Il était une fois deux jeunes à la recherche des mystérieuses cités d'or... ou plutôt perdus en forêt [PV Marco]

Page 3 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Il était une fois deux jeunes à la recherche des mystérieuses cités d'or... ou plutôt perdus en forêt [PV Marco]

Message par Tori Clark le Lun 17 Avr 2017, 05:22

Rappel du premier message :

Ça faisait quelques jours que... enfin, quelques jours, plutôt quelques semaines, soit une ou deux, peut-être même trois semaines que les choses allaient rapidement, mais qu'étonnamment j'avais l'impression que la planète Terre tournait incroyablement lentement. J'attribue cette impression à la soirée où je me suis divinement plantée dans la serre en parlant à Marco. Quel bel endroit pour se planter, d'ailleurs ! J'ai terminé cette soirée au pied de mon arbre favori, puis lorsque je suis enfin rentrée pour me mettre au sec, il était minuit passé et j'étais trempée jusqu'aux os. Étonnamment je n'ai pas vraiment été malade, ce qui est presque ironique étant donné que par le passé j'ai failli mourir d'hypothermie après être tombée dans une rivière gelée, mais je ne vais pas me plaindre non plus d'avoir seulement traîné un petit rhume pendant 3 ou 4 jours. Toujours est-il que depuis cette soirée, j'ai l'impression de me trouver dans un film en stop motion, mais dont le temps entre les images serait trop espacé. C'est comme si quelque chose s'en était allé, sans que je ne puisse vraiment savoir quoi. Pourtant rien n'a changé... Mais si c'était vraiment le cas, je n'aurais pas cette impression de changement.

J'ai passé du temps seule. Utiliser mon pouvoir, lire, dormir, dessiner, écrire, voilà qui résume mes activités lors de mes temps libres et bibliothèque, serre, jardins, chambre, voilà qui résume les lieux où je me suis réfugiée la plupart du temps. C'est comme d'habitude en fait, sauf que ces moments je les ai passé pour la plupart dans la solitude. Je ne suis même pas certaine d'avoir adressé la parole à Ariadne au cours des trois derniers jours. Aujourd'hui, par exemple, j'avais envie d'être entourée de plantes, mais les jardins ou encore la serre n'ont pas comblé mon envie, alors je vais plutôt aller en forêt. Une marche ça me fera du bien.

Vers 13h, avant d'aller dîner, je troque mes Converses pour mes Docs Martens, chaussures les plus adéquates que j'ai en ma possession pour marcher en forêt, puis je prends mon sac à dos dans lequel il y a essentiellement mon téléphone, une bouteille d'eau, un rouleau d'essuies-tout et ma veste noire. Je pars avec mon sac, car je n'ai pas l'intention de revenir ici après avoir mangé. Je marcherai directement jusqu'à la forêt.

Une heure plus tard, je me trouve à l'orée de la forêt et m'y engage en suivant un semblant de chemin semi existant. Au bout de quelques minutes de marche, j'aperçois une souche d'arbre plus loin. Je m'écarte du sentier peut-être imaginaire pour aller la rejoindre et je m'y assois en tailleur. J'observe le tronc, tente de compter le nombre d'année que l'arbre pouvait avoir lorsqu'il a été abattu, puis j'entends du bruit au loin et relève la tête. Quelque chose bouge de l'autre côté d'un bosquet de fougères.



CasierJournal ★ je parle en #000000 (ou en #0DD62F)

Chains of Memories :


.

Compteur de chutes : 19
avatar
Tori Clark

Fiche perso'
Infos:
Où me trouver:
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas


Re: Il était une fois deux jeunes à la recherche des mystérieuses cités d'or... ou plutôt perdus en forêt [PV Marco]

Message par Tori Clark le Jeu 27 Avr 2017, 06:42

Lorsque Marco me dépose, une part de moi est joyeuse de retrouver la terre ferme, mais l'autre est triste car... C'était pas désagréable comme moment, même si je cognais des clous. Voyant que mon ami me laisse entrer d'abord, je m'incline légèrement en faisant un sourire fatigué.

- C'est bien aimable à vous, mon cher !

À l'intérieur, à part le look classique d'une petite cabane rudimentaire, il y a cette odeur caractéristique de bois et des bouteilles vides que je vais me retenir de rapporter en ville (si on sort un jour de ces bois) pour les faire consigner ou un truc du genre. Je ne sais pas si au Royaume-Uni les gens rapportent leurs bouteilles de bière au supermarché. Je dépose mon sac à côté d'une des pattes de la table présente dans l'unique pièce et me retourne vers Marco.

- Sympathique comme endroit...

Je jette un coup d'œil à une fenêtre pour regarder la pluie dehors. Si aucun de nous ne parle, il n'y a que la chute des gouttes d'eau qu'on peut entendre. Une fois à l'abris, ce son est détendant, comme j'ai souvenir de l'avoir dit plus tôt. Je finis par poursuivre après avoir détourné mon regard de la fenêtre pour le poser dans celui de Marco.

- Et maintenant, quelle est l'étape suivante ?



CasierJournal ★ je parle en #000000 (ou en #0DD62F)

Chains of Memories :


.

Compteur de chutes : 19
avatar
Tori Clark

Fiche perso'
Infos:
Où me trouver:
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Il était une fois deux jeunes à la recherche des mystérieuses cités d'or... ou plutôt perdus en forêt [PV Marco]

Message par Invité le Jeu 27 Avr 2017, 06:54

Marco rendit le sourire que son amie lui adressa alors qu'elle entra dans la cabine. Il ferma la porte derrière lui, grimaçant un peu en voyant que le peu de lumière provenait de l'unique fenêtre. Tori déposa son sac, se mettant aussi à l'aise qu'elle le put. De son côté, le jeune homme commença par retirer sa veste grise, devenue lourde à cause de la pluie. Il y avait un vieu porte manteau et franchement, il fut surpris de voir qu'il tenait toujours alors qu'il accrocha sa veste trempée.

Tori ne tarda pas à faire le tour du propriétaire...Il n'y avait franchement pas grand chose. S'il avait besoin d'aller aux toilettes, il y avait sûrement une latrine en bois dehors. Heureusement, ce n'était pas le cas. Il s'installa sur le sol, n'osant pas tenter sa chance sur l'une des chaises. La dernière chose qu'il voulait c'était une destruction de propriété et des échardes.

- Et maintenant, quelle est l'étape suivante ?

Oh un coup de peinture, un peu de rénovation et ils avaient leur petit nid d'am--- BORDEL! Marco baissa la tête, la secouant. C'était Tori... Merde...

- Euh... as-tu déjà fait du camping auparavant?

Marco n'était jamais allé camper, il évitait ce genre d'activité considérant son mode de vie... Mais il réalisait que c'était justement dans des situations comme ça qu'il aurait dut avoir ce genre d'expérience! Côté survie, il était nul. Pas de notions en premiers soins, pas de notions de survie. Il avait été stupide d'avance de s'être aventuré aussi loin dans la forêt! Il arrêta son auto-flagelation mentale pour reprendre la parole.

- Tu vois... Je sais pas faire de feu, admit-il avec gêne.

Parlant de gêne... Il regarda son amie, ne sachant pas trop comment lui dire la chose. Elle portait des vêtements trempée... Il fallait qu'elle les retire. Okay, non rien à faire, même dans sa tête ça paraissait louche! Pourtant, il était prêt à jurer devant tout les Dieux existants ou non que ses intentions étaient pures!

- Euh... Sinon... Tu n'as pas froid avec tes habits trempés?

Oh le con! Elle allait le voir venir à des kilomètres et le prendre pour un gros pervers.

- Enfin, je veux dire, ton t-shirt... il est mouillé.

No shit, Sherlock... Marco se tourna vers le foyer vide comme si un brasier allait démarrer tout seul. Il préfèrait surtout ne pas regarder Tori plus longtemps, le malaise grandissait.

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: Il était une fois deux jeunes à la recherche des mystérieuses cités d'or... ou plutôt perdus en forêt [PV Marco]

Message par Tori Clark le Ven 28 Avr 2017, 03:38

- Euh... as-tu déjà fait du camping auparavant? Tu vois... Je sais pas faire de feu.

Je ne sais pas s'il a posé la question pour aborder le sujet du feu, mais pour répondre à son interrogation j'hoche la tête en repensant au peu d'expérience que j'ai acquis en dormant dans une tente avec Laetitia et ses parents ou encore avec les miens. Je crois même qu'une fois durant un voyage au Nouveau-Brunswick qu'on faisait avec la famille de Venda, on avait campé. Je me suis retrouvée dans la même tente que cette dernière et ma sœur, parce que les adultes avaient eu l'idée géniale de mettre les enfants ensemble sans surveillance. Évidemment, trois filles de 10, 11 et 12 ans seules dans une tente ça ne peut pas faire de trouble... La bataille d'oreillers et de couvertures a pris fin lorsque l'oreiller d'Eden s'est déchiré et qu'il a répandu de la mousse absolument partout, d'ailleurs on en retrouverait probablement encore dans le fond de la tente aujourd'hui. Ensuite je lui ai passé mon oreiller et moi j'ai dormi sans... Ce n'était pas très confortable. On peut donc dire que j'ai déjà fait du camping, cependant ce n'est pas pour cette raison que je connais quelques techniques pour démarrer un feu.

- Oui, quelques fois, avec une amie ou ma famille et même avec le petit diable en personne: Venda, si tu la connais... Par ailleurs, on peut savoir faire un feu sans forcément avoir fait de camping et on peut aussi bien avoir campé plusieurs fois sans savoir faire de feu. La plupart des gens utilisent des allumettes ou un briquet.

- Euh... Sinon... Tu n'as pas froid avec tes habits trempés?

Je jette un coup d'œil à ma tenue, puis hausse les épaules en voulant dire que c'est tolérable, même si ce n'est pas agréable.

- Enfin, je veux dire, ton t-shirt... il est mouillé.

Il semble étrangement y tenir. Avec un air un peu incertain, je lui rétorque :

- Le tiens aussi est mouillé. Drôle de coïncidence, non ?

Je fais un sourire stupide avant de poursuivre :

- Si ça t'inquiète vraiment, je peux tenter de faire un feu pour aider à faire sécher tout ça. Je connais bien deux-trois trucs, mais je garanti pas que ça fonctionnera.

Je scrute à salle à la recherche d'idées. Déjà, le truc de la loupe ça fonctionnera pas, ensuite ça m'étonnerait qu'il y ait des silex ici, la friction du bois sec j'y crois pas trop... Il me reste la solution de la pile. C'est totalement hasardeux, mais on sait jamais. Je demande :

- Par hasard, tu n'aurais pas une pile sur toi et un trombone ? En fait, il faudrait surtout une pile.

Le truc, c'est que ça prend quelque chose qui conduit l'électricité pour frotter sur l'extrémité de la pile. Quelque chose qui conduit l'électricité, quelque chose qui conduit l'élec... Ohhhh bien-sûr ! Je souris malicieusement en regardant Marco. Arrête de le fixer comme ça, le pauvre, il va croire que tu veux le faire cuire ! Je sors une roulette de masking tape et en coupe un morceau en m'aidant avec mes dents, puis j'enroule le ruban dans le sens de sa largeur pour le faire ressembler à un fil. Finalement, je le plie pour qu'il fasse un U ou un C, tout dépend du sens dans lequel on le regarde et le tends à Marco en souriant.

- Tu crois que tu pourrais transformer ce morceau de tape ?



CasierJournal ★ je parle en #000000 (ou en #0DD62F)

Chains of Memories :


.

Compteur de chutes : 19
avatar
Tori Clark

Fiche perso'
Infos:
Où me trouver:
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Il était une fois deux jeunes à la recherche des mystérieuses cités d'or... ou plutôt perdus en forêt [PV Marco]

Message par Invité le Ven 28 Avr 2017, 03:56

Par rapport à la question sur le feu, Tori lui expliqua ce qui étaient sans doute des rudiments du camping. Des briquets et des allumettes, évidemment. Marco se retint de se plaquer la main sur le visage. Il se sentait un peu beaucoup idiot en ce moment pour changer. Par rapport à la question du t-shirt, Tori se regarda avant de ramener son regard vers lui.

- Le tiens aussi est mouillé. Drôle de coïncidence, non ?

- Euh... fit-il avec un certain malaise.

Tori blaguait visiblement, mais merde... Elle venait d'un pays froid à ce point? Il gelait pour elle juste à la regarder... Non pas parce qu'il voulait qu'elle enlève son t-shirt! Il n'était pas un pervers, il n'était pas un pervers, il n'était pas un pervers! Bon comme ça c'était clair.

- Si ça t'inquiète vraiment, je peux tenter de faire un feu pour aider à faire sécher tout ça. Je connais bien deux-trois trucs, mais je garanti pas que ça fonctionnera.

Déjà, elle, en connaissait des trucs. Elle était plus avancée que lui...

- Par hasard, tu n'aurais pas une pile sur toi et un trombone ? En fait, il faudrait surtout une pile.

Il fouilla dans sa poche... Il avait sa clé de chambre et effectivement, une vieille pile. Pour une fois, il pouvait être heureux de ne pas avoir vidé préalablement ses poches. Il la tendit à Tori attendant impatiemment de voir ce qu'elle avait comme idée.

Après avoir eu un certain moment de réflexion, son amie l'observait étrangement avant de sortir un ruban adhésif. Elle n'allait tout de même pas lui mettre sur la bouche?...

- Tu crois que tu pourrais transformer ce morceau de tape ?

- ...Oh! Oui bien sûr, répondit Marco approchant son index du morceau.

Cela faisait vraiment étrange de transformer à nouveau un objet, et cette fois par sa volonté. Il fallu quelques secondes, mais le ruban devint de l'or entre les mains de Tori.

- Et maintenant?, demanda-t-il en regardant la jeune femme.

Une minute... Ah oui, il se souvint. L'or conduisait l'électricité... Il avait bien failli se tuer lors de l'examen de pouvoirs de monsieur Loys. Il avait subit une certaine engueulade de l'un des organisateurs qu'il n'était pas prêt d'oublier.

- Tu es brillante...

Comparé à lui, mais ce serait un peu trop déprimant à admettre à voix haute. Dehors, le vent se levait, faisant trembler légèrement les murs, mais la cabane tenait le coup. Elle était plus solide qu'elle en avait l'air.


Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: Il était une fois deux jeunes à la recherche des mystérieuses cités d'or... ou plutôt perdus en forêt [PV Marco]

Message par Tori Clark le Ven 28 Avr 2017, 05:14

Je ne m'attendais pas à ce que Marco ait vraiment une pile sur lui, mais je suis ravie que ce soit le cas. Ça et le fait qu'il accepte de se servir de son pouvoir, car il aurait tout aussi bien pu refuser et on serait tous les deux morts d'hypothermie... true story, bro. Bon j'avoue, pente fatale. Il y avait peu de chances qu'il n'accepte pas. Une fois le tape changé en or, je gratifie mon ami d'un sourire reconnaissant.

- Super, merci beaucoup !

- Et maintenant?

Je dépose les deux objets que j'ai en main sur la table, le temps de mettre deux morceaux de bûche dans le poêle à bois. Swing la bacaisse dans l'fond d'la bouaite à bouas ! J'ajoute aussi du brin de scie qui se trouve par terre en guise d'amadou et reprends ensuite la pile et le tape doré. J'espère que les retailles seront suffisants pour permettre au feu de prendre...

- Maintenant, je vais frotter la tige contre les dents de la pile et la friction devrait finir par générer des étincelles.

- Tu es brillante...

Je profite de la tâche à faire pour me détourner avant de rougir. Je bafouille un peu :

- Ah eh bien... Je... Merci de le penser... Euh, bon, voyons voir ce que cette pile a dans le ventre.

J'approche mes mains au-dessus du bois et de l'amadou dans le poêle et après avoir pris une bonne inspiration, je frotte la pile le plus rapidement possible et faisant bien attention à ce que chaque extrémité du U touche à l'une des dents. Je retiens presque mon souffle en espérant que ça fonctionne.

Au bout de plus d'une minute, je crois voir quelque chose apparaître et disparaître dans la même seconde, alors j'essaie d'intensifier le frottement encore plus. Il suffit de quelques coup et voilà, des étincelles. Je retire mes mains en soupirant et me laisse tomber sur le derrière quelques instants lorsque le brin de scie commence à fumer. Ça fonctionne !



CasierJournal ★ je parle en #000000 (ou en #0DD62F)

Chains of Memories :


.

Compteur de chutes : 19
avatar
Tori Clark

Fiche perso'
Infos:
Où me trouver:
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Il était une fois deux jeunes à la recherche des mystérieuses cités d'or... ou plutôt perdus en forêt [PV Marco]

Message par Invité le Ven 28 Avr 2017, 05:29

Tori le remercia à deux reprises. D'abord pour la transformation qui était bien normale... enfin, plutôt c'était normal qu'il accepte, pas qu'il transforme le ruban en or. Ensuite pour le compliment. Était-elle si reconnaissante ou était-ce parce que les paroles venaient de lui? Il se sentit un peu rougir face à cette notion. Il aurait dut se sentir honoré dès le départ qu'elle éprouve quoi que ce soit, plutôt que... Enfin, il se le répétait si souvent qu'il commençait à réaliser un peu qu'il regrettait. Tori était importante pour lui... Bien plus que le souvenir de sa mère, ça il n'en revenait toujours pas.

Il observa d'un air absent son amie alors qu'elle frottait la pile et le morceau d'or ensemble. Son attention fut attirée par les étincelles qui apparurent alors que le bois commençait à fumer. Le brin de cie chauffait, créant ensuite de petites flammes. Ce n'était pas beaucoup, mais c'était déjà une victoire!

- Tu as réussi!

Il avait dit cela avec un grand sourire avant de s'avancer doucement pour s'asseoir face au poele.

- Je vais te laisser t'occuper d'alimenter le feu... Je crois pas que je sois très utile pour ça.

Alors que son amie s'exécuta, le jeune homme regarda les flammes devenirent plus vives et dévorer les bûches. Heureusement ils ne manqueraient pas de bois de si tôt, enfin selon lui. Alors qu'il observait le feu et profitait de la chaleur, il réalisait à quel point il était proche de Tori.

- Tori... Je peux te demander quelque chose?

Il tourna le regard vers elle, sentant un peu son coeur s'affoler. Comment lui demander une question aussi délicate?

- ...As-tu l'heure?, demanda-t-il après quelques secondes emplies de malaise et de gêne.

Non, ce n'était pas du tout ce qu'il voulait savoir! Allait-il se dégonfler maintenant? Ils étaient seuls... tous les deux, pendant encore plusieurs heures au minimum. Ils allaient faire quoi pendant tout ce temps? Profiter du silence et regarder le feu? Juste... s'ignorer mutuellement et parler de la pluie et du tonnerre?

- ...Pourquoi...?

Ce fut la seule chose qu'il arriva à sortir à voix haute par la suite.

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: Il était une fois deux jeunes à la recherche des mystérieuses cités d'or... ou plutôt perdus en forêt [PV Marco]

Message par Tori Clark le Sam 29 Avr 2017, 06:04

- Tu as réussi!

J'ai presque de la difficulté à y croire.

- Oui, ça a fonctionné.

- Je vais te laisser t'occuper d'alimenter le feu... Je crois pas que je sois très utile pour ça.

Je fais un salut militaire comme pour dire " À vos ordres ! " ou encore " Bien reçu ! "

- Comme tu voudras.

Pour l'instant, je n'ai pas à faire grand chose, mais au fur et à mesure que les bûches seront consumées j'en rajouterai d'autres. Heureusement que la cabane n'est pas trop humide, peut-être grâce à une bonne isolation, car le feu aurait eu de la difficulté à démarrer et à survivre sinon. Je vais chercher 4 morceaux de bois que je pose à côté de moi, comme ça je n'aurai pas besoin de me lever chaque fois, mais plutôt une fois de temps en temps, puis je me rassois et défais ma queue de cheval pour permettre à mes cheveux de sécher plus rapidement. Une fois cela fait, je ramène mes genoux vers moi et les enlace de mes bras tout en regardant les flammes danser sur les bûches.

- Tori... Je peux te demander quelque chose?

- Mmhoui ? Que veux-tu savoir ?...

Je tourne la tête vers Marco et le regarde dans les yeux pendant plusieurs secondes. Je remarque la distance à laquelle on se trouve l'un par rapport à l'autre. L'espace est si... petit.

- ...As-tu l'heure?

Ce n'est pas le genre de question auquel je m'attendais. Prise au dépourvu, j'attends un instant, puis regarde mon poignet que je sais dépourvu de montre. Alors, sur le cadran solaire de la stupidité, il est présentement 16h... Je me contente cependant de secouer lentement la tête et de confirmer à voix haute :

- Non, je n'ai pas l'heure...

Par la suite, je regarde le plancher en bois jusqu'à ce que Marco reprenne la parole :

- ...Pourquoi...?

Ne comprenant pas, je cligne des yeux plusieurs fois et incline subtilement la tête sur le côté.

- Euh, pardon ? Pourquoi je n'ai pas l'heure, tu veux dire ?...



CasierJournal ★ je parle en #000000 (ou en #0DD62F)

Chains of Memories :


.

Compteur de chutes : 19
avatar
Tori Clark

Fiche perso'
Infos:
Où me trouver:
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Il était une fois deux jeunes à la recherche des mystérieuses cités d'or... ou plutôt perdus en forêt [PV Marco]

Message par Invité le Sam 29 Avr 2017, 06:17

Marco n'avait même pas écouté la réponse de Tori à sa question inutile. Ce n'était vraiment pas ça qui lui brûlait le plus les lèvres. Il entendait la pluie marteler la fenêtre de la cabine, tout pour lui rappeller ce fameux soir dans la serre. Il n'avait rien trouvé à dire ce jour là et alors qu'il avait l'impression d'avoir tant à dire à Tori, les paroles ne sortaient pas! Allez... Ça ne peut pas être pire que ce qui s'était passé avec Lizbeth... Encore là, il réalisait que c'était lui qui avait été con. Il devait des excuses à son amie et à beaucoup de gens en fait. Il avait été encore faible et lâche!

Mais plus maintenant.

Il prit une bonne inspiration... aspirant un peu de brin de cie et de poussière, le faisant tousser. Marco resterait toujours Marco.

Après avoir calmé sa toux, il adressa un regard gêné à Tori.

- P-Pardon... La poussière.

Moment de silence de la part de Marco avant qu'il ne sorte enfin les paroles désirées.

- Pourquoi tu m'as dit... ce que tu m'a dit dans la serre? Je veux dire, pourquoi quelqu'un comme moi? Je veux dire tu es...

Il baissa les yeux, sentant ses joues s'empourprer.

- Tu es jolie, drôle, intelligente et probablement la fille la plus courageuse que je connaisse... Pourquoi tu voudrais quelqu'un comme moi?

Voilà, les paroles étaient lancés. Il ne le regrettait pas cette fois. C'était la première fois depuis longtemps qu'il ne remettait pas en doute ses propres pensées ou qu'il ne se justifiait pas mentalement. Était-il amoureux d'elle? C'était dur à dire... Il avait soudainement l'impression qu'il avait une perception très erronée de l'amour. Les mangas et les jeux hen--- les visual novel, n'étaient pas une référence après tout. Il savait seulement qu'il regretterait toute sa vie s'il ne posait pas ces questions à Tori maintenant.

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: Il était une fois deux jeunes à la recherche des mystérieuses cités d'or... ou plutôt perdus en forêt [PV Marco]

Message par Tori Clark le Sam 29 Avr 2017, 23:18

Tandis que j'attends de savoir de quoi il voulait parler, une quinte de toux vient secouer Marco, me faisant tout de suite réagir.

- Ça va aller ?

Je devrais peut-être lui tapoter le dos pour l'aider et lui proposer de l'eau. Non, en fait ça va, ça semble s'apaiser.

- P-Pardon... La poussière.

- Oh d'accord. Pas de problème...

Je me calme, car oui, lorsque quelqu'un tousse, même si ce n'est qu'un rhume ça m'inquiète.

- Pourquoi tu m'as dit... ce que tu m'a dit dans la serre?

C'est de ça qu'il voulait en fait parler ? Sentant la gêne monter, je baisse les yeux et me mets à jouer distraitement avec un copeau de bois au sol, tout en continuant d'écouter ce que Marco a à dire.

- Je veux dire, pourquoi quelqu'un comme moi? Je veux dire tu es...

Je remarque que j'ai chaud, sans trop savoir si c'est à cause du feu qui réchauffe tranquillement la pièce ou si c'est dû à autre chose.

- Tu es jolie, drôle, intelligente et probablement la fille la plus courageuse que je connaisse... Pourquoi tu voudrais quelqu'un comme moi?

Maintenant j'ai encore plus chaud au visage, mais sa question me dérange d'une certaine façon, car je sens qu'il se dénigre. J'arrête de jouer avec le tout petit morceau de bois et relève la tête pour dévisager mon interlocuteur.

- Pourquoi je voudrais de quelqu'un comme toi ?... Mais voyons, tu es une personne très attentionnée, serviable, généreuse, protectrice, sensible, dévouée, tu as le sens de la justice... Est-ce que je dois continuer ?

Je marque une pause et continue :

- Toi aussi tu es courageux et j'ai pu le constater à plusieurs reprises, notamment lorsque tu as voulu me protéger pendant qu'on fuyait la fête dangereuse au gymnase, lorsque tu es monté sur l'estrade pour improviser un discours à l'intention des élections parce que je t'avais inscrit à ton insu, lorsque tu as voulu prendre la place de Noa durant l'attaque et même quand tu as attaqué l'inconnu. Avec tout ça, la question serait plutôt pourquoi je ne voudrais pas de quelqu'un comme toi ?



CasierJournal ★ je parle en #000000 (ou en #0DD62F)

Chains of Memories :


.

Compteur de chutes : 19
avatar
Tori Clark

Fiche perso'
Infos:
Où me trouver:
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Il était une fois deux jeunes à la recherche des mystérieuses cités d'or... ou plutôt perdus en forêt [PV Marco]

Message par Invité le Dim 30 Avr 2017, 04:19

Alors qu'il l'avait complimentée, Marco remarqua Tori baisser la tête. Elle qui était d'habitude si confiante... C'était l'une des rares fois où il voyait chez elle un côté aussi timide. Ça lui rappellait un peu-- Non rien à voir. Tori était Tori. Personne d'autre... Son attitude lui faisait vraiment se remettre en question. Avait-il aimé vraiment Lizbeth? Où la traitait-il comme l'un de ses personnages de shojo préféré? Que voulait-il au fond? Une réponse se profilait, mais c'était si étrange pour lui.

Son coeur semblait sauter un battement alors que Tori le dévisageait.

- Pourquoi je voudrais de quelqu'un comme toi ?... Mais voyons, tu es une personne très attentionnée, serviable, généreuse, protectrice, sensible, dévouée, tu as le sens de la justice... Est-ce que je dois continuer ?

Marco déglutit, sentant ses joues en feu. Il n'en croyait presque pas ses oreilles.

- Toi aussi tu es courageux et j'ai pu le constater à plusieurs reprises, notamment lorsque tu as voulu me protéger pendant qu'on fuyait la fête dangereuse au gymnase, lorsque tu es monté sur l'estrade pour improviser un discours à l'intention des élections parce que je t'avais inscrit à ton insu, lorsque tu as voulu prendre la place de Noa durant l'attaque et même quand tu as attaqué l'inconnu. Avec tout ça, la question serait plutôt pourquoi je ne voudrais pas de quelqu'un comme toi ?

Il baissa la tête avec un faible sourire.

C'était comme Noa lui avait dit... Sauf qu'il ne savait pas à l'époque vers qui vraiment diriger Marco. Tori n'était pas une princesse en détresse, Marco n'était pas le personnage principal d'une série épique, mais... Au fond, et alors? On ne pouvait être que le protagoniste de sa propre vie, pas vrai? Comment avait-il put penser autrement pendant si longtemps?

- ...Je te dois tout de même des excuses, Tori..., souffla-t-il.

Il releva les yeux vers elle.

- De n'avoir pas su te dire les bonnes choses le premier coup. Je...

Il n'allait pas être une poule mouillée, pas cette fois!

- Je t'aime aussi... Enfin, si tu m'accepte surtout malgré tout ce qui s'est passé...

Voilà, c'était sortit... et pourtant ces mots si simples sur papier étaient si lourds de sens. Son coeur battait toujours à vive allure.


Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: Il était une fois deux jeunes à la recherche des mystérieuses cités d'or... ou plutôt perdus en forêt [PV Marco]

Message par Tori Clark le Dim 30 Avr 2017, 05:11

La façon dont il baisse la tête, c'est celle d'une personne gênée. Rien ne sert de le dissimuler, je vois ce petit sourire. Je pourrais ajouter modeste à la liste de qualités.

- ...Je te dois tout de même des excuses, Tori...

J'incline la tête sur le côté. Pour quelle raison cette fois-ci ? C'est vrai qu'on se confond tellement en excuses tous les deux qu'à force, ça devient confus.

- De n'avoir pas su te dire les bonnes choses le premier coup. Je...

Je songe qu'il n'avait pas à s'excuser pour ça. S'il ne ressentait pas la même chose, il n'avait pas à mentir pour me faire plaisir et je pouvais encore moins le contraindre à éprouver les mêmes sentiments envers moi que ceux que j'ai pour lui. Cependant, je ne dirai pas cette pensée à voix haute, déjà parce que l'interrompre serait impoli, mais aussi parce que je veux savoir ce qu'il veut dire.

- Je t'aime aussi... Enfin, si tu m'accepte surtout malgré tout ce qui s'est passé...

Tout d'un coup, j'ai l'impression que la peau qui recouvre l'entièreté de mon corps est en feu. et c'est comme si mon cœur n'arrivait pas croire qu'une telle révélation puisse être faite et qu'il allait exploser. Heureuse, je souris à Marco et m'approche pour lui faire un câlin.

- Bien-sûr que je t'accepte. Après tout ce qu'on a vécu, le contraire serait le comble de la stupidité. Je t'aime.

On dirait que tous les problèmes se sont envolés en l'espace d'une seule seconde. Ça fait tellement de bien d'éprouver cette sensation de légèreté.



CasierJournal ★ je parle en #000000 (ou en #0DD62F)

Chains of Memories :


.

Compteur de chutes : 19
avatar
Tori Clark

Fiche perso'
Infos:
Où me trouver:
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Il était une fois deux jeunes à la recherche des mystérieuses cités d'or... ou plutôt perdus en forêt [PV Marco]

Message par Invité le Dim 30 Avr 2017, 05:29

Tori ne tarda pas à lui répondre, pas même un instant d'hésitation. Elle affichait le sourire le plus radieux qu'il n'avait jamais vu alors qu'elle s'approchait de lui pour l'enlacer.

- Bien-sûr que je t'accepte. Après tout ce qu'on a vécu, le contraire serait le comble de la stupidité. Je t'aime.

Il nicha sa tête au creu de son épaule, rendant l'étreinte. Il sentait son visage en feu, mais la sensation n'était pas du tout désagréable. Alien, mais très agréable. C'était donc ça être vraiment amoureux? Inconsciemment, il ressera l'étreinte en laissant échapper un soupir de bien-être. C'était ce contact humain qu'il avait attendu toute ces années... Il fallu un bon moment pour qu'il la relâche. Il ne voulait pas non plus paraître trop collant et puis... Ce n'était pas comme si elle allait se sauver. Du moins, il espèrait que non.

En s'écartant d'elle, il se surprit à la dévisager.

BADUM-BADUM.

Son coeur semblait résonner dans ses oreilles alors qu'il se demandait ''Alors, je fais quoi?" Ils regardaient à nouveau le feu en parlant de tout et de rien? Enfin, il se doutait bien de la suite... Mais, Tori le voudrait-elle? Gaaargh! C'était pas à elle de toujours faire les premiers pas! Surtout que c'était elle qui avait eu le courage de lui déclarer sa flamme, alors... alors...

Il porta ses mains aux épaules de Tori, approchant doucement son visage du sien. Techniquement, ce n'était pas son premier, mais... Non! Noa ça compte pas! Il ferma les yeux en espérant ne pas sentir une gifle venir.

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: Il était une fois deux jeunes à la recherche des mystérieuses cités d'or... ou plutôt perdus en forêt [PV Marco]

Message par Tori Clark le Dim 30 Avr 2017, 08:12

Pendant le câlin, je me dis que cette tempête dehors ne s'est peut-être pas déclenchée pour rien. C'est peut-être parce que c'est tout ce qu'il nous fallait : un élément déclencheur et des péripéties. Destin ?

Lorsqu'on se sépare, je regarde Marco l'air de dire " Et maintenant ? " Je ne sais pas s'il comprend ce regard, mais il trouve une réponse à cette question silencieuse. Une réponse qui se fait claire dès lors où il pose ses mains sur mes épaules et s'avance. Intentionnellement parlant, je n'ai jamais embrassé qui que ce soit auparavant et je n'ai même jamais vraiment pensé à quoi ça pourrait ressembler si ça m'arrivait. Malgré le nombre de fois où j'ai lu des histoires dans lesquelles le protagoniste embrasse à un moment ou à un autre un autre personnage, je n'ai jamais pu m'imaginer moi en train de faire ce geste, car ça me paraissait abstrait. Cette abstraction prend fin aujourd'hui et à l'instant, puisque je m'approche à mon tour en fermant les yeux. C'est un baiser plutôt timide et sans prétention, ce qui est normal pour une première, mais cela reste un baiser malgré tout qui me fait oublier tout ce qui existe aux alentours. C'est le vide intersidéral dans mon esprit.

Lorsque ce baiser prend fin, comme pour ne pas laisser un malaise s'installer un bruit surgit dans le poêle et capte mon attention. Probablement une bûche qui a changé de position. Je constate qu'une grande partie des morceaux de bois a été consumée et donc qu'il est venu le moment de rajouter d'autres bûches, ce que je fais en prenant l'une des quatre que j'avais mis à côté de moi et m'en m'étirant vers le poêle pour la rentrer à l'intérieur. Ce serait bête que le feu s'éteigne sans qu'on ne le remarque et surtout sans que je ne le remarque, car il est sous ma responsabilité.

En me rassoyant, je réalise que ce que nous vivons en ce moment, n'est que le début d'un nouveau chapitre et évidemment, ce n'est pas de cette cabane que je veux parler. Dans des conditions normales, il y aurait un moment, peut-être un mois après le début de la relation, je n'en sais rien où la fille présenterait l'élu de son cœur à ses parents et ce serait la même chose pour le garçon, mais le problème est que nous vivons dans un contexte tout sauf normal. Ce n'est pourtant pas pour autant que je chasse de ma tête l'éventualité d'une rencontre un jour. J'ose à demi faire part de mes pensés :

- Ça fait un moment déjà que j'aimerais pouvoir présenter mes amis à mes parents. Qu'ils puissent se faire une idée du genre de personne que je côtoie ici. Je ne sais pas comment réagirait mon père, mais je sais que ma mère adorerait tout le monde et qu'elle serait probablement très curieuse.

Je repense à la visite que j'ai fait en septembre dernier. Il s'est passé tellement de choses à l'académie depuis que ça me parait remonter à plusieurs années. Durant la visite, c'est surtout la dernière soirée qui m'a le plus marqué et je crois que je n'en ai encore parlé à personne. Je retire l'amulette que je porte toujours à mon cou depuis et la montre à Marco.

- Tu vois l'obsidienne qui pend au bout de cette amulette ? Elle a une histoire. Tout commença il y a plusieurs siècles de ça, dans une tribu amérindienne, la nation des Abénaquis. Un groupe de jeunes femmes cueillaient des baies en forêt et l'une d'elle âgée d'une quinzaine d'années s'éloigna sans s'en rendre compte, tellement elle était centrée sur la tâche. C'est alors qu'un ours arriva et il n'était pas content de voir quelqu'un lui voler de la nourriture sur son territoire. Il attaqua cette jeune femme qui tenta de se défendre et c'est à ce moment qu'une chose impensable se produisit. Le bracelet dont les perles étaient faites d'obsidienne qu'elle portait changèrent de forme pour se transformer et arme tranchante. Cette arme blessa l'ours qui reparti et ne revint plus. L'attaque ayant été bruyante, le groupe de cueilleuses retrouvèrent la jeune femme et furent témoins de l'événement. Après ce jour, la jeune femme fut reconnue comme une magicienne, une chaman au sein de sa tribu. Elle garda longtemps en tant que porte-bonheur la pierre qui lui avait sauvé la vie jusqu'au jour où elle décida de la transmettre à sa fille aînée âgée alors d'une quinzaine d'années afin que cette pierre traverse le temps et protège sa descendance. Un certain phénomène se répéta à chaque nouvelle génération, prenant différentes formes et apparaissant chez au moins l'un des enfants de la famille. Mon arrière-grand-mère Tellis pouvait communiquer avec les esprits sans toutefois les voir, ma grand-mère Marianne pouvait envoûter les animaux, ma mère Katheryne peut deviner où les autres sont blessés sans qu'ils n'aient à le dire et enfin moi, Tori je peux manipuler les ombres. Voilà l'histoire de ma famille maternelle et tu es la seule personne à qui je l'ai raconté.



CasierJournal ★ je parle en #000000 (ou en #0DD62F)

Chains of Memories :


.

Compteur de chutes : 19
avatar
Tori Clark

Fiche perso'
Infos:
Où me trouver:
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Il était une fois deux jeunes à la recherche des mystérieuses cités d'or... ou plutôt perdus en forêt [PV Marco]

Message par Invité le Dim 30 Avr 2017, 18:58

Marco ignorait le temps que cela avait duré, il s'était presque senti plané. Il ne voulait ni prendre trop d'initiative ni mettre Tori mal à l'aise. Il se sépara d'elle, se tournant par réflexe vers le poele à bois en même temps que Tori. Il fallait alimenter le feu... Il la regarda d'un air absent, ne sachant pas trop quoi lui dire. Il préfèrait ne pas lui demander des commentaires comme si c'était un nombre d'étoiles à mettre sur l'application d'un resto.

Tori revint à ses côtés après s'être occupée des flammes. Que devait-il faire? Se coller? Ou juste... Gaah, il pensait trop!

- Ça fait un moment déjà que j'aimerais pouvoir présenter mes amis à mes parents. Qu'ils puissent se faire une idée du genre de personne que je côtoie ici. Je ne sais pas comment réagirait mon père, mais je sais que ma mère adorerait tout le monde et qu'elle serait probablement très curieuse.

P-P-Présenter à ses parents!? Well, that escalated quickly! Euh, bon sang, comment réagiraient-ils? Savaient-ils pour les pouvoirs? Ils... n'allaient pas le soumettre à une sorte de test pour voir s'il était digne de leur fille ou quelque chose du genre... Urgh, Too soon. Il se faisait sans doute du mauvais sang pour un rien. Ils n'étaient pas dans un Disney où après trois jours c'était le mariage. On respire par le nez... Okay, oublions les grandes respirations. La dernière chose que Marco souhaitait c'était avoir des échardes dans les narines.

Il vit Tori bouger du coin de l'oeil, alors il se tourna à nouveau vers cette dernière. Elle avait retiré son collier pour la lui montrer. Une pierre noire? Il ne s'y connaissait pas vraiment alors il ne pouvait pas dire de quoi il s'agissait.

- Tu vois l'obsidienne qui pend au bout de cette amulette ? Elle a une histoire. Tout commença il y a plusieurs siècles de ça, dans une tribu amérindienne, la nation des Abénaquis. Un groupe de jeunes femmes cueillaient des baies en forêt et l'une d'elle âgée d'une quinzaine d'années s'éloigna sans s'en rendre compte, tellement elle était centrée sur la tâche. C'est alors qu'un ours arriva et il n'était pas content de voir quelqu'un lui voler de la nourriture sur son territoire. Il attaqua cette jeune femme qui tenta de se défendre et c'est à ce moment qu'une chose impensable se produisit. Le bracelet dont les perles étaient faites d'obsidienne qu'elle portait changèrent de forme pour se transformer et arme tranchante. Cette arme blessa l'ours qui reparti et ne revint plus. L'attaque ayant été bruyante, le groupe de cueilleuses retrouvèrent la jeune femme et furent témoins de l'événement. Après ce jour, la jeune femme fut reconnue comme une magicienne, une chaman au sein de sa tribu. Elle garda longtemps en tant que porte-bonheur la pierre qui lui avait sauvé la vie jusqu'au jour où elle décida de la transmettre à sa fille aînée âgée alors d'une quinzaine d'années afin que cette pierre traverse le temps et protège sa descendance. Un certain phénomène se répéta à chaque nouvelle génération, prenant différentes formes et apparaissant chez au moins l'un des enfants de la famille. Mon arrière-grand-mère Tellis pouvait communiquer avec les esprits sans toutefois les voir, ma grand-mère Marianne pouvait envoûter les animaux, ma mère Katheryne peut deviner où les autres sont blessés sans qu'ils n'aient à le dire et enfin moi, Tori je peux manipuler les ombres. Voilà l'histoire de ma famille maternelle et tu es la seule personne à qui je l'ai raconté.

Marco l'avait écouté dans une stupeur muette.

- Wow..., souffla-t-il finalement.

Il se sentait déjà honoré d'être le seul à connaître son histoire, c'était comme pour sceller d'avantage leur... euh, proximité.

- C'est assez incroyable comme histoire... Donc, si je comprends bien, ta famille es au courant pour les pouvoirs... C'est spécial de voir de tels cas de mère en fille. Je... n'ai pas une histoire aussi passionnante. Enfin, je dis ça sans avoir de certitude, mais je n'ai jamais entendu de telles histoires dans ma famille. Enfin, dans mon cas, ça n'a plus d'importance...

Aïe! Il ne voulait pas sonner dépressif avec cette dernière phrase!

- Alors euh, comment sont tes parents?



Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: Il était une fois deux jeunes à la recherche des mystérieuses cités d'or... ou plutôt perdus en forêt [PV Marco]

Message par Tori Clark le Mar 02 Mai 2017, 02:36

Une fois le récit terminé, je remets mon pendentif à la place qui lui revient, c'est à dire autour de mon cou. Avec le feu juste devant, j'ai la vague l'impression d'avoir relaté une légende comme celles que l'on raconte la nuit autour d'un feu de camp.

- Wow...

À ce que je vois, j'ai complètement captivé mon auditoire. Cela me fait sourire.

- C'est assez incroyable comme histoire... Donc, si je comprends bien, ta famille es au courant pour les pouvoirs... C'est spécial de voir de tels cas de mère en fille. Je... n'ai pas une histoire aussi passionnante. Enfin, je dis ça sans avoir de certitude, mais je n'ai jamais entendu de telles histoires dans ma famille. Enfin, dans mon cas, ça n'a plus d'importance...

Je commence par hocher la tête en souriant, ouais, faut le dire c'est plutôt exceptionnel, mais ensuite mon expression de change en une moue désolée lorsqu'il finit de parler. Il y a des maillons qui se brisent des fois et les chaines ne peuvent pas être reconstruites...

- Alors euh, comment sont tes parents?

Tiens, je trouve que cette question vient rapidement, mais bon tout pour ne pas rester dans cette ambiance un peu " macabre ".

- Eumh...

Je réfléchit un peu à la réponse.

- Ma mère est une femme plutôt attentionnée, curieuse, ouverte d'esprit et accueillante. Le genre de personne qui n'hésiterait pas à recevoir un inconnu à la maison pour lui venir en aide, par exemple. Mon père, c'est quelqu'un de plus érudit, réservé, discret et posé. Il n'était pas au courant pour les pouvoirs et disons que, lorsqu'il l'a appris il semblait choqué, mais ça n'a pas vraiment affecté notre relation, même si j'ai l'impression que toute cette histoire le met mal à l'aise. Enfin, je crois qu'il fait de son mieux pour admettre que tout ça est bien réel. Il doit croire que ma sœur est une bombe à retardement, hahaha.

Pour éviter qu'un silence ne survienne, j'ajoute :

- Je serais quand même curieuse de fouiller dans les autres arbres généalogiques. Je me souviens qu'une fois j'étais allée en ville durant un gros orage avec une fille de la maison Rubis et elle me racontait qu'elle avait hérité du même dont que sa mère. Par contre, le nom de cette fille m'échappe...

J'essaie de m'en rappeler. Je l'ai sur le bout de la langue, mais ça ne vient pas. Ça m'énerve quand ça arrive ce genre de chose.



CasierJournal ★ je parle en #000000 (ou en #0DD62F)

Chains of Memories :


.

Compteur de chutes : 19
avatar
Tori Clark

Fiche perso'
Infos:
Où me trouver:
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Il était une fois deux jeunes à la recherche des mystérieuses cités d'or... ou plutôt perdus en forêt [PV Marco]

Message par Invité le Mar 02 Mai 2017, 05:34

Sur le coup, Marco avait vraiment senti qu'il avait fait une autre boulette en voyant l'hésitation de Tori. Il allait vraiment devoir faire quelque chose à propos de ces moments de malaise!

- Ma mère est une femme plutôt attentionnée, curieuse, ouverte d'esprit et accueillante. Le genre de personne qui n'hésiterait pas à recevoir un inconnu à la maison pour lui venir en aide, par exemple.

Il poussa un soupir de soulagement lorsque son amie se mit à parler. Il continua de l'écouter attentivement avec un sourire.

- Mon père, c'est quelqu'un de plus érudit, réservé, discret et posé. Il n'était pas au courant pour les pouvoirs et disons que, lorsqu'il l'a appris il semblait choqué, mais ça n'a pas vraiment affecté notre relation, même si j'ai l'impression que toute cette histoire le met mal à l'aise. Enfin, je crois qu'il fait de son mieux pour admettre que tout ça est bien réel. Il doit croire que ma sœur est une bombe à retardement, hahaha.

Avant qu'il n'ait le temps d'ajouter quoi que ce soit, Tori ajouta.

- Je serais quand même curieuse de fouiller dans les autres arbres généalogiques. Je me souviens qu'une fois j'étais allée en ville durant un gros orage avec une fille de la maison Rubis et elle me racontait qu'elle avait hérité du même dont que sa mère. Par contre, le nom de cette fille m'échappe...

À ça, il ne s'avait pas trop quoi dire. Des filles Rubis, il n'en connaissait pas des tas... En revanche, il ne put s'empêcher de commenter.

- Tu dois retenir de ta mère alors... Enfin! T-Tu sais, tu es quelqu'un de très bien, bafouilla-t-il d'un ton gêné.

En voulant regarder le feu, Marco remarqua quelque chose bouger. Une poussière ou un truc comme ça, se disait-il en premier. Jusqu'à ce qu'il voit la chose se diriger vers Tori: Une créature à huit pattes de la taille de son pouce.
Okay, comment lui dire sans qu'elle panique?

- Tori, fait attention, une araignée s'approche.

Parfait, ça...

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: Il était une fois deux jeunes à la recherche des mystérieuses cités d'or... ou plutôt perdus en forêt [PV Marco]

Message par Tori Clark le Mar 02 Mai 2017, 06:13

Je continue encore de chercher le prénom, mais j'y renonce lorsque Marco prend la parole :

- Tu dois retenir de ta mère alors... Enfin! T-Tu sais, tu es quelqu'un de très bien.

Je suis un peu lente à la détente sur le coup, avant de comprendre. Oh, il a remonté la discussion. Ne sachant quoi répondre, je me contente d'un sourire. Par ailleurs, je me sens gênée, mais pas à cause du compliment. Non, c'est plutôt parce que je réalise que je suis un vrai moulin à parole et il faudrait que je fasse d'avantage attention, car à force de trop parler je vais finir par faire de l'ombre à quelqu'un. Badumtsss... En fait, j'ai surtout peur de finir par empiéter sur la liberté d'expression orale des autres. Au moins, ça démontre que je suis à l'aise, mais il ne faudrait pas que ça mette les gens autour mal à l'aise... Je tombe dans la lune en réfléchissant là-dessus, jusqu'à ce que :

- Tori, fait attention, une araignée s'approche.

Je commence par chercher la dite araignée des yeux sans trop réaliser ce que ça implique, puis lorsque je perçois le mouvement à quelques centimètres de moi seulement, je bondit sur mes pieds pour m'en éloigner. En reculant, je trébuche presque sur une chaise, mais me rattrape sur le bord de la table avant de basculer. Merci la table, je l'ai échappé bel ! Juste au cas où, je monte sur la chaise et m'y accroupie, offrant un semblant de sourire vraiment gêné à Marco.

- Merci de me l'avoir signalé... Je crois que je vais rester sur cette chaise un petit moment...



CasierJournal ★ je parle en #000000 (ou en #0DD62F)

Chains of Memories :


.

Compteur de chutes : 19
avatar
Tori Clark

Fiche perso'
Infos:
Où me trouver:
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Il était une fois deux jeunes à la recherche des mystérieuses cités d'or... ou plutôt perdus en forêt [PV Marco]

Message par Invité le Mar 02 Mai 2017, 06:24

Marco aurait voulu se frapper lorsqu'il vit Tori presque bondir et manquer de peu de se faire mal. Sauver son amie d'un arbre qui s'écroule pour qu'elle finisse par se briser le cou, ça aurait été horrible! Il envoya balader l'araignée qui disparut dans une des nombreuses craques de plancher. Bon! Qu'elle y reste!

- Merci de me l'avoir signalé... Je crois que je vais rester sur cette chaise un petit moment...

- Elle est partie maintenant, tout va bien...

Il adressa un regard désolé à la jeune femme.

- Pardon, de t'avoir effrayée... On devrait aller sur le lit pour être plus confortable.

Une chaise en bois à la longue ça finit par être désagréable après tout. Une minute. Marco rembobinait mentalement ce qu'il venait de dire. ''On''... C-C-C-COMBO DE BOULETTES! Assez pour faire un ragoût!

- ''ON'' EXCLUANT LA PERSONNE QUI PARLE BIEN SÛR! Euh, voilà, prends le lit. Moi je vais rester sur le plancher et regarder le feu. Je t'ai vu l'alimenter alors je crois pouvoir me débrouiller maintenant!

Il alla d'ailleurs s'installer devant le poele à bois, rouge comme une tomate. Décidément, c'était l'amour qui le rendait plus con que d'habitude?


Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: Il était une fois deux jeunes à la recherche des mystérieuses cités d'or... ou plutôt perdus en forêt [PV Marco]

Message par Tori Clark le Mer 03 Mai 2017, 00:16

- Elle est partie maintenant, tout va bien...

Consciente de sa tentative pour me rassurer, mais malgré tout le moindrement apaisée du monde, je réplique :

- C’est gentil de me réconforter, mais quand même, juste au cas…

En plus, je viens de penser à un truc : on est dans une cabane plutôt inoccupée au milieu des bois… Donc la probabilité qu’il y ait des araignées ici est juste exponentielle. Meeerde… J’envisage la solution de me mettre stupidement à pleurer de découragement. Eh oui, pour une chose aussi stupide et futile que ça. Ça n’arrangera rien à la situation, mais ça permet de déstresser… Non, c’est pas une bonne idée.

- Pardon, de t'avoir effrayée... On devrait aller sur le lit pour être plus confortable.

Ce à quoi je pensais juste avant s’envole d’un coup et je fronce les sourcils en regardant Marco. En même temps, j’essaie de me convaincre que je suis la seule à avoir l’esprit légèrement mal tourné, mais cette phrase me dérange.

- Euh…

- ''ON'' EXCLUANT LA PERSONNE QUI PARLE BIEN SÛR! Euh, voilà, prends le lit. Moi je vais rester sur le plancher et regarder le feu. Je t'ai vu l'alimenter alors je crois pouvoir me débrouiller maintenant!

Je soupire intérieurement, ce n’est pas ce que je croyais. Cependant, je ne suis pas très enthousiaste à l’idée d’accaparer le lit même seule, déjà par souci d’équité car je ne veux pas avoir l’air égoïste, mais aussi parce que la chaise me suffit… Et puis, je ne sais pas pourquoi, mais je me dit qu’il pourrait y avoir encore plus d’insectes et d’araignées dans le lit qu’ailleurs dans la pièce, sauf peut-être dans les coins que je n’ose même  pas regarder par peur d’y voir un spectacle traumatisant à l’échelle du monde des insectes.

- Voyons, je ne prendrais pas le lit à moi seule ! Euh, je veux dire, cette chaise n’est pas si inconfortable. Et en fait, je ne veux pas faire ma dédaigneuse, mais je me méfie des matelas qui trainaient sur le bord des trottoirs ou au milieu de nulle part. Parfois, c’est parce qu’ils sont infestés de punaises de lit. Je préfère ne pas prendre le risque d’en ramener pleins à l’académie, car au nombre de lit dans les dortoirs, on en a pas fini…

Une vraie histoire d’horreur à raconter autour d’un feu de camp...



CasierJournal ★ je parle en #000000 (ou en #0DD62F)

Chains of Memories :


.

Compteur de chutes : 19
avatar
Tori Clark

Fiche perso'
Infos:
Où me trouver:
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Il était une fois deux jeunes à la recherche des mystérieuses cités d'or... ou plutôt perdus en forêt [PV Marco]

Message par Invité le Mer 03 Mai 2017, 01:25


- Voyons, je ne prendrais pas le lit à moi seule ! Euh, je veux dire, cette chaise n’est pas si inconfortable. Et en fait, je ne veux pas faire ma dédaigneuse, mais je me méfie des matelas qui trainaient sur le bord des trottoirs ou au milieu de nulle part. Parfois, c’est parce qu’ils sont infestés de punaises de lit. Je préfère ne pas prendre le risque d’en ramener pleins à l’académie, car au nombre de lit dans les dortoirs, on en a pas fini…

Fiou... Elle ne l'étiquettait pas comme un pervers fini, ce qu'il n'était pas du tout! Il frisonna en imaginant tout les insectes que pouvait contenir le matelas en question. Il n'avait pas du tout pensé à ça.

- Aaaah... Ouais, tu as raison. Eurk... Je n'ai pas une phobie des insectes, mais je ne les aime pas non plus.

Dehors la pluie ne se calmait pas du tout, faisant froncer les sourcils de Marco.

- Avec cette température et la noirceur, on se croirait dans un film d'horreur. Ça a l'air presque... arrangé. Enfin, je dis pas ça pour nous porter malheur. J'ai juste trop d'imagination, je suppose...

En même temps, en pensant aux choses étranges qu'il avait vécu en Nouvelle-Calédonie, tout était possible. Il préfèrait ne pas en parler à Tori par contre. Heureusement qu'elle n'était pas présente durant cette croisière.

Un bruit sourd interrompis ses réflexions macabres.

- C'est rien! C'est juste mon estomac..., balbutia-t-il avec gêne.

Il devait être l'heure de manger ou tout simplement que rien faire dans cette cabine lui donnait faim. Même la conversation des insectes plus tôt n'avait pas suffit à lui couper assez l'appétit apparement.


Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Page 3 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum