Mélodie timide et maladroite [Feat Naomi and Quiet]

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Mélodie timide et maladroite [Feat Naomi and Quiet]

Message par Invité le Mer 14 Juin 2017, 11:34

Rappel du premier message :

Cela faisait une bonne demi-heure que je marchais en regardant mes pieds et en traînant une valise que je trouvais bien trop encombrante. Je ne pouvais le reprocher qu'à moi-même. J'avais voulu prendre le strict nécessaire mais j'ai fini par prendre presque toutes mes affaires personnelles pour me parer à toute éventualité une fois arrivé à l'autre bout du globe. Je me sentais stupide et complètement ridicule. Cela ne m'avait posé aucun problème de prendre l'avion jusqu'à Thouhills mais je fus incapable d'interpeller un taxi une fois dans la ville. Mon accent anglais était aussi un grand problème pour communiquer et je ne l'avais pas pris en compte dans ma décision de venir étudier à l'académie Tsuki. Quand je parlais anglais, j'avais l'impression de cafouiller et de zozoter et cela me gênait terriblement : je n'osais même pas prononcer le nom de la ville car je ne savais même pas si j'étais capable de le dire. J'aurais bien voulu prendre un bus mais ces derniers n'avaient pas l'air de vouloir aller en direction de l'académie. Alors j'ai pris la décision absurde d'y aller à pied mais je n'avais pas prévu toutes les collines à gravir et je devais reconnaître que je n'étais pas un grand sportif.
Cela faisait donc une trentaine de minutes que je marchais quand j'ai décidé de faire une pause en haut d'une colline. Je m'assis sur ma valise en tailleur. Il devait être approximativement dix-huit heures mais je ne pouvais pas le confirmer car mon téléphone n'avait plus de batterie... Je contemplais alors Thouhills, je trouvais cette ville, bien qu'active, très paisible en la comparant à Tokyo où, que ce soit de jour ou de nuit, régnait le bruit et la pollution. Je sentis une goutte d'eau arriver sur mon front : il allait sûrement pleuvoir. Je me remis en route tandis qu'un torrent commençait à tomber du ciel.
Je claquai les portes de l'académie. « Pfiou il était temps ! me dis-je, j'allais finir trempé ! Le temps change vite ici... ». Je levai la tête et je vis une multitude de regards braqués sur moi. Je baissai tout de suite la tête  en regardant mes pieds pour éviter tous ces regards qui me jugeaient, me pesaient me jaugeaient et me disséquaient. Je ne savais pas comment m'y prendre avec ces gens là... Je commençai à paniquer,  le sang me montait à la tête  quand j’aperçus des personnes portant un blason bleu, le bleu de la maison Saphir. C'était la seule information que j'avais sur l'emplacement des dortoirs. Ils se dirigeaient tous vers l'aile Est. Après une réflexion rapide comme l'éclair, je décidai de les suivre discrètement dans l'espoir de trouver les dortoirs de ma maison. Je courus vite en longeant le mur pour échapper aux regards des autres qui me faisaient suffoquer.
J’arrivai dans une salle plutôt grande avec plein d'objets étranges que je n'avais jamais vu malgré mes nombreuses heures passées à me perdre sur le web. Les gens dans cette pièce arboraient tous le blason bleu de ma maison. J'en déduisis que j'étais dans le foyer Saphir. Les gens discutaient entre eux, ils ne se souciaient pas de moi et cela m'arrangeait. N'ayant ni la volonté ni le courage d'entamer une discussion avec quelqu'un pour m'indiquer mon dortoir, je m'assis dans un fauteuil en rapprochant les genoux de mon torse comme j'en avais l'habitude. J'observais les mimiques des personnes présentes et j'écoutais leurs discussions en espérant trouver des informations plus précises sur ce lieu étrange qu'est l'académie... Ce n'était pourtant pas dans mes habitudes de rester dans une salle peuplée d'inconnus. En temps normal, j'aurais trouvé un plan de l'académie et je me serais barricadé dans ma chambre, une fois dénichée... Les chambres n'étaient pas individuelles, ce fait m'avait peut-être forcé à changer ma stratégie. Mais je fus surtout pris d'un intérêt particulier et d'une immense curiosité  pour ce lieu et ces gens auxquels je faisais face.


Dernière édition par Ichiro le Mer 14 Juin 2017, 15:12, édité 3 fois

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas


Re: Mélodie timide et maladroite [Feat Naomi and Quiet]

Message par Invité le Jeu 06 Juil 2017, 12:46

Cette tension dans l’air, tout autour de nous, était pour une fois si délectable. J’avais le contrôle de la situation, du moins, j’avais l’avantage. J'étais serein, car peu importent leurs choix, j’avais gagné, et même si j’en avais fait des ennemis, j’avais établi la base d’une relation entre nous trois.

Ichiro pris une grande respiration, avant de prendre la parole. Pour une fois, il avait l’air sur de lui.

- Tu oses me traiter de mioche immature piquant une crise ? Tu dis que j’aggrave la situation ? Pourtant en regardant les faits, je ne suis pas celui qui plombe l’ambiance ici… Naomi ne t’a jamais voulu de mal ! Elle s’est même excusée ! Et toi, tu n’as que faire de ses excuses et tu veux régler vos différends par la violence ! Tu risques d’avoir des problèmes avec les gens que tu rencontres si tu es toujours comme ça. De plus, l’établissement, encore heureux, interdit aux élèves de se battre. Bien que physiquement, je me rapproche plus d’un mioche que toi, de nous trois, tu es celui qui a le plus une mentalité proche de celle d’un gamin. Et je n’ai pas besoin d’aller à l’infirmerie ou de ton aide pour trouver ma chambre. Et je ne serai pas arbitre de quelque chose d’aussi stupide !

Sa y est ? Il dit enfin ce qu’il avais le cœur ? Sans hésiter, ni bafouiller, ni même en passant par divers chemin. Cela pouvait impressionner, venant d’une personne aussi timide que lui, cependant ce n’était qu’un élan dans sa vie, rien de plus.

Promptement, il se leva, passant à côté de Naomi, avant de montrer du doigt un panneau rempli de papier divers.

- Voici un plan de l’académie. Sur ce, bonne journée

Que d’assurance décidément ! Je me demande si c’est la situation, ou juste moi qui l’ai fait agir ainsi. Au moins, il se réveille un peu. Toujours a porté de voix, je lui criai dans l'escalier une simple phrase, avec ton froid et mauvais.

- Dépêche-toi petit agneau, dépêche-toi ! Avant que le loup ne chasse…

Cet idiot a besoin de se réveiller, tout n’est pas rose, encore moins ici, et si c’est moi qui doit le réveiller, alors soit.

Naomi, elle, n'était assez inquiète pas la scène, mais son regard se tournait presque toujours vers Ichiro, et l'escalier qu’il avait pris. S'inquiétait-elle pour lui ? Je crois que les yeux d’Ichiro ne sont pas les seuls à êtres fermés. Brusquement, elle se tourna vers moi, pris de quoi écrire depuis son oreille, et en deux secondes, m’avait tendu une feuille du bloc-notes.

- Je ne me bats pas. Point

Elle avait donc refusé ma proposition ? C’est dommage, un entraînement m’aurait plus, surtout avant l’heure du coucher. Cependant, elle avait l’air sur d’elle sur cette décision. Je pense avoir bien agi avec ces deux-là.
Se retournant alors, elle prit le temps de regarder notre position, et la direction à prendre pour les bureaux des surveillants, sur le panneau. Enfin, elle se mit à descendre les escaliers.

Dans un ton qui se voulait un peu plus normal, j'ouvris la bouche pour parler à la dernière restante.

- Soit, mais tu n’en auras peut-être pas le choix…

Afin de continuer ma phrase, je me décollai du mur où j'étais accoudé, afin de la suivre, tout en prenant mon carton.

Accourant dans l'escalier afin de la suivre, je vis Ichiro assez loin alors, marchant maladroitement vers une destination inconnue. Puis, je repris alors ma phrase, avec cette fois un ton sérieux, sereins, et assuré.

- Écoute, en rien, je ne t’en veux pour ce qu’il s’est passé. À vrai dire, je m’en fous. Ce n'était qu'un masque. Ce que je voulais, c’était un entraînement, pas une guerre, afin de connaître tes capacités. Avec tes plumes, tu serais un soutien parfait, et j’aimerais pouvoir compter sur toi, en cas de coup dur.

Tandis que l’on continuait de courir vers les bureaux des surveillants, je vis Naomi commencé à écrire sur son bloc-notes. Portant alors d’une main mon carton, je la stoppai de l’autre, en interrompant son écriture, et notre course.

- Pas besoin de répondre maintenant, cette question est la seule et unique question sérieuse que j’ai posée de toute cette soirée. Je veux pouvoir compter sur toi, et crois moi, tu pourras en faire de même. Peut-être me haïs-tu après tout ça, mais je te demande de réfléchir en toute conscience à tout ça. Lorsque tu voudras me parler, dépose un papier avec le mot “AID” dans mon casier.

À
la fin de mon monologue, je lâchai les mains de Naomi, puis lui fis une légère révérence de la main, avant de partir vers le hall.

J’avais une bonne impression de Naomi, car même si elle n’avait pas ouvert les yeux de mon point de vue, elle savait ce qu’elle voulait. Et son silence est d’or...

Immaturité et innocence sont deux choses différentes.

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mélodie timide et maladroite [Feat Naomi and Quiet]

Message par Invité le Jeu 06 Juil 2017, 19:04

En entendant des pas se rapprocher, accompagnés d’un boucan du diable provoqué par le contenu du carton, je retins un soupir agacé. Ce Quiet avait-il l’intention de me suivre encore longtemps, comme ça ?

« Ecoute, en rien, je ne t’en veux pour ce qu’il s’est passé. A vrai dire, je m’en fous. Ce n’était qu’un masque. Ce que je voulais, c’était un entrainement, pas une guerre, afin de connaître tes capacités. Avec tes plumes, tu serais un soutien parfait, et j’aimerais pouvoir compter sur toi, en cas de coup dur. »

Comment ça un masque ? Il prenait tout ça pour un jeu ? Je lui en ficherais, du soutien, moi… Si je refusais de me battre, ce n’est pas uniquement parce que j’avais peur de finir blessée - et, oui, bien sûr que je n’avais pas envie d’affronter ce garçon dont je ne savais rien, et surtout son pouvoir. J’avais peur des conséquences. Ses capacités m’effrayaient, et les miennes aussi. Si je ne maîtrisais pas mes actions, si mon pouvoir m’échappait, si je faisais une erreur. Oui, c’était pour apprendre que j’étais venue ici. Mais d’ici là, je ne voulais pas prendre de risques inutiles.

Ne sachant pas vraiment comment lui répondre, je ralentis quelque peu ma course et pris le stylo de mon oreille.
« Oublie. A moins de ne pas avoir le choix, je ne v… »

Quiet saisit mon poignet, mettant un terme à mon écriture et m’obligeant à m’arrêter en même temps que lui par la même occasion. Je levai enfin les yeux pour le regarder. Peut-être qu’il disait vrai, finalement. L’animosité semblait avoir disparu de son visage ; son masque était tombé.

« Pas besoin de répondre maintenant, cette question est la seule et unique question sérieuse que j’ai posée de toute cette soirée. Je veux pouvoir compter sur toi, t crois moi, tu pourras en faire de même. Peut-être me hais-tu après tout ça, mais je te demande de réfléchir en toute conscience à tout ça. Lorsque tu voudras me parler, dépose un papier avec le mot "AID" dans mon casier. »

A ces mots, il relâcha ma main, fit une sorte de salut archaïque, puis repartit en sens inverse sans attendre de réponse. J’eus un moment d’hésitation avant de continuer mon chemin jusqu’au bureau des surveillants. L’homme qui m’accueillit prit le temps de lire le mot à son attention, disparut quelques instants, puis revint les mains chargées. Il me donna un trousseau de clefs, en précisant que je devais bien y faire attention ; cette clef pour la boîte aux lettres, celle-là pour la chambre, et le porte-clefs, ce n’est pas de la déco, c’est un badge pour ouvrir la grille si elle est fermée et vérifier que tu respectes le couvre-feu. Ensuite, une carte, un emploi du temps, une liste des clubs, et enfin l’uniforme. Avec ça, j’étais prête pour mes premiers cours.

J’allais sortir après l’avoir remercié lorsqu’il m’interpella ; deux autres Saphirs devaient arriver aujourd’hui, ils se sont peut-être perdus, tu pourrais les envoyer ici si tu les vois ? Je lui écrivis rapidement qu’ils étaient arrivés, mais que je ne savais pas où était parti Ichiro. Quiet, en revanche, je pouvais lui amener ses affaires, puisqu’il semblait être retourné dans les dortoirs. Sûrement las de sa journée, il alla chercher le second lot, que j’emmenai avec le mien en prenant soin de cacher les papiers sous les vêtements pour ne pas qu’ils soient trempés - je remarquai au passage que l’emploi du temps de Quiet semblait bien plus léger que le mien.

En faisant le chemin inverse, j’en profitai pour admirer le parc et le château. Le domaine semblait immense ; il me tardait de l’explorer. Mais ce n’était pas le moment ; ce dont j’avais envie, c’était de vêtements secs et d’un bon repas chaud. Au moins, ma chambre était à portée de main.

De retour dans le bâtiment des dortoirs, j’aperçus Quiet dans le foyer Saphir. J’avançai jusqu’à lui et lui donnai sa pile de linge et de documentation, sur laquelle trônait son trousseau de clefs sur un papier :
« Grande : chambre ; petite : casier. Badge : grille, sert aussi à te localiser si tu dépasses le couvre-feu. De rien. »

Reprenant l’escalier pour ma chambre, je ne pus m’empêcher de regretter d’avoir laissé Ichiro filer comme ça. J’espérais juste qu’il trouverait ses clefs sans problème. Il semblait débrouillard, ça irait.

Ma valise n’avait pas bougé d’un pouce, encore heureux. La porte de la chambre s’ouvrit sans résister sur une pièce des plus simples, uniquement habillée de cinq lits et commodes. Avec un sourire, je pris ma valise et fermai la porte derrière moi.

Home Sweet Home ♪

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mélodie timide et maladroite [Feat Naomi and Quiet]

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum