Nous faisons des métiers formidables. (PV Lizzie)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Nous faisons des métiers formidables. (PV Lizzie)

Message par Raissa Yn Bashir le Mar 7 Fév - 15:37

Le bureau plaisait à Raissa.
Même si il était convenu qu'elle n'y resterait que très peu, son rôle ne l’appelant pas à servir de permanente conseil, elle avait apprécia l'armoire qui lui était dédiée pour ranger ses dossiers ainsi que la décoration globale, sobre mais de bon aloi. Cela changeait grandement de l'atmosphère dans laquelle elle avait fait ses tous premiers pas vers la profession d'éducatrice, et le fait remplacer les croix chrétiennes par des plantes en pots n'avait rien pour lui déplaire: si Raissa n'était pas une anti-cléricale primaire, elle demeurait néanmoins dubitative quand à la foi catholique, en bonne habituée de l'islam., et elle estimait de toutes manières qu'il y avait des choses qui ne se mélangeaient pas.  On ne servait pas talebdjat hors des mariages, et on ne servait pas la religion hors des lieux destinés à cet effet.

Si le bureau lui plaisait, par contre, son rendez-vous lui plaisait beaucoup moins. Un coup d'oeil au dossier de la jeune fille qu'elle devait recevoir la conforta dans ses craintes. Les résultats étaient au rendez-vous, ça, c'était certain. Mais le pouvoir consigné dans le dossier l'inquiétait un peu, et elle n'avait absolument rien pour lutter contre à l'heure actuelle. Le règlement ne semblait même pas interdire son utilisation, et la jeune femme était un peu inquiète, d'autant que la jeune semblait plutôt bien le maîtriser.
Le tout était de ne pas trop le montrer.

S'installant à son fauteuil, son fauteuil, voila qui lui plaisait, comme idée, elle tripota d'un air distrait le bout de sa cuillère qui trempait dans son mug de thé, sorte de décoction que les anglais devaient apparemment boire au petit déjeuner et que Raissa commençait seulement à apprécier. Elle n'arrivait néanmoins toujours pas à se résoudre à arrêter de le sucrer comme une forcenée : il y avait des habitudes tenaces.
L'horloge tournait et son rendez-vous allait arriver.
Est-ce qu'elle devait rester à son bureau en ayant l'air occupée? Elle avait de quoi.
Mais il aurait peut-être été plus simple d'aller accueillir la jeune directement à la porte.
Tic, tac.
Il fallait prendre une décision.
Dix minutes, c'était un dossier supplémentaire de lu. Comme celui de mademoiselle Chizuru, par exemple, qu'elle devait retrouver par la suite. Bien. Alors, c'était rangé par ordre alphabétique, n'est-ce pas? C....C...
C....'était très con.
Atomaki, donc, et c'était rangé à A, bien évidemment. Raissa était définitivement perturbée par sa nouvelle prise de poste. Mais elle avait son dossier (il n'y avait pas de petites victoires), et se mit a la lire au bureau en attendant l'heure .
Un bruit, au niveau de la porte.

Son élève était arrivée.
Raissa rangea le dossier dans un tiroir du bureau et le referma doucement. Contrôle express de la coupe de cheveux , de l'haleine, et de la propreté du bureau.
Tous en route pour le grand cirque, pensa t'elle avant de réaliser qu'elle n'avait jamais vu un cirque de près.

"Entrez!"

Il s'agissait maintenant de faire son métier.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nous faisons des métiers formidables. (PV Lizzie)

Message par Lizzie "La Déesse" le Mar 7 Fév - 17:44

Bon, j'ai la flemme de tout raconter du coup je vais utiliser des mots clef : casino/nuit/lever pénible/rendez-vous tout aussi pénible. Tiens, j'sais pas si j'étais à l'heure d'ailleurs... Nan j'détaille pas nan, c'est bon, je sais MAIS JE FAIS CE QUE JE VEUX, SI JE VEUX PAS DÉCRIRE, JE DÉCRIS PAS, C'EST BON, T'ES PAS MA MÈRE. ET PUIS MÊME SI T'ÉTAIS MA MÈRE ÇA AURAIT RIEN CHANGÉ. Où en étais-je ? Putain j'dis beaucoup trop ça, "où en étais-je", et vous savez pourquoi ? Parce que je divague (VAGUE) tout le temps, pourquoi ? PARCE QUE VOUS M'INTERROMPEZ SANS CESSE. OU VOUS M'ÉNERVEZ, ÇA CHANGE PAS GRAND CHOSE, EN BREF VOUS ME PÉTEZ LES COUILLES. "Mais, Lizzie, tu n'en as pas ! (:" ET TA MÈRE ? ET TA MÈRE ? BORDEL DE MERDE J'TE DEMANDE C'QUE T'AS GRAILLES À MIDI ? NON ! Alors merci de ne pas m'ennuyer avec mes couilles métaphoriques. Ha oui, du coup, VRAIMENT CETTE FOIS, SANS QU'ON ME COUPE LA PAROLE, où en étais-je ? Hé bien j'allais parler de mon cher rendez-vous du coup, chez le psy, enfin, j'sais pas trop c'que c'est cette meuf, mais ça doit pas être trop loin. P't'être c'est juste une meuf qui va m'dire "Lizzie, c'est pas très bien ce que tu as fait !" et moi je vais dire que oui, c'est mal, MAIS QUE J'EN AI RIEN À FOUTRE ET QUE JE RECOMMENCERAI. Et là, du coup, elle va faire une tête traduisant une grande incompréhension de la vie, de la mort, de Inception aussi. En fait, je l'ai pas vu, mais voilà. Inchallah c'est compliqué. J'sais pas. J'devrais demander à des gens comme ça, dans la rue, au pif. Mais comme y'a que des cons aussi... Des tonnes de petits Loys en puissance, capables de trouver les aventures de Mickey complexes. "Mais, pourquoi cet acharnement sur Loys, Lizzie la grande déesse de la vie ?" HÉ BIEN PARCE QU'IL EST CON COMME UNE PUTAIN DE BRIQUE. Et Lizzie sait à quel point c'est con, une brique.

Bref, ce jour, Lizzie s'était dit qu'elle allait rester calme avec madame Raissa oklm, elle s'était dit que, après tout, la vie était trop courte, qu'on en avait qu'une, et qu'on pouvait très bien mourir demain, qui sait ! Même si ça n'avait rien à voir avec elle. En fait, elle s'était dit ça quand elle avait failli manger une voiture dans sa gueule, en rentrant, un peu pompette, à l'académie, mais ça, c'est une anecdote AUTREMENT PLUS INTÉRESSANTE QUE CE RENDEZ-VOUS. Mais, en l'occurrence, Lizzie parlait de cela. Oui, le rendez-vous, oui, oui. Du coup, arrivée d'vant la porte, vous commencez à m'connaître, J'L'AI DÉFONCÉE À COUP D'KATANA WAZAAAAAAAAAAA, en fait c'est faux ; je suis rentrée très calmement. C'est encore faux, décidément, vous avez un don pour savoir quand je mens ! Désirez-vous une médaille ? Car je n'en ai pas, car, voyez-vous, CE N'EST ABSOLUMENT PAS NORMAL POUR MOI DE RENTRER, COMME ÇA, STYLE ÉLÈVE QUELCONQUE, NUL, POUBELLE. MOI JE SUIS LIZZIE, LA DÉESSE EN TITRE DE CETTE ACADÉMIE D'MES DEUX, DONC MOI, QUAND J'RENTRE, J'DÉMONTE À MOITIÉ LA PORTE AVANT DE SALUER RAISSA, "MADEMOISELLE" RAISSA. "Lizzie la magnifique ! Elle-même, en chaire et en os ! J'espère que vous m'attendiez avec impatience, parce que je me suis efforcée d'être à l'heure, et j'me suis d'ailleurs bien sapée pour vous, (la belle robe et tout, sisi, j'suis bonne) ça aurait au moins mérité un "Entrez S'IL VOUS PLAÎT", mais j'suis pas rancunière, oui je sais, si ma gentillesse se rapporte à mon plumage, je suis le Phénix, que dis-je, la Déesse de ces lieux !" Ouais, j'ai vite fait réfléchi CINQUANTE MINUTES DEVANT LA SALLE POUR PRÉPARER MON ENTRÉE. Nan j'déconne, en deux minutes c'était réglé. Bref, j'm'installe, j'sais pas si elle parle parce que je l'écoute pas, si ça se trouve elle m'a dit "calmez-vous MADEMOISELLE", ou encore "VEUILLEZ FERMER LA PORTE", mais je sais pas, parce que j'ai pas écouté... Oups ? HO NAN EN FAIT J'M'EN BATS LES STEAKS, WALLAH LA RADIM. DU COUP, NI UNE NI DEUX, JE PRENDS PLACE DEVANT ELLE (toujours sans l'écouter, ça va de soi) ET REPRENDS LA PAROLE. "J'ai encore du mal avec les rimes, vous pensez que je devrais prendre des cours ? HA MINCE, NOUS NE SOMMES GUÈRE ICI POUR ÇA ! *Lizzie tape sur la table* Alors, dites-moi, de quoi allons-nous parler aujourd'hui ? De la pluie, du beau temps ? Ho non, parlez-moi de vous, je meurs d'envie d'en apprendre un peu plus sur "madame j'prends rendez-vous avec Lizzie la magnifique." Alors ! Je vous écoute." Et là, un grand sourire apparut sur mon visage ; j'étais heureuse. Nan j'déconne j'suis toujours une dépressive de merde. Quoique, je sais pas. J'vais tirer à pile ou face, un jour, j'vous jure. Wallah. Bref, même sans être heureuse, je souriait. Bon, j'sais pas si ça s'voyait ET J'M'EN BRANLE. Voilà, sur ces doux mots emplis de poésie, j'arrête d'écrire parce que j'en ai marre.



Pingouin in my cœur.
avatar
Lizzie "La Déesse"

Fiche perso'
Infos:
Où me trouver:
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nous faisons des métiers formidables. (PV Lizzie)

Message par Raissa Yn Bashir le Mer 8 Fév - 21:49

.....
Woah.
Qu'est ce que c'était que ça.
La jeune fille était rentrée dans mon bureau comme une petite tornade intenable, parlant vite, faisant du bruit, toute en couleur et en paillettes et en grand n'importe quoi. Adressant une prière mentale a toutes les divinités dont elle avait connaissance, dans le doute, Raissa afficha un sourire calme qui lui évoquait une oasis en pleine tempête des sables.
Lizzie elle-même, en chair et en os.
Eh ben mes enfants. Ce rendez-vous allait être long et douloureux, c'était à présent une certitude, et il faudrait user d'une dose non négligeable de pédagogie, d'éducation et de patience pour en sortir psychologiquement éprouvée avec l'envie irrépressible de prendre un long bain chaud (plaisir découvert assez récemment pour le plus grand bonheur de Raissa). Et il n'était même pas quinze heures.

Bon. Maintenant, il s'agissait de contrôler cet entretien au mieux.
A la guerre, comme a la guerre!

"Bonjour, Lizzie. Je vois effectivement que tu es très bien apprêtée, et je suis sensible à l'attention."

Voila pour le phénix, ça irait certainement. Noter l'effort en restant calme serait certainement un bon début pour un entretien de routine.
Parce que ce n'était jamais que cela: un entretien de routine. Un simple entretien pour apprendre à connaître les élèves, et déceler les éventuels souci. En ce qui constituait la partie "décelage", c’était mission accomplie. Les cours de notre éducatrice lui avaient appris assez rapidement que si l'expression très forte de l'ego chez les jeunes était une constante signe d'une étape de développement qui pouvait s'étendre jusqu'à la trentaine, la jeune fille présente en face d'elle débordait très largement du cadre considéré comme étant celui du développement "normal" (elle détestait ce mot).
Trop d'ego = souffrance, postulat de base du diagnostic éducatif. Raissa savait déjà que ce n'était plus son rôle d'être là, et que l'entretien prendrait une tournure plus adaptée à un entretien psychologique. Elle maîtrisait quelque peu les notions de limites de la pensée égoïste chez les adolescents et touchait du doigts les idées de fabulation personnelle propres aux jeunes de cette tranche d'age, mais sa spécialisation n'était pas dans ce domaine précis, elle qui travaillait surtout sur le retour en classe de l'élève décrocheur et l'intégration au sein du groupe.
Mais elle se demandait ce qu'elle faisait là. C'était le moment idéal pour répondre.

"Je voulais te rencontrer, Lizzie. Pour savoir si tu te sentais bien dans l'académie, et surtout pour me présenter, en tant qu'éducatrice. Et, je voulais apprendre a connaitre les élèves au delà de leur dossier. Un morceau de papier ne remplace jamais un vrai contact."

Grand sourire. Au secours.

"Ceci dit, nous ne sommes pas obligées de parler des cours. Nous pouvons parler de ce qui te chante. Mon but est d'apprendre à vous découvrir tous."

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nous faisons des métiers formidables. (PV Lizzie)

Message par Lizzie "La Déesse" le Dim 12 Fév - 16:09

"Tu", genre, elle me dit "Tu", moi j'me fais chier à la vouvoyer et ça claque des "TU" MAIS TU TE PRENDS POUR QUI PÉTASSE ? T'AS CRU J'ÉTAIS TA COPINE OU QUOI ? Du calme Lizzie, DU CALME, LIZZIE, BORDEL DE MERDE. En plus j'lui dit "wsh vi1 tu mparl 2 twa bb" et elle me sors "NAN C'EST TOI QUI PARLES DBAR" MAIS NIQUE BIEN TA RACE TOI AUSSI. Bon, du coup, du calme. J'me demande si elle est incohérente tout simplement, ou si elle est vraiment con (ouais, la meuf te sort un "J'VOULAIS M'PRÉSENTER" BAH VAS-Y, BORDEL DE MERDE, DO IT, DON'T LET YOUR DREAMS BE DREAMS, J'CONNAIS MÊME PAS TON PUTAIN DE PRÉNOM NORMALEMENT. Wesh, la meuf te sors un "vas-y j'vais m'présenter en parlant de toi" T'ES CON RAISSA ? DIS-LE, ON PEUT EN PARLER SI TU VEUX. En plus la meuf veut nous connaître "tous", genre, c'est même pas moi, tu vois, genre, elle va pas dire "J'veux un peu connaître l'élève la plus exceptionnelle de cette académie, qui est aussi la plus intelligente, la plus belle et sans doute la plus modeste." MAIS NAN, ELLE, VEUT CONNAÎTRE TOUT LE MONDE. Bah t'sais quoi, tu m'as vexée, je m'en vais. "Mais Lizzie, tu ne vas pas partir comme ça !" BIEN SÛR QUE NON ESPÈCE D'ABRUTI, MAIS J'SUIS VEXÉE J'PENSAIS QUE C'ÉTAIT DIFFÉRENT AVEC ELLE... ET LÀ... et là... je me rends compte que... je ne suis qu'une parmi tant d'autres... "Bof, j'sais pas moi." Ouais j'suis devenue SUBITEMENT CALME, c'est normal, ça fait partie du plan.

Lizzie se relève déjà, décidément, elle ne tient pas en place. "Moi j'voulais un tableau pour faire n'importe quoi d'ssus, comme quand j'étais gosse chez le psy, on a pas ça ? Tu veux pas faire les tâches d'encre là ? C'était marrant aussi ça ! Ou bien tu m'parles de toi, comme t'avais l'air partie pour l'faire un moment." Ouais j'la tutoie Y'A QUOI, L'RESPECT EST MORT POUR ELLE COMME POUR MOI ÇA Y EST ! VOILÀ ! C'est elle qui a commencé t'façons, moi au début, j'arrive, t'sais, j'me pose au calme, j'étais okéd'acc' pour être respectueuse et tout, elle me tutoie, bah d'accord, ça marche, t'sais quoi aujourd'hui j'suis calme SINON ÇA AURAIT FINI EN COUP D'MORGENSTERN DANS  LA GUEULE C'T'HISTOIRE. Mais ce jour là j'étais calme, certes, un peu vexée qu'elle ne me propose même pas un truc, genre un thé. Un thé apaisant. J'ai besoin d'être apaisée. Parce que je suis un peu dérangée. "Naaaaaaan vraiment ?" OUI VRAIMENT, ET ON NE ME COUPE PAS MERCI. J'suis une princesse tout de même. OUAIS J'AI BEAUCOUP DE TITRES OUAIS. Ha ouais, du coup, pour en revenir à RAISSA OKLM, j'étais un peu déçue, j'avoue, d'avoir fait des efforts pour ça, genre la déception, j'm'attendais à un TRUC OUF T'AS VU, et à la place de ça l'autre elle me dit "parle-moi d'toi". WESH J'SUIS UNE TIMBRÉE ÇA S'VOIT PAS ASSEZ J'DOIS PORTER UNE PANCARTE BORDEL DE MERDE ? Mais en plus putain, paie ta question piège, j'dois dire quoi ? Mes qualités ? Mon plus grand défaut ? PERFECTIONNISTE LOL MDR ON L'AVAIT PAS VU V'NIR PÉDALE. COMMENT J'ME PARLE ?! Ho, j'commence à dire n'importe quoi... enfin, je continue. Bon comme mes écrits sont déjà une purge j'vais pas faire durer trop longtemps.



Pingouin in my cœur.
avatar
Lizzie "La Déesse"

Fiche perso'
Infos:
Où me trouver:
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nous faisons des métiers formidables. (PV Lizzie)

Message par Raissa Yn Bashir le Dim 19 Fév - 16:09

Pour le moment, tout allait a peu près bien dans le meilleur des mondes. Peut-être que Raissa avait paniqué un peu vite, après tout. La jeune fille ne semblait pas convaincue par son trait de logique pourtant infaillible, mais tant pis : elle n'était pas tenue de convertir tous les jeunes de cette terre a un comportement exemplaire a la première tentative. Mais ça allait, jusqu’à ce que la jeune se relève.

Punaise punaise punaise.
Rien ne se passait comme prévu.
...
En fait, tout se passait exactement comme prévu, a savoir absolument n'importe comment et en dépit de toutes normes quelles qu'elles soient. Raissa décida mentalement en une fraction de secondes qu'elle se débrouillerait comme elle le pourrait pour ne jamais avoir a recroiser en rendez-vous cette jeune fille: après tout, tout ceci ne relevait absolument plus de ses compétences, deuxième édition.

Maudissant intérieurement l'élan éducatif qui l'avait traversée au moment de son orientation professionnelle, elle se contenta de ne pas réagir tout de suite de l'adolescente, visiblement assez peu émue par sa logique pourtant sans failles. Il ne fallait surtout pas qu'elle rentre dans un combat d'egos avec la jeune, sans quoi ce rendez-vous qui semblait déjà relativement mal parti tournerait au naufrage en une fraction de secondes.
Les jeunes étaient pénibles, et avaient un ego surdimensionné avec différentes implications et une surconscience du "moi", même ceux qui allaient très bien, répéta Raissa dans sa tête en voyant la petite défiance de Lizzie qui commençait a présent à la tutoyer.
Alors c'était donc ça.
Elle donnai terriblement l'impression, sous couvert de sympathie, de chercher la guerre ouverte.
Elle ne trouverait rien.

"Je ne travaille pas avec des tableaux, ni avec des taches d'encres, comme tu les appelles. Il s'agit d'un test de Rorschach, il me semble?"

Elle reste assise, quand à elle. Inamovible éducatrice, enfoncée dans son fauteuil, ne bougera pas. Pas de la faute de la jeune, juste, Raissa ne bougera pas.
C'était assez étonnant qu'on utilise encore le Rorschach sur des individus aussi jeunes, au vu des limites critiquables de la méthode, pensa t'elle tout de même, un peu perdue l'espace d'un instant dans ses réflexions.

"Enfin. Dans tous les cas, je ne suis pas psychiatre, ni psychologue. Éducatrice, c'est autre chose. Je ne fais pas de...tests. Je me tiens juste là pour les positionnements par rapport au groupe. Voir si tu te sens bien dans l'académie, m'assurer que ça va. Si mes collègues sont là pour aller au fond de ce que tu es, mettons que je m'intéresse plus a ce que tu vis."

Elle sourit.

"J'aimerais bien, si tu veux en parler, que tu me dises comment tu te sens dans l'établissement. Ce serait possible?"

Avec un peu de chance, tout irait bien et Raissa pourrait clôturer rapidement.



Le drapeau de Raïssa:
(merci encore a Daaf qui fait un travail formidable)

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nous faisons des métiers formidables. (PV Lizzie)

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum