Catastrophée climatique [Libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Catastrophée climatique [Libre]

Message par Raissa Yn Bashir le 3/2/2017, 10:41

Raissa avait quitté son continent africain avec la plus grande des difficultés, non pas tant sentimentale - elle avait pris la décision de son départ de façon sûre et sereine - , que physiologique, elle qui n’avait jamais pris l’avion de sa vie. L’attente de huit heures dans l’aérogare de Tripoli pour erreurs techniques, les yeux rivés sur la fuite de la climatisation, et la consommation extensive de boissons maltées avaient déjà eu raison d’une partie de sa patience, et elle n’arrivait même plus à jeter un œil bienveillant à la religieuse à coté d’elle égrenait machinalement un chapelet en bois de rose.

Le trajet par la voie des airs avait été de loin la plus dure épreuve de son existence. Tout allait bien trop vite, elle avait mal aux oreilles, ce n’était pas du tout comme lorsqu’elle, elle s’envolait. Sa robe blanche n’avait d’ailleurs survécu aux trajets que grâce à la générosité des passagers qui avaient , sur une rangée complète, fait don de leurs sachets en papier dans lesquels avaient fini les boissons maltées précédemment citées. Un moment assez horrible, donc, et qui ne devait pas s’arranger en sortant de l’habitacle, les jambes fébriles, le teint aussi pâle que le ciel d’Angleterre cet après-midi là.
Elle avait du sortir ses bagages toute seule, et s’était, elle en était convaincue, faite mal dans les bras en portant ses piquets de tente Khaima. La jeune femme se félicita mentalement d’avoir envoyé le reste des affaires dans des malles qui étaient certainement déjà arrivées dans son nouvel appartement.

Néanmoins chargée jusqu’à la gueule, Raissa déambula avec peine jusqu’au service vétérinaire pour récupérer la prunelle de ses yeux: Tamanrasset, qui avait atteint un étonnant stade d’angoisse de l’avion et qui était, tremblotant, prostré en couinant dans le fond de sa cage. Dix vraies bonnes minutes de papouilles plus tard, laisse en main, chariot de bagages dans l’autre, le tout dans un équilibre précaire, elle était à l’étage des arrivées.
Enfin.

Premier pied réel sur le sol anglais.
Les gens ont l’air si pâles, et tout le monde se presse. Tout brille, et tout est si différent. Elle en a presque le souffle coupé, notre targui. Son chien a un peu peur, et se serre contre ses jambes. Elle regarde le toit, qui est si haut, les tenues des femmes, si différentes, les gens qui tiennent des pancartes, la pluie qui tombe dehors.
Elle a presque envie de pleurer, sans trop savoir pourquoi. Elle a envie de repartir, l’espace d’un instant, de rentrer chez elle. Plantée au milieu , durant une minute qui semble être une éternité, elle a l’impression que tout tourne autour d’elle. La présence de l’animal lui tient chaud et la réconforte. On la bouscule, sans s’excuser, on se demande pourquoi elle reste plantée là.
On vient la voir, finalement, avec une pancarte à son nom. Mademoiselle Yn Bashir, est-ce que c’est vous, oui, c’est moi, je prends vos bagages et je vous emmène à la voiture, d’accord, je vous suis, le chien sera sage, il est propre, bien sur, ah, j’ai un drôle d’accent, très bien, ça viendra avec le temps, vous avez raison, oui, le temps est bizarre, ça aussi, ça va s’arranger, d’accord, merci beaucoup.


Comme un automate, le regard dans le vide, elle était grimpée dans la berline en installant le drap du chien, et elle observait le flux de voitures, comme une longue méharée mécanique, qui s’étendait hors de l’aéroport, tout en bruits, en voix et en odeurs.

La voiture démarra.

La ville de Londres, superbe dans son imposante architecture et dans son peuple qui n’était pas coloré de peau mais coloré d’oripeaux, fit rapidement place à sa banlieue, amas étrange de petites demeures sans âme, d’ou sortaient et rentraient sous le crachin des gens dont le bonheur laissait apparemment à désirer. Puis ce fut la campagne, qui détendit Raissa ainsi que Tamanrasset. Un espace clair, étrangement vert: est-ce que c’était naturel, tout ce vert? - , ou paissaient des moutons anormalement gras. Tout le monde était anormalement gras. Mais le duo décida qu’il aimait cette campagne tout de même, et qu’il mangerait du mouton aussitôt que possible.

Le chemin était sinueux jusque Thouhills, et le nom de la ville ne voulait rien dire. Raissa contempla devant elle son nouveau lieu de vie, recouvert de pluie, et se demanda bêtement si elle pourrait s’envoler si les conditions météorologiques étaient mauvaises.
La voiture stationna au pied d’un immeuble dans un quartier très animé, qui lui rappelait assez étrangement la ville de Niamey, comme un hybride entre Katako et le Grand Marché.
Elle sortit.

Chose extrêment rare, elle éructa un juron particulièrement mal élevé en arabe, et rentra immédiatement dans le bâtiment.
Elle était trempée, il faisait froid comme elle n’avait jamais eu froid, et le bas de sa robe faisait floc floc. Laissant son chauffeur monter ses bagages, elle attrapa un plan de la ville, et pointa le centre commercial du doigt.
Elle lui dit qu’elle avait une urgence vestimentaire.
Il rit, et l’emmena.

Armée d’une doudoune jaune moutarde -du dernier chic, avait dit la vendeuse, que Raissa trouvait très mal habillée- , d’une robe en laine épaisse, d’un legging en cuir (mais ça ne pouvait pas être du cuir. Les Touaregs travaillaient le cuir, et ça, ce n’était pas du cuir. On aurait dit un genre de matière entre le pneu et le sac poubelle, et Raissa n’aimait pas ça) et d’une paire de bottes pour la neige, la jeune femme était finalement parée à aller prendre son poste. Ne répondant pas a l’hilarité du chauffeur qui la trouvait sur habillée pour la saison et qui ne comprenait pas la cruciale importance d’un manteau pour le chien, elle repassa rapidement en tête ses diverses missions et ses derniers cours académiques.

En arrivant devant l’académie, elle n’avait toujours pas fini. Et elle était inquiète, sous son visage de marbre. Est-ce que tout allait bien se passer?
Et cette pluie, est-ce qu’elle n’allait pas geler? On lui avait assuré que non, mais la perspective d’une rue couverte de flaques glacées et de vent gelant même l’intérieur de son appartement la perturbait au plus haut point.

Echappant à cette malédiction climatique, Raissa se replia dans le hall, afin de se présenter à son nouveau poste.
Elle ne savait même pas pourquoi elle était là, finalement. Pourquoi elle, parmi tant d’autres.
Elle s’était longtemps posé la question.

Et avait répondu à celle-ci comme à toutes les autres grandes inconnues de son existence.
Si Dieu le veut.
Inch’Allah.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Catastrophée climatique [Libre]

Message par Artemis le 3/2/2017, 11:35

Je me lève, il ne fait pas beau. Ce brouillard qui est si propre à l'Angleterre, et cette petite brume, ça me donne un peu le mal du pays. Je connais le remède : la musique, je prends mes écouteurs. J'ai besoin de sortir, j'étouffe. Je m'habille rapidement. Je mets un de ses pantalons en toiles du genre larges, pratiques et... fleuri! Je descends les escaliers et sors. Le temps est vraiment... bizarre, l'atmosphère est... je ne sais pas...
Je décide de marcher, là dans le brouillard avec de la musique. J'écoute mes musiques du moment, je mets de coté les plus tristes.
Musique:
Every go, sous la pluie, je suis bien, je commence à être mouillée, mes cheveux vont être moches mais tant pis, parce que pour l'instant, je suis bien. Je pense à tout le chemin que j'ai parcouru dans ma vie. A la mort de ma grand-mère. A mon arrivée ici, à l’académie. A mes possibles nouveaux amis, qui ne me considèrent peut être pas comme leur amie. Et je regarde le jardin qui a un charme indiscutable malgré le mauvais temps. Je suis tellement dans ma bulle que quand j'entends une branche se casser je hurle. Je continue ma marche et continue de suivre le fil de mes pensées. C'est bizarre, pourquoi cette branche a-t-elle craquée? Je suis peut-être paranoïaque mais j'ai l'impression que quelqu'un me suit. Je suis tellement mouillée que je dégouline! Du coup, je décide de rentrer. Je prends le chemin principal, et je remarque des traces de pieds dans la boue. Il y a des chaussures qui ont du pas aimer! Je rentre dans le hall. Dégoulinante.
Tiens, je ne pensais pas voir quelqu'un dans le hall, par ce temps, tout le monde reste dans sa chambre. Donc, il y une femme, diablement belle, mais pas d'une beauté européenne, d'une beauté exotique. Mais pourquoi?!?! Pourquoi cette immonde doudoune jaune? Et ce legging en faux cuir? Avec son corps, elle pourrait mettre n'importe quoi! Je ne l'ai jamais vu. Elle est trop vielle pour être élève mais est très jeune quand même.

" Excusez moi? Vous cherchez quelque chose? Je peux vous aider? "



Je vous parle en #000055 et je miaule, aboie, rugie, meule, bêle, .... en #330000

Rim❤



Merci Luxia, KEUR:
avatar
Artemis

Fiche perso'
Infos:
Où me trouver:
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Catastrophée climatique [Libre]

Message par Raissa Yn Bashir le 3/2/2017, 13:44

Le hall était beau, objectivement. Raissa, qui maîtrisait d'un point de vue architectural les beautés du monde arabe mais assez peu les charmes des châteaux anglais, avait entrepris d'étudier soigneusement les baies vitrées, les fauteuils et la hauteur sous plafond. C'était...très différent. Toutes ces fenêtres qui laissaient entrer la lumière lui aurait semblé être une hérésie dans un autre pays, mais la pluie battante lui laissait penser qu'il était sage de trouver la lumière à l'endroit ou elle se trouvait. Estimant qu'il aurait été encore plus judicieux de placer un grand tapis dans l'entrée au vu de l'état de saleté manifeste de celui-ci, elle se prit a suivre les traces de pas superposées du regard afin de tenter de comprendre la disposition des bâtiments.
Elle devait bien avoir un plan, quelque part, non? Comme à l'aéroport. Les anglais faisaient bien ça, non, des grands plans avec plusieurs étages et un gros point rouge "You are here." Il fallait trouver le plan, et la situation se débloquerait d'elle-même. De là, elle trouverait le bureau du Directeur pour se présenter, et on lui indiquerait bien volontiers l'endroit ou elle devrait exercer. Elle aurait bien un bureau, obligatoirement, ou stocker ses dossiers.
Devait-elle rédiger ses rapports exclusivement en anglais, d'ailleurs? Cela ne l'arrangeait pas énormément, au vu de sa conjugaison parfois babillante. Cela ferait partie de la longue liste de questions qu'elle devrait poser au proviseur, avec celle qui lui trottait encore dans la tête : qu'est ce qu'elle fabriquait là, et pourquoi avait-elle été engagée d'une façon si triviale.

Peut-être que les élèves étaient si durs qu'elle restait le dernier choix disponible tellement le reste du monde fuyait l'école? Et Tsuki, ce n'était même pas anglais. Elle avait bien regardé dans son Harraps, et rien. Qu'est-ce que c'était que cet endroit?
Perdue dans ses pensées, elle ne remarqua pas du premier coup d’œil la jeune fille qui venait de lui adresser la parole, ce qui lui permit par la même d'esquiver le regard dubitatif sur sa tenue.
Puis elle se réveilla, d'un coup, et posa son regard calme sur la nouvelle arrivante. Une jolie jeune fille, en uniforme. le cheveu, s'il n'avait pas été trempé par la pluie, aurait été sublime, comme dans les films occidentaux qu'elle avait pu voir avec Souhem a l'université. Elle aimait une actrice en particulier, Nicole Kidman, et la couleur de cheveux de l'élève lui évoquait cette femme à la beauté très exotique. La voix et l'accent, quand à eux, ne rappelaient rien de connu, si ce n'est la voix de ses radiocassettes de cours d'anglais, peut-être.
Bien trop longtemps après que la question n'ait été posée, elle répondit enfin.

"Bonjour, mademoiselle. Je me nomme Raissa Yn Bashir. Je viens d'arriver de Lybie. Comment allez-vous?"

Récité par coeur d'un cours théorique sur les politesses anglaises d'usage, la phrase devait sembler un peu étrange, mais la jeune femme était incapable de s'en rendre compte.

"J'ai été embauchée pour devenir éducatrice au sein de cet établissement. Je cherche le bureau du directeur afin de me présenter à lui. Pourriez vous m'indiquer le plan le plus proche afin que je puisse me repérer, s'il vous plaît, mademoiselle?"

Elle se pencha vers l'élève, car c'était assurément une élève, avec un sourire plaqué sur le visage. Si ils étaient aussi redoutables que ce qu'elle pensait, la meilleure posture restait une politesse de circonstance et un calme adapté. Mais c'était aussi l'occasion d'en apprendre plus sur l'endroit ou elle avait mis les pieds.

"Chemin faisant, mademoiselle, pourrais-je vous demander quelques informations supplémentaires au sujet de cette Académie? Je désirerais comprendre la plus tôt possible le style de cet établissement afin de pouvoir y adapter mes pratiques, si vous n'avez pas cours."

Pour tenter de mettre la jeune femme en confiance, elle lui tendit la main, pour la serrer. Encore que les anglais disaient "secouons-nous les mains". Mais elle avait étudié de très près les règles de politesse, et elle était quasiment convaincue que tout se passerait très bien.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Catastrophée climatique [Libre]

Message par Artemis le 4/2/2017, 06:31

"Bonjour, mademoiselle. Je me nomme Raissa Yn Bashir. Je viens d'arriver de Lybie. Comment allez-vous?"

J'avais raison (comme d'habitude), elle vient d'un pays "lointain". D'ailleurs, elle ressemble à une princesse arabe. Je ne sais pas si elle ne maîtrise pas l'anglais ou juste si elle parle de manière hyper soutenue.

"J'ai été embauchée pour devenir éducatrice au sein de cet établissement. Je cherche le bureau du directeur afin de me présenter à lui. Pourriez vous m'indiquer le plan le plus proche afin que je puisse me repérer, s'il vous plaît, mademoiselle? Chemin faisant, mademoiselle, pourrais-je vous demander quelques informations supplémentaires au sujet de cette Académie? Je désirerais comprendre la plus tôt possible le style de cet établissement afin de pouvoir y adapter mes pratiques, si vous n'avez pas cours."

Oula, oula, oula. Was passiert? Au moins, j'ai la réponse à ma question, elle parle un anglais hyper soutenu parce que ça doit être une des premières fois qu'elle le pratique en vrai, elle a du apprendre des formules toutes faites dans des livres. Et puis, elle a l'air bizarre avec son sourire un peu faux sur le visage. Éducatrice?!? On a besoin d'éducateurs? C'est quoi exactement? Je lui demanderai "Chemin faisant". D'ailleurs, chemin faisant vers où? Le bureau du Directeur sera surement vide, il paraît qu'il n'est jamais là, et moi qui suis relativement nouvelle je ne l'ai jamais vu! Elle me tends la main, pour que je la serre. Alors là, j'ai franchement envie de rire, ils datent de quand ses bouquins? Je ne vais pas le laisser la main en l'air comme ça. Je lui serre donc la main. Vous savez on peut savoir beaucoup de chose sur la personnalité de quelqu'un juste en lui serrant la main. Elle a une poigne ferme, c'est appréciable.

"Vous inquiétez pas je n'ai pas cours, je vais vous montrer le bureau du directeur directement, ce sera plus simple."

Et puis, j'espère secrètement avoir quelques infos sur ce mystérieux personnage!

"J'espère qu'il sera dans son bureau, vous savez, depuis 6 mois que je suis à Tsuki, je ne l'ai encore jamais vu. Venez par ici, c'est dans l'aile Est. Si le directeur n'est pas là, je vous amènerai dans la salle du personnel, il y aura bien quelqu'un pour vous aidez. Que vous dire sur Tsuki? Je suis nouvelle donc je ne connais pas encore tous les secrets de cette académie mais je puis vous dire que c'est une académie pour les gens, comment dire? "spéciaux". En fait, tous les élèves ici ont un pouvoir. Et les profs aussi d'ailleurs..."

En disant ça, je me rends compte que elle aussi doit avoir un pouvoir. Le sait-elle? Je ne pense pas. Mais est-ce à moi de lui dire?

"Hum, vous aussi devez avoir un pouvoir, c'est pour lui que vous êtes ici, vous n'êtes pas ici par hasard. Ne vous inquiétez pas, vous le découvrirai tôt ou tard. Et vous le maîtriserez rapidement."

Ces dernières phrases, je les ai prononcées plus bas, par ce que je ne sais pas comment elle va réagir



Je vous parle en #000055 et je miaule, aboie, rugie, meule, bêle, .... en #330000

Rim❤



Merci Luxia, KEUR:
avatar
Artemis

Fiche perso'
Infos:
Où me trouver:
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Catastrophée climatique [Libre]

Message par Raissa Yn Bashir le 8/2/2017, 11:07

On ne voyait quasiment jamais le directeur dans cet établissement, alors? Hm. Raissa intégra lentement l'information avant de se mettre à réfléchir de plus belle sur l'organisation visiblement peu ordinaire de cet établissement qui promettait de ne pas être ordinaire non plus. Retirant sa doudoune - qu'est ce que c'était chauffé, à l'intérieur! - qu'elle coinça avec un certain élan dans la bandoulière de son sac à main, elle reçut la révélation.
LA révélation.

Des élèves spéciaux, des pouvoirs.
C'était donc ça. Comment avait-elle donc pu ne pas comprendre cette cruciale information en lisant son courrier? Comment?
D'un geste dextre faisant presque tomber son manteau par terre, elle sortit sa pochette de son sac a main pour consulter, en écoutant le reste de la phrase de la jeune fille, ladite lettre afin de comprendre d’où pouvait venir l'incompréhension.

"Je vous écoute, rassurez-vous. Mais ça m'étonne...."

Pouvoir.
Mais bien sur. L'éducatrice se sentit pendant un instant comme la femme la plus bête de la terre. Pouvoir. Évidemment. Si Raissa n'utilisait jamais le terme pouvoir pour parler de ses envolées nocturnes, d'autres le faisaient. Et elle avait tout naturellement traduit le terme pouvoir par sa notion la plus éducative: la possibilité de faire. Une erreur stupide de traduction, qui lui aurait valu une sanction sévère sur ses thèses en anglais.
On parlait en réalité de don, et pas du tout d'attributions spéciales des élèves. Quelle idiote elle faisait.

"Je...je comprends mieux. C'est une mauvaise traduction de ma part. Le thème et la version de l'arabe à l'anglais ont des subtilités qu'on maîtrise moins bien hors contexte. Merci beaucoup de m'avoir éclairé de vos lumières, mademoiselle....?"

Elle n'avait même pas pensé à demander son prénom, l'imbécile. Quelle formidable entrée en matière.
Une fois passé le temps de culpabilité inhérent aux bourdes classiques de la nouvelle immigrante, l'éducatrice prit néanmoins un temps mental pour réfléchir à ces révélations subites.
Des pouvoirs, alors. Tout le monde avait des pouvoirs, ici.
Attendez.
Tout le monde avait des pouvoirs?
Le cerveau de Raissa prit un temps assez conséquent pour processer l'information, et elle s'arrêta net en plein milieu du trajet.
Un pouvoir. Elle n'était donc pas seule. On l'avait jetée hors de chez elle pour une anomalie qui finalement n'en était pas une. Elle n'était pas une anomalie elle n'était pas une anomalie elle n'était pas une anomalie elle n'était pas une anomalie elle n'était pas une anomalie.
Elle n'était pas une anomalie.

"Excusez-moi, mademoiselle. Mais cela fait beaucoup d'informations d'un coup. Vous permettez que je demande quelques précisions? Est-ce que tout le monde a le même don, ou alors, chacun quelque chose de spécial? Est-il socialement acceptable de poser la question d'entrée de jeu?"

Revenir en haut Aller en bas

Re: Catastrophée climatique [Libre]

Message par Artemis le 11/2/2017, 06:51

"Je vous écoute, rassurez-vous. Mais ça m'étonne.... Je...je comprends mieux. C'est une mauvaise traduction de ma part. Le thème et la version de l'arabe à l'anglais ont des subtilités qu'on maîtrise moins bien hors contexte. Merci beaucoup de m'avoir éclairé de vos lumières, mademoiselle....?"

Elle parle arabe donc, c'est bien ce qu'il m'avait semblé. Bon, elle est étonnée mais elle possède une maîtrise d'elle même, wouaw!

"Excusez-moi, mademoiselle. Mais cela fait beaucoup d'informations d'un coup. Vous permettez que je demande quelques précisions? Est-ce que tout le monde a le même don, ou alors, chacun quelque chose de spécial? Est-il socialement acceptable de poser la question d'entrée de jeu?"

Beaucoup d'infos d'un coup, tu m'étonnes, elle vient de comprendre qu'elle n'est pas la seule à être bizarre, à avoir un don bizarre. La pauvre, moi quand j'ai eu cette lettre qui me disait que je n'étais pas vraiment normale, j'ai eu le temps de réfléchir et d'y penser, seule. Elle doit vraiment pas être bien en ce moment et pas besoin de mon "don" pour le deviner.

Artemis, je m'appelle Artemis. Si vous voulez on peut s’asseoir, il y a un banc juste là, comme ça je vous explique ce que je sais.

Sans attendre de réponse, je vais m'asseoir sur le banc. Elle me suit.

" Ça va Mademoiselle? Je ne suis peut-être pas la mieux placée pour vous parler de l'académie puisque je suis encore un peu nouvelle, mais je vais vous dire ce que je sais des élèves. D'abord, chaque élève que vous verrez ici à un pouvoir différent. Je ne sais pas si vous le savez mais nous, les élèves, sommes divisés en 3 maisons. Les rubis, les émeraudes et les saphirs, dont je fais partie. Je pense que certain élèves ont du mal à parler de leur pouvoir, peut-être pas les rubis mais sinon.... Moi-même, au début, quand je suis arrivée, j'avais vraiment du mal à accepter mon don. "

Encore maintenant, d'ailleurs, j'ai du mal. J'hésite à lui expliquer, elle a l'air hyper gentille et compréhensive mais quand même.... Je me lance, je me jettes à l'eau.

"Mon pouvoir à moi, c'est de lire les émotions des personnes que je vois en observant leurs visages. Cela m'a permis de développer mon observation et maintenant, je suis devenue plutôt observatrice!"

Je crois voir une ombre passer sur son visage, peut-être est-ce mon imagination, mais mieux vaut éclaircir les choses tout de suite.

"Ne vous inquiétez pas, je ne suis pas en train de vous lire, je ne maîtrise pas assez mon pouvoir pour ça, il se déclenche tout seul ou alors ça me demande énormément de concentration.
Voilà. Vous êtes la première personne à qui je parle de mon pouvoir ici..."


C'est vrai, c'est la première personne. Ça fait bizarre. Et ça fait du bien.



Je vous parle en #000055 et je miaule, aboie, rugie, meule, bêle, .... en #330000

Rim❤



Merci Luxia, KEUR:
avatar
Artemis

Fiche perso'
Infos:
Où me trouver:
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Catastrophée climatique [Libre]

Message par Hansel le 11/2/2017, 07:55



Entre personne du cirque


Passant par hasard sans réel but par les escaliers du Hall d’entrée, je pus remarquer une jeune élève accueillir ce qui semblait être après avoir écouté leur échange, un nouvelle enseignant. Celle-ci semblais faire une brève présentation de l’académie et parlant également de son pouvoir. La question inévitable de tous les nouveaux les arrivants
Je m’approchais du Duo m’incrustant la conversation avec mon plus sourire.

« Une empathe ? Voilà qui est très intéressant ! Rassurez-vous mademoiselle vous ne devriez aucunement avoir honte de votre talent. L’empathie est devenue une qualité bien rare de nos jours. (Je posais mon regard sur la supposé nouvelle enseignante) En effet les élèves sont répartit en trois maison. Il y les saphirs, les plus créatifs. Ils généralement un tempérament d’artiste, mais sont souvent timide, Introverti, voir même solitaire. Leur discrétions font que ce sont qui font le moins parlé d’eux pourtant la rumeur dit qu’ils sont souvent excentrique … Il a également les émeraudes (me désignant) Pour ce qui est de la sociabilité nous somme les exacte opposé des saphir, beaucoup plus sociable, extraverti, et tout à fait apte à travailler en groupe. Il parait que nous somme aussi les plus courageux … du moins c’est ce que prétend notre réputation … et enfin les rubis qui sont …. Comment pourrais-je expliqué …. ? Un peu tête brulé … souvent impulsif, imprévisible et … avec un fort caractère …un peu chahuteur c’est généralement ceux qui font le plus parlé d’eux …. Ceci dit, je pense que sans eux ont s’ennuierait ! Toute fois si je puis me permettre un petit conseil … évitez de trop vous fier aux réputations de chaque maison car vous risqué de tomber très souvent sur des exceptions

Suite à ce petit résumé je portais ma main à mon front réalisant que j’avais oubliez une chose importante …

Veuillez m’excuser, je me manque à mes bonnes manières je ne me suis même pas présenter …

J’exécutais une courbette. Avant de continuer.

Hansel Nox, pour vous servir.


(c) Rin sur Epicode


Je ne suis pas en sucre Puisque je suis Hansel



Thème musical:

Revenir en haut Aller en bas

Re: Catastrophée climatique [Libre]

Message par Raissa Yn Bashir le 18/2/2017, 16:28

Alors la jeune fille s’appelait donc Artemis. Comme la déesse grecque, notifia le fond assez succin de culture générale européenne dont disposait Raissa. Il s'agissait dans les représentations populaires d'une grande chasseresse en communion avec la nature, et l'éducatrice fut relativement rassurée de ne constater ni arcs, ni flèches, ni biches ni autres trucs du genre.
S'installant sur le banc, une légère boule au ventre (on encaisse difficilement autant d'informations d'un coup), elle se plongea quelques instants dans les paroles de l'élève qui lui parlait à la fois de maisons, de pouvoirs, et de la gène qui pouvait en découler. Artémis évoqua même le sien, la capacité a lire les émotions des gens, et Raissa grinça intérieurement des dents avant de se reprendre, gardant toute la sale impression que ce pouvoir lui faisait pour plus tard. Elle qui s'était construite une formidable carapace inerte , voila qu'une petite demoiselle lui annonçait tout sourire qu'elle pouvait la faire sauter en battant des cils.
Ce n'était cependant pas de sa faute, observa t'elle, et elle n'avait aucune bonne raison de lui en tenir rigueur ou d'en prendre ombrage. Surtout qu'elle s'agissait apparemment de la première à qui la jeune se confiait, et qu'elle semblait d'une extrême bonne foi lorsqu'elle disait qu'elle ne s'en servait pas sur elle.

"Mademoiselle Artemis, je vous remercie de vos explications, et de la confiance que vous venez de me porter. Ce que vous venez de me dire sera bien gardé, soyez-en sure. Je vais vous parler de quelque chose, peut-être pourrez-vous confirmer qu'il s'agit bien d'un pouvoir? En fait..."

Raissa se coupe, en voyant arriver un individu pour le moins excentrique qui se dirigeait vers elles. Si Artemis avait lu au fond de son coeur a cet instant précis, elle aurait compris directement ce qu'elle ressentait, à savoir "la mission a échoué, battez en retraite". Quel était cet étrange personnage, qui, un peu comme tombé du ciel, venait a leur rencontre?
Ceci dit, il expliquait remarquablement bien et en détail, et sans préjugés, de plus, le système qui régnait dans cette académie, et Raissa comprenait a présent bien mieux la notion de "maison diamant". L'élève semblait être un peu comédien, comme un personnage d'une pièce burlesque, agitée, mais étrangement charmante.

"Enchantée de faire votre connaissance, Monsieur Hansel. Raissa Yn Bashir, éducatrice nouvellement arrivée. Mademoiselle Artemis ici présente m'expliquait le fonctionnement et les particularités de cet établissement, et grâce a vos avis croisés, j'y vois a présent beaucoup plus clair sur la raison de mon arrivée et sur l'environnement qui nous entoure."

Souriant poliment aux deux jeunes gens, Raissa se décida a continuer ses questions, en laissant celle concernant son pouvoir de coté.

"Je me permets de vous poser la question car vous êtes déjà pensionnaires ici, mais estimeriez-vous importants les besoins en terme d'éducatrice? La question peut sembler idiote, mais j'aimerais avoir l'avis des élèves sur leur ressenti personnel, afin de voir là ou je pourrais me positionner au mieux."



Le drapeau de Raïssa:
(merci encore a Daaf qui fait un travail formidable)

Revenir en haut Aller en bas

Re: Catastrophée climatique [Libre]

Message par Artemis le 22/2/2017, 15:50

"Mademoiselle Artemis, je vous remercie de vos explications, et de la confiance que vous venez de me porter. Ce que vous venez de me dire sera bien gardé, soyez-en sure. Je vais vous parler de quelque chose, peut-être pourrez-vous confirmer qu'il s'agit bien d'un pouvoir? En fait..."

Ow, elle est trop gentille, je m'apprête à approuver quand...

"Une empathe ? Voilà qui est très intéressant ! Rassurez-vous mademoiselle vous ne devriez aucunement avoir honte de votre talent. L’empathie est devenue une qualité bien rare de nos jours. En effet les élèves sont répartit en trois maison. Il y les saphirs, les plus créatifs. Ils généralement un tempérament d’artiste, mais sont souvent timide, Introverti, voir même solitaire. Leur discrétions font que ce sont qui font le moins parlé d’eux pourtant la rumeur dit qu’ils sont souvent excentrique … Il a également les émeraudes. Pour ce qui est de la sociabilité nous somme les exacte opposé des saphir, beaucoup plus sociable, extraverti, et tout à fait apte à travailler en groupe. Il parait que nous somme aussi les plus courageux … du moins c’est ce que prétend notre réputation … et enfin les rubis qui sont …. Comment pourrais-je expliqué …. ? Un peu tête brulé … souvent impulsif, imprévisible et … avec un fort caractère …un peu chahuteur c’est généralement ceux qui font le plus parlé d’eux …. Ceci dit, je pense que sans eux ont s’ennuierait ! Toute fois si je puis me permettre un petit conseil … évitez de trop vous fier aux réputations de chaque maison car vous risqué de tomber très souvent sur des exceptions. Veuillez m’excuser, je me manque à mes bonnes manières je ne me suis même pas présenter … Hansel Nox, pour vous servir.

Hein? Quoi? C'est qui lui? Enfin, si, je sais qui c'est, il s'est présenté, Hansel Nox. Mais tout de même, je parlais tranquillement avec Raissa et lui là il arrive, il écoute ce que je dis, il écoute mon pouvoir, il commente mais mais MAIS qu'est-ce qu'il fait là? On lui a pas appris quand il était petit qu'on ne s'incruste pas dans les discussions des autres??In the other hand, ce qu'il a dit à propos des maisons est vrai et plutôt bien dit. Bon, je ne vais pas faire de remarque pour l'instant, mais si il s'avise de dire quelque chose qui ne me plaît pas, il va m'entendre! D'ailleurs, Raïssa a l'air de penser la même chose si j'en crois l'ombre qui passe sur son visage.
Hrp:
Quand Artemis utilise son pouvoir, ses yeux passent du bleu/vert/gris au doré. Elle ne le sait pas encore, cependant vous pouvez en faire mention.
Tiens, quand je suis en colère, je n'ai pas besoin d'invoquer mon pouvoir pour l'utiliser. Il vient d'instinct.

"Enchantée de faire votre connaissance, Monsieur Hansel. Raissa Yn Bashir, éducatrice nouvellement arrivée. Mademoiselle Artemis ici présente m'expliquait le fonctionnement et les particularités de cet établissement, et grâce a vos avis croisés, j'y vois a présent beaucoup plus clair sur la raison de mon arrivée et sur l'environnement qui nous entoure. Je me permets de vous poser la question car vous êtes déjà pensionnaires ici, mais estimeriez-vous importants les besoins en terme d'éducatrice? La question peut sembler idiote, mais j'aimerais avoir l'avis des élèves sur leur ressenti personnel, afin de voir là ou je pourrais me positionner au mieux."

Hum, je ne sais pas exactement à quoi ça sert une éducatrice... Par contre ses formulations un peu vieillottes c'est trop mignon!

"Je ne sais pas exactement ce qu'est une éducatrice. À quoi correspond ce métier exactement? Je ne saurais vous répondre sans précisions!"

J'aime bien parler "bien" en fait, de manière soutenue, je crois que je vais parler comme ça plus souvent!



Je vous parle en #000055 et je miaule, aboie, rugie, meule, bêle, .... en #330000

Rim❤



Merci Luxia, KEUR:
avatar
Artemis

Fiche perso'
Infos:
Où me trouver:
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Catastrophée climatique [Libre]

Message par Hansel le 24/2/2017, 16:14



Catastrophée climatique


Mon entré des plus osé ne manqua pas de surprendre mes interlocutrice. Toutefois, celle-ci ne semblaient pas m’en tenir rigueur et ne manquèrent pas de me saluer à leur tour de manière courtoise.

"Enchantée de faire votre connaissance, Monsieur Hansel. Raissa Yn Bashir, éducatrice nouvellement arrivée. Mademoiselle Artemis ici présente m'expliquait le fonctionnement et les particularités de cet établissement, et grâce à vos avis croisés, j'y vois à présent beaucoup plus clair sur la raison de mon arrivée et sur l'environnement qui nous entoure. Je me permets de vous poser la question car vous êtes déjà pensionnaires ici, mais estimeriez-vous importants les besoins en termes d'éducatrice? La question peut sembler idiote, mais j'aimerais avoir l'avis des élèves sur leur ressenti personnel, afin de voir là où je pourrais me positionner au mieux."

Du coin de l’œil je portais mon regard sur ma camarade afin d’observer sa réaction. C’est ainsi que j’ai pur remarqué que ces yeux qui avaient prit une teinte doré. Ceci me surpris quelque peu puisqu’à l’origine le bleu des océans le vert des forêts et le gris de la cendre se mêlaient dans son regard. Toutefois ce changement chromatique n’enlevait en rien son charme à la jeune demoiselle.

"Je ne sais pas exactement ce qu'est une éducatrice. À quoi correspond ce métier exactement? Je ne saurais vous répondre sans précisions!"

Je suis navré je n’ai également aucune idée de en quoi consiste ce métiers. Puis-je vous demander de m’éclairer aussi s’il vous plaît ?

(c) Rin sur Epicode


Je ne suis pas en sucre Puisque je suis Hansel



Thème musical:

Revenir en haut Aller en bas

Re: Catastrophée climatique [Libre]

Message par Raissa Yn Bashir le 23/3/2017, 06:41

Les yeux d'Artémis avaient viré subitement au doré. Raissa leva un sourcil, l'espace d'un instant, puis se rappela que dans un pensionnat empli de jeunes gens dotés de pouvoirs magiques, c'était très certainement monnaie courante et qu'il n'était pas nécessaire de s'affoler. Quand bien même elle le ferait, il aurait été particulièrement mal élevé de le faire remarquer à la jeune fille en présence d'un autre individu. Si un bout de salade entre les dents pouvait être rectifié en moins de cinq minutes, ce n'était pas le cas d'une couleur d'yeux (qui était au demeurant ravissante), et il était hors de question de participer à un genre d'humiliation collective consistant a notifier des choses immuables.

Et le devoir l'appelait, après tout. Les deux jeunes ne semblaient avoir aucune espèce d'idée de ce qu'était une éducatrice, et la jeune femme considéra comme une mission sacrée le fait de leur expliquer en détail de quoi il en retournait. S'éclaircissant la voix, elle commença.

"C'est une vaste question que vous me posez là. Mais je vais tenter d'être claire et concise. N'hésitez pas à m'interrompre si jamais vous avez des questions: je suis ici pour y répondre."

Un instant de réflexion plus tard, elle se lança.

"Je vais surtout me concentrer sur le rôle d'éducateur en milieu scolaire: si on peut trouver des éducateurs en structures spécialisées tels que les foyers d'accueil, ou encore directement au contact des familles, ce n'est pas mon cas, à moins que cela ne devienne absolument nécessaire. L'éducateur en milieu scolaire a plusieurs missions bien distinctes, la toute première étant de s'assurer de l'intégration des élèves au sein de l'établissement et plus précisément au sein de sa classe et de sa formation. Pour vous fournir des exemples plus tangibles, c'est moi que l'on vient trouver en tant qu'appui à la fois technique et psychologique dans les cas notamment de harcèlement scolaire, mais aussi dans les cas d'élèves se mettant en danger ou mettant en danger les autres, la structure, ou même leur avenir professionnel. Mais mon rôle n'est pas de sanctionner, à aucun moment. Il s'agirait plutôt d'un rôle d'écoute, de compréhension, et de mise en place de systèmes d'intégration afin de lutter contre tout ce qui pourrait vous empêcher de réussir votre scolarité: décrochage, circonstances familiales, et j'en passe."

La jeune femme sourit, prit une pause et repris.

"Je ne sais pas encore ce que vous désirez faire plus tard, ni même quels débouchés propose l'académie, mais une fois que ceci sera fait - j'ai l'intention de m'y atteler le plus rapidement possible - , je pourrais aussi servir d'écoute dans l'orientation de votre projet professionnel. L'éducateur scolaire est finalement là pour s'assurer que chacun à la place de grandir, car vous êtes de futurs adultes qui devront, avec les circonstances que l'on connaît, s'intégrer plus tard dans le vaste monde. Et il est surtout là pour vérifier que vous pouvez grandir dans les meilleurs circonstances possibles pour vous garantir à la fois la sérénité pendant la poursuite de vos études, un avenir qui démarrera sous les meilleurs auspices et un passage heureux au sein de l'établissement."

C'était peut-être un peu trop long et compliqué. Souriante, un peu génée, Raissa s'excusa.

"C'était peut-être un peu long et confus. Vous avez des questions, très certainement?"



Le drapeau de Raïssa:
(merci encore a Daaf qui fait un travail formidable)

Revenir en haut Aller en bas

Re: Catastrophée climatique [Libre]

Message par Artemis le 2/4/2017, 04:34

L'instant d'après la petite utilisation de mon pouvoir en mode ninja, Hansel et Raïssa me dévisagent bizarrement. Est ce que ça se voit? Que j'utilise mon pouvoir je veux dire? En tout cas, quoi qu'elle pense, Raïssa maîtrise assez bien son visage et ses émotions pour faire comme si elle n'avait rien vu.
Lorsqu'elle nous explique son métier, là par contre on la sent passionnée et intéressée par ce qu'elle fait, ou plutôt ce qu'elle va faire! Elle nous explique donc que son métier d'éducatrice consiste à aider les élèves dans tout ce qui pourrait leur arriver dans le cadre scolaire. Elle est convaincue par ce qu'elle dit et est donc convaincante. En gros, une éducatrice est une psychologue-conseillère d'orientation-intégratrice-protectrice ect! Plutôt cool. Et surtout hyper utile. Je suis sûre qu'il y a plein d'élèves qui ont/ont eu des problèmes pour s'intégrer ou ne serait-ce que pour accepter leur pouvoir. Même moi, avec mon petit pouvoir ridicule, j'ai eu du mal à accepter ma différence. Mais je suis une grande fille et je m'en suis sortie toute seule, en rencontrant Luxia, Kupo, mes camarades de chambre. Je suis finalement assez fière de m'en être sortie seule. Donc si une éducatrice était arrivée avant est-ce que je serais aller la voir? Je ne sais pas. Il n'en reste pas moins que l'Académie Tsuki a évidemment besoin d'une éducatrice!
Après son long discours, Raissa eu l'air un peu gênée, je m'empresse de la rassurer :

"Non, je n'ai pas de questions, je pense avoir compris! En tout cas, et en réponse à votre question de tout à l'heure, oui, je pense qu'une éducatrice sera vraiment très utile ici, pour aider les élèves à se sentir bien dans leur peau. Alors pour cela aussi, Bienvenue! Je pense que vous trouverez facilement votre place ici!"

Même sans être éducatrice elle aurait facilement trouvé sa place, gentille et jolie comme elle est. Après, il y a aussi des gens bizarres ici, mais comme partout je suppose. 'Fin quand même, là ils sont bizarres avec un pouvoir, c'est pire!



Je vous parle en #000055 et je miaule, aboie, rugie, meule, bêle, .... en #330000

Rim❤



Merci Luxia, KEUR:
avatar
Artemis

Fiche perso'
Infos:
Où me trouver:
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Catastrophée climatique [Libre]

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum