What a beautiful creature... (PV: Masuta)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

What a beautiful creature... (PV: Masuta)

Message par Zeke le 22/4/2017, 03:20















« What a beautiful creature... »




“As he read, I fell in love the way you fall asleep: slowly, and then all at once.”


Le week-end commençait enfin avec une brise qui amenait tranquillement le printemps. Je regardais paisiblement le ciel d'un bleu azuré alors que je me trouvais sur un banc, dans la serre. Je venais tout juste de finir une cigarette et mon livre d'Émile Nelligan se trouvais à mes côtés. La semaine n'avait pas été si épouvantable que ce que j'aurais d'abord cru. Les élèves étaient plutôt impliqués dans cette établissement et je n'avais pas à trop me forcer pour donner un vrai cours de littérature, comme je l'aurais fait si ces jeunes personnes avaient été ignorants. J'avais trouvé la serre il y à peine quelques jours, car la plupart de mes temps libres revenaient à dormi, flatter mon chat ou encore continuer mon piètre livre sur mon ordinateur. J'insultais ainsi mes œuvres, puisque je ne pourrais jamais les comparer à celles des grands. Je n'écrivais que pour me relâcher et je ne croyais pas que ces écrits seraient pour le publique. Autant pour moi. Devenant de plus en plus à l'aise, la tête vers le ciel, je fermai les yeux pendant quelque seconde, sentant la brise sur ma peau. J'avais prit l'habitude de somnoler à moitié. En gros, j'arrivais à dormir à peu près n'importe ou et parfois, je m'endormais à des endroits pas possible, mais ça, c'est une histoire pour un autre jour. Laissant les minutes s'écouler, je laissai l'agréablement température m'emporter dans sa danse.


Moins d'une heure plus tard, j'ouvris les paupières de nouveau. Le ciel était toujours aussi bleu et la brise aussi légère. Je redressai la tête en essuyant doucement mes yeux. Je regardai un peu les alentours avant de regarder ma montre, 12 a.m. Prenant une profonde inspiration, je me redressai du banc avant de me pencher sur une rose qui venait à peine de bourgeonner. Je mis délicatement ma main sur ses pétales et la regardai pendant un certain moment. Je pouvais voir les fil d'énergie couler dans son organisme et aussi vite qu'ils eut apparu qu'il disparu lorsque j'en pris possession. Bien sûre, je ne tuai pas la jolie fleur. Il fallait bien laisser le printemps enfin s'installer sur nos terres. D'un geste nonchalant, je regagnai le fameux banc de bois, agrippai mon livre de poésie et continuai ma lecture ou je l'avais plus tôt laissé.





Codage par Etoile de Epicode






Dernière édition par Elijah Stride le 23/4/2017, 05:39, édité 1 fois
avatar
Zeke

Fiche perso'
Infos:
Où me trouver:
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: What a beautiful creature... (PV: Masuta)

Message par Masuta Gekitsuu le 22/4/2017, 04:16



What a beautiful creature...
★ featuring Elijah Stride

   
   
 
I run for miles just to get a taste ~



Le vent délicat se frayait avec élégance un chemin parmi mes mèches, longues et libres, les mêlant au pétales tout autour de moi. C’était pour moi le premier week-end au sein de l’académie, et la découverte de cette serre m’avait étonnamment décroché un sourire, presque immédiat. Je venais à peine d’achever mon café et la rédaction de mes cours lorsque le printemps m’a invité à découvrir ses bourgeons et jeunes fleurs. Seules les expirations de ma fumée mentholée semblaient perturber le bruit du vent au cœur de cette nature onirique. La solitude et la beauté du lieu me transportaient…

La matinée était calme. Les élèves devaient profiter de leur temps libre, et le personnel de leur famille. Ce n’est sûrement pas moi qui viendrait à m’en plaindre… Alors que j’arpentais doucement les étendues fleuries, laissant le vent s’engouffrer au creux de ma chemise à carreaux, ouverte sur un t-shirt noir, mains fourrées dans les poches de mon jean, une silhouette se dessina au loin. Ne pouvant rien faire d’autre que plisser les yeux à mesure que j’avançais pour la détailler, je pris mon temps pour me glisser jusqu’à elle.

Il avait été bien silencieux tout ce temps. Il… Un jeune homme qui semblait avoir mon âge. Un charme non négligeable sous une chevelure de jais. Simple mais élégant, ses traits fins et sa carrure assez marquée me firent esquisser un sourire alors que je m’approchais un peu plus, en silence. Assis sur un banc, il semblait atteler à de la lecture. La proximité aidant, je pu reconnaître un recueil qui ne m’était pas étranger. Alors, presque par excuse, je fis volte-face, trouvant un soudain intérêt pour les roses sous mon nez. Et d'une voix douce mais rauque, je tentais d'ouvrir une conversation avec ce qui semblait être l'un de mes collègues.

« Emile Nelligan… Quand bien même j’ai beaucoup aimé ses reflets de plume, notamment sur l’amour et la mort, je dois admettre que mon manque de connaissances de la langue française m’a sûrement joué défaut. J’ai dû manqué bon nombre de détails transcendants. »

J’avais eu l’occasion d’aborder cet auteur lors de mon étude de la langue française. La poésie étant un coup de cœur, je m’étais naturellement orienté vers ce genre d’œuvres. Mais malgré tout, ma prononciation restait très marquée, et surtout mes capacités de compréhension de d’appréhension de certaines figures de style, plus que limitées.

Effleurant du bout des doigts et du regard les fleurs, je fini par relever mon regard pour le poser sur le jeune homme. Ses yeux d’un bleu nuit figèrent un sourire sur mon visage. Il faisait partie de ce style d’hommes que l’on peut qualifier de charmants. Quand bien même votre orientation ne s’y prête pas, vous êtes forcé d’admettre le plaisir que cette vue constitue. Et c’était le cas, soyons francs… Au point de me détacher un sourire, venant creuser timidement mes fossettes.


To be continued ...



avatar
Masuta Gekitsuu

Fiche perso'
Infos:
Où me trouver:
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: What a beautiful creature... (PV: Masuta)

Message par Zeke le 22/4/2017, 16:49















« What a beautiful creature... »




Ma chère, joins tes doigts et pleure et rêve et prie,
Comme tu faisais autrefois
Lorsqu'en ma chambre, aux soirs, vers la Vierge fleurie
Montait ta voix.



Je lisais ces quelques bribes sans réelle émotion. J'avais eu assez de relations pour si peu de vie que j'avais eu et pourtant, je ne m'étais jamais rattacher à quelqu'un au point d'y mettre des mots. J'avais toujours les yeux rivés dans le recueil, mais je n'étais plus du tout attentif aux vers. La seule personne que j'aurais peut-être écrit dessus, n'était pas quelqu'un avec qui je partageais ce genre d'amour. C'était un proche, un proche qui avait disparu depuis déjà plusieurs années et qui, selon moi, devait se trouver quelque part entre ces lourds murs qui définissaient l'Académie. Bizarrement, je ne m'étais toujours pas forcé à une recherche approfondie et j'avais laissé les choses aller. J'étais peut-être un homme paresseux, mais j'étais surtout patient et si j'avais attendu au moins 12 ans, je pouvais bien attendre encore quelques mois. Je divaguais encore en pleine journée. Souriant faiblement à moi-même, j'aperçu une silhouette non loin de moi. Un homme se tenait tout proche en contemplation avec les roses fraîchement fleuries. Pris au dépourvu par sa beauté bien plus qu'évidente, je ne dis rien. Je reposai mon regard dans mon recueil bien que après un court laps de temps, il se mit à parler tout haut, ou encore peut-être à moi, je ne sais plus...


« Emile Nelligan… Quand bien même j’ai beaucoup aimé ses reflets de plume, notamment sur l’amour et la mort, je dois admettre que mon manque de connaissances de la langue française m’a sûrement joué défaut. J’ai dû manqué bon nombre de détails transcendants. »


Je souris faiblement à moi-même. Je me mis à l'observer du coin de l’œil tout en refermant mon livre mon doigt sur la page que j'étais sur le point de finir. Le vent se leva de nouveau et je me mis à frisonner de plaisir par la chaleur qui approchait. Je portai soudainement mon attention sur le jeune homme, car au fond, je ne m'étais pas vraiment attardé sur les détails en le qualifiant de séduisant. Pourtant, avec ces longs cheveux noirs, presque aussi noirs que l'ébène et ces traits parfaitement symétriques, il aurait pu facilement poser pour une oeuvre d'art. J'aurais particulièrement eu un malin plaisir à le peindre, si seulement j'avais su comment. Il finit enfin ma redresser son regard vers moi et je ne pu m'empêcher de sourire doucement. Tellement absorbé par son visage, je n'avais même pas remarqué qu'il souriait aussi. J'avais une attirance évidente pour l'homme en face de moi, mais il devait être l'un de mes collègues, alors autant ne pas effrayé les gens dès notre première rencontre, voulez-vous?


- J'ai entendu dire qu'une partie de notre cerveau réagissait différemment à la poésie lorsque nous la lisons. Quand vous lisez un poème, votre cerveau n'a aucun problème à comprendre le sens et l'émotion transmisse malgré qu'ils soient en une langue inconnue. Alors je pense que vous avez compris le nécessaire pour Emile Nelligan, ne vous en faites pas, dis-je avec mon accent britannique très prononcé et un petit sourire amusé.



Je fis une brève pause. J'étais quelqu'un de confiant en général et surtout très charmeur quand une personne m’intéressait, mais bizarrement, je n'avais pas le goût de lui sauter dessus aux premiers regards. C'était une métaphore, bien sûre. Habituellement, les hommes et les femmes venaient vers moi avec un petit coup de pouce de ma part lorsqu'ils m'intéressaient. Bref, j'étais un cas désespéré en amour, alors je ne voulais pas tout gâcher avec un collègue, surtout s'il n'était pas attiré par les hommes. Ça serait gênant, pas vrai?


- Je m'appelle Elijah Stride, je suis le nouveau professeur de littérature, ravis de vous rencontrez, dis-je en laissant un petit sourire au coin de mes lèvres





Codage par Etoile de Epicode
avatar
Zeke

Fiche perso'
Infos:
Où me trouver:
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: What a beautiful creature... (PV: Masuta)

Message par Masuta Gekitsuu le 23/4/2017, 01:10



What a beautiful creature...
★ featuring Elijah Stride

   
   
 
Darling, what is going on? ~


Plus je détaillais cet homme, plus je regrettais d’avoir revêtit quelque chose de plus confortable et cosy qu’à mon habitude. L’élégance presque naturelle se dégageant de cet homme me figeait presque. Je décidais donc de balayer ma chevelure vers l’arrière, y égarant mes doigts plutôt que de fourrer à nouveau mes mains dans mes poches. Il avait refermé son recueil, son doigt en guise de marque page. Je l’avais coupé dans son élan, mais malgré tout il esquissait un léger sourire – de politesse sûrement.

« J'ai entendu dire qu'une partie de notre cerveau réagissait différemment à la poésie lorsque nous la lisons. Quand vous lisez un poème, votre cerveau n'a aucun problème à comprendre le sens et l'émotion transmisse malgré qu'ils soient en une langue inconnue. Alors je pense que vous avez compris le nécessaire pour Emile Nelligan, ne vous en faites pas. »

Son léger sourire semblait s’être accentué, et tant sa réplique que son accent creusèrent de plus belle ma fossette gauche. Pour avoir enseigné à la faculté de Cambridge et côtoyé de grands orateurs britanniques, je ne pouvais que deviner que j’avais face à moi un natif du pays. Même sa prononciation française… Tellement sereine et classieuse.

~ Eh bien, Darling, en plus d’être mignon et bien foutu, tu es littéraire et scientifique, avec un accent parfait pour cette langue… Autant dire que ton petit cœur a dû saigner quand j’ai massacré ta langue avec ma prononciation taillée au hachoir… ~

Je profitais du court répit et de la chaleur environnante pour le détailler un peu plus. Vu sa maîtrise de la langue et la passion pour la littérature, il devait-être professeur d’anglais. Ou peut-être bien bibliothécaire… Ou alors un simple élève, plus âgé que la moyenne… ?

« Je m'appelle Elijah Stride, je suis le nouveau professeur de littérature, ravis de vous rencontrez. »

Monsieur Stride donc, Elijah. Professeur de littérature. J’avais presque visé juste. Il s’était présenté par son nom et prénom, je ferai donc de même, mettant mon titre de côté. Entre collègues, après tout… Lui rendant son sourire, je portais ma main gauche à mon abdomen, m’inclinant brièvement pour lui adresser une révérence, avant de poursuivre à mon tour.

« Enchanté de même, Monsieur Stride. Yuu Gekitsuu, nouveau professeur de physique-chimie. Décidemment, j’aurai dû aller consulter la liste de mes collègues… Mais je retiendrai votre nom. Nouveau également à l’académie, donc ? »

Accompagnant toujours ma phrase d’un sourire, je restais droit, ancrant mon regard dans le sien, tout ouïe à ses propos. C’était l’occasion de partager avec un autre professeur en ces lieux…

~ Menteur. Je l’ai lu la liste des prof’… Mais j’ai juste retenu ceux qui m’intéressaient : les matières scientifiques… « My fault », hm. ~

Bien qu’en temps normal, je me serai sûrement installé à ses côtés, sur ce banc, pour m’enfiler une énième cigarette en poursuivant cette discussion, cela me semblait trop tôt. Presque… Gênant ? J’avais toujours – enfin toujours, pas comme si cela était fréquent comme situation – du mal à me comporter naturellement avec les hommes qui dégageaient un charme certain. Je me retrouvais comme un gamin de six ou sept ans, qui est mis pour la première fois au contact d’une fille. Il se passe un truc, mais je ne sais absolument pas ce que je dois faire, ni ce que cela veut dire.

Je n’avais jamais réellement eu de relation de couple qui dure, ou correcte en soi, avec une femme. Le travail primant… Mais j’avais eu un éventail de relations en coup de vent, ou d’aventures. Je pouvais certifier que j’aimais les femmes. Ou tout du moins, que j’aimais leur présence, et les relations charnelles avec elles. Mais les hommes… Je n’avais jamais été plus loin qu’un baiser. Bon, j’étais éméché, et je ne sais pas si j’aurai été plus loin… Enfin, si l’occasion s’était présentée, je ne sais pas si… Je m’égare là, hein ?

Prenant une inspiration profonde mais discrète, je recentrais mon attention sur Elijah. Avec ses airs d’intellectuel bad boy, il devait en faire tourner des têtes, autant chez les élèves qu’auprès du personnel…



To be continued ...



avatar
Masuta Gekitsuu

Fiche perso'
Infos:
Où me trouver:
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: What a beautiful creature... (PV: Masuta)

Message par Zeke le 23/4/2017, 03:04















« What a beautiful creature... »




O sweet adventure,
please last forever
and keep my heart wild too



Les fleurs étaient fébriles sous la brise légère qui continuait néanmoins de souffler sur la serre. Cette scène me fit sourire faiblement. Je pouvais encore voir mon insouciance d'enfant alors que je jouais à l'arrière de notre maison, pendant que ma mère me regardait d'un oeil protecteur. À quel point j'imaginais ma vie remplis d'aventure et d'intrigue palpitante et que rien ne pourrait changer le destin que je m'étais déjà tracé. Mon âme d'enfant s'était très vite brisé en deux de façon plutôt horrifique et scandaleuse. Je ne sais pas pourquoi je pensais à tout ça alors que j'étais en très bonne compagnie. Peut-être que je n'avais pas vraiment fait attention au décore qui se trouvait autour de moi ou encore peut-être que je ne voyais pas plus loin que mon nez. Aucune idée. C'était surtout le fait que je repense aussi soudainement à ma mère qui me rendait aussi perplexe. Le nom de ma famille ainsi que le visage de mes parents avaient disparu en une soirée. Alors pourquoi maintenant, après toutes ces années? Que me voulez-vous mère? Vous n'êtes plus là... laissez moi donc. Détachant enfin mon regard de la serre, je me mis à fouiller dans mes poches de veston. J'essayai de trouver mes cigarettes afin de calmer mes nerfs, mais par malheur, je les avais laissé dans mon bureau. Quel idiot. Je pris une profonde inspiration et avec toute cette perte de réalité, j'en n'avais oublié la présence du beau ténébreux à mes côtés.


Arg, i'm sorry my love, I've lost track..


Je me remis rapidement à le regarder alors qu'il me répondait et je lui offris l'un de mes sourires charmeurs.


« Enchanté de même, Monsieur Stride. Yuu Gekitsuu, nouveau professeur de physique-chimie. Décidément, j’aurai dû aller consulter la liste de mes collègues… Mais je retiendrai votre nom. Nouveau également à l’académie, donc ? »


Monsieur Stride? Ça façon de prononcer mon nom me fit frissonner de plaisir. Je devinais rapidement qu'il avait des origines japonaises ou encore coréennes, mais je ne m'aventurai pas vers ce chemin. Le domaine des sciences avaient été pour moi quelque chose plus théorique que libératoire. Je veux dire par-là que je les ai réussi avec de très bons résultats in high school, mais ça s'arrêtait là. Alors que son accent résonnait toujours dans ma mémoire, je pris conscience que Yuu me regardait encore de son regard bleuté. Je lui lançai un sourire coquin avant d'entreprendre une réponse qui fera en sorte que la conversation ne tournera pas autour de l'école et de ces gosses instables qui habitaient l'Académie. Bref, une réelle conversation qui me ferait en apprendre davantage sur lui et non pas notre nouveau métier.


- Nouveau c'est le mot, je n'ai pas encore vraiment travaillé dans ce domaine depuis la fin de mes études, malgré que ça fait parti de mes compétences, dis-je en riant d'une manière charmante, même presque trop sophistiqué, enfin bref, Monsieur Gekistuu, un homme aussi charmant que vous doit avoir bien des choses à raconter, ai-je tord?


Je souris amusé par la taquinerie que je venais de faire. Bien que je voulais voir sa réaction face à mon petit compliment, je ne pouvais tout de même pas laisser ma phrase en suspense comme ça, ce ne serait pas digne de moi, voyons.


- Si je vous rend mal à l'aise, pardonnez-moi, dis-je simplement un sourire au bout des lèvres, cela m'arrive parfois d'être un peu trop sur de moi-même et de ne pas penser avant de dire les choses, mais je souhaite parler davantage avec vous. Vous me semblez des plus intéressants, si je puis-je me le permettre. Je peux commencer avec une question plus clair, si vous me le permettez, êtes-vous originaire d'Angleterre?, car je dois dire que votre accent est des plus charmants et je n'entend pas celui-ci bien souvent.


D'accord, je ne pouvais m'empêcher de draguer quelque peu, mais que voulez-vous? Mon orgueil ne serait pas en descente s'il me repoussait et j'accepterais quelconque réponse, mais rien ne pourrait m'empêcher de fantasmer quelque peu sur notre beau professeur de science qui se tenait en face de moi.






Codage par Etoile de Epicode
avatar
Zeke

Fiche perso'
Infos:
Où me trouver:
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: What a beautiful creature... (PV: Masuta)

Message par Masuta Gekitsuu le 23/4/2017, 04:28



What a beautiful creature...
★ featuring Elijah Stride

   
   
 
We push and pull like a magnet do ~


Tant de sourires, tous plus charmants les uns que les autres. Je dois admettre que, malgré mon habitude à garder la tête froide et le visage dénué de toutes émotions, il était compliqué de rester insensible à ce fameux Elijah. Que ce soit son regard ou ses sourires, tout amenait à craquer, d’une manière ou d’une autre, à un moment donné.

« Nouveau c'est le mot, je n'ai pas encore vraiment travaillé dans ce domaine depuis la fin de mes études, malgré que ça fait parti de mes compétences, enfin bref, Monsieur Gekistuu, un homme aussi charmant que vous doit avoir bien des choses à raconter, ai-je tord? »

Même son rire était à la fois élégant et charmant. C’était à la fois terrible et tellement agréable. Une chaleur m’inondait, mélange de ses sourires et de ce compliment. J’étais flatté à souhait. Mais je me sentais également comme un jeune étudiant, dans une de ces vulgaires comédies, qui craque sur ce professeur bien trop beau pour enseigner.

« Si je vous rend mal à l'aise, pardonnez-moi, cela m'arrive parfois d'être un peu trop sur de moi-même et de ne pas penser avant de dire les choses, mais je souhaite parler davantage avec vous. Vous me semblez des plus intéressants, si je puis-je me le permettre. Je peux commencer avec une question plus clair, si vous me le permettez, êtes-vous originaire d'Angleterre?, car je dois dire que votre accent est des plus charmants et je n'entend pas celui-ci bien souvent. »

Sa réplique me rassura je crois. En tout cas, je repris mes aises et mes marques, peu à peu. Décrochant un léger sourire, puis un rire rauque à mon tour, je vins prendre place à une extrémité du banc, venant croiser mes jambes en amenant ma cheville sur le genou opposé, et calant l’un de mes coudes sur le dossier, de sorte à coller mon t-shirt à mon torse, moulant ce dernier.

~ J’ai travaillé les pectoraux et surtout les abdominaux. Il faut bien profiter du beau temps pour les exhiber comme on peut, non ? Toutes les excuses sont bonnes… ~

J’aurai bien allumé une cigarette, mais à cette distance, et sans savoir si cela le dérangerait, je préférais attendre. Un minimum de respect était de mise. Pourvu que l’odeur de ma chevelure imbibée de fumée mentholée ne le dérange pas… J’avais mis un peu de distance pour ne pas faire intrusion dans sa bulle personnelle, mais qui sait.

« Ne vous préoccupez pas de cela, voyons. Si quelque chose me dérange, je vous le ferai savoir… Et puis, tant de flatteries, qui pourrait oser rejeter ce genre de choses ? Je suis originaire du Japon, et suis arrivé en Angleterre il y a de cela un peu plus de trois ans. Et vous ? Un britannique pure souche j’imagine, vu la façon dont vos lèvres articulent à merveille la langue de Shakespeare… ? Au passage, n’hésitez pas à me tutoyer, surtout. »

Faire savoir que je n’étais pas hostile à son charme, check. Flatter son accent, check. Proposer de passer au tutoiement, check. Se rapprocher physiquement, check. Reprendre mes esprits… Pas complètement, mais ça viendra. Check. Je profitais de ce rapprochement pour le détailler de plus belle. Décidemment, il avait un charme indéniable. Tellement saisissant que j’en venais presque à douter.

Et s’il s’agissait tout simplement de son pouvoir ? Si Elijah avait une sorte d’aura qui vous attire, comme une araignée dans sa toile ? Et si j’étais simplement une proie, ou un jeu ? Ça tenait presque sur pied… Mais tous les professeurs étaient censés maîtriser leur pouvoir. Et si je parvenais à me détacher, ne serait-ce qu’un peu, j’imagine qu’il n’y avait rien de mystique derrière tout ça. Mais toujours demeurait mon soucis premier : comment agir, comment me comporter... Et surtout, comment savoir où mon cœur et mon cerveau me mèneraient.





To be continued ...



avatar
Masuta Gekitsuu

Fiche perso'
Infos:
Où me trouver:
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: What a beautiful creature... (PV: Masuta)

Message par Zeke le 23/4/2017, 05:22















« What a beautiful creature... »




‘Voici que vient l'amour de mai,
Vivez-le vite, le coeur gai,
Larivarite et la la ri.
Ils tombent tôt les jours méchants,
Vous cesserez aussi vos chants;
Dans le cercueil il faudra ça
Ça ’



La tension entre nous était évidente. Il se redressait enfin de toute sa hauteur alors que je continuais à le contempler. Une fois assit à l'autre bout du banc, il s'installa de façon à me faire face et je me mis à sourire de plus belle. En plus de ce rire, oh mon dieu. Il résonna dans tout mon être et me fit décrocher un nouveau sourire. Mon regard se mit à descendre sur son torse voyant des formes intéressantes. Sans me gêner vraiment, je continuai à le contempler sans rien dire et il fit de même. Je ne croyais pas vraiment en l'amour, étant donné que je n'avais jamais appris à aimer par moi-même. Je gâchais sûrement bien des choses en agissant ainsi, mais serais-je fou à essayer avec un collègue? Je ne crois pas, à mon âge c'est trop tard. J'écrivais sur l'amour en pensent aux plus belles histoires jamais écrites, mais je ne pensais pas que ces histoires étaient réalistes au fond. Elles n'étaient que fantasmes et illusions. Ah.. j'étais bien sombre tout d'un coup en cette si belle journée. Une odeur qui me semblait familière attira mon attention. Je redressai mon regard sur Yuu en voyant que l'agréable odeur mentholée se dégageait de lui. Soudainement, mes nerfs se détendirent. Peut-être par la présence de l'homme très proche de moi ou simplement par cette odeur familière qui m'enveloppait, je ne sais pas.


« Ne vous préoccupez pas de cela, voyons. Si quelque chose me dérange, je vous le ferai savoir… Et puis, tant de flatteries, qui pourrait oser rejeter ce genre de choses ? Je suis originaire du Japon, et suis arrivé en Angleterre il y a de cela un peu plus de trois ans. Et vous ? Un britannique pure souche j’imagine, vu la façon dont vos lèvres articulent à merveille la langue de Shakespeare… ? Au passage, n’hésitez pas à me tutoyer, surtout. »



Je laissai échappé un petit rire nerveux. Bizarre, je n'étais jamais nerveux dans ce genre de situation.. bon tant pis. Je n'aimais pas vraiment parlé de mes origines, mais j'étais bien le premier à mettre ce genre de sujet dans une conversation. J'avoue que j'avais la mauvaise habitude de me mettre dans des situations bizarre et plutôt contradictoire avec moi-même. J'étais d'ailleurs plutôt charmé d'être comparé à Shakespeare. Je parlais de cette façon étant donné que je venais d'une famille très noble en Angleterre, mais plus personne ne savait qui était les Stride, désormais. Les médias n'avaient pas eu le temps d'avoir vent de tous ce qui était arrivé. Nous nous étions simplement évaporé dans le vent et je pense que c'était mieux comme ça, car j'arrivais à vivre une vie à peu près ordinaire, bien que je la vivais mieux en dehors du pays. Je m'égare de nouveau... Je souris doucement avant de répondre à Yuu.


- J'apprécie le compliment, dis-je légèrement, c'est de famille de parler comme ça, c'est des choses qui restent même après des années, que voulez-vous, et après ça, ça risque de me prendre un moment avant de ne plus avoir le réflexe de vous vouvoyez, je suis désolé, mais oui, britannique de souche, c'est le moins qu'on puisse dire. Pourtant, je vivais en France avant de venir me réinstaller en Angleterre afin de commencer à travailler ici.


Je continuais à le regarder chaleureusement tout en prenant un pause singulière. J'avais une étrange envie de le taquiner tout en voyant une réaction plus marquante à ma mémoire, autant essayer.


- Est-ce votre pouvoir ou bien je suis naturellement attiré par ce magnifique regard bleuté?, dis-je avec un air mi innocent et mi enjôleur.


Je jouais avec le feu, mais jusqu'ici, j'avais donné une bonne impression, alors pourquoi pas?





Codage par Etoile de Epicode
avatar
Zeke

Fiche perso'
Infos:
Où me trouver:
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: What a beautiful creature... (PV: Masuta)

Message par Masuta Gekitsuu le 23/4/2017, 06:59



What a beautiful creature...
★ featuring Elijah Stride

   
   
 
"Honestly, that never happened..." ~


L’ambiance semblait s’être détendu. Nous paraissions tous deux plus à l’aise, et tout sourire. Mais malgré tout, le rire que je parvins à décrocher à Elijah semblait teinté d’une certaine nervosité. Etais-je parvenu à inverser la situation à mon avantage et à devenir celui qui intimide ? Je l’espérais quelques peu dans le fond…

« J'apprécie le compliment, c'est de famille de parler comme ça, c'est des choses qui restent même après des années, que voulez-vous, et après ça, ça risque de me prendre un moment avant de ne plus avoir le réflexe de vous vouvoyez, je suis désolé, mais oui, britannique de souche, c'est le moins qu'on puisse dire. Pourtant, je vivais en France avant de venir me réinstaller en Angleterre afin de commencer à travailler ici. »

J’haussais les sourcils, opinant délicatement du chef en écoutant la voix du professeur me détaillait un peu plus sa personne. Il devait être, à coup sûr, issu d’une grande famille britannique. Bourgeoisie, noblesse, royauté ou je ne sais quoi d’autre. Mais au premier abord, ce nom ne me disait rien… Des recherches en rentrant m’aideraient peut-être à éclairer ses origines…

Il avait également séjourné en France. Le pays du romantisme, de la gastronomie et de l’élégance. Pas étonnant, il avait un chic à toute épreuve. Je l’imaginais tellement dans un de ces cafés que l’on voit dans les films, un recueil de Maupassant en mains, costard et parapluie, faire la lecture à une horde de groupies parisiennes. Mais actuellement, j’étais la petite groupie pendue à ses lèvres.

A peine entré dans mes pensées qu’il m’en extirpait déjà. Et à ma grande surprise, il avait retrouvé son sourire, presque aussi confiant que lors de nos premiers échanges verbaux.

« Est-ce votre pouvoir ou bien je suis naturellement attiré par ce magnifique regard bleuté ? »

Les grands esprits se rencontrent dirait-on... Mais sa remarque, un brin taquine, ne manqua pas de me décrocher un léger rire, secouant doucement la tête avant de la baisser, laissant ma chevelure retomber en mèches le long de ma mâchoire et de mon torse. Décidemment, il n’en manquait pas une, et savait complimenter ses pairs.

Je ne voulais pas me livrer sur mon pouvoir trop aisément. Après tout, dévoiler notre point fort pouvait devenir une faiblesse visible et connue. Même si la pathologie que j’abritais, décelable plus aisément, demeurait être un second avantage pour ma part.

« A vrai dire, cela serait plutôt l’inverse… J’ai besoin d’attirer la personne en face un minimum à moi pour avoir l’occasion de faire usage de mon pouvoir… »

Je relevais alors doucement le regard pour le planter dans celui du brun ténébreux à mes côtés, lui décrochant un sourire presque carnassier, mêlant une pointe de mystère à une bonne dose de provocation luxurieuse. Après tout, qu’est-ce que j’y risquais ?

Il me faisait du rentre-dedans, classe et discret, mais je ne m’y opposais pas. Nous étions deux adultes, consentants, sous aucune influence et sous aucune substance – du moins, je n’avais pas prévu pour le moment, de mon côté, de le placer dans cet état. Et l’établissement ne mentionnait nulle part que les relations au sein du personnel étaient prohibées.

Je n’avais jamais eu de soucis vis-à-vis des relations que j’entreprenais, peu importe leur nature. Si nous étions amenés à flirter, à coucher ensemble ou même à aller plus loin, qui sait, peu importe l’issue, je m’en moquais. Les réputations, rumeurs, et tout ce qui s’en suit, j’avais passé l’âge de m’en soucier.

« Et vous, Monsieur Stride… Est-ce votre pouvoir qui nécessite une approche aussi… Suave et sensuelle ? Si c’est le cas, je dois dire que vous êtes plus que doué… Un homme mêlant aussi bien l’élégance et l’intellect à un tel niveau de charme et d’attraction, cela relève de la pierre précieuse. »

A mesure que les mots s'échappaient entre mes lèvres, je dévorais son regard et sa bouche délicate à l'aide de mes pupilles. Il était... Craquant. Séduisant. Envoûtant. Et bon dieu, mon corps et ma tête en avaient du mal à suivre. Ma raison me criait que je ne le connaissais qu'à peine, que mon orientation n'était clairement pas définie, que toutes mes relations se résumaient à des coucheries sans lendemain, que j'étais ici pour enseigner, que ça pouvait attendre, que je devais freiner tout ça... Mais bordel, mon cœur lui criait simplement de la fermer et de plonger dans ce regard bleu si profond...



To be continued ...



avatar
Masuta Gekitsuu

Fiche perso'
Infos:
Où me trouver:
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: What a beautiful creature... (PV: Masuta)

Message par Zeke le 23/4/2017, 07:35















« What a beautiful creature... »




"The best and most beautiful things in this world cannot be seen or even heard, but must be felt with the heart."


La température montait, ça s'était sûr. Sans le moindre doute, j'avais touché le coeur de l'homme en face de moi. Je ne jouais aucun rôle, j'étais toujours moi-même lorsqu'il en venait au flirt ou encore au sexe. J'avais des goûts particuliers et rares étaient ceux qui s'étaient refusés à moi auparavant. Je voyais le visage de Yuu réagir à chaque fois que j'ouvrais la bouche et ça faisait palpiter mon coeur habituellement si lourd. Malgré ses vêtements d'aujourd'hui, il me paraissait aussi beau qu'un clair de lune et moi dans mes jean légèrement troué, j'avais l'air d'un adolescent face à temps de maturité et de douceur. Je ne connaissais pas vraiment cette homme, mais avons-nous vraiment besoin de connaître pour apprécier? Nous étions adulte, quel était le mal là-dedans? Qu'est-ce qui pourrait être si terrible entre deux personnes qui étaient en symbiose parfaite? Je n'arrivais tout simplement pas à trouver aucun point négatif face à la présente situation et je ne crois pas que le règlement de l'école nous empêche d'avoir une quelconque relation entre collègue. J'étais un poète dans l'âme et dans le coeur et jamais un homme, ou plutôt une personne, ne m'avait fait sentir aussi à l'aise en si peu de temps. Je crois d'ailleurs que c'est l'une des raisons pourquoi Yuu me semble aussi séduisant et aussi intéressant à mes yeux. Il n'y a aucun homme semblable et j'étais fort heureux de cette rencontre soudaine. Il se mit à rire doucement tout en secouant la tête. Quelle mélodie à mes oreilles... Je ne pense pas pouvoir m'en lasser un jour de l'entendre ou encore de voir cet homme chaque jour. C'est sûrement cliché, mais il dégageait un je ne sais quoi de totalement différent et ça me faisait fondre. Il redressa doucement la tête et plongea son regard bleuté dans le mien.


« A vrai dire, cela serait plutôt l’inverse… J’ai besoin d’attirer la personne en face un minimum à moi pour avoir l’occasion de faire usage de mon pouvoir… »


Je souris doucement. Il voulait me faire languir, je voyais bien son jeu. Le positif, c'est qu'il n'avait en aucun cas dénié mon compliment. Je devais peut-être donner une chance à ces fameuses histoires d'amours. Qui sait, je mérite peut-être plus que ce que mes parents ont bien voulu me faire croire. J'étais prêt à accepter la possibilité, mais pas de laisser Yuu rentrer aussi rapidement dans mon être psychologique ou encore émotionnel. Je le vis sourire d'une façon alléchante aux yeux. Aie aie... qu'est-ce que j'ai bien pu faire pour tomber sur vous, dites moi?


« Et vous, Monsieur Stride… Est-ce votre pouvoir qui nécessite une approche aussi… Suave et sensuelle ? Si c’est le cas, je dois dire que vous êtes plus que doué… Un homme mêlant aussi bien l’élégance et l’intellect à un tel niveau de charme et d’attraction, cela relève de la pierre précieuse. »



Je frémis de nouveau. Je déposai mon recueil sur le côté, ne savant plus trop quoi faire de mes mains dans cette présente situation. Je voyais très bien ou allait le regard de Yuu et je me mis à lui sourire d'une manière enjôleuse. Qu'est-ce qui pouvait être bien dramatique d'avoir un peu de plaisir dans la vie? Je flirt avec lui, certes, mais ce n'est pas comme si j'allais le demander en mariage sur le champ. Je voulais apprendre à connaître cet homme et par le fait même, lui montrer mon attirance physique bien plus qu'évidente. J'étais un homme franc et direct et je pense que ça faisait parti de mon charme aux yeux de n'importe qui.


- Oh mais Monsieur Gekistuu, je n'ai pas besoin d'un tel pouvoir pour jouer de mes charmes, sachez-le, dis-je en posant mon regard sur ses lèvres, Mon pouvoir n'a rien n'avoir avec ce genre de situation et n'est qu'un fardeau après tout, alors je n'ai pas honte de vous dire que je suis un naturel et que je sais simplement ce que je désire à cet instant présent.


Après ces quelques mots, je laissai un long silence se mettre entre nous et tous ce que nous faisions était de nous contempler longuement. J'attendais simplement. La patience et le jeu étaient deux choses qui se mariaient si bien...





Codage par Etoile de Epicode
avatar
Zeke

Fiche perso'
Infos:
Où me trouver:
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: What a beautiful creature... (PV: Masuta)

Message par Masuta Gekitsuu le 24/4/2017, 04:32



What a beautiful creature...
★ featuring Elijah Stride

   
   
 
Tell me what you want to do... ~


J’étais pendu à ses lèvres, sur lesquelles un sourire charmeur ne cessait d’évoluer. Elijah déposa son recueil de poésie sur le banc, à ses côtés, alors que son sourire prenait doucement une tournure plus charmante, plus envoûtante encore qu’il ne l’était déjà.

« Oh mais Monsieur Gekistuu, je n'ai pas besoin d'un tel pouvoir pour jouer de mes charmes, sachez-le. Mon pouvoir n'a rien n'avoir avec ce genre de situation et n'est qu'un fardeau après tout, alors je n'ai pas honte de vous dire que je suis un naturel et que je sais simplement ce que je désire à cet instant présent. »

Son regard s’orienta à son tour vers mes lèvres. Inconsciemment, il accentua mon sourire malgré moi. Passant le bout de ma langue sur ma lèvre inférieure avant de venir la mordre en douceur, je ne cessai de dévorer du regard sa bouche, si joliment dessinée. Je ne pouvais demander mieux qu’un tel échange sous le signe de la douce chaleur du printemps et du parfum des fleurs alentours… Et surtout avec une telle compagnie.

Tournant mon corps vers lui et en profitant pour réduire la distance nous séparant, je ne perdais pas une miette des détails savoureux de son doux visage. Il était charmant… Presque trop.

« Je suis mitigé entre le fait de demander des détails sur votre pouvoir… Ou des détails sur ce que vous désirez, à cet instant… »

Ma voix se voulait plus douce, comme si je m’exprimais presque sans y réfléchir. Mon cœur déchirait ma poitrine tant ses battements se voulaient intenses et irréguliers. Il me plaisait, j’en étais sûr désormais. Cet homme m’attirait opiniâtrement. Cela semblait complétement stupide et insensé, n’est-ce-pas ? Quelques échanges verbaux, quelques regards et j’étais transporté. Mais une fois de plus, pourquoi devrais-je me prendre la tête ?

Malgré ma tenue plutôt légère et le temps correct, j’avais l’impression d’étouffer, que ce t-shirt était bien trop serrant, bien trop oppressant… Ou bien était-ce ce regard si intense ? Glissant mes doigts dans ma chevelure, je l’écartais doucement, prenant une inspiration profonde.

Ce genre de sentiments, déployés, c’était rare chez moi. De même que ce stress. Je me contrôlais toujours, même devant les jeunes femmes plantureuses. Mais là… Il faut croire qu’il était question d’autre chose. Il faut croire qu’Elijah m’inspirait plus qu’une attirance simplement charnelle…

« Ou peut-être bien que l’envie d’écarter ces lunettes de votre doux visage pour nicher mes doigts dans votre chevelure ébène, attirer votre visage si parfait jusqu’au mien, et mêler nos lèvres est la plus forte… »

Bon d’accord, pour le coup c’était osé. Je m’étais peut-être un poil emporté vu l’état actuel de la conversation. J’aurais sûrement dû laisser la discussion nous porter jusqu’à me rapprocher plus, et le laisser faire le premier pas. Il faut croire que mon besoin de contrôle aimait faire des siennes…

Lui décrochant un dernier regard, accompagné d'un sourire, j'orientais mon regard vers un rosier à proximité. Sûrement pour fuir la gêne faisant suite à ma réplique, ou peut-être pour fuir les réactions potentiellement négatives du professeur. Si ce genre de phrases m'aurait gardé en confiance en temps normal, j'étais mal à l'aise cette fois. Comme une peur du rejet...

Mais je pouvais le dire pour la première fois de ma vie, et en étant parfaitement sobre : j’avais envie d’embrasser cet homme. J’avais envie de sentir la chaleur de son corps et la douceur de sa peau contre la mienne. Envie de glisser mes mains dans sa nuque, sur ses joues et dans ses mèches. Lui voler un baiser. Puis deux. Puis…

Retour à la réalité. Personne n’était aux alentours. Sa réponse déterminerait de toute évidence la suite des événements. Pourvu que le bel anglais ne me rejette pas trop ardemment…





To be continued ...



avatar
Masuta Gekitsuu

Fiche perso'
Infos:
Où me trouver:
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: What a beautiful creature... (PV: Masuta)

Message par Zeke le 24/4/2017, 05:35















« What a beautiful creature... »




'' S'aimer soi-même, c'est l'assurance d'une longue histoire d'amour. ''


Je lisais ces mots sans en comprendre réellement le sens, à vrai dire, je n'arrivais pas à me représenter parmi ceux-ci. Cette phrase ne me touchait en aucun cas et mon coeur restait de pierre. Je ne m'aimais pas particulièrement, mais je connaissais mes faiblesses et mes atouts, sans l'ombre d'un doute. Alors pourquoi n'arrivais-je pas à aimer? À laisser les gens rester auprès de moi? Les remords. Voilà ma réponse. Je sais que dans ce temps, je n'étai qu'un jeune garçon et que les choses furent hors de mon contrôle. Pourtant, j'étais certain qu'au fond de vous, vous auriez agis exactement de la même manière en vieillissant comme je l'avais fais. J'avais un futur, une belle vie, mais maintenant, il me restait quoi? Je vais vous le dire ce qui me restait, une vie d'homme sans lendemain, une vie de renfermement et de honte perpétuelle. C'est ce que j'ai cru toute ma vie, mais en à peine quelques minutes et quelques phrases échangés, je pensais à une toute nouvelle vie. Un nouveau départ. C'est ce qui me faisait autant sourire en ce moment précis. La douceur et la candeur du regard de Yuu en disait tellement à mon être que je n'arrivais pas à agir avec une quelconque froideur en sa présence. Mon regard analysait les moindres mouvements que l'homme en face faisait. Partant de ses fossettes, qui ne cessaient d'apparaître, au visage chaviré par mes paroles, jusqu'au frémissement de son corps. Je ne le lâchais pas des yeux, mais j'avais bien vu qu'il avait réduit largement la distance entre nous et je me mis à sourire d'une manière taquine.


« Je suis mitigé entre le fait de demander des détails sur votre pouvoir… Ou des détails sur ce que vous désirez, à cet instant… »


Sa voix semblait lointaine, malgré qu'elle présentait une très grande douceur. Je me demandais encore si l'homme en face de moi avait déjà eu une relation avec un homme, disons-le, plus approfondie, car celui-ci semblait souvent en questionnement intérieur. Je ne poussais pas trop sur la question, car je pense qu'il savait ce qu'il désirait dans la vie et même s'il ne serait qu'en quête d'aventure, je serais heureux de lui y en apporter... Simplement partager un moment avec une personne tel que Yuu m'émerveillais au plus au point, comme si toute cette situation était surréaliste et plus grande que nous. Je me mis à le regarder quelque peu intrigué, alors qu'il s'adressa de nouveau à moi.


« Ou peut-être bien que l’envie d’écarter ces lunettes de votre doux visage pour nicher mes doigts dans votre chevelure ébène, attirer votre visage si parfait jusqu’au mien, et mêler nos lèvres est la plus forte… »


Mon visage s'enflamma d'une couleur cramoisie. Je ne m'attendais pas à ce genre de réplique de sa part, mais j'en n'étais enchanté. Il me donna un dernier regard ainsi qu'un petit sourire avant de détourner son magnifique visage vers les rosiers J'hésitait légèrement à bouger. Je n'avais aucune envie de le rejeter, mais bizarrement mon corps refusait de m'obéir. Ma tête me disait quelque chose alors que mon corps en disait une toute autre. Bien vite, je me mis à sourire à moi-mêmes alors que Yuu se mit à mordiller ses lèvres. D'un revers de la main, je retirais mes lunettes avant de les déposer sur le recueil de poème, à ma gauche. Je posai mon regard sombre sur le profile de Yuu. Délicatement, je posais ma main sous son menton en le forçant à tourner son visage vers moi. J'avais bien vite remplis l'espace qui nous séparait. Mon visage se trouvant désormais à moins de 2 centimètres du sien et je pouvais sentir ma pulsation monter en flèche. Souriant du coin de la bouche en le faisant languir pendant quelques secondes encore.


- Au moins, nous sommes sur la même longueur d'onde pour nos désirs, mon cher Yuu.


En laissant échapper cette phrase, ma main glissa sur sa joue jusqu'à sa chevelure. D'un mouvement confiant, j'agrippai l'arrière de sa tête avec douceur afin de faire en sorte qu'il comble les derniers centimètres qui séparaient nos lèvres. Le contact de son corps au mien me donnait des chaleurs et la douceur de ses lèvres me fis sourire alors que Yuu et moi partagions un baisé langoureux. La chaleur de mon corps allait bientôt atteindre l’ébullition et je ne trouvais pas la force de briser le lien. Peu importe si quelqu'un allait venir... j'avais simplement besoin de mémoriser chaque saveur de ces lèvres et chaque recoin de son être. Mon coeur explosait de plaisir dans ma poitrine. Cet homme était une drogue, une drogue violente, mais tellement plaisante, qui ne pourrait pas tomber pour lui? 





Codage par Etoile de Epicode
avatar
Zeke

Fiche perso'
Infos:
Où me trouver:
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: What a beautiful creature... (PV: Masuta)

Message par Masuta Gekitsuu le 24/4/2017, 20:29



What a beautiful creature...
★ featuring Elijah Stride

   
   
 
Guess I need you... ~


Mes prunelles parcouraient les rosiers, tentant d’y égarer mon esprit. Toutes ces fleurs et bourgeons, épars, ne parvenaient pas malgré tous mes efforts à couvrir l’odeur d’Elijah… La brise dans sa chevelure me renvoyait aux palpitations et battements de mon cœur, toujours plus intenses. Cet homme me faisait chavirer, pour trop de raisons qui m’échappaient.

Je n’étais pas une fleur bleue, ni même un cœur facile. Et je savais discerner mes désirs de mes sentiments. Mais cette fois, étonnamment, il m’avait conquis. Et ce, sur tous les plans… Quand bien même un rejet s’en suivrait, je saurai le comprendre… Après tout j’étais un inconnu, et ma réplique me faisait passer pour un homme qui ne cherchait qu’à étendre son tableau de chasse.

Et au final, ce n’était pas loin du compte. Il était rare que je m’oriente vers quelqu’un et le charme pour une autre raison que mon propre plaisir charnel. Et même si cette fois, cela me semblait différent, mes motivations originelles n’étaient que peu à vanter… La brise parcourut les rosiers, leur dérobant quelques pétales, me sortant de mes pensées.

Je sentis alors la main si douce d’Elijah se saisir de mon menton. Un frisson me parcourut, traversant mon échine, et je me fis docile, suivant le mouvement jusqu’à de nouveau, lui faire face. Si une couleur légèrement rosée avait conquis ses joues, ses lunettes avaient quant à elles disparues. Et il était étonnamment bien plus proche de moi… Ma mâchoire se contracta brièvement, prête à recevoir une éventuelle gifle de la part du professeur. Mais ce dernier souriait…

« Au moins, nous sommes sur la même longueur d'onde pour nos désirs, mon cher Yuu. »

Alors que mon regard sondait imperturbablement le sien, ses doigts fins glissèrent jusque dans ma chevelure, se saisissant avec délicatesse de l’arrière de mon crâne, m’amenant à lui alors que je suivais avec plaisir cette impulsion… En quelques secondes qui me parurent tant une éternité qu’une étincelle de temps, nos lèvres se mêlaient enfin… Refermant mes paupières au contact de sa peau si chaude et délicate, je sentis ce torrent de frisson et de passion m’envahir.

Comment un simple baiser pouvait tant me charger en émotions et en désir ? Glissant mon bras qui jusqu’à présent trônait sur le dossier du banc, je vins le nicher dans le creux du dos d’Elijah, nichant ma main libre sur sa joue, comme pour éterniser ce baiser… Je ne voulais pas me détacher de ses lèvres. Je n’avais ni l’envie, ni la force de rompre ce baiser. Mais après tout, je n’avais aucune raison de le faire…

Je me foutais tout à coup de qui pouvait bien arriver. Je me foutais de ce qu’il pouvait se passer. Je me foutais de tout. J’avais ses lèvres, j’avais sa peau contre la mienne. J’avais son odeur qui envoûtait mon cœur et réduisait mes soucis à néant. J’effleurai sa joue si délicate et enserrait sa taille… Il était mien, même si ce n’était que le temps d’un baiser… Ces lèvres que tant avaient dû désirer, dont tant avaient dû rêver… Je ne voulais m’en défaire…

Je laissais ma main remonter de sa joue, le long de sa tempe, pour se nicher parmi ces mèches si fines et délicates… Mon cœur déchirait ma poitrine tant il battait la chamade, et tout mon corps était parcouru par des frissons plus intenses les uns que les autres. Mon ventre était empli de papillons et un sourire idiot avait pris possession de mes lèvres. J'étais... Tout simplement heureux, et bien auprès de lui... Le contact de son corps contre le mien et la chaleur s’en dégageant n’arrangeaient rien à mon état… Cet homme me transportait…





To be continued ...



avatar
Masuta Gekitsuu

Fiche perso'
Infos:
Où me trouver:
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: What a beautiful creature... (PV: Masuta)

Message par Zeke le 24/4/2017, 23:12















« What a beautiful creature... »




'' You're always one decision
away from a totaly
different life ''



Le bruit de la gifle continuait de résonner dans la pièce et pourtant, j'avais un sourire gravé sur mon visage. Je ne faisais aucun mouvement alors que la femme en face de moi, les larmes au yeux, s'apprêtait à lever de nouveau pour faire comprendre son message. Je n'étais pas en menteur loin de ça, elle n'avait pas non plus découvert par elle-même que je couchais avec d'autre, mais alors, pourquoi était-elle aussi furieuse? Je ne sais pas, je n'ai jamais accepté à une relation exclusive et elle le savait très bien. Alors que le mouvement de sa main commençai, j'agrippai son poignet durement. En la foudroyant simplement du regard, elle se retira violemment de mon emprise et prit ses choses afin de quitter mon appartement. J'espérais ne jamais plus entendre parler d'elle, mais elle avait continué à me harceler. Comme si j'étais la propriété de qui que ce soit, elle pouvait toujours rêver. Elle n'était pas la première personne à qui je brisais ainsi le coeur et les espérances. Nombreux ont été les hommes et les femmes en pleurent en face de moi. J'avais toujours gérer ces situations de la même façon, en me moquant complètement d'eux. J'avais été un homme solitaire pour tant d'année. Alors pourquoi je souhaitais tant que les choses changent soudainement? Ma soeur était à porter de moi et voilà que Yuu fit une entrée inoubliable dans ma vie.


Les questions se bousculèrent dans ma tête alors que mon corps agissait de façon totalement naturelle à l'échange que nous nous donnions. Yuu avait dégagé son bras du banc et le mis dans le creux de mon dos. Des frisons parcoururent tout mon corps alors que son autre main libre se glissa naturellement sur ma joue. Je laissais échapper un petit grognement de plaisir face au contact électrique de sa peau sur la mienne. J'étais heureux sur le coup. Heureux que cet homme en face de moi était un homme spontané et aussi direct que moi, malgré les quelques hésitations. Heureux d'avoir enfin un contact physique. Heureux de bien trop de chose pour si peu. Je ne croyais pas en l'amour et alors que j'avais revu les innombrables visages en larmes dans mon esprit, la question se posait. Voulais-je vraiment tenter quelque chose qui aurait un impact flagrant sur ma vie de tous les jours? Je ne voulais en aucun cas détruire toutes mes chances et encore moins ruiné ainsi abruptement le début de carrière que Yuu s'était à peine bâtit ici. Je ne faisais pas d'amis avec bénéfices encore moins de relation. J'étais un homme de changement, un homme d'un soir. J'avais toujours aimé mon aspect indépendant et solitaire, mais l'homme en face de moi m'amenais à douter entièrement sur ma propre personne. Que vais-je donc faire avec vous?


Les minutes s'écoulèrent et aucun d'entre nous ne cherchait à rompre le baisé tant attendu. Je profitais des sentiments contradictoire que je percevais à l'intérieur de mon être ainsi que de l'agréable sensation d'être désiré. Ma main qui se trouvait toujours dans la chevelure d'ébène de Yuu se fraya un chemin jusqu'à sa joue. En laissant encore quelque seconde à nos lèvres de profiter l'une de l'autre, je reculais doucement mon visage en ouvrant les paupières. Je pris un petit moment à l'observer alors que mes lèvres brûlaient encore de désir. Je repris mon souffle tout en souriant amusé. Le soleil brillait encore, mais ma fatigue physique m'avait poussé à m'éloigner de l'homme en face de moi. Je devais me nourrir bientôt, mais je n'avais tellement pas envie de dégager mon corps de son emprise. Arg, pourquoi vie es-tu si difficile?


- Vous avez aussi un sacré talent avec ces lèvres qui sont les vôtres, dis-je doucement, Je suis désolé de briser ainsi ce lien ardent qui nous unissait, ce pouvoir qui n'est qu'un fardeau m'empêchait de savourer plus longtemps cet échange.


Je caressais sa joue doucement alors que je m'adressais à lui. Je souriais tristement tout en déplaçant ma main vers les lèvres du professeur. Je me mis à caresser doucement c'est dernières en regrettant de ne plus les sentir sur les miennes. Je soupirais avant de me dégager des bras de Yuu. Je jetai un coup d'oeil à ma montre. 15h30? Oh mon dieu. Je comprend ma soudaine faiblesse... Le temps s'était écoulé bien trop vite. Je tendis ma main vers l'une des roses qui se trouvait à nos côtés. D'un coup, je la cueillis. Je la fis tourné un peau dans mes doigts tout en observant le liquide dans son organisme. Je me mis à absorber l'énergie, ou en d'autre mot la vie de la pauvre fleur. Bien vite, elle mourut dans ma main. Je savais que Yuu se trouvait toujours proche de moi, mais mon corps avait commencé à trembler. Je déposais la fleur proche de mon recueil avant de regarder le professeur. J'étais toujours très proche de celui-ci. Je me mis bizarrement à sourire timidement. Et merde.


- Comme c'est embarrassant.. Je vous dois quelques explications, dis-je en laissant échapper un petit rire nerveux. Alors voilà, j'ai l'un de ces pouvoirs que sans lui je ne pourrais tout simplement pas vivre et je dois suivre un horaire fixe. Et avec votre délicieuse rencontre, je n'ai pas vu le temps passer. En étant complètement sincère avec vous, Monsieur Gekistuu, si j'aurai pu, je n'aurais jamais mis fin à ce savoureux échange.





Codage par Etoile de Epicode
avatar
Zeke

Fiche perso'
Infos:
Où me trouver:
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: What a beautiful creature... (PV: Masuta)

Message par Masuta Gekitsuu le 27/4/2017, 10:53



What a beautiful creature...
★ featuring Elijah Stride




I got a taste for you ~


Une expression de plaisir, une main qui déraille sur ma joue… Et en quelques secondes, mes lèvres quittaient celles d’Elijah. Ou plutôt, les siennes quittaient les miennes. En effet, il avait pris l’initiative de rompre ce dernier. Dès que je le sentis s’éloigner, j’ouvris vivement les paupières, constatant qu’il faisait de même, un sourire envahissant ses lèvres que j’avais pris plaisir à dévorer.

« Vous avez aussi un sacré talent avec ces lèvres qui sont les vôtres. Je suis désolé de briser ainsi ce lien ardent qui nous unissait, ce pouvoir qui n'est qu'un fardeau m'empêchait de savourer plus longtemps cet échange. »

Dégageant à nouveau vers l’arrière les quelques mèches de jais qui s’étaient glissées devant mon regard, j’adressais un tendre sourire à l’homme. Me pinçant tendrement les lèvres, je savourai le goût de celles du professeur qui y demeurait encore. Ce baiser avait été si merveilleux… J’y aurai volontiers goûté plus longtemps. Mais apparemment, son pouvoir l’en empêchait. J’avais hâte de comprendre ce dernier, et d’avoir de plus amples détails…

Le soleil réchauffait mon dos tendrement, comme une caresse. Je profitais de celles d’Elijah, replaçant mon bras sur le dossier du banc pour venir appuyer ma tête contre la paume de ma main. Le britannique m’adressait un sourire empreint de nostalgie, égarant sa main sur ma joue, puis sur mes lèvres. Un soupir, et il se dégagea de mon étreinte. Alors qu’Elijah portait un regard à sa montre et affichait un air quelques peu étonné, je le guettais, songeur.

Sa main si douce se saisit d’une rose, qu’il cueillit. Mon regard pétillait, et je l’observais. Silencieux. Mais attentif. Elle tournoya quelques instants entre ses fins doigts, qui semblaient tremblants. Et je la vis faner, à une vitesse fulgurante. Comme si la vie s’accélérait pour elle, et que tout son monde mourrait. La main d’Elijah ne semblait plus frémir, et la rose avait péri.

« Comme c'est embarrassant.. Je vous dois quelques explications. Alors voilà, j'ai l'un de ces pouvoirs que sans lui je ne pourrais tout simplement pas vivre et je dois suivre un horaire fixe. Et avec votre délicieuse rencontre, je n'ai pas vu le temps passer. En étant complètement sincère avec vous, Monsieur Gekistuu, si j'aurai pu, je n'aurais jamais mis fin à ce savoureux échange. »

Elijah laissa échapper un rire trahissant sa nervosité alors que je buvais ses explications. Mon regard n’était plus sur lui, non. Uniquement sur la rose, qu’il avait déposé à proximité de son recueil. Mon regard était figé. Tout comme le sourire qui avait envahi mes lèvres. J’étais envahi par une sensation de bien-être. Et c’était presque gênant de me l’admettre. Mais j’avais éprouvé une satisfaction morbide en observant Elijah faire usage de son pouvoir.

J’avais toujours éprouvé un amour et une dévotion plus intense pour la flore, et surtout la faune, que pour l’espèce humaine. Alors ce n’était pas le fait de voir une vie végétale détruite qui m’avait plu. Mais je pense qu’il s’agissait du fait d’observer cette vie être bue, aspirée. C’était comme observer un papillon se satisfaire auprès d’une fleur en ne pensant qu’à lui-même. Et avec une soif insatiable. Et la rose était morte de cette union charnelle… Elle avait donné sa vie pour en nourrir une autre… Sans comprendre que le papillon pour qui elle avait perdu ses couleurs butinerait toute la serre… Et garderait une soif éternelle malgré tout. Le pouvoir d’Elijah me faisait vibrer… Car je m’y retrouvais.

Vous savez, je suis cet homme. Vous me connaissez forcément… Vous m’aimez. Ou vous me haïssez. Mais je ne vous laisse pas indifférent. Et ce que vous ressentez pour moi… C’est intense. J’ai un physique plaisant. Une culture et une logique à toute épreuve. Mais mon cœur est froid, contrairement à ce regard brûlant et cette voix suave. A votre contact, je pourrai être condescendant et narquois. Et je vous mépriserai, au mieux je ne vous verrai même pas. Mais je pourrai aussi m’avérer être envoutant. Et là, je tisserai ma toile. Et si vous tombez dans mes filets…

Je serai l’homme d’une nuit, d’une semaine peut-être. De quelques mois si vous êtes un bijou digne de ce nom. Je m’avérerai galant, charmeur, avec une prose sans égal : je saurai exactement quelle partition jouer pour que vous n’ayez d’yeux que pour moi. Et des yeux admiratifs, cela va de soi. Je ferai vibrer vos nuits habilement, vous faisant l’amour comme si vous étiez la seule et unique personne de ma vie entière… Mes baisers et caresses deviendront une addiction, et vous n’aurez pas à demander pour avoir vos doses… Je serai le tendre animal et la bête sauvage qui hanteront vos rêves…

Mais à force de rêver, la réalité finit par pointer le bout de son nez. Et la réalité peut frapper en quelques heures, quelques jours, quelques semaines… Je suis lassé, désintéressé. Vous n’êtes plus mien. Et vous comprenez que je n’ai jamais été vôtre. Vous disparaissez de ma vie. Mais pourrez-vous me faire disparaître de la vôtre ?

~ Au final je me demande pourquoi certaines conquêtes vivent mal mes départs précipités et sans regrets ni remords… Mais plus j’y réfléchis, plus je comprends… Je suis la définition même du connard, en réalité… ~

Me reconcentrant sur l’instant, je remontais doucement mon regard vers celui d’Elijah, caressant, de ma main libre et du bout des doigts, sa joue. Mon sourire se transformait en quelque chose de plus tendre, et je laissais mes cils battre l’air doucereusement. Son visage était décidemment à croquer.


« Ne soyez pas embarrassé, voyons… J’aimerai beaucoup que vous me parliez de ce pouvoir. Vous savez, il ne m’inspire rien de négatif, au contraire. Je vous vois plus comme un splendide souimanga. Ce sont de petits oiseaux tropicaux, dont les mâles arborent des plumages aux couleurs plus magnifiques et surprenantes les unes que les autres. Ils sont très petits, mais dotés de becs longs et fins, ce qui les rend très élégants. Et ils se nourrissent de la vie des fleurs… Un peu comme vous. Mais en moins envoûtant. Je dois dire que vous m’avez subjugué… »

Effleurant la peau d’Elijah, je sondais doucement son regard, me voulant tendre et rassurant. Mais au fond de moi, je doutais. Quand bien même je ne savais foutrement pas ce que je voulais, ni même ce qui allait advenir de nous, en supposant qu’il y ai un « nous », comment tout cela allait-il se finir ? Même si je n’étais bon qu’à ça, je n’avais pas envie de le faire souffrir…




To be continued ...








avatar
Masuta Gekitsuu

Fiche perso'
Infos:
Où me trouver:
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: What a beautiful creature... (PV: Masuta)

Message par Zeke le 28/4/2017, 00:51















« What a beautiful creature... »




Le désir veut conquérir et l'amour veut retenir.
Le désir, c'est avoir quelque chose à gagner, et l'amour quelque chose à perdre.
Camille Laurens , Celle que vous croyez



Ses yeux turquoises se désintéressèrent de moi pour aller vers la rose. Je me retrouvais de nouveau à le contempler dans les moindres détails pendant qu'il se perdait dans ses pensées quelque peu. C'est long cheveux soyeux... son regard aussi doux que la brise... ses traits artistiques.. sa bouche et ses lèvres tellement bien dessinés.. Tout chez cet homme faisait rêver et c'était presque énervant. Mon visage se mit à prendre une teinte rosée alors que je fantasmais sur Yuu qui avait le regard toujours vers le bas. J'aimerais dire que sa personne me rendait indifférent et que c'était seulement pour le sexe que je faisais tout ça, mais serais-je prêt à me mentir à moi-même simplement pour laisser ma cage fermé? J'étais désireux d'avoir tout l'être de Yuu à ma possession, qu'il soit mien, mais serais-je capable de le laisser partir comme j'avais fait partir autant de gens autour de moi? Serais-je prêt à tout miser sur une possibilité d'un ''nous''? J'imagine que seulement le temps pourrais me le dire... et c'est seulement en essayant que je serais si c'était de l'amour ou une simple attirance physique que je partageais avec le beau ténébreux en face de moi. La patience est une vertus et je l'avais bien acquise avec le temps.

...

Yuu redressa délicatement sa tête pour me faire face de nouveau. Il déplaça tranquillement sa main sur ma joue et le contact électrique de sa peau sur la mienne me remis en contact avec la réalité. Je ne pu réprimer mon léger sourire et celui du professeur de science se mit à devenir tendre et chaleureux. Cette soudaine apparition me donna envie de dévorer à nouveau ses lèvres, mais je me retenu. Il était une créature des plus magnifiques et je crois qu'il m'envoûtait de plus en plus dans mes désirs. Sentant une légère chaleur dans mon corps, Yuu reprit la parole avec une voix douce et rassurante.


« Ne soyez pas embarrassé, voyons… J’aimerai beaucoup que vous me parliez de ce pouvoir. Vous savez, il ne m’inspire rien de négatif, au contraire. Je vous vois plus comme un splendide souimanga. Ce sont de petits oiseaux tropicaux, dont les mâles arborent des plumages aux couleurs plus magnifiques et surprenantes les unes que les autres. Ils sont très petits, mais dotés de becs longs et fins, ce qui les rend très élégants. Et ils se nourrissent de la vie des fleurs… Un peu comme vous. Mais en moins envoûtant. Je dois dire que vous m’avez subjugué… »


Je laissai échapper un petit rire chaleureux. Mon pouvoir ne m'avait jamais fasciné, mais bien au contraire plutôt dégoûté. Comment je pourrais aimé quelque chose qui détruit la merveille qui est le monde qui nous entoure? Les plantes, les animaux, tous ces êtres beaucoup plus important que nous, les humains. Nous étions notre propre destruction, mais il fallait en plus que je sois un monstre qui se nourrit des vies inférieurs et sans défenses ? Ne pouvais-je dont pas faire payer les humains de leurs méfaits? Encore là, je n'étais en position de décider qui mourait ou qui vivait, je n'étais qu'un homme après tout. Un homme sans coeur qui utilisait ses atouts ainsi que son charisme pour avoir ce qu'il voulait. Devais-je être fière? Oui, car ce monde est cruel et il était hors de question que je montre mes faiblesses aussi facilement.


Alors que mes pensées se bousculèrent dans ma tête, le masque que j'avais au visage était toujours intact. Un regard fougueux et charmeur ainsi qu'un petit sourire taquin. Je profitais encore quelque instant de la chaleur de la main de Yuu avant d'entreprendre une réponse digne de moi. Digne d'un homme sûr de lui et impénétrable. Un homme brisé et qui ne croyais plus, mais qui continuait d'avancer en espérant ne plus jamais tomber. Je posais ma main sur la sienne qui trouvait toujours sur ma joue en la caressant.


- Comme c'est joliment dit, dis-je simplement, seulement il n'a pas grand chose à dire sur ce pouvoir qui est le mien. L'énergie vitale qui coule dans les organismes, tel que dans cette pauvre rose, est un besoin primordiale pour ma survit. C'est assez handicapant, à vrai dire. J'ai eu quelques difficultés à être accepté comme professeur à cause cela. Et vous, Monsieur Gekistuu, maintenant que vous connaissez mon sombre secret, quel est le vôtre? Vous êtes un homme bien mystérieux.Je dois d'ailleurs avouer que vous me mettez dans tous mes états et que vous enflammez de plus en plus le désir qui m'habite.


Je finis cette phrase en lui jetant un regard séduisant. J'avais fait bien attention de parler suavement afin que le résonnement de ma voix vibre dans tout son être et que mes paroles s'impriment à jamais dans sa mémoire. Ma posture était toujours aussi confiante qu'au début de notre conversation, malgré mes quelques rires nerveux. J'aimais l'effet que j'avais sur lui. Sûrement parce-que je me sentais désirer par un homme tel que lui ou simplement car j'avais toujours cette effet de dominance sur les gens, qui sait. Je brûlais de désir pour cet homme et si c'était que pour une seule nuit, au moins cela saurait une nuit inoubliable.





Codage par Etoile de Epicode
avatar
Zeke

Fiche perso'
Infos:
Où me trouver:
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: What a beautiful creature... (PV: Masuta)

Message par Masuta Gekitsuu le 28/4/2017, 08:56



What a beautiful creature...
★ featuring Elijah Stride




I can turn on anyone, just like I turned on you ~


Un rire taquin, un regard de braise et envoûtant, une main délicate qui effleure la mienne. Il savait décidemment comment faire vibrer autrui. Je me demandais s’il n’avait fait craquer que des hommes, ou si les femmes aussi étaient à son goût. Car j’étais persuadé, que dis-je, j’étais certain qu’il était parfaitement à leur goût.

« Comme c'est joliment dit, seulement il n'a pas grand chose à dire sur ce pouvoir qui est le mien. L'énergie vitale qui coule dans les organismes, tel que dans cette pauvre rose, est un besoin primordiale pour ma survit. C'est assez handicapant, à vrai dire. J'ai eu quelques difficultés à être accepté comme professeur à cause cela. Et vous, Monsieur Gekistuu, maintenant que vous connaissez mon sombre secret, quel est le vôtre? Vous êtes un homme bien mystérieux.Je dois d'ailleurs avouer que vous me mettez dans tous mes états et que vous enflammez de plus en plus le désir qui m'habite. »

Elijah savait parfaitement teinter sa voix et son regard de quelque chose de chaud et d’attirant. Quand bien même il me faisait vibrer intensément, je fis mine de garder un contrôle complet de moi-même, et de ne pas réagir à lui. Mais au fond, je dois dire que chacun de ses mots teintés de son accent britannique et de son charme naturel me donnaient bien plus chaud que le soleil qui couvrait pourtant la serre depuis un bon moment.

Je ne pus m’empêcher de sourire de plus belle en pensant au talent caché d’Elijah. Une sorte de vampire végétarien, c’était craquant, décidemment. Cette aspiration de vie, d’énergie… Je n’y voyais rien de morbide. Juste une extension de la chaîne alimentaire, de manière plus classieuse et élégante. Il m’avait répondu et m’avait exposé son pouvoir, et par conséquent sa faiblesse. Je me devais de faire de même après tout… Malheureusement.

« Intéressant… Dommage que cela vous cause des ennuis, Darling… Pour ma part, le secret se trouve juste ici, lui soufflais-je en tapotant du bout de l’index mes lèvres charnues. En me blessant, volontairement ou non, je peux faire du sang qui s’échappe de ma bouche un poison qui imite les effets d’une drogue. Et il peut s’agir d’une drogue douce, inoffensive. Ou d’une drogue dure, plus agressive. Malheureusement, je ne suis pas immunisé contre mon propre venin… »

Et voilà. Simple, mais clair. Tout comme il l’avait fait pour moi. Il savait maintenant qu’un goût de sang entre ses lèvres entraînait un risque pour lui. Dévoiler mon pouvoir constituait une faille supplémentaire, et malgré ses beaux yeux, je m’en serai bien passé. Au moins nous étions à égalité si je puis dire, désormais.

~ Oh, quoi, j’ai oublié de mentionner quelque chose ? Que mon organisme réduit les effets car il est habitué ? Pas seulement ? Que j’avais une insensibilité à la douleur ? Oups… « My bad, Sir » … ~

Ne me blâmez pas, vous auriez fait pareil dans mon cas. Certes, je tenais déjà beaucoup à Elijah comparé à mon attachement habituel à autrui. Mais sans savoir ce qu’il voulait, et surtout ce que je voulais… Mieux valait être prudent. Si nos chemins se séparaient à la sortie de cette serre. Ou après une simple nuit d’échanges charnels… Je ne voulais décidemment pas que mes forces et faiblesses soient exposées aux yeux de tous, et susceptibles d’être ébruitées à tout va. Et puis, qui sait. Peut-être un jour lui et moi deviendrions les pires ennemis du monde. Et ce jour-là, je pourrais me réjouir d’avoir fait ce choix.

Plus je détaillais Elijah, caressant toujours sa joue, et plus je me nourrissais de tous ces petits détails qui le rendaient si attirant, plus je me demandais où j’en étais. Devais-je laisser mon cœur décidait d’où il me mènerait, quitte à souffrir… Ou réprimer tout éventuel sentiment comme je l’avais toujours fait depuis mon adolescence ?

La dernière fois que j’avais laissé mon instinct et mes pulsions parler, cela remontait à… A pas plus tard que cette nuit à vrai dire. Mais la dernière fois que j’avais laissé mes sentiments parler, ne serait-ce qu’un peu… Cela remontait déjà à deux ans. C’était avec une jeune femme, une avocate hors pair à peine plus jeune que moi. Et cela n’avait duré qu’un peu moins d’une semaine.

Nous étions tombés l’un sur l’autre au sein d’une conférence, ayant lieu à Cambridge. Si son physique, et surtout son regard, étaient hypnotisants, c’était de toute évidence sa personnalité et sa façon de penser qui m’avaient charmé. Après avoir longuement conversé sur divers sujets, et trouver un grand nombre de points communs entre nous, notre long jeu de séduction s’était terminé exactement comme nous en rêvions. Nous nous étions éclipsés pour une semaine, rien qu’à deux, loin de nos emplois respectifs. Des rapports charnels intenses, mais également des instants de partage et de plaisirs simples, ou je me sentais bien et pouvait rire le plus sincèrement du monde, en me contentant de profiter.

A quelques jours du retour, alors que nous étions nus sous les draps, et que je perdais mes doigts dans sa chevelure en la tenant contre moi, j’avais posé cette fameuse question… « Est-ce que tu m’aimes ? ». Elle avait répondu presque immédiatement oui. Et voulait ma réponse. Mais je lui avais simplement répondu par la négative. Lui disant que je ne pourrais jamais l’aimer comme elle le voulait. Pourtant… Pourtant je l’aimais. Je ne sais comment, mais je l’aimais.

Lorsque nous sommes rentrés, nos vies ont repris. Séparément. Et j’ai lâché quelques larmes en me retrouvant sans elle. Mais je n’aurai décemment pas pu entamer une histoire amoureuse avec elle. Ce besoin de liberté était trop fort. Et je ne voulais pas perdre mon temps avec ce genre de choses futiles. Mais maintenant, qu’en était-il. Et surtout, surtout… L’homme qui me plaisait… Qu’attendait-il ?

« Dites-moi, Monsieur Stride… Que désirez-vous, désormais ? Qu’attendez-vous de cette vie ? »

La chance que je n’avais pas laissé à cette femme… Si Elijah souhaitait l’avoir, est-ce que je lui laisserais ? Souhaitais-je vivre enfin une histoire ? Et si oui, quel genre d’histoire ? Une histoire passionnée et romantique… Ou quelque chose de libre ? Sans obligations ? Je dois dire que… Que je n’en savais rien pour le moment.




To be continued ...




avatar
Masuta Gekitsuu

Fiche perso'
Infos:
Où me trouver:
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: What a beautiful creature... (PV: Masuta)

Message par Zeke le 29/4/2017, 00:39















« What a beautiful creature... »




“Sometimes the questions are complicated and the answers are simple.”


Toute cette scène me sembla surréaliste. Comme si le temps s'arrêtais et qu'on pouvait entendre sans problème nos pensées dans les moindres mouvements du vent. Le printemps était la saison de la renaissance, de la vie, de la création et cela réchauffait nos coeurs de givre. Nous avions l'air d'être une simple peinture sur un mur fraîchement tapissé. Je me sentais bien, je pouvais même dire que je n'ai jamais été aussi bien dans mon corps et dans mon être alors que mon doux regard était posé sur celui de Yuu. Malgré toutes les questions que je me posais, ce moment que j'avais partagé avec Yuu m'avait semblé tellement bien, mais en même temps tellement mal. Je ne pourrais dire si c'était de l'amour ou encore simplement du désir. J'aimerais être capable de savoir exactement ce que je ressentais et surtout savoir à quoi l'homme en face de moi pensait réellement. Derrière ce visage souriant et charmant, qu'est-ce qu'il pouvait bien y avoir? Quelle était son histoire, ses amours, ses pertes? Je voulais étrangement tout connaître chez cet homme. J'étais curieux de voir s'il cachait autant de chose que moi, s'il était aussi perturbé que moi par ces sentiments nouveaux qui nous habitaient, ou enfin, qui m'habitaient. Jamais n'ais-je eu de remord envers quelqu'un ou n'ais-je pleuré sur une perte. J'avais été tout simplement de marbre toute ma vie alors que la seule personne qui m'avait jamais aimé pour ma personne s'était évaporée comme de la vapeur. J'imagine que je ne suis pas très émotionnel, enfin bref, je m'égare de nouveau...


Je m'approchais de nouveau vers Yuu, comblant l'espace qui nous séparait. La main de Yuu s'était retiré de ma joue alors qu'il se mit à pointer ses lèvres charnues afin d'entreprendre une continuité à notre conversation.


« Intéressant… Dommage que cela vous cause des ennuis, Darling… Pour ma part, le secret se trouve juste ici. En me blessant, volontairement ou non, je peux faire du sang qui s’échappe de ma bouche un poison qui imite les effets d’une drogue. Et il peut s’agir d’une drogue douce, inoffensive. Ou d’une drogue dure, plus agressive. Malheureusement, je ne suis pas immunisé contre mon propre venin… »


J'haussais légèrement les sourcils. Son pouvoir lui donnait une touche exotique, comme si ces douces lèvres étaient en fait un fruit défendu. Alors que je les regardais, je pouvais sentir de nouveau la douceur de celles-ci sur les miennes. J'aimerais tant qu'elles se scellent au mienne une nouvelle fois... Je laissais échapper un léger soupir avant de redresser mes yeux dans le regard de saphir de Yuu. Je m'imaginais soudainement comment ma vie pourrait être si un homme tel que lui la partageait avec moi. Elle serait sûrement sans restriction, simple avec des plaisirs à l'état pur. Des nuits remplient de désirs et d'euphories... Être libre en même temps d'appartenir l'un à l'autre. C'est avec des histoires comme ça que j'avais commencé à écrire, car c'est seulement à travers les livres de notre imaginaire que nous pouvions se sentir comme ça. La vrai vie n'avait rien avoir avec tout ce que je venais de décrire en cet instant et c'est surtout par ces faits que j'étais un salaud de première avec les gens. Je préférais faire souffrir les autres que souffrir moi-même, en silence. La vois mélodieuse de Yuu me sortit subitement de mes pensées et je me concentrais davantage sur l'homme au cheveux d'ébène en souriant doucement.


« Dites-moi, Monsieur Stride… Que désirez-vous, désormais ? Qu’attendez-vous de cette vie ? »


Je pris soudainement un air plus sérieux. Que voulait-il dire par-là? Je sentais que cette question avait un double sens, mais bien vite mes pensées divaguèrent.


Je sais ce que désire... vous gardez dans mes bras et de ne plus jamais lâcher prise. De me donner à vous.


Au fond, je savais ce que tout ce combat émotionnel signifiait, je refusais simplement de me l'admettre. Bien sûr, rien ne paraissait sur mon visage. J'étais un professionnel, jamais je ne laisserais quelqu'un me mettre à nu aussi rapidement. Cette cage était tellement dure à laisser fermer alors que Yuu était la personne en cause, mais je ne connaissais rien de lui, absolument rien. Je ne croyais sûrement pas à l'amour au premier coup d’œil étant donné que je n'y crois tout simplement pas à la base. Je me mis alors à sourire doucement, reprenant mon regard sophistiqué de tous les jours, me refermant à nouveau au monde. Pourtant, je pouvais entendre cette petite voix au fond de ma conscience crier, crier à perdre ses poumons. Crier contre l'injustice et contre le malheur qui surplombait ma pauvre âme.


Qu'es-ce qui avait de si compliqué à dire je t'aime? À crier ces simples mots tout haut? La réponse, peut-être? Non, je ne crois pas. Je crois plutôt que ces quelques mots qui semblent tout simple sont une partie de soi-même, que nous offrons ouvertement à quelqu'un qui pourrait très bien les écraser d'un coup de talon. J'étais sensible et poétique, mais c'était pour cela que j'étais écrivain et non pas parce que j'avais eu mainte relation auparavant. Quand il en venait à mon espace personnelle et à ma vie de tous les jours, rare était ceux qui passaient le test. D'un revers de la main, je les envoyais balader. Allez, au prochain! 25 ans de vie ainsi. À prendre les soirées d'un soir et à ruiner le coeur de plusieurs, mais est-ce que c'était ce que je voulais maintenant? Non. Plus maintenant, je voulais ce regard bleuté, ce visage si bien dessiné et ce corps si bien bâtit. Si ce n'était que pour une nuit? Tant mieux ! Pour la vie? Je ne sais pas, je ne savais même pas si j'étais capable d'avoir une relation digne d'un homme tel que lui.


Le dilemme constant que je vivais avec moi-même en ce moment même me donnait la migraine. Je finis rapidement par replacer mes idées en place avant de détendre graduellement mes traits. Que puis-je répondre....


- Je ne désire que peu de chose envers cette pauvre vie, soufflais-je doucement, Je suis un homme simple qui profite des instants présents, car je pense que celle-ci serait bien ennuyeuse si nous n'en profitions pas à son maximum étant donné qu'elle est l'unique qui nous est offerte. En d'autre mot, je vous désire vous. Je ne cacherais pas mon attirance envers vous et non plus mes doutes incessants qui se bousculent entre eux, car au fond, je dois vous avouer que ce que je ressent pour vous, en cet instant, m'est totalement étranger et je ne sais pas comment agir dans ces conditions.


Je finis ma phrase en soulevant légèrement mes épaules nonchalamment et je souris. J'étais honnête au moins sur quelques points, je n'étais pas obligé de tout lui dire, mais j'avais envie d'avoir une réponse claire de ça part. Je voulais voir si toute cette rencontre était le début d'une agréable histoire ou simplement une autre rencontre passagère qui ne voudrait alors absolument rien dire...





Codage par Etoile de Epicode
avatar
Zeke

Fiche perso'
Infos:
Où me trouver:
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: What a beautiful creature... (PV: Masuta)

Message par Masuta Gekitsuu le 29/4/2017, 04:41



What a beautiful creature...
★ featuring Elijah Stride




I just wanna hear you say you got me baby ~


L’air sérieux d’Elijah face à mes questions me fit légèrement frémir. Ces frissons envahissaient peu à peu mon échine alors que je perdais mon regard sur les fins traits de son visage. C’était si rare pour moi d’appréhender la réponse des autres. Mais dans un sens, la réplique qu’il m’accorderait sonderait quelques peu la température pour la suite de cette discussion, de cette journée… Et possiblement, de cette relation possiblement naissante.

Rapidement, un sourire délicat repris possession de lui, soutenu par ce regard empreint d’élégance. Cela me rassurait, mais je restais pendu à ses lèvres. Qu’allaient donc me dire ces lèvres si parfaites, pour lesquelles j’avais décidemment craqué, et dans lesquelles j’aurai volontiers croqué à nouveau…

« Je ne désire que peu de chose envers cette pauvre vie. Je suis un homme simple qui profite des instants présents, car je pense que celle-ci serait bien ennuyeuse si nous n'en profitions pas à son maximum étant donné qu'elle est l'unique qui nous est offerte. En d'autre mot, je vous désire vous. Je ne cacherais pas mon attirance envers vous et non plus mes doutes incessants qui se bousculent entre eux, car au fond, je dois vous avouer que ce que je ressent pour vous, en cet instant, m'est totalement étranger et je ne sais pas comment agir dans ces conditions. »

Alors qu’Elijah finissais sa phrase dans un souffle chaud et doux, je restais figé un instant, mes lèvres s’entrouvrant doucement alors que mon regard alternait entre les prunelles de l’homme. J’étais tout à coup déstabilisé, presque perdu. Et surtout, dubitatif. Ses épaules se haussant doucement, son sourire. Et cette honnêteté surtout…

~ J’ai pensé à voix haute ? Non, non, le début était bien trop poétique pour que cela vienne de moi… C’est bien Elijah que je viens d’entendre… ~

L’homme en face de moi pensait finalement comme moi ? Il doutait aussi ? Je restais bloqué, hébété. C’était bien la première fois que je rencontrai un spécimen qui était aussi proche de moi sur ces points. Etait-ce positif, finalement ? Etait-ce un signe de la vie pour me signaler qu’il était temps de laisser tomber cette carapace pour quelqu’un, de tenter de s’ouvrir et se s’avouer ses sentiments ? Ou alors une chance pour moi de me jouer de la vie, et de me jouer de quelqu’un qui avait pourtant les mêmes habitudes sentimentales que moi ?

Elijah avait l’air de fonctionner comme moi au final. Un bourreau des cœurs, qui ne laisse rien passer de ses sentiments. Et pour qui profiter était l’essentiel. Malgré nos points communs, nos similitudes, et notre vision presque identique des choses… Nous avions en quelques sorte craqué l’un pour l’autre. Il s’était ouvert. Je pouvais faire de même. Oui… Ou juste continuer sur ma lancée. Ne prendre aucun risque, et simplement poursuivre. Profiter. Et faire de lui une simple proie, sans suite. Sans me prendre la tête… Juste… Prendre mon pied.

Je laissais alors ma tête se baisser, fixant le sol en secouant la tête de gauche à droite lentement, ma chevelure se plaçant comme un voile entre Elijah et moi. Doucement, je laissais un doux rictus m’échapper. Léger, comme un murmure. Puis, crescendo, un rire plus narquois, plus ample se glissa hors de mes lèvres. Relevant alors la tête d’un coup, mes sourcils à peine haussés et mes lèvres tordues en un large sourire, je plantais mes yeux dans ceux d’Elijah, les ancrant profondément, intensément. Et je pris la parole. Mais cette fois, d’une voix froide. Narquoise. Condescendante…

« Profiter des instants présents. Ne pas se cacher. Mais douter et ne plus savoir quoi faire. C’est contradictoire, non ? M’enfin. Cacher votre attirance et vos ressentis aurait sûrement été bien mieux. Je dis ça pour vous. Car vous risquez de regretter amèrement ce que vous appelez ‘‘pauvre vie ennuyeuse’’, et sûrement aussi le fait de m’avoir rencontré… »

L’homme s’était rapproché juste auparavant. J’étais donc suffisamment proche pour pouvoir le dévisager, un sourire provocateur sur le bord des lèvres. J’appuyais les propos que je venais d’énoncer du regard. Un goût de de défi dans la bouche. Et alors que je laissais échapper un dernier gloussement, je décidais de rompre à nouveau ce silence. Mais différemment…

En un éclair, je me jetais sur Elijah. Ma main gauche empoignant en douceur son cou, ma main droite se noyant dans sa chevelure, j’emprisonnais ses lèvres à l’aide des miennes. Notre premier baiser était si récent, et pourtant la douceur de ses lèvres et leur goût m’avait tant manqué… Mais cette fois… Quand bien même je le désirais, je pris l’initiative de le rompre. Gardant mon front contre le sien, et nos lèvres à proximité, je riais de plus belle, murmurant suavement.

« Moi aussi, je suis perdu… Je sais que je vous désire, et que vous me faites un effet… Comme rarement j’ai vécu. Habituellement, je suis ce connard qui prend, utilise, et jette sans sentiments. Mais cette fois… »

Sans prendre la peine de finir ma phrase, j’embrassais du bout des lèvres l’homme, glissant mes mains pour les déposer sur ses joues, et noyer mon regard dans le sien. Vingt-huit années sans vivre d’histoire d’amour sincère. Et presque vingt ans à forger cette carapace sans jamais me dévoiler aux yeux de tous. Alors pour une fois, une fois dans cette vie… M’ouvrir n’allait pas me tuer. Si ? Eh bien tant pis. Un scientifique n’en est pas un s’il ne se laisse pas charmer par les expériences, et qu’il ne se jette pas à corps perdu dans celles-ci. Et ces lèvres, même couvertes de cyanures… Je voulais les dévorer.



To be continued ...





avatar
Masuta Gekitsuu

Fiche perso'
Infos:
Où me trouver:
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: What a beautiful creature... (PV: Masuta)

Message par Zeke le 29/4/2017, 20:47















« What a beautiful creature... »




'' La passion est une ardeur insatiable, et plus on alimente ce feu, plus il brûle. ''


Yuu ne fit aucun mouvement. Sa bouche s’entrouvrit légèrement, mais aucun son ne sortit. Comme si la magnifique créature était muette ou simplement à cours de mot. Je n'osai pas faire de bruit alors que l'homme en face de moi semblait quelque peu distant. Je ne savais toujours pas à quoi il pensait et soudainement, je sentis une légère pression dans ma poitrine. Ce coeur, habituellement si froid, jouait à un jeu tellement dangereux que je ne pu m'empêcher d'esquisser un faible sourire. J'étais définitivement un bien étrange personnage. Si on m'avait dit un jour que l'amour était une chose possible, même pour moi, je ne l'aurais jamais cru. D'ailleurs, même en ce moment je doutais, mais au fond je connaissais cette mince vérité emplit de ces fragments cristallins qui me faisaient croire. Tous les mouvements de mon corps, ses sensations ainsi que les palpitations de mon coeur somnolant étaient plusieurs preuves de ce que j'avançais. Les choses avançaient beaucoup trop vite, mais on s'en foutait, pas vrai?


Yuu laissa tomber sa tête vers le bas, laissant quelques mèches tomber le long de son visage. Je ne pouvais pas vraiment voir le regard de celui-ci, mais je ne détachais en aucun cas mes yeux du jeune homme. Un léger rire s'échappa de lui et me fit frémir. De plus en plus, le rire devenait davantage sonore et sombre. Je ne me posais pas de question, puisque j'étais moi-même quelqu'un qui changeait de masque plusieurs fois par jour. Pourtant, je ne pus refréner les frissonnements que je ressentais sur le long de mes bras. Prenant un regard neutre, la tête de Yuu se redressa subitement. Nos visages étaient très proches l'un de l'autre et je retenus quelque peu ma respiration. Cette voix envoûtante et chaleureuse qui l'habitait à nos premiers échanges avait laissé place à une brise glaciale. Je haussai mes sourcils avec un air de défis et d'une oreille distraite, j'écoutais ses dires.


« Profiter des instants présents. Ne pas se cacher. Mais douter et ne plus savoir quoi faire. C’est contradictoire, non ? M’enfin. Cacher votre attirance et vos ressentis aurait sûrement été bien mieux. Je dis ça pour vous. Car vous risquez de regretter amèrement ce que vous appelez ‘‘pauvre vie ennuyeuse’’, et sûrement aussi le fait de m’avoir rencontré… »


Il me sourit d'un air provocateur et bien évidemment, je lui rendis se sourire. C'était en effet contradictoire quand on y pensait, mais mes sentiments l'étaient. Alors, comment expliquer quelque chose qui n'est pas du tout clair dans notre tête sans se contredire? Même moi, avec mes talents d'écrivain, je ne serais le dire. Le silence me sembla assez pesant entre nous alors que je ne savais pas s'il fallait que je dise quelque chose ou que j'attende la suite des événements. La clarté n'était pas maître dans cette partie, c'était assez dommage d'ailleurs. En un clin d'œil, Yuu se précipita sur mon visage bien que j'étais encore perdu dans mes pensées qui ne menaient à rien. Sa main gauche avait empoigné délicatement ma nuque et son autre main se noya dans mes cheveux de jais. Tout d'un coup, je me retrouvais de nouveau emprisonné sous les douces lèvres de Yuu. Allait-il utiliser son pouvoir sur moi? Je ne crois pas, il semblait retourné après mes quelques paroles et je sentais quand même le feu de notre passion sur nos douces lèvres. Le baiser ne dura qu'un laps de temps avant qu'il ne le rompe à son tour. J'ouvris doucement mes paupières et mes yeux envoyaient un air nostalgique à l'homme en face de moi pour avoir perdu de nouveau ce que je désirais le plus en ce moment. Pourtant, le contact de nos fronts me fit sourire amplement. Il se mit à rire de nouveau et il prit un ton teinté suavement alors qu'il me parla, nos lèvres toujours à proximité.


« Moi aussi, je suis perdu… Je sais que je vous désire, et que vous me faites un effet… Comme rarement j’ai vécu. Habituellement, je suis ce connard qui prend, utilise, et jette sans sentiments. Mais cette fois… »


Il ne prit pas la peine de finir sa phrase et posa de nouveau le fruit défendu sur le bout de mes lèvres. Je ne pus réprimer mon léger sourire alors que Yuu s'était enfin ouvert à moi. Nous étions loin d'être différent l'un de l'autre, nous avions d'ailleurs bien trop de point commun que j'aimerais l'avouer. Je me noyais éperdument dans ce regard azuré et je n'arrivais pas à détourner le regard. Je glissais ma main sur sa joue et la caressais avec douceur, même presque trop amoureusement. Mon coeur était léger comme une plume et jamais je ne voudrais ruiner ce moment, mais le soleil qui commençait tranquillement à décliner vers l'horizon allait sûrement nous séparer. Malgré tout, je continuais à me perdre dans ses yeux, mon teint légèrement rosé. Quelques mots s'échappèrent de ma bouche alors que nos lèvres étaient encore scellées l'une sur l'autre.


- Vous êtes si magnifique..., murmurais-je d'un ton grave.


Sur ces mots, je fermais les paupières et l'embrassais avec une fougue dont je ne me croyais pas capable. Ma main glissa jusque dans sa chevelure et je l'attirais davantage vers moi afin de sentir chaque parcelle de son corps. Nous étions encore sur ce banc de bois au milieu de la serre, tout proche de l'Académie. N'importe qui pourrait nous trouver ainsi et d'empêcher notre brûlante passion. J'en n'avais rien à foutre, je le voulais lui. Le baiser devenu de plus en plus ardent et je ne croyais plus être en mesure d'arrêter notre échange. Nos souffles s'entremêlèrent et soudainement, notre échange s'arrêta. Nous étions à bout de souffle, enfin de l'était. J'avais toujours les yeux fermé, le front collé au sien. Ma main se mit à se promener doucement dans sa chevelure alors que je me retenais de plus en plus de lui faire l'amour ici et maintenant. Un faible sourire apparut au coin de mes lèvres.


- Et si nous déplacions cette fougue chez moi ou chez vous?, dis-je légèrement amusé, je suis un homme spontané de nature, mais je ne crois pas que laisser notre passion ardente agir au milieu de la serre à l'Académie soit judicieux, n'êtes vous pas d'accord, my love?





Codage par Etoile de Epicode
avatar
Zeke

Fiche perso'
Infos:
Où me trouver:
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: What a beautiful creature... (PV: Masuta)

Message par Masuta Gekitsuu le 1/5/2017, 14:17



What a beautiful creature...
★ featuring Elijah Stride




A big kiss for you… Big d*** for you. Let me give it to you, baby… ~


Les caresses d’Elijah sur ma joue me faisaient frémir. Je me sentais comme une étudiante qui vit ses premiers émois : amoureux et heureux. Nos lèvres brûlant de désir se mêlaient si parfaitement, et avec tant de désir à chaque contact… Ces baisers si électriques et passionnés me faisant vibrer, et créaient un papillonnement incroyablement bon dans le bas de mon ventre. La voix grave d’Elijah me décrocha un sourire alors que nos lèvres étaient toujours liées.

« Vous êtes si magnifique... »

Les compliments ne me faisaient d’ordinaire pas d’effet. Mais de la part d’un homme comme lui… Si classe, élégant. Et torride à la fois. Ce genre de phrases entre ses lèvres était un véritable honneur dont je me délectais, sans pour autant perdre une goutte de ses baisers. Il orienta ses fins doigts dans ma chevelure, attirant mon corps contre le sien, encore plus proche…

Nos baisers n’avaient pas de répit, pas de limites. Toujours plus tendres. Plus fougueux. Plus amoureux. Plus passionnés. Plus langoureux. Plus intenses. Mais avions-nous envie d’en voir le bout ? Je me laissais happer par ce ‘je-ne-sais-quoi’ qu’Elijah dégageait, et qui me rendait fou. Tout en moi s’accélérait et pourtant le temps autour de nous semblait s’être arrêté.

Nous avions atteint l’apogée de ce que pouvait être un échange langoureux lorsque nos lèvres se délièrent doucement. Le souffle court, haletant presque, je souriais de plus belle. Mon regard parcourait les fins traits d’Elijah, dont les paupières étaient encore closes. Bon dieu, j’étais incapable de me souvenir de la dernière fois qu’un baiser avait été aussi intense… A vrai dire, j’en venais même à me demander si j’avais déjà connu un partenaire embrassant si bien, et me transportant autant en si peu de temps. Nos fronts collés l’un à l’autre alors que nos respirations saccadées s’entremêlaient, je profitais et me laissait aller aux caresses d’Elijah dans ma chevelure.

« Et si nous déplacions cette fougue chez moi ou chez vous? Je suis un homme spontané de nature, mais je ne crois pas que laisser notre passion ardente agir au milieu de la serre à l'Académie soit judicieux, n'êtes vous pas d'accord, my love? »

Dévorant du regard l’air amusé d’Elijah, je lui rendis son sourire en l’embrassant fougueusement, m’emparant furtivement de ses lèvres avant de glisser les miennes jusqu’à son oreille. Prenant ma voix la plus suave et chaude, je murmurais tout en caressant la main qu’il avait égaré parmi mes mèches.

« Ça fait longtemps que je n’avais pas été aussi d’accord avec quelqu’un à vrai dire… Allons chez moi, je vis à deux pas d’ici… Nous y serons plus… A l’aise pour poursuivre… Bien que le lieu et l’environnement ne soient pas déplaisant, j’aimerai qu’autre chose s’enfonce en vous qu’une épine de rose… »

Déposant un baiser au creux de son cou, je me relevais du banc, prenant d’une main le livre et les lunettes d’Elijah, laissant la rose fanée tomber à terre. Et de l’autre, je me saisissais des hanches de l’homme, le redressant sans pour autant me détacher de lui. Et marchant à reculons, je ne pouvais retenir un sourire béat alors que nous nous dirigions tous deux vers la sortie de la serre.

Je tremblais presque d’excitation, dévorant Elijah du regard. Je le voulais. Je voulais ses lèvres, son odeur. Son corps tout entier. J’avais envie de lui faire l’amour jusqu’à l’aube, dévorant son corps jusqu’à n’en plus pouvoir, et recommencer jusqu’au petit matin. Je voulais m’épuiser, fatiguer mes lèvres en couvrant sa peau de baisers. Je le voulais comme jamais je n’avais désiré un homme. Comme je n’avais même jamais désiré une femme.

Mon cœur battait à en rompre ma poitrine, déchiré entre impatience et satisfaction. J’allais pouvoir goûter à cet homme plus intensément. Me délecter de lui, et des plaisirs qu’il m’accorderait. Je pourrai le satisfaire jusqu’à le pousser dans ses retranchements. Je pourrai… Et même si ce n’était que pour une nuit… J’avais envie de le faire avec cet homme qui me faisait croire en l’amour, pour la toute première fois…




The end.






avatar
Masuta Gekitsuu

Fiche perso'
Infos:
Où me trouver:
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: What a beautiful creature... (PV: Masuta)

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum