The clock stopped ticking forever ago [Libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

The clock stopped ticking forever ago [Libre]

Message par Invité le Ven 16 Juin 2017, 00:46

Entrée N°2932

Dans le domaine de la mécanique, il n’y a sans doute rien de plus alarmant que de voir un objet qui a cessé de fonctionner. Une boite à musique rouillée par le temps, une vieille bagnole dont le moteur a lâché, un automate défectueux, une horloge dont les tic tacs se sont tu… C’est justement ce dernier exemple que j’ai pu observer plus tôt cet après-midi en jetant un coup d’œil au grand disque décoré de chiffres qui était accroché sur l’un des murs du foyer de la maison. Après l’avoir regardé quelques instants, j’ai eu pitié de sa condition ainsi que de l’inutilité que l’horloge représenterait si elle restait dans cet état, alors j’ai pris une chaise et l’ai déposé au pied du mur, juste sous l’horloge, puis je suis montée debout dessus et j’ai décroché l’objet figé dans le temps qui, heureusement n’était pas trop lourd malgré sa dimension. La grande aiguille, arrêtée entre les chiffres 7 et 8 semblait indiquer 37 minutes, tandis que la petite aiguille qui avait dépassé de peu le 4 indiquait ce dernier chiffre en guise d’heure, mais étant donné qu’il n’était que 14h de l’après-midi, j’en ai déduit que l’horloge avait dû s’arrêter à 4h37 du matin, si ce n’est pas arrivé une autre journée. Je l’ai retournée pour regarder à l’arrière ce qui la faisait fonctionner. Ça aurait très bien pu être des piles, comme la plupart des horloges murales de nos jours, mais non, en ouvrant la trappe présente à l’arrière, il s’agissait de mécanismes. J’ai raccroché, puis suis allée chercher des outils dans ma chambre. Je profite d’ailleurs de ce moment pour écrire ceci, mais trêve de contage, je vais tenter de réparer cette horloge.


Je ferme mon ordinateur portable et ouvre l’un des tiroirs de mon bureau pour en extraire trois tournevis de différentes tailles. Je vais commencer avec ça et si j’ai besoin d’autre chose, je reviendrai.

Je quitte ensuite ma chambre pour retourner au foyer et décroche à nouveau l’horloge. Je vais m’installer sur un canapé et dépose ce que j’ai en mains sur la table basse devant moi. Une surface de travail, c’est tout ce dont j’ai besoin. J’ai l’impression que je m’apprête à opérer quelqu’un. Avant de me mettre à l’œuvre, je replace mon serre-tête orné d’haut-parleurs à l’effigie d’oreilles de chat, puis lisse mon t-shirt noir sur lequel il est écrit " Long live the cat-aclysms ! ". L’horloge est placée aiguilles contre table, j’ouvre une seconde fois la trappe et commence à inspecter les liaisons des mécanismes entre eux afin de voir si le problème ne viendrait pas d’une connexion. La concentration est palpable…

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: The clock stopped ticking forever ago [Libre]

Message par Invité le Ven 16 Juin 2017, 18:27

Dériver… Je dérive… Ces aiguilles, ce sang, ces chaînes… Aie…

Je m'étais pris une table basse dans la jambe, en pleine introspection. L'arrêt soudain de celle-ci, en plus du choc me ramena dans le présent. Tous ces couloirs, ces portes, puis enfin ce hall, ah oui, je devais aller chercher des informations sur les prochains cours, puis aller à l’infirmerie pour…

Ses longs cheveux blonds furent la prochaine chose que je vire, avant de voir son casque, son visage, son étonnement. La table basse elle, avait légèrement bougé, et l’un des outils était tombé aux pieds de la jeune femme. À cet instant, mes respirations devinrent un peu plus rapides, ma mains moites, et mes yeux suivait l’autre outil chancelant sur le coin de la table. J'hésitais sur l’action à faire, entre la saluer, m’en aller sans rien dire, ou bien encore rire de la situation. J’optai pour m’abaisser en pliant l’un de mes genoux, afin de ramasser l’outil aux pieds de la jeune femme. Concentrant ma vision seulement et uniquement sur le tournevis au sol, évitant de tourner le regard. Une fois révélé, je fis une belle révérence, tendant de ma main gauche l’outil en question, avant d’enfin prendre la parole.

- Excuse-moi de t'avoir dérangé, je crois que ceci est a toi. J'espère bien que *Je me remis normalement, avant de mettre mes mains derrière la tête, fixant les yeux de la jeune femme* la prochaine fois, ce sera un buffet à volonté que je heurterais

Souriant à moitié à ma phrase, j'étais sûr d’avoir dit une bourde, mais il était trop tard, alors qu’importe. Mon rythme cardiaque était toujours un plus rapide que la normale, donnant du fil à retordre à mon élocution. Je passe alors mon regard sur le reste de la table, ses tournevis devaient bien être là pour une raison. Une horloge, ancienne et un peu poussiéreuse était posée sur la table. La jeune femme avait ses mains au-dessus d’elle, comme si elle intervenait sur un corps avec un scalpel entre les mains. Je fis le tour de la table, avant de me retrouver de l’autre côté, libre du canapé. J’indiquai la place libre de ma main, en prenant une nouvelle fois la parole

- Est-ce que vous réparez cette horloge ? Vous arrivez à manier ces engins ? Avec ces deux mains gauches, c’est à peine si j’arrivais à ne pas me blesser avec.

Si j’avais engagé ainsi la discussion, ce n’était pas envie de dialoguer ou non, mais plutôt pour passer le temps. Et plus j’aurais d’information, mieux ce sera.

Une éternité à réfléchir, un seul instant pour agir.


Dernière édition par Quiet Arcwind le Ven 16 Juin 2017, 19:44, édité 2 fois

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

L'invocation

Message par Luxia le Ven 16 Juin 2017, 19:09



The clock stopped ticking, forever ago
Feat Charlie et Quiet pour le moment


Allez! Vas-y Mazinger! Sauve le monde! Anéantis Mycènes et le docteur Hell! Vainc le baron Ashura, Brocken et les sept armées et!...

Badaboum

Je suis réveillée en sursaut par un grand fracas, perchée en haut d'une poutre suspendue dans les airs par deux murs, sans me rappeler ni de pourquoi je suis là ni d'où je suis, en fait. Je remarque une musique rythmée s'échapper de non loin de moi; le casque qui était bien vissé sur mes oreilles durant mon sommeil laisse encore échapper la mélodie, qui elle même explique sûrement le pourquoi du comment de ce rêve totalement épique.



Qu'est ce que vous voulez, il y a des habitudes qu'on ne change pas. Prenant soin de conserver un certain équilibre, je constate la scène qui se déroule à mes pieds, redécouvrant par la même occasion la salon Saphir sous un nouvel angle. Une jeune fille avec un casque très joli semble tenter de réparer une horloge, et à côté d'elle se tient un garçon d'apparence assez soigné et propret qui s'excuse.

"-Excuse-moi de t'avoir dérangé, je crois que ceci est a toi. J'espère bien que la prochaine fois, ce sera un buffet à volonté que je heurterais"

Tiens, j'ai envie de manger une tomate. Ca c'est le signe de l'arrivée des beaux jours, je veux des tomates en masse= ÉTÉ J'ai hâte que les fruits de mon plant aient fini de mûrir, parce que même si en sois là tout de suite je pourrais faire pousser des pomodori sans aucun problème, c'est toujours meilleur quand c'est le fruit d'un dur labeur (ou d'un simple arrosage quotidien et non abusif, mais arrêtez de m'embêter comme ça). Oh et il vient juste de s'excuser pour avoir mis un coup dans une table basse? Petit joueur va. Moi je me suis déjà faite écraser par une étagère dans ce salon, grâce à ma connerie.

La scène se retrace dans ma tête, et je me souviens de ce que je fais ici. Je regardais des animés dans la chambre, il devait être... 2, 3, 4 heures du matin peut-être? Quand quelque chose m'a poussée à sortir. Sûrement Artemis qui m'a demandé d'arrêter, parce que elle elle allait aller en cours aujourd'hui... Alors je suis venue ici. Mais bien sûr, fidèle à moi même, un canapé ne me suffisait pas. BAH NAN, CA AURAIT ÉTÉ BEAUCOUP TROP SIMPLE! Alors j'ai dû abandonner mon pc et monter ici avec mon portable, pour écouter de la musique tranquillement. Puis j'aurais fini par m'endormir, épuisée de tellement minimiser mon temps de sommeil à mon âge... Ce scénario me paraît bien plus que probable, et j'en déduis donc que c'est que qu'il s'est produit. Une chance qui plus est que rien, ni moi ni mon portable, ne soit tombé pendant ce temps! Et ça explique aussi que je sois toute habillée, chemise jaune et veste noire en ce moment même. En tout cas je me suis bien reposée!

Je continue de zieuter ce qui se passe en bas. Ca faisait bien longtemps que je n'avais pas pratiqué d'exercice semblable, incorrigible stalkeuse random que j'étais il y a quelques temps... C'est vrai, j'ai moins le temps de m'ennuyer à observer des gens que je ne connais même pas ces derniers temps. *réalise que ça fait beaucoup de fois trop de "temps".* Peu importe. Le garçon continue de parloter, et moi une idée me vient à l'esprit. J'appuie mes mains contre la poutre de bois pour cacher les étincelles qui en sortent, et fais pousser sur mon visage une sorte de masque végétal assez simpliste, juste suffisant pour qu'on ne me reconnaisse pas. Je ne prends pas la peine de me couvrir de la combinaison complète, encore trop peu réveillée (et surtout beaucoup trop flemmarde) pour ça.

À peine une ou deux secondes, et le tour est joué. Je dépose délicatement mes appareils juste à côté de moi et me suspends par les jambes, de sorte à être tête à l'envers et non loin d'eux, telle une ninja discrète (ou pas, en fait). Plus qu'à attendre leur réaction en me voyant, en espérant juste qu'ils ne prennent pas trop longtemps, pour que je ne devienne pas totalement rouge d'ici là. Je sens mes cheveux méchés pendre dans le vide et je retiens tant bien que mal un petit sourire en coin, fière de ma connerie.


(c) Rin sur Académie Tsuki


J'incinère des gens, défenestre des nains en #009999 ou en glauque #649B88

Pourfendeuse de nains officielle de Tsuki B)

Je sais que je suis faible, mais je veux me battre.
Je sais qu'ils m'ont détruite, et c'est pour ça que je veux me venger.
Et malgré la larme qui perle sur ma joue, je tiendrai mon épée.
Parce que même la fleur que je suis veut vivre libérée.

Menace Rose Musique
Fiche♣️Dossier♣️Journal♣️Casier
avatar
Luxia

Fiche perso'
Idéologie Dominante: 2
Niveau: 0
Exp:
100/100  (100/100)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: The clock stopped ticking forever ago [Libre]

Message par Invité le Dim 18 Juin 2017, 04:51

Apparemment, le problème ne semblait pas venir de la connexion des engrenages entre eux… Un blocage, dans ce cas ? Peut-être que l’un d’eux est coincé par la rouille ou encore, une vis s’est peut-être desserrée. J’attrape le plus petit des tournevis et m’approche pour mieux voir. Je vais commencer par tenter de resserrer les petits engrenages, puis si ça ne fonctionne pas, ce sera au tour des plus gros. J’approche délicatement la pointe du tournevis vers une première vis et…

* Bam ! *

Je sursaute, lâchant un couinement de surprise et reculant vivement loin de l’horloge pour prendre connaissance de ce qu’il se passe. Ce n’est qu’un garçon qui a foncé dans la table. Garçon qui semble d’ailleurs un peu perdu. Il fini par me regarder, puis ramasser par terre le tournevis tombé au sol que je n’avais même pas remarqué tellement j’étais focalisée sur l’apparition de ce nouveau venu. Je panique intérieurement. Je n’ose plus bouger, ni cligner des yeux, c’est à peine si j’arrive à respirer. Une fois l’outil ramassé, le garçon me le tend et à cet instant-là et seulement à cet instant-là que je bouge pour reprendre l’objet d’une main tremblante.

- Excuse-moi de t'avoir dérangé, je crois que ceci est a toi. J'espère bien que la prochaine fois, ce sera un buffet à volonté que je heurterais

Lorsqu’il me regarde droit dans les yeux, mon regard change immédiatement de direction. Je fixe mes pieds ou plus exactement mes ballerines oranges et murmure un " Euh… merci… " à peine audible. Je n’ai rien compris du tout à la signification de la fin de sa phrase, mais de toute façon, ce n’est pas comme si j’allais y répondre. S’il te plait, pars ! Vas-t-en ! Laisse-moi seule ! Au lieu de ça, je le vois du coin de l’œil qui vient prendre se placer à côté de moi.

- Est-ce que vous réparez cette horloge ? Vous arrivez à manier ces engins ? Avec ces deux mains gauches, c’est à peine si j’arrivais à ne pas me blesser avec.

Pourquoi ??? De toute évidence, si je ne réponds pas, il risque d’insister et j’ai encore moins envie que ça arrive. J’essaie de me concentrer pour éviter que ma voix ne tremble trop ou se brise en plein milieu de… De quoi donc ? De la phrase ? Comme si j’allais fournir une réponse à développement !

- Eumh… je… oui, je…

Trop tard. J’étais tellement concentrée sur ma voix que j’en ai oublié mes paroles. Je sursaute en poussant un petit cri, alors que les étincelles des explosions multicolores surgissent autour de moi pendant 5 secondes. Embarrassée et de plus en plus stressée, je me détourne et aperçois…

- AAAAAAARGH !

Je cris à nouveau, plus fort et plus aigu cette fois en voyant quelque chose de gros qui se trouve suspendu en l’air. Je me mets en position fœtale sur le canapé et me fais la plus petite que je peux.  C’est pas vrai ! C’est un cauchemar ! Dites-moi que je vais me réveiller !

HRP :
Je te laisse le choix, Quiet.
Si, selon-toi, tu te trouvais à moins de 30 centimètres de moi, tu peux décider d’avoir ou non été atteint par une ou deux des explosions. Elles ne causent que des petites brûlures, sans plus (comme de petits pétards).

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: The clock stopped ticking forever ago [Libre]

Message par Invité le Dim 25 Juin 2017, 15:25

Je m’asseyais sur ce canapé. Ce n’est pas vraiment le style que je préfère, celui-ci est trop neuf, pas assez usés, et il sent quelque chose, d’indescriptible, si on a le nez assez proche de celui-ci.

J’entendis un léger chuchotement, presque imperceptible pour moi

- Euh… merci…

Qu... Quoi ? Je n'ai rien compris a ce qu’elle a dit ! Enfin bref, je lui posai alors quelques questions sur l’horloge, afin de lancer la conversation.

Au fur et à mesure que j’attendais une réponse de la part de la jeune fille, chaque seconde qui passait me faisait comprendre qu’elle était timide. Ses brouillements, la gêne sur son visage, ses mouvements hésitants, et ses yeux vagabondants, sans jamais me regarder en face.

Encore une fille, qui est timide. C’est à croire que si j’en croise une qui… A cet instant, je sentis quelque chose d’étrange, un mouvement, non, une vibration dans l’air, je ne saurais l'expliquer. Pourtant, je sentis à la fois de l'éxcitement, et un léger froid dans le dos. Depuis que je suis ici, je m’applique à faire attention à chaque potentielle utilisation d’un pouvoir, proche de moi. Et combiner ces deux réactions, c’était le cas. l’éxcitement d’un nouveau pouvoir, mais la peur de l’inconnu… J’avais beau chercher un peu partout, pendant que la jeune fille cherchait ses mots, rien ne paraissait suspect. Lorsqu’enfin, celle-ci prit la parole.

- Eumh… je… oui, je…

C’est tout ? Mais… Je soupirais légèrement, et nerveusement, à l’idée d’avoir une conversation unilatérale. Ce n’est pas comme ça que je vais arriver a mes fins. Durant, je continuais à réfléchir a ce que s’était produit, ces sensations ne peuvent pas être venues pour rien. Puis, continuant de bafouiller, elle se mis a crier légèrement, comme si elle en retenant la majeure partie en elle. Des étincelles apparaissent autour, donnant comme un petit feu d’artifice, autour d’un beau cadre. Enfin, d’un fille… C’était son talent ? Son pouvoir ? Sa particularité ? Étrange phénomène que voilà. J’en savais si peu, et j'étais déjà intrigué.

Ces mini-explosions ont l’air d’avoir été activées indépendamment de la volonté de la jeune répareuse d’horloge. Si elle n’arrive pas en garder le contrôle… Je me demande ce que cela pourrait donner lorsqu’elle laisse tout sortir. Elle se mit a tourner, a droite, a gauche, ne sachant plus où donner de la tête, tant paniqué par ma présence et mes questions. Cela m’amusait un peu, la voir bouger de partout, avec quelques étincelles. Puis, elle regarda en haut. Je suivis son regard, et fus, en même qu’elle, étonner de la présence d’une personne, juste au-dessus de nous. De peur, cette fois, elle se mit hurler si fort, que mes tympans en prires en sacré coup. D’autres explosions suivirent ce crie, plus puissant et beau que les précédents. Je tendis ma main vers la personne masquée, afin de tenter de toucher son masque, celui-ci est étrangement fait, il a l’air... Vivant. Soudain, je fus surpris, du coin de l’œil, par un de ses “artifices” incontrôlé, arrive droit sur cette même, puis explosé non loin de celle-ci !

Sans hésiter, et par réflexe, je retirai ma main, et en vérifiant les dégâts. De la paume au dos, je ne voyais rien. Je ne sentais pas grand chose non plus, pourtant… Je vis alors, sortir du sang de multiple endroit du dos de ma main. Les trous étaient invisibles à l’œil nu, mais plus il avait de sang, plus on pouvait savoir ou ils étaient. Le sang n’était pas en grande quantité… Cela a du légèrement abîmé ma peau, et éclater quelques veines mineures sous la pression. Je… Ce sang, je n’aime pas le voir. Tous ces souvenirs qui reviennent lorsque je le vois…

D’un coup, je fus ramené dans le présent. Avec de grands yeux ouverts, je regardai tour après tour, la jeune fille morte de peur, puis la personne masquée. C’est une situation peu commune, et un peu déstabilisante, je dois l’avouer. Je suçai rapidement le sang qui sortait, avant de tenter de calmer la jeune fille en déposant mes mains sur ses épaules, puis pris la parole.

- Hey, hey. Du calme, ce n’est qu’un plaisantin. Certes, sa blague n’était pas drôle, mais tout va bien.

Elle avait l’air d'être… Depuis que je suis ici, j’ai remarqué que beaucoup d'élèves avaient une bulle, leur bulle à eux. Avec ce raisonnement, j’allais tenter de la calmer

- Calme-toi, tout va bien. Ceci est ton espace, rien qu'à toi, et tu es en sécurité à l'intérieur. Personne ne peut y entrer, personne ne peut de faire du mal, tant que tu est dans cette bulle, qui est autour de toi.

Elle m’avait l’air innocente, mais je voulais ne pas y croire, on ne sait jamais. Avant de voir si elle se calmait, je la lâchai un instant, regarda en haut, et avec un visage déterminé, j’attrapai personne suspendu au-dessus de nous, et d’un coup sec, la tira vers nous, afin de la faire tomber entre nous deux, sur le canapé.

- Voilà qui est malin, t’a réussi à faire peur à quelqu’un, et à me blesser en passant. J'espère que tu as bien rit. Tu es là pour quoi ?

Son masque m’attirait terriblement, ce tissu vivant… C’était organique, c’est sûr. Je voulais en savoir plus sur cette personne, qui m’intriguait énormément. Pourquoi nous surveille-elle ? À quoi lui sert ce masque ? Que nous veut-elle ?

Cependant, plus le temps passait, plus j’avais mal a la main. La douleur était encore faible, mais je sentais augmenter très lentement.

Tout ces événements ne me disent rien qui vaille...


Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: The clock stopped ticking forever ago [Libre]

Message par Luxia le Dim 25 Juin 2017, 16:29



The clock stopped ticking forever ago
Feat Charlie et Quiet


J'attends encore un petit moment ainsi, profitant de la scène. La jeune fille ressemble vraiment au cliché de la saphir timide et introvertie, et l'autre a plus de faux airs de Vincerian, sauf que c'est pas Vincerian. Lui c'était un vrai, qui relevait toujours les défis dignement, et acceptait aussi bien la défaite que la victoire. Encore un qui est parti trop tôt... D'ailleurs je me demande si il nous en voulait encore, à Noa et à moi, pour le coups qu'on lui à tendu, le pauvre... Mais peu importe, revenons-en à l'instant présent. La belle timide me repère enfin, et crie comme si elle venait de voir un cadavre, après avoir fait apparaître de jolies étincelles un peu partout. Enfin peut être plus des mini feux d'artifice, je sais pas trop.

"-AAAAAAARGH !"

Puis elle part se poser en boule sur le canapé.
._.
Ces gens me fatiguent...

Bon, à partir de là, j'allais aller m'excuser, et on allait probablement partir sur un rp un peu long et ennuyeux, anecdotique as fuck qui plus est et que j'aurais sûrement quitté au bout de trois tours. Mais heureusement faux-Vincerian est là pour rattraper la chose! Et grace à lui, oh que non je ne vais pas m'excuser! Pas tout de suite! Ce serait un million de fois moins drôle que ce dont il me donne l'occasion!

Le curieux approche sa main de mon visage, et amusée par cette réaction-ci, je le regarde toujours avec un grand sourire en coin. Il espère me le retirer? Me mettre une gifle? Qu'il essaye de m'offenser tiens, ce serait drôle. Mon briquet doit être dans ma poche arrière, en principe, j'dis ça j'dis rien... Et au pire nous avons apparemment là quelqu'un qui fait des étincelles... Dans tous les sens du terme. Mais... Allumer un feu de camp dans le salon Saphir ne me paraît tout de même pas être la meilleure idée du siècle.

Soudain le faux gentleman a un mouvement de recul, semblant venir d'être atteint par l'une des explosions miniature. Quelques centimètres, et je serais restée avec une belle trace... Alors certes, j'ai déjà eu quelques côtes cassées sans que ça me dérange plus que ça, mais le visage c'est lourd, parce que je peux pas le cacher et que je suis moins facilement reconnaissable. Alors j'ai eu chaud. Il regarde sa main, pensif, comme si on venait de la mutiler à grand coups de couteaux. Heureusement un minimum malin, il ne tarde pas à arrêter le saignement, avant d'aller réconforter la blonde. D'ailleurs, je sais pas si je l'ai déjà dit, mais je ship les deux ensemble, ça au moins c'est fait.

"-Hey, hey. Du calme, ce n’est qu’un plaisantin. Certes, sa blague n’était pas drôle, mais tout va bien."

Alors déjà, je ne te permet pas, ma blague était très drôle, c'est juste que t'as pas de sens de l'humour. ... ... ... Bon ok j'admet elle était assez moyenne. Mais zut, pour une fois que je suis de bonne humeur, les gens sont chiants... Si ça continue j'vais écouter Warren et me reconvertir en Rubis, moi! Nan j'plaisante, j'dois garder mon rôle de fausse Saphir, Sorry. Puis en vrai j'aime bien cette maison.

"-Calme-toi, tout va bien. Ceci est ton espace, rien qu'à toi, et tu es en sécurité à l'intérieur. Personne ne peut y entrer, personne ne peut de faire du mal, tant que tu est dans cette bulle, qui est autour de toi."

Je suis pas sûre de saisir le sens de ces mots. Peut être... Qu'il aurait dû essayer une autre formulation, parce que je suis pas sûr qu'elle comprenne plus que moi. À moins qu'ils aient un language codé, ou une sorte de lien télépathique comme moi et Sky. Mais peu importe, ce qui compte c'est que moi j'ai pas pigé. Il me regarde maintenant avec un air de tueur, et mon visage est toujours figé et moqueur. Soudain il me tire vers le bas, de sorte à ce que j'atterrisse avec lui sur le canapé. Attention, sans consentement c'est contre la loi, et encore plus avec des enfants de moins de quinze ans... *ahem* pardon. Ca vous voyez c'est l'influence de Noa, bordel. Sans attendre, alors qu'il parle, je me relève et commence à épousseter ma veste, comme si ça servait à quelque chose.

"-Voilà qui est malin, t’a réussi à faire peur à quelqu’un, et à me blesser en passant. J'espère que tu as bien rit. Tu es là pour quoi ?"

Et là, cette phrase, cette phrase pleine de questionnements et d'interrogations m'a donné envie de foutre ma merde, bien comme il faut. Alors excuse moi, mais pour l'amusement de ma propre personne et l'incompréhension sur vos visage, les excuses attendront. Mon sourire qui s'était brièvement éclipsé durant ma chute revient de plus belle, jusqu'aux oreilles, presque inquiétant, alors que je fais briller mes mains d'étincelles vertes, me recouvrant peu à peu de mon armure végétale, qui pousse depuis mes mollets pour venir recouvrir tout le reste de mon corps. Je leur fait face, à tous les deux, comme à deux adversaires avant un combat. Ils ne semblent pas encore avoir saisi si je suis une fille ou un garçon, et j'utilise cet avantage pour mieux encore les surprendre plus tard. Je contrefais ma voix pour appuyer mon air masculin, comme je l'avais fait avec Charlotte, et réponds enfin:

"-Je te ferais remarquer que ce n'est pas moi qui t'ai blessé. Je ne fais pas d'étincelles, ou du moins pas qui puissent être offensives. Puis si je voulais te faire du mal, j'ai des moyens beaucoup plus efficaces et un million de fois moins aléatoires."

Tout en disant cela, alors que je suis déjà recouverte de plantes, je regarde sa jambe toujours avec le même sourire opur y faire pousser une ronce, bien que je ne serre pas assez pour l'égratigner. Qu'il prenne ça comme... Un avertissement. Ou une menace, tout dépend du point de vue. Pour moi ça ne change rien.

"-Si elle a eu peur, ce n'est pas de ma faute non plus. C'aurait pu être n'importe quoi d'autre, c'est comme les chats qui sautent devant les concombres, tout est dans l'effet de surprise. Ce n'est pas en sois moi qui ait fait ça... Même si j'avoue que c'était en effet très amusant."

Ouais mes exemples sont magnifiques, oui.

"-Et pour terminer tes questions, hum... Je ne suis pas autorisé à vous dire ce que je fais là, ni qui je suis. Ma mission a déjà été assez compromise par le fait que vous me remarquiez alors... Je ne peux pas me permettre de vous laisser comme ça ou de partir, mais je ne peux rien vous dire."

Je reste donc là, attendant leur réaction, toujours avec mon immense sourire. Je me demande ce qu'ils vont bien pouvoir faire. Et j'ai été méchante? Mais je n'ai jamais été réputée pour être tendre, à ce que je sache. Je suis en manque d'epicness, et ces deux là risquent de m'aider à combler ce vide. Du moins j'espère.


(c) Rin sur Académie Tsuki


J'incinère des gens, défenestre des nains en #009999 ou en glauque #649B88

Pourfendeuse de nains officielle de Tsuki B)

Je sais que je suis faible, mais je veux me battre.
Je sais qu'ils m'ont détruite, et c'est pour ça que je veux me venger.
Et malgré la larme qui perle sur ma joue, je tiendrai mon épée.
Parce que même la fleur que je suis veut vivre libérée.

Menace Rose Musique
Fiche♣️Dossier♣️Journal♣️Casier
avatar
Luxia

Fiche perso'
Idéologie Dominante: 2
Niveau: 0
Exp:
100/100  (100/100)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: The clock stopped ticking forever ago [Libre]

Message par Invité le Mar 04 Juil 2017, 01:21

En plus des tremblements incontrôlés, j’arrive à sentir les battements de mon cœur… Ou bien il s’agit de mon pouls ?... Peu importe, les deux reviennent au même ! Je sursaute à nouveau en sentant quelque chose se déposer sur mes épaules.

- Hey, hey. Du calme, ce n’est qu’un plaisantin. Certes, sa blague n’était pas drôle, mais tout va bien.

" Tout va bien ! " Non, tout ne va pas bien ! Ça ne va pas, pas du tout !

- Calme-toi, tout va bien. Ceci est ton espace, rien qu'à toi, et tu es en sécurité à l'intérieur. Personne ne peut y entrer, personne ne peut de faire du mal, tant que tu est dans cette bulle, qui est autour de toi.

Il en remet une couche en plus ?! Qu’est-ce qu’il s’imagine ??? Que j’ai 6 ans et que je vais le croire lorsqu’il me dit que je suis en sécurité à l’intérieur d’une " bulle " parce que c’est mon espace personnel ? Et un homme armé ayant perdu la raison ou un terroriste extrémiste ? Ils se gêneront peut-être pour venir me faire du mal dans ma " bulle " et ils me laisseront tranquille pour aller s’en prendre à d’autres personnes ? Mais c’est qu’elle est drôlement efficace cette " bulle " ! Je me crispe durant un instant et serre les poings, la crainte étant remplacée par la colère d’être prise pour une idiote, puis je redresse brusquement la tête pour adresser un regard noir à mon interlocuteur, mais celui-ci est déjà passé à autre chose, en l’occurrence, au " plaisantin ", parce que, oui, s’il parle de " bulle protectrice ", cet individu n’est forcément qu’un plaisantin !

- Si elle a eu peur, ce n'est pas de ma faute non plus. C'aurait pu être n'importe quoi d'autre, c'est comme les chats qui sautent devant les concombres, tout est dans l'effet de surprise. Ce n'est pas en sois moi qui ait fait ça... Même si j'avoue que c'était en effet très amusant.

Cette personne a raison… Mais je ne suis pas prête à l’avouer, c’est juste pour donner tort au garçon.

- Et pour terminer tes questions, hum... Je ne suis pas autorisé à vous dire ce que je fais là, ni qui je suis. Ma mission a déjà été assez compromise par le fait que vous me remarquiez alors... Je ne peux pas me permettre de vous laisser comme ça ou de partir, mais je ne peux rien vous dire.

Je détecte presque instantanément le mensonge. Quel genre de personne en mission dirait des trucs comme ça ? Il nous assommerait et s’en irait ni vu, ni connu, non ? À moins que ce ne soit ce qui s’en vienne ? Mais, il ne se mettrait pas à parler comme ça, il ne prendrait pas la peine de s’arrêter et de se défendre verbalement face à une accusation… Je crois qu’il y a eu assez de foutage de gueule pour aujourd’hui, ça commence à me fatiguer. Je voulais simplement réparer tranquillement une horloge. Je lève les yeux au ciel et réponds sur un ton blasé, mais calme et sans élever la voix :

- Si tu avais été plus subtil aussi, personne ne t’aurait remarqué… Soyons réalistes, un individu envoyé en mission ne s’arrête pas pour discuter avec des gens qui l’ont aperçu, il a bien plus important à faire que ça. Tu ne crois pas ?

Alors ? J'ai toujours l'air aussi bête, à présent ?

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: The clock stopped ticking forever ago [Libre]

Message par Invité le Dim 09 Juil 2017, 05:22

Le regard de cette fille au masque, je ne l’aimais pas vraiment. Pourtant, l’air qu’elle prenait était… Je ne dirais pas rassurant, mais je m’y plaisais. Non, je divague. Cette fille nous avait surpris, là, comme ça ! Elle ne s’en tirera pas comme ça.

- Si elle a eu peur, ce n'est pas de ma faute non plus. C'aurait pu être n'importe quoi d'autre, c'est comme les chats qui sautent devant les concombres, tout est dans l'effet de surprise. Ce n'est pas en sois moi qui ai fait ça... Même si j'avoue que c'était, en effet, très amusant.

C’est moi, ou soit elle joue à l’idiote, soit elle EST idiote ? On dirais un singe qui déscent de sa liane, avec une merde dans les mains, disant : Non, c'est pas moi qui ai fait ça, et a te la jeté dans la tronche. Cette conversation allait déjà me faire perdre la boule, et rien qu’avec cette phrase, j’avais envie de prendre le large, alors j’osais à peine imaginer la suite. Ce genre de personne, c’est exactement ce qu’il faut éviter si :
- Vous ne voulez pas de problème
- Souhaitez garder votre calme
- Vous ne voulez pas perdre la boule
- Ne pas avoir a frapper sur une fille

En fait, cette liste, j’aurais pu la continuer encore longtemps dans ma tête. Mais cette idiote avait repris la parole.

- Et pour terminer tes questions, hum... Je ne suis pas autorisé à vous dire ce que je fais là, ni qui je suis. Ma mission a déjà été assez compromise par le fait que vous me remarquiez alors... Je ne peux pas me permettre de vous laisser comme ça ou de partir, mais je ne peux rien vous dire.

Et bam ! La cerise sur le gâteau ! Du grand art, ma bonne amie, du grand art ! Et je mesure mes mots en ne mettant pas de a majuscule. Non, en sa présence, j’ai juste envie d’aller voir ailleurs si j’y suis. Mais plus je réfléchissais, plus je trouvais quoi dire a cette greluche. Pourtant, c’était sans le prévoir, que la fille sur le côté, aux superbes cheveux blonds, avait pris la parole. Je m’en voulais presque, de l’avoir oublié, elle qui m’avait blessé.

- Si tu avais été plus subtil aussi, personne ne t’aurait remarqué… Soyons réalistes, un individu envoyé en mission ne s’arrête pas pour discuter avec des gens qui l’ont aperçu, il a bien plus important à faire que ça. Tu ne crois pas ?

Bon, elle n'avait pas tort. Mais à ce moment-là, à la fin de sa phrase, j’avais juste envie de bouger les bras dans tous les sens pour appeler a l’aide. SOS, homme en danger sur ce canapé ! Ressaisis-toi Quiet, ressaisis-toi. Je me concentrais sur mes sens. L'ouïe… On entendait encore le tournevis rouler d’avant en arrière sur la table. L’odorat… Je ne ferais pas de commentaire la dessus #Luxia. Le toucher… Je l’avais attrapé par l’épaule, et bien que je sentisse la fibre de ses vêtements, j’aurais souhaité toucher son masque aux airs vivant. Pourtant, c’est au moment où je la lâche, qu’elle se recouvre de son armure… La garce ! Ma sérénité était revenue, j'étais un peu plus détendu, et enclin à parler avec cette...AVORTON ! Non, mon calme n’était pas revenue ! Tiens, ce jeu de mots était pas mal… Sa taille, ajoutée à cela sa caractéristique avec les plantes. J'étais fier de moi.

Quelques instants avant de prendre la parole, je sentais quelque chose me grimper sur la jambe. Pourtant, je n’y faisais pas plus attention que ça, et continuais sur ma lancée.

- Bien sûr que non, ce n’est pas toi ! Mais qui pose le concombre par terre à ton avis ! Provoquer un accident, sans être dans la voiture, ça ne veut pas dire qu’on n'en est pas la cause !

Je pense qu’on peut le dire, a ce moment présent, j’avais perdu mon sang-froid. Je sentais en moi, cette chaleur qui augmentait de plus en plus, je bouillais littéralement sur place, mais comme d’habitude, ne laissait rien paraître, comme je sais si bien le faire…

- Du mal ? Qu'ouïe-je ? Et bien rassure toi, un seul moyen parmi ton grand panel de choix suffira à me tué, tu ne crois pas ? Cependant, je t’accorde ton rire, car rira bien qui rira le dernier.


Dans ma tête, tout se bousculait, je commençais à imaginer divers scénarios pour me venger de cette saleté, mais ma concentration n’était pas vraiment à son maximum, vu que je continuais de parler.

- Autorisation ou non, je m’en contrefiche. En un instant, tu es passé de “Qui est t’elle” a “Catastrophe à éviter” alors reste avec tes secrets. Par contre avorton, si je peux te donner… Non, j’ose te donner un conseil. Ta qualité de discrétion est à revoir. À la limite, 2/20 serais amplement mérité pour tes non-efforts.

Je crois que je devenais de plus en plus salé, à mesure que je parlais. Mais je m’en contrefichais. Tous les mots que je pouvais envoyer à ce dingue étaient bons à prendre. Cependant, et encore une fois, je repensais à la petite bricoleuse à côté de moi. Cela ne m’arrive pas souvent d'oublier quelqu’un, mais dans cette situation, et avec ce végétal, impossible de se concentrer sur autre chose.
Je me remémorais alors rapidement ce qu’elle avait dit, comme si je faisais un retour arrière, puis appuyais sur “play”. Hum, la même pensée me vint alors, elle n’avait pas tort. J’allais alors suivre ses paroles.

- Puisque tu ne peux rien dire, a échoué dans ta mission “secrète” et nous dérange, surtout moi, tu peux partir par là ou tu es venue, n’est-ce pas ?

Durant, je m’inclinais légèrement, montrant avec mon bras droit, paume de la main aplatit, le haut de la pièce, sans rien désigné en particulier.

Je ne connais pas mes alliés, mais je pense déjà avoir une personne dans l'autre catégorie...

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: The clock stopped ticking forever ago [Libre]

Message par Luxia le Dim 09 Juil 2017, 11:26



The clock stopped ticking forever ago
Feat Charlie et Quiet

Contrairement à toute attente, c'est la blondinette qui me répond sur un ton agacé, ou en tout cas pour le moins blasé:

"-Si tu avais été plus subtil aussi, personne ne t’aurait remarqué… Soyons réalistes, un individu envoyé en mission ne s’arrête pas pour discuter avec des gens qui l’ont aperçu, il a bien plus important à faire que ça. Tu ne crois pas ?"

Bon, très bien, l'idée de la mission n'était sûrement pas la meilleure. Mais peu importe, plus je les entends et plus je m'amuse. C'est quelque chose que j'ai l'impression de redécouvrir, sur le moment. Comment observer le monde, même de près et en en faisant parti, peut être drôle parfois.

J'écoute maintenant l'autre faux-Vincerian avec mon grand sourire en coin. Il a l'air d'être du genre à faire de beaux et grands discours en se voulant impressionnant, encore une fois, ce surnom est bien trouvé. Seulement, et malheureusement pour lui, je ne lui porte pas la même affection. Nan, il ne se prend pas au jeu. C'est aussi drôle, mais ne donne pas la même idée de la personne.

"-Bien sûr que non, ce n’est pas toi ! Mais qui pose le concombre par terre à ton avis ! Provoquer un accident, sans être dans la voiture, ça ne veut pas dire qu’on n'en est pas la cause !"

Oui oui oui... Vas-y parle, dépense ta salive, comme ça tu ne pourras plus rien dire quand il sera temps de crier. Je m'en fous d'être coupable ou pas, littéralement! Mais ce genre de chose n'arriverait pas si les chats, donc associés à la jeune fille ici présente, n'étaient pas des trouillards. Mais je vais arrêter cette métaphore ici, parce qu'en fait ce n'est vraiment pas crédible. Nous arrivons à une partie bien plus intéressante.

"-Du mal ? Qu'ouïe-je ? Et bien rassure toi, un seul moyen parmi ton grand panel de choix suffira à me tué, tu ne crois pas ? Cependant, je t’accorde ton rire, car rira bien qui rira le dernier."

Ah? Tu crois vraiment que je n'ai pas tant de possibilités que ça? Je te rappelle juste qui est mon professeur, gamin, c'est Noa, le grand maître des coups fourrés et aîné des jumeaux démoniaques (et grand expert des poisons et plantes dangereuses, passage ajouté à sa demande x) )! (Ca a bel et bien un sens, si si) Si je voulais te tuer, je pourrais te mutiler tout entier avec des ronces de l'Himalaya, t'incinérer avec le pollen des buissons ardents, t'empoisonner avec tellement de choix et pourquoi pas même t'emprisonner jusqu'à que tu meures de faim et de soif... Et je ne parle pas des possibilités pour te torturer. Par chance pour lui, il y a toujours cette promesse sortie de nulle part, que j'ai faite dans la forêt. Je l'entends encore résonner dans ma tête. Mais je ne me souviens toujours de rien. Rageant.

Oh mais ne t'inquiètes pas que je vais rire, et encore pendant un petit moment! Je suis pas prête de te lâcher, ni toi ni elle, vous m'amusez trop.

"-Autorisation ou non, je m’en contrefiche. En un instant, tu es passé de “Qui est t’elle” a “Catastrophe à éviter” alors reste avec tes secrets. Par contre avorton, si je peux te donner… Non, j’ose te donner un conseil. Ta qualité de discrétion est à revoir. À la limite, 2/20 serais amplement mérité pour tes non-efforts."

En effet, je ne fournis pas plus d'effort que ça. Pourquoi? Ca n'est pas la première fois qu'on me remarque, mais une fois de plus, voir plus que jamais, j'assiste à la discussion la plus drôle de ma vie. Sérieusement, pourquoi être discrète quand on peut autant s'amuser? Bon j'admet que pour ma couverture de mission ce n'est pas crédible, mais abandonnons ça, vous voulez?

Catastrophe à éviter? Et encore, je suis seule. Un jour tu te retrouveras face aux jumeaux démoniaques, tu risques de le sentir passer. Je te le promet. C'est un fait, sous ma combinaison végétale, je ris. Silencieusement, sans que ce ne soit visible, mais je ris. Si je n'avais pas cette envie dévorante de m'amuser encore avec eux, je pense que là tout de suite j'exploserais d'un grand rire incontrôlé digne des plus grands méchants de films.

"-Puisque tu ne peux rien dire, a échoué dans ta mission “secrète” et nous dérange, surtout moi, tu peux partir par là ou tu es venue, n’est-ce pas ?"

Oh... Je ne vais pas repartir dès maintenant, alors que ça commençait à être drôle! Il faut que je trouve un moyen de jouer encore un peu avec eux... Mh... Je n'ai pas beaucoup d'idées... Par flemme de continuer à contrefaire ma voix, j'utilise ma vraie. De toute façon, il semble déjà avoir capté que je suis une fille, à l'entendre. À moins que ce ne soit qu'une erreur de sa part... Mais osef. D'un air un peu déçu, c'est le moins qu'on puisse dire, j'annonce:

"-Ooh? Partir? Déjà? Mais... Mais mais... On s'amusait bien! Bon... Très bien... Je suppose que c'est que je vais faire..."

Traînant les pieds, toujours couverte de ma combinaison végétale, je m'en retourne vers la poutre qui m'avait permis d'escalader hier. Je commence mon ascension doucement et sans enthousiasme, prenant d'abord appui sur les meubles alentours, quand soudain je viens à glisser, tombant d'un mètre et demi de haut, m'écrasant sur le sol dans un cri de surprise.


(c) Rin sur Académie Tsuki


J'incinère des gens, défenestre des nains en #009999 ou en glauque #649B88

Pourfendeuse de nains officielle de Tsuki B)

Je sais que je suis faible, mais je veux me battre.
Je sais qu'ils m'ont détruite, et c'est pour ça que je veux me venger.
Et malgré la larme qui perle sur ma joue, je tiendrai mon épée.
Parce que même la fleur que je suis veut vivre libérée.

Menace Rose Musique
Fiche♣️Dossier♣️Journal♣️Casier
avatar
Luxia

Fiche perso'
Idéologie Dominante: 2
Niveau: 0
Exp:
100/100  (100/100)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: The clock stopped ticking forever ago [Libre]

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum