Meurtre, désespoir et fin d'une histoire [Pv Archie MacAlister - Deuxième essaie - FIN]

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Meurtre, désespoir et fin d'une histoire [Pv Archie MacAlister - Deuxième essaie - FIN]

Message par Invité le Lun 04 Juil 2016, 03:08

Rappel du premier message :

ft.
Archie MacAlister
Meurtre, désespoir et fin d'une histoire
Deuxième essai à cause de manque de réponse sur le premier
Un jour où la pluie était assez forte, j'étais avec quelques camarades dans la maison Rubis. Cette dernière était incroyablement bondée, ce qui m'était fortement favorable. Je n'étais ainsi pas enclin à faire une crise de panique dans la salle commune qui me faisait immanquablement penser à un salon, ce qui me rapportait sans cesse à la mort de ma mère. Le fait que nous discutions me divertissait tout autant. J'étais donc d'assez bonne humeur. Le seul regret que j'avais était de ne pas être avec ma petite-amie qui était allé passer du temps avec ses propres amis. Je lui avais dit que cela ne me dérangeait pas et qu'elle avait le droit de passer du temps qui ne soit que pour elle. Elle le méritait après tout ce qu'elle faisait pour moi.
Cela faisait bien quelques heures que nous étions là quand un gars que je connaissais assez bien vint me trouver. Il avait l'air assez paniqué et ses cheveux bruns d'habitude bien arrangés étaient désordonnés et trempés par la pluie tout comme ses vêtements. Comme la plupart d'entre nous ici, nous avions troqué nos uniformes contre des vêtements un peu plus décontractés. Comme j'étais affalé sur un fauteuil et qu'il était presque aussi grand que moi, il se pencha pour me chuchoter à l'oreille, complètement paniqué :

- Yasushi, les enfants sont menacés par La Brute. Il veut que tu ailles seul, dans moins d'une heure, à la planque, sans quoi il les tuera...

Il ne m'en fallu pas plus, d'un bond, je me levai et, juste avant de partir en courant devant les yeux ahuris de la bande, je serrai l'épaule de ce gars que j'avais jadis protégé dans la rue. Traversant l'académie puis la ville en courant comme une furie, je ne fis pas attention à mon point de côté en formation. Je ne voulais pas les perdre. Même si je devais être trempé, tomber malade après cette course sous la pluie sans manteau ou autre protection, blessé mortellement ou même tué, je ne voulais pas qu'il s'en prenne à mes gosses. Ils ne méritaient pas ça!
Lorsque je fus arrivé à la planque, un petit espace auquel on accédait par des escalier après avoir traversé des ruelles qui formaient un labyrinthe, la vision que j'eus était une horreur : La Brute, entouré de quelques sbires menaçait d'un couteau la gorge de Tom. Il était notre sentinelle, si on pouvait dire. Les autres étaient-ils en sécurité? Un coup d'oeil sur la plaque d'égout me donna la réponse. J'en blêmis : les mômes étaient coincés car La Brute avait gentiment placé une grosse pierre (aussi grosse que deux ou trois ballons de basket) sur la sortie et ce qui confirma qu'ils allaient sans aucun doute mourir noyés sans pouvoir s'en sortir fut ce que me dit mon ennemi :

- Ne vas pas croire qu'ils ont encore une échappatoire. Nous avons abaissé les grilles il y a peu. Après tout, tu es en retard, fils de pute!

Non! Il n'avait pas le droit de faire ça! Il ne pouvait pas faire ça et s'en tirer! Je fis mine de m'approcher, mais il m'arrêta net en menaçant plus encore le petit Tom :

- Ohlà! Tout doux! Si tu esquisses le moindre geste, je le tue, lui aussi.

Cela suffit à m'immobiliser, l'assassin en moi toujours bien enfermé dans les tréfonds de mon esprit. J'étais plus paniqué, mort de chagrin à l'idée que je ne puisse rien faire pour sauver ces gamins qui étaient en réalité ma raison de vivre. C'était pour eux que j'avais déployé autant d'efforts! C'était pour eux que j'étais entré à l'académie. Pour eux encore que j'allais en cours malgré certaines difficultés dues à mon inactivité scolaire pendant treize longues années... Il n'avait pas le droit de les tuer... Pourtant, vu le silence environnant, ils étaient certainement déjà plus de ce monde. La pluie était trop forte et tombait depuis bien longtemps : les égouts devaient être inondés depuis belle lurette.
Devant mon immobilité, La Brute sourit machiavéliquement et fit à ses sbires :

- Chopez-le!

Ils m'attrapèrent donc pendant que d'autres s'amusèrent à me frapper, me poignarder, me jetèrent des pierres plus ou moins grosses alors que Tom hurlait des supplications pour qu'ils arrêtent. Il ne voulait pas que je meurs alors que je commençait à me demander pourquoi j'étais toujours là. Mais le moment où j'abandonnai vraiment fut lorsque La Brute, exaspéré par les cris de mon protégé, lui ouvrit la gorge sous mes yeux. Je sentis ma gorge se déchirer à cause du hurlement plein de désespoir que je poussais alors. Il s'approcha ensuite de moi et de mes yeux éteints et commença à me poignarder à multiples reprises. Quand ils me lâchèrent pour partir en courant, je tombai dans la flaque créée par la pluie tombant dans ce creux. J'avais mal, mais c'était mon coeur qui me faisait le plus souffrir. L'eau autour de moi rougissait sous mes yeux alors qu'un passant arriva en courant vers moi. Je ne fis que l'entendre, même lorsque, près de moi, une main sur mon épaule, il appela les secours qui mirent quelques minutes à arriver. Tous me crurent mort jusqu'à ce qu'un inspecteur de police vienne vers moi.

- Il est encore vivant, murmura-t-il avant de crier : Eh! Par ici! Nous avons un survivant!

Puis, s'adressant à moi alors que je m'évanouissais pour de bon, il me dit :

- Allez! Tien bon mon gars. Nous allons nous occuper de toi...

Quelques jours plus tard, je me trouvais à l'hôpital de la ville. Mes blessures faites pas La Brute guérissaient mieux que d'habitude, mais j'étais si mal que je faisais le yo-yo entre le manque d’entrain pour tout et les coups de folies pendant lesquelles je me tapais sur les murs, me brûlais les mains avec mes boules de lumière alors que j'étais seul. tant et si bien qu'on commença à me mettre sous sédatif pour que j'arrête de me faire du mal. J'étais donc souvent assis sur le fauteuil à côté de mon lit à regarder par la fenêtre. Je ne faisais rien de mes journées, toujours en pyjama et une robe de chambre ouvert, les manches rehaussées.
Un jour, alors que je profitais de ma lucidité, je composai le numéro de mon "messager" et lui demandai de trouver un responsable qui pourrait me sortir de là. J'eus un peu de mal à le convaincre tant il était paniqué. Heureusement, j'y parvins avant qu'on se doute de ce que je faisais. Je raccrochai alors. Non seulement qu'on vienne me chercher m'était plus que suffisant pour me permettre de sortir de là, mais en plus l'inspecteur qui m'avait trouvé venait d'arriver. Il était un peu plus grand que moi, avec un physiologie fine et des boucles brunes qui lui tombaient sur le visage.

- On dirait que tu es bien plus en forme que la dernière fois que je t'ai vu, bonhomme.

Pas de réponse.

- Je sais que tu n'es certainement pas au meilleur de ta forme, mais j'aurais besoin que tu me dise qui tu es et ce qu'il s'est passé dans les ruelles le soir où on t'a trouvé.

Toujours pas de réponse.

- Bon sang! Réponds-moi! J'essaie de t'aider mon gars. Si tu continue ton mutisme c'est toi qu'on accusera du meurtre de tous ces gosses!

Je ne répondis pas malgré toutes ses menaces et le fait qu'il ait continué de m'interroger plusieurs durant. A mes yeux j'étais responsable de leur mort, bien que ce ne soit pas moi qui les ai enfermés dans les égouts ou ouvert la gorge. Mais c'était à cause de moi que La Brute s'en était pris à eux. Mais ce qui me détruisait le plus c'était de les avoir vu mourir sous mes yeux sans rien avoir pu faire. Eux, ma raison de vivre...
Après le départ du policier, je m'habillai avec la plus grande des difficultés avant de me réinstaller dans mon fauteuil. J'attendis ensuite l'arrivée d'un membre, ou plus, de l'Académie. Je ne voulais plus être là. Si je restais je savais que j'allais faire une connerie irrémédiable. Il fallait que je retrouve La Brute et que je le livre moi-même à la police. J'avais aussi une autre idée en tête concernant les orphelins sous son joug et une autre me concernant. De toute façon, que pouvais-je faire maintenant que je n'avais plus de raison de vivre?


Dernière édition par Yasushi le Lun 11 Juil 2016, 06:27, édité 1 fois

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas


Re: Meurtre, désespoir et fin d'une histoire [Pv Archie MacAlister - Deuxième essaie - FIN]

Message par Invité le Ven 08 Juil 2016, 20:07

ft.
Archie MacAlister
Meurtre, désespoir et fin d'une histoire
Deuxième essai à cause de manque de réponse sur le premier
Cela faisait un moment que nous marchions. Enfin, je ne marchais plus vraiment puisque Tom me portait sur son dos. Je finis par perdre connaissance un peu de la même façon que je me serais endormis, sans m'en rendre compte. La dernière chose dont je me rappelais était que nous étions entrés dans les ruelles dans lesquelles nous nous cachions quand nous étions des orphelins ou sans-abris... ou les deux.

Pendant mon inconscience, Archie remarqua mon silence. Il demanda donc à Tom de s'arrêter un instant avant de m’ausculter rapidement. C'est ainsi qu'il remarqua qu'une de mes blessures s'était rouverte et infectée. Ce n'était pas la première fois que cela m'arrivait. Tous ceux qui me connaissaient bien savaient que je guérissais très mal en général. Mais ce n'était pas le cas du professeur qui demanda à mon ami de me poser à terre afin de pouvoir me soigner. Tom hésita peu, seulement quelques millisecondes, avant de lui obéir. Il était autant pressé de rejoindre ses protégés que de me voir guérir. Sans parler qu'il avait l'impression de me laisser aux mains d'un total inconnu. Il voulait néanmoins me faire confiance, et comme j'avais mis ma confiance en cet homme, il ne voyait pas en quoi il ne le ferait pas. Il se tenait tout de même prêt à toutes les éventualités. Il était comme ça. C'est tout.

Lorsque l'enseignant eut terminé de nettoyer ma plaie et de me faire un nouveau pansement, Tom me reprit sur son dos, non sans difficultés, et écouta les marmonnements de Archie :

''Il va lui falloir du paracétamol si sa fièvre ne baisse pas...''

- Yasu est un dur, fit-il comme pour le rassurer. Ce n'est pas la première fois qu'il se retrouve dans des états pareils. Je me demande même si ça n'a pas déjà été pire.

Il se tut un instant et décida que l'homme qui le suivait était en droit de connaître mes antécédents :

- Quand je l'ai rencontré, Yasushi était encore qu'un gamin apeuré et anéanti par la mort de sa mère. Il se faisait battre par La Brute et le peu de nourriture qu'il parvenait à voler pour manger il ne pouvait pas le manger pour diverses raisons. Ce, jusqu'à ce qu'il se mette à créer des boules colorées qui lui ont été bien utiles pendant un temps. Après ça, lui et La Brute se sont toujours fait la guerre et je vous avoue que Yasushi s'est parfois retrouvé aux portes de la mort. Pourtant, il est là. J'pense pas qu'il se laissera mourir. Pas si on veille un peu sur lui...

Il parlait en connaissance de cause. Après tout, ce n'était pas seulement parce qu'il était le frère de Tom que je lui avais fait confiance malgré nos différences de camps. Non... C'était parce qu'il avait été là pour me soutenir et me nourrir avant que la faim ne m'emporte. Tout cela au risque que La Brute ne lui fasse subir un terrible destin.

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: Meurtre, désespoir et fin d'une histoire [Pv Archie MacAlister - Deuxième essaie - FIN]

Message par Invité le Sam 09 Juil 2016, 18:45

Durant la marche, Tom prit la parole pour la première fois depuis leur départ.

- Yasu est un dur, fit-il comme pour le rassurer. Ce n'est pas la première fois qu'il se retrouve dans des états pareils. Je me demande même si ça n'a pas déjà été pire.

Archie grimaça à cette pensée, aucun enfant ne devrait traverser un tel enfer. Aucun. Il était déplorable de voir à quel point on laissait ces êtres à eux-mêmes. En regardant la ruelle puante et délabrée, le professeur pensait qu'il ne laisserait même pas un chien dormir là. Un autre sentiment de colère et de profonde injustice l'envahissait, mais il l'a ravala pour un moment pour écouter l'histoire que Tom lui raconta.

- Quand je l'ai rencontré, Yasushi était encore qu'un gamin apeuré et anéanti par la mort de sa mère. Il se faisait battre par La Brute et le peu de nourriture qu'il parvenait à voler pour manger il ne pouvait pas le manger pour diverses raisons. Ce, jusqu'à ce qu'il se mette à créer des boules colorées qui lui ont été bien utiles pendant un temps. Après ça, lui et La Brute se sont toujours fait la guerre et je vous avoue que Yasushi s'est parfois retrouvé aux portes de la mort. Pourtant, il est là. J'pense pas qu'il se laissera mourir. Pas si on veille un peu sur lui...

- Je ne le laisserai pas mourir, ça j'en fait le serment. Et s'il y a quoi que ce soit qu'on peut faire pour ces pauvres enfants, je tâcherai d'aider autant que possible, promit Archie sincèrement.

Il parlait d'un ton résolu, mais il ressentait une boule dans sa gorge et son cœur battait à tout rompre. Nervosité, appréhension, peur... Diverses émotions s'entremêlaient en lui et ce n'était rien pour le rassurer. Le ciel semblait s'assombrir à mesure qu'ils avançaient comme s'ils s'engouffraient dans le ventre d'une bête.

- On dirait bien qu'il va pleuvoir..., remarqua le professeur, avant de se tourner vers Tom.

Il ne voulait pas vraiment se plaindre, encore moins à un tel moment, mais pour quelqu'un comme lui, la marche devenait longue et fatigante. Le professeur tâcha tout de même de garder le rythme. Ce n'était pas le moment de prendre une pause.

- ...Tom, c'est encore loin?, demanda-t-il finalement après quelques minutes.

Les ruelles se ressemblaient toutes. Immeubles avec murs de brique, toutes délabrés, poubelles partout... Au final, Archie avait l'impression de tourner en rond. Tom devait sûrement connaître les rues comme sa poche, mais pour un étranger dans les lieux, ça ressemblait d'avantage à un labyrinthe. Jamais de sa vie, il ne s'était sentis aussi peu dans son élément. Plus vite ils arriveraient pour libérer les enfants, plus vite il aurait cet effroyable endroit derrière lui...

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: Meurtre, désespoir et fin d'une histoire [Pv Archie MacAlister - Deuxième essaie - FIN]

Message par Invité le Sam 09 Juil 2016, 19:39

ft.
Archie MacAlister
Meurtre, désespoir et fin d'une histoire
Deuxième essai à cause de manque de réponse sur le premier
Le professeur avait écouté Tom avec grande attention. Mais, pour ce dernier, cela n'avait pas vraiment d'importance, tant que j'étais en vie, au même titre que les gosses sur lesquels il avait tant veillé. C'était la raison pour laquelle il avait progressivement accéléré le pas au risque de perdre l'homme qui le suivait, l'écoutant que d'une oreille quasi sourde.

- ...Tom, c'est encore loin?

S'il l'avait posée plus tôt, Tom n'aurait pas répondu à la question. Mais comme nous étions bientôt arrivés (il ne restait plus qu'à entrer dans un des bâtiments ayant un jour été un immeuble et de monter un étage), il lui répondit en m'asseyant contre un mur :

- On y est presque. Faut réveiller Yasu...

Le professeur lui demanda d'y aller doucement, mais comme il n'avait pas l'intention de me faire du mal de toute façon, mon ami commença à me donner des claques à intervalles réguliers en prononçant mon prénom. Doucement, je repris connaissance. Quand il s'en rendit compte, le garçon commença à me parler avec précipitation :

- Allez, Yasu! Du nerf, mec. On est arrivé. Il faut profiter que La Brute et sa clique ne nous ai pas repérés!

Quand j'eus émergé suffisamment, je m'humectai les lèvres et je lui répondis :

- Ok... Ok... Aides-moi...

Autant dire que me relever fut une épreuve tout comme le fait de monter les escaliers. Heureusement le but que je m'étais fixé me donnait de la force. Assez pour que je me retrouve debout quand nous fîmes face à mon ennemis juré. Ce dernier, bien que surpris, se repris bien vite et commença à nous menacer. Tom me laissa pour commander ses troupes sur ma demande silencieuse et je demandai à l'homme derrière moi :

- N'intervenez pas avant que tout danger soit écarté. S'il le faut, soignez ceux qui en ont besoin, mais n'intervenez pas dans mon combat.

Sur ce, je fis quelques pas sur le côtés, suivis par les yeux de La Brute avant que ce dernier ne se jette sur moi. Je réussis à l'éviter de justesse, mais pas assez : très proche de moi, il m'empoigna le cou et me souleva au point que mes pieds ne touchèrent plus le sol. Je n'écoutai pas ce qu'il me marmonnait, bien que j'en connaisse plus ou moins la teneur. Je préférai me concentrer sur la formation de trois boules lumineuses alors que mon ennemis commençai à me taper dans l'abdomen, rouvrant certaines blessures et endommageant un peu plus mes côtes.

Pendant ce temps-là, les gamins, 30 gosses souffrant de malnutrition et d'une mauvaise hygiène, rassemblaient leurs forces pour faire face aux deux acolytes qui voulaient mettre fin à cette émeute. Manque de chance, celui qu'ils pensaient être leur commandant était à la tête de celle-ci et tous étaient armés de cailloux, de petites planches assez solides pour en faire une arme et autres projectiles. Les deux garçons furent très rapidement maîtrisés et ligotés avant que les mômes ne les surveillent, regardant mon combat du coin de l'oeil.

Rouges, bleues et vertes, mes boules de lumière allèrent se poster discrètement derrière lui avant de le frapper violemment dans le dos, le plaquant avec force sur moi. Nul ne fut impressionné par mon petit tour, sauf peut-être quelques nouveaux venus que je ne connaissais pas et qui n'avaient jamais entendus parler de moi. Ceux-là les regardèrent voler avec des yeux écarquillés et/ou en les montrant du doigt tout en murmurant aux plus anciens qui leur expliquèrent ce qu'ils savaient, c'est-à-dire autant que Tom. La Brute et moi nous effondrâmes tous deux sur le sol alors que Tom se rua sur moi pour m'aider. Une fois encore, j'avais perdu connaissance. Heureusement, La Brute pu être mis hors d'état de nuire tout comme ses deux acolytes.

- Yasu. Yasu. Allez mon pote, tiens bon... Restes avec moi! me supplia mon ami en me donnant des petites tapes sur la joue alors que les gosses tentaient de surveiller au mieux les prisonniers.

Les enfants regardèrent la scène avec un mélange de peur, d'appréhension et de joie parce qu'ils étaient enfin libres mais qu'ils ne voulaient pas que leur sauveur reste à jamais inconscient. Même les acolytes montrèrent des signes de tristesse et de regret quant à la situation. Quel dommage que je ne puisse pas voir ce spectacle, moi qui avait tant rêvé que ce moment arrive...

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: Meurtre, désespoir et fin d'une histoire [Pv Archie MacAlister - Deuxième essaie - FIN]

Message par Invité le Sam 09 Juil 2016, 21:36

Fort heureusement pour le professeur essoufflé, Tom lui avait répondu en déposant Yasu et s'asseyant sur le bord d'un mur.

- On y est presque. Faut réveiller Yasu...

Il lui donna quelques claques sur le visage pour le secouer. Archie lui disait d'y aller en douceur quand même, mais il fallait quand même réveiller Yasushi. Pendant un moment, il avait peur que le jeune homme reste dans les vapes, mais il devait avoir assez d'adrénaline pour surmonter sa douleur.

- Allez, Yasu! Du nerf, mec. On est arrivé. Il faut profiter que La Brute et sa clique ne nous ai pas repérés!

- Ok... Ok... Aides-moi...

Tom avait aidé Yasushi a se relever et c'est avec un sentiment d'impuissance qu'Archie suivit les deux adolescents dans le repaire de la Brute. N'y avait-il dont rien qu'il pouvait faire? Yasushi lui avait dit qu'il n'y aurait pas de combat, mais c'était inévitable.

- N'intervenez pas avant que tout danger soit écarté. S'il le faut, soignez ceux qui en ont besoin, mais n'intervenez pas dans mon combat.

Archie serra les dents et resta à contre-cœur à l'écart. Heureusement, la trentaine d'enfants s'était rebellée et mit rapidement hors d'état de nuire les deux acolytes de la Brute. Ce type méritait bien son nom. Il avait l'air de la Brute épaisse typique des cours d'école, mais en plus violent et avec le look de celui qui a passé sa vie dans la rue. Ce dernier avait envoyé des menaces à Yasushi, mais Archie n'avait pas prêté attention aux paroles envoyées. Il était trop concentré sur l'altercation et observa avec horreur lorsqu'il empoigna le jeune homme par le cou en le frappant. À ce moment là, l'adolescent utilisa son pouvoir, envoyant des boules de lumière dans le dos de son adversaire. La Brute fut renversée vers l'avant, contre Yasushi. Tom intervint heureusement à ce moment là pour attacher la Brute et le mettre hors d'état de nuire comme ses deux acolytes.

Par contre, Yasushi était inconscient. La tension était omniprésente. Allait-il survivre? Qu'allait-il advenir de ces gamins?
Non, il devait se calmer. Archie sortit son cellulaire et appela directement la police pour qu'ils ramasse le trio attaché, priant pour que ce meurtrier ait la prison à vie. Mais pour le moment, il ne jeta pas même un regard à ce monstre, il s'approcha du garçon inconscient.

- Yasu. Yasu. Allez mon pote, tiens bon... Restes avec moi!

- Tom! Recule!, lui ordonna Archie d'un ton plus autoritaire qu'il l'aurait cru possible.

- Si tu veux te rendre utile, va me chercher de l'eau en bouteille ou des pansements... Ou ce que vous avez d'utile ici! Ces enfants ont besoin de manger, de boire et de soin. Les blessés ici, je veux que vous vous assoyez dans ce coin là, j'irai vous voir promis, entre temps appuyez fermement sur vos plaies pour couper le saignement. Entre temps, laissez moi faire mon travail.

Bon, il n'était techniquement plus médecin, mais en ce moment c'était un détail.

Il vida son sac de sport et en sortit la trousse de premier soin et la couverture. Il installa la couverture sur le sol pour avoir au moins un espace de travail propre et se servit du sac vide pour en faire un oreiller de fortune. Il installa le garçon inconscient et retira son t-shirt gris, probablement bon pour la poubelle dans son état actuel. Le garçon était dangereusement fiévreux et plusieurs de ses plaies étaient rouvertes. Roulant ses manches Archie prit des gazes de sa trousse et pressa fortement pour arrêter l’hémorragie. Même inconscient le garçon devait ressentir la douleur, ses traits se crispaient.

''Ça va aller Yasushi... Ça va aller''

Sincèrement, il manquait de matériel. Ses blessures étaient rouvertes et certaines contenaient encore des sécrétions jaunâtres. Avant de tenter de refermer les plaies, il devait d'abord retirer le pus. Ce qu'il fit, priant pour qu'il ait assez de bandages pour tous le monde. À ce rythme, il allait devoir convertir son véhicule en ambulance...

''Bon là ça ne va pas faire du bien, mais je dois le faire pour refermer ta plaie''

Il sortit de sa trousse une aiguille ainsi que du fil médical. Il allait devoir lui faire les points de suture sur place. Il commença par la plaie qui lui paraissait la plus profonde. Encore là Yasushi avait les traits crispés, mais il ne réagissait pas plus. Soit il prenait très bien la douleur pour ne pas inquiéter les autres, soit il n'était même pas en état de crier. Les autres semblaient réaliser que c'était une manœuvre délicate et on sentait presque que la pièce elle-même retenait son souffle pendant tout le long de la ''couture'' des blessures.

La dernière plaie refermée, Archie soupira. Yasushi avait perdu beaucoup de sang, il était brûlant, mais son état était stabilisé au moins. Il appliqua de la pommade antibiotique pour désinfecter le reste de ses blessures. En fouillant un peu plus dans sa trousse, Archie trouva des pilules anti-douleur. Il les écrasa un peu et souleva la tête de Yasushi pour qu'il en prenne avec un peu d'eau.

''C'est de l'ibuprofène. Au moins ça va calmer un peu la douleur''

Archie ne savait vraiment pas si Yasushi était en état de l'entendre, mais il ne pouvait qu'espérer.

Il remarqua à ce moment qu'il y avait du sang sur le cou de Yasushi. En regardant ses mains il compris pourquoi. Il avait les mains rouge et humide des blessures précédentes.

''...Tom, tu as trouvé de l'eau j'espère?''

Il s'imaginait mal traiter les autres avec les mains comme ça...


Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: Meurtre, désespoir et fin d'une histoire [Pv Archie MacAlister - Deuxième essaie - FIN]

Message par Invité le Sam 09 Juil 2016, 23:13

ft.
Archie MacAlister
Meurtre, désespoir et fin d'une histoire
Deuxième essai à cause de manque de réponse sur le premier
Ce qui se passa entre le moment où je m’évanouis et celui où je repris conscience, tout était flou. Je ne me souvenais plus de rien. Mais on me raconta tout ce qu'il s'était passé dans les moindres détails.

Le professeur, suite à l'anarchie passée, réagit rapidement, appelant les autorités avant d'accourir vers moi :

- Tom! Recule!

Devant ce ton autoritaire, Tom ne put qu'obéir, démunie. Il ne savait plus quoi faire, me voyant faible et peut-être même mourant. D'après lui, sans moi la vie dans la rue n'avait pas d'intérêt puisque personne n'avait les valeurs que je tentais d'inculquer à tous. Il m'avait même avouer qu'il ne savait pas s'il était capable de les suivre si jamais son maître en la matière n'était plus là pour l'y aider. Du coup, lorsque Archie lui donna des directives pour l'aider, il ne se fit pas prier : il mobilisa les enfants qui n'étaient pas blessés et envoya les autres faire ce qui leur avait été demandé, les priant au passage de veiller les uns pour les autres, avant d'organiser sa petite troupe composée d'une vingtaines de petits :

- Allez dans la réserve et rapportez l'eau et toute la nourriture saine que vous trouverez. Si d'autres choses vous semblent utiles, prenez-les. Pensez à vos amis et à ce que vous aimeriez faire pour eux.

- Et toi? hasarda un petit garçon haut comme trois pommes.

- J'vais aller voir une personne de confiance pour aider la personne qui s'occupe de Yasushi. Vous êtes sages et faites ce que je vous ai demandé, c'est ok?

- OK!! répondirent-ils en coeur avant de se séparer dans tout le bâtiment, suivit par Tom qui courut jusqu'à l'auberge.

Pendant ce temps, l'enseignant avait préparé un coin de soins à l'aide d'une vieille couverture sur laquelle il m'avait installé, utilisant son sac vide comme oreiller. Par la suite, il avait ôté mon tee-shirt qui se trouvait dans un triste état et il s'appliqua à soigner mes blessures. Brulant de fièvre, je luttais contre l'infection de mes blessures et la douleur provoquée par les soins. De tout cela, je ne me souvenais de rien.

Quand il eut fini, des enfants étaient revenus avec de l'eau, des vivres et autres matériels alors que La Brute leur hurlait que ça lui appartenait et qu'ils n'avaient pas le droit d'y toucher sans quoi il les tuerait. Ils avaient même commencé à mettre des pansements sur les plus petites blessures et à donner de l'eau et de la nourriture aux autres sans écouter leur ancien tortionnaire. Alors, quand Archie demanda à Tom s'il avait trouvé de l'eau, c'est le petit gars haut comme trois pommes qui lui en apporta en lui annonçant :

- Il est partit chercher de l'aide, mais t'nez. On a même trouvé des pansements et quelques rouleaux blancs comme celles que vous avez.

Il souriait, fier de lui, en versant de l'eau sur les mains du professeur. Puis, quand il fut congédié, il retourna aider ses compères. C'est à ce moment-là que la police arriva avec à leur tête l'inspecteur qui m'avait trouvé :

- Il se passe quoi ici? demanda-t-il en regardant tout autour de lui.

Il avait bien vu que j'étais allongé et dans un triste état, mais ce qui l'impressionnait le plus était tous ces mômes rassemblés ici. Il ne s'attendait pas à ce qu'il y ait autant de personnes, et aussi jeunes, qui pouvaient vivre là. Il était tout bonnement perdu compte tenu de ce qu'il savait et ce qui était en train de se jouer sous ses yeux. Il se demandait même en quoi des gamins, à ses yeux, pouvaient être coupable de meurtre alors que, dans la vie qu'ils semblaient mener, se serrer les coudes semblaient être une meilleure option.

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: Meurtre, désespoir et fin d'une histoire [Pv Archie MacAlister - Deuxième essaie - FIN]

Message par Invité le Dim 10 Juil 2016, 07:57

Pendant qu'il avait traité Yasushi, l'ancien docteur avait bloqué de son esprit tout ce qui se passait à l'extérieur. C'est lorsqu'il avait vu ses mains écarlates du sang de l'élève qu'il revint à la réalité. L'état de Yasushi était stable, Archie savait qu'il allait s'en sortir et il laissa échapper un soupir de soulagement avec un sourire satisfait. Cependant, ce n'était pas le moment de se reposer sur ses lauriers, les autres enfants avaient besoin d'aide. D'ailleurs, il ne voyait pas Tom... Où était-il? Un petit garçon, qui ne devait pas avoir plus de sept ans, l'approcha avec une bouteille d'eau.

- Il est partit chercher de l'aide, mais t'nez. On a même trouvé des pansements et quelques rouleaux blancs comme celles que vous avez.

Archie, toujours à genoux, lui offrit un sourire empli de fierté.

- Bravo petit, tu as fait du très bon boulot. Tu peux être fier de toi, l'encouragea le professeur.

Il accepta avec gratitude l'eau que le garçon lui apportait pour qu'il se lave les mains. Il regarda en suite les autres enfants, qui s'affairaient à distribuer la nourriture et l'eau entre eux, ignorant les menaces horribles que proférait la Brute sur le sol. Ce dernier, ligoté comme un jambon et son visage boursouflé et rouge de rage, n'inspirait plus la moindre peur... Juste de l'agacement.

''Vous faites très bien ça tout le monde. Je vais m'assurer que Yasushi le sache, quand il se réveillera. Il sera tellement fier de vous'', ajouta le professeur avec un grand sourire à ces enfants.

Il ramassa les bandages et les médicaments qu'il lui restait et reprit la parole.

''Je veux tous les blessés ici, je vais vous traiter ça'', dit-il, se préparant à recevoir des nouveaux ''patients''. Ils étaient maigres à faire peur et physiquement mal en point, mais ils étaient tous ranimés par la même flamme d'espoir. Ça se voyait dans leur yeux, ils étaient prêts à commencer à vivre.

La police arriva sur les lieux sur l'entre-fait. À leur tête, Archie reconnu l'homme qui était dans la chambre d'hôpital de Yasushi.

- Il se passe quoi ici? demanda-t-il en regardant tout autour de lui.

- Monsieur l'inspecteur... Vous avez là les trois hommes ligotés responsables de cette maltraitance d'enfants et coupables de meurtre.

Il baissa les yeux vers Yasushi, priant pour qu'il puisse entendre au moins ce qu'il allait dire.

- Yasushi n'était pas le coupable que vous cherchiez... Au contraire, c'est lui le vrai héros de ces enfants, lança-t-il.

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: Meurtre, désespoir et fin d'une histoire [Pv Archie MacAlister - Deuxième essaie - FIN]

Message par Invité le Dim 10 Juil 2016, 13:49

ft.
Archie MacAlister
Meurtre, désespoir et fin d'une histoire
Deuxième essai à cause de manque de réponse sur le premier
Alors que les yeux de l'inspecteur se baladaient sur toute la pièce, le professeur lui répondit sans un calme olympien :

- Monsieur l'inspecteur... Vous avez là les trois hommes ligotés responsables de cette maltraitance d'enfants et coupables de meurtre. Yasushi n'était pas le coupable que vous cherchiez... Au contraire, c'est lui le vrai héros de ces enfants.

Fort soupçonneux, l'homme lui fit face et, en s'approchant de quelques pas, il lui demanda d'une voix dédaigneuse :

- Je ne demande qu'à vous croire, malheureusement le fait est que Yasushi aurait pu me faire confiance. Qu'avez-vous de plus que moi, pour qu'il vous fasse confiance?

Tous les enfants retinrent leur souffle. Coupables de vols divers et variés dans ces quartiers, ils avaient peurs de se faire attraper par la police. Je le savais mieux que quiconque, mais je n'étais encore conscient quand la scène se produisit. Heureusement, Tom revint, accompagné de Berth et c'est la vieille aubergiste qui répondit :

- Monsieur, pardonnez donc Yasushi pour sa méfiance, mais ayant vécu dans les mêmes conditions que les enfants que vous voyez là il a eut peur que la police ne vienne mettre plus de malheur sur le dos de ces gosses.

L'inspecteur parut outré par ces paroles, mais il ne répondit rien à cela, préférant regarder Tom aller vers moi avant de s'adresser aux deux adultes :

- Je voudrais l'interroger quand il sera possible de le faire. En attendant, je vais emmener ces trois-là au poste. J'imagine qu'il est des personnes prêtes à témoigner?

Après avoir eu sa réponse, il appela deux de ses collègues et emmena La Brute et ses acolytes qui demandaient pitié et criaient vengeance lorsqu'ils seraient libres. On les entendit jusqu'à ce qu'ils soient enfermés dans les voitures de police qui repartirent quelques minutes plus tard pour le plus grand soulagement des gosses. Ces derniers commencèrent à discuter entre eux. Ce qui en ressortit, surtout, était leur inquiétude vis à vis de leur futur et leur espoir que Tom, voire moi, nous leur viendrions en aide. Pendant ce temps-là, Berth se dirigea vers Archie et lui demanda :

- Que puis-je faire pour vous aider? Et... comment va mon grand garnement?

Quand elle eut ses réponses, elle s'affaira comme si elle servait ses clients à l'auberge. Tom aussi donna un coup de main, s'évertuant à rassurer le groupe de mômes. Leurs blessures étaient légères et les questions concernaient surtout l'endroit où ils vivraient et qui s'occuperaient d'eux. Tous comptaient sur Tom principalement, pensant que je n'en étais plus capable. Ce dernier n'était pas de cet avis mais n'osait pas le leur dire, de peur de se fourvoyer.

Quelques heures étaient passées quand je repris connaissance. JE me sentais mal et un certain malaise me tenait. Anxieux et la tête encore dans la bataille, je tentai de me relever. Ce fut la douleur qui m'arrêta à peine eus-je levé la tête et les épaules, me faisant grimacer et gémir. Tom, qui s'était assis près de moi, m'obligea à me recoucher en m'expliquant :

- Eh! Calmes-toi mon pote. La Brute n'est plus là, il ne fera plus de mal à personne. Berth est là et aides ton gars à soigner les mômes. Il a même soigné tes blessures. Si tu te voyais, tu fais peur à voir...

- Comment ça il est plus là? lui demandai-je en murmurant. Racontes-moi tout.

- Euh... Ben, je... commença-t-il sans savoir comment me dire que la police était venue ici. Je vais chercher le doc'! esquiva-t-il sans que je parvienne à le retenir.

Suite à cela, je ne pus qu'attendre l'arrivée de l'enseignant. Je me sentais vraiment mal. Je détestai me retrouver ainsi, mais cela avait apparemment valu le coup puisque les p'tits étaient enfin plus en sécurité qu'avant ça. J'avais pourtant encore un mauvais pressentiment. Pour rester calme et m'obliger à rester couché, je mis mon bras droit sur mes yeux. J'étais chaud, pourtant il me semblait avoir froid. Et, malgré mon état, je voulais me lever, partir d'ici et réfléchir à ce que je voulais faire maintenant que j'avais rempli mon objectif.

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: Meurtre, désespoir et fin d'une histoire [Pv Archie MacAlister - Deuxième essaie - FIN]

Message par Invité le Lun 11 Juil 2016, 00:51

L'officier de police s'avança de quelques pas vers lui, lançant d'une voix dédaigneuse:

- Je ne demande qu'à vous croire, malheureusement le fait est que Yasushi aurait pu me faire confiance. Qu'avez-vous de plus que moi, pour qu'il vous fasse confiance?

Archie haussa un sourcil. Ce qu'il avait de plus que lui? Vraiment? Il aurait bien voulu lui répliquer que ce n'était pas un concours de popularité et qu'il n'était pas présent par ''confiance''. Et puis... Après avoir vu tous ces enfants vivre une telle horreur sous le règne de la Brute, n'ayant que Yasushi sur qui compter, Archie questionnait vraiment la fiabilité de la police. N'auraient-ils pas pu faire quelque chose? Il n'eut pas le temps d'énoncer le fond de sa pensée à voix haute que Tom revint, accompagné de Berth qui semblait avoir entendu ce que le policier venait de dire.

- Monsieur, pardonnez donc Yasushi pour sa méfiance, mais ayant vécu dans les mêmes conditions que les enfants que vous voyez là il a eut peur que la police ne vienne mettre plus de malheur sur le dos de ces gosses.

Bien évidemment, cette réplique n'enchantait pas l'inspecteur, loin de là. Toutefois, il eut le choix judicieux de ne rien dire là-dessus, mais posa les yeux sur l'adolescent inconscient.

- Je voudrais l'interroger quand il sera possible de le faire. En attendant, je vais emmener ces trois-là au poste. J'imagine qu'il est des personnes prêtes à témoigner?

- Peut-on leur donner le temps de souffler un peu et de se remettre de leur blessures? Yasushi va en avoir besoin et ces gamins ont encore besoin de soin et qu'on s'occupe un peu d'eux, vous comprenez n'est-ce pas?

L'inspecteur appela ses deux collègues et fort heureusement, ils emmenèrent la Brute et ses deux acolytes. L'ancien chef de bande continuait de proférer des menaces tout en criant pour la pitié... C'était une vision pathétique. Archie fut soulagé de ne plus l'entendre après un moment. Il ne pouvait qu'imaginer la libération que devait ressentir les autres enfants.

- Que puis-je faire pour vous aider? Et... comment va mon grand garnement?

- Il va s'en sortir. Il a pris le traitement comme un vrai champion, mais il va avoir besoin de repos. Plus de batailles, plus de faux mouvements pour ré-ouvrir ses blessures. Repos. Sinon, ces gamins vont avoir besoin surtout de manger et avoir un endroit où dormir autre que… cet endroit.

Berth le regarda avec un triste sourire.

- Je peux héberger les volontaires, mais ce n'est pas tout le monde qui est prêt à quitter la rue. L'inconnu peut faire peur, mais ils ne seront pas livrés à eux-mêmes, répondit-elle.

Archie acquiesca et demanda à Tom de transporter Yasushi, avec délicatesse, jusqu'à l'auberge. Une dizaine de gamins les suivirent. Ceux qui restaient avaient la promesse que Tom allait revenir pour eux avec des nouvelles de Yasushi.

Le voyage de retour se passa beaucoup mieux que celui pour se rendre. Archie était bien reconnaissant de regagner l'auberge et de pouvoir manger et relaxer un peu pour ce soir là. Il repensait encore aux gamins laissés en arrière, mais au moins, ils n'avaient plus la Brute sur le dos. Ceux qui avaient été ramenés eurent le luxe de prendre leur douche pour la première fois depuis des semaines sans doutes et purent avoir une place où dormir à l’abri de la pluie.

''Prévoyez-vous rester ce soir, monsieur?'', demanda Berth.

''Non, je ne voudrais pas abuser de l'hospitalité, mais je vais attendre que Yasushi se réveille pour lui dire au revoir avant de partir pour la nuit'', répondit le professeur avant d'ajouter qu'il préférait qu'on l'appelle Archie.

Il n'était toujours pas friand des formalités, ça l'embarrassait un peu.

Archie se retourna vers les escaliers lorsqu'il vit Tom arriver.

''Yasu veut vous voir.'' , l'informa-t-il.

Le professeur acquiesça, ayant vu la situation venir. Yasushi avait passé plusieurs heures dans les vapes et voudrait sûrement qu'on le mette à jour sur la situation. Il monta les escaliers et cogna à la porte pour s'annoncer avant de rentrer.

''Bonsoir Yasushi, comment te sens-tu? Je comprends que tu dois avoir plein de questions, mais j'y répondrai sois-en assuré.''

Il s'installa sur une chaise près du lit de l'adolescent. Il avait pris des couleurs, mais il n'était pas encore bien rétabli. Il restait qu'il avait perdu beaucoup de sang et une alimentation riche en fer et protéines lui serait bien utile.

''Je te fais un petit résumé pour commencer. La Brute et ses larbins ont été emmenés par la police, les enfants ne craignent plus rien et ça c'est grâce à toi Yasushi.'' lui dit-il, le regardant dans les yeux avant de reprendre la parole.


''Une bonne dizaine nous ont suivis pour dormir ici. Les autres… ne sont pas encore prêts à faire le pas, selon Berth. Je suis sûr que ça viendras avec le temps par contre. L'important en ce moment c'est de te remettre sur pied et planifier la suite''.

Il était hors de question de laisser Yasushi sans plan d'avenir ou projets. Archie espérait que le jeune homme serait plus ouvert à en parler.

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: Meurtre, désespoir et fin d'une histoire [Pv Archie MacAlister - Deuxième essaie - FIN]

Message par Invité le Lun 11 Juil 2016, 01:38

ft.
Archie MacAlister
Meurtre, désespoir et fin d'une histoire
Deuxième essai à cause de manque de réponse sur le premier
Après quelques minutes seul, je me décidai à regarder où je me trouvai. Nous étions loin de l'ambiance sonore et olfactive étaient totalement différentes que celles dans laquelle j'avais perdu connaissance. Pourtant, celle-là m'était tout autant familière. Lorsque j'ôtai mon bras de façon à ce que je puisse voir, tout en me laissant la liberté de le remettre rapidement, mes doutes se confirmèrent : je me trouvais à l'auberge de Berth, allongé dans une des chambres à l'étage. Bien plus de questions vinrent me hanter jusqu'à ce qu'on toque à ma porte avant d'entrer :

''Bonsoir Yasushi, comment te sens-tu? Je comprends que tu dois avoir plein de questions, mais j'y répondrai sois-en assuré.''

C'était le professeur. Je lui répondis que j'avais connu des jours meilleurs sans m'attarder sur mon état. Après tout, j'avais connu bien pire que cela. Mais s'attarder sur mes maux physiques ne résoudraient rien concernant les inquiétudes qui me rongeaient malgré moi. J'écoutai donc le résumé que m'offrit l'enseignant après s'être assis sur une chaise près de moi :

''Je te fais un petit résumé pour commencer. La Brute et ses larbins ont été emmenés par la police, les enfants ne craignent plus rien et ça c'est grâce à toi Yasushi. Une bonne dizaine nous ont suivis pour dormir ici. Les autres… ne sont pas encore prêts à faire le pas, selon Berth. Je suis sûr que ça viendras avec le temps par contre. L'important en ce moment c'est de te remettre sur pied et planifier la suite''.

Ces mots me firent froncer les sourcils. J'étais en colère contre moi-même et triste. Je passai même le fait qu'il ait amené la police jusqu'à ces enfants qui pourraient perdre leur liberté à cause d'elle. Mes pensées étaient tournées vers tout autre chose. Je cachai à nouveau mes yeux à l'aide de mon bras resté sur mon front et je me mis à repenser à chacun de mes gamins morts par ma faute. Ce ne fus qu'après quelques minutes que je répondis enfin :

- J'aurais dû le faire plus tôt. J'aurais dû le faire avant qu'il ne s'en prenne à... qu'il les...

Des larmes roulèrent sur mes joues alors que les mots refusaient de franchir mes lèvres que je mordis fortement avant de reprendre une aussi grande respiration que mes côtes me le permirent et continuer :

- Même si j'aide ceux qui restent, pourquoi n'ai-je pas profité des occasions qui s'offraient à moi pour leur offrir à eux aussi? Pourquoi ne l'ai-je pas vendu plus tôt?!

J'avais peur, je devais bien l'avouer. Mais, plus encore, je ne me faisais plus confiance concernant la garde d'enfants. Je voulais que mon idée serve pour ces gosses qui restaient, mais je ne me sentais pas capable de le faire moi-même, de diriger ces opérations. Je ne voyais pas comment le faire alors qu'auparavant j'étais prêt à gravir des montagnes pour ça...

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: Meurtre, désespoir et fin d'une histoire [Pv Archie MacAlister - Deuxième essaie - FIN]

Message par Invité le Lun 11 Juil 2016, 02:34

Il était évident à voir l'état du jeune homme qu'il allait avoir besoin de temps pour se remettre. Pas seulement physiquement, mais psychologiquement. Yasushi avait vu la mort de près... De beaucoup trop près. Ça changeait une vie à jamais et ça laissait des cicatrices. Archie le savait, mais il sentait encore son cœur lourd en voyant Yasushi froncer les sourcils. Il s'en voulait encore et semblait se détester lui-même pour ce qui était arrivé à sa bande. Le professeur se mordit la lèvre inférieure, écoutant l'étudiant se vider le cœur.

- J'aurais dû le faire plus tôt. J'aurais dû le faire avant qu'il ne s'en prenne à... qu'il les...

Le jeune homme était toujours en proie à ses démons, à cette sombre culpabilité qui le rongeait de l'intérieur comme si elle voulait le plonger au fond d'un gouffre. Ce n'était pas juste... Ce n'était pas de sa faute. Levant les yeux au ciel, Archie offrit une prière silencieuse pour les victimes de la Brute.

''Les enfants... Aidez-moi un peu où que vous soyez. Votre...grand frère a besoin de vous, de votre force plus que jamais!'', pensa-t-il.

Auraient-ils voulu que Yasushi se laisse mourir et chute dans le tourment éternel pour eux? Ce n'était pas lui leur meurtrier. Le responsable allait être derrière les barreaux grâce à lui. Les larmes du jeune homme coulaient à présent librement. Pour la première fois, il semblait vulnérable, comme le jeune garçon qu'il était. Son masque d'adulte endurci craquait et exposait ses propres vulnérabilités.

- Même si j'aide ceux qui restent, pourquoi n'ai-je pas profité des occasions qui s'offraient à moi pour leur offrir à eux aussi? Pourquoi ne l'ai-je pas vendu plus tôt?!

- Yasushi, stop, lui dit fermement Archie tout en restant doux dans ses paroles.

- Tu as quitté la rue pour aller à l'académie, sous les recommandations de Tom et Berth. Ces deux-là voulaient ton bien, tout comme ta bande j'en suis persuadé. Tu as travaillé dur pour leur offrir une vie meilleure et ils le savaient tous. La Brute... Ce monstre... Est le vrai responsable de leur malheur. Tu n'y es absolument pour rien. Yasushi... Ce qui est fait est fait, c'est vraiment regrettable, mais tu dois continuer d'avancer. Ces enfants que j'ai vu aujourd'hui, cette trentaine d'enfants, tu les as sauvés. Tu aurais dû les voir... C'était magnifique de les voir s'organiser pour ramasser les vivres, l'eau et les pansements. Aujourd'hui, ils ont souris, ils avaient les yeux pleins d'espoir et de désir de vivre.

Ton groupe aurait été fier de les voir aussi... Et fiers de ce que tu as accomplis. Yasushi, pour les gens qui t'aiment, tu dois arrêter de te torturer. Sinon... Tu continueras de vivre sous l'emprise de la Brute et tu manqueras encore plus d'occasion d'aider ceux qui restent''

Archie marqua une pause. Il prit fermement le bras du garçon, mais toujours avec douceur pour ne pas le blesser, et le força à le regarder en face.

''Je crois en toi. Tom, Berth, ces enfants... Ils croient tous en toi. Si tu abandonnes maintenant et sombre dans cette torture, tu ne rendrais pas service à ceux que tu as perdus. Tu ne crois pas?''

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: Meurtre, désespoir et fin d'une histoire [Pv Archie MacAlister - Deuxième essaie - FIN]

Message par Invité le Lun 11 Juil 2016, 03:08

ft.
Archie MacAlister
Meurtre, désespoir et fin d'une histoire
Deuxième essai à cause de manque de réponse sur le premier
- Yasushi, stop.

Il avait parlé d'une façon que je ne lui connaissais pas. Du moins, qu'il n'avait pas utilisé depuis qu'il était venu me chercher à l'hôpital. Je devais bien reconnaître qu'il pouvait avoir une bonne autorité. Tant et si bien que, malgré mon brouillard, je ne me rebiffai pas comme je l'aurai fait en temps normal. De toute façon, aurais-je eu le dernier mot? C'est ainsi que je l'écoutai me parler, attentif à chacune de ses paroles :

- Tu as quitté la rue pour aller à l'académie, sous les recommandations de Tom et Berth. Ces deux-là voulaient ton bien, tout comme ta bande j'en suis persuadé. Tu as travaillé dur pour leur offrir une vie meilleure et ils le savaient tous. La Brute... Ce monstre... Est le vrai responsable de leur malheur. Tu n'y es absolument pour rien. Yasushi... Ce qui est fait est fait, c'est vraiment regrettable, mais tu dois continuer d'avancer. Ces enfants que j'ai vu aujourd'hui, cette trentaine d'enfants, tu les as sauvés. Tu aurais dû les voir... C'était magnifique de les voir s'organiser pour ramasser les vivres, l'eau et les pansements. Aujourd'hui, ils ont souris, ils avaient les yeux pleins d'espoir et de désir de vivre.

Ton groupe aurait été fier de les voir aussi... Et fiers de ce que tu as accomplis. Yasushi, pour les gens qui t'aiment, tu dois arrêter de te torturer. Sinon... Tu continueras de vivre sous l'emprise de la Brute et tu manqueras encore plus d'occasion d'aider ceux qui restent


Je ne lui répondis pas, me remémorant chaque scène qu'il évoquait. Je n'oubliai pas ceux que j'avais passés avec eux au lieu d'aller en cours avant de prendre conscience qu'étudier pouvait apporter du bon. Et que voulais-je devenir pour ce projet bâti pour eux? Policier, le même métier que les personnes en qui je me méfiais. Et pourtant...
Je sentis la main du professeur empoigner avec autant de fermeté que de douceur mon bras pour pouvoir le retirer de mon visage. Ensuite, c'est ses prunelles dans les miennes qu'il conclu :

''Je crois en toi. Tom, Berth, ces enfants... Ils croient tous en toi. Si tu abandonnes maintenant et sombre dans cette torture, tu ne rendrais pas service à ceux que tu as perdus. Tu ne crois pas?''

- Qu'ais-je donc de si spécial? lui demandai-je alors en reprenant un air sévère démenti par les larmes qui mouillaient mon visage. Je n'ai rien d'un héro. Cette... "libération", je ne l'ai pas faite seule! Sans le concours de ceux qui y ont participé, jamais je n'y serais arrivé. Et encore moins dans cet état!

Sur ce, je détournai la tête. Il y avait du vrai dans ce qu'il disait et j'avais des sentiments très contradictoires concernant mes propos. Ils étaient vrais, mais ils me rappelaient que je n'avais voulu l'aide de personne pour tous les protéger et que, au final, cela avait détruit des vies. Comment étais-je sensé me pardonner après ça? Comment pouvait-on continuer à me faire confiance après ce que j'avais fait? Et pourtant, si j'étais encore là c'était qu'ils avaient foi. Et ils souriaient... comme eux autrefois....

- Si jamais... je parviens à reprendre espoir en ce que je voulais faire, repris-je plus calmement toujours sans le regarder, comment puis-je espérer parvenir à mes fins avant qu'il y ait d'autres victimes? Berth ne pourra pas héberges ces gosses éternellement et moi je ne serais pas toujours là pour les protéger en attendant que je mette ça sur pied...

J'avais mal. Plus jamais je ne serais accueillis de la même façon par ces gosses qui me faisaient sourire dès que je les voyais. Plus jamais je n'aurais la même relation de confidence. Certes, je pourrais encore voir des enfants grandir, mais seraient-ils aussi proches de moi que l'avaient été ceux que j'avais eu à mes côtés ces dernières années? J'avais peur de ne plus jamais vivre ça et cela me faisait ressentir un tel sentiment de solitude que j'en sentais mon coeur se déchirer plus encore.

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: Meurtre, désespoir et fin d'une histoire [Pv Archie MacAlister - Deuxième essaie - FIN]

Message par Invité le Lun 11 Juil 2016, 03:27

Yasushi avait cessé de lutter. Son cœur était sans doute mitigé et en proie aux doutes, mais il n'était plus aveuglé par la colère et la vengeance. Il écoutait attentivement ce qu'il lui disait et semblait réfléchir et se remémorer les personnes qu'il avait perdu. C'était des gens irremplaçables pour lui, mais la vie devait continuer. Archie espérait sincèrement qu'il allait le réaliser par lui-même. Yasushi était quelqu'un de fort, avec ses peines et ses fragilités comme n'importe quel être humain, mais il était fort. Il avait survécu à l'enfer déjà, mais il l'avait survécu seul. Même avec son groupe, Yasushi avait agi en loup solitaire sans doute pour les protéger, mais il ne pouvait pas porter le poids de ce monde sur ses épaules. N'importe qui finirait à terre, complètement fichu.

- Qu'ais-je donc de si spécial?, lui demanda-t-il, son regard perçant, mais toujours en larme avant de continuer.

- Je n'ai rien d'un héro. Cette... "libération", je ne l'ai pas faite seule! Sans le concours de ceux qui y ont participé, jamais je n'y serais arrivé. Et encore moins dans cet état!

- Tu as survécu toutes ces années. Tu as été le gardien de ces enfants et tu es celui qui les as rassemblés. Tu parles, et les gens t'écoutent. Ton erreur a été d'avoir pris le fardeau du monde entier sur toi. Tu as mis le doigt dessus, c'est en coopérant et en vous faisant confiance les uns et les autres que vous parviendrez à faire de grandes choses!

Yasushi avait détourné le regard, toujours en intense réflexion. Il devait prendre le temps de penser à lui-même et de se pardonner surtout. Il méritais une seconde chance et Archie était persuadé que le jeune homme apprendrais de ses erreurs.

- Si jamais... je parviens à reprendre espoir en ce que je voulais faire, repris-il plus calmement toujours sans le regarder, comment puis-je espérer parvenir à mes fins avant qu'il y ait d'autres victimes? Berth ne pourra pas héberges ces gosses éternellement et moi je ne serais pas toujours là pour les protéger en attendant que je mette ça sur pied...

- Pour ça tu auras besoin d'aide et de soutien, ça c'est certain. As-tu pensé à ouvrir une maison pour ces jeunes? Un endroit à eux, où ils pourraient avoir un toit, un repas à tout les jours et une dignité comme tous les êtres humains? Berth ne pourra effectivement pas garder tous ces enfants ici, mais je suis sûre qu'elle t'apportera un soutien, ainsi que Tom et les autres jeunes plus vieux. Si c'est les fonds qui te manquent, je suis prêt à m'investir dans ton projet. Tout ce que je veux en échange c'est que tu te reprenne en main, que tu continue d'étudier, que tu te trouve un but, un travail dans cette société. Ce serait le meilleur des paiements. Tu deviendrais un exemple pour ces enfants, tu pourrais recruter d'autres personnes dans la rue et partager un témoignage de ce que tu as vécu et les aider à t'en sortir. Les possibilités sont infinies! Mais il faut que ça vienne de toi. Ce sera ton projet, nous, on va juste te soutenir et t'aider à ce que le tout prenne vie. Qu'en pense-tu?''








Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: Meurtre, désespoir et fin d'une histoire [Pv Archie MacAlister - Deuxième essaie - FIN]

Message par Invité le Lun 11 Juil 2016, 06:06

ft.
Archie MacAlister
Meurtre, désespoir et fin d'une histoire
Deuxième essai à cause de manque de réponse sur le premier
Apparemment, le professeur n'eut pas à réfléchir bien longtemps à la question puisqu'il me répondit pratiquement tout de suite :

- Pour ça tu auras besoin d'aide et de soutien, ça c'est certain. As-tu pensé à ouvrir une maison pour ces jeunes? Un endroit à eux, où ils pourraient avoir un toit, un repas à tout les jours et une dignité comme tous les êtres humains? Berth ne pourra effectivement pas garder tous ces enfants ici, mais je suis sûre qu'elle t'apportera un soutien, ainsi que Tom et les autres jeunes plus vieux.

- Cela fait des années que j'y pense... marmonnais-je avant qu'il ne reprenne de plus belle.

- Si c'est les fonds qui te manquent, je suis prêt à m'investir dans ton projet. Tout ce que je veux en échange c'est que tu te reprenne en main, que tu continue d'étudier, que tu te trouve un but, un travail dans cette société. Ce serait le meilleur des paiements. Tu deviendrais un exemple pour ces enfants, tu pourrais recruter d'autres personnes dans la rue et partager un témoignage de ce que tu as vécu et les aider à t'en sortir. Les possibilités sont infinies! Mais il faut que ça vienne de toi. Ce sera ton projet, nous, on va juste te soutenir et t'aider à ce que le tout prenne vie. Qu'en pense-tu?

Ce projet, bien entendu que je voulais le voir se mettre en place dans les règles de l'art. Mais comment? Oui, l'argent était une variable qui me manquait avant qu'il ne me le propose, mais il n'y avait pas que ça. Comment pouvais-je gérer tout cela sans être sur place? Bien entendu, Berth et Tom seraient plus que d'accord pour me donner un coup de main, mais je souhaitais tellement m'en occuper moi-même... En réalité, je ne savais pas vraiment sur qui m'appuyer pour m'ouvrir à coeur ouvert. Je savais ma petite amie et mon demi-frère indisponibles. Ors, ils étaient les seuls qui me restaient hormis Miko qui avait encore bien des soucis à gérer.
Désespéré, je tournai mon visage vers le plafond et y plaquai mes deux mains en signe de désespérance. Je n'arrivais pas à y voir clair dans tout ce que j'avais sous la main. Il me semblait avoir absolument tout perdu, que tout m'était filé entre les doigts. Je pouvais mettre mon projet au grand jour, mais je n'étais pas certain de pouvoir inculquer aux mômes autant qu'aux gosses que j'avais perdu à jamais.
Avec tous ces doutes, j'en oubliai de répondre à Archie. Ce n'est que lorsque celui-ci me rappela à l'ordre que je réussis à murmurer :

- J'sais pas... Là j'm'en sens pas capable... C'est c'que j'veux faire depuis toujours, mais je me sens trop seul... trop démuni... Je...

Je ne sus répondre autre chose. Je me contentait donc de croiser mes bras sur mes yeux comme pour me couper du monde en essayant de me rassurer mentalement, marmonnant intelligiblement par moment.

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: Meurtre, désespoir et fin d'une histoire [Pv Archie MacAlister - Deuxième essaie - FIN]

Message par Invité le Lun 11 Juil 2016, 06:23

Yasu avait encore la mine basse et incertaine. Il lui marmonnait qu'il y pensait depuis des années. Archie voulait secouer le garçon, l'encourager d'avantage, mais à le voir penché par en avant, l'adulte jugeait que ce n'était peut-être pas une bonne idée. L'élève avait l'air complètement vidé de son énergie et sa voix n'était pas plus élevée qu'un murmure quand il parlait. Après un temps, il leva les yeux au ciel, comme exaspéré. Pesait-il ses options? Ou ne les voyait-il pas du tout? C'était dur à dire, mais Archie avait l'impression d'avoir donné son quota de discours de motivation. Pas qu'il en avait assez, mais juste aujourd'hui, il ne se reconnaissait pas. Lui, le nouveau prof maladroit avec une attitude naïve et immature, se mettait à donner des leçons de vie. Où allait le monde?

À cette pensée, il afficha un faible sourire d'auto-dérision et regarda par la fenêtre. Le ciel était sombre et il commençait à se faire tard. On entendais des bribes de rires d'enfants dans les couloirs. Ces derniers devaient avoir joué ensemble un peu avant d'aller dormir. C'était une pensée apaisante pour bien terminé une journée si riche en adrénaline et émotions.

Il reporta son attention à Yasushi, lui répétant sa demande à savoir ce qu'il en pensait. Au moins pour avoir une idée de où ils s'en allaient.

- J'sais pas... Là j'm'en sens pas capable... C'est c'que j'veux faire depuis toujours, mais je me sens trop seul... trop démuni... Je...

Instinctivement, Archie posa sa main potelée sur l'épaule de Yasushi.

- Hey... T'en fait pas... T'es plus seul dans cette aventure maintenant, lui assura-t-il avant de retirer sa main et de se lever.

- Pour ce soir, Yasu, tu te repose. Là ce n'est pas le prof qui parle, mais le médecin. Tu es en convalescence, pas de mouvements brusques. Tu manges tes légumes et ta viande. Tu vas avoir besoin de toutes tes forces après aujourd'hui. Pour l'instant, regagner ta santé c'est ce qui compte. Pour le reste... Promet moi juste de m'en reparler un de ces jours. Je retourne à l'académie pour cette nuit, s'il y a quoi que ce soit, envoie moi quelqu'un, d'accord?

C'est là-dessus qu'Archie fit ses au revoirs à Yasushi et la bande de l'auberge avant de reprendre la route vers l'académie.


Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: Meurtre, désespoir et fin d'une histoire [Pv Archie MacAlister - Deuxième essaie - FIN]

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum