When you feel my heat, look into my eyes, it's where my demons hide [PV 'Deki]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

When you feel my heat, look into my eyes, it's where my demons hide [PV 'Deki]

Message par Venda le Lun 14 Nov 2016, 18:21

Je baille en replaçant mes lunettes de soleil. Voici une nouvelle journée novembresque qui s'annonce. Aucun cours au programme aujourd'hui, à moins que j'ai encore oublié un truc ou que je me sois inscrite quelque part alors que j'étais complètement défoncée, mais j'ai pas touché à un joint depuis au moins deux semaines, donc normalement et je pense bien normalement, aucune action n'aurait due être commise sans que je m'en souvienne. Bref donc, j'étais en train de penser au trou noir dans mon agenda mental. Rien de prévu à l'horaire et ça fait déjà plus de 30 minutes, donc plus d'une demi-heure pour avoir l'air intelligente, que je suis revenue du réfectoire et que je ne fais rien dans mon lit. Il serait peut-être temps que je me lève à nouveau et pour faire autre chose qu'aller prendre mon pc et commencer à regarder des vidéos de chats sur YouTube... Mais est-ce que j'ai vraiment envie de bouger ? Je n'en sais trop rien, alors pour m'aider à prendre une découpe, j'allume mon iPhone et demande à Siri :

- Devrais-je me lever ?

Eh oui, Siri... Au point où j'en suis, pourquoi pas, après tout ? Je peux bien faire ce que je veux. Le truc, c'est que pour prendre des décisions éclairées, ben disons que Siri c'est pas la meilleure aide qui soit. Ainsi, en guise de réponse, j'ai droit à :

- Je suis sûre que je ne sais pas.

Whut ?! D'où tu sais pas ?! T'es pas supposée aider le monde toi ? Utile, mon cul ! Bon okay, la technologie n'est pas collaborative, ça m'énerve. Fuck you l'intelligence artificielle, j'ai pas besoin de toi. Je me lève et range mon téléphone, puis j'attrape l'étui de ma guitare électrique juste à côté de mon lit. Je vais boycotter l'électronique aujourd'hui et me rabattre sur l'électrique. Avant de partir, je mets mon éternelle écharpe de ninja autour de mon cou et je replace mes lunettes de soleil. Direction la salle de musique ! C'est parti.

Je déambule tranquillement dehors en tenant l'étui de Milky Way sur une épaule et je joue avec l'un des nombreux pics de guitare que je possède de ma main libre pour la garder occupée. J'entre tranquillement dans le hall et vais monter les marches de l'escalier en chantonnant Hallelujah de Léonard Cohen, parce que c'est important de lui rendre hommage à cet artiste. En plus, il a vécu dans la même ville que moi. Rip Leo'. Amuse-toi bien avec David Bowie sensei et les autres, snif...

- [...]
But you don't really care for music, do you?

It goes like this

The fourth, the fifth

The minor fall, the major lift

The baffled king composing
Hallelujah
Hallelujah

Hallelujah

Hallelujah

Hallelujah
Your faith was strong but you needed proof

You saw her bathing on the roof

Her beauty and the moonlight overthrew h...


Mon pic me glisse des mains et tombe quelque part par terre, mais où précisément, ça c'est une bonne question. Le tapis a étouffé le bruit du pic et il l'a sûrement fait rebondir aussi, si non c'est pas drôle de chercher, bien-sûr. Ah merde, sérieusement ? La salle de musique est juste à côté. J'y étais presque ! Je soupire, enlève la bandoulière de l'étui de ma guitare de mon épaule et vais accoter l'instrument contre le mur, puis je replace mes lunettes de soleil et je m'accroupie pour me mettre à la recherche l'objet perdu en tâtonnant le sol comme une pauvre petite malvoyante unijambiste atteinte du sida en Afghanistan qui doit marcher 17 kilomètre pour trouver de l'eau potable, dont les parents sont morts dans un bombardement et qui s'est fait violer 8 fois par son frère aîné avant qu'il ne se fasse exploser, parce que c'était un terroriste djihadiste qui... Bon okay, j'exagère. En vrai, j'ai rien contre les unijambistes. Mais du coup, alors que je suis là, par terre, à chercher mon pic de guitare, un truc me passe par la tête et je me dis Oh wait... . . . Bordel, mais j'ai pas un super pouvoir qui m'aide justement à localiser des choses moi ? Me semble que oui. Mais alors, je fais quoi par terre à tâter le sol comme une hypermétrope qui a fait tomber ses lunettes ?... C'est con... Je devrais peut-être pas rester en plein milieu du chemin comme ça alors. De nos jours, les jeunes textent avec leur téléphones et ne regardent plus où ils vont. Tsss, la technologie !




Bienvenue à Tsuki,
l'académie où les élèves se balancent d'eux-mêmes par les fenêtres !




Pssst, par ici... :





Haiku composé personnellement :
Ce grand arc-en-ciel
N'est que monochrome gris
À mes yeux blessés

Je vois la vie en #999999
avatar
Venda

Fiche perso'
Infos:
Où me trouver:
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: When you feel my heat, look into my eyes, it's where my demons hide [PV 'Deki]

Message par Darren le Dim 04 Déc 2016, 14:48



ft. L'Aveugle



ft. Venda

「ntm le titre est trop long」


I used to think that the day would never come
I'd see delight in the shade of the morning sun


Les lumières chatoyantes et grisantes du soleil pénétraient par la fenêtre fermée de l’étroit dortoir dans lequel je me reposais encore malgré l’heure avancée de la journée. Je sentais les douces caresses chaudes et frissonnantes de l’astre du jour contre ma peau blanche comme neige, à la froideur et pâleur inquiétante. Je collais mon nez à la vitre, ouvrant les yeux sur cette journée noire et angoissante, espérant en silence que quelqu’un vienne me parler.

La solitude pesait sur mes frêles épaules, comme un poids horrible et écrasant, comprimant ma poitrine, m’empêchant de respirer. Mes camarades de dortoir avaient quitté le lieu de repos sans vraiment m’adresser la parole, ou presque. J’avais l’impression d’être seul, face à l’immensité du monde grisâtre, s’ouvrant comme une bouche béante sous mes pieds, prête à m’aspirer. Pourquoi étais-je condamné à vivre seul ?

They're afraid of what they see
That's the price that we all pay


Je décollais mon visage de la vitre, et refermais les yeux. Peut-être que c’était de ma faute. Étais-je repoussant ? Dans un sentiment profond de jalousie, je vins à penser que j’étais sûrement plus heureux seul que tout ses gens aux amis innombrables. Oui, peut-être étais-je le plus sain de tous. J’avais toujours réussi à survivre seul, à panser mes blessures dans le silence inquiétant d’une chambre vide, isolée dans une maison éclairée et chaude.

Je m’emparais de ma précieuse canne, et je posais mes pieds d’enfant au sol. Je me redressais difficilement, encore ankylosé par ma position et par le froid mordant de cette journée d’hiver, et je ne pus réprimer un frisson. Je mettais mes lunettes de soleil, et c’est avec une difficulté certaine que j’enfilais une veste, puis des chaussures, prêt à sortir de ce maudit dortoir plongé dans le silence.

I don't care 'cause I'm not there
And I don't care if I'm here tomorrow


Je sortais de la pièce, et apparaissais comme une ombre effacée dans le couloir que rejoignais tout les dortoirs de la maison Rubis. Je n’avais pas encore eu l’occasion de faire la rencontre de toutes les sympathiques personnalités de cette agréable Maison. Mais au fond de moi, je croyais bien que je m’en moquais entièrement.

Je n’avais pas accepté de rejoindre cette école pour le plaisir de rencontrer de nouvelles personnes, de me faire des amis, de développer mon don de vision, non. Rien de tout cela. J’étais venu ici, j’avais accepté de m’isoler des quelques personnes que je connaissais pour ne pas devenir complètement fou. J’étais à deux doigts de la crise.

Now I fear you've left me standing
In a world that's so demanding


Perdu dans mes pensées, je ne savais pas vraiment où mes pas me dirigeaient. Je me contentais simplement de raser le mur, de peur de me perdre dans les méandres des couloirs profonds et inquiétants de cette Académie. Doucement, au fur et à mesure de ma marche, ma main parvenait à se décoller du mur, et je fus bientôt au milieu du couloir, à circuler paisiblement, sans m’arrêter.

Je relevais ma canne, confiant, presque sûr de ne pas me tromper. Grossière erreur. Je progressais déjà depuis quelques minutes, quand quelque chose de mou retint mon pied. En un cri effaré et aigu, digne de celui d’une petite fille effrayée par une gigantesque araignée, je tombais au sol et m’écrasais sur la masse contre laquelle mon pied avait buté.

My morning sun is the drug that brings me near
To the childhood I lost, replaced by fear



Autre compte : Hideki



#CoupDePouce

"Hideki, première créatrice de persos-capotes." - Hideki, 2017




avatar
Darren

Fiche perso'
Infos:
Où me trouver:
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: When you feel my heat, look into my eyes, it's where my demons hide [PV 'Deki]

Message par Venda le Jeu 08 Déc 2016, 06:37

BADAM ! Je me fais plaquer contre le sol. Eeeurgh, je croyais pourtant que j'avais arrêté de jouer au football américain... Si je me fie au cri qui a précédé de quelques secondes l'écrasement, je dirais que c'est quelqu'un qui m'est tombé dessus. Sherlock Holmes, mesdames et messieurs ! C'est sérieux ? Quelqu'un a vraiment réussi à trébucher sur moi ? Mais je n'étais même pas sérieuse quand tantôt je pensais que ça pouvait arriver... Ou peut-être que je l'étais... Je ne sais plus en fait, mais il n'en reste pas moins que contre toute attente, ça s'est produit. Mmh... Je suis en train de me dire que je réagis plutôt bien face à la situation. Je commence par rester immobile et je ne tente pas de me débattre pour me débarrasser du poids de l'autre corps. Je lui laisse plutôt le temps de se relever, mais au bout d'une dizaine de secondes, je commence à trouver le temps long et je ne sens pas d'efforts venant de sa part, alors je lance d'une voix un peu étouffée par la légère compression :

- Euh salut... Moi aussi je suis confuse par cette rencontre, mais eumh, comment dire... le plancher est pas super confortable, alors si c'était possible de bouger, ce serait bien...

Hein ? Quoi ? Formule de politesse ? Oubliée ? Bah est-ce que c'est vraiment nécessaire de dire " s'il-vous-plait " ? Non, parce que voilà, ce n'est pas super agréable non plus de parler alors que je suis à moitié écrasée. Tiens d'ailleurs, pourquoi " à moitié " ? Je pourrais prétendre au titre de complètement écrasée. Seems legit. Ah, quoique non, car si j'étais complètement écrasée, eh ben je ne serais plus qu'un débris humain. Je suis déçue pour le coup. Pourtant ça sonnait comme une bonne idée... Bon et si non, l'autre, il/elle se lève ou bien je vais devoir utiliser l'une de mes techniques de torture psychologique ? Ah moins que... OH GOSH ! Depuis tout ce temps, quelques minutes lol, tout était sous mes yeux et pourtant je n'ai rien vu, parce que je suis malvoyante lol combo. En fait, ce n'est pas un être vivant, c'est un cadavre ! Un cadavre qui pousse des hurlements et qui remue. PAR LA PUISSANCE D'UNE CENTRALE HYDROÉLECTRIQUE, COMMENT AI-JE PU ÊTRE AUSSI AVEUGLE,  SOTE, NAÏVE, STUPIDE ET... Et euh... Et grise, tiens, OUI, GRISE, VOILÀ, C'EST ÇA !... Okay, aucun rapport, mais je cherchais un autre adjectif... MAIS QUELLE HORREUR ! Depuis tout ce temps, je trimbale un cadavre sur mon dos et je ne me suis rendue compte de rien ! GNIAAAAAAN, JE SUIS TROP VIEILLE POUR MOURRIIIIIR DE CETTE FAÇON ET POUR MOURRIR TOUT COURT !!! Il me semble que Je n'ai pas eu une réaction appropriée tantôt. J'aurais peut-être dû faire comme toutes les personnes frustrées de ce monde et engueuler l'autre, mais je n'ai pas envie d'être fâchée et je n'ai pas envie de parler fort avec une grosse voix... Je vais me contenter de faire une menace qui n'en est même pas une.

- La prochaine fois, s'il y a une prochaine fois, promets-moi que tu seras attentif aux gens par terre en plein milieu du couloir, d'accord ?




Bienvenue à Tsuki,
l'académie où les élèves se balancent d'eux-mêmes par les fenêtres !




Pssst, par ici... :





Haiku composé personnellement :
Ce grand arc-en-ciel
N'est que monochrome gris
À mes yeux blessés

Je vois la vie en #999999
avatar
Venda

Fiche perso'
Infos:
Où me trouver:
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: When you feel my heat, look into my eyes, it's where my demons hide [PV 'Deki]

Message par Darren le Lun 23 Jan 2017, 16:58



ft. L'Aveugle



ft. Venda

「ntm le titre est trop long」

Sous le choc de ma chute, je restais postré là, effrayé à l'idée de me faire engueuler par cette personne sur qui je venais juste de trébucher. J'attendais sa réponse, craintif, mais voyant qu'elle ne bougeait toujours pas, je me redressais lentement sur moi-même. Mais avant d'avoir pu esquisser le moindre mouvement, ma vitime prit la parole.

"Euh salut... Moi aussi je suis confuse par cette rencontre, mais eumh, comment dire... le plancher est pas super confortable, alors si c'était possible de bouger, ce serait bien..."

Cette remarque me donna des ailes, et je me levais d'un bond, me mettant debout juste derrière ce qui s'apparentait à une jeune fille. Je reprenais ma canne, la tête basse et rouge de honte. J'étais légèrement rassuré par ce que venait de dire ma pauvre victime ; c'était comme si elle avait tenté de me dire gentiment, bien que de façon très gauche, qu'elle était très gênée par cette situation.

Je m'étais attendu à des cris, à des coups, à des insultes. Mais cela, non, jamais. Cette réaction si cordiale et presque agréable m'était étrangère et j'étais heureux de voir qu'il y avait quelques personnes encore capables de faire preuve de non-violence. Je gardais la tête baissée, regardant mes pieds à travers mes lunettes.

"La prochaine fois, s'il y a une prochaine fois, promets-moi que tu seras attentif aux gens par terre en plein milieu du couloir, d'accord ?"

La compassion légère que j'avais éprouvé pour cette jeune fille disparut aussi vite qu'elle avait pu apparaître. Je me rapprochais d'un pas, pointant hasardeusement le bout de ma canne vers elle.

"Je pourrais faire plus attention si je n'étais pas aveugle, idiote !"

Je souhaitais la frapper, cette peste m'insupportait ! Ne voyait-elle pas que moi, je ne voyais rien !?



Autre compte : Hideki



#CoupDePouce

"Hideki, première créatrice de persos-capotes." - Hideki, 2017




avatar
Darren

Fiche perso'
Infos:
Où me trouver:
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: When you feel my heat, look into my eyes, it's where my demons hide [PV 'Deki]

Message par Venda le Ven 10 Fév 2017, 01:05

Je suis calme, mais l'autre décide qu'il/elle s'énerve... Entre temps j'ai eu celui de me relever debout et de replacer mes lunettes de soleil. Ah, sa voix m'indique que c'est un gars, enfin je crois...

"Je pourrais faire plus attention si je n'étais pas aveugle, idiote !"

Outch, la merde... Effectivement, je remarque à l'instant qu'il a une canne. Mais ! Mais il aurait pas pu s'en servir avant aussi, au lieu de me rentrer dedans et de me traiter d'idiote ?! Je suis tentée de faire ma drama queen et de sortir une remarque du genre " Argh, mon cœur est blessé par cette injure ! " pour faire semblant de vouloir faire pitié, mais au lieu de quoi je passe un commentaire impulsif et faussement surpris :

- Ah bon, ils acceptent les gens comme ça dans cette école ? J'enchaîne très rapidement avant qu'il ne réagisse. Okay, stop, attends avant de me frapper, je déconne et je peux me permettre de faire ce genre de remarque parce que j'y vois pas clair non plus !!! J'ai rien contre toi ni contre personne, à part peut-être les docteurs, surtout ceux en médecine qui font mal leur travail, mais toi t'es pas docteur, donc ça va, je t'aime même si tu m'as insulté et même si on s'est jamais croisés avant, parce que je crois que c'est la première fois... En fait j'en sais rien...

Je reprends mon souffle après cette tirade à débit rapide. Je fais bien de calmer le jeu, j'ai pas envie de me prendre un coup de canne en pleine gueule, surtout qu'en parlant autant il a dû avoir au moins 20 fois l'occasion de localiser la position de ma tête. Eh mais j'avais pas un pic à chercher moi ?... Je crois bien que oui.

- Tu peux continuer ta route, je te retiens pas d'avantage. J'ai un pic de guitare à trouver quelque part...

Je viens pour m'agenouiller à nouveau, mais je suspens mon geste en me souvenant d'autre chose. Je réfléchis à voix haute :

- Ah non, c'est vrai, je m'étais dit que j'allais utiliser l'écho... J'aurais dû commencer par ça...




Bienvenue à Tsuki,
l'académie où les élèves se balancent d'eux-mêmes par les fenêtres !




Pssst, par ici... :





Haiku composé personnellement :
Ce grand arc-en-ciel
N'est que monochrome gris
À mes yeux blessés

Je vois la vie en #999999
avatar
Venda

Fiche perso'
Infos:
Où me trouver:
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: When you feel my heat, look into my eyes, it's where my demons hide [PV 'Deki]

Message par Darren le Jeu 23 Fév 2017, 18:53



ft. L'Aveugle



ft. Venda

「ntm le titre est trop long」

J’écarquillais les yeux derrière mes lunettes, choqué par les paroles de mon interlocutrice. Mais avant que je ne puisse réagir, celle-ci reprenait un discours haletant et dénué de sens. Elle avait parlé si vite, ses mots n’avaient aucun rapport entre eux ! Je n’avais absolument rien compris… Toujours sur la défensive, je tenais fermement ma canne dans mes mains si jamais cette pauvre fille me cherchait encore, je n’hésiterais pas à frapper ! Pourtant, c’était comme si je n’en avais pas eu le courage.

En repassant son discours dans ma tête, je parvins à en saisir de subtiles bribes et je finis par comprendre –à mon rythme– qu’elle était apparemment malvoyante. Mon cœur se serra de pitié et j’abaissais ma canne, honteux. Une douce compassion avait envahi mon cœur : étais-je enfin tombé sur quelqu’un qui m’était semblable ?

Je chassais ses pensées robe bonbon par un grognement négatif : peut-être qu’elle était malvoyante, mais au moins, elle y voyait quand même quelque chose… Je trouvais ça idiot d’avoir pu penser à un seul instant qu’elle aurait pu compatir avec moi ! Je soupirais, déçu par mes propres réflexions : j’y avais cru l’espace d’un court instant, si intense, si bouleversant.

Je reprenais mes esprits, doucement et je m’évadais de mon palais mental, conscient que le monde continuait malgré tout de tourner autour de moi. J’entendis un froufrou de tissu, suggérant que la jeune fille avait esquissé un geste : j’étais tenté de la rattraper en lui tenant le bras mais j’avais peur de l’effrayer. Et peut-être n’était-elle pas partie... ?

« Ah non, c'est vrai, je m'étais dit que j'allais utiliser l'écho... J'aurais dû commencer par ça... »

J’haussais un sourcil, étonné par ce que je venais d’entendre ? L’écho ? Que voulait-elle dire par là ? L’écho était la répercussion de notre voix dans certains endroits, comme des montagnes par exemple : j’avais pu tester ce phénomène dans les hauteurs nippones, et je n’avais jamais cessé d’être émerveillé devant ce miracle. Il m’arrivait de rester de bonnes minutes dans mon coin et à parler dans le vide, souriant bêtement en entendant le son de ma voix s’enfuir furieusement au loin.

L’évocation d’un souvenir heureux me fit sourire, et, plongé dans mes pensées, je tentais de deviner ce que la jeune fille avait voulu dire par là. Était-elle capable de créer des échos ? Mais oui ! Peut-être que c’était son pouvoir ! Ma curiosité dépassa mes limites sociales et j’enchaînais d’un ton empreint d’impatience juvénile.

« C’est quoi l’écho ? C’est ton pouvoir ? »



Autre compte : Hideki



#CoupDePouce

"Hideki, première créatrice de persos-capotes." - Hideki, 2017




avatar
Darren

Fiche perso'
Infos:
Où me trouver:
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: When you feel my heat, look into my eyes, it's where my demons hide [PV 'Deki]

Message par Venda le Dim 12 Mar 2017, 17:24

« C’est quoi l’écho ? C’est ton pouvoir ? »

Je redresse la tête, un peu surprise par le ton nouveau du garçon, mais pas uniquement par ça. C’est la première fois qu’on me pose cette question. C’est plutôt normal, mais je voulais juste souligner que c’était la première fois et voilà quoi. Il faut une première fois à tout… Et une dernière fois parfois aussi.

- Oui ! Ou non… Ou ça dépend… Il en fait partie, mais indirectement… Je fais de l'écholocalisation, comme les dauphins ou les chauves-souris. Par contre je suis la seule à l’entendre. Du coup, c’est un peu comme si j’entendais des voix dans ma tête.

Je repense à ce que je viens tout juste de dire. Est-ce une bonne chose de l’avouer ?... Mmh… Nan, je lui ai certainement fait peur avec ça. Cerveau, s’il fuit c’est de ta faute ! " De quosé qu’c’est d’ma faute ? Quosé qu’j’avions fait ? " Je sais pas, réfléchis là-dessus en guise de punition. Moi j'ai autre chose à faire.

- Désolée si je raconte n’importe quoi en ce moment… Ça m'arrive de m'égarer. En tout cas, l'écho ça m’aide parfois à me déplacer dans l’espace et surtout à trouver des trucs comme un pic de guitare qui tombe par terre. C'est ce qui s'est passé tantôt. Alors là, je vais le chercher.

Je ferme les yeux et prends une grande inspiration, puis je lâche un cris ultrasonique. Lorsque l'écho me reviens, je me trouve stupide de ne pas avoir cherché plus tôt le long du mur. Je vais ramasser le petit objet au pied de celui à ma droite et une fois de nouveau en ma possession, je le lève victorieusement à bout de bras.

- Ah, trouvé !


Dernière édition par Venda le Mar 02 Mai 2017, 19:13, édité 1 fois




Bienvenue à Tsuki,
l'académie où les élèves se balancent d'eux-mêmes par les fenêtres !




Pssst, par ici... :





Haiku composé personnellement :
Ce grand arc-en-ciel
N'est que monochrome gris
À mes yeux blessés

Je vois la vie en #999999
avatar
Venda

Fiche perso'
Infos:
Où me trouver:
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: When you feel my heat, look into my eyes, it's where my demons hide [PV 'Deki]

Message par Darren le Dim 26 Mar 2017, 12:16



ft. L'Aveugle



ft. Venda

「ntm le titre est trop long」

Je m’accroupissais auprès d’elle, désirant me racheter et m’excuser pour mon sale caractère : elle ne m’avait rien fait, et je l’avais presque agressée… je m’en voulais beaucoup, et cette pointe de culpabilité était accentuée par le fait qu’elle non plus, n’y « voyait pas clair ».

D’ailleurs, qu’est-ce que ça voulait dire ? Est-ce que ça voulait dire qu’elle était aveugle comme moi, ou alors elle y voyait un peu, mais genre… mal ? Je ne savais pas, mais je n’osais pas poser cette question, peut-être que ça la froisserait. En tout cas, moi, ça me vexerait… si je porte des lunettes de soleil en intérieur, et que j’ai une canne blanche, ça veut bien dire quelque chose !? Mais à ce que j’arrivais à percevoir de cette situation, elle n’avait pas de canne.

« Oui ! Ou non… Ou ça dépend… Il en fait partie, mais indirectement… Je fais de l'écholocalisation, comme les dauphins ou les chauves-souris. Par contre je suis la seule à l’entendre. Du coup, c’est un peu comme si j’entendais des voix dans ma tête. »

Je déglutis difficilement, et fis les yeux ronds derrière mes lunettes. Mais… mais c’est horrible ! Je me demandais vraiment si elle était folle. Un jour, on m’avait dit que c’était les gens fous qui entendaient des voix dans leur tête, et que ces gens fous, on devait les enfermer.

Pourquoi n’était-elle pas enfermée ? Où est-ce qu’on enferme les gens qui entendent des voix dans leur tête, d’ailleurs ? Je haussais des épaules, et pâlis devant mon ignorance. J’avais treize ans, et j’étais persuadé que d’autres garçons de mon âge savaient beaucoup plus de choses que moi. Je n’osais pas lui demander si elle était folle, de peur de la froisser encore.

« Désolée si je raconte n’importe quoi en ce moment… Ça m'arrive de m'égarer. En tout cas, l'écho ça m’aide parfois à me déplacer dans l’espace et surtout à trouver des trucs comme un pic de guitare qui tombe par terre. C'est ce qui s'est passé tantôt. Alors là, je vais le chercher. »

Je poussais soudain un petit cri aigu et je me lançais sans hésiter. Je me mis à couiner d’une voix suraiguë, juste après qu’elle ait retrouvé son plectre.

« Moi aussi, mon pouvoir, il me sert à me déplacer dans l’espace ! En fait, quand c’est la nuit, je peux voir des taches de couleur qui correspondent à des personnes ! Mais je ne peux pas te dire le nom des couleurs, je ne les connais pas… mais je sais à quoi chaque couleur correspond. »

Je souriais d’un air heureux, presque apaisé de me confier à quelqu’un qui n’allait pas me prendre pour un fou et qui, rencontrait les mêmes problèmes dans la vie courante que moi. Souriant, je me lançais : ma voix tremblait, comme si j’avais un peu d’hésitation.

« Tu t’appelles comment ? »



Autre compte : Hideki



#CoupDePouce

"Hideki, première créatrice de persos-capotes." - Hideki, 2017




avatar
Darren

Fiche perso'
Infos:
Où me trouver:
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: When you feel my heat, look into my eyes, it's where my demons hide [PV 'Deki]

Message par Venda le Mar 02 Mai 2017, 20:31

Mais c’est tellement une victoire de retrouver un truc qu’à côté de ça gagner une médaille d’or aux Jeux Olympiques c’est pas satisfaisant. De toute façon, je peux pas jouer de guitare avec une médaille d’or, ni même en argent ou en bronze… En fait, les seuls trucs qu’on peut faire avec une médaille, c’est la porter normalement dans la rue et avoir l’air con, la revendre pour s’acheter des substances illicites afin de se doper lors des prochaines compétitions ou encore l’afficher chez soi pour se vanter, avoir l’air snob et la laisser prendre la poussière tel le bibelot inutile qu’il devient… Triste vie, ça m’étonne pas que les médailles consomment autant d’antidépresseurs et que leur taux de suicide soit aussi élevé. Mais bon, revenons à nos moutons : Beep beep, I’m a sheep ! Beep beep I’m a sheep !

« Moi aussi, mon pouvoir, il me sert à me déplacer dans l’espace ! En fait, quand c’est la nuit, je peux voir des taches de couleur qui correspondent à des personnes ! Mais je ne peux pas te dire le nom des couleurs, je ne les connais pas… mais je sais à quoi chaque couleur correspond. »

Ça par exemple, les grands hasards se rencontrent ! Oui, je rivalise avec le capitaine Charles Patenaude, commandant du vaisseau Romano Fafard en terme de proverbes et expressions. Par contre, c’est un peu dommage qu’il ne puisse pas associer de nom aux couleurs qu’il voit, car les couleurs c’est bien, mais avec un nom c’est encore plus beau. Mais genre, c’est tellement dur de décrire une couleur. T’as beau dire que c’est pâle ou foncé, même là c’est chaud. " Parle-moi du vert. ", " Oh oui, le vert ! Alors, c’est végétal, genre du gazon, c’est… euh, du bleu avec du jaune et… ah merde… " C’est juste abstrait une couleur ! Abstrait ? Oui, abstrait. Abstrait ?... Une couleur, c’est abstrait ?... OUI, C’EST ABSTRAIT !!! T’as un problème avec ça ??? Je sens que je m’éloigne du sujet de base


- Wow, ça doit être une expérience vraiment cool en plus de faire un changement radical de situation.

Je dis franchement à voix haute ce que je pense dans ma tête, ça va plus vite comme ça et ça m’évite de me répéter. Par contre, c’est moins rapide que Rainbow Dash, mais ça c’est un autre registre. C’est drôle, parce qu’en fait je ne croyais pas que la conversation pourrait se poursuivre à ce point. J’ai pas l’habitude de discuter avec les personnes dans lesquelles je rentre en collision, mais comme ça m’arrive vraiment pas souvent aussi, bah c’est difficile de le faire… Quoiqu’il en soit, j’ai droit à la super question naturelle par laquelle débute la plupart des rencontres, du moins après l’introduction, le truc qui fait que deux personnes ou plus sont amenées à entrer en communication :

« Tu t’appelles comment ? »

Sérieusement, la personne qui réfléchit à la réponse de ce genre de question a un grave problème existentiel.

- Vendemmia, mais tu peux m’appeler simplement Venda. Ah oui et je fais partie de la " méchante " maison Rubis. Et toi, quel est ton nom ?

J’y vais avec le truc le plus banal que je peux répondre, le fameux " et toi ? " trop obvious auquel on s’attend quand on pose une question qui peut nous être retournée tel un boomerang, BAM ! En plein dans la gueule. Ce serait trop délicat de parler de visage ou même encore de face.




Bienvenue à Tsuki,
l'académie où les élèves se balancent d'eux-mêmes par les fenêtres !




Pssst, par ici... :





Haiku composé personnellement :
Ce grand arc-en-ciel
N'est que monochrome gris
À mes yeux blessés

Je vois la vie en #999999
avatar
Venda

Fiche perso'
Infos:
Où me trouver:
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: When you feel my heat, look into my eyes, it's where my demons hide [PV 'Deki]

Message par Darren le Mer 21 Juin 2017, 13:33

« Vendemmia, mais tu peux m’appeler simplement Venda. Ah oui et je fais partie de la " méchante " maison Rubis. Et toi, quel est ton nom ? »

Vendemmia était un prénom fort intriguant, non seulement parce que c’était la première fois que je l’entendais, mais aussi car son origine m’était totalement étrangère. Quelque chose me faisait penser à de… l’allemand ? C’était fort possible que je sois juste, mais dans le doute, je ne préférais pas lui demander ; peut-être pourrait-elle se vexer, et bien que cela soit le cadet de mes soucis, il était préférable et très positif de ne pas s’embrouiller pour quelque chose d’aussi idiot que l’origine d’un prénom et d’un individu.

J’étais plutôt rassuré par ce surnom, « Venda » : je me doutais qu’elle avait du se surnommer seule. Aussi, j’aurais sûrement fait pareil, si je portais un nom aussi difficile à prononcer… voilà que je ne me rappelais à peine de l’ordre des syllabes… Venda me convenait parfaitement, et je savais maintenant comment l’appeler de façon distinguée et universelle si jamais nos destins se recroisaient un jour. Ce prénom n’était pas seulement imprononçable, mais il était tout bonnement très complexe à assumer ! Le peu de personnes arborant ce nom doivent sûrement avoir la vie dure… enfin, cela n’engage que moi-même, après tout.

La méchante maison Rubis ? Ah ! Jolie façon d’appeler ma maison… pourquoi cette Venda déclarait si facilement que la maison Rubis était la « méchante » ? Était-ce réellement sa réputation, où était-ce un surnom un peu idiot ? Je songeais qu’elle n’avait sûrement pas dit sa par hasard : il n’y a pas de fumé sans feu, n’est-ce pas ? Alors cela voulait-il dire que les élèves Rubis étaient méchants ? Ah ! Elle est bien bonne, celle-là ! Venda n’avait rien de méchant ! Bah, il peut y avoir des exceptions, je présume… étais-je moi-même méchant ? Je ne pourrais jamais m’en rendre compte, car quiconque me le dirait ne parviendrait jamais à le faire comprendre. La méchanceté est banale.

Lorsque la jeune Venda me retournait ma question afin de savoir mon prénom, un souvenir refit surface dans ma mémoire : c’était il y a quelques temps… par les aléas du destin, je m’étais retrouvé dans les toilettes féminins après une petite crise si insignifiante que je ne m’en souvenais plus des causes… suite à cela, j’avais rencontré une jeune fille répondant au nom de Katherine Jackson, je m’en souviens de cela. C’était une véritable cruche, idiote et pas finie ! Je souhaitais réellement ne plus la rencontrer à nouveau, car je crois bien que cette fois, ma canne n’irait pas frapper ses cuisses mais son entrejambe ou même son crâne. Grrr, quelle idiote… et si je puis dire… elle m’en avait fait voir de toutes les couleurs ! Ah ! Je lui avais dit un faux nom, Yoon.

« Je m’appelle Hideki, je fais aussi partie de la maison Rubis… mais ça ne t’apporte rien de le savoir, n’est-ce pas ? »

Malgré le fait que cette bougresse semblait assez sympathique, je n’avais pas envie de lui faire la discussion. De base, elle semblait déjà plutôt pressée, et si je comprenais bien ce qu’elle me disait, je crois qu’elle devait se rendre à la salle de musique. Après tout, pourquoi cherchait-elle un pic de guitare si c’était pour ne pas aller jouer un peu ? Aller, qu’elle parte donc !

« Je dois y aller. On se reverra sûrement, Venda. »

Je tournais les talons.


Autre compte : Hideki



#CoupDePouce

"Hideki, première créatrice de persos-capotes." - Hideki, 2017




avatar
Darren

Fiche perso'
Infos:
Où me trouver:
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: When you feel my heat, look into my eyes, it's where my demons hide [PV 'Deki]

Message par Venda le Ven 23 Juin 2017, 05:47

En fait, j’espère juste que cette discussion va pas dériver au " ça va ? ", " oui et toi ? ", " bien … tu fais quoi ? ", " rien et toi ? ", " rien non plus ", " ok "… Erf, si c’est ça, c’est un allé simple pour la morgue. Au passage, je suis pas sûre que cette phrase veuille dire quelque chose, mais bon, ça sonnait bien. Bref, alors, que répond-t-il ?

« Je m’appelle Hideki, je fais aussi partie de la maison Rubis… mais ça ne t’apporte rien de le savoir, n’est-ce pas ? »

Okay, donc c’est aussi un Rubis et d’après son nom, il est Jap… Eh mais, attends. Quoi ? J’hausse un sourcil. Moi ? M’en foutre ?... Mais non… J’ai pas dit ça… Pourquoi il l’insinue ? Je m’apprête à protester, mais déjà il détourne le sujet ou plutôt, il conclu la rencontre...

- Euh, mais…

« Je dois y aller. On se reverra sûrement, Venda. »

Je reste interdite. Limite, j’ai encore la bouche ouverte, bloquée sur un mot et j’écoute le garçon s’éloigner dans le couloir, puis j’hausse les épaules en disant pour moi-même :

- Bon, bah d’accord. À bientôt…

Suite à quoi, je range mon pic et ramasse la sangle de l’étui de ma guitare pour reprendre mon chemin en direction de la salle de musique. Rencontre fortuite, on va dire…

HRP :
Je voulais faire une conclusion, moi aussi ^^




Bienvenue à Tsuki,
l'académie où les élèves se balancent d'eux-mêmes par les fenêtres !




Pssst, par ici... :





Haiku composé personnellement :
Ce grand arc-en-ciel
N'est que monochrome gris
À mes yeux blessés

Je vois la vie en #999999
avatar
Venda

Fiche perso'
Infos:
Où me trouver:
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum