Une journée sans lutte (PV Yasushi) - Terminé

Page 4 sur 5 Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Une journée sans lutte (PV Yasushi) - Terminé

Message par Invité le Lun 01 Aoû 2016, 20:15

Rappel du premier message :

C'était un samedi matin, une belle journée ensoleillée d'été et avec une brise assez agréable. La journée d'été parfaite pour Archie alors... Si ce n'était que d'un réveil brutal. Se réveiller collé au plafond n'avait pas été une partie de plaisir. Il fut réveiller vers cinq heures du matin... Suspendu au dessus de son propre lit. Après un bon vingt minutes de crise de panique, il avait fini par retomber sur son matelas qui protesta violemment, mais tint le coup miraculeusement. Il soupira de soulagement s'essuyant son front plein de sueur. Ce n'était pas la première fois qu'il perdait pied comme ça, mais c'était toujours effrayant.

Se levant maladroitement, il se nota à lui-même de dormir attaché à l'avenir avant de prendre une bonne douche. À la sortie, il revêtit un t-shirt avec le logo de X-Men, un short brun et ses mêmes sandales. Pour cette fois-ci, il ne mit pas son sarrau. Ce qui était rare d'ailleurs pour lui, mais il était techniquement en congé et de plus, il ne voulait pas risquer d'avoir trop chaud avec ça en plus.

Il avait convoqué Yasushi à l'infirmerie la veille pour changer ses pansements et voir l'évolution de la guérison de ses blessures. En vérité, il avait aussi d'autres intentions. Il était toujours troublant pour lui de voir un jeune homme aussi sérieux et toujours préoccupé par le travail et autre. Le professeur se jura de lui donner une journée de ''congé''. Une journée sans combats, sans lutte...

Archie espérait vraiment d'avoir une chance de faire décompresser Yasushi ne serait qu'une journée. Qui sait, il pourrait se découvrir un hobby et s'amuser comme les gens de son âge un jour. Du moins, le professeur l'espérait de tout cœur.

Il fut ravi de voir que Yasushi était déjà présent à l'infirmerie et le salua avec un sourire.

''Salut! Comment tu te sens aujourd'hui?'', lui demanda-t-il.

Il fallait aussi espérer que le jeune homme soit réceptif...


Dernière édition par Archie McAlister le Ven 09 Sep 2016, 20:57, édité 1 fois

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas


Re: Une journée sans lutte (PV Yasushi) - Terminé

Message par Invité le Dim 04 Sep 2016, 04:01

Archie n'avait pas de mal à imaginer Yasushi en plus dissident. S'il n'avait pas vécu tous ses malheurs, le professeur l'aurait sans doute imaginé comme le genre un peu rebelle qui écoute pas les consignes, mais qui fini par s'assagir un jour ou l'autre. D'autres clients commençaient à arriver pour manger. Archie les regarda passer avec un sourire alors que l'aubergiste lui raconta comment elle avait eu cette auberge.


- Je vous remercie. J’ai monté cette affaire avec mon défunt mari il y a plusieurs dizaines d’années. Depuis la mort de ce dernier je gère seule, sauf quand les garnements viennent me donner un coup de main de temps en temps. Yasushi étant le plus familiarisé avec ce travail, je le verrais bien travailler, mais je ne peux malheureusement pas l’embaucher, si tel est votre souhait. Il faut que cet endroit reste son foyer, et non un lieu de travail.

Le professeur lui afficha d'abord un sourire triste puis embarrassé lorsque Berth lui parlait de l'embauche. Était-il si prévisible?

Lorsqu'il eut terminé ses tâches, Yasushi se dirigea vers lui avec un sourire, des sacs remplis de nourriture dans les mains. Il l'invita à parler une fois rendu dehors.

- Il semblerait que nous ayons eu la même idée.

Archie afficha une expression quelque peu surprise.

"Tu as tout entendu?"

...Bon, ça c'était évident. L'adulte se gratta un peu la nuque, exprimant le fond de sa pensée.

"Tu as très bien travaillé, Yasushi. Tu étais rapide, courtois et le sourire te va bien. Tu semblais aussi aimer ce que tu faisais. Si c'est la direction que tu souhaites prendre, ça me ferait plaisir de te guider"

Il regarda ensuite les boîtes de nourritures pour emporter prêtes à être livrées à ces gamins affamés.

Archie s'adossa un instant contre la voiture bleue, fermant les yeux. Il avait l'estomac serré de quelqu'un qui allait faire une présentation orale devant toute une classe. Il regarda néanmoins Yasushi avec un sourire rassurant.

"C'est quand tu veux"

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une journée sans lutte (PV Yasushi) - Terminé

Message par Invité le Dim 04 Sep 2016, 23:10

ft.
Archie MacAlister
Une journée sans lutte
Suite de Nouveau départ
Je ne compris pas pourquoi Archie fut si surpris par le fait que la conversation me soit parvenue. Dans le métier que je souhaitais exercer, il était bien d’avoir une bonne mémoire, mais aussi des oreilles qui permettent d’écouter que ce qu’on voulait vraiment. Ainsi, au milieu du brouhaha j’avais simplement pu entendre Berth dire qu’elle ne pouvait pas m’embaucher pour une raison qui m’avait secrètement fait plaisir comme si elle répondait à mon professeur. Il n’était pas bien difficile, sachant cela, de savoir ce qu’il s’était passé. La surprise d’Archie n’avait fait que confirmer le tout et j’étais assez fier d’avoir deviné le tout. Je ne m’attendais cependant pas préparé à recevoir les compliments que me fit l’enseignant avant de me proposer de m’aider. Rougissant, je mis une main derrière la tête sans trop savoir où me mettre. Moi qui avais voulu prendre les devants venais de me faire prendre de court. C’était assez gênant à vrai dire mais je m’interdisais de l’avouer malgré mon langage corporel assez parlant.

Lorsqu’il me fit remarquer que nous pouvions aller rejoindre les orphelins, il était adossé à sa voiture. Je ne pus m’empêcher de sourire en pensant que c’était bien fainéant de sa part de ne pas vouloir simplement marcher à travers les rues. C’est donc sur un ton ironique que je lui répondis :

- Je suis prêt à y aller, mais à pied. Vous m’avez trimballé en voiture une partie de la journée, maintenant c’est à moi de choisir et il est hors de question d’utiliser votre véhicule sur mon territoire, sauf votre respect.

En plus de cela, il n’était pas certain que les gosses acceptent de se montrer avec le bruit de moteur qui résonnerait. Au contraire : par peur qu’il s’agisse de la police ou de personnes souhaitant les mener loin de ce qu’ils connaissaient, ce qui, en soit, était ce que nous étions, ils se cacheraient jusqu’au départ de la voiture. Alors, sans réellement prendre en compte un quelconque désaccord de sa part, je pris la nourriture et m’en allais dans les ruelles. J’allais tout de même assez lentement pour lui permettre de me suivre puisque j’étais persuadé qu’il ne me laisserait pas seul.
Sur le chemin, sans vraiment regarder autour de moi puisque j’étais enfin en sécurité, je pris la peine de lui dire :

- Avant que vous n’en parliez à ma bienfaitrice, j’y pensais. Ce travail me convient mieux qu’être policier et me permettra de collecter beaucoup d’informations.

En écoutant sa réponse, je nous conduisis vers les rires d’enfants qui résonnaient au loin. Bien qu’ils me donnèrent droit à un pincement au cœur, je gardai le sourire. Et ce, même lorsque le pire se produisit : ils m’accueillir comme le faisait ma défunte bande, en venant tous autour de moi en prononçant joyeusement mon nom. Malgré tout ce que je ressentais et leur joie presque communicative, je gardai un air sérieux jusqu’à ce qu’ils comprennent que j’attendais le silence. Je savais que je n’étais pas en droit de les gronder pour ne pas rester à l’auberge. Je posai donc les sacs à terre avant de dire haut et fort :

- Berth, la femme qui vous a gentiment accueillis après l’arrestation de la Brute vous a préparé un bon repas. Faites la queue pour avoir votre portion. Il y en a pour tout le monde en même quantité. Pas la peine de vous battre pour en avoir plus ou en pensant qu’on favorise certains d’entre vous.

Suite à cela commença la distribution pendant laquelle je demandai de l’aide à mon professeur. Dans un coin de mon esprit, je notai les visages de chacun et leur nom pour que chacun en ai seulement un, prévenant mon professeur quand un incident tentait d’arriver, et pour mieux les nommer quand je voudrais leur parler à part. En tous les cas, je leur laissai le temps de manger tranquillement en les observant, adossé à un mur. De ce que je pus voir, le temps passé avec leur oppresseur leur avait appris la solidarité, en tous les cas pour la plupart puisqu’il restait quelques rebelles qui furent rapidement maîtrisés par les autres. Grand Tom arriva vers la fin du repas et m’accueillis avec plaisir. Il m’aida même à rassembler tout le monde quand il apprit que j’avais quelque chose à proposer à tout le monde. Lorsque j’eus l’attention de tous, je déclarais :

- Je sais que vous êtes pour la plupart des orphelins dont certains ont des parents qui cherchaient une meilleure vie. Les autres, je pense que votre condition n’est pas si différente de la leur. Sachez tous que j’ai pour ambition de créer un endroit pour vous aider à survivre sans vous soucier d’autre chose que votre avenir. Malheureusement, je n’en ai pas encore les moyens et je sais pertinemment que vous n’êtes pas en mesure de vous trouver un foyer par vous-même. J’ai plusieurs choix à vous proposer et si vous avez des questions je pourrais y répondre.


Etant certain d’avoir leur attention, même celle de Tom qui semblait ne pas vraiment en croire ses oreilles, je commençai mon énumération :

- Mon professeur ici présent peut vous confier à des familles qui seraient ravies de vous accueillir. Ne vous inquiétez pas, ce n’est pas un abandon de ma part, sinon je n’aurais pas accepté cela. Mais, pour ceux qui voudraient attendre que je mette sur pied mon projet, sachez que je ne pourrais peut-être pas prendre sous mon aile ceux nés sous une autre nationalité ou les fugueurs. Pour le premier, soit vous devrez rentrer dans vos pays d’origine, soit vous faire adopter pour éviter cela. Je sais que c’est un choix difficile. C’est à peu près la même chose pour le second cas…

Je laissai passer quelques minutes avant de voir s’il y avait des questions. J’avais tout mon temps et toujours prêt à reprendre mes explications en cas de besoin. Ils avaient juste à me donner l’occasion de le faire.

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une journée sans lutte (PV Yasushi) - Terminé

Message par Invité le Lun 05 Sep 2016, 05:23

Archie grimaça un peu lorsque Yasushi reprit la parole avec une certaine ironie.

- Je suis prêt à y aller, mais à pied. Vous m’avez trimbalé en voiture une partie de la journée, maintenant c’est à moi de choisir et il est hors de question d’utiliser votre véhicule sur mon territoire, sauf votre respect.

Il déglutit un peu, mais décida de ne pas s'entêter avec Yasushi, qui avait déjà commencer à marcher, ne prenant évidemment pas ''non'' comme une réponse valable. Archie le suivit d'un pas mal assuré. Certes, il marchait sans problème en ce moment, mais il avait toujours cette crainte de juste... perdre pied. Ça avait bien failli arriver en classe, mais heureusement Narok était intervenu pour lui venir en aide.

Il se contenta de prendre de bonnes respirations en marchant le plus normalement possible. S'il restait alerte et attentif, il n'y avait pas de raisons pour que son pouvoir se mette à lui faire perdre les pédales. Encore là... C'était une théorie. Il ne comprenais pas encore parfaitement le fonctionnement de son propre don. Peut-être monsieur Loys ou monsieur Taylor pourraient lui donner quelques trucs à ce sujet? Ou mettre des bottes de plomb comme dans un certain jeu vidéo...

En chemin, Yasushi reprit la parole.

- Avant que vous n’en parliez à ma bienfaitrice, j’y pensais. Ce travail me convient mieux qu’être policier et me permettra de collecter beaucoup d’informations.

Archie afficha un certain sourire. Après avoir rencontré quelqu'un comme Blake, cela avait sans doute augmenter les réticences que Yasushi devait déjà avoir. Pour le professeur, si le travail donnait à Yasushi une paix, un lieu tranquille ou se poser et être heureux, c'était l'essentiel.

Il n'osait pas le dire non plus à voix haute, mais tenir un auberge serait aussi moins dangereux pour Yasu que risquer des altercations dans le domaine de la police. Combien de fois ces hommes pouvaient frôler la mort en quelques semaines?

Puis, ils arrivèrent sur les lieux, accueillis par les enfants visiblement heureux de voir leur protecteur.

- Berth, la femme qui vous a gentiment accueillis après l’arrestation de la Brute vous a préparé un bon repas. Faites la queue pour avoir votre portion. Il y en a pour tout le monde en même quantité. Pas la peine de vous battre pour en avoir plus ou en pensant qu’on favorise certains d’entre vous.

Archie donna un coup de main à Yasushi pour la distribution de nourriture qui se fit généralement dans le calme. Ils semblaient bien écouter ce que l'adolescent leur disait. Le professeur dut quand même leur prévenir de ne pas manger trop vite. Personne ne leur prendrait leur nourriture et surtout, c'était meilleur pour la digestion de prendre leur temps.

Une fois tout le monde rassasié, Yasushi et son ami Tom rassemblèrent tout le monde pour que leur protecteur puisse leur parler.

- Je sais que vous êtes pour la plupart des orphelins dont certains ont des parents qui cherchaient une meilleure vie. Les autres, je pense que votre condition n’est pas si différente de la leur. Sachez tous que j’ai pour ambition de créer un endroit pour vous aider à survivre sans vous soucier d’autre chose que votre avenir. Malheureusement, je n’en ai pas encore les moyens et je sais pertinemment que vous n’êtes pas en mesure de vous trouver un foyer par vous-même. J’ai plusieurs choix à vous proposer et si vous avez des questions je pourrais y répondre.

Il y eu une certaine tension. Les enfants abreuvaient les paroles de Yasushi, mais avec une certaine appréhension.

- Mon professeur ici présent peut vous confier à des familles qui seraient ravies de vous accueillir. Ne vous inquiétez pas, ce n’est pas un abandon de ma part, sinon je n’aurais pas accepté cela. Mais, pour ceux qui voudraient attendre que je mette sur pied mon projet, sachez que je ne pourrais peut-être pas prendre sous mon aile ceux nés sous une autre nationalité ou les fugueurs. Pour le premier, soit vous devrez rentrer dans vos pays d’origine, soit vous faire adopter pour éviter cela. Je sais que c’est un choix difficile. C’est à peu près la même chose pour le second cas…

Il y eut un lourd silence avant que certains expriment ouvertement leur mécontentements et incompréhensions.

''Je ne connais personne dans mon pays!''

''Moi mon pays c'est ici!''

''...On ne peut pas juste rester ici...Comme ça avec Yasu?''

Archie leva la main et prit la parole.

''Il faut malheureusement respecter les lois. Vous allez vieillir un jour et il vous faudra vivre ici avec un toit sur la tête, aller aux études comme les autres enfants et... pouvoir manger un repas à tout les jours! Ce que je propose, dans le cas où vous accepter d'être adoptés est de vivre en Écosse... C'est tout près d'où nous sommes. Vous aurez des parents qui vous aimeront et vous protégerons. Des repas chauds, un lit douillet, tout ce que vous ne pourrez pas obtenir en restant ici. Et ceux ici présents qui souhaitent rester en ville... Je prendrai soin de vous, moi-même. Yasushi veut vous donner une chance d'avoir un plus bel avenir. Pour ceux ayant fugués, si vous venez d'une famille qui vous a fait du mal, je comprends bien que l'idée ne vous plaît pas d'être confiés à des gens qui vous sont inconnus... Mais jamais Yasushi ne voudrait faire quelque chose qui vous rendrait malheureux. C'est incompréhensible pour le moment sans doute, mais il fait ça pour votre bien. Vous avez lutté contre la faim, vous avez subit des abus horribles par la Brute, et les adultes ont été soit méprisants avec vous, ou ils vous ont ignorés quand vous aviez besoin d'eux. Je ne peux pas changer les autres adultes... Mais je veux vous aider et je vous implore de donner une seconde chance.''

Archie marqua une pause après avoir prononcé ces paroles, jetant un regard à son protégé pour voir s'il y avait quoi que ce soit à rajouter.

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une journée sans lutte (PV Yasushi) - Terminé

Message par Invité le Lun 05 Sep 2016, 20:21

ft.
Archie MacAlister
Une journée sans lutte
Suite de Nouveau départ
Suite à mes dires, le silence qui régnait me fit froid dans le dos, jusqu’à ce que quelques enfants se mettent à émettre des protestations et questions qui eurent pour effet de me briser le cœur. Beaucoup de ces gosses n’avaient connu que la rue et le fait de vivre avec des inconnus dans un mode de vie qui leur était étranger était très certainement effrayant. J’étais donc un peu démuni face à eux malgré le soutien de Tom que je sentais un peu partagé. Il était de ceux qui avaient fugués et la raison était son petit frère qu’il voulait voir s’épanouir… avant sa mort. Heureusement, Archie prit la parole. Je désenchantais rapidement dès sa première phrase. Il n’avait pas tort sur tout son discours, mais, mis à part le fait que les lois les avaient fait souffrir, que pensait-il qu’ils connaissaient des lois. Alors qu’il me jetai un œil interrogateur, j’allai vers lui pour lui murmurer :

- Si j’arrive à éviter une rébellion, on n’a plus qu’à espérer que l’idée principale ne sera pas rejetée. Après tout, je pense que si les lois étaient mieux faites, ces gosses ne seraient pas là. Vous le savez, vous êtes même contre. Pensez à ce qu’ils ressentent par rapport à ça !

Derrière moi, des murmures posant des questions, y répondant, concernant la colère ressentit ou le doute qui s’installait me parvenait. Tom lui-même me regardait avec des yeux pleins d’espoir et de doutes. Je lui souris avec confiance en lui mettant ma main sur son épaule avant de reprendre la parole. Ma voix était légèrement tremblante mais assez assurée pour cacher mes sentiments :

- Je me doute que mon professeur a été maladroit. Pardonnez-le et comprenez qu’il n’a pas vécu comme nous. Croyez bien que si je le pouvais je changerais beaucoup de ces lois pour mieux vous protéger et pour m’occuper de vous dès maintenant. Ce n’est malheureusement pas possible et je ne peux que vous proposer d’avoir un foyer aimant, des personnes qui se soucient réellement de vous et du bonheur dans votre vie.

- Et toi, Yasu, tu vas faire quoi ? demanda une petite voix au loin.

- Eh bien, répondis-je dans un sourire avec une posture confiante, je vais faire confiance en cet homme pour étudier à l’académie et mettre en place mon projet. Vous serez certainement déjà bien installé le jour où j’y parviendrais, mais comme ça je pourrais venir en aide aux autres enfants qui se retrouveront dans cette situation. Réfléchissez à ce que vous voulez pendant qu’on cherche de quoi noter et ainsi mieux connaître vos attentes. D’accord ?

Sans râler, ils se mirent à discuter et à faire leur choix. Pendant ce temps, je me tournai vers Archie et Tom, souriant. J’étais presque persuadée que nous allions atteindre un certain but. J’avais même une certaine idée concernant mon ami, mais je lui demandai de me dire aussi ce qu’il voulait lorsque nous eûmes trouvé de quoi écrire. Les enfants vinrent par eux-mêmes et voilà ce qui en ressortit :

Tom : anglais – souhaite étudier et avoir un tuteur correct
Christopher : veut une famille
Finéas : veut rester avec Christopher
Noa : veut une famille, avec Emma si possible sinon proche d’elle
Marcus : italien – veut rester avec Yasu
John : ne sait pas
Emma : anglaise – veut une famille chaleureuse
Aya : arabe – veut une famille
Gavin : américain né en Angleterre – veut pas quitter Yasu
Fantino : espagnol – veut une famille 10
Yulia : russe née sur un bateau en mer – veut une famille avec John
Marwin : anglais (famille abusive) – ne sait pas mais fait confiance à Yasu
Ryan : anglais – une famille choisie par Yasu
Edwige : sœur de Ryan et veut rester avec lui
Kimberley : anglaise – veut rester en Angleterre
William : anglait – veut rester avec Tom
Gabrielle : française dont les parents sont morts sans la nationalité anglaise – ne sait pas mais fait confiance à Yasu
Adrian : anglais – s’en fiche
Charles : anglais – veut rester avec Christopher
Alex : anglais – veut être avec Gavin et Ryan 20
Jacob : anglais – veut rester avec Edwige
Blake : ne veut pas se prononcer et laisse le choix à Yasu et Tom
Sébastien : veut rester avec Blake quoi qu’il arrive
Colin : anglais – veut être dans la même famille que Fantino
Nathaniel : anglais – veut rester avec Tom
Castiel : anglais – va aller chez un oncle qu’il a revu il y a peu
Dominic : anglais – veut rester avec Kimberly
Arthur : anglais – veut devenir roi d’Ecosse
Sean : anglais – veut rester avec Arthur tel un vrai chevalier
Tristan : veut rester avec Tom

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une journée sans lutte (PV Yasushi) - Terminé

Message par Invité le Lun 05 Sep 2016, 23:56

Aussitôt sa première phrase avait quitté ses lèvres, aussitôt il avait regretté ses paroles et voulait se donner lui-même une claque. Il avait démarrer son discours de manière bien maladroite et il priait pour que Yasu et les autres ne lui en tiennent pas rigueur.


- Si j’arrive à éviter une rébellion, on n’a plus qu’à espérer que l’idée principale ne sera pas rejetée. Après tout, je pense que si les lois étaient mieux faites, ces gosses ne seraient pas là. Vous le savez, vous êtes même contre. Pensez à ce qu’ils ressentent par rapport à ça !

Baissant la tête et avec regret, le professeur s'excusa, laissant Yasushi rectifier le tir.


- Je me doute que mon professeur a été maladroit. Pardonnez-le et comprenez qu’il n’a pas vécu comme nous. Croyez bien que si je le pouvais je changerais beaucoup de ces lois pour mieux vous protéger et pour m’occuper de vous dès maintenant. Ce n’est malheureusement pas possible et je ne peux que vous proposer d’avoir un foyer aimant, des personnes qui se soucient réellement de vous et du bonheur dans votre vie.

- Et toi, Yasu, tu vas faire quoi ? demanda une petite voix au loin.

- Eh bien, répondit-il dans un sourire avec une posture confiante, je vais faire confiance en cet homme pour étudier à l’académie et mettre en place mon projet. Vous serez certainement déjà bien installé le jour où j’y parviendrais, mais comme ça je pourrais venir en aide aux autres enfants qui se retrouveront dans cette situation. Réfléchissez à ce que vous voulez pendant qu’on cherche de quoi noter et ainsi mieux connaître vos attentes. D’accord ?

La tension semblait déjà se calmer un peu, faisant pousser un soupir de soulagement à l'enseignant. Il tapota l'épaule de Yasushi.

"Tu as fait ça beaucoup mieux que je l'aurais pu."

Les enfants revinrent avec leur listes et leurs demande, qu'Archie lu avec la plus grande attention.

Bon pour Castiel, le soucis était réglé d'avance. Archie se proposa pour contacter son oncle pour qu'il vienne le chercher son neveu ou il pourrait le conduire lui-même là-bas.

Aya, Adrian et Marwin pourraient être envoyés en Écosse, n'ayant pas d'attentes très précises.

Pour les autres, il forma les groupes sur une autre feuille de papier.

Ils étaient généralement facilement regroupables en groupe de deux ou de trois.

Il eut un petit sourire en voyant le nom d'Arthur et la mention roi d'Écosse.

"Ah un nouveau roi Arthur...", remarqua-t-il, trouvant ça mignon.

Après avoir terminer de lire et d'analyser, il constata que deux groupes allaient se montrer être un défi.

Celui de Tom, William, Nathaniel et Tristan...

Et celui de Marcus, Gavin, Ryan, Edwige, Alex et Jacob. Dans ce dernier groupe, ils souhaitaient surtout rester avec Yasu... Mais ce dernier n'était pas en âge ou en moyen de subvenir à leurs besoins. Il n'y avait qu'une solution dans ce cas.

"Je vous promet de veiller à ce que tout le monde aient leurs attentes comblées, autant qu'il est possible du moins. Pour l'heure...Yasu crois-tu que Berth pourraient les héberger temporairement? Ce sera à mes frais, je veux qu'ils aient un toit et un lieu sûr jusqu'à ce qu'ils aient chacun leur foyer. Et il y a certaines choses à discuter", demanda Archie, prenant Yasushi à part.

Il allait avoir bien des coups de fil à passer... Et une rencontre à avoir avec deux certaines personnes.

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une journée sans lutte (PV Yasushi) - Terminé

Message par Invité le Mar 06 Sep 2016, 01:15

ft.
Archie MacAlister
Une journée sans lutte
Suite de Nouveau départ
Je ne pensais pas qu’Archie m’aurait félicité pour ça, mais il le fit. Je ne me sentais pourtant pas très bien. J’étais en train de me séparer de gosses qui comptaient sur moi, pour leur sécurité, certes, mais cela ne changeait rien à mes yeux. Je ne me sentais pas de les regarder plus de  quelques secondes dans les yeux. Même Tom, je n’osais pas soutenir son regard par peur d’y voir le reflet de ce que je considérais comme une trahison. Pourquoi n’étais-je pas capable de mettre en place ce projet maintenant ? Cela leur aurait tant fait plaisir. Pourquoi les lois étaient contre le fait d’accueillir des ENFANTS ORPHELINS dont la nationalité était parfois incertaine ? Sur ce point-là ils étaient tellement illogiques que ça me rendait malade. Heureusement, leurs réponses me montrèrent qu’ils avaient plutôt compris la situation dans l’ensemble. Archie, après en avoir pris lui-même connaissance, promis aux enfants de combler les attentes de chacun avant de me prendre à part. Là, il me demanda des détails avant de m’annoncer qu’il devait me parler de certaines choses. D’une certaine manière, ses questions m’énervaient pour une raison que je lui donnais sur un ton las :

- Monsieur, je tiens à vous rappeler que, j’ai beau connaître la vie ici et Berth, je ne suis pas omniscient. Puis, vous l’avez vu vous-même, les gosses rentrent pas à l’auberge d'eux-même !

Je l’invitai ensuite à me suivre un peu plus loin avant de prévenir Tom que j’allais devoir discuter en privé avec l’adulte et lui demandai de veiller à ce qu’ils restent tous là pendant ce temps. Il accepta avec un sourire et me donna une accolade amicale avant de me laisser partir. Son geste, bien qu’appréciable, ne me fit pas le plus grand bien mais je le cachai pour n’inquiéter personne. Puis, une fois seul avec Archie, je lui demandai :

- De quoi voulez-vous me parler ? Je suis tout ouïe.

L’amertume restait et j’avais peur de ce qu’il allait me dire. J’étais conscient de ma rudesse qui n’était là que pour cacher ma tristesse qui prenait beaucoup de place dans mon cœur. Je n’avais pas oublié mais je jouais le jeu pour éviter d’attrister les autres. Le fait qu’on me donne du travail en plus que d’aller à l’encontre de mes envies et principes ne m’aidaient malheureusement pas. Je ne doutais pas qu’il l’avait compris. Je continuai cependant à me maîtriser un maximum pour éviter que la résonnance amène la colère vers le groupe de gosses qui était resté plus loin.

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une journée sans lutte (PV Yasushi) - Terminé

Message par Invité le Mar 06 Sep 2016, 08:40

Avec une expression morose, Yasushi lui avait répondu.

- Monsieur, je tiens à vous rappeler que, j’ai beau connaître la vie ici et Berth, je ne suis pas omniscient. Puis, vous l’avez vu vous-même, les gosses rentrent pas à l’auberge d'eux-même !

"J'en ai conscience... Mais ce n'est pas un mode de vie que je voudrais pour eux. Les rues ne sont pas sûres. Ils pourraient se faire enlever n'importe quand. Lorsqu'ils seront placés dans des familles, ils vivront sous un toit, dormirons dans un lit et mangeront à une table... Ne vaudrait-il pas mieux qu'ils s'habituent maintenant?

Il avait dit cela d'un ton plus sérieux, mais sans colère, ne souhaitant pas brusquer Yasushi davantage. Il ne semblait pas vraiment heureux de la situation, même si c'était pour le mieux.

Une fois seul à seul, Yasushi enchaîna droit au but.

- De quoi voulez-vous me parler ? Je suis tout ouïe.

- Je ne veux pas être seul à décider de leur avenir. J'ai réuni une liste regroupant les enfants selon leur conditions. Je voudrais prendre le temps de regarder ça avec toi et aussi... Je tiens à ce que tu rencontre les personnes qui pourraient les prendre en charge. Comme ça, tu pourras juger par toi-même s'ils sont dignes de confiance. Je peux te donner ma parole là-dessus, mais je veux que tu aies plus que ma parole. Aussi... Plusieurs enfants ont mentionné vouloir rester avec toi. En respectant les conditions et les désirs de ces enfants... Je crois qu'il vaudrait mieux pour ces six là que je les prenne en charge moi-même, ainsi ils n'auront pas à quitter la ville. Je voulais savoir ton avis là-dessus. Je n'entreprendrai rien d'autre sans ton accord.

Archie sentait la nervosité le gagner de nouveau. Il allaiy garder parole jusqu'au bout, mais il se sentait... comme quelqu'un qui allait avoir six enfants d'un coup justement. Il espérait surtout que Yasushi continuerais de bien réagir.


Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une journée sans lutte (PV Yasushi) - Terminé

Message par Invité le Mar 06 Sep 2016, 12:43

ft.
Archie MacAlister
Une journée sans lutte
Suite de Nouveau départ
"J'en ai conscience... Mais ce n'est pas un mode de vie que je voudrais pour eux. Les rues ne sont pas sûres. Ils pourraient se faire enlever n'importe quand. Lorsqu'ils seront placés dans des familles, ils vivront sous un toit, dormirons dans un lit et mangeront à une table... Ne vaudrait-il pas mieux qu'ils s'habituent maintenant ?"

Tel fut sa réponse avant que je ne le mène plus loin. Mais je devais avouer que je ne me sentais pas capable de les obliger à rester enfermés alors qu’ils ne rêvaient certainement que de pouvoir courir partout dans un lieu qu’ils connaissaient comme personne. En fait, vivre chez Berth n’était certainement pas comme pour moi, vivre dans une maison. Personnellement je considérais l’auberge comme tel parce que j’y avais passé un bon bout de temps, contrairement à eux. Puis, je n’allais pas demander à ma protectrice de jouer à la police avec eux juste pour qu’ils apprennent à vivre sous un toit. Je pensai donc qu’il n’avait qu’à tenter lui-même de les convaincre. N’était-ce pas lui l’adulte après tout ?
Puis, lorsque je lui eus demandé de quoi il voulait me parler, j’eus encore plus l’impression que tout se jouait avec et à cause de moi. Bon sang ! Etais-je empereur ?! Alors, en l’écoutant, je m’adossais au mur en me frottant les yeux. Je devais avouer qu’il avait raison sur le fait que je préférais voir les personnes par moi-même, mais étais-je vraiment meilleur juge ? Puis, six gosses qui voulaient rester à mes côtés ?! Oui, Berth pourrait s’en occuper, ou lui, mais l’accepteraient-ils ? Ça, j’en étais moins sûr puisqu’ils n’étaient pas moi. Je réfléchis sur tout cela sans parler tout en intériorisant dangereusement mes sentiments. Puis, au bout de quelques minutes, je lui répondis enfin :

- Tant que vous ne m’obligez pas à rester dans un salon, j’accepte de rencontrer les familles. Quant aux gosses qui veulent rester avec moi, s’ils ne voient pas d’inconvénient à aller avec vous, je n’en vois pas non plus. Et, qu’on soit d’accord là-dessus, Berth devrait garder 24 gamins en attendant que ces derniers aient un foyer ?

Je doutais que veiller sur autant de garnements en plus de son travail soit possible. Elle ne pourrait pas veiller seule à ce qu’ils ne partent pas et n’avait pas le cœur à les empêcher de le faire, comme lorsqu’elle les avait accueillis quelques jours plus tôt. Enfin, cela serait à voir avec elle. Je n’étais pas capable de décider à sa place. Je n’étais après tout qu’un gamin un peu plus âgé que les autres qui n’avait fait que fuir jusqu’à ce qu’un danger menace la vie d’une quarantaine de gosses.

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une journée sans lutte (PV Yasushi) - Terminé

Message par Invité le Mar 06 Sep 2016, 15:04

Yasushi semblait réfléchir, mais Archie ne pouvait pas vraiment deviner ce qu'il pouvait bien avoir en tête. Ça ne semblait juste pas très plaisant d'un point de vue extérieur...

- Tant que vous ne m’obligez pas à rester dans un salon, j’accepte de rencontrer les familles. Quant aux gosses qui veulent rester avec moi, s’ils ne voient pas d’inconvénient à aller avec vous, je n’en vois pas non plus. Et, qu’on soit d’accord là-dessus, Berth devrait garder 24 gamins en attendant que ces derniers aient un foyer ?

Archie grimaça un peu à la réalisation. Bon...Il fallait un nouveau plan. La dame avait été très gentille, mais il ne fallait quand même pas lui demander l'impossible.

- Bon... Connais-tu quelqu'un d'autre qui pourrait les prendre en charge? Mes contacts en ville sont plutôt limités pour le moment, lui dit Archie, se grattant à nouveau la nuque.

Peut-être en mettait-il trop sur les épaules de Yasushi? Archie avait beau être l'adulte entre les deux... Quand il était avec son protégé, il n'avait pas toujours l'impression d'en être un. Il se sentait le plus souvent comme un gamin devant assumer le rôle que son âge lui donnait. Un système aussi injuste que les lois, tiens...


Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une journée sans lutte (PV Yasushi) - Terminé

Message par Invité le Mar 06 Sep 2016, 16:43

ft.
Archie MacAlister
Une journée sans lutte
Suite de Nouveau départ
Enfin Archie sembla comprendre que la pauvre Berth ne pourrait certainement pas s’occuper d’autant de gosses toute seule. Cela me soulagea un peu, mais nous n’avions cependant toujours pas de solution en attendant. En plus de cela, mon enseignant me demanda à moi si j’en avais une, ou des connaissances qui pourraient me donner un coup de main. Irrité par la situation, je ne pensai pas tout de suite à la seule possible. Il avait été d’accord pour une dizaine d’enfant, mais 24… Je n’étais vraiment pas sûr de mon coup ni du fait qu’ils allaient accepter cela. En fait, il fallait prendre contact avec lui et cette idée me mettait mal à l’aise. Qu’allais-je lui dire par rapport à mes protégés que je n’avais pas su mettre hors d’atteinte de la mort ? Allait-il me le reprocher ? Je ne voulais pas prendre le risque de m’en prendre plein la figure pour ça. Du coup, je répondis à Archie :

- La seule solution que je vois serait d’aller demander à Mr Blackflower s’il accepte d’héberger une bonne vingtaine de gosses, ou si on partage entre chez lui et Berth. Par contre, je vous le dis tout de suite, je n’irais pas voir le clown. Je préfère encore faire face à ces gosses pour leur dire une mauvaise nouvelle qu’à lui.

J’espérais qu’il comprendrait. En tous les cas je n’étais pas prêt de dire que mes gosses étaient morts. Les mots ne voulaient toujours pas sortir et la douleur que cela provoquait menaçait toujours de me faire flancher. Non. Le professeur qui me faisait face devait aller voir son collègue ou je ne tiendrais pas. Je voulais bien faire des efforts, mais il ne fallait pas que ces derniers soient surhumains. J’étais déjà bien affecté et je savais que les enfermer ne serait pas plaisant. Bon sang ! N’était-il vraiment pas plus simple de changer ces fichues lois à la con ?!

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une journée sans lutte (PV Yasushi) - Terminé

Message par Invité le Mer 07 Sep 2016, 12:05

Irrité, Yasushi lui donna sa réponse.

- La seule solution que je vois serait d’aller demander à Mr Blackflower s’il accepte d’héberger une bonne vingtaine de gosses, ou si on partage entre chez lui et Berth. Par contre, je vous le dis tout de suite, je n’irais pas voir le clown. Je préfère encore faire face à ces gosses pour leur dire une mauvaise nouvelle qu’à lui.

- Mr. Blackflower, hein? Ça fait un moment que je voulais lui proposer un café. Cet homme m'intrigue. Il n'y a pas de problèmes, Yasu, je lui parlerai. Mais... Je t'en prie... Ne te torture pas avec ce qui est arrivé. Tu l'as dit plus tôt, tu n'es pas omniscient.

Puis, pour ne pas s'attarder sur le sujet douloureux, Archie reprit.

" Bon, il faudrait que je rencontre Marcus, Gavin, Ryan, Edwige, Alex et Jacob... Tu voudrais me les présenter? Ce sont eux que je risque de prendre en charge, s'ils le veulent bien.", lui dit Archie, toujours un peu fébrile.

Après ça, il restait à faire les appels... Puis les visites... Les paperasses... Bref, ils avaient encore beaucoup de pain sur la planche.

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une journée sans lutte (PV Yasushi) - Terminé

Message par Invité le Mer 07 Sep 2016, 18:37

ft.
Archie MacAlister
Une journée sans lutte
Suite de Nouveau départ
Je fus soulagé de ne pas devoir faire face au professeur d’éducation civique que j’avais rencontré après un combat contre un nouvel élève. Je devais avouer que devoir lui dire que la solution qu’il m’avait proposée n’avait pas fonctionné ne m’enchantait pas. J’étais cependant surpris d’entendre dire que quelqu’un avait envie de rester le temps de boire tranquillement un café avec un tel clown. Enfin… certainement que ce genre de personne était agréable lorsqu’on ne portait pas un fardeau qui ne nous menait pas à vouloir rire. Je me trouvais pathétique mais il était hors de question que je l’avoue à qui que ce soit. Ma grimace sortit cependant toute seule lorsqu’il me demanda de ne pas me torturer avec ce qu’il s’était passé : que ce soit cette histoire d’enfant amenés illégalement au pays ou le meurtre de mes gosses, je ne pouvais pas faire comme si rien de tout cela ne se produisait. Puis la douleur provoquée par ce second fait restait malgré tout. Si cela me faisait comme pour ma mère, je n’étais pas prêt de me remettre… Heureusement, nous revînmes sur notre sujet du moment puisque mon professeur reprit : il voulait rencontrer Marcus, Gavin, Ryan, Edwige, Alex et Jacob puisqu’il allait certainement les prendre en charge. Je n’étais pas certain que ce soit le meilleur moment. Puis, qu’allaient faire les autres pendant ce temps-là ?

- Combien de temps vous faudra-t-il pour avoir la réponse de Mr Blackflower ? Que je sache quoi faire des gosses pendant ce temps-là.

J’attendis qu’il réponde à ma question. J’espérais en avoir une rapidement, que ce soit de lui ou de l’autre, pour pouvoir prendre des mesures rapidement. Bien que ce serait compliqué, je savais que ce serait mieux pour eux d’avoir une vraie maison et, même si je me méfiais de cela, une famille. En jetant un coup d’œil vers la sortie, je vis Tom s’approcher un peu, comme s’il avait une information à me donner. Je lui fis signe d’attendre et que je serais rapide. Il me signifia qu’il avait compris et repartit. Je reportai donc mon attention sur mon professeur pour l’écouter et lui répondre à mon tour.

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une journée sans lutte (PV Yasushi) - Terminé

Message par Invité le Mer 07 Sep 2016, 19:36

Yasushi, toujours avec une expression incertaine, lui demanda:

- Combien de temps vous faudra-t-il pour avoir la réponse de Mr Blackflower ? Que je sache quoi faire des gosses pendant ce temps-là.

Décisif, Archie lui répondit sans hésiter.

- Je ne perdrai pas de temps. Je le rencontre ce soir ou demain au plus tard. Je ferai en sorte qu'il comprenne que c'est urgent. Si je ne le vois pas ce soir... Crois-tu qu'ils pourraient avoir une place où dormir juste pour cette nuit? Ou alors... Non. Tiens, je leur paierai des chambres dans une autre auberge de quartier si tu préfères. J'insiste encore sur le fait qu'ils ne restent pas dans la rue. Dit leur que c'est juste pour une nuit?
Je leur reviendrai avec une réponse, ça, soit en assuré.

Puis, Archie remarqua les yeux de Yasushi, dirigés vers la sortie. Tom attendait là, comme pour dire quelque chose.

- Qu'y a-t-il? Oh... À moins que tu veuille que je te laisse seul avec Yasu?, demanda le professeur, prêt à s'éloigner pour les laisser parler.

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une journée sans lutte (PV Yasushi) - Terminé

Message par Invité le Mer 07 Sep 2016, 21:28

ft.
Archie MacAlister
Une journée sans lutte
Suite de Nouveau départ
J’écoutai la réponse d’Archie qui vint sans attendre. Apparemment, soit je tranchais, soit nous restions dans une impasse. Ne voulant pas imposer quoi que ce soit, je pris la décision de leur donner encore une fois le choix. J’espérais qu’ils n’allaient pas râler ou partir en prétendant qu’ils voulaient rester dans la rue. D’une certaine manière, on leur forçait un peu la main et ça ne me plaisait pas. Je commençai à y penser en faisant le geste à Tom et mon professeur remarqua que je ne le regardais plus. Il posa donc des questions dont je ne tins pas réellement compte. Je lui répondis simplement de ne pas s’inquiéter avant de me diriger vers le groupe. Tous étaient là en train de se poser des questions. Certainement se demandaient-ils pourquoi je discutais seul avec Archie. Lorsque nous faisions ça, en général, c’était qu’il y avait un problème, du coup je ne fus pas surpris plus que ça et je compris le message de Tom sans qu’il ait besoin de me le dire. Pour calmer les messes basses et les inquiétudes, je pris la parole pour tous :

- Veuillez nous excuser, nous ne voulions pas vous inquiéter. Mon professeur aimerait savoir où vous voulez vivre en attendant d’aller dans une famille. Soit vous irez chez Berth à condition d’être sages et de l’aider un peu, soit chez un autre professeur de mon école. Cependant, ceux qui choisiront la seconde option devront attendre l’accord du propriétaire des lieux dans une autre auberge. Soyons clairs : personne ne vivra dans la rue désormais.

- Pourquoi ?
- C’est notre maison maintenant !
- Personne ne veut de nous de toute façon !

Tous ces manques de confiance mirent ma patience à rude épreuve mais je leur répondis calmement en prenant une posture sévère :

- Vous pensez réellement que je vous proposerais ça si je pensais que personne ne vous accepterait ?! D’ailleurs, Marcus, Gavin, Ryan, Edwige, Alex et Jacob, je vous invite à aller discuter avec mon professeur, avec Tom si vous le souhaitez. Il a quelque chose de sérieux à vous proposer. Pour les autres, je vais aller moi-même rencontrer les familles qui pourraient vous accueillir. Si vous ne me faîtes pas confiance, vous ne pourrais avoir confiance en personne et ceux qui n’ont pas la nationalité anglaise pourraient se voir aller dans un pays qu’ils ne connaissent pas. Pour les autres, sachez que La Brute n’est pas la seule personne capable de tuer. Puis, vous ferez quoi lorsque vous serez grands ? Cette occasion ne se présentera pas deux fois.

J’attendis leurs réactions avec un air sévère. Je ne voulais pas qu’ils restent comme ça tout le temps. Ils avaient besoin de l’amour de parents, d’un toit pour les mauvais jours et bien d’autres choses ! Je ne voulais pas qu’ils aient une vie comme la mienne. Après tout, même si j’avais l’Académie, je n’avais pas de foyer où rentrer, me réfugier et, réellement, personne qui voulait de moi. Les deux seules personnes sur qui j’avais compté n’étaient plus là.

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une journée sans lutte (PV Yasushi) - Terminé

Message par Invité le Mer 07 Sep 2016, 22:44

L'absence de Yasushi et sa discussion avec Archie semblait avoir créer une ambiance nerveuse et inquiétante. Tom invita Yasushi à revenir pour les calmer et répondre à leurs questions. Archie le suivit en silence, laissant le jeune homme parler.

- Veuillez nous excuser, nous ne voulions pas vous inquiéter. Mon professeur aimerait savoir où vous voulez vivre en attendant d’aller dans une famille. Soit vous irez chez Berth à condition d’être sages et de l’aider un peu, soit chez un autre professeur de mon école. Cependant, ceux qui choisiront la seconde option devront attendre l’accord du propriétaire des lieux dans une autre auberge. Soyons clairs : personne ne vivra dans la rue désormais.

Archie se doutait bien que ça n'allait pas faire l'unanimité, mais la réaction des enfants lui donna un pincement au coeur.

- Pourquoi ?
- C’est notre maison maintenant !
- Personne ne veut de nous de toute façon !

C'était faux... C'était complètement faux! Archie en voulait sincèrement aux adultes... Aux parents irresponsables, à ceux qui passaient dans les rues, mais qui choississaient de ne pas voir ces enfants qui avaient besoin d'aide! Pire encore que de vivre dans la misère, ces gamins semblaient persuadés qu'ils ne méritaient pas mieux, que personne ne se soucierait d'eux...


- Vous pensez réellement que je vous proposerais ça si je pensais que personne ne vous accepterait ?! D’ailleurs, Marcus, Gavin, Ryan, Edwige, Alex et Jacob, je vous invite à aller discuter avec mon professeur, avec Tom si vous le souhaitez. Il a quelque chose de sérieux à vous proposer. Pour les autres, je vais aller moi-même rencontrer les familles qui pourraient vous accueillir. Si vous ne me faîtes pas confiance, vous ne pourrais avoir confiance en personne et ceux qui n’ont pas la nationalité anglaise pourraient se voir aller dans un pays qu’ils ne connaissent pas. Pour les autres, sachez que La Brute n’est pas la seule personne capable de tuer. Puis, vous ferez quoi lorsque vous serez grands ? Cette occasion ne se présentera pas deux fois.

Yasushi avait prit la parole avec une sévérité qu'Archie ne pouvait pas adopter lui-même. Il renchérit aux paroles de son élève.

- Yasushi a raison! Des gens sont prêts à vous aider et prendre soin de vous! Vous êtes tellement persuadés que vous n'en valez pas la peine que vous refusez de voir! Et je ne vous blâmes pas. Ce n'est pas de votre faute, ça n'a jamais été de votre faute! Je blâme les irresponsables qui vous ont laissé là et qui se sont montrés cruels quand vous aviez le plus besoin d'aide! Je ne veux pas ce genre de vie pour vous. Vous méritez un toit, des habits propres et un repas chaud comme n'importe quels humains! Je vous en prie... Laissez-vous être aidés, supplia-t-il allant jusqu'à se courber humblement devant eux.

S'il arrivait malheur à ces enfants là dans les rues, Archie ne pourrait jamais se le pardonner et regarder Yasushi en face. Il avait le devoir d'agir... Ce que n'importe quel adulte aurait du faire avant lui. Si les adultes avaient joué leur rôle, Yasushi n'aurait jamais perdu son groupe...

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une journée sans lutte (PV Yasushi) - Terminé

Message par Invité le Jeu 08 Sep 2016, 00:23

ft.
Archie MacAlister
Une journée sans lutte
Suite de Nouveau départ
Je devais avouer que je ne m’attendais pas du tout à ce qu’Archie renchérisse mes propos déjà fortement forts à mon goût. Enfin, il avait parlé plus doucement, ce qui devait temporiser les choses. D’autant plus qu’il ne commit pas d’erreur, ce qui sembla les faire réfléchir un peu plus. Bien entendu, il était certainement difficile pour eux de savoir ce qu’ils voulaient en termes de logement puisqu’ils ne devaient pas y connaître quoi que ce soit pour la plupart. Je ne pouvais pas leur en vouloir et ce n’était pas cela que je ressentais. Peut-être étais-je un peu las. Je n’avais pas oublié non plus le fait que des gamins allaient être emmenés là illégalement et qu’il m’était absolument impossible de laisser passer une telle chose. Je devais avoir confiance en mon professeur, et ce même si mon être me hurlait de tout faire pour que cet avocat « véreux » avoue son, voire même ses, crimes. En attendant, je tentais tout de même de me reconcentrer sur la situation actuelle. Pour cela, je tournai le regard vers Tom. Les enfants étaient redevenus calmes, réfléchissant sans doute à mes dires. Je demandai à mon ami d’emmener le groupe vers Archie et, lorsque ce fut fait, j’entrepris de calmer encore plus les choses. J’avais été dans la même situation qu’eux. Je pouvais donc leur donner un point de vue concret :

- Écoutez, vous savez que je suis comme vous et que, moi non plus il y a quelques temps, je ne faisais confiance à quasiment personne. Je peux donc comprendre votre sentiment, le fait que vous soyez perdus. Je ne pense cependant pas me tromper en prétendant que vous me faîtes confiance, sinon vous ne seriez plus ici, n’est-ce pas ?

Sans aucune surprise, j’en vis faire un signe de tête affirmatif, d’autres répondre oui alors que les derniers baissaient la tête honteusement. Du coup, je n’attendis pas plus longtemps avant de continuer avec un sourire compatissant :

- Dans ce cas, faîtes-moi confiance lorsque je vous dis que c’est mieux d’avoir un toit au-dessus de la tête, un repas chaud trois fois par jour et… une famille aimante.

- Yasu, tu sais ce que c’est qu’une famille aimante ?


- Une famille à proprement parlé, non. Cependant, ma mère l’était et c’est pour cela qu’elle a été assassinée, la raison pour laquelle je vous ai rejoint il y a 13 ans maintenant. Je saurais donc à quel genre de famille j’ai affaire. De plus, je fais confiance en mon professeur qui se soucis de votre bienêtre.

Après cela et quelques minutes de discussions supplémentaires, les enfants eurent plus le cœur à accepter l’offre que nous leur faisions pour mon plus grand soulagement et à choisir ensemble ce qu’ils souhaitaient. Bientôt, mis à part deux d’entre eux qui demandèrent à aller chez Berth, voire de rester toujours avec elle si cette dernière était d’accord, ils demandèrent à aller chez mon autre professeur et, en attendant, dans une autre auberge dans lesquels ils s’engagèrent à rester jusqu’à ce que je les mène à une famille promise. Cela me faisait plaisir et j’espérais que du côté de mon enseignant tout se passait bien.

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une journée sans lutte (PV Yasushi) - Terminé

Message par Invité le Jeu 08 Sep 2016, 03:31

Archie laissa Yasushi avec le reste du groupe tandis que Tom lui emmena les six enfants. Gavin, Ryan, Edwige, Jacob, Alex et Marcus.

Le professeur s'éloigna un peu, trouvant des caisses en bois solides et sécuritaires, les époussetta un peu et invita les enfants à s'asseoir.

"Je ne vais pas me risquer. J'assume mon poids, mais je crains que ces caisses ne l'acceptent pas", dit-il avec un léger sourire pour tenter de détendre l'atmosphère.

Les enfants, encore un peu sceptiques malgré les paroles de leur héros, suivirent Tom sans trop savoir à quoi s'attendre. Ryan semblait le plus distant de tous alors que les autres se montraient simplement prudents ou timides. Mais lorsque Archie parla de son poids, Gavin ne put s'empêcher d'avoir un grand sourire pour dire:

- Vous nous en donnez un peu?

Alors que Tom tentait de gronder l'impertinent, les autres hormis Ryan rirent plus ou moins gaiement.

"Haha, un peu de cuisine de ma mère et tu risques d'en gagner si tu ne fais pas attention. Je l'ai appris à mes dépends", dit-il en riant nerveusement. Puis pour reprendre plus sérieusement, il regarda chacun des enfants.

"Je peux comprendre que ça parait effrayant. Vous vous retrouvez face à une situation qui vous est complètement inconnue. C'est normal d'avoir des réticences".

Les enfants se calmèrent rapidement malgré les dires de Archie, retrouvant de ce fait leur timidité. Même Tom était assez curieux de savoir ce qu'il voulait leur dire. Et après avoir écouté l'adulte, l'un des enfants qui souhaitait rester avec Yasushi répondit:

- C'est pas grave parce qu'on aura toujours Yasu pour nous protéger!

- Exact, petit. Jamais Yasushi ne vous abandonnera. Vous réaliser qu'il fait tout ça pour votre bonheur, pas vrai? Je sais que vous ne me connaissez pas. Je ne suis pas Yasushi et je ne le remplacerai jamais.

Archie prit une bonne inspiration avant d'en venir au but.

- Je resterai toujours dans cette ville et auprès de Yasu jusqu'à ce qu'il en ai marre de moi... Et encore je ne décolle pas aussi facilement. Le meilleur moyen de respecter votre souhait de rester ensemble et être prêt de Yasushi serait que... Je vous prenne en charge moi-même.

Voilà, c'était dit... Il sentait à la fois un poids lui être retiré, mais ce n'était pas gagné d'avance.

Tous restèrent silencieux un instant avant de réagir tous plus ou moins en même temps.

- Monsieur, vous faites comment pour décoller sans ailes?, demanda Edwige innocemment.

- Dîtes, vous nous ferez grossir nous aussi?, demanda ensuite Gavin.

- Mais moi je veux rester avec Yasushi, pas avec vous !

- Moi pareil !, avait renchérit un autre.

- M'en fiche. J'veux juste devenir comme Yasu et Tom, répondit sèchement Ryan.

Tom parla en couvrant la voix de tous.

- Vous êtes certain de pouvoir tous les loger et subvenir à leurs besoins?

La question d'Edwige le prit de court... Comment le savait-elle!? Il tenta de répondre naturellement, mais sans vraiment être convainquant.

"Comme Peter Pan... Avec les souvenirs heureux... Mais ne va pas essayer! Ça...Ça prends des années à perfectionner, crois-moi!"

Puis la question de Gavin... Allait-il les engraisser?

"Non... Tu va manger mieux et plus, mais si tu es plus prudent que moi, je ne me soucierais pas de ça."

Puis vint la remarque qui faisait mal, mais il n'avait pas vu qui l'avait dite.

"Je comprends bien... Mais Yasu n'a pas l'âge pour prendre vous tous en charge. Et vous le verriez à tous les jours ou presque. C'est le meilleur compromis que je peux apporter... Et je peux garantir que j'ai les ressources pour en prendre soin.", assura-t-il.

Archie avait même les moyens de prendre les vingt-quatre enfants en charge, mais il ne voulait pas se griller comme ça. Et il avait quand même des élèves qui avaient besoin de lui.

Suite aux réponses d'Archie les enfants se turent jusqu'à ce que le jeune garçon, Jacob, se rebiffe à nouveau :

- Non! Yasushi et vous avez promis de satisfaire nos voeux et le mien est de rester avec Yasushi ! Sinon je resterai ici!

Les autres enfants, muets et attristés, le regardèrent sans rien dire tandis que Marcus et Alex se rangeaient de son côté en acquiescant à ses paroles.

Archie soupira tristement, ne sachant pas trop quoi dire pour lui faire entendre raison. Il se risqua tout de même, il n'allait pas dépendre éternellement de Yasushi...

"Je ne peux pas accepter de te laisser rester ici... Et Yasushi ne l'accepterais pas non plus. Te sens-tu en sécurité ici? Dehors? Avec des inconnus qui pourraient rôder autour? Je ne sais pas si tu dors bien la nuit, mais pas moi. Je voudrais tellement avoir une baguette magique. Changer ce monde et faire mon possible pour que tu aies ce que tu veux"

Mais il n'était pas magicien... Toutefois ces paroles ne s'échappèrent pas de ses lèvres. Il n'avait pas le coeur de le dire.

- Tu n'as qu'à faire comme quand tu étais avec moi en attendant Yasu, fit Tom pour aider le professeur qui allait avoir un nouveau refus.

- Si c'est si mal, pourquoi nous y a-t-on laissé... ?, demanda tristement l'un des plus jeunes enfants.

- Vous avez vécu une injustice... Le système est injuste, mais je veux apporter un changement. Je ne peux pas changer le pays... Mais je peux faire ma part pour améliorer les choses. Si tout le monde y donnait du sien, le monde ne serait pas comme ça.

Les six enfants créèrent un cercle pour se concerter un moment. Tom les regarda faire en silence bien qu'il écouta tout ce qui se disait. La pauvre Edwige ne comprenait pas vraiment ce qu'il se passait mais à part ça, ils prirent leur décision.

Ce fut Ryan chargé de la déclarer :

- On accepte si les trois qui veulent voir Yasu peuvent le faire tous les jours.

Archie acquiesca avec un sourire compréhensif.

"Jamais je ne vous empêcherai de le voir. Je l'inviterai même à dormir à la maison les weekends s'il est disponible. Est-ce que ça vous convient?"

Cette fois-ci, il y eut un "oui" général, à son plus grand bonheur.

Il s'agenouilla face à Edwige, posa sa main sur son épaule.

"Je suis désolé... Ces histoires d'adultes sont bien compliquées, pas vrai? Je l'ai dit, je ne suis pas Yasushi... Mais je ferai tout pour vous rendre heureux", promit-il, regardant la fillette droit dans les yeux.

La petite fille sourit et enlaca le professeur comme si elle l'avait choisit comme papa. Ce dernier lui rendit son étreinte. Submergé par l'émotion, sa vision fut brouillée quelque peu par des larmes.

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une journée sans lutte (PV Yasushi) - Terminé

Message par Invité le Jeu 08 Sep 2016, 16:25

ft.
Archie MacAlister
Une journée sans lutte
Suite de Nouveau départ
Après avoir laissé les gosses discuter et se préparer pour enfin avoir un toit, un vrai lit et de bons repas sous peu, je me dirigeai vers le petit groupe installé près de caisses en bois qui n’étaient pas là depuis la veille mais toujours assez solides pour supporter un certain poids. Ils semblaient avoir une discussion assez animée, mais étaient tout de même relativement calmes. Je fus tout de même surpris de voir la petite Edwidge qui, bien qu’âgée de 9 ans agissait comme si elle était retombé dans sa plus petite enfance, faire un câlin à Archie. D’après certains qui la connaissaient c’était la seule solution qu’elle avait eu pour échapper à son passé qui n’avait pas été des plus tendre. Nous avions donc fait le nécessaire pour la protéger d’un autre traumatisme au point que je me demandais si La Brute connaissait son existence. En tous les cas il semblait qu’elle l’ait adopté.
En remarquant ma présence, Tom vint à ma rencontre et me mit rapidement au parfum avant que les six autres ne viennent à moi avec joie. Je remerciai mon ami avant de m’agenouiller à la hauteur de ces gosses fort pleins d’énergie.

Quelques bonnes minutes plus tard après qu’on ait choisit une auberge confortable mais pas trop pour éviter les changements trop brusques, nous allâmes chez Berth. Cette dernière avait enfin le droit à son repos bien mérité après le monde qui était passé dans son auberge. C’est avec joie qu’elle accueilli les deux personnes qui avaient souhaité rester à ses côtés mais elle leur promis des tirages d’oreilles au moindre faux pas. Face à ce qu’ils avaient vécu, ce n’était certainement pas la pire des punitions qu’ils pouvaient avoir. Puis, lorsqu’elle nous eut rassuré sur leurs futurs bon traitements, nous nous dirigeâmes vers notre autre destination. Elle ne payait pas de mine mais elle était spacieuse et les propriétaires assez sympathiques pour accepter de les garder momentanément. Ben entendu, le prix monta en flèche et je m’inquiétais du fait qu’Archie puisse payer. Pourtant, il ne sembla être inquiété par ce détail et nous laissâmes tout le monde avec Tom. Même les six qui avaient choisi de rester avec Archie restèrent là, à mon grand étonnement. Je ne dis rien sur le coup, cependant, pour éviter toute inquiétude inutile.

Puis une fois sortis, je ne pus m’empêcher de faire la remarque à mon professeur :

- Vous ne deviez pas les garder avec vous ?

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une journée sans lutte (PV Yasushi) - Terminé

Message par Invité le Jeu 08 Sep 2016, 17:36

Archie se sentait submergé par l'émotion, mais fit son possible pour rester sur terre... Dans tous les sens du terme. Ce n'était pas le moment de s'envoler sans ailes, comme l'avait dit Edwige. Cette petite semblait avoir régressé mentalement par rapport à son âge physique. Il n'osa pas poser de questions. Ils avaient un lourd passé derrière eux, la guérison serait lente, mais Archie avait confiance que pas à pas, ils progresseraient dans la bonne voie désormais.

Il laissa Yasushi parler aux gamins avant de les conduire dans un auberge du quartier. Le réceptionniste avait arqué un sourcil en voyant tous ces enfants, mais Archie règla la question assez vite.

"Ce sont mes enfants, je les confie ici temporairement pendant un voyage d'affaires. Je compte sur vous pour qu'ils ne manquent de rien"

Mis à part leur surprise initiale, ceux qui se chargeaient de l'auberge semblaient sympathiques et Archie sentait que les enfants seraient entre de bonnes mains. Le professeur laissa également son groupe avec eux, leur promettant qu'il reviendrait les voir bientôt.

Après avoir confié tous le monde, Archie se retrouva seul avec Yasushi.

- Vous ne deviez pas les garder avec vous ?

- Ce ne serait pas juste de les prendre en charge maintenant et laisser les autres attendre. De plus, c'est encore quelque chose d'énorme à digérer pour eux. Ils doivent s'adapter à ce nouveau mode de vie et je crois que ce serait bien qu'ils restent ensemble encore un peu. Ils risquent de se retrouver séparés. Mais si mes contacts les prennent, ils seront toujours une famille et plus que jamais. Ils se verront aussi à tous les Noël. Les McAlister se réunissent au chalet familial à chaque années sans faute. Sans parler des voyages de pêches, les barbecues l'été... J'ai hâte de te les présenter, ils t'aimeraient bien j'en suis sûr."

Bon, il ne mentionna pas le caractère de son paternel, mais... Il faisait confiance à sa mère pour le tempérer, comme toujours. L'enseignant eut une réalisation soudaine.

"Hey, Yasu... Tu croyais pas que j'allais oublier ton besoin de souliers?"

Justement, ils était juste à quelques pas d'une boutique. Souriant, Archie passa son bras autour de Yasu et le poussa presque à l'intérieur du magasin.

"J'avais promis de t'aider aussi, je tiens parole. Des habits convenables, de ton choix bien sûr, et des souliers propres et neufs pour un nouveau départ!"

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une journée sans lutte (PV Yasushi) - Terminé

Message par Invité le Jeu 08 Sep 2016, 21:24

ft.
Archie MacAlister
Une journée sans lutte
Suite de Nouveau départ
La réponse qu’il me donna tombait sous le sens et suffit à me tranquilliser. Je pensais donc que nous allions rentrer tranquillement à l’académie. Malheureusement, ce n’était apparemment pas ce à quoi pensait Archie à ce moment-là. Alors que j’espérais enfin me poser et faire un point sur tout ce qu’il s’était passé, mon professeur avait plutôt en tête de me faire acheter de nouvelles fringues, chaussures comprises, sans même me laisser le choix. Par là je veux dire qu’il me prit par les épaules et me força à entrer dans une boutique en me demandant subtilement de choisir les vêtements qui me faisaient plaisir. Je ne pus donc m’empêcher de soupirer avant d’aller lentement dans les rayons. Tout ce que je voulais, hein ? Pensant comme une personne bête, je le pris au mot en me disant que s’il râlait parce que j’allais le dévaliser ce serait sa faute et seulement la sienne. Enfin, bien que je dise cela, je ne savais pas du tout ce qui me ferait plaisir ou même envie. Ce n’est donc que après deux ou trois tours du magasin sans écouter personne que je choisis un style de vêtement qui serait peut-être considéré comme « renfermé » mais cela m’arrangeai, surtout pour moral du moment. Ainsi, dans un panier que j’allais chercher à l’entrée je mis :

- une paire de baskets noires qui donnaient un aspect débraillé
- quelques vestes avec une capuche sombres
- des pantalons allant du bleu foncé au noir
- une veste en jean aussi foncé que mes pantalons
- des tee-shirts clairs

Je ne savais pas ce qu’allait penser mon professeur de ce style, mais c’est ce qui me plaisait le plus, même si je ne montrais qu’un air renfrogné à cause de l’impression qu’on m’ait forcé la main. Sachant pertinemment la taille de vêtement qui m’allait et parce que j’arrivais à voir quand un habit était plus petit que ce dont j’avais l’habitude, je me dirigeai directement vers la caisse pour y attendre mon professeur. Je me doutais qu’il n’avait pas pensé à ce que cela se passe ainsi, mais au moins il serait certainement fixé s’il se demandait comment j’allais. Pour moi, la réponse était évidente : mal, surtout depuis que nous étions allé voir les gosses.

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une journée sans lutte (PV Yasushi) - Terminé

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas

Page 4 sur 5 Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum