Ça fait une éternité [PV Narok]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Ça fait une éternité [PV Narok]

Message par Lucy le Mer 15 Mar 2017, 22:25

Une grande respiration...J'étais de nouveau devant le portail de l'Académie. Depuis combien de temps je l'avais éviter, que je m'étais éclipser? Je n'en savais totalement rien à vrai dire. En fait, les dernier mois était plutôt flou dans mon esprit. Je m'étais éloigné de mes collègues et de tout ceux que je connaissais depuis l'évènement avec Ren. Ce qui date quand même. J'avais pris mes distances, préférant me retrancher avec moi-même. En fait, j'avais besoin de temps avec moi-même. J'étais perdue, désemparé. À vrai dire, c'était plus le fait que Narok avait rejoint cet autre gars qui m'avais fait prendre cette décision. Elle ne passait pas à l'époque et elle ne passait toujours pas. J'avais beaucoup travailler sur moi-même, ma relation avec Yuki et sur mon pouvoir. Je n'avais pas du tout chômer. Je voulais avancer dans la vie, voir que j'étais capable de progresser par moi-même. Mais à un certain niveau, on se rend compte qu'il va être plus que nécessaire d'avoir besoin de quelqu'un à nos côté pour nous aider. Et c'était cette réflexion qui m'avais fait changer d'avis. Je devais retourner à l'Académie. Du moins, pas que je l'avais quitter réellement puisqu'on en a pas le droit, mais je n'allais plus à mes cours, passant mon temps à l'extérieur (surtout dans la forêt) et ne rentrait qu'à l'heure du couvre-feu pour ne pas me faire pourchasser par les gardiens. Là je me trouvais un endroit et j'y dormais quelques heures avant de reprendre la même routine le lendemain. Je fuyait totalement le contact avec les autres comme la peste.

Mais il fallait que je me rende à l'évidence. J'allais avoir besoin d'aider. Mon pouvoir s'était améliorer, j'avais progressé et je le savais très bien. Mais cette progression me faisait peur à un certain niveau. Je devenais plus mortel et pour être honnête, j'adorais ce sentiment. Le fait d'avoir l'impression de pouvoir jouer sur la vie de quelqu'un...C'était probablement la personnalité de Yuki qui c'était beaucoup trop mélangé à la mienne. Mais je devais faire avec à présent. J'étais qui j'étais et je ne pouvais fuir cette personne. Nos deux personnalité c'était fusionné tout simplement. Je sentais donc toujours cette envie de pouvoir, cette envie de meurtre en moi. Et c'était ça que je craignait. De pouvoir blesser, voir même tuer un innocent. Bien sur, je me foutais éperdument de tuer ou de blesser quelqu'un qui me cherchait ou qui me faisait ch***. J'en prenais même plaisir. Mais c'était le danger...Donc pour ma sécurité et celle des autres, il fallait que je revienne...Il le fallait...

J'étais donc à présent devant le portail, ce portail si familier. Le soleil commençait tranquillement à baisser à l'horizon et je me disais qu'il était temps pour moi de réintroduire cette Académie. J'avais bien choisi le moment de la journée, choisissant celui ou il y à le moins de monde possible qui traîne dans le secteur. Je ne souhaitait aucunement croiser des gens que je connaissait, des amis ou autres. Je voulais revenir tranquillement, sans brouhaha. Je me demandais ce qu'il dirait en me voyant revenir...Et j'étais inquiète. Est-ce qu'ils allaient être content de me revoir?? Ou est-ce qu'au contraire ils penseraient que je les est abandonnées?! Merde...Trop de questions ça suffit!

Je pris donc à nouveau une grande respiration puis expira en franchissant le fameux portail me retrouvant dans l'enceinte de l'Académie équipée de mon sac à dos. Mon regard se promenait nerveusement autour de moi alors que de multiples questionnement se bousculait dans ma tête. Mais je devais essayer de me calmer le plus possible. Une surdose d'émotion n'étais pas vraiment le bienvenue en ce moment. Disons que j'avais quelques difficultés à les contrôler depuis quelques temps et qu'une surdose d'émotion pouvais rapidement donnée certaine conséquences. Mon pouvoir c'était peut-être améliorer, mais mon caractère lui avait changer. J'étais plus froide, plus solitaire. Je voulais être capable de me débrouiller seule sans avoir besoin de qui que se soit. Et ce fameux mélange de personnalité avec Yuki...Je n'en parle même pas.

Je m'apprêta à continuer mon chemin pour me diriger vers la maison Émeraude lorsque je ressenti quelque chose de familier, mais un feeling que je ne souhaitais pas du tout ressentir en ce moment. Mon sang me brûlait, me chatouillais, me faisait sentir toute étrange. Cela faisait une éternité que je n'avais pas ressenti ça...Mais à la place d'être heureuse, je sentais la colère monter en moi. De un, je n'avais pas vraiment envie de le croiser en ce moment et de deux, je lui en voulait encore. Je lui en voulais énormément en fait. Mais peut-être qu'avec un peu de chance j'allais être capable de continuer mon chemin sans qu'on se croise...Peut-être...Mais s'il ressentais ce que je ressentait en ce moment, je savais fortement que nos chemins allaient se croiser. Je serra mes poing fortement de chaque côté de mon corps tandis que se dernier se raidissait. Mon regard, quant à lui, balayait l'horizon ainsi que l'environnement qui se trouvait autour de moi mais je ne trouvais rien. Est-ce que j'étais capable de le sentir à une plus grande distance maintenant que j'avais améliorer mon pouvoir? Ou peut-être qu'il ne voulais pas se faire voir.

Après quelques secondes, je décida tout de même de continuer mon chemin croisant mes bras contre ma poitrine empêchant le sang de sortir de mes paumes de mains parce que oui, j'avais prit cette précautions. Je ne savais pas si je pouvais lui faire confiance et est-ce que j'en avais envie? Je n'étais pas certaine.

Changement de plan...Je décida sur un coup de tête de me diriger vers un arbre, à l'écart du chemin passant. Bien sûr, mon regard continuais de balayer les alentours, tous mes sens au aguets. J'étais incapable de savoir ou il était, mais je me doutais que j'allais bientôt le revoir.


avatar
Lucy

Fiche perso'
Infos:
Où me trouver:
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ça fait une éternité [PV Narok]

Message par Narok le Ven 17 Mar 2017, 17:57

La solitude me rattrapait de plus en plus. Noa qui m’avait attaqué parce qu’il n’était pas fichue de faire la part des choses. Je l’avais attaqué en revenant de Déviance mais il était impossible pour lui de commencer une réflexion autour de ce sujet pour déterminer les raisons qui m’avaient poussé à le faire. S’il était incapable de comprendre malgré tout et bien tant pis, j’aurais perdu un ami et gagné un ennemi, qu’est-ce que ça changerait ? Pas grand-chose, après tout je ne voyais presque plus personne ces derniers jours, ma chambre était mon refuge et je me contentais de lire et d’étudier, de penser et réfléchir à diverses chose, m’entrainer avec un pouvoir de temps à autre et rien de plus. Je n’avais pas de but. Il a y un peu plus de 6mois, j’aurais bougé mon cul avec un immense plaisir pour aller voir Lucy. Mais ça faisait plus de 6 mois que je n’avais aucune nouvelle d’elle, personne ne savait trop où elle était et ce qu’il lui était arrivé. Son collier que je lui avais offert était toujours intact, elle ne semblait pas l’avoir cassé, mais pour autant elle pouvait l’avoir jeté au fond d’un lac ou enterré sous un vieil arbre, vendu, donné, ou que sais-je d’autre. J’avais eu un grand sentiment de vide depuis son exile, et personne n’avait pu le combler. J’avais rencontré quelques personnes intéressantes, mais au final personne ne pouvait la remplacer, personne n’apparaissait à mes yeux comme une petite ami potentielle. Ça ne me venait même pas à l’idée, parfois je croisais une fille qui pouvait me faire tourner le regard dans la rue, mais quand je laissais mon regard estimer ses formes je pensais à Lucy et à nos folles nuits. Tout de suite après, mon envie dévorante alimentait une frustration colossale et sans fin, toujours plus de tristesse et de ressentiment envers son absence. Dans ses cas là j’allais au premier endroit où je pouvais trouver de l’alcool et finissait ma soirée avec la première que je croisais. C’était souvent la fin de la bouteille ou mon envie d’aller me rouler en boule sous mes draps.

Je venais de prendre ma douche et je séchais paresseusement allongé sur mon lit dans un rayon de lumière, il faisait beau je crois, une des premières températures de printemps apparemment… rien qui ne me donne vraiment envie de sortir. Je restais là à regarder le plafond à moitié nue en sentant une petite brise emporter progressivement l’humidité qui restait sur ma peau. … Je n’avais rien en tête, envie de rien, peut-être un peu soif mais je pouvais attendre plusieurs heures avant d’avoir à me lever pour boire quelque chose. Finalement à force de rester comme ça sur mon lit je finis par m’endormir sans m’en rendre compte. Je sentais le sommeil s’épaissir alors que mon esprit sombrait vers le rêve, seul endroit où je pouvais encore rejoindre Lucy…

En sursaut je me redressai sur mon lit. Je me sentais bizarre… il… quelque chose avait changé. C’est un peu comme quand on s’occupe l’esprit et que quelque temps après on sent qu’il va y avoir de l’orage. C’était pareil, mais dans l’autre sens, je sentais que quelque chose de bien était là. J’avais… mon sang qui me tirait ailleurs, qui voulait aller quelque part, il me chatouillait, bouillait, roulait dans les veines et mes artères. Ça faisait tellement longtemps que je n’avais pas sentis ça, je ne reconnus la sensation que quelques instants plus tard. Sans avoir le temps d’aligner une seule pensée, je me jetai par la fenêtre et m’envolai dans la direction que mon sang me dictait.

C’ETAIT LUCY !! ELLE ETAIT REVENUE !! C’ETAIT LUCY !! J’avais tellement hâte de la revoir ! Je ne tenais plus en place ! En quelques secondes j’étais quelque part dans les airs au-dessus du portail.  C’était belle et bien Lucy ! Je la voyais près d’un arbre qui cherchait quelque chose de son regard. Moi supposément. Mais elle ne me trouvait pas encore. Elle était un peu loin… mais elle ne semblait pas contente d’être là… Elle avait la mine renfrognée et énervée. Je stoppai alors que j’avançais de moins en moins vite dans sa direction… . Elle n’avait pas l’air de vouloir qu’on l’approche, mais en même temps elle semblait attendre. Elle savait que je venais je pense, et si elle voulait rencontrer quelqu’un d’autre, elle aurait surement donnée rendez-vous en dehors de l’académie, donc c’est moi qu’elle attendait logiquement. Alors pourquoi est-ce qu’elle n’avait pas l’air heureuse ? On ne s’était pas vue depuis l’histoire avec Ren’… elle m’en voulait certainement encore, même si j’avais fait en sorte de la rassurer avant que nous ne mettions les voiles. Elle n’avait pas compris mon message ? Elle n’avait pas gardé confiance en moi ? Je ne savais plus trop si je devais aller la voir. J’avais peur de lui parler maintenant, son comportement n’augurait rien de bon pour notre couple, enfin après 6 mois sans nouvelle nous n’étions plus exactement un couple, malgré ce qui nous unissait et qui était plus résistant que n’importe quoi d’autre. Est-ce qu’elle avait encore son collier ? Je n’étais pas sûr de le voir ou de le sentir sur elle.

Finalement je descendis doucement de ma hauteur tout en m’habillant puisque j’étais sorti en toute urgence uniquement vêtue de mon caleçon noir. Mon sang sorti et me couvera tout en se transformant en un t-shirt chic beige avec un gilet rouge grenat ouvert et un jean noir moulant accompagné de converses simples. Je me posai sans trop de bruit, de toute façon j’avais fait ma descente devant elle, après m’être habillé pour ne pas lui infliger la vue du sang, donc elle m’avait repérer sans aucun doute. Je restais devant elle tout penaud intérieurement alors qu’extérieurement je la fixais avec un sourire franc et chaleureux. Commençons avec une banalité histoire de poser une base plus sûre.

« Tu portes toujours mon collier ? »
avatar
Narok

Fiche perso'
Infos:
Où me trouver:
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ça fait une éternité [PV Narok]

Message par Lucy le Sam 18 Mar 2017, 20:14

Plus les secondes avançait, plus je ressentais sa présence qui se rapprochait de moi. Je ne savais pas encore ou il se trouvait, mais il se dirigeais vers moi c'était certain. Il avait donc lui aussi senti ma présence. Est-ce que ça m'étonnais? Pas vraiment. Mais une chose était certaine. Je n'avais plus le choix. Je devrais le confronter dans quelques instants. Je n'avais pas du tout le cœur à le voir et à discuter avec lui. Probablement trop de rancœur encore. Et comme j'étais rancunière et bien...Voilà. De plus, j'avais espérer un retour plus calme. Me diriger tranquillement vers ma chambre, parler doucement avec les autres membres de la maison émeraude et aller me coucher tout simplement.

Puis, je le vis arriver. Il volait!? Sur son sang...!? Hmmm...visiblement il avait travailler pas mal sur son pouvoir lui aussi. Déjà qu'il le maitrisait très bien avant que je quitte l'Académie, je pouvais imaginer un peu son contrôle à présent. Et est-ce que Ren lui avait fait quelque chose? Toujours autant de question et si peu de réponse...Bien sûr, je pourrais lui demander. Mais est-ce que j'en avais vraiment envie?

Je le regarda donc atterrir devant moi très tranquillement, sans presse. Son attitude corporel ne laissait rien présager de mauvais. Au contraire, il avait l'air plutôt content de me voir avec son large sourire sur ces lèvres.

« Tu portes toujours mon collier ? »

J'avais très bien compris sa question, mais je préférais attendre quelques secondes avant de lui répondre. Prendre le temps d'assimiler la situation en gros. Mon regard déposer sur lui, je le regardais avec intensité. Mais ce n'étais pas le genre de regard que Lucy aurait porter sur quelqu'un, mais plus un regard du style de Yuki. Froid, glacial, meurtrier.  Malgré mon regard très peu inviteur, je pris le temps de l'observer de haut en bas, tranquillement, sans gêne. Il était comme dans mes souvenirs. Souvenirs qui m'attaquait maintenant l'esprit. Cette soirée au bar, cette nuit à l'hôtel, cette nuit dans cette chambre vide de la maison Saphir... Que de très bon souvenir en fait...Je ne pouvais nier cette attirance que j'éprouvais pour lui et j'aurais très bien pu lui sauter au cou immédiatement. Mais j'avais certaine raison qui me retenait de le faire.

-Il est dans mon sac à dos

Et c'était vrai. Je n'avais pas eue la force de m'en débarrasser. Ce collier représentait beaucoup pour moi et la vue de ce bijou m'avais aidé plus qu'une fois à passer au travers de certaine épreuve de ces dernier mois. Comme quand je voulais tout abandonner, je n'avais qu'à le regarder pour me motiver à poursuivre mes efforts. J'adorais ce bijou mais je lui en voulais trop pour le porter autour de mon cou.

Je décroisa mes bras, pour les allonger contre mon corps, mon sang toujours dans mes paumes de main. Mais ce dernier n'aidait en rien à me concentrer. Bien que j'avais le contrôle total sur ce dernier, il ne cessait de s'agiter, de trembler. Je décida donc de refermer la plaie de ma main gauche pour ne garder que le sang de ma main droite. Même si je ressentais quand même toutes sortes d'émotions, elles étaient légèrement réduite. Et il ne fallait pas oublier que cela faisait très longtemps que l'on ne s'était pas retrouvé si près l'un de l'autre, moi et Narok. J'avais donc l'impression que mes sentiments était quadruplé si je comparais à avant. C'était comme si mon sang me forçais, qu'il voulait à tout prix aller à sa rencontre. Mais je restais quand même impassible, en face de se dernier le même regard toujours posé sur lui.

-Ça me surprend de te voir à l'Académie. Surtout après avoir trahis tes amis comme tu la fait.

Mon sang entourait maintenant ma main et commençait à se hérisser peu à peu. Je ne voulais pas attaquer Narok, à moins que ça soit nécessaire et en le voyant, je ne pensais pas qu'il souhaitait m'attaquer lui non plus. Mais ma colère était tellement présente, que mon sang réagissait à cette soudaine montée d'émotion. Mais il fallait que je fasse gaffe. Un surplus d'émotion n'étais pas la bienvenue en ce moment. La seule chose qui me rassurait était que Narok serait plus que capable de gérer la situation si je dérapais...Au moins... J'avais des comptes à régler avec lui, mais je ne voulais pas pour autant le blesser gravement non plus. En fait, je ne voulais rien lui faire mais la partie Yuki de moi-même le voudrais bien. Depuis ce mixte de nos caractère, j'étais toujours mélangé entre ces deux sortes de choix.

Toujours dans la même position, j'attendais une réponse de sa part en essayant de contrôler mes émotions du mieux que je le pouvais. Moi qui était revenu principalement parce que j'avais des problèmes d'envies de meurtre et de contrôle de mes émotions...Je pensais pas qu'à la première journée je ferais face à un de mes problèmes. Surtout que ce problème pouvais enclencher le deuxième....Et merde... Bonne rentrée Lucy!


avatar
Lucy

Fiche perso'
Infos:
Où me trouver:
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ça fait une éternité [PV Narok]

Message par Narok le Lun 20 Mar 2017, 17:12

Elle ne répondait pas… alors que je me forçais à rester calme avec une expression accueillante, elle, semblait distante, détachée, et me jaugeais de la tête aux pieds avec désinvolture, sans me répondre. Je m’étais dit que je commençais avec une question simple pour engager la discussion. Pure sarcasme puisque la réponse à cette question était des plus cruciales. Si elle n’avait pas gardé le pendentif, ça ne signifiais rien de bon pour notre couple.

-Il est dans mon sac à dos

Ok premier coup porté à mon espoir de voir la situation se régler rapidement… Moi qui croyait, enfin non en réalité je n’en avais aucune idée, qu’elle l’aurait gardé sur elle. Mais elle c’était visiblement refusée à le porter. Le souvenir qu’il évoquait en ma personne était-il si mauvais ? Il fallait croire que oui. Je baissai les yeux un peu perdu face à ce coup difficile, je préférais détourner le regard pour me ressaisir momentanément que de défaillir d’entrée de jeu. Je soupçonnais désormais les questions difficiles d’arriver dans les instants suivants. Je ne voyais pas son visage, mais je vis qu’elle décroisa les bras, les poings serrés… Maintenant j’avais envie de faire demi-tour. Mais je remontai mon regard vers elle pour croiser ses yeux. Je faillis repartir, mais je tenue bon et lui rendis son regard avec la moindre parcelle de dédains que je lisais dans le sien.

-Ça me surprend de te voir à l'Académie. Surtout après avoir trahis tes amis comme tu la fait.


Et voilà, score parfait sur la prédiction. La question que je redoutais n’avais effectivement pas tardée et venais de tomber comme une enclume sur une flaque, aspergeant l’atmosphère de colère et de rancœur. De mon côté aussi, ses sentiments venaient de bondir pour prendre la main mise sur mon état émotionnel. Je voyais du coin de l’œil, sans avoir à détourner le regard, qu’elle avait du sang sur sa main et que ce dernier réagissait comme une bête sauvage. On aurait dit… qu’elle retenait Yuki ? C’est le seul comparatif que j’avais, mais pourtant avant Ren’, quand je lui aie donné le collier, elle avait réussi à la dompter, même juste une fois. Pouvait-elle la garder sous contrôle avec une dispute assez forte et amplifié par le lien ?

« Ça me surprend de te voir à l’académie. Surtout après avoir Abandonné tes amis comme tu l’as fait. Mais vas-y, ne me demande rien et accuse moi de ce que tu veux, c’est tellement plus simple. D’ailleurs je ne sais même pas si tu es au courant de toute l’histoire ? Aussi je n’ai trahi personne, et il n’y a que toi qui m’importe. »

A la fin de phrase, alors que pour tout le reste mon regard était en colère et vexé, il était devenue plus empreint de tristesse, si elle savait à quelle point elle m’avait manqué, si elle savait à quelle point j’ai eu besoin d’elle. Mais elle n’en avait peut-être rien à faire, même probablement. Elle avait l’air prête à attaquer, indécise, pour ma part je ne savais pas comment je réagirais si elle m’attaquait. Trop blessé dans mes espoirs de voir notre couple traverser cette épreuve, je partirais, ou dans une vengeance absurde de son abandon, même si ça ne soignera pas les blessures, cela comblera peut être l’écart qui s’est insinué si brutalement entre nous. Mais arriverais à la blesser ? On s’est déjà combattue, pour nos entraînements, on s’est déjà blessé plus ou moins, mais jamais nous n’avons échangé des coups par colère, dans un but de faire mal. Rien que l’idée me révulsais et un frisson de dégoût me parcourait l’échine, même si je le faisais, je ne se sait pas si notre couple s’en relèvera un jour.
avatar
Narok

Fiche perso'
Infos:
Où me trouver:
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ça fait une éternité [PV Narok]

Message par Lucy le Lun 20 Mar 2017, 19:45

« Ça me surprend de te voir à l’académie. Surtout après avoir Abandonné tes amis comme tu l’as fait. Mais vas-y, ne me demande rien et accuse moi de ce que tu veux, c’est tellement plus simple. D’ailleurs je ne sais même pas si tu es au courant de toute l’histoire ? Aussi je n’ai trahi personne, et il n’y a que toi qui m’importe. »

J'avoue que ces paroles me déstabilisèrent un peu. Je ne m'attendais pas du tout à ça, à vrai dire. Dans un sens il avait raison. Oui j'avais abandonné mes amis et c'était quelque chose avec quoi je devais faire. Mais en même temps que sa phrase, son attitude avait elle aussi changé. Il était passer d'accueillant à en colère? Rancunier? Je ne savais pas trop comment il se sentait, mais il avait changer du tout au tout. Peut être en réponse à mon propre comportement? J'avoue que je l'avais peut-être un peu attaquer sur le moment. Mais je repensais sans cesse à cette journée avec Ren... Tant d'émotion semblait le franchir. Je ne savais pas trop ou donner de la tête. D'apprendre par le fait même que j'étais la seule qui lui importait...Est-ce qu'il était honnête? Auparavant, je l'aurais cru à 100%, mais maintenant...Ça faisait 6 mois que nous ne nous étions pas vue et la dernière fois que nos regard c'était croisé il partait au côté d'un ennemi...

-Tu n'a trahi personne?! Et je suis qui moi?! Est-ce que tu a réfléchi une seconde à comment je me suis sentie quand je tes vue aller à ses côtés!? Tu avait peut-être tes raisons, je te l'accorde, mais tu à quand même décider de l'accompagner... S'il l'aurait voulu, il aurait très bien pu nous tuer et j'ai l'impression que tu n'aurait même pas bouger le petit doigt pour faire quoi que ce soit! Et ça, pour moi, c'est une trahison.

Mon regard plonger dans le sien, je sentais la colère monter un peu plus en moi. Pour essayer de faire baisser la tension, je baissa le regard et le reporta sur ma main ensanglanté en prenant une grande respiration. Cependant, ma main elle, commença à trembler tout comme mon sang qui s'agitait de plus en plus. Pour essayer d'avoir plus de contrôle j'entoura mon poignet droit de ma main gauche et le serra légèrement pour le diriger contre mon ventre. Il fallait que j'essais de me calmer. Mais je sentais que c'était pratiquement impossible dans la situation actuelle. Plus la conversation se développais, plus je sentais la colère monter en moi. J'essayais d'adopter une respiration normale, mais c'était plutôt difficile aussi. Peut-être que de changer de sujet aiderait la situation?

-Je ne suis au courant de rien...Explique, peut-être  que ça va améliorer la situation...

J'étais légèrement essoufflée ce qui paraissait assez clairement dans mes paroles. Et en parlant de situation, je voulais autant dire la situation en ce moment entre nous, que ma propre situation de gérance des émotions. S'il trouvait les bons mots, peut-être que j'allais réussir à mes calmer qui sait.

Tout en essayant de reprendre ma respiration, je déposa mon sac à dos sur le sol et me recula légèrement pour m'adosser à l'arbre le plus près, toujours mes mains contre mon ventre. Pourquoi est-ce que j'avais toujours l'impression d'avoir l'air folle lorsque j'étais avec Narok!? C'était plutôt dure d'ignorer la situation en fait puisque je ne paraissait pas vraiment normal. Mais c'était pour ça aussi que j'avais décider de me retirer légèrement de la place passante pour attendre Narok.

Je remonta alors ma tête, décidant de l'accoter contre l'arbre puisqu'elle me semblait être de plus en plus lourde. Je tenta aussi ma chance en déposant mon regard à nouveau dans celui de Narok mais cette fois-ci, en essayant d'être plus neutre, de ne pas le regarder comme si j'avais des envies de meurtres. Tout ce qui se passait en ce moment, c'était loin de ce que j'aurais voulu en réalité. J'aurais bien aimer, au contraire, qu'on se retrouve et que tout soit comme auparavant. Mais il y avait certains trucs qu'il fallait qu'on règle, lui et moi. Et c'était le moment de le faire. J'espérais juste être capable de me retenir tout au long de la conversation. En temps normal, j'aurais pu me contrôler...En fait, je crois. Mais la, c'était Narok. Et juste ça c'était assez pour faire dégénérer une situation dans n'importe quel sens du terme (si tu voit ce que je veux dire hue hue..!).

En fait, est-ce que je devais lui en parler? Je veux dire, de mes nouveaux problèmes..? C'était quand même quelque chose d'important non? Mais en même temps, je ne voulais pas passer pour une victime ou je sais pas trop. Mais si je devais éclaté, il était important qu'il soit au courant. Je ne voulais pas l'attaquer et le blesser, loin de la. Je ne lui en voulais pas à ce point. En fait, je tenais encore à lui. Mais les proportions était quand même de 50/50 en ce moment... J'allais attendre et si jamais ça devenait inévitable, j'allais lui en glisser un mot. Ouais...C'était le mieux à faire. Si je pouvais m'en tirer sans qu'il remarque rien (hahaha ouais...) ça serait bien non?


avatar
Lucy

Fiche perso'
Infos:
Où me trouver:
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ça fait une éternité [PV Narok]

Message par Narok le Mar 21 Mar 2017, 14:41

-Tu n'a trahi personne?! Et je suis qui moi?! Est-ce que tu a réfléchi une seconde à comment je me suis sentie quand je tes vue aller à ses côtés!? Tu avait peut-être tes raisons, je te l'accorde, mais tu à quand même décider de l'accompagner... S'il l'aurait voulu, il aurait très bien pu nous tuer et j'ai l'impression que tu n'aurait même pas bouger le petit doigt pour faire quoi que ce soit! Et ça, pour moi, c'est une trahison.

Elle s’opposa à ce que j’avais avec force, pour le moins… Elle prit une grande respiration, je bloquai la mienne attendant le prochain coup… Elle fuyait mon regard, je n’arrivais plus à la quitter des yeux. Elle se saisit le poignet et le blottit contre elle…, voulait elle tenter quelque-chose comme ça ? Ça ressemble à une tentative pour se calmer, mais je ne savais pas exactement si elle le voulait. Pour ma part, je ne voulais plus grand-chose, à part elle, mais elle semblait si inaccessible.

-Je ne suis au courant de rien...Explique, peut-être  que ça va améliorer la situation...

Je détournai le regard cette fois… aucune chance que ça améliore la situation. Si rien que le fait que je parte avec Ren’ la mettait si en colère… elle allait littéralement exploser et voudrait me mettre en pièces. Je l’entendais bouger alors que je fixais le sol quelque part à ma gauche. J’avais le visage redevenue impassible le temps de prendre une décision. Mais j’avais beau essayé de réfléchir, je ne pouvais qu’une seule sorti qui avait des chances d’être passable… je n’avais pas d’autre choix que de montrer que j’étais sûr de moi et de relater tous les éléments important du début à la fin sans les teinter de mon avis personnel. Il fallait lui montrer les faits, et seulement les faits. Les sentiments allaient devoir attendre, mais bon c’est pas comme si j’avais passé les quelques derniers mois à faire comme ça, laissant mes sentiments de côtés pour ne pas sentir trop profondément le solitude qui m’habitait.

Je relevai le regard vers elle, les yeux remplis de détermination. Je m’approchai pour ne pas rester dans le chemin des potentiels passants et pour garder un semblant d’intimité entre elle est moi. Ce que j’avais à dire, personne d’autre ne devait l’entendre. Je m’assis pour m’adosser au même arbre qu’elle, mais pas complétement à côté. Si nous tendions tous les deux nos bras l’un vers l’autre, nous pourrions nous toucher, mais je n’envahissais pas son espace, du moins, je pense que je ne le faisais pas. Une fois assis je commençai à lui parler.

« Je suppose donc que tu n’as pas vue que je t’ai fait un signe pour te montrer que tu pouvais avoir confiance en moi, pour que tu sache que je reviendrais. Mais bon, c’est passé et tu ne peux pas en avoir de preuve alors… . Il faut que tu me jure de ne rien raconté à personne quoi qu’il arrive. »

« Après que nous soyons sorti de l’académie un bus  est venue nous chercher pour nous emmener. On ne peut pas savoir où c’était puisqu’ils nous ont cagoulé  et ont pris des chemins pour nous semer et que l’on perdre la trace de notre position. Une fois arrivé nous avons été entrainé avec Ren’, ils nous donnaient également des substances pour booster nos pouvoirs et ils nous imposaient de les prendre. Ren’ n’était finalement qu’un soldat et est devenue notre instructeur, nos pouvoirs se sont rapidement développé de manière exponentiel et certain ont ensuite reçu des puces qui leur ont été greffé sous la peau à la base du crâne, au niveau du cervelet. Les puces avaient la même fonction que les drogues, mais se révélaient avoir un effet permanant. Nous avons ensuite reçu une un discours de doctrine nous convainquant d’aller attaquer l’académie. Ils ont clairement fait comprendre que nous ne devions pas refuser et qu’il avait beaucoup d’informations sur chacun de nous. Au départ, j’ai fait semblant de jouer le jeu, mais ils s’en sont rendu compte et ils m’ont pris à part pour me dire qu’ils savaient qui était ma mère, où nous habitions, sa localisation actuelle, qui sont mes amis à l’académie et que si je ne n’allait pas suivre la mission, qu’ils en feraient des cibles prioritaires. Ils m’ont sorti des photos de plusieurs personnes, pour certaines, je n’avais fait que les croisé en cours ou en nouvelle Calédonie, mais pour d’autre, je les connaissais depuis plus longtemps et plus intimement, comme toi. »

« Je n’ai pas pu me résoudre à mettre en dangers tout le monde et les aient convaincue que je remplirais ma mission coûte que coûte. J’ai été mis en équipe avec Astra le jeune saphir qui était parti également et nous somme revenue à l’académie. J’ai combattu Tori, Noa, Marco, Et une certaine Harumi que je ne connaissais pas encore, et que je n’ai pas revue après. J’ai déguisé l’utilisation de mon pouvoir pour me faire passer pour un manipulateur de terre et j’ai parfaitement joué le méchant. J’étais venue entièrement déguiser et donc méconnaissable, ils n’ont pas été en mesure de me reconnaitre, et puis avant de partir, Astra a brouillé leurs souvenirs de l’attaque pour qu’ils ne puissent pas faire le lien avec moi. En définitif, j’ai humilié Marco pour qu’il agisse, j’ai également blessé tout le monde. Marco s’est retrouvé aveugle pour quelque jours, Tori a eu une grave perforation à la jambe et une grosse perte de sang, Noa a été sous respirateur pendant un certain temps avec plusieurs os brisés, et Harumi à fuit el combat pour aller chercher des secours avant que ça en dégénère, donc elle n’a pas été blessée. Avant de partir, je me suis assuré que toutes les blessures que je leur aie infligées n’était ni mortelles, ni définitives, et que les secours arriveraient à temps pour éviter tout risque. Ils nous à été demandé de tuer le plus possible, et au lieu de ça j’ai trouvé comme seule échappatoire de jouer les antagonistes de BD et de jouer avec eux, pour leurs gagner du temps, me donner une raison valable de ne pas les avoir tué, et aussi de les avoirs blessé. »

« Je sais je n’aurais sûrement pas dût partir, mais je m’en suis beaucoup voulue, pour les avoir blessé mais aussi pour autre chose… .En conclusion, j’ai gardé le secret sur ma responsabilité dans l’attaque jusqu’à récemment, Je l’ai d’abords apprit à Noa. (Après l’avoir soigné d’une blessure mortelle, mais je ne sais pas si ça entre en ligne de compte alors je n’en dit rien pour l’instant) Il faut encore que je l’annonce à Tori, puis à Marco. Il faut que tu sache quand même que je les surveillait de loin après l’affrontement, Marco a réussi à trouver la motivation pour améliorer son pouvoir et s’est repris, il fait même du sport. Tori  elle continue de développer son pouvoir, mais je ne suis pas tellement sûr que j’y aie joué un rôle. Noa quant à lui, a aussi développé son pouvoir et ses capacités martiales, il ne l’avouera peut-être pas, mais je suis convaincue qu’il l’a fait en parti à cause de l’attaque. »

«Je pense qu’on a évité le scénario catastrophe, et je crois avoir payé pour ce que je leur ai fait, je peux remercier Lynn’ pour ça je suppose. Mais Noa ne me pardonne pas encore parce qu’il ne comprend pas, il m’a attaqué il y a quelques jours en me lançant des accusations et des questions, il a fini par s’évanouir tout seul à cause de son pouvoir, je crois, et je l’ai laissé à l’infirmerie, je ne l’ai pas encore revu. »


Je poussai un long soupir

« Si tu as des questions, pose-les. Sinon c’est toi seule qui peux juger de ma culpabilité dans l’affaire. Quoi que tu décides, je suppose que ça fait partie des conséquences que je dois accepter. »

Parce que, oui, je ne voyais pas tellement une issue favorable à notre relation. Je ne savais même pas si elle était resté pour écouter jusqu’au bout ou si elle était partie, si elle allait m’attaquer ou si elle se retenait.

HRP:
PAVE!!! Voila tout ce que t'as manqué, et encore ce n'est que ce que tu as manqué qui concerne l'attaque et ses conséquences. Si tu veux les liens de Rps pour les lires je te les passerais par Mp. Dit moi juste lesquels tu veux.
avatar
Narok

Fiche perso'
Infos:
Où me trouver:
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ça fait une éternité [PV Narok]

Message par Lucy le Mer 22 Mar 2017, 01:21

Je le vit ce rapprocher de moi. Lentement du moins, mais je le voyais se rapprocher. Il mettait un pas devant l'autre, avec assurance, sans hésiter une seconde. Je regardais chacun de ses mouvements, toujours en essayant de garder une respiration stable, régulière. Mais je le sentais se rapprocher et je n'étais pas la seule. Chaque membre de mon corps le sentais, chaque petite parcelle. En ce moment même, j'avais l'impression d'être encore plus sensible qu'auparavant vis-à-vis lui et j'ignorais pourquoi? Étais-ce en lien avec l'évolution de mon pouvoir? Ou simplement parce que j'étais plus sensible, en ce moment? Bref, la réponse à cette questions n'était pas très évidente. Je le laissa tout de même se rapprocher de moi, surement qu'il avait une raison en particulier de le faire. Je l'observa s'adosser à son tour contre le même arbre que moi, gardant quand même une certaine distance ce que j'appréciais grandement. Je décida cependant d'adopter la même position que lui histoire d'être plus à l'écoute de ses paroles. Effectivement, j'avais le sentiment qu'il s'apprêtait à me raconter toute une histoire et je ne voulais pas en manquer un seul mot.

Lorsqu'il me demanda de garder pour moi ce qu'il allait me raconter, j'hésita quelque seconde avant d'acquiescer mais le fit tout de même au bout de quelque secondes. C'était le seul moyen de toute façons pour qu'il commence son récit. Et pour être honnête, en fait, je ne pensais pas que j'avais l'intention d'en parler à qui que ce soit. J'écouta donc tout son récit sans bouger la moindre parcelle de mon corps, essayant d'assimiler le plus d'information possible. En fait, je ne savais pas du tout comment réagir à cette bombe d'information que je venais de recevoir. La première partie de son explication ne me frustra pas vraiment. En fait, j'avais plus une certaine pitié envers lui, à cause de ce qu'il avait vécu à cause de Ren. Mais dans un sens, il en était le seul responsable. Il avait voulu l'accompagner, t'en pis pour lui. Je resta donc immobile, le regard plonger dans le paysage en face de moi, attendant la suite.

Cependant, la suite de son récit me fit tressaillir. Il était réellement venu attaquer des étudiants de l'Académie...Tori...Marco...et Noa... Je connaissait Noa pour l'avoir croisé quelque fois, je connaissait bien Tori puisqu'elle était de la maison émeraude elle aussi et Marco...Lui je le connaissait très bien. Je m'était même fait un devoir de le protéger, de l'aider dans son cheminement. Et voila que je partais et qu'il se faisait attaquer par Narok... Mes point se refermèrent automatiquement sur eux même comme pour essayer de faire baisser la rage qui s'accumulait tranquillement au fur et à mesure que les informations arrivaient à mon cerveau. Je comprenais qu'il avait fait ça pour les protéger, mais quand même! Il aurait quand même pu déraper et tous les tuer à la fin! J'avais de la difficulté à gérer ça.

Malgré cette colère, certaine choses me rassurait quand même. Comme de savoir que Marco c'était prit en main et qu'il c'était amélioré. C'était un énorme point positif. Et d'entendre que Narok avait continuer à ''veiller'' sur eux pour être sur qu'il soit correct. Je voulais le croire. Une partie de moi voulais le croire entièrement et lui pardonner, alors que l'autre voulais tout simplement le détester pour avoir fait ce qu'il avait fait. Je l'écouta jusqu'à ces dernières paroles, jusqu'à temps que je sois certaine qu'il avait bel et bien fini. Oui, j'avais tellement de questions mais elles se bousculaient tellement dans ma tête en ce moment, que je n'aurais même pas su qu'elle poser. Mais j'avais une chose à régler avec lui avant.

Inconsciemment, j'avais refermer ma plaie dans ma main droite, mais je m'étais faite deux petite entaille sur le dessus de chacune de mes épaules. Dans un bond rapide, je me retrouva à califourchon par dessus Narok, face à lui, mon regard plonger dans le sien. Tout c'était fait très rapidement, sans que je réalise quoi que ce soit. Mes mains c'étais déposé sur les épaules de Narok, tenant ces dernières fermement de chaque côté, alors que deux tentacules de sang c'était plantées de chaque côté de la tête de Narok, à environ 10cm de chaque côté.

-Tu AURAIT dû rester!

Mon regard toujours plonger dans le sien, ma respiration se faisait courte et saccader. Je ne savais quoi penser, j'étais totalement confuse. J'avais l'envie de me rapprocher, de me serrer contre lui, mais aussi l'envie de voir couler du sang, de voir couler le sien, de pouvoir le toucher, le sentir sur ma peau. Pendant que je continuais de l'observer, mon sang commença à s'étendre tranquillement sur l'arbre descendant jusqu'à mes mains.

-Qu'es-ce que ça ta apporté de faire tout ça?! Mis à part le fait que des gens en qui tu tenais t'on tourner le dos?! Est-ce que ça valait la peine de tous les blesser et de les faire souffrir?!

Je voulais des réponses. Et je les voulais maintenant! Je n'allais pas me calmer t'en que je ne les aurait pas. En même temps que les battements de mon coeur s’accélérait, j'essayais de prendre de grande respiration pour compenser. J'étais encore lucide. En colère et prête à exploser, mais j'étais encore capable de me maitriser un peu. Cette côté de mon cerveau qui ne voulais pas le blesser gardais encore le contrôle sur l'autre. Et j'en avais conscience puisque mes tentacules de sang c'était planter dans l'arbre et non sur son corps. Ce qui était plutôt positif en soi même si la situation, vue de l'extérieur, ne présageais rien de bon.
HRP:
Non ça va aller! :D J'aime bien découvrir ce qui c'est passé en rp au lieu de tout le lire d'avance! :p Ça rajoute du suspense! :o hahaha


avatar
Lucy

Fiche perso'
Infos:
Où me trouver:
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ça fait une éternité [PV Narok]

Message par Narok le Mer 22 Mar 2017, 10:36

Elle était restée là où elle s’était adosser à l’arbre, elle avait écouté jusqu’à la fin… était-ce une bonne chose ? Maintenant tout pouvait arriver, la fin du monde comme une invasion de zombie, des papillons géants ou n’importe quoi d’autre, tout me paraissait plus probable qu’un happy end. Je m’efforçais de ne pas sentir le lien qui chérissait tout le tumulte qui régnait entre nous, le risque d’imploser dans une fontaine intarissable de sentiment contraire et initiateur de folie était bien trop grand. Je regardais les frondaisons qui flottaient légèrement dans un petit alizé, faisaient danser des ombres lascives sur mon visage. J’attendais la sentence comme un condamné à mort.

Je ne vis qu’un éclair rouge venir se placer devant mes yeux et j’entendis deux  «Tonc » de chaques côtés de ma tête, elle me tenait les épaules contre le tronc alors qu’elle était assise sur mes jambes. Je savais que c’était des filaments de sang tels des lames qui s’étaient plantés dans le tronc de l’arbre, je voyais les deux traits carmin poindre de derrière elle. J’avais le visage de Lucy en face de moi, à quelque centimètre. Tout mon corps se crispa et mon cœur se mit en suspend quand le lien que je ne pouvais plus ignorer inonda mon cœur. Je ne respirais plus, je bloquais tout, il ne fallait pas que je succombe ou s’était fini, je ne pourrais plus reprendre raison, je ne pourrais plus me contrôler et tout ce que je gardais d’envie, de frustration, de tristesse, de luxure, de solitude, tout allait éclater et prendre le contrôle. J’en tremblais tellement c’était dur et éprouvant de se faire le barrage d’un torrent si puissant. Je baissai les yeux rapidement pour en plus avoir son visage tourmenté devant moi… mais je tombai en face de sa poitrine… PAS PAR Là. Tout aussi vite je dû me résoudre à remonter mon regard dans le sien. Mon pauvre cœur battait à tout rompre et je me faisais violence.

-Tu AURAIT dû rester!

Cette accusation me sorti de mon combat pour me replacer en l’instant sur ce qui comptait, c’est vrai que tout n’était pas encore fini. Je sentais ses mains crispées contre mes épaules alors que son souffle venait me caresser le visage.

-Qu'es-ce que ça ta apporté de faire tout ça?! Mis à part le fait que des gens en qui tu tenais t'on tourner le dos?! Est-ce que ça valait la peine de tous les blesser et de les faire souffrir?!

Je pris un peu de temps pour répondre, je ne m’étais pas encore poser cette question… est-ce que ça avait valu le coup ? Je ne sais pas, Noa avait fait des progrès, Marco aussi, moi aussi, j’avais réussi à leurs voler des secrets qu’ils avaient gardés loin de nous et qui pouvaient diriger vers l’origine des pouvoirs chez bon nombre d’entre nous. Peut –être même pourrait permettre de comprendre comment Lucy a eu les siens. Dans le doutes je dirais, oui. Même si toutes les conséquences n’étaient pas encore retombées. Je fini quand même par répondre, même si ça n’allait pas trop lui plaire.

« Oui. Je pense que ça valait le coup, j’ai pu leur voler des substances qu’ils ont utilisées pour agir sur nos pouvoirs, je fais des recherches dessus, je n’en suis encore que au début, mais peut-être à terme pourrais-je trouver une solution pour tous ceux qui ont à subir leur pouvoir. Et puis en réalité, je ne voulais pas le rejoindre et partir loin de toi, je m’étais d’abords mis de son côté pour le prendre en traitre si jamais un combat éclatait. Si un affrontement se déclarait, nous aurions tous été tué, et surement toi la première en voulant protéger Marco ou quelqu’un d’autre, j’ai donc fini par pressé le départ et ai été pris dans le mouvement. Mais je ne pense pas que c’était plus mal ainsi. A la fin ça c’est joué entre les combattre et les faire souffrir, ou les voir se faire tuer du jour au lendemain sans ne rien pouvoir faire. Je pense que depuis que Ren’ a pointé le bout de son nez, je n’ai pas eu le choix. C’est comme ça que je fonctionne et si j’avais à décider une nouvelle fois, je ferais sûrement la même chose. Parce que maintenant je peux aussi faire ça. »

Je levai doucement mes mains pour les poser sur les siennes qui me tenaient les épaules. Je les soulevai doucement, exerçant de légères pressions sur elles pour inciter Lucy à ce laissé faire. Elle avait dans chaque paumes une petite incision qui ne saignait pas, mais qui avait un liserait rouge. Une petite entaille qu’elle devait se faire pour laisser son sang sortir de son corps et le manipuler. Je posai mes pouces contres ses plaies, mes mains sous les siennes et avec une petite quantité de mon sang et du sien, je créai des tissus sains pour refermer ses blessures, ses paumes désormais intactes.

« Même si j’ai dû perdre un bras pour ça… je suis désormais bien plus utile à tout le monde, j’ai été en mesure de sauver la vie de Noa qui avait été mortellement blessé. Avec mon pouvoir actuel je peux soigner quasiment n’importe quoi, je pourrais même te retirer tes cornes si tu veux… même si je pense qu’elles te vont bien. »

J’avais tenté une ébauche de sourire timide pour détendre l’atmosphère. Mais ça fait bien longtemps que je n’avais pas tenté de montrer ce côté-là de ma personnalité, le côté aimant et gentil coût que coût. Pas depuis qu’elle était partie. Je commençais à être fatigué de lutter contre mes envies et j’avais les yeux humides à cause de toute l’ambivalence de ce que j’avais de tapis en moi. Je laissais mes mains dans les siennes, innocemment, comme si j’avais oublié qu’elles étaient là, mais en réalité, je profitais de ce contacte qui m’avait tant manqué. J’avais envie de la prendre dans mes bras et de lui dire ‘’Welcome Home’’. J’avais aussi envie de savoir ce qu’elle avait bien put faire pendant tout ce temps qu’elle avait passé loin de tout le monde.
avatar
Narok

Fiche perso'
Infos:
Où me trouver:
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ça fait une éternité [PV Narok]

Message par Lucy le Mer 29 Mar 2017, 01:24

Après avoir attendu quelques minutes pour avoir une réponse, il s'adressa finalement à moi. Bon, ça n'avais pas été très long comme attente, mais pour moi ça m'avais parue une éternité. J'écoutai ces paroles, ne sachant pas trop comment réagir. Il me disait que ça en valait la peine, ce qui me frustrait un peu plus mais en même temps, il avait de bonne raison. Est-ce qu'il disait la vérité? Encore une fois, je voulais vraiment le croire. Est-ce que j'aurais fait la même chose que lui pour protéger les gens que j'aimais? Probablement... Plus j'y réfléchissais, plus je comprenais son geste même si j'avais quand même quelques difficulté avec certains détails.

Ces donc pour ces raisons que je le laissa faire lorsqu'il me prit les mains. Bon, au début j'avais résister un peu, mais je m'étais finalement laissé faire lorsqu'il avait exercer un peu plus de pression. Que pouvait-il me montrer? Ma curiosité l'emporta et je l'observa faire. Ses pouces contre la paume de mes mains, là ou j'avais mes petite plaie, je senti une petite quantité de son sang venir en contact avec le mien. Un frisson me parcourue alors instantanément tout le dos. J'avais oublier ce sentiment. À la fois si agréable et si terrifiant... Je ferma les yeux pendant quelques secondes, prenant le temps d'apprécier ce qui se passait. Mais je les rouvris bien assez rapidement lorsque Narok s'adressa à moi.

Il était donc maintenant capable de soigner les gens?! Je devais avouer que c'était plutôt pratique en fait. Pouvoir soigner ainsi n'importe qui... Ça pouvais éviter bien des ennuis. Et surtout, ça me rassurais si je devais perdre le contrôle un de ces jours. Mon regard se détourna soudainement du sien lorsqu'il fit allusion à mes cornes. Surtout lorsqu'il mentionna qu'il les aimait bien. Ce trait si distinctif et hors du commun. Ça m'avais toujours posé problème mais lui, il les avait accepté immédiatement. Je pouvais nier à quel point il avait été là pour moi tant dans les bons moments, que dans les mauvais. Même dans les très mauvais si je peux dire.  Du coin de l'œil, je le vis sourire. Un petit sourire timide, mais un sourire quand même. Mes yeux se remplirent alors automatique d'eau et une larme coula le long de ma joue. Comment je devais réagis? Qu'es-ce que je devais faire!? J'étais totalement perdue. Est-ce que je devais lui pardonner? Faire comme s'il avait rien fait? Je ne pouvais pas faire comme si de rien était non plus, mais je n'avais pas le goût de revenir ici et de commencer à l'éviter et à lui en vouloir. Ce lien spécial que nous avions. Oui, ça ne nous aidait pas vraiment c'était certain. Mais une autre partie de moi quand même ne voulais pas de cette haine.

Mes mains toujours dans les siennes, je ferma ces dernière comme pour y emprisonner les mains de Narok. Le geste était loin d'être agressif, loin de là. Il était plus, remplis d'affection peut-être? En même temps, les tentacules de sang de chaque côté de sa tête disparurent, tout comme le reste de mon sang, ne laissant aucune trace de leur passage.

-Je...Je ne sais pas quoi penser... Je t'en veux énormément pour ce que tu à fait et ne comprend pas vraiment tes actions... Pas toutes tes actions...

Je détourna mon regard pour venir le déposer dans le sien, essayant peut-être d'y trouver des réponses.

-Mais...en même temps, je suis incapable de t'en vouloir pour en venir à te détester. Et je ne veux pas te détester.

Détournant le regard de gauche à droite, je pris une grande respiration et en arriva au pourquoi de mon retour. Je n'avais pas l'intention d'entrer dans les détails, mais je croyais que c'était tout de même important de le mentionner.

-J'ai besoin d'aide...J'ai besoin de toi.

Est-ce que j'avais réellement besoin de lui en particulier? Certaines personnes pourrait dire que non, mais je pensais le contraire. Depuis mon arrivée, il avait été le seul à pouvoir me contrôler et à pouvoir m'aider puisque nos pouvoirs était intimement reliée. Et je ne pouvais pas douter qu'il le serais encore. Qu'il serait la seule personne qui pourrait vraiment être capable de savoir ce que je ressentais et qui serait capable de me calmer dans les pires moments. C'était même dur pour moi d'avouer que j'avais besoin de lui à ce point là. J'aurais bien voulue être autonome, être capable de m'arranger seule. Mais j'en était incapable. Du moins, pour l'instant.


avatar
Lucy

Fiche perso'
Infos:
Où me trouver:
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ça fait une éternité [PV Narok]

Message par Narok le Mer 29 Mar 2017, 09:11

Quand nos sangs c’étaient rencontrés, elle frissonna, je le sentis à travers ses mains. Mais à l’allusion de ce que je pouvais faire pour elle et ses cornes… elle détourna le regard, c’était stupide… mais je me sentais un peu blessé qu’elle détourne le regard quelle qu’en soit la raison. Mais après ce pincement au cœur je repris un instant pour me demander pourquoi ? Avait-elle envie de les garder ? Avait-elle envie de les retirer mais ne voulait pas que ce soit moi qui le fasse ? Pourtant sa position actuelle, à califourchon sur moi me montrait qu’elle voulait quand même une certaine forme de proximité, elle aurait pu choisir plusieurs autre position qui lui auraient donné l’ascendant sur moi, mais celle-ci était également érotique. Mais rapidement, je fus saisi de panique ! Ses yeux se remplirent de larmes et je vis qu’elle commençait à pleurer ! Ça me brisa le cœur de la voir comme ça et je pense que mon air en détresse et sans défense ce voyait parfaitement bien sur mon visage. Est-ce que je devais la prendre dans mes bras ? La laisser partir ? Partir de moi-même pour lui donner de l’espace et lui laisser le temps de faire le tri. Mais j’ai peur que si je m’éloigne, qu’elle est disparue de nouveau si je me retourne.

Comme une proie paniqué, j’avais le cœur qui battait à tout rompre tellement j’étais transi d’inquiétude. Elle me serra les mains, et je m’attendais d’abord à ce qu’elle en profite pour porter un coup… mais le geste me parut, tendre ? Elle me les serrait mais je sentais derrière que ça prise n’était pas animé par la fore, mais par son envie de m’avoir avec elle ? De ne pas me laisser partir ? Cette annonce silencieuse était un remède des plus doux et des plus inattendus. En même temps je sentis ses deux tentacules de sang s’évanouir dans l’air. La menace était levée et je trouvais en moi un espoir innocent de la voir fondre dans mes bras pour ne plus jamais me lâcher. Au lieu que l’un de nous deux ne le fasse, elle prit la parole.

-Je...Je ne sais pas quoi penser... Je t'en veux énormément pour ce que tu à fait et ne comprend pas vraiment tes actions... Pas toutes tes actions...

Mon cœur rata un autre battement et la douleur se fit sentir dans tous mon être, autant physiquement que Psychiquement, mes yeux commençaient à se noyer et l’obstruction que je faisais à ma peine et mes larmes commençait à avoir des fuites non négligeables, suffisamment pour la ma vision se brouille, mais je ne voulais pas cligner des yeux, sinon, les larmes couleraient et je ne pourrais plus empêcher les autres de suivre.

-Mais...en même temps, je suis incapable de t'en vouloir pour en venir à te détester. Et je ne veux pas te détester.

Je… J’étais complétement perdu... ! Cette femme me rendait fou ! Mes émotions faisant les montagnes russes tant et si bien que ça m’en rendait malade, je commençais à avoir la tête qui tournait et tout me paraissait brouiller. Je me demandais si tout ceci n’était finalement pas un rêve, ou un cauchemar, quoi qu’il en soit je voulais que ça prenne fin je ne survivrais pas toute cette ampleur. Je baissai les yeux … pour arriver une nouvelle fois à sa poitrine… Mais bon sang qu’on me laisse en paix avec mes émotions ! Je continuai de baisser les yeux pour finalement trouver une échappatoire en l’endroit d’un carré d’herbe que je voyais sur le côté.

-J'ai besoin d'aide...

J’écarquillais les yeux alors que je fixais encore le coin d’herbe… j’avais mal entendu ?

J'ai besoin de toi.

...


Spoiler:

Je mis quelques instants à réagir et quand ce fut le cas je lâchai ses mains avec hâte et je les passai dans son dos pour la presser contre moi aussi fort que je le pouvais sans lui faire mal, pas trop en tout cas. J’avais ma tête dans son cou et mes larmes qui furent finalement des larmes de joie se déversaient en un torrent sans fin, coulant silencieusement sur mes joues puis sur sa peau. Toutes les émotions que je gardais enfermés éclataient, et comme après un feu d’artifice, régnait en moi un silence souverain et une paix de l’âme, que je n’avais pas sût avoir perdu, mais qui m’avait quitté après mon départ pour déviance et le déchirement de ne plus avoir Lucy dans ma vie. J’étais libéré et le lien que j’avais également enfermé avec tout le reste vient reprendre sa place et je sentis encore plus Lucy contre moi, comme une partie de mon essence qui m’avait irrémédiablement manqué mais que j’avais retourné en la prenant simplement dans mes bras. Je restais comme ça un temps que je voulu infini mais après quelques dizaines de seconde fini par doucement lâcher prise, laissai glisser mes mains sur ses hanches et je plongeai mon regard dans le sien, un regard qui n’avait rien de froid et de distant, un regard qui appartenait au plus expressif des hommes et il ne disait qu’une seule chose.

« Je t’aime Lucy, tout est tout pour moi et jamais je ne te laisserais tomber. »

Je lui souris, amoureux à déborder sur le monde entier de ce sentiment divin. Je glissai ma main droite sur sa joue avant de reprendre, prenant le temps d’apprécier sa peau avec mes doigts, lui caressant le visage.

« Raconte-moi »

C’était autant un ordre qu’une supplique pendant que je me noyais de délice à pouvoir enfin poser la main sur elle qui avait tant manqué à mes jours.
avatar
Narok

Fiche perso'
Infos:
Où me trouver:
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ça fait une éternité [PV Narok]

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum