait ressentir une petite pointe de culpabilité. Je la laissai donc se blottir contre moi pour l'entourer de mes bras et lui caresser les cheveux, comme lorsque nous étions dans les jardins.

Nous restâmes ainsi quelques instants, silencieux, jusqu'à ce qu'elle se mette à rire. Sur le coup, je ne compris pas du tout la raison de ce changement soudain d'attitude. Je la laissai donc se décoller de moi et me sourire. Elle me déclara alors d'une voix claire et amusée :

- Tu es bête, Yasushi ! Évidemment que tu ne serais pas là si tu n’avais pas ton pouvoir…

J'eue encore besoin d'une seconde de réflexion avant de comprendre où elle voulait en venir. Je souris alors doucement en pensant qu'il était mieux pour elle qu'elle pense ainsi. Du moins, pour le moment. Bien entendu, il faudrait que je lui parle de la vérité un jour, pas trop tard pour qu'elle ne pense pas que je l'ai trompée, mais assez pour ne pas briser sa joie trop durement.
Face à ce changement d'attitude, je me concentrai un peu pour que mes sphères reprennent des couleurs pleines de joie et de chaleur. Maya en profita pour se recaler contre moi et me demander :

- Encore, plus de boules ! S’il te plaîîîît…

- A vos ordres, Princesse, lui répondis-je avec légèreté.

Comme un peu plus tôt, je fis apparaître des sphères colorées en ignorant sans difficulté la douleur provoquée par les brûlures occasionnées. J'en fis tant que la salle en fut remplie dans un périmètre de 5 mètres autour de moi (tout en évitant qu'elles soient trop près de nous à cause de leur chaleur) sans qu'aucune ne se touche ou ne soit contre une surface. Là, je leur fis prendre tour à tour, tel un dégradé comme l'arc en ciel, une couleur qui traversa la nuée de part en part. Cela me demanda assez de concentration pour m'empêcher de regarder la spectatrice. J'espérais que ce spectacle lui laisserait un beau souvenir.

(c) Rin sur Epicode



Merci à Marco Wakasa pour ce magnifique avatar ♥
avatar
Yasushi

Fiche perso'
Infos:
Où me trouver:
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vaut mieux tard que jamais... [PV Maya]

Message par Maya le 21/7/2017, 18:54

« A vos ordres, Princesse. »

Je frissonnais d’excitation : il m’avait appelée « princesse »… comme si j’en étais une, hihi ! L’entendre dire ça éveillait en moi des sentiments si bizarres… j’avais envie de lui faire un bisou, il avait été tellement adorable quand il avait dit ça ! Ça aurait été encore plus beau s’il avait dit « ma » princesse, mais je ne devais pas trop rêver… j’étais déjà aux anges, je ne pourrais pas monter plus haut encore !

Mon papa aussi, il m’appelait « princesse ». Maman et moi étions ses petites « princesses ». Maman… je me demandais si les parents de Yasushi lui manquaient. Je mourrais d’envie de lui demander ! Mais pour l’instant, ce n’était pas vraiment le moment. Peut-être que ça le gênerait, ou qu’il penserait que je me lassais du spectacle qu’il m’offrait… alors que ce n’était pas du tout le cas ! J’adorais ce qu’il me montrait, et je crois que je pourrais lui demander : « Encore ! » pendant des heures s’il ne me fixait pas de limites…

Bientôt, en suivant mon ordre, Yasushi fit apparaître encore plus de boules que je ne pouvais l’imaginer ! Elles avaient toutes une couleur particulière, mais toujours chaude et colorée... je trouvais ça si beau, j’aimerais que tout le monde puisse voir ce spectacle, a moins une fois dans sa vie ! Au moins, quand je serais triste, eh bah j’aurais juste à aller voir Yasushi, et il me remonterait le moral avec son pouvoir… prions pour que ça n’arrive jamais ! Je n’aime pas être triste. Personne n’aime l’être. Doucement, un dégradé magnifique prit toutes les boules, qui affichait lentement une couleur, qui traversait le nuage de boules dans une seule direction… je poussais un ultime soupir émerveillé.

« C’est magnifique, Yasushi… »

Je m’appuyais un peu plus contre lui, manquant de lui écraser les cuisses. Je voulais lui dire à quel point j’avais aimé ce moment, à quel point je voulais voir ce spectacle des dizaines et des dizaines de fois encore mais… j’avais tant de choses à lui dire, tant de questions à poser. J’étais si curieuse à propos de lui, parce que tout m’intriguait… déjà, je voulais en savoir plus sur sa relation avec Noa. Mais j’avais peur de lui poser la question… peut-être qu’il allait se vexer si je lui disais que je pensais qu’il était amoureux d’un garçon ? Peut-être que je devrais poser la question à quelqu’un d’autre… je n’en savais rien ! Aussi, je voulais en savoir plus sur lui…

Le spectacle dura un certain temps, même plus longtemps que j’avais pu l’imaginer. Ça avait été si splendide, si grandiose… j’en avais presque la larme à l’œil ! Mais je le cachais, je ne voulais pas que Yasushi ait pitié. Lorsque les boules disparurent, je remettais mon masque puis je me tournais, reniflant. Je m’asseyais face à Yasushi, jambes écartées. Je lui adressais un regard gêné, puis je disais d’une petite voix.

« C’était trop bien… »

Finalement, je poussais un petit cri enjoué, et je quittais rapidement ma position : je lui sautais dessus, en l’éclatant presque contre le mur derrière lui. Je le serrais fort contre moi, prise dans une espèce d’euphorie. J’exprimais ma joie, d’un ton cette fois plus enjoué et bruyant, avec de petites phrases décousues, en une tentative désespérée d’expliquer ce que j’avais ressenti.

« Tu es vraiment le meilleur, Yasushi… »

Finalement, je le quittais doucement, puis je m’asseyais en tailleur face à lui. Je rougissais : j’avais l’impression que notre rendez-vous se touchait à sa fin… peut-être que je l’avais embêté… combien de temps étions-nous restés dans la salle ? Je n’en savais rien, le spectacle avait été si prenant ! Je murmurais d’une petite vois attristée et suppliante.

« Tu restes avec moi, hein ? Je veux encore discuter… »

Je baissais la tête, honteuse.




Autres comptes : Hideki - Brian Warner -
Richie Tozier

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vaut mieux tard que jamais... [PV Maya]

Message par Yasushi Hier à 00:47



Vaut mieux tard que jamais...

Alors qu'elle s'était réinstallée entre mes jambes comme avant que la question de mon pouvoir ne la fasse bouger pour me câliner, j'avais continué mon spectacle un bon moment. La concentration dont je dus faire preuve était minime pour créer un spectacle qui l'émerveilla visiblement. En même temps, le seul élément qui me faisait perdre le contrôle complet de mon pouvoir était la façon dont mes émotions me submergeaient. Un des points qui ne m'aidait pas là-dedans était comme endormis pour le moment. C'était donc clairement le moment d'en profiter.

Au bout d'un moment, je fis disparaître les sphères qui nous entouraient en les rassemblant en un seule point. Le fait qu'elles se touchent suffit amplement sans provoquer ni gerbe d'étincelles ou autres. Le seul élément aurait été la chaleur que nous ne pouvions pas ressentir grâce à mes soins.
J'avais sentit que si j'avais continué le spectacle nous pourrions rester encore bien longtemps là. Non pas que cela m'aurait terriblement dérangé, mais je souhaitais sortir et bouger un peu en plus de voir mes proches plus tard. Je la laissai cependant exprimer son admiration juste après qu'elle ait remit son maque. D'abord, ce fut d'une façon très calme avant qu'elle ne se mette à sauter sur place devant mon expression attendrie. Je cachais, au fond de moi, le souvenir qu'elle m'évoquait avec force, espérant que la douleur s'évaporerait un peu avec le temps. Puis, lorsqu'elle se fut calmée, elle s'assit face à moi telle une enfant en tort et me demanda timidement :

- Tu restes avec moi, hein ? Je veux encore discuter…

- Si c'est que tu souhaites, pourquoi pas ? lui répondis-je non sans un certain attendrissement. Par contre, j'aimerais beaucoup sortir et marcher un peu, si tu veux m'accompagner.

Lentement, m'aidant de mes mains, je me levai avant de tendre une autre fois la main à la jeune fille. Certes, elle m'avait dit que je n'étais pas obligé, mais elle n'avait pas refusé non plus. Je préférais donc me comporter ainsi tant que je m'en sentais capable.
Lorsque nous fûmes enfin sortis de la salle que je fermai derrière moi, je commençai à marcher doucement dans le couloir, offrant toujours la possibilité qu'elle me prenne la main. Puis, après quelques mètres, je lui demandai :

- Y a-t-il un sujet que tu veux aborder en particulier ?

(c) Rin sur Epicode



Merci à Marco Wakasa pour ce magnifique avatar ♥
avatar
Yasushi

Fiche perso'
Infos:
Où me trouver:
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vaut mieux tard que jamais... [PV Maya]

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum