Cendrillon habite l'étage du dessus. (PV Dean)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Cendrillon habite l'étage du dessus. (PV Dean)

Message par Raissa Yn Bashir le Ven 10 Fév 2017, 17:42

20h30 - Appartement Yn Bashir.

La télévision est éteinte, pour une fois, au profit d'une chaîne hi-fi dernier cri qui laisse échapper un titre de Tinariwen. Raissa dîne légèrement - une salade, un bol de soupe, un énième thé - , emballée telle la momie ou encore le wrap poulet dans un plaid en polaire sur sa petite terrasse, en s'accordant un premier petit verre d'Arak, formidable petit remontant. Se tâtant même à sortir de sa petite boite à malices une herbe rigolote de très bonne qualité pour après le dessert, elle se ravise. Pas tout en même temps.

Le chien dort dans son panier, brave Tamanrasset, autant prompt à la sieste qu'un narcoleptique sévère, et l'éducatrice en repos profite de son tête a tête privilégié avec les étoiles, n’imaginant pas un seul instant que cela deviendrait quasi impossible en juillet, entre les barbecues, les pintes de bière et les chants de bourrés inhérents aux festivités estivales. Elle rêve, se demande ce qui se cache derrière la voûte qui la surplombe et si un jour, lors d'une de ses envolées, elle verra derrière, derrière ce grand tissu noir constellé de cristaux, l'être qui l'appelle absolument depuis sa plus tendre enfance.
Elle se détend, l'arak oblige, tend ses jambes.  Elle ferme les yeux, doucement, et se laisse aller.
Sortie, elle ne s'arrête pas à sa terrasse, et ne descend pas. Elle monte, en flèche, pour se rapprocher des étoiles, encore un peu, un tout petit peu, les voir d'un peu plus près.

Thump.

En pleine ascension, un bruit provenant de sa terrasse la fait se retourner. Mince. Sans rentrer dans son corps, elle tournoie, elle observe ce qui est tombé.
Son corps inerte dans la chaise longue est tel qu'elle l'a laissé, a une exception près. Le pied nu, sans chaussure, qui pend mollement dans l'air frais. Un tour de la terrasse permet de confirmer l'accident. Sa chaussure est tombée a l'étage du dessous, sur la terrasse du voisin.
Lumière allumée , il semble être présent.

Maudissant son imprudence, Raissa rentre dans son corps et dans son appartement en refermant la porte-fenètre: assez de miracles avaient été commis ce soir. Elle sent son haleine devant le miroir, remet ses cheveux en place, remet une autre paire de chaussures (il est socialement compliqué de sonner chez son voisin avec UN SEUL escarpin), et sort.
Une volée d'escaliers plus tard, elle se retrouve devant la grande porte.
Elle respire.
Elle toque.

"Bonjour monsieur, navrée de vous déranger, je suis la voisine du dessus et j'ai accidentellement fait tomber ma chaussure sur votre terrasse, serait-il possible de la récupérer?"

Sa crédibilité est maximale.
Son visage n'exprime rien.
Son ego souffre au plus haut point.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Cendrillon habite l'étage du dessus. (PV Dean)

Message par Invité le Sam 11 Fév 2017, 03:16

Il était une soirée calme, encore assez tôt, 20h30-20h40. J'étais tranquillement installé chez moi, je bouquinais alors les dossiers des élèves, des nouveaux surtout. Il y avait toujours de nouveaux paquetages, tout le temps. Il fallait pour moi alors, rester au niveau.
J'étais sur mon fauteuil, la télé éteinte, n'étant pas plus fan que ça des émissions télévisées ( à s'en demander presque pourquoi une télé était installée chez moi. ). Une tasse de thé à la main, les dossiers qui défilent dans l'autre. Mes soirées ressemblaient de plus en plus à ça, s'enchaînant pour mieux ce ressembler.
Heureusement, avec mon autre travail, la monotonie est un paradis par rapport à certaines situation déjà encouru. Mais cela reste petit à petit éreintant de me voir faire toujours la même chose sans que quelque chose ne change. Ironique comme situation quand on prend en compte le fait d'être venu dans un endroit où tout est totalement imprévisible.

Avec une pointe de lassitude dans le regard, je lisais alors encore et encore des dizaines de dossiers que j'enregistrais tel un disque dur. Je jetais aussi de temps à autre quelques coup d’œils dehors en regardant à travers ma baie vitrée. Les lumières de la ville cachait une bonne partie du spectacle que les astres jouaient au dessus de nous. Mais les plus grandes d'entre elles restaient tout de même invaincu, capable d’émerveiller encore et toujours mon regard d'adulte.

C'est donc en perdant légèrement dans mes pensées, pendant que je contemplais les étoiles que quelque chose traversant mon champ de vision me fit sortir de transe. C'était semble-t-il une chaussure. Qu'est-ce qu'une chaussure vient faire à tomber sur ma terrasse ? Au vue de la chaussure, je pouvais dire que c'était une voisine, elle avait dû la faire tomber par erreur.
J'eus à peine le temps de sortir la récupérer et de rentrer à nouveau pour la poser sur ma table que j'entendis frapper à la porte. Sur le coup j'avais oublié de prendre la chaussure avec moi en ouvrant la porte, un moment d'inattention de ma part.

J'ouvris alors la porte, et à peine avais-je eu le temps d'entrevoir mon interlocutrice que celle ci me raconta.

"Bonjour monsieur, navrée de vous déranger, je suis la voisine du dessus et j'ai accidentellement fait tomber ma chaussure sur votre terrasse, serait-il possible de la récupérer?"

Je pris un temps avant de répondre, à la vitesse ou celle ci avait parler, je doute qu'elle est pu ne serais-je voir si j'étais vraiment un monsieur. Je souriais alors à la situation. Je regardait rapidement à qui j'avais à faire. C'était donc ma nouvelle voisine du dessus, une personne mate de peau, cheveux noir et au regard bleu profond. Ce visage me dit tout de suite quelque chose. Je l'avais déjà aperçu à l'académie, c'était une nouvelle du corps enseignant, j'avais du lui dire bonjour au détour d'un couloir. Que le monde est petit, me disais-je.

-Bien sûr, je l'ai récupéré. Je vous l'apporte de ce pas.

Je fis alors marche arrière pour aller récupérer sa chaussure sur la table avant de revenir à la porte d'entrée. J'avais la chaussure en main, mais ne la tendis pas tout de suite. En faite je réfléchissais rapidement à la situation, et vis un moyen dans cette petite bourde de la part de ma collègue pour occuper ma soirée d'une autre manière. Après tout, le thé est meilleur quand on le partage.
Je tendis alors à ce moment la chaussure et lui dis.

-Pourrais-je vous proposer une tasse de thé ? Quitte à avoir descendu un étage, autant l'avoir fait pour plus qu'une chaussure. Disais-je avec le coin des lèvres levés. Je ne sais pas si vous m'avez reconnu, mais je suis un enseignant dans le même établissement que vous. Nous n'avons pas encore eu le plaisir de faire connaissance et comme le monde est petit. Pourquoi ne pas en profiter ?

J'étais quelqu'un de nature aimable, donc agir ainsi n'était rien d'anomal pour moi. Et au contraire, si je pouvais ne serais que l'espace de 10 minutes changer mon quotidien, alors je sauterais le pas.

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: Cendrillon habite l'étage du dessus. (PV Dean)

Message par Raissa Yn Bashir le Dim 12 Fév 2017, 16:17

Raissa se décide finalement a regarder le voisin qui a ouvert - c'est un homme, ouf - et meurt un peu en dedans. Elle reconnaît très bien celui qui lui a ouvert. C'est un collègue, qui doit se demander ce qu'elle a foutu pour laisser tomber sa pompe d'un étage.

Sourire crispé, elle l'observe, tandis qu'il va chercher l'objet du délit. Il est grand, musclé au possible - comment peut-on être aussi musclé, sans rire? - et sa peau mate lui rappelle les dunes du Sahara et l'orient mystérieux. Il est bien jeune pour ses cheveux blancs, et elle se demande comment sont ses yeux. Elle a par contre une vue imprenable sur son dos, et son regard, un peu perdu, suit le long de sa colonne vertébrale.
Il se retourne, elle regarde autre part.
Tiens, il a les yeux gris.

On se détend, Raissa. On récupère sa chaussure, on remonte s'occuper du chien, et on essaye de ne pas avoir l'air trop bizarre. Elle sent qu'elle a les joues qui brûlent, mais mets ça sur le compte de l'embarassement.

"...Merci. Encore désolée."

Elle récupère sa chaussure et s'apprête à partir, quand il l'invite a prendre une tasse de thé. Mince.
Raissa envisage un instant le fait de prétendre qu'elle a des invités, pour mieux fuir a toutes jambes, et se rappelle qu'elle est venue récupérer sa chaussure et que ça laisserait entendre que les soirées chez elle sont BIZARRES. Mais est-ce que ça se fait, d'aller boire un thé seule chez un collègue à une heure pareille? Est-ce qu'elle n'envoie pas des signaux étranges en acceptant?
Elle pèse le pour et le contre, et accepte, en croisant les doigts mentalement.

"Effectivement, je viens d'arriver à l'Académie. Je vous avais reconnu. Et, avec plaisir."

Elle reste plantée là un instant avant de comprendre qu'il faut qu'elle rentre parce qu'elle ne va pas prendre le thé sur le palier.
L'appartement est chic, et elle retient un sifflement entre ses dents d'appréciation. Comparé au sien, il est décoré avec luxe , dans un style très anglais, et semble très organisé (l'appartement de Raissa ressemblant très clairement a un intérieur de tente). Elle observe la cuisine ouverte, l'ameublement du salon, et ça la déprime l'espace d'une petite seconde. Elle vient d'arriver, et chez elle, ça se sent.

"C'est joli, chez vous."

Il a l'air gentil, le collègue. Et le thé à l'air bon. Raissa prie pour ne pas trop sentir l'alcool, tandis qu'elle observe le service. C'est beau.
Elle est de plus en plus contente d'avoir dit oui.
Si ça se trouve, la soirée sera bonne.



Le drapeau de Raïssa:
(merci encore a Daaf qui fait un travail formidable)

Revenir en haut Aller en bas

Re: Cendrillon habite l'étage du dessus. (PV Dean)

Message par Invité le Dim 12 Fév 2017, 17:47

La jeune femme du nom de... Rah, ça par contre c'était un défaut à changer. J'étais tellement occupé à essayer de connaître tout les élèves du campus, que j'en oubliais d'apprendre le nom de mes propres collègues. Quel mauvais collègue je peux faire. Enfin bref, la jeune femme à la peau brune avait donc accepté mon invitation à prendre le thé ensemble. Il devait être 21h, c'est sûr que ce n'est pas la meilleur heure pour inviter quelqu'un à boire le thé. Mais si elle acceptait, c'est qu'elle devait être tout autant occupée que moi. Un avantage donc.

Je souriais donc légèrement à sa réponse et fit le mouvement d'accueil, levant le bras pour l'inviter à rentrer. Elle mit un petit temps avant de rentrer, je me suis alors douté quelle devait peut être avoir une certaine forme d'inconfort, après tout j'étais encore un simple inconnu, même si elle m'avait reconnu. Je la laissais alors tranquillement rentrer à son rythme.
Je tirais alors une chaise à ma table pour qu'elle puisse s'installer, pendant que j'allais chercher mon thé que j'avais infusé au préalable, tant mieux du coup. Je me dirigeais donc tranquillement vers la cuisine pour préparer deux tasses.

Pendant que je préparer mes deux tasses, je regardais un peu ma collègue du coin de l’œil, elle semblait curieuse, regardant un peu mes meubles et mon appartement en général. J'avais semble-t-il raison quand elle me fit un compliment quand à la beauté de mon chez moi. Je relevais alors légèrement la tête pour la remercier.

-Merci, peut-être un jour je pourrais voir si le votre l'est tout autant.

Je mis quelques secondes avant de me rendre compte que ma phrase pouvait être mal interprété. Alors dans un petit rire pour me rattraper, j'enchaînais.

-Enfin, si un jour je suis invité à boire le thé chez tout.

Je ne suis pas du tout le genre à faire des avances totalement déplacées. Alors forcément, quand je dis une bêtise pareil, il faut tout de suite que je me rattrape aux branches. Enfin, ce n'est pas comme si la demoiselle devant moi était repoussante, pas du tout. Mais quel gentleman ferais une telle phrase ambiguë alors que ça fait à peine 5 minutes qu'il a rencontré la personne.
Je m'attarde trop sur cette bourde, passons. Je pris les deux tasses et vins les poser sur la table, en déposant une devant mademoiselle, dont je n'avais toujours pas eu le nom. Il fallait régler ceci alors.

-Je ne pense avoir encore eu le plaisir d'entendre votre nom. En ce qui me concerne c'est Dean, mais mes élèves m'appelle Monsieur Taylor, bien que je leurs dis à chaque fois que je n'aime pas que l'on m'appelle monsieur héhé.

J'avais commencé ma phrase tout en m'asseyant, pour la finir complètement installé avec ma tasse dans la main. Je pris alors une gorgée.

-Sinon, je pense savoir que vous êtes une nouvelle parmi nous n'est-ce pas ? J’espère que ces petits monstres ne vous pose pas trop de problème, si il y a besoin de quoi que ce soit, n'hésitez pas à me demander. Lui disais-je avec un doux rictus sur le visage.

Cela me faisait le plus grand bien de parler avec autre chose que mon esprit. J'étais content que le monde soit petit au fond de moi.

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: Cendrillon habite l'étage du dessus. (PV Dean)

Message par Raissa Yn Bashir le Dim 12 Fév 2017, 19:27

Raissa continue d'explorer visuellement la décoration, et c'est avec une grande angoisse qu'elle entend la réponse de son collègue, qui s'invite carrément chez elle. Mauvais signaux, elle le savait. Elle doit trouver un moyen pour partir vite, et regarde la porte d'entrée avec intensité, dans l'espoir que celle-ci la téléporte directement chez elle ou fasse encore apparaître une diversion, quelle qu'elle soit, pour mieux s'enfuit a toutes jambes, fermer la porte a clef et oublier tout ceci. Quelle idée de merde d'avoir dit oui, et si ça se trouve, il va mettre un truc dans le thé, et vite, il faut fuir.

Sauf qu'il s'excuse, et précise son propos. Si jamais elle l'invite. Ah, bon, ben, euh, d'accord, mais on va déjà se détendre un peu et goûter le sien, de thé, avant de proposer un second rendez-vous, un fait, un premier rendez-vous, respire Raissa, il ne va pas te faire de mal, tout va bien, respire un coup.
Elle s'installe aussi confortablement que possible, à l'aise comme un enfant en bas-age sur une planche de fakir, et elle sourit, en attendant le thé.
C'est lui, alors, Dean Taylor. Elle se rappelle du nom sur le tableau du personnel, et fait une note mentale.

"Enchantée, Monsieur Taylor. Enfin, Dean. Je m'appelle Raissa Yn Bashir, et j'ai été embauchée en tant qu'éducatrice."

Elle prend une gorgée de thé, c'est un peu chaud, un peu trop. Elle se brûle, donc, ravale intérieurement la petite larme et repose sa tasse pour attendre qu'il refroidisse. Il pose une question sur l'établissement, son intégration. Elle repense aux regards jetés sur l'arabe de service, aux rendez-vous avec des élèves bien chiants, la bagarre du petit couple a base de limaille de fer, le rendez-vous avec l'autre allumée, le jeune qui fume son pétard directement dans le couloir, la serveuse du bar qui continue de lui envoyer des sms, la solitude dans l'appartement, le temps de merde et le vomi en avion.

"Je vous remercie, mais pour le moment, c'est parfait. Tout se passe a merveille, et je suis ravie d'être là. Nous avons beaucoup de chance de pouvoir exercer dans un cadre aussi épanouissant!"

Elle n'en pense pas un mot.

"Puis j'ai de la chance, j'ai des collègues sympathiques qui font un très bon thé."

Ca, c'est déjà plus sincère.
Elle croise les jambes sous la table et prends le temps de sentir le breuvage.

"Vous êtes donc professeur?'



Le drapeau de Raïssa:
(merci encore a Daaf qui fait un travail formidable)

Revenir en haut Aller en bas

Re: Cendrillon habite l'étage du dessus. (PV Dean)

Message par Invité le Lun 13 Fév 2017, 05:56

A l'entente de son nom, je fus agréablement surpris. Je pense bien que ça soit la première personne aux origines maghrébines que je rencontrais dans le corps enseignant. Je n'étais donc plus seul, enfin c'est ce que j'en concluais, même si en toute honnêteté, j'avais déjà des doutes tant à son accent, qu'à son apparence.
Sinon j'apprenais également qu'elle était l'éducatrice. J’éprouvais à ce moment une forte compassion pour elle. Connaissant maintenant cette académie depuis un long moment, je sais que son poste n'est pas du tout le plus simple d'entre tous. Les élèves étant spéciaux de nature, certains l'était encore plus qu'en a leurs caractères rebelles et dissidents.

Je buvais alors tranquillement mon thé en la regardant me répondre, je pouvais me familiarisé avec les traits de son visage. Attention, rien de pervers là dedans, c'est juste une déformation professionnelle. Car oui, avec mon autre travail, j'ai acquis le réflexe naturel enregistrer les moindres aspérité sur le visage et mouvement en fonction des paroles et des sentiments. Une sorte de machine à repéré les mensonges et les gens suspects. Je ne vous cache pas que ce n'est pas forcément un avantage à toute heure. Car même quand je n'ai pas envie de savoir la vérité, et bien j'arrive à la voir dans les yeux de mon interlocuteur.
En parlant de vérité, elle me racontait donc que pour elle tout allait bien, que tout se passait à merveille. Mais en la regardant je relever mon sourcil, interrogé sur la nature de ce mensonge. Avait-elle eu des problèmes à son arrivé, qu'elle voulait cacher ?

Ne voulant pas non plus paraître lourd, je laissais alors ce mensonge passer comme si de rien n'était, au pire je viendrais à lui en parler durant la conversation un peu plus tard. Et puis la phrase qui suivit me fit détendre les muscles de mon visage.

"Vous êtes donc professeur?" Me demanda-t-elle.

Je posais alors ma tasse pour pouvoir lui répondre.

-Oui, mais un professeur légèrement spécial. Je ne pense pas qu'il en existe des comme ça dans les autres écoles. Rigolais-je légèrement. Car oui, je suis professeur de pouvoir. Dans une autre situation j'aurais sûrement été interné héhé.

Je m'étirais alors, laissant apparaître mes muscles tendus et relevant mon t-shirt jusqu'au nombril. Puis je reprenais.

-Mais du coup, si vous avez besoin d'un conseil quand à votre particularité. Je suis votre homme. Enfin... J'essayerais de vous aider du moins.

Puis mon regard devenant plus sérieux à la fin de ma phrase, pour lui montrer que je ne plaisantais pas sur la phrase qui allait venir.

-Et je vous le répète, si il y a un problème ou je peux vous aider, n'hésitez pas.

Cette dernière phrase voulait tout simplement révéler la vérité derrière les mensonge qu'elle avait racontée plus tôt. Mais pour éviter de paraître trop étrange, je me levais ensuite pour aller dans la cuisine.

-Vous voulez des gâteaux pour aller avec votre thé ?

En faite, ça rendait la situation encore plus étrange. Mais c'est un peu ma kryptonnite, j'ai du mal à être trop sérieux, sauf bien entendu en mission.

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: Cendrillon habite l'étage du dessus. (PV Dean)

Message par Raissa Yn Bashir le Dim 19 Fév 2017, 01:33

Un professeur de pouvoir. Raissa réagit directement a cette annonce, tandis qu'un frisson parcours sa colonne vertébrale. Elle est tombée sur le spécialiste du pouvoir, celui qui va pouvoir l'aider, enfin. Celui a qui elle pourra expliquer toutes ses petites angoisses dues a cette espèce d'anomalie, selon le groupe, et a cette bénédiction selon elle. Peut-être même pourra t'il lui dire si son pouvoir est réellement en lien avec les étoiles, ou si c'est juste une barrière qu'elle se met elle-même.
Elle sirote son thé, enfin a bonne température, et rit vaguement a sa blague.

"Educatrice dans un pensionnat ou les gens ont des pouvoirs. Vous pensez que nous aurions été voisins de chambre, a l'asile?"

Elle se détend enfin, et allonge ses jambes sous la table, pour mieux les rétracter a l'évocation du fait qu'il serait son homme. Elle ne comprend pas l'expression, panique vaguement, et se demande ce qu'elle fabrique là, une nouvelle fois. Elle saisit finalement qu'il s'agit d'une expression, se sent stupide, mais n'arrive plus tout à fait à se détendre. C'est bête. Elle le regarde, une nouvelle fois, et réalise qu'il est ventre nu. Elle reste fixée dessus une seconde, une seconde de trop. Mourant intérieurement a chaque micro seconde qui passe, elle réalise que ce n'est pas une expression.
Sinon, pourquoi se mettrait-il comme...comme ceci? Il devait bien être au courant des coutumes arabes, bon sang. Tout était prévu, depuis le début, elle le sait, maintenant.
Ou alors, elle est juste paranoïaque, et par pitié, rhabillez vous.
Derrière un visage de marbre s'exprime une profonde envie d'aller hurler dans un oreiller. C'est terriblement indécent, surtout quand on est aussi bien fa..quand on est bien élevé comme Raissa, qui met un point d'honneur a fixer avec intensité le service a thé avec un sourire gravé au burin sur son visage.

Et en plus, il insiste. Elle ment, il le sait, elle sait qu'il sait.
Un peu crispée, elle répond.

"C'est fort aimable de votre part. J'y penserais, c'est promis."

Il se lève, s'en va, l'étoffe retombe, parfait.
PARFAIT.
Elle respire a nouveau, accepte volontiers le petit gâteau qui lui donnera une contenance pour la suite de la soirée, elle en est convaincue.
Un silence léger s'installe, absolument pas confortable.

"Vous êtes là depuis combien de temps? Pour être professeur de pouvoir, vous devez avoir une maîtrise excellente. Enfin, je dis ça, j'imagine. Même a mon âge, il me pose encore certains soucis, pour être tout à fait honnête. Fort heureusement, je ne suis qu'éducatrice... Ceci étant dit, je pense que ledit pouvoir ne me servirait à rien dans le corps enseignant, donc c'est aussi bien."

Elle regarde, pensive, le fond de sa tasse, tant pour éviter le regard de son collègue que pour étudier avec intérêt ce qui a été utilisé dans la boisson.

"Si j'avais su qu'un jour je me retrouverais ici..."

"



Le drapeau de Raïssa:
(merci encore a Daaf qui fait un travail formidable)

Revenir en haut Aller en bas

Re: Cendrillon habite l'étage du dessus. (PV Dean)

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum