Wait...j'me suis paumée là ? [Privé : Artemis et Hideki]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Wait...j'me suis paumée là ? [Privé : Artemis et Hideki]

Message par Rim le Lun 08 Mai 2017, 13:02

Dans la vie il y a des moments de bonheur, sauf que les moments de bonheur c’est un peu comme les pub. Ça dure jamais longtemps.

Mon arrivée à l’académie suivait le même schéma qu’un programme télé. Et là j’étais en pleine émission. Mon entrée avait été la pub. Puis je me retrouvais ici, perdue dans ces couloirs. Il y en avait tellement que je me demandais s’il n’y en avait pas qui étaient imaginaires.

Des couloirs imaginaires… Repose-toi, Rim.

Me parler à moi-même, c’était un peu une solution pour éviter de dire n’importe quoi. Comme s’il y avait quelqu’un avec moi pour limiter mes bêtises…

Et puis, je ne disais pas que des stupidités au final. L’avion m’avait drainé toute mon énergie, il fallait donc que je me repose. Je me sentais vide. Mes membres étaient engourdis, puis une sensation de froid...A moins que cela ne soit dû à autre chose. Malgré que nous soyons en mai il faisait toujours froid, et habituée à un climat chaud, pour moi c’était insupportable.

En plus, l’uniforme ne tenait pas spécialement chaud. Et je n’avais pas pensé à mettre des collants. A ce train-là, on me retrouverait morte d’hypothermie avant que je trouve ma chambre.

Mais qui était le génie qui avait inventé ce labyrinthe ? Un prof de sport fou qui s’était improvisé architecte et qui voulait faire bouger un peu plus les élèves ? Quand tu voulais prendre un bol de céréales quelle distance devais-tu parcourir ? Est-ce que les profs de sport demandaient de faire trois tours de l’Académie pour s’entraîner ?

Et ça y est, je ne me sentais pas bien. Je m’appuyais contre le mur, une migraine se faisant sentir. Je posai ma main gauche sur la valise afin d’avoir un autre appui, et me servant de l’autre pour soutenir ma tête, j’attendais que cela passe.

Au bout de quelques minutes, la migraine se fit moins présente et oppressante. Aux yeux de tout inconnu, je devais sembler bien étrange, seule dans ce couloir, à me tenir la tête. Mais il n’y avait personne à part moi. Personne à part moi. Et mon éternel ami le silence.

Je trouve le silence étrange. Au fond, le silence n’est qu’un concept humain utilisé pour caractériser le manque de bruit. Et on ne remarque pas le manque de bruit à moins de vouloir le remarquer. A moins qu’il ne cause un trop grand décalage avec ce que l’on avait l’habitude d’entendre.

Moi, ce silence me rappelait celui que j’avais l’habitude d’entendre, en Arabie. C’était un peu un lien, un lien me rattachant à mon pays et ma famille. Mais le plus choquant pour moi était ce besoin de lien, de comparaison.

Au vide qu’était désormais mon cœur meurtri par le désespoir et la tristesse, la solitude n’avait été qu’une prison, ne le laissant pas se remplir. Et le silence, éternel compagnon de voyage, m’accompagnait où que j’aille, le laissant voler hors du temps, mon si beau silence.

Si beau et si pesant à la fois. Comme si je comblais le vide en moi, j’eus l’idée de combler le silence.

And I believe in miracles…

Des paroles me revenaient en tête, et je les fredonnais, hésitante. La si belle langue de Shakespeare ne m’était pas inconnue, et je la parlais presque à la perfection. J’avais largement eu le temps de l’étudier, alors j’en profitais. Restait cet accent chantant qui me poussait à insister sur certains sons.

Won’t you let me open your eyes ?

Plus sûre de moi, je continuai la chanson tout en cherchant mon dortoir. J’allais bien finir par trouver...non ?

Je tentais de jouer la mélodie en marchant, le bruit de mes pas concordant avec la musique. Ma boucle d’oreille, cachée par mes cheveux bruns, tombait sur ma nuque à chacun de mes pieds qui touchait terre.

Je finis par m’arrêter en soupirant, au bout d’une heure à déambuler dans les couloirs. Chanter ne m’amusait plus, et la fatigue se faisait encore plus sentir. Et j’avais une faim de loup, or je n’avais rien à manger. J’allais crever dans un couloir. Je m’assis contre le mur, désespérée.

Faites qu’un ange gardien s’incarne en la personne d’un élève ou d’un prof et vienne me montrer le chemin…
avatar
Rim

Fiche perso'
Infos:
Où me trouver:
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Wait...j'me suis paumée là ? [Privé : Artemis et Hideki]

Message par Darren le Lun 08 Mai 2017, 15:01

détails
Wait... j'me suis paumée là ?
Can you feel the thunder that's breaking in my heart ?
ft. Rim & Artemis
Ʃkaemp はは ™

Couloirs. Vides sombres. Prendre à droite, prendre à gauche, un pas en arrière, deux pas en arrière, on avance, et on recommence. Voilà mon quotidien. Nulle carte pour m’orienter, personne pour me m’aider, seule ma canne guidant mes pas jusqu’à la fin du jour. Vide est mon cœur, vide est l’école. Seul, j’étais si seul. Personne pour parler, personne à qui raconter mes journées. Je restais assis dans mon coin, dans la pénombre. Un jour, j’étais resté une journée entière dans le grenier. Et personne n’était venu me chercher. J’étais un fantôme, un fantôme errant. Étais-je réellement vivant ? Respecte les morts jadis vivants.

Dans la poussière et l’obscurité de ce grenier sombre et grinçant, je m’étais assis contre le mur, enfin, je crois que c’était un mur. Peut-être de vieux cartons, ou une armoire, je ne sais pas. Je m’étais recroquevillé sur moi-même, mes genoux touchaient ma poitrine. J’avais caché mon visage, comme si je voulais disparaître de l’œil du monde. Et je disparus. Personne ne m’a vu me cacher, personne ne m’a entendu pleurer. L’infirmier, ah oui ! L’infirmier, Archie, ce professeur, qui m’avait soigné à mon arrivée. C’était définitivement le seul ami que j’avais à l’académie. Et encore… je suis sûr qu’il m’a oublié.

Mon périple à la salle de musique. Luxia, Koji, Okura. Tant de noms inconnus pour des têtes inconnues. Luxia aussi, je l’appréciais. C’est vrai qu’elle était gentille, et qu’elle s’était occupée de moi. Peut-être me recherchait-elle ? Peut-être voulait-elle que l’on se retrouve, un jour ou l’autre ? Je n’en savais rien, mais au fond, je dus avouer avec un léger petit pincement au cœur que la revoir et lui parler me ferait peut-être du bien. Derrière mon masque de cire, visage imperturbable je cachais ma véritable nature, un petit garçon brisé, trahi, qui a besoin de compagnie. Même si j’ai encore du mal à me l’avouer, j’ai besoin de me socialiser.

Grand frère, ô mystérieux grand frère. J’aimerais pouvoir à nouveau entendre ta voix, sentir ton souffle chaud dans mon cou, et j’aimerais que tu me dises que je ne suis pas seul. Tu me faisais du mal, mais tu étais là. Or, maintenant, je souffre dans l’ignorance la plus totale du monde qui m’entoure. J’ai mal, mon cœur saigne ; mais personne n’est là. Grand frère, grand frère, j’ai l’impression d’être damné. J’aimerais pouvoir à nouveau sentir tes bras autour de moi, être au cœur de ton étreinte et j’aimerais que tu me dises que tu m’aimeras pour toujours. Est-ce que tu m’as oublié, toi aussi ? Je suis perdu sans toi.

Me lever. Me bouger. Je sortais de mon dortoir, ma précieuse canne à la main. Où aller ? Quelle heure était-il ? Tôt le matin. Il n’avait rien à faire à cette période de la journée. Peut-être pourrais-je profiter d’une balade dehors, au soleil ? Ah, mais qu’est-ce que c’est !? Pour prendre le risque d’être la risée de tout le monde si je trébuchais, ou que je me perdais dans les jardins !? Non, jamais ! Même si j’avais vraiment besoin de sortir, de bronzer un petit peu… mon teint cadavérique n’inspirait rien de bon, et je savais que si je continuais de rester enfermé, j’allais soit tomber malade, soit devenir complètement fou. Si je ne le suis pas déjà.

Peut-être pourrais-je partir à la recherche de Luxia ? Mais je ne savais même pas dans quel maison elle était ! Était-elle saphir, ou bien émeraude ? Je suis persuadé qu’elle n’est pas une Rubis, elle n’en a pas le caractère ; bien trop gentille, bien trop dévouée. Mon cœur penchait pour la maison Saphir… aller ! Si j’y allais, j’avais peut-être ma chance de la revoir. Peut-être qu’elle serait heureuse de me voir, ou peut-être pas.

En tout cas, je voulais la remercier pour l’aide de la dernière fois, elle avait été si douce avec moi ! Comme une maman… ah ! Maman. Bien faite pour donner son cul à son mari dégénéré. Oui, ma mère se résumait bien à ça. Je n’ai pas reçu une seule lettre depuis que je suis arrivé à l’académie ! Le week-end dernier, elle m’avait appelé au téléphone, mais je n’avais pas décroché. À quoi bon ? Pour parler du temps qu’il fait ? Elle n’était pas intéressante, c’est tout. J’étais heureux d’avoir réussi à couper le cordon avec elle. Cette traînée. Les femmes sont des traînées. Sauf Luxia.

Je me dirigeais vers l’aile Saphir, longeant les murs, suivant les indications que je pouvais comprendre, et finalement, j’arrivais à un long couloir donnant sur l’aile de nos chers amis les saphirs. Enfin, j’y étais arrivé ! Je m’étais perdu plusieurs fois, mais j’avais gardé mon calme. Dans ce genre de situations, je devais faire preuve de sang-froid et de logique. Et même, je faisais très attention. Je reprenais mon petit rituel, et je me décollais tout doucement du mur, pour finalement ne laisser que mes doigts caresser doucement le mur rugueux.

Je n’avais pas mes lunettes de soleil, et c’était ça qui me posait le plus problème : je n’aimais pas garder bêtement les yeux fermés, je trouvais ça chiant et ça me donnait bizarrement le tournis. J’avais besoin de les garder ouverts, mais j’avais si peur que quelqu’un ne soit dégoûté en voyant mes globes oculaires blancs, et globuleux. Il fallait mieux pour eux tous qu’ils ne puissent pas voir cette horreur de la nature que sont mes yeux.


« Faites qu’un ange gardien s’incarne en la personne d’un élève ou d’un prof et vienne me montrer le chemin… »

Quelqu’un ! Je me fis plus petit que possible, et je tentais de déceler d’où venait la voix, de la façon la plus précise possible. Devant moi, derrière moi, à ma gauche, à ma droite ? Devant, devant. Mais la voix était assez lointaine donc j’en déduisais que la jeune fille qui venait tout juste de parler ne m’avait pas encore vu. Tant mieux ! J’aurais l’effet de surprise sur elle. Je ne voulais pas lui faire peur, oh que non ! Mais je voulais l’aborder. Pour me faire des connaissances. J’aimais la solitude, mais là, c’était à la limite de la folie.

Je me rapprochais doucement, le plus naturellement possible, et bientôt, mon pied heurta quelque chose de dur : une valise ! Je poussais un hoquet de surprise alors que je tombais en avant, avant de m’écrouler de tout mon long sur le sol. La valise m’était rentrée dans l’abdomen, avant de me marteler violemment le bassin et le bas-ventre. Ma douce souffrance, pourquoi s’acharner ? Tu recommences... Je poussais un petit couinement aigu alors que les larmes me montaient aux yeux, mais j’eus assez de force pour ne pas céder. Ma canne alla rouler plus loin, au milieu du couloir.


« Tu ne pourrais pas faire attention à ta valise, espèce de conne !? » fulminais-je, les yeux ouverts, une expression mystérieuse et effrayante sur le visage.

Je n’aurais pas du m’emporter. Je n’aurais pas du. Elle allait m’insulter, peut-être me frapper. Peut-être partir. Non, je ne voulais pas qu’elle me fasse de mal… et au pire, j’ai ma canne, je peux me défendre. Et puis, ça se trouve, c’est une pacifiste, un peu comme Luxia… de toute façon, si elle se trouve dans l’aile Saphir, je suis persuadé qu’elle en est une ! Elle doit être nouvelle, vu qu’elle a une valise. Peut-être qu’elle aurait l’intelligence de s’excuser, en voyant que je suis aveugle, et plus ancien qu’elle.



Autre compte : Hideki



#CoupDePouce

"Hideki, première créatrice de persos-capotes." - Hideki, 2017




avatar
Darren

Fiche perso'
Infos:
Où me trouver:
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Wait...j'me suis paumée là ? [Privé : Artemis et Hideki]

Message par Artemis le Lun 08 Mai 2017, 16:57

Ce matin, j'ai eu cours. Bon 1 heure, hein, pas grand chose. Mais je précise parce qu'il faut bien expliquer pourquoi je suis levée et dans les couloirs. Et aussi parce que j'ai pas souvent cours. Je ne sèche pas MOI. Bref. Je suis allée en cours comme une gentille fille. Pas en uniforme, faut pas exagérer non plus. Déjà qu'il est moche Non, ça j'ai pas le droit de le dire. Il ne tient pas assez chaud pour ce froid mois de mai. En vrai j'en sais rien, ça fait tellement longtemps que je l'ai pas mis. Est ce que je l'ai déjà mis? Je ne sais plus. Mais c'est ce que j'ai dit à la prof qui m'a demandé pourquoi je l'avais pas. Mais c'est pas le sujet. Je voulais juste dire que je porte un jean et un t-shirt noir. Oui, c'est tout. Tout ça pour ça. Mais faut bien faire 12 lignes ma p'tite dame. Après mon cours, je suis passée dans le hall acheter un paquet de cookies et des Haribos. Oups. Placement de produit. Après ce petit détour, je suis partie pour retourner dans ma chambre.
Mais mon chemin est semé d’embûches. En effet, j'étais dans un des nombreux couloirs de l'aile Saphir, quand j'ai entendu quelqu'un tomber violemment. Mue par mon instinct, j'ai couru en direction du bruit.

« Tu ne pourrais pas faire attention à ta valise, espèce de conne !? »

J'arrive. Essoufflée. J'suis pas une sportive moi. Il y a un garçon par terre. Il y a une canne d'aveugle qui roule vers moi, je la ramasse au passage, j'enlève la valise qui écrase le garçon et lui prends la main pour le relever. La fille à coté, celle dont la valise a fait tombé le garçon a l'air désolée. Je vais arranger ça d'un coup de baguette magique! Dommage que j'en ai pas.... Mais je vais arranger ça quand même.

"Allez, relève toi, c'est pas la peine de t'énerver, elle a pas fait exprès. *t'en la canne, me tourne vers la fille* Tu es nouvelle? Tu as besoin d'aide pour trouver ta chambre? Moi c'est Artemis et vous?

Voilà, c'est fait, monde de bisounours. Le garçon est maintenant debout, la fille a encore l'air désolé et l'air frigorifié aussi. Je lui tends mon écharpe en laine.

"Tu as froid? Tiens Darling, t'en fais pas tu vas voir, au début quand on est tout seul c'est un peu dur,
mais on s'habitue vite à la vie d'ici."



Je vous parle en #000055 et je miaule, aboie, rugie, meule, bêle, .... en #330000

Rim❤️



Merci Luxia, KEUR:
avatar
Artemis
Syndicat

Fiche perso'
Infos:
Où me trouver:
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Wait...j'me suis paumée là ? [Privé : Artemis et Hideki]

Message par Rim le Lun 08 Mai 2017, 20:40

Tout alla très vite.

Mais tout va toujours trop vite, pas vrai ? Et on cherche toujours à se rattraper. Ralentir le temps. Ralentir la vie. Ralentir les moments. Et à la fin, il ne reste plus que le néant, et des souvenirs.

Pensant être seule, j’avais mis ma valise au milieu du couloir. Sauf qu’un élève, visiblement mal voyant au vu de ses yeux blancs et globuleux, avait trébuché et se l’était prise dans l’abdomen. Enfin, malvoyant… aveugle serait certainement plus juste. Il était tombé, et s’emportait brusquement.

« Tu ne pourrais pas faire attention à ta valise, espèce de conne !? »

La surprise fit battre mon cœur, toujours plus fort. Ses battements semblaient résonner dans ma tête. C’était la première voix de l’extérieur que j’entendais. Et elle avait beau me cracher des insultes, elle me semblait…

Magnifique…” murmurai-je, ébahie.

Mais il était toujours sous la valise. Désolée, je me précipitais vers lui pour l’aider quand quelqu’un de plus rapide vola à son secours, rattrapant la canne qui avait roulé dans un coin et l’aidant à se dégager.

Une jeune femme, à peine plus âgée que moi, avait surgi des ombres pour aider le pauvre garçon. Une fois dégagé, elle se tourna vers moi.

Allez, relève-toi, c'est pas la peine de t'énerver, elle a pas fait exprès. Tu es nouvelle ? Tu as besoin d'aide pour trouver ta chambre ? Moi c'est Artemis, et vous ?

Je profitai de ce déluge de questions pour les détailler. D’un côté, la jolie Artemis, aux cheveux d’un blond sublime, aux yeux d’un bleu éclatant et pétillant, surmontés de longs cils noirs. De jolies lèvres roses, une peau diaphane et une silhouette fine. Elle était incontestablement magnifique.

De l’autre, il y avait le jeune garçon, pâle, semblant recroquevillé sur lui-même. Ses cheveux noirs comme ceux d’un corbeau s’opposaient aux yeux blancs au milieu de son visage. Il avait cette beauté macabre, qui attirait indéniablement.

Voyant que je tremblais, Artemis enlevait son écharpe, avant de me la tendre.

"Tu as froid ? Tiens Darling, t'en fais pas tu vas voir, au début quand on est tout seul c'est un peu dur, mais on s'habitue vite à la vie d'ici."

Je les regardais tous les deux, puis je poussai un soupir de soulagement, avant de balbutier quelques mots, un peu timide.

Dieu soit loué...j’avais prié pour qu’un ange gardien vienne et m’aide.

Les regardant tous deux, je leur souris, prenant un ton joyeux.

Vous êtes des anges !

Je m’approchai d’Artemis et du jeune garçon, tranquille, afin de ne pas le brusquer. Déjà que ma valise l’avait quasiment agressé…

Je suis bien nouvelle, oui. Je viens d’arriver. Mon nom est Rim. Et merci pour l’écharpe, Artemis. D’ailleurs…

L’enroulant autour de mon cou, je vins plus près de lui. Rouge de honte, je savais bien que c’était de ma faute. J’aurais dû mieux la placer.

Je suis désolée pour la valise. Elle était mal placée.
avatar
Rim

Fiche perso'
Infos:
Où me trouver:
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Wait...j'me suis paumée là ? [Privé : Artemis et Hideki]

Message par Darren le Mar 09 Mai 2017, 17:29

détails
Wait... j'me suis paumée là ?
CAN YOU FEEL THE THUNDER THAT'S BREAKING IN MY HEART ?
ft. Rim & Artemis
Ʃkaemp はは ™

Des pas bruyants se firent entendre, venant en face de nous : ou peut-être derrière ? Mon esprit était tellement embrouillé que je n’arrivais plus à situer les sons. Ô mon dieu, c’est le début de la fin. Si je n’arrive plus à déceler les sons, devrais-je vivre comme une chouette ? C’est-à-dire vivre la nuit grâce à mon pouvoir ? Car si je n’arrivais plus à rien le jour, j’étais voué au néant et à l’échec éternel. Quelle triste vie.

Heureusement, j’étais loin d’être à ce point fatidique, et je réussis quand même à appréhender la nouvelle venue aussi facilement qu’avant : sa voix était plus haute que moi, c’était comme si j’entendais sa voix de plus haut. Oui, c’est exactement ça. Les médecins me disaient souvent que les aveugles développent intensément leurs autres sens pour combler celui de la vue, qui est inexistant. C’est pour ça que j’avais tant de facilité à évaluer bien des choses juste à l’ouïe. J’étais plutôt fier de moi, mais je n’osais pas le dire, de peur de passer pour un idiot… qui se réjouirait de savoir qu’un aveugle avait une oreille sur-développée ? Personne, tout le monde s’en fout.

Face à la respiration rapide et bruyante de la jeune femme, et aussi à ses pas très lourds de tout à l’heure, j’en déduisis qu’elle avait couru, et qu’elle devait être essoufflée. Était-elle en surpoids ? C’est-à-dire que je n’avais pas l’habitude de courir, on peut même dire que je ne cours jamais, alors j’ai bien du mal à comprendre encore que les personnes essoufflées sont forcément en surpoids… enfin, je pourrais toujours lui poser la question, qui sait ? Mais elle risque de le prendre comme une insulte… et elle allait sûrement m’insulter aussi.

Aussi, je suis tellement source de moqueries : on me disait souvent que j’avais un teint très pâle, et bien que je ne puisse pas en juger par moi-même, je savais que c’était un fait véridique ; je ne prenais jamais le soleil, et en vacances, je préférais grandement l’ombre des arbres ou des parasols à la lumière du soleil. Aussi, je suis très petit, plus petit que la moyenne pour un garçon de treize ans. Des garçons plaisantaient des fois à propos de ma petitesse, mais même si ça n’était pas maladif, que je n’étais pas un nain, je complexais un peu. Aussi, j’ai une voix un peu plus aigüe, et à cause de mes cheveux longs et de ma voix anormale, on me traitait souvent de fille, ou de tapette… J’ai pleuré une fois, ça m’a fait mal.

Pourtant, ma conne de mère avait toujours trouvé de la beauté dans mes traits fins, dans mes cheveux de jais, et dans tous les défauts de mon petit corps qui me font complexer. Peut-être qu’elle était tout simplement en admiration parce que je suis son enfant ? Je ne sais pas… j’aurais bien pu demander à mon père, si seulement il n’était pas un alcoolique au dernier degré, et qu’il ne me battait pas à coups de ceinture et à coups de poing. Je savais que quand j’avais des marques de coups visibles, je faisais peur à ceux qui voyaient, il pensait que je m’étais bagarré avec quelqu’un. C’est vrai qu’il est facile de penser ça… dans un combat, je perdrais à chaque fois, à cause de mes conditions physiques et de ma cécité.

Je me souviens qu’un jour, à l’école, une adulte avait convoqué mes parents : les marques de coups, tout à fait anormales, avaient été très remarquées, trop remarquées. Elle pensait que j’étais battu, ou alors que j’étais victime de harcèlement. Mais mon père n’a pas bronché. Il a dit que je me cognais dans les murs et dans les meubles : que je me cognais ! Vous y croyez ? J’étais peut-être aveugle, mais mon cerveau avait eu le temps de s’habituer à mon propre chez-moi ! Et dire que le soir même, il m’a presque cassé le bras ! Quel sale type, quel sale type, je ne veux plus jamais le revoir, plus jamais !


« Allez, relève toi, c'est pas la peine de t'énerver, elle a pas fait exprès. Tu es nouvelle? Tu as besoin d'aide pour trouver ta chambre? Moi c'est Artemis et vous? Tu as froid? Tiens Darling, t'en fais pas tu vas voir, au début quand on est tout seul c'est un peu dur, mais on s'habitue vite à la vie d'ici. »

Alors que la pauvre tarte qui venait d’arriver en courant m’aidait à me relever, elle finit par taper la discussion avec la nouvelle à la valise. Mais c’est qu’elle m’ignorait, elle aussi ! Enfin presque. Elle m’avait demandé mon nom. C’était quelque chose, mais… zut ! J’aurais voulu lui crier dans les oreilles quelque chose comme : « regarde-moi, nom de dieu ! » mais je n’en fis rien. Et en plus, elle avait eu le culot de me dire que je n’avais pas à m’énerver, et qu’elle n’avait pas fait exprès ? Quelle garce ! Sa valise m’avait sautée dessus ! J’allais peut-être un peu trop loin, certes, mais je pensais honnêtement que je méritais plus de considération de sa part.

« Dieu soit loué...j’avais prié pour qu’un ange gardien vienne et m’aide. Vous êtes des anges ! Je suis bien nouvelle, oui. Je viens d’arriver. Mon nom est Rim. Et merci pour l’écharpe, Artemis. D’ailleurs… »

Artemis et Rim. Donc la pauvre tarte s’appelait Artemis, et la nouvelle à la valise s’appelait Rim. Autant de noms étrangers que je ne connaissais pas. Hideki, c’était quand même bien plus joli qu’Artemis ou Rim. Rim, ça ne m’évoque rien, alors qu’Artemis me rappelle vaguement quelque chose… j’ai du y entendre à l’école, ou à la maison, je ne sais plus. En tout cas, je me posais bien des questions sur l’origine de ces noms bien particuliers. Je donnais mon nom en bougonnant, l’air renfermé : « Je m’appelle Hideki. »

« Je suis désolée pour la valise. Elle était mal placée. »

Je faisais volte-face, et me tournais subitement vers Rim. Venait-elle de s’excuser ? Non mais je rêve ! Je lui avais presque foncé dessus, et… elle s’excusait pour quelque chose qui est arrivé… par ma faute ? Aussi, j’avais du être terriblement misérable, à me débattre sous une valise qui devait être sûrement plus lourde que moi… Ô mon dieu, imaginer cette scène était un véritable calvaire. Quelle honte mais quelle honte… et être aidé par des filles, en plus ! Mon visage avait pris une teinte plus rouge.


« Fais… fais plus attention… »

Je baissais les yeux vers le sol. Ma canne ne devait pas être très loin… je me mis à la rechercher à tâtons, bien content de ne pas avoir à faire appel à elles pour m’aider.



Autre compte : Hideki



#CoupDePouce

"Hideki, première créatrice de persos-capotes." - Hideki, 2017




avatar
Darren

Fiche perso'
Infos:
Où me trouver:
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Wait...j'me suis paumée là ? [Privé : Artemis et Hideki]

Message par Artemis le Mer 17 Mai 2017, 18:44

« Dieu soit loué...j’avais prié pour qu’un ange gardien vienne et m’aide. Vous êtes des anges ! Je suis bien nouvelle, oui. Je viens d’arriver. Mon nom est Rim. Et merci pour l’écharpe, Artemis. D’ailleurs… »

Des anges, c'est mignon, je me sens un peu lourde pour un ange mais bon. C'est mignon.

« Je m’appelle Hideki. »

Hideki et Rim, donc.

« Je suis désolée pour la valise. Elle était mal placée. »

« Fais… fais plus attention… »

Tiens? une petite hésitation dans la voix de notre ami? 'Fin, notre ami, je dis ça comme ça, mais en vérité, ce n'est pas encore notre ami, vu comme il a l'air sociable... Il rougis légèrement. Si j'avais encore mon ancien pouvoir, je dirais qu'il est gêné. Pour pallier à la perte, à l'échange de ce pouvoir, j'essaye d'apprendre à détecter les micros-expressions.
Rim est vraiment mignonne avec mon écharpe. Je jette un oeil dans le couloir, personne à l'horizon. Hideki se baisse, semblant chercher quelque chose. Oups. J'ai encore sa canne dans la main. Je suppose que c'est ça qu'il cherche. Reoups.
Il a l'air tellement indépendant et ne semble désiré d'aide de personne. Alors, le plus silencieusement possible, les aveugles ont, me semble-t-il, l'ouïe très développée, je fais signe à Rim de se taire et je pose la canne par terre, non loin de Hideki. Puis, pour détourner l'attention, je prends la parole :

"Maintenant que tout le monde va mieux, ça vous dirai d'aller manger quelque chose? Rim on peut aller poser tes affaires dans ta chambre si tu veux."

Oui, j'ai été médiatrice dans une autre vie xD. Et non, je ne pense pas qu'à manger. C'est faux. Mais, là, ça me semblait la bonne solution. De toute façon, manger, c'est toujours une bonne solution. Hideki a retrouvé sa canne, pas de dommage pour l'instant, sauf si il se rend compte que je l'avais. Au pire, ça m'apprendra à m'occuper de mes affaires.

"oh, Rim, tu peux garder l'echarpe, c'est un cadeau!"



Je vous parle en #000055 et je miaule, aboie, rugie, meule, bêle, .... en #330000

Rim❤️



Merci Luxia, KEUR:
avatar
Artemis
Syndicat

Fiche perso'
Infos:
Où me trouver:
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Wait...j'me suis paumée là ? [Privé : Artemis et Hideki]

Message par Rim le Ven 19 Mai 2017, 20:38

« Je m’appelle Hideki. »

Hideki. C’est japonais, ça. Quand à Artemis, c’est grec. C’est le nom grec de Diane, déesse de la chasse, des animaux et de la lune. Et si je ne me trompe pas, ses symboles sont la biche et l’arc. Sœur jumelle d’Apollon. Artemis avait-elle un frère jumeau ? Ça aurait été amusant.

Les chasseresses formaient l’armée de Diane. Elles la suivaient, apprenaient à ses côtés. Et elles devaient rester vierges. Malheur à l’impure qui serait souillée ! Qu’Artemis serait belle en chasseresse ! A-t-elle des origines grecques ? Ce serait incroyable. Je n’ai jamais rencontré de grecs. En fait je n’ai jamais eu l’occasion de rencontrer quelqu’un ayant une culture différente de la mienne.

Pareil pour Hideki. Comme c’est magnifique de pouvoir rencontrer des gens venant des quatre coins du monde ! La diversité, c’est beau. Mais je m’égare.

Donc, après m’être excusée pour ma valise, Hideki rougit en me répondant :

« Fais… fais plus attention… »

Oui, j’allais largement faire plus attention. Il se baissa pour reprendre sa canne, mais comme Artemis l’avait dans la main, elle la reposa doucement, près de lui, avant de prendre la parole à son tour.

"Maintenant que tout le monde va mieux, ça vous dirait d'aller manger quelque chose? Rim on peut aller poser tes affaires dans ta chambre si tu veux."

Aller manger quelque chose ? Totalement. Je mourrais de faim. Mon estomac, visiblement d’accord avec cette idée, émit une petite plainte, que gênée je tentai d’étouffer.

J’irais volontiers manger quelque chose, je meurs de faim ! Et ce serait vraiment génial si je pouvais voir où se trouve ma chambre...Je la cherche depuis un bon moment. Tu viens, Hideki ?

Je pris mes valises, me préparant quand Artemis ajouta quelque chose :

"Oh, Rim, tu peux garder l'echarpe, c'est un cadeau !"

L’écharpe ! Mais comme c’était gentil ! Je m’emmitouflai dedans, pour avoir chaud.

Merci, Artemis…


#91283B وأنا أتكلم

Remember : Artemis ❤️
avatar
Rim

Fiche perso'
Infos:
Où me trouver:
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Wait...j'me suis paumée là ? [Privé : Artemis et Hideki]

Message par Darren le Sam 27 Mai 2017, 13:22

ft.
Rim & Artemis
« Wait... j'me suis paumée là ? »
Rencontre fortuite
Alors que je cherchais ma canne du bout de mes doigts, je sentis quelque chose rouler sous ma paume : pas de toute, c’était bien ma précieuse canne, compagne de mes jours ! Je devais sérieusement penser à la graver, moi-même ou… par quelqu’un d’autre. Bien que cela ne m’enchantait guère, puisqu’il fallait sûrement que je sorte de l’académie pour pouvoir la confier à un artisan : mais peut-être y avait-il des gens doués à cela ? J’aimerais faire graver mon nom en braille, ainsi qu’en caractères japonais, et en lettre romaines. Rien que cela !

« Maintenant que tout le monde va mieux, ça vous dirait d'aller manger quelque chose? Rim on peut aller poser tes affaires dans ta chambre si tu veux.
- J’irais volontiers manger quelque chose, je meurs de faim ! Et ce serait vraiment génial si je pouvais voir où se trouve ma chambre...Je la cherche depuis un bon moment. Tu viens, Hideki ? »

Moi, venir avec elles ? Moi, passer du temps avec elles ? Moi, manger avec elles ? Plutôt crever que de traîner avec ces pétasses insipides. Après tout, elles avaient été plutôt gentilles avec moi… elles avaient été carrément aimables… peut-être voulaient-elles que je sois leur ami ? Finalement, j’écartais brutalement cette hypothèse de ma tête : je refusais de croire ça, c’était si improbable !

Qu’est-ce qui pourrait pousser deux jeunes filles dans la fougue de la jeunesse à aider un pauvre garçon aveugle et meurtri ? La pitié. Seulement la pitié. Elles avaient pitié de moi. Savoir que je faisais pitié, que des gamines avaient pitié de moi m’emplissait d’une tristesse et d’une haine considérables. Je ne supportais pas mon image, j’aimerais être un homme fort et vaillant, mais j’étais réduit à une petite coquille fragile qui a besoin d’attention. La seule personne qui doit voir ma fragilité, c’est Grand Frère. Personne d’autre.


« Je regrette, désolé. Je n’ai pas faim. C’était un… » Je marquais une pause, comme si je cherchais le mot qui convenait le mieux. « Plaisir de vous rencontrer. »

Je me retournais, et, sans même les saluer, je prenais la direction opposée, bien décidé à partir, le goût âpre de la fausseté de ma salutation encore dans la bouche.
HRP:
Ce post conclut ma participation à ce RP, amusez-vous bien pour la suite !



Autre compte : Hideki



#CoupDePouce

"Hideki, première créatrice de persos-capotes." - Hideki, 2017




avatar
Darren

Fiche perso'
Infos:
Où me trouver:
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Wait...j'me suis paumée là ? [Privé : Artemis et Hideki]

Message par Artemis le Lun 29 Mai 2017, 20:51

“J’irais volontiers manger quelque chose, je meurs de faim ! Et ce serait vraiment génial si je pouvais voir où se trouve ma chambre...Je la cherche depuis un bon moment. Tu viens, Hideki ?”

« Je regrette, désolé. Je n’ai pas faim. C’était un… Plaisir de vous rencontrer. »

Et il part, sans demander son reste. Dommage, j'aurais bien voulu apprendre à le connaître, et peut-être à l'apprécier. Qui sais? Il m'a l'air de ne pas vouloir s'attacher. Comme si il se plaisait dans son rôle d’asocial. Mais ce ne doit pas être facile tous les jours d'être seul. Qui va-t-il voir quand il a besoin d'un ami? J'étais seule avant. Mais maintenant, je suis moins timide. Et heureusement.

“Merci, Artemis…”

"Bon bah... tant pis... Tu es dans quelle chambre? Oh? Tu es bien saphir? On est dans les couloirs saphir ici.

Je commence à marcher. On passe devant la porte de ma chambre. Elle m'indique sa chambre, on est tout près.

"Ici, c'est ma chambre. Elle n'est pas très loin de la mienne, comme ça si jamais tu as besoin d'aide pour quoi que ce soit...

Encore une porte, quelques pas, et nous voilà arrivées. Sa chambre est vide, pour l'instant. Mais il y a souvent des nouveaux qui arrivent et je ne doute pas qu'elle ne restera pas longtemps seule. Elle m'a l'air sociable et gentille. Elle pourra bien s'intégrer et être heureuse ici. J'espère qu'elle aura autant de chance que moi. J'aime bien cette idée...
Être la "chance" de certains nouveaux. Ou leur ange, ça dépend!



Je vous parle en #000055 et je miaule, aboie, rugie, meule, bêle, .... en #330000

Rim❤️



Merci Luxia, KEUR:
avatar
Artemis
Syndicat

Fiche perso'
Infos:
Où me trouver:
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum