A deux doigts de Morphée [Libre]

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

A deux doigts de Morphée [Libre]

Message par Invité le Sam 20 Sep 2014, 01:05

Rappel du premier message :

La matinée avait commencée à montrer le bout de son nez depuis environs 2 heures, au loin une silhouette était perceptible, cette silhouette donnait qu'elle errait, qu'elle avançait sans posséder une seule once d'âme en elle. D'autres formes variées étaient également remarquables derrière cette même ombre sans âme. Mais même en donnant l'impression d'errance, cette entité savait exactement où elle allait : L'académie Tsuki

"Être réveillé depuis 7h00 un lundi matin, c'est inhumain" C'est ce que se disait un jeune homme qui d'une main tirait un chariot remplit de peluche plus ou moins grosse derrière lui en traînant les pieds, de deux ou trois valises et de l'autre tenait un morceau de papier. Il s'était un peu trompé de chemin lors de son trajet, ce qui l'avait rallongé d'au moins une heure, il était au début irrité mais la fatigue prit très rapidement le dessus. Le soleil était caché par les nuages, du moins pour le moment, cela laissait donc un moment de répit au nouvel étudiant même si ces saletés de piaf n'arrêtaient pas de cuicuiter à tout vas et super fort en plus. Il venait justement d'arriver devant une grande porte qui elle même menait à un hall. Il s'arrêta en plein milieux de ce hall, il n'y pas grand monde, personne en fait, c'était bizarre... assez suspect même, mais le plus bizarre c'est que les fauteuils avaient l'air de lui dire "Viens Faust, nous sommes confortable et tu nous trouveras à ton goût pour dormir~" il ne fit que soupirer longuement avant de regarder le papier qu'il tenait à la main gauche.

"...Chambre...dormir...be-"

Après cette dernière syllabe plus rien, un silence, qui dura, dura, jusqu'au moment où le futur étudiant se réveilla en sursaut. Il repris un peu ses esprits même si ses paupières restaient extrêmement lourdes et qu'il risquait de se rendormir à tout instant. Il essaya de trouver un plan des lieux en cherchant dans les alentours, après plusieurs minutes de recherches "intensives" et surtout de lutte contre les 2 nuits de sommeil qu'il venait de manquer. Il en vint, au vue de son état, à décider de renoncer pour ces 4 prochaines heures et à céder à l'appel de ces fauteuils en allant s'asseoir sur l'un de ceux présents dans le hall. Faust commençait peu à peu à s'endormir tout en gardant le chariot de peluche très près de lui quand il fut interrompu par un bruit soudain. Il bondit du fauteuil, sauta en arrière et se plaça en position défensive avant de crier, un peu pris au dépourvu :

"Quiestlà !?"

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas


Re: A deux doigts de Morphée [Libre]

Message par Invité le Lun 26 Jan 2015, 16:50

Le saphir regardait toujours la fille en bas des escaliers, elle y était restée un instant ayant l'air de réfléchir et de son côté Faust venait de comprendre qu'il avait révélé son pouvoir assez facilement, ce qui l'avait noté dans un coin de son cerveau qu'il ne fallait pas parler en étant fatigué s'il était dans une situation... délicate et encore moins activé son pouvoir... enfin à ce niveau, il pensait que ce n'était pas bien grave, au pire il n'avait qu'à modifier un peu la vérité, il aurait bien trouvé quelque chose.

Luna s'était décidée à monté les escaliers... de façon étrange certes mais elle les avaient gravit pour s'asseoir à côté lui, il l'avait suivit du regard puis fixa ce qui était devant lui... pas grand chose un mur au niveau où ils étaient, il n'y avait pas grand chose à voir et surtout ça n'avait pas été étudié pour ça, il devait être assez rare de voir des gens s'arrêter en pleins milieu des escaliers.

"Moi, je sais faire des trucs comme ça."

Et d'un coup, la jeune fille s'était changée en chat... a ce moment précis, bien qu'il gardait son air habituel, Faust se posait beaucoup de question, la conservation de la masse et comment elle pouvait... il chassa ces questions inutiles pour se remettre dans le bon contexte, ça devait purement et simplement être son pouvoir, il n'était pas possible d'y mêler la science ou d'autres concepts bas et humains tel que la logique. En même temps, il pouvait parler mais il n'était pas mieux lotit, il recevait une force « surhumaine » et il ne savait même pas comment.

La félidée blanche s'était approché du saphir pour s'appuyer sur son avant bras et le regarder dans les yeux. Faust en fit de même et sentit également une légère palpation au niveau de l'avant bras, qu'essayait-elle de faire ? Peut-être de comprendre d'où il tirait cette soudaine semi forme. Il avait vu de quoi elle était capable, il n'avait donc plus aucune raison de camouflé sa capacité.

"La raison se trouve dans mes yeux mais je suppose que tu as déjà remarqué, on m'a dit que c'est ce truc bleu qui me permet de faire ça."

Elle en savait maintenant à peu près autant que Faust sur son pouvoir, « Tu peux être plus fort que les autres, mais ne le montre pas pour ne pas poser de problème », il ne savait pas vraiment pourquoi mais il avait suivit ce conseil depuis toujours et c'était assez rare pour que cela soit noté. Il ne prenait habituellement pas la peine de suivre les conseils de sa mère préférant juger de la marche à suivre lui même dépendant de la situation.

Le pouvoir de cette fille intriguait réellement le jeune saphir, malgré qu'il se dise que c'était un pouvoir et que c'était normal que les notions humaines n'étaient pas prisent en compte, il s'interrogeait sur la nature de cette capacité... et puis il était toujours bon de savoir à qui ou à quoi on avait affaire.

"Ton pouvoir.... il te fatigue pas ? Je veux dire, changer de forme ça ne te fais pas mal ou quelque chose du genre ?"

Il n'avait cependant pas entendu le moindre os craquer ou quoique ce soit, non rien, son corps s'était peut-être adapter à son pouvoir, ce qui voulait que ses os devaient être... élastique ? Faust arrêta d'y penser pour de bon pour entendre ce qu'allait dire Luna, peut-être n'en savait-elle pas beaucoup elle non plus auquel cas ce n'était pas un problème, ils étaient dans la même situation.

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: A deux doigts de Morphée [Libre]

Message par Moon le Lun 16 Fév 2015, 11:04

"La raison se trouve dans mes yeux mais je suppose que tu as déjà remarqué, on m'a dit que c'est ce truc bleu qui me permet de faire ça."

Dans ces yeux ? C'était très poétique comme phrase, mais il avait sans doute raison. Je fixai toujours ses yeux devenus bleus en me demandant pourquoi son pouvoir se manifestait de la sorte. Moi, je garde presque toujours les mêmes yeux alors que lui, pouf ça change automatiquement. Il doit avoir une espèce de source d'énergie interne, qui lorsqu'elle se libère rend ses yeux bleus et modifie ses capacités physiques. Moui, ça doit être quelque chose comme ça. Satisfaite d'avoir pu poser une théorie là-dessus, je continuai d'écouter Faust sous ma forme de chat.

"Ton pouvoir.... il te fatigue pas ? Je veux dire, changer de forme ça ne te fais pas mal ou quelque chose du genre ?"

C'est une question intelligente. C'est amusant d'observer quelqu'un comme Faust dans un état de fatigue pareil : ce qu'il dit est tantôt sans vraiment de sens, tantôt étonnamment pertinent. Je suis sûre que l'on pourrait s'amuser à modéliser l'activité son cerveau par une fonction sinusoïdale. Je sèche souvent les cours de maths, mais le coup des cosinus et sinus je ne l'ai pas oublié. Ces fonctions sont aussi utilisées pour modéliser les ondes sonores et donc la musique ; cela m'intéresse d'avantage.

Ces pensées mathématiques n'ont pas vraiment de lien avec la conversation que j'ai actuellement. Faust avait un peu commencé à parler de lui, je comptais bien en faire autant. Notre conversation prenait une tournure agréable malgré le cadre peut-être étrange de cette discussion. Avec la même facilité habituelle, je me transformai en humaine pour répondre au Saphir. Se transformer d'animal vers humain était toujours le chemin le plus facile : là je n'avais ni besoin d'imagination, ni besoin de concentration. Ma forme humaine est ma forme naturelle et je le sens bien.

"Je ne crois pas que cela me fasse du mal, je peux me transformer à ma guise. Mais je n'ai jamais vraiment essayé de trouver mes limites."

Je remarquai soudain qu'un bruit de fond désagréable s'était installé pendant que je parlais. Ce n'était pas très fort heureusement, mais je l'entendais quand même. Je jetai un regard vers le reste du hall, en bas des escaliers. Il commençait à y avoir des élèves des différentes maisons un peu partout, en petits groupes. Plus il y aura de monde, plus nous serons proches des cours. Le regard perdu vers la foule naissante, je continuai de parler comme si j'en avais l'habitude.

"Ma masse et mon volume ne sont pas conservés lorsque je me transforme, c'est pour ça qu'il m'est plus facile de me transformer en animaux de taille moyenne."
avatar
Moon
Compte fondateur

Fiche perso'
Idéologie Dominante: Aucune
Niveau: 100
Exp:
100000/100000  (100000/100000)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: A deux doigts de Morphée [Libre]

Message par Invité le Mar 03 Mar 2015, 21:19

La question du nouveau saphir posée et les questionnements passés, Luna reprit sa forme humaine et à ce moment Faust eut la présence d'esprit d'écouter s'il y avait quelconque craquement représentant des os qui se réarrangeraient mais... rien, rien du tout, ça s'était fait comme ça comme par magie. Il était toujours aussi étonné de voir ça, certes il avait également un pouvoir mais il restait de l'ordre du basique, une telle modification du corps restait tout de même très impressionnant.

"Je ne crois pas que cela me fasse du mal, je peux me transformer à ma guise. Mais je n'ai jamais vraiment essayé de trouver mes limites."

Ca ne la faisait donc pas souffrir, c'était intéressant du point  de Faust d'avoir ce genre d'information si jamais elle tentait quoique ce soit de dangereux, il saurait que ses transformations ne l'affectaient pas ou du moins c'était ce qu'elle affirmait, il ne pouvait être sûr de rien. Une fois de plus son cerveau lui jouait des tours, il mélangeait complètement les informations et en créait de nouvelles à sa guise, le saphir ferma les yeux un court instant pour remettre un peu en place ce qui lui restait d'idées. Luna n'avait apparemment pas travaillé son pouvoir pour en connaître tout les aspects, ce qui était assez logique si elle avait eut une vie plutôt calme, qu'elle n'ait pas poussé son pouvoir jusqu'à ses limites, quel intérêt si il n'y avait aucune raison.

Un faible bruit parvint à faire sortir Faust de ses pensées aussi désordonnées étaient-elles. Quelques personnes s'étaient montrées ça voulait dire deux choses, soit l'académie était victime d'un attentat terroriste, soit l'heure des cours approchait auquel cas le nouvel élève était sûr de rater son premier jour. Il ne voulait et ne pouvait pas aller en cours dans son état actuel, l'utilité de cette décision serait plutôt restreinte au vue des raisons précédemment citées.

"Ma masse et mon volume ne sont pas conservés lorsque je me transforme, c'est pour ça qu'il m'est plus facile de me transformer en animaux de taille moyenne."

Il avait la réponse à sa question, bien que ça lui paraissait étrange puisqu'il ne se souvenait pas avoir annoncer son doute quant à la conservation de la masse à haute voix. Il avait bien entendu écouté attentivement la réponse de sa voisine tout en regardant les gens au rez de chaussé « s'exciter » de si bon matin. Il aimait bien observer le comportement de personnes au hasard quand il s'ennuyait... vraiment, il les analysaient en quelque sorte en excluant le facteur « connaître la personne » bien évidemment, toute ses critiques étaient faites à chaud, comme par exemple cette fille aux cheveux longs et noirs qui marchait seule vers on ne savait où, avait l'air introvertie et inaccessible à souhait. Une activité futile à laquelle Faust s'adonnait en cas d'extrême urgence, bien qu'il n'était pas du genre à juger quelqu'un du premier coup d'oeil. Il fronça un court moment les sourcils pour se rendre compte qu'il avait complètement oublié de répondre à Luna, en revenant sur sa réponse, il était arrivé à la conclusion qu'il n'avait rien compris et que son cerveau avait décidé de faire la grève à ce moment bien précis, il essaya de formuler une théorie avec le peu qu'il avait pu assimiler.

"Donc... si je ne me trompe pas, comme ta masse et ton volume ne sont pas conservés... tu peux te transformer en animaux de taille moyenne et si j'ai bien compris tu peux aussi le faire avec des animaux de grandes tailles comme un ours ou un mammouth ?"

Le saphir plissait un peu les yeux en parlant, il ne s'était pas encore rendu compte des inepties qu'il proférait essayant tant bien que mal de filtrer les informations de manières correctes, ce niveau causait apparemment un court circuit dans la tête de Faust.

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: A deux doigts de Morphée [Libre]

Message par Moon le Dim 29 Mar 2015, 12:50

HRP : Je m'excuse d'avoir été aussi longue, je n'avais même pas vu ta réponse ! :(

C'est après avoir parlé que je me rendis compte que j'avais dit le contraire de la réalité. Bien sûr que ma masse est conservée, je ne suis pas un réacteur nucléaire tout de même ! Ça m'arrivait rarement de me tromper, moi qui réfléchit toujours avant de parler. J'allais corriger mes dires quand je remarquai la tête que faisait Faust. Il fronçait les sourcils comme s'il avait compris qu'il y avait un petit soucis avec ces explications. Il devait être en train de se demander comment c'était possible de essayait d'inventer diverses théories. Je me demandais bien ce qu'il allait me dire, qu'avait-t-il trouvé d'assez tordu pour expliquer ce phénomène ?

"Donc... si je ne me trompe pas, comme ta masse et ton volume ne sont pas conservés... tu peux te transformer en animaux de taille moyenne et si j'ai bien compris tu peux aussi le faire avec des animaux de grandes tailles comme un ours ou un mammouth ?"

Drôle de raisonnement mais la conclusion était tout à fait logique. Je voyais Faust en train de plisser les yeux conne s'il se concentrait : sa fatigue devait reprendre le dessus. Je ne me laissais pas de l'observer lutter contre la fatigue, j'avais presque envie de rire devant ce petit spectacle. Je ne comprenais pas vraiment pourquoi il s'obstinait à me parler alors qu'il arrivait à peine à formuler des pensées dans sa tête. C'est vrai quoi, personne ne m'avais jamais dit que j'avais la conversation facile et intéressante. Peut-être qu'il ne voulait pas rejoindre le dortoir et souhaitait sortir ? Ou bien il voulait juste que je parte. Ces hypothèses ne me semblent pas très pertinentes mais je n'ai pas d'autres idées pour l'instant.

"Oh je m'excuse, j'ai dit le contraire de ce que je pensais... Ma masse est bien conservée, seul mon volume change bien sûr selon ce en quoi je me transforme. Mon pouvoir connait donc quelques limites, les mammouths sont un peu trop gros pour moi !"

Je devenais étrangement bavarde, je devais me retenir pour parler d'avantage. Je dois avouer que mon pouvoir est l'un de mes principaux centres d’intérêts en ce moment, j'ai donc beaucoup de choses à dire dessus. J'essaie surtout de m'améliorer, de trouver mes limites, de comprendre comment tout cela se produit en moi. Il est assez difficile de poser une explications scientifique sur tout cela : je pense que je suis capable de modifier la matière de mon corps, suivant le même principe que l'alchimie. Je modifie son arrachement, peut-être même ses propriétés, mais la quantité de matière reste la même. Le regard un peu vide, je poursuivis mon explication à haute voix.

""Rien ne se perd, rien ne se crée. Tout se transforme." comme l'a dit Lavoisier."
avatar
Moon
Compte fondateur

Fiche perso'
Idéologie Dominante: Aucune
Niveau: 100
Exp:
100000/100000  (100000/100000)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: A deux doigts de Morphée [Libre]

Message par Invité le Jeu 16 Juil 2015, 03:42

Le saphir cligna des yeux plusieurs fois pour s'assurer que sa vision ne se dégrade pas... du moins pas trop. Faust continuait à s'auto-persuader qu'il pouvait tenir le coup même si son enveloppe charnelle lui hurlait le contraire.

"Oh je m'excuse, j'ai dit le contraire de ce que je pensais... Ma masse est bien conservée, seul mon volume change bien sûr selon ce en quoi je me transforme. Mon pouvoir connait donc quelques limites, les mammouths sont un peu trop gros pour moi !"

Luna avait au final éclaircit un point, elle conservait bel et bien sa masse, donc la transformation en éléphant n'était pas possible, c'était la conclusion que Faust avait tiré de cet éclaircissement. Il  acquiesca simplement avant de frotter ses yeux qui commençaient à picoter, malheureusement son action avait empiré les picotements ce qui le força à les frotter encore plus, un cercle vicieux duquel il tenta de se sortir en arrêtant et en gardant ses yeux fermés. Il ne connaissait que trop bien cette sensation désagréable... et à ce moment précis son pouvoir ne lui servait à rien.

Le saphir ne pouvait plus placer ses pensées comme il le fallait, il avait atteint sa limite même avec l'Overdrive. Il était temps pour lui de mettre un terme à cette conversation, mais même en s'étant répéter cela, il ne bougeait pas. Son corps avait l'air de ne plus vouloir répondre jusqu'à ce qu'il réussisse à faire un étirement du cou, finalement il était juste victime d'un léger retard ce qui n'était en soi rien de bien grave... sauf si l'on mentionnait le fait qu'il était dans un escalier et que se fracasser le cou n'était pas une très bonne idée pour continuer à vivre. La voix de sa voisine l'avait encore une fois ramené à la réalité et l'avait forcé rouvrir les yeux par la même occasion.

""Rien ne se perd, rien ne se crée. Tout se transforme." comme l'a dit Lavoisier."

Elle avait sortit une citation de... d'un philosophe, du moins c'est ce qui lui semblait puisqu'il ne retenait jamais les noms de ces personnes. Faust esquissa un léger sourire en comprenant qu'il... ne comprenait plus rien justement, il trouvait cela complètement ridicule à quel point la fatigue pouvait affecter le corps humain, même un corps surboosté, comme quoi il ne fallait pas sous estimer les limites physiques d'un homme.

"Bien... Je vais devoir partir... je sens que... je vais.... m'endormir si ça continu..."

Ses paupières devenaient de plus en plus lourdes ainsi que sa tête qui commençait à vaciller dangereusement, il tentait toujours de lutter mais en vain. Au bout d'un moment, ses yeux ne s'étaient plus rouvert et sa tête ne se relevait plus du tout. Il n'avait même pas remarquer que l'Overdrive s'était désactivé, ce qui était d'ailleurs la cause de cet endormissement prématuré mais il n'était plus capable de le maintenir bien qu'il le démentait complètement. Le saphir allait sûrement rester là un bon moment à moins qu'on le réveil.

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: A deux doigts de Morphée [Libre]

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum