Et merde... • Eryn

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Et merde... • Eryn

Message par Akatsuki Nakamura le 11/3/2017, 17:42

Tu étais crevé. Très crevé, même ; tu en venais à te demander comment tu faisais pour encore tenir sur tes deux jambes sans t’écrouler. Tu ne savais même pas comment ton cerveau pouvait être encore un peu fonctionnel, assez pour te tenir éveillé, sachant que tu ne faisais absolument plus attention à ce qu’il se passait autour de toi, ne pensant qu’à une seule et unique chose : dormir. Tu t’endormais presque aussitôt dès que tu trouvais un endroit un minimum confortable dans la salle du personnel, mais tu te faisais toujours réveiller par tes collègues, t’irritant encore plus que tu ne l’étais avant de t’endormir.
Mais comment cela se faisait-il que tu étais aussi fatigué, demandera l’attentif curieux qu’est la personne qui lit cela ? Tout simplement parce que les personnes qui squattaient ton corps depuis des années, bien que très gentilles (hem), avaient décider de te faire chier en discutant et en se disputant sur divers sujets. Et ce, TOUTE la nuit, parce qu’une fois qu’elles avaient commencé, impossible de les arrêter, même en leur disant gentiment d’arrêter. Même qu’elles t’avaient réveillé alors que tu étais à deux doigts de t’endormir. Tu ne savais plus du tout de quoi elles avaient parlé au départ, tu te souvenais juste qu’elles avaient parlé de chaussures à un moment… Et encore, tu n’en n’étais même pas sûr. De toute façon, c’était très rapidement parti en couilles, et tu avais même réussi à te joindre un peu à la conversation. Surtout pour leur demander de se la fermer. T’en avais besoin, de tes heures de sommeil, toi, contrairement à d’autres. Et ce n’était pas la première fois qu’elles te faisaient le coup ; à croire qu’elles aimaient bien te pourrir la vie.

Du coup, impossible d’être productif ; tu étais trop fatigué pour te concentrer, tu t’énervais pour un rien, entre autres. Après t’être énervé contre un collègue pour rien -et le pauvre n’avait pas compris la raison de ta colère-, tu étais parti faire un tour dehors pour te détendre. Tes pas te guidèrent dans cet endroit ravissant qu’est la serre. Tu n’aimais pas particulièrement cet endroit et t’y rendait rarement, mais ça t’arrivait d’y poser les pieds, quelque fois, par accident. Tu t’aventures donc un peu dans la serre, ne croisant aucun élève à ton plus grand soulagement ; c’était bien la dernière chose dont tu avais envie dans ton état, de gérer les gamins !

Après un temps passé dans la serre, tu te dis qu’il serait temps de retourner à la salle du personnel, la journée n’étant malheureusement pas terminée. Tu avais fait demi-tour et à peine fait quelques pas que tu entends des éclats de voix. Tu soupires un bon coup et, ne sachant pas réellement pourquoi, tu te diriges vers les propriétaires voix. Tu n’allais pas aller à leur rencontre, mais juste observer ce qu’il se passait avant de passer ton chemin… Restant à distance et tâchant d’être caché, tu jettes un coup d’œil. Il y avait un petit groupe qui discutait ; dans ce groupe se trouvait une fille blonde qui avait une allure étrangement familière… et une voix aussi… Que… ? Il ne te fallut que quelques secondes pour que… … Hein ? Ton cœur manque de louper un battement. Tu pâlis, tu sens ton cœur battre plus vite, ton cerveau se réveille, te réveillant brusquement par la même occasion. Oh merde… c’est pas vrai… Tu n’avais pas fait ça. T’avais pas fait ça. Tu ne pouvais pas avoir fait ça. C’était impossible. Elle ne pouvait pas être là… Non, c’était sûrement sa jumelle, ça ne pouvait pas être elle. Oui, c’était ça, c’était une autre personne que tu voyais actuellement. Mais alors… pourquoi sa voix était similaire ? Pourquoi elle lui ressemblait autant ? Pourquoi… ? Au fond de toi, tu savais que c’était elle, mais tu refusais d’y croire. Mais tu te rends finalement à l’évidence, vaincu : t’avais fait ça avec une fille qui se révélait être du mauvais côté de l’académie sans que tu ne sois au courant, te foutant vraiment dans la merde. Et merde…

Tu fais un brusque demi-tour, priant pour qu’elle ne t’aie pas remarquée. Tu ne savais pas vraiment ce que tu ressentais actuellement. De la honte ? Du dégoût ? De la surprise ? De la colère ? Un peu de tout mélangé ? Tu maudissais cette personne qui te l’avait fait connaître, te disant que ça aurait été bien mieux si tu ne l’avais jamais rencontrée comme ça. Tu avais envie de disparaître très loin sous terre, tu avais envie de te frapper, aussi. Si tu avais su… Mais maintenant que c’était fait… Tu ne savais pas du tout comment réagir ni quoi faire, d’où l’option de la fuite en espérant que tu ne la recroiserais plus jamais. Mais vraiment… Tu ne savais même pas quoi penser de tout ça. Est-ce que ça aurait vraiment pu être pire que ça, là ?



                   

#ED0000 / #39D0E5 / #4D6EB2 / #C04E87 / #F29C1D

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et merde... • Eryn

Message par Eryn le 12/3/2017, 16:06

Cela faisait un petit moment depuis cette rencontre au bar. Alors qu’elle discutait tranquillement avec des connaissances de l’académie, Eryn se demandait si elle ne devait pas s’y rendre de nouveau pour flirter avec ce jeune homme qui lui avait beaucoup plus.

Mais ça, ce n’était possible que si le pion qui l’avait attrapé à sortir ne se préoccupait plus d’elle.  Ah malheur, elle pensait avoir été discrète mais c’était fait choper avec sa jolie rousse à chercher de l’alcool en ville.
Enfin, encore heureux, c’était la rousse l’ancienne qui avait écopé de la pire punition, étant considérée comme l’instigatrice… S’ils savaient…

Bref, elle était là, tranquille à faire savourer sa répartie et sa discussion à ses camarades quand elle aperçut du coin de l’œil une silhouette faire demi-tour. Une silhouette qui lui disait étrangement quelque chose d’ailleurs. Abandonnant là ses « amies » en prétextant une excuse bidon, elle suivit l’étrange silhouette qui lui avait tapé dans l’œil.

Bon, il marchait vite mais un sourire ravi s’étendit sur son visage lorsqu’elle le reconnut. Nul besoin de lui courir après elle pouvait le trouver dans les couloirs. Alors ça pour une bonne nouvelle ! La jeune fille trottinait discrètement maintenant derrière lui. Bon, il fallait maintenant l’interpeller. Mais il avait l’air de ne pas vouloir lui parler en public, ou la fuir ?

Ah ah ! Dans tous les cas, elle n’allait pas le laisser partir comme ça, la jeune fille sourit en voyant la direction prise par le garçon. Alors, si elle se dépêchait de couper par là… oui, elle pouvait lui tendre une embuscade ici… Ni une, ni deux, elle s’empressa de tourner à droite au pas de course pour rejoindre son point d’embuscade.

Légèrement essoufflée, merci les matins footings… Elle s’installa contre le mur de son petit coin sombre et attendit que le jeune homme s’engouffre dans le couloir. Sa respiration se calma petit à petit alors qu’elle guettait les pas. Oui voilà, les bruits un peu pressé, cela ne pouvait être que lui. La jeune fille attendit le bon moment… pas d’autres bruits de pas dans ce coin, merci les couloirs déserts… et elle attrapa le sweat du garçon qu’elle tira brutalement à elle avant de le coincer contre le mur.

Il faisait un peu sombre ici mais elle avait reconnu l’odeur du jeune homme, bonne prise, elle se colla alors à lui et se hissa sur la pointe des pieds pour lui susurrer à l’oreille :

« Quelle bonne surprise de te trouver ici ! »


Revenir en haut Aller en bas

Re: Et merde... • Eryn

Message par Akatsuki Nakamura le 12/3/2017, 17:38

Tu continuais ta marche, sans regarder derrière toi. Tu espérais qu'elle ne t'avais pas vu, aussi, ça serait... désastreux ? Gênant ? Embêtant ? Tout à la fois ? Tu ne faisais même pas attention à où tu allait, faisant presque confiance à tes pas ; tant que tu étais loin de cette fille... Rien que d'y repenser, ça te... ouais, c'était tellement confus que tu ne savais même pas quoi penser de ce que tu avais fait. Mais merde quoi, sérieusement... Si tu avais été sobre, peut-être que ça ne serait jamais arrivé ? Vu comment tu avais tendance à "t'enflammer" quand tu étais sous l'emprise de l'alcool...

Tu continua ta route, et tu finis dieu seul sait comment dans les couloirs ; bah, après tout peu importe, elle ne t'avais quand même pas suivi jusque là, si ? Et puis même, peut-être t'avait-elle oublié, ce qui serait encore mieux ? Pas que tu avais envie de partir sur de nouvelles bases avec elle, loin de là, de ça t'en avais rien à foutre à un niveau inimaginable, mais ça te permettrai de bien l'éviter comme il faut, et ce sans aucun soucis. Et puis même sans, tu n'assumerais jamais de toute façon, donc bon, au final, ça revenait strictement à la même chose.

Sans t'en rendre compte, tu avais un peu ralenti le pas. Tu ne faisais pas réellement attention à ce qu'il se passait autour de toi, plongé dans tes pensées et trop occupé à te maudire encore et encore, mais il ne te semblait pas avoir croisé quelqu'un... Ou alors, tu n'y avais pas fait attention. Soudain, tu sens quelqu'un ou quelque chose t’agripper attraper ton sweat et te tirer brutalement. Trop surpris, tu n'omet pas réellement de résistance, ce qui permet à ton "agresseur" de te coincer au mur, te coller à toi. Des lèvres frôlent tes oreilles, te faisant légèrement frissonner, et une voix que tu ne connais hélas que trop bien susurre :

Quelle bonne surprise de te trouver ici !


Ton coeur loupe un battement. Tu sens des sueurs froides couler dans ton dos pendant que le visage de la jeune fille blonde te fixe, visiblement contente de te retrouver. Et toi, dans tout ça ? Tu ne savais pas comment réagir. La repousser violemment et partir ? Jouer le jeu ? Tu étais trop mal à l'aise pour la dernière option et tu n'avais pas tellement envie non plus d'user de la première. Tu ne réponds rien pendant un instant, te contentant de cligner des yeux, comme si ça pourrait te sortir de cette situation. Si seulement c'était un rêve, te disais-tu, si seulement. Mais c'est la réalité, hélas. Tu finis par sortir de ton silence et l'écarter de toi, évitant d'être trop brusque, et lui dit, très gêné :

Euh... Ouais, ouais, c'est cool, moi aussi je suis content de te voir, mais... je suis pressé, donc tu m'excuseras...

Tout en lui disant cela, tu te dégages maladroitement de son corps et commence à t'éloigner d'elle, désireux... non, très, voire même extrêmement désireux de mettre de la distance entre vous deux, aussi bien physiquement que sur un autre plan ; tu n'avais vraiment pas envie de la voir maintenant, dans un moment pareil : tu t'en voulais déjà assez pour la soirée d'il y a... combien de temps ? Quelques jours ? Quelques mois ? Tu savais plus. Elle aurait pu rester un excellent souvenir si tu n'avais pas découvert qu'elle était élève -merci l'uniforme-, toi étant un pion... Ce qui n'était pas très... hm... Convenable ? Ouais, convenable, on va dire ça. Mais qu'est-ce que j'ai foutu, bordel de merde...



                   

#ED0000 / #39D0E5 / #4D6EB2 / #C04E87 / #F29C1D

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et merde... • Eryn

Message par Eryn le 12/3/2017, 18:43

Il faisait sombre, bien sombre mais pas assez pour l’empêcher de voir la tête que faisait le jeune homme en l’apercevant. Il avait l’air mal à l’aise et donnait l’impression de vouloir se retrouver n’importe où plutôt qu’ici. Le sentiment d’être la pas bienvenue commença à monter en elle.
Puis ce fut la colère en le voyant la repousser et lui sortir l’excuse la plus bidon qu’il soit. La jeune fille lui jeta un regard sombre et l’écouta sans rien dire. Que faire, accepter sans rien dire qu’il se débarrasse aussi visiblement d’elle ? Lui faire une scène comme ce qu’il craignait juste pour le plaisir de le voir se décomposer ? Ou…

La jeune fille choisit la troisième option, elle posa une main sur son épaule et le repoussa contre le mur un peu brutalement.

« Oh… Je te dérange peut-être ? La petite amie est dans le coin ? Tu as peur que je te demande de l’argent ou que je pense qu’on sort ensemble ? »

Sa langue claqua d’un air mécontent alors qu’elle sentait son pouvoir commencer à s’agiter, elle arrivait horreur de ces fuyards qui couchaient avec une fille un soir et le lendemain la fuyait comme une pestiférée.
La croyait-il assez cruche pour se faire des illusions sur les deux soirs ? Avait-il aucune décence pour dire simplement « Nan désolé mais j’ai pas envie de remettre le couvert alors si tu pouvais me laisser… »

Méprisable, méprisable et dégoûtant. Elle ne s’était pas faite beaucoup d’illusion sur le jeune homme en question et leur possible relation mais elle croyait qu’il avait un peu de cran et savait se comporter comme un homme. Au lieu de ça, elle découvrait un lâche au regard fuyant.
L’envie de le brutaliser, de l’humilier commençait à se faire sentir, la jeune fille se colla à lui, près, très près. S’il voulait fuir elle allait le contenir, elle sentait déjà le sable tourbillonner comme pour l’emprisonner, la jeune fille l’attrapa au cou et rapprocha sa bouche de son oreille.

« Ou peut-être tu n’assumes juste pas de faire preuve de faiblesse ? »

Les doigts de la jeune fille, s’étant glissés sournoisement, serrait le point sensible du garçon. Une poigne ferme mais non brutale qui n’était pas sans rappeler le dernier soir. Lui faire perdre ses moyens avant de le jeter plutôt que de le laisser la jeter là ?


Revenir en haut Aller en bas

Re: Et merde... • Eryn

Message par Akatsuki Nakamura le 12/3/2017, 20:38

La jeune fille n'apprécia pas réellement de se faire ainsi rejeter ; bon, c'était compréhensible toi-même tu n'aurais pas apprécier. Cependant, elle n'avais pas tellement envie d'en rester là, par elle prit ton épaule et te poussa brutalement contre le mur. Tu ne dis rien, ne r"agis même pas.

Oh… Je te dérange peut-être ? La petite amie est dans le coin ? Tu as peur que je te demande de l’argent ou que je pense qu’on sort ensemble ?

Tu écarquilles les yeux. Petite amie ?! Très clairement, tu n'étais même pas sûr d'en avoir une un jour, déjà parce que t'étais qu'un sale enfoiré mine de rien, faut pas se voiler la face, et tu étais particulièrement instable avec ton esprit littéralement brisé. Et puis... C'était quoi, cette histoire d'argent ?! Pourquoi tu irais lui demander de l'argent ?! Tu pouvais très bien te débrouiller tout seul pour en trouver, comme tu l'avais toujours fait ! Et puis... sortir... ensemble...? ... Panique intérieure. Non, non, elle s'est peut-être trompée ! Une vision... plutôt affreuse te vint en tête, que tu chassa bien vite ; tu ne préférais MÊME PAS y penser, ne serait-ce qu'une seule seconde. Tu déglutis pour les raisons évoquées plus loin, et tu as à peine le temps de dire "Euh... quoi ?!.." qu'elle continue, te coupant la parole :

Ou peut-être tu n’assumes juste pas de faire preuve de faiblesse ?

Ta mine s'assombrit... mais pas longtemps. Parce que forcément vu le point sensible qu'elle avait osé toucher, difficile de rester avec la mine sombre. Tu te mordille la lèvre inférieure et rougit de gêne, ne sachant comment réagir. Cependant... Tu n'étais pas faible, tu n'étais plus faible, tu ne le seras plus. Plus jamais. Des images que tu aurais préféré oublier ressurgissent sans que tu n'y puisse rien ; tu n'avais pas envie de te souvenirs de tes erreurs du passé ou de ton passé tout court, en plus ce n'était pas du tout, mais alors pas du tout le moment. Et ce n'était pas le moment de te laisser tripoter toutes les parties du corps. Enfin... c'était très plaisant, mais pas là. Tu te reprends, retires sa main ni violemment, ni doucement, lui faisant comprendre que ça n'était pas très approprié, plus particulièrement en public, dans un lieu public même. Ensuite, tu la repousses, essayant de ne pas être trop brutal, la plaque au mur soudainement et lui dit à l'oreille, d'un étonnant calme, presque inquiétant :

Je n'ai pas besoin de ton argent, en supposant que tu en ai. Et je ne suis pas faible. Maintenant, laisse-moi.

Tu avais peut-être été un peu plus agressif que ce que tu voulais ; t'avais eu l'impression de cracher tes mots à son oreille, mais peut importe. Tu commence ensuite à éloigner ton visage de son oreille, puis de son visage, ne la quittant jamais des yeux, la regardant droit dans les yeux. Tu t'éloigne ensuite un peu d'elle, attendant sa réaction. Bizarrement, tu étais calme. Trop calme, même. Au fond de toi, t'espérait bien qu'elle parte et qu'elle te laisse pour de bon. T'étais pas vraiment d'humeur à lui parler...



                   

#ED0000 / #39D0E5 / #4D6EB2 / #C04E87 / #F29C1D

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et merde... • Eryn

Message par Eryn le 12/3/2017, 21:34

Ah la faiblesse des hommes, un point faible à exploiter, maitriser et la jeune fille eut une lueur victorieuse en voyant l’effet qu’elle lui faisait. Alors ce n’était pas le plaisir le problème, il avait envie d’elle, elle le sentait parfaitement.
Eryn ne fut pas surprise qu’il écarte sa main d’elle mais un petit bruit s’échappa de ses lèvres alors qu’il la plaquait contre le mur sans prévenir. Le ton utilisé près de son oreille avait un petit côté menaçant mais cela lui arracha un long frisson en rappel des derniers moments de plaisirs passés ensemble. Son regard sombre glissa sur ses lèvres avant de revenir sur ses yeux tandis qu’il s’éloignait.

Il n’était pas faible alors ? Alors pourquoi il la fuyait, la jeune fille fronça les sourcils et ouvrit légèrement le sac à dos qu’elle portait. En quelques instants le jeune homme se retrouva les jambes enfermés dans un bloc de sable compact, elle se rapprocha de nouveau de lui, son visage à quelques centimètres du sien.

« Tu n’es pas faible mais tu me fuis comme un lapin prit dans les phares d’un voiture ! C’est quoi ton putain de problème avec moi ? »

Elle n’avait eu aucune réponse quant à la petite amie du garçon, elle n’avait eu aucune réponse quant à la peur de ses illusions de jeunes filles. Il était juste là, à la fuir comme la peste alors qu’elle voyait que son contact lui plaisait.
Le bloc de sable remontait, noyant les bras du garçon dans ce bloc, elle avait le champ libre, elle pouvait le mettre à sa merci. Eryn en profita pour poser ses mains sur les joues du jeune homme et l’embrasser langoureusement comme une invitation à la débauche. Si elle le dégoutait, elle le verrait à son visage ou il la repousserait.

Pendant le baiser, elle relâcha le sable sur le garçon et recula de plusieurs pas pour se coller au mur, son regard jetant un défi au jeune homme. Il pouvait partir, fuir, son visage le disait, cette fois, elle ne le retiendrait absolument pas.
La position, le regard de la jeune fille étaient à la fois détendue comme si elle s’en moquait mais un brin provocateur. Il n’était pas question de sentiments ici, s’il fuyait comme un couard, elle ne lui courrait pas après et elle n’allait certainement pas le pleurer.


Revenir en haut Aller en bas

Re: Et merde... • Eryn

Message par Akatsuki Nakamura le 13/3/2017, 17:46

Elle ne sembla pas vouloir te retenir. Tu n'aimais pas la laisser comme ça, ou plutôt, la "lâcher" comme ça sans dire pourquoi, mais finalement, ce n'était pas si grave ; et puis, si tu avais fait un peu plus attention, rien de tout cela ne serait arrivé.

Tu continue à t'éloigner d'elle, dos tourné, près du mur, quand tu manques de t'étaler par terre ; heureusement, tu réussi à te rattraper à notre très cher mur avant la catastrophe. Remit de la surprise, tu te dit que tu avais dû manquer de trébucher sur un random caillou, mais cette théorie partit bien vite à l'eau quand tu essaya de bouger pour te déplacer : mission impossible. T'as beau forcer, rien à faire, impossible de bouger de là à cause de tes jambes qui ne semblaient pas vouloir t'obéir. Tu baisses le regard et as la mauvaise surprise de voir du sable t'enserrer les jambes. Que...? Tu lâches plein de grossièretés dans ta langue natale que je ne traduirais pas suite à cette découverte. Tu te demandais bien d'où il pouvait venir, sachant que sauf preuve du contraire, il n'y avait pas le moindre putain de grain de sable autour de toi avant. A moins que... Le visage d'une Eryn sauvage apparut à quelque centimètres du tiens, manquant de te faire sursauter, mais confirmant ton idée d'illumination que tu aurais dû avoir plus tôt, parce que cette établissement était remplis de gens ayant un truc en plus par rapport au reste des personnes de ce monde.

Tu n’es pas faible mais tu me fuis comme un lapin prit dans les phares d’un voiture ! C’est quoi ton putain de problème avec moi ?

Tu n'as pas le temps de répondre, la fuite étant impossible, quand tu sens quelque chose bloquer tes bras -mais...- ; la jeune fille en profite pour poser ses mains chaudes sur tes joues et t'embrasser. Trop surpris, tu ne réagis pas, ne répondant même pas à son baiser. Tu sens la colère monter en toi. Enfin, de la colère... Il n'y avait pas que ça. Tu ne remarques pas le sable se détacher de ton corps pour aller tu ne sais où ; tu le remarques quand tu retires brutalement tes lèvres des siennes et que tu t'éloigne de quelques pas, manquant de tomber en arrière (ne t'attendant pas à te retrouver libre de tes mouvements d'un coup), mais heureusement un mur t'aida à éviter la catastrophe, encore une fois. Décidément, ils devraient avoir une récompense, ces murs. Tu expire un bon coup, sentant le mélange de colère et d'autres sentiments devenir de plus en plus fort.

Le problème...

Ca monte encore, encore, encore. Tu as même failli être trop agressif avec elle alors qu'elle n'y était pas vraiment pour quelque chose... enfin, si, quand même un peu. Beaucoup. Tu serres les dents. Elle le voulait, son problème ? Elle voulait savoir pourquoi tu préférais la fuir plutôt que de l'affronter ? Très bien, elle allait l'avoir, mais sans aucune délicatesse et tu n'allais pas y aller par quatre chemins.

Le problème, c'est que toi, t'es une élève et que moi, un pion ! Ca te va bordel de merde ?!

Tu haussais le ton petit à petit, jusqu'à presque hurler, non manquer de hurler la fin de ta courte explication. Tu l'avais regardé droit dans les yeux. Tu n'aurais peut-être pas dû lui gueuler ton truc comme ça -surtout les grossièreté à la fin qui était sorties toutes seules, comme par réflexe-, mais tu n'allais pas t'excuser, ça non, ça n'allait pas aller avec ce que tu venais de dire. Et puis, toi, dire un "désolé" ou une connerie du genre à quelqu'un ? Pfeuh, même pas en rêve.



                   

#ED0000 / #39D0E5 / #4D6EB2 / #C04E87 / #F29C1D

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et merde... • Eryn

Message par Eryn le 13/3/2017, 19:41

C’était presque comique, comique et déprimant, cette façon qu’il avait eue de la fuir et de se retrouver coincer à cause d’elle. Il avait même failli tomber. Ô douce vengeance, comme tu es agréable sous la langue… oula, je m’égare…
Enfin bref, un sourire victorieux s’étala sur ses lèvres alors que ses yeux semblaient lancer des éclairs, elle s’était rapprochée, l’avait embrassé et n’avait reçu qu’un vide en retour. Elle attendait mieux. Elle s’était attendue à ce qu’il la repousse ou réponde fougueusement. Mais c’était plat, vide. Fallait-il le faire boire pour s’approcher de l’apothéose ?

Ah ! Le mur ce sauveur, la jeune fille perdit son sourire et lui lança un regard froid ainsi qu’un visage inexpressif. Alors maintenant il ne faisait plus le fier ! Peut-être qu’il allait réussir à lui sortir une explication digne de ce nom…
Son regard se fit plus froid à l’entente de ses explications, la jeune fille n’arrivait pas à croire qu’il puisse sortir une excuse aussi débile. Il la prenait vraiment pour une conne en fait !

Mais… La jolie blonde fronça des sourcils. En y réfléchissant… Son regard scruta le visage du jeune homme alors que le silence perdurait entre eux. Il avait crié, comme si c’était… comme si c’était quelque chose de vraiment important à ses yeux.
Son visage se détendit progressivement jusqu’à prendre une expression malheureuse et abattue.

« Oh… Je croyais qu’il était un membre sage et important du personnel monsieur… Alors moi, pauvre petite étudiante jeune et naïve, je lui ai fait confiance… Mais… mais… il m’a fait boire et m’a forcé à entrer dans la chambre… J’avais beau le griffer, me défendre mais il me frappait… Et… Il a abusé de moi... »

La jeune fille cacha son visage dans ses mains en simulant des sanglots, sa petite comédie était presque parfaite. Quand elle releva la tête de ses mains, quelques larmes perlaient de ses yeux. D’un seul coup, son visage fut froid et elle lança quelque chose en direction du jeune homme. Le projectile, une boule de sable, s’écrasa et s’éparpilla au contact du mur à côté du garçon. La jeune fille avait remplacé sa mine de victime contre une expression froide.

« Peuh ! Tu as peur que je te fasse du chantage ? Que je tente de ruiner ta réputation ? Tu me prends pour une pauvre et fragile enfant ? Je suis une adulte et si tu crois que je ne me suis pas rendu compte que tu avais quelques années de plus tu te fourres le doigt ou je pense ! »

La jeune fille se rapprocha de lui et posa un doigt sur le torse du garçon, appuyant.

« Es-tu naïf toi ? Crois-tu qu’aucun des pions ici n’a couché avec une élève ou un élève ? Tss… Ils ont tous cédé à la tentation au moins une fois et alors ? T’es pas un prof, ce n’est pas en te faisant de la lèche que je vais gratter des points. Quoi ? T’es pas capable de me mettre en colle parce qu’on a couché deux fois ensemble ? Je n’y crois pas ! Si tu veux te débarrasser de moi trouve une meilleure excuse ! »

La jeune fille recula et lui jeta un regard légèrement déçu.

« Je pensais que tu étais du genre à profiter de la vie en te foutant des convenances. Mais au final t’es plus empêtré dedans que la majorité des gens. Je suis majeure et vaccinée, c’est pas parce que tu as découvert que je suis une élève que ça fait de moi quelque chose de fragile dont tu as abusé. J’étais consentante et juste à te demander un coup juste pour le plaisir du bon temps. »

Désabusée, voilà, ce qu’elle était, la jeune fille lui jeta un regard et attira le sable à elle pour le remettre dans son sac d’un simple regard. Recalant son sac sur ses épaules, elle se tourna vers le couloir comme pour repartir.


Revenir en haut Aller en bas

Re: Et merde... • Eryn

Message par Akatsuki Nakamura le 13/3/2017, 20:39

C'est que t'avais l'impression qu'elle s'en battait les ovaires, la nana. Bon, forcément, elle ne pouvait pas comprendre, ou peut-être que si, mais ce qu'elle te dit ensuite, avec sa moue abattue...

Oh… Je croyais qu’il était un membre sage et important du personnel monsieur… Alors moi, pauvre petite étudiante jeune et naïve, je lui ai fait confiance… Mais… mais… il m’a fait boire et m’a forcé à entrer dans la chambre… J’avais beau le griffer, me défendre mais il me frappait… Et… Il a abusé de moi...

Tu déglutis. Elle était en train de se foutre de toi ou bien ?! Tu ne supportais pas ça. Bon ceeeertes, tu l'avais peut-être un serrée un peu trop fort mais quand même... Tu ne savais pas trop comment te positionner. Elle te faisait réellement du chantage ou...? Tu n'a pas le temps d'approfondir la chose que tu entends quelque chose s'éclater contre le mur, non loin de toi, te touchant par la même occasion. Elle continue

Peuh ! Tu as peur que je te fasse du chantage ? Que je tente de ruiner ta réputation ? Tu me prends pour une pauvre et fragile enfant ? Je suis une adulte et si tu crois que je ne me suis pas rendu compte que tu avais quelques années de plus tu te fourres le doigt ou je pense !


Ruiner ta réputation ? T'avais presque envie de rire ; si, en étant un connard avec tout le monde élèves compris, tu réussissais à avoir une bonne réput', wow, y'avait un sacré problème quelque part. Dans le cul ? Tu peux le dire, ma cocotte, tu sais. Elle appuie un doigt sur ton torse et continue :

Es-tu naïf toi ? Crois-tu qu’aucun des pions ici n’a couché avec une élève ou un élève ? Tss… Ils ont tous cédé à la tentation au moins une fois et alors ? T’es pas un prof, ce n’est pas en te faisant de la lèche que je vais gratter des points. Quoi ? T’es pas capable de me mettre en colle parce qu’on a couché deux fois ensemble ? Je n’y crois pas ! Si tu veux te débarrasser de moi trouve une meilleure excuse !
(Elle recule. Techniquement, la première fois, t'as pas vraiment couché avec moi, mais bon) Je pensais que tu étais du genre à profiter de la vie en te foutant des convenances. Mais au final t’es plus empêtré dedans que la majorité des gens. Je suis majeure et vaccinée, c’est pas parce que tu as découvert que je suis une élève que ça fait de moi quelque chose de fragile dont tu as abusé. J’étais consentante et juste à te demander un coup juste pour le plaisir du bon temps.

Ton visage s'assombrit de plus en plus. Son discours affectait directement ta fierté mal placée. Tu lui ferais payer pour ça. Elle s'éloigne, tu ne cherches pas à la retenir de suite. Bien sûr que tu avais souvent cédé à la tentation, avec hommes pour tester mais surtout des femmes, tu avais même cédé à des tentations interdites par la loi. Tu n'étais pas comme les autres, tu étais bien mieux. Intérieurement, tu te sentais calme. Très calme. Trop calme. Tu allais lui faire payer ses paroles. Pas demain. Maintenant. Ton oeil se ferme. Tu l'ouvres brusquement, il est rouge. La jeune femme va avoir la mauvaise surprise de savoir ce que ça fait de se prendre une balle dans le ventre. Tu t'approches d'elle à grands pas. Tu la prends, la soulevant presque et la plaque violemment au mur, ta main plaquée sur son torse. Tu la regardes droit dans les yeux :

Ma pauvre. Moi, faire attention aux convenances ? Tu crois que je t'aurais plaquée au mur comme ça, si j'y faisais attention ? Ma réputation ? Hahaha, demandes à tes camarades, je crois que tu vas être surprise de ce que tu vas entendre.Tu crois vraiment que tu me feras peur avec du chantage ? Non, vraiment, j'ai vu pire. C'est toi qui est la plus naïve de nous deux, princesse. Ca serait juste embêtant que mes supérieurs découvrent que je me fais plaisir avec une élève, tu vois, mais ça, tu ne peux pas le comprendre.

Sans t'en rendre compte, tu étais en train de déverser ton mépris pour les gens "normaux", qui n'ont jamais eu de problème dans leur petite vie confortable. Tu te délectais de ce sentiment de supériorité, ça se voyait ; elle était à ta merci. Ca faisait un bien fou de se défouler, ça faisait longtemps que tu ne t'étais pas senti aussi... libre. Ta main glisse jusqu'à sous son menton, l'obligeant à lever un peu la tête :

Au fond, j'm'en fous. Si je te plaît plus, je trouverais quelqu'un d'autre pour te remplacer, après tout, tu n'es pas ma première fois ni ma première aventure dans le genre. Mais ça serait bien dommage, parce que tu te démerde bien, pour une petite chose fragile. Enfin, je suppose que t'en à rien à battre ?

Tu avais rajouté le "petite chose fragile" juste pour le plaisir de faire chier. Sans prévenir, ta main passe soudainement sous sa taille pour aller se caler confortablement dans un point sensible. Petite vengeance pour tout à l'heure, souligné par un air qui se veux le plus innocent du monde. Soudain, sans que tu ne saches vraiment pourquoi, tu... l'embrasses... enfin, rouler une pelle serait plus appropriée, mais on n'était pas à ça près, tout en remontant petit à petit ta main sur vers son haut. Elle était à toi. Pour de bon.



                   

#ED0000 / #39D0E5 / #4D6EB2 / #C04E87 / #F29C1D

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et merde... • Eryn

Message par Eryn le 14/3/2017, 19:26

Il n’aimait pas ce qu’elle lui disait, elle s’en doutait mais voir son visage de plus en plus sombre le confirmait. En même temps, elle était tellement déçue qu’il prenne la fuite comme un lâche. Elle s’était imaginé qu’il était un peu salaud sur les bords, qu’il était loin d’être un gentleman mais certainement pas qu’il puisse être un couard. La chute était rude.
La jeune fille commençait à se détourner de lui pour partir quand quelque chose dans l’air, une impression de danger se fit sentir.

Eryn commençait à se retourner vers lui, voulant voir arriver le danger quand elle s’effondra presque avec un cri de douleur. Les mains plaquées sur son ventre, elle sentit ses jambes la lâcher.

Jamais elle n’avait eu mal comme ça, les coups étaient généralement bloqués par son armure de sable. Il n’y avait pas eu de détonation et elle avait eu mal avant qu’il ne la touche. Elle avait eu juste le temps de commencer à s’effondrer quand il la saisit et la plaqua contre le mur. Il avait été brutal, elle en avait conscience mais le sable étouffait en partie la dureté de l’action, le gémissement qui s’échappa de ses lèvres ne fut dû qu’à la douleur de son ventre.
Ses mains cherchaient la trace de la blessure. Un coup de couteau ? Un objet enfoncé dans son ventre ? Elle ne trouvait rien et regardait le jeune homme qui lui faisait face avec de grands yeux écarquillés.

L'oeil rouge du garçon attira son attention, s’il avait eu les yeux rouges elle s’en serait souvenue ! Comprenant peu à peu qu’il devait avoir un pouvoir qui changeait la couleur de son oeil, la jeune fille se rembrunit. Ce salaud venait d’utiliser son pouvoir pour la faire souffrir !

Le souffle lent à cause de la douleur, elle lui jeta un regard empli de colère alors qu’il lui soulevait le menton de force.
Il l’avait traité de chose fragile ! Ce salaud allait voir de quel bois elle se chauffait ! La jeune fille allait répliquer vertement lorsqu’elle sentit une main se glisser sur son point sensible. Un halètement à la fois surpris, de douleur et de plaisir mêlé s’échappa de sa gorge.
Son souffle s’accéléra alors que son regard troublé rencontrait celui du garçon. Il la fuyait, elle l’insultait et il répliquait en la molestant puis maintenant ça ? C’était un malade ! S’il croyait que…

Malgré elle, malgré sa colère, la jeune fille sentit l’envie monter en elle. Alors, quand il l’embrassa, s’invitant d’office dans sa bouche, Eryn sentit ses jambes s’enrouler autour de lui pour le rapprocher d’elle. Elle se cambra pour rapprocher leurs bassins et laisser la vicieuse main glisser sous son haut.
Eryn avait l’impression d’être à la merci d’Akatsuki, sa proie entre ses griffes et, alors que ça aurait dû l’effrayer, cette sensation la ravissait. Elle avait envie de se laisser submerger par la domination du jeune homme jusqu’au moment propice où elle pourrait le dominer à son tour.

Ses doigts s’enfouirent dans la chevelure du jeune homme, tirant un peu dessus comme vengeance pour la maltraitance qu’il lui avait fait subir avant d’approfondir le baiser, rappelant un peu leur soirée alcoolisée.
Après tout, il avait dit qu’elle se démerdait bien…


Revenir en haut Aller en bas

Re: Et merde... • Eryn

Message par Akatsuki Nakamura le 14/3/2017, 20:48

Contre toute attente, la demoiselle accepta sans broncher. Normalement, elle aurait dû te repousser, en colère pour l'utilisation de ton pouvoir sur elle... Mais non, rien de ça, à la place elle se laisse faire et ose même rapprocher son bassin du tiens. Non, tu ne comprenais vraiment pas sa réaction. Après tout, c'est une fille, donc comme toutes les filles, c'est compliqué, non ? ... Ou alors elle était tout simplement maso, ce qui serait le cas le plus probable et le plus acceptable. Mais il n'en restait pas moins que les filles, c'était compliqué.

Ses doigts se mêlèrent à tes cheveux, qu'elle semblait tout particulièrement affectionner. Elle les tire un peu, mais pas vraiment assez pour te faire réellement réagir. Tu continue à l'embrasser pendant un certains temps ; quelques minutes, même ? En même temps, tu lui avais pris son poignet et serré fort, comme la dernière fois, à la soirée. Enfin, tu faisait attention à ne pas lui laisser de bleus, ça allait être quelque peu embêtant si quelqu'un le remarquait. A regret, tu finis cependant par quitter ses lèvres, jetant au passage quelques coups d'oeil autour de toi. Non, personne en vue, donc théoriquement, personne ne vous avait vu en train de vous "disputer" et de vous embrasser... Tu restes quelques secondes planté devant elle, un petit sourire satisfait sur ton visage. Au moins, il y avait des chances qu'elle n'allais pas aller voir ailleurs de si tôt, vu tout l'enthousiasme qu'elle avait mit dans ce baiser, mais il ne fallait pas prédire les choses trop vite.

Tu laisses un silence planer entre vous, pendant lequel ton petit sourire disparait. Tu ne savais pas vraiment quoi dire de plus, à vrai dire... Tu n'allais quand même pas la laisser plantée là et partir sans rien dire. ... Nan, t'avais beau chercher, tu ne savait vraiment pas quoi lui dire sans que ça ne soit... déplacé. Tu la regardes ensuite droit dans les yeux, lui prenant à nouveau le menton et lui dit d'un ton menaçant :

Si jamais tu oses dire quoique ce soit à quelqu'un, tu risques d'avoir quelques petits soucis, si tu vois ce que je veux dire...

Tu avais presque envie de rajouter "Oses aller voir quelqu'un d'autre et attention à tes fesses", mais dans tous les cas ça revenait à dire "T'es à moi" ou quelque chose du genre. Maintenant que tu avais trouvé de quoi te divertir un peu, tu n'allais pas la lâcher aussi facilement, ah ça non. On ne touche pas ce qui t'appartiens aussi facilement, et encore moins en espérant que tu ne dise rien.



                   

#ED0000 / #39D0E5 / #4D6EB2 / #C04E87 / #F29C1D

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et merde... • Eryn

Message par Eryn le 14/3/2017, 22:51

Ah ! Elle était faible et sans volonté devant le désir charnel qu’il provoquait en elle. Il fallait la comprendre, elle avait eu deux très belles et jouissives soirées… C’était dur de résister quand les prémices refaisaient surface…
Enfin, le baiser dura longuement. Elle a lui tirer les cheveux, lui à recommencer à la serrer comme pour lui faire des bleus. Lorsque le baiser s’acheva, elle dut se retenir de ne pas lui sauter dessus mais le coup d’œil qu’il lança aussitôt aux alentours la refroidit d’un seul coup. Ah oui, Monsieur avait peur de se faire surprendre.

Quel dommage, c’était un piment intéressant dans une relation, la peur de se faire surprendre… Elle aurait été un peu plus motivée, elle l’aurait poussé à la prendre là contre le mur. Enfin, il y avait quand même cette utilisation du pouvoir qui la dérangeait…
Il sourit puis perdit son sourire, pourquoi ? Elle aurait bien aimé être dans sa tête à ce moment-là pour comprendre ce qui pouvait bien passer dans cette cervelle asiatique.

Puis vint la phrase menaçante, la jeune fille frappa la main qui retenait son menton en lui jetant un regard froid.

« Je n’irais rien raconter à personne si tu ne recommences pas ta p’tite utilisation de ton pouvoir ! Je ne suis ni ton sous-fifre ni ta chose. Respecte-moi et je te respecterais ! »

A quel moment elle avait relâché la pression de ses jambes sur les hanches du garçon ? Elle n’en avait aucune conscience mais le fait est qu’elle se tenait désormais droite sur ses pieds à le jauger d’un regard provocateur.

« Si tu veux profiter d’un bon moment avec une pauvre chose fragile, tu sais maintenant où me trouver. Dans le cas contraire, tu peux faire comme si je n’existais pas. Je n’irais pas faire de scène pour te chercher des noises. »

La jeune fille glissa une main dans ses cheveux pour les replacer et entreprit de remettre sa tenue dans un état convenable. Comme s’il n’était pas là à la regarder.


Revenir en haut Aller en bas

Re: Et merde... • Eryn

Message par Akatsuki Nakamura le 15/3/2017, 17:16

Elle frappe ta main située sur son menton, ce qui te surprends. Tu ne t'attendais pas vraiment à une telle réaction, mais pourquoi pas, après tout...

Je n’irais rien raconter à personne si tu ne recommences pas ta p’tite utilisation de ton pouvoir ! Je ne suis ni ton sous-fifre ni ta chose. Respecte-moi et je te respecterais !


Un petit sourire se dessine sur ton visage. Mais c'est qu'elle avait du caractère, la petite ! T'aimais bien ces gens-là, ils étaient rarement ennuyeux. Par contre, malheureusement pour elle, c'était mal te connaître si elle pensais que tu n'allais plus utiliser son pouvoir sur elle, parce que dès que l'occasion se présenterais, tu n'allais pas te gêner. Bien sûr que ce n'était pas sa chose, mais il n'en restait pas moins qu'elle était à toi, maintenant. Respect ? C'est quoi, ça ? Elle continua :

Si tu veux profiter d’un bon moment avec une pauvre chose fragile, tu sais maintenant où me trouver. Dans le cas contraire, tu peux faire comme si je n’existais pas. Je n’irais pas faire de scène pour te chercher des noises.

Un léger rire t'échappa. Vraiment ? Tu l'aimais vraiment bien, cette gamine, mine de rien. En un sens, tu étais plutôt satisfait qu'elle te l'ai fait connaître par accident... Même si techniquement, tu étais en train de lui voler son coup d'un soir totalement impunément, mais c'est comme si c'était toi qui l'avait fait en un, sens, donc tu ne le lui volait pas vraiment... ... Mouais, c'est compliqué tout ça, mais tu t'étais compris. Tu répliques sur un ton moqueur :

Bien sûr, je ne vais plus utiliser mon pouvoir sur toi, si tu n'utilises pas le tiens sur moi... ... Je fais ce que je veux, d'abord, ma chose. Mais je note, ne t'inquiète pas.

Bien sûr, c'était pour l'emmerder, que tu avais sorti "ma chose". Tu ne rajoutes pas "je viendrais te voir quand j'aurais besoin de me défouler un peu et de me faire plaisir", mais tu ne le dit pas, trouvant que c'est assez implicite comme ça et qu'elle le comprendrais sûrement, si elle n'était pas idiote.



                   

#ED0000 / #39D0E5 / #4D6EB2 / #C04E87 / #F29C1D

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et merde... • Eryn

Message par Eryn le 15/3/2017, 23:01

Un sourire, un rire…  Ce n’était pas vraiment ce à quoi elle s’était attendue à la fin de son speech ! Légèrement méfiante, elle ne le lâcha pas du regard et croisa les bras sur sa poitrine en attendant sa réponse. Car il n’allait pas rester silencieux non ??
Eryn n’eut effectivement pas à attendre pour l’entendre parler d’une voix clairement moqueuse, la jeune fille pinça les lèvres mais ne l’interrompit pas.

Ouais ouais… Ne pas utiliser son pouvoir sur lui si elle ne voulait pas qu’il utilise le sien sur elle… Ça sentait l’arnaque cette histoire quand même. Par contre, elle tiqua sur le ‘ma chose’. Il croyait que parce qu’ils avaient couché ensemble deux, trois… bon okay, de nombreuses fois, elle lui appartenait.
La jeune fille s’approcha de nouveau de lui et attrapa sa lèvre inférieure sans brutalité entre les siennes pour la suçoter avant de la lâcher.

« Okay je n’utiliserais pas mon pouvoir sur toi… Dommage tu loupes des utilisations… intéressantes.. »

Eryn sourit puis se recula en direction du couloir.

« Par contre je ne suis pas ta chose ! Si je n’ai pas envie que tu poses tes mains sur moi tu ne pourras pas le faire ! »

Sur ces mots elle lui tira la langue et s’éloigna doucement vers la sortie, après tout, elle avait laissé des amies en plan et la seule raison qui pourrait les laisser en plan plus longtemps ne semblait pas venir aujourd’hui.


Revenir en haut Aller en bas

Re: Et merde... • Eryn

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum