Histoire entre prof et élève [Pv Mr. Blackflower]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Histoire entre prof et élève [Pv Mr. Blackflower]

Message par Yasushi le 30/6/2016, 01:32

Mr. Blackflower & YasushiJe parle en #660000
Histoire entre prof et élève

Une confrontation avec un nouvel élève. Voilà ce que j'avais fait pour me retrouver avec un professeur, des livres dans les bras. Je ne sais pour quelle raison, le clown qui se disait enseignant voulait les amener à la bibliothèque. Mais je ne voulais pas lui poser de question. Je les avais pris de ma propre initiative pour l'aider. Il y en avais vraiment trop pour lui tout seul, et comme il m'avait aidé à retrouver mon calme, je lui devais au moins cela. Je n'avais pas cependant pas apprécié le fait qu'il m'ébouriffe les cheveux comme à un vulgaire enfant. Non mais il se prenait pour qui? Même mon frère ne pouvait pas me le faire. Je ne lui avais pourtant rien dit, me contentant de faire la moue. Puis, après avoir remis son chapeau énorme droit, il me fit un enseignement

« Tes problèmes personnels ne doivent en rien affecter l’académie. Les histoires extérieures se règlent à l’extérieur. Ici, personne ne viendra t’attaquer en groupe, alors tu n’auras pas besoin de ce couteau ici, donc il n’a plus à refaire surface. Cependant, si tu as des problèmes extérieurs, je ne peux évidemment pas te laisser ainsi. Que dirais-tu qu’on aille dire un bonjour aux types qui s’en prennent à toi dans les rues ? »

Ne voulant pas dire des choses incohérente tant mes pensées s'entremêlaient, je méditai ces paroles. J'étais d'accord concernant le couteau et je décidai de m'en débarrasser dès que possible. Quant au fait d'aller voir mon ennemi, je n'étais pas trop pour. Cela pourrait avoir des conséquences que je n'osais même pas imaginer les conséquences que cela aurait! C'est ce que je tentai de lui expliquer :

- Je me débarrasserais de l'arme. Mais je ne veux pas qu'on aille en confrontation avec ceux qui me cherchent des noises. Il y a beaucoup trop d'enjeux! Et je ne veux mettre personne dans la même galère que moi.

Sur ces mots, nous arrivâmes à la bibliothèque. Je n'avais pas l'habitude de venir ici à cause de mes "lacunes" qui m'empêchaient de lire un livre. Il était vrai que ça allait mieux grâce à Tyron, mais pas assez à mon goût pour me permettre de me mettre à ce qu'ils semblaient proposer ou même fréquenter cet endroit. Puis, pour moi, la sécurité des gosses passait avant toute chose.



Je parle en #660000
avatar
Yasushi

Fiche perso'
Infos:
Où me trouver:
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Histoire entre prof et élève [Pv Mr. Blackflower]

Message par Invité le 3/7/2016, 15:30


   
Histoire entre prof et élève

   
Le professeur écoute les problèmes


   
Tout commença ce matin par une tasse de thé, car la journée du gentleman anglais commence ainsi. Je suis ensuite venu à l’école à moto, sans casque, il faisait froid quand même aujourd’hui. Après, je devais rapporter des livres à la bibliothèque. Sauf qu’une bagarre a éclaté, je l’ai arrêtée et l’un des deux combattants était avec moi pour m’aider à rapporter les livres. Quel bon garçon ce jeune homme au couteau, car en effet lors de son altercation il avait un couteau… et a planté l’un des livres que je devais rendre. Bon, je me suis servi d’un des livres comme bouclier pour parer le coup de couteau qu’il voulait mettre. J’aurai dû mettre ma main et me laisser planter, j’aurai eu moins de problèmes. Enfin, bon, on verra comment je m’en sortirai une fois à la bibliothèque. Nous continuions de marcher et étions passés de l’aile Nord à l’aile Est de l’académie.

En quittant le hall d’entrée de l’académie, je lui avais fait une petite leçon de morale et lui avait proposé mon aide afin de l’aider. Il s’était en effet retrouvé dans une situation que je ne pouvais pas ignorer. Par la suite, il daigna répondre à ma proposition.


«  Je me débarrasserais de l'arme. Mais je ne veux pas qu'on aille en confrontation avec ceux qui me cherchent des noises. Il y a beaucoup trop d'enjeux! Et je ne veux mettre personne dans la même galère que moi.  »  

Bon, il avait déjà accepté de ne plus avoir son arme, premier point pour moi. Cependant, il était encore régissant au fait d’accepter mon aide. Bon, je n’ai pas réussi à marquer de point sur cette action, mais le match n’est pas fini. Je me demande quels peuvent bien être les enjeux dont il parle, mais j’espère ne pas tarder à le découvrir. D’une part, ses paroles sont raisonnables car… Ah, on vient d’entrer dans la bibliothèque. Je me dirigeai dans le rayon où j’avais emprunté les livres pour commencer à les ranger. J’arrivais ensuite au livre qui avait été troué par le couteau. Bon… J’en fais quoi de celui-ci? Je ne peux pas le ranger… Je commençai à me ronger l’index droit et me grattai la tape avec l’ongle de l’index gauche pour me mettre ensuite à réfléchir. Tout à coup, je pris le livre en question et le rangeai sous mon chapeau pour me retourner vers Monsieur au couteau. On verra après pour ce livre. Je lui tendis ma main afin qu’il me passe les livres qu’il avait en sa possession et lui expliqua mon point de vue vis-à-vis de sa réponse.

«  Les problèmes que semble rencontrer sont dangereux au point que ta vie puisse être en danger. Sachant cela, tu comprendras aisément qu’il m’est impossible de te laisser ainsi. Mon travail ici, comme celui des autres professeurs, est de faire de vous des adultes. Et afin d’être un adulte, il serait peut-être intéressant de rester en vie, tu ne crois pas ? Ne pas vouloir impliquer les autres dans ses problèmes est tout à ton honneur, mais il n’y a aucune honte d’obtenir de l’aide. »  

En effet, le monde de la rue est cruel et ne pardonne pas, je le sais que trop bien, les cicatrices qui parsèment mon corps seront là pour me le rappeler jusqu’à la fin de mes jours. A l’époque aussi, j’ai toujours voulu impliquer le moins de monde dans mes histoires. Avec de l’aide, bien des soucis auraient pu m’être évités et Lewis serait peut-être encore en vie. Maintenant, je suis professeur et je ne laisserai en aucun cas, un de mes élèves  face au danger, c’est une promesse que je me suis faite et que je tiendrai. Les paroles de monsieur au couteau sont certes raisonnables, mais paradoxalement inconscientes. C’est pour cela que je signalai que je ne laisserai pas tomber.




   

   
...

   

   

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: Histoire entre prof et élève [Pv Mr. Blackflower]

Message par Yasushi le 4/7/2016, 00:31

Mr. Blackflower & YasushiJe parle en #660000
Histoire entre prof et élève

Je suivis le professeur qui semblait exatement où aller. Il était vraiment bizarre. Je disais ça, pourtant je m'y connaissais et je n'avais jamais rencontré quelqu'un comme lui. S'en était presque flippant. Mais le pire ce fut quand il dut ranger le bouquin qu'il avait utilisé pour sauver l'autre type. Il sembla réfléchir intensément comme un gamin (ça aussi je m'y connaissais) avant de prendre l'ouvrage et le mettre sous son chapeau. Choqué, je le regardai comme s'il était en réalité un extraterrestre avant de me reprendre et arborer une nouvelle fois un air dur bien qu'impassible. Puis, tendant une main pour que je lui passe un livre que j'avais en main, il me répondit enfin :

« Les problèmes que semble rencontrer sont dangereux au point que ta vie puisse être en danger. Sachant cela, tu comprendras aisément qu’il m’est impossible de te laisser ainsi. Mon travail ici, comme celui des autres professeurs, est de faire de vous des adultes. Et afin d’être un adulte, il serait peut-être intéressant de rester en vie, tu ne crois pas ? Ne pas vouloir impliquer les autres dans ses problèmes est tout à ton honneur, mais il n’y a aucune honte d’obtenir de l’aide. »

Je fis un gros effort pour ne pas m'énerver, me répétant qu'il disait ça pour ma sécurité et parce qu'il ne connaissait pas toute la situation. Je pris le temps de reprendre mon calme, faisant semblant de réfléchir, histoire de ne pas hurler à tout va. Je ne voulais pas que tout le monde entende ce que j'allais dire. Non pas que j'eus une réputation à tenir, mais il était des choses qu'il valait mieux dire à un groupe restreint de personnes. Je n'étais même pas certain de pouvoir lui faire confiance à ce clown. Je lui demandai donc gravement :

- Que diriez-vous s'il fallait prendre en compte la vie d'une bonne dizaine d'orphelins, voire plus, et que leur vie tenait au fait que je risque ma vie ou non? Ma vie vaut-elle la leur réunie?

Mon air était grave, voire menaçant. J'étais prêt à lâcher ses bouquins et partir si ça réponse ne me plaisait pas. Certes, je n'étais certainement pas meilleur juge de ce que pensait ce clown, mais ces gosses étaient ce qui me maintenait en vie depuis plusieurs années et j'étais leur salue. Pouvais-je seulement penser à les abandonner dans ces conditions? Pour moi, la réponse était sans équivoque.



Je parle en #660000
avatar
Yasushi

Fiche perso'
Infos:
Où me trouver:
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Histoire entre prof et élève [Pv Mr. Blackflower]

Message par Invité le 6/7/2016, 00:06


   
Histoire entre prof et élève

   
Le professeur écoute les problèmes (2)


   
Pendant que j’effectuais mon rangement, j’avais partagé à monsieur au couteau mon point de vue sur le fait de s’enrôler dans des situations dangereuses. Je voulais qu’il comprenne que la vie n’est pas un jeu où on a plusieurs vies. Jusqu’à preuve de contraire on en a tous qu’une seule et dans le monde de la rue ce n’est certainement pas la chose à laquelle on pense en premier. Euh… J’attends que tu me passes un livre sinon. Hum ? En regardant monsieur au couteau, bon il faudrait que je change de surnom, il a plus son couteau après tout. Enfin, bientôt il n’aura plus son couteau j’espère. Mais vu que je n’ai pas d’idée de nouveau surnom, on ne va pas changer tout de suite. Bref, tout ça pour dire qu’il avait l’air quelque peu ailleurs, cela avait duré l’espace d’un instant, mais ce n’est comme s’il n’était plus avec moi, il avait surement du penser à quelque chose. Soudain il refit preuve d’attention à mon égard et me fixa d’un air sérieux pour m’évoquer ce qui pourrait être un début de la situation dans laquelle il était réellement.

« Que diriez-vous s'il fallait prendre en compte la vie d'une bonne dizaine d'orphelins, voire plus, et que leur vie tenait au fait que je risque ma vie ou non? Ma vie vaut-elle la leur réunie? »  

Je restai figé, grimaçant quelque peu le temps d’assimiler ce qu’il venait d’annoncer. Qu’est-ce qu’il me raconte ? C’est quoi cette histoire d’orphelins ? Essayons de commencer le puzzle. Les orphelins dont il parle seraient en vie parce que monsieur au couteau risque sa vie. Par syllogisme, s’il ne risque pas sa vie, les orphelins ne seront plus en vie. Donc, il est en effet dans l’intérêt de ces orphelins que monsieur au couteau risque sa vie. Après il faut savoir comment il risque sa vie et surtout comment il en est arrivé là. Je crois qu’il a du comprendre le fait que je ne puisse pas le laisser comme le fait que je veuille l’extirper de ce monde vicieux, lui assurant sa propre survie, en abandonnant les enfants dont il est garant. Il est évident que des les conditions dont il semble être, je ne peux pas lui faire abandonner les orphelins dont il est en charge. La seule chose que je lui ai dite, c’est que j’irai l’aider et rien à changé, orphelins ou non et je comptai bien le lui faire comprendre.

« En effet, ta vie ne vaut pas plus que celle des orphelins dont tu parles, mais cela ne veut pas dire que ta vie vaut moins. Comparer la valeur de plusieurs vies est absurde, chaque vie vaut autant l’une que l’autre. Ne te met pas en tête que tu doives risquer ta vie parce que tu penses qu’elle vaut moins que celles dont tu assures la protection. Justement, ces orphelins, l’une des choses qui leur importent le plus doit être que tu restes en vie. En te forçant à faire cavalier seul, tu portes à toi seul le poids de la mort qui pèse sur toi et ces orphelins, plus le temps passera et plus ce poids se fera lourd. A deux, tu auras moins d’efforts à faire pour porter ce poids et il sera plus facile de t’en débarrasser avant que celui-ci ne t’écrases.  »  

J’étais prêt à partager avec lui le danger qui le guette voire même de l’en débarrasser. ’’En donnant ta chair, coupe l’os de ton ennemi’’ ce proverbe traduit en tout et pour tout le sens du mot sacrifice. C’est parce qu’il se donne corps et âme dans sa tâche qu’il pense pouvoir s’en sortir. Mais en continuant comme ça, il sera le premier à succomber. Dans la rue, ce n’est malheureusement pas le plus valeureux qui gagne. Il avait annoncé plus tôt qu’il gardait son couteau par crainte de se faire attaquer par un groupe de personnes. Rien qu’en partant de là, il se retrouve face au problème du nombre. Son but est noble, mais ceux qui jouent les héros sont très vite rattrapés par la réalité. Il me restait maintenant une chose fondamentale à éclaircir.

« Avant d’aller plus loin, tu pourrais m’expliquer comment un adolescent a pu se retrouver dans une telle situation ? »




   

   
...

   

   

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: Histoire entre prof et élève [Pv Mr. Blackflower]

Message par Yasushi le 6/7/2016, 13:17

Mr. Blackflower & YasushiJe parle en #660000
Histoire entre prof et élève

Silencieux, je le regardai méditer ce que je venais de lui dire. J'étais curieux de savoir ce qu'il en pensait. Mais, en même temps, j'en avais peur. Qu'est-ce qui me disait qu'il n'allait pas abandonner mes mômes à leur triste sort? C'est donc avec appréhension que je l'écoutai quand il prit la parole :

« En effet, ta vie ne vaut pas plus que celle des orphelins dont tu parles, mais cela ne veut pas dire que ta vie vaut moins. Comparer la valeur de plusieurs vies est absurde, chaque vie vaut autant l’une que l’autre. Ne te met pas en tête que tu doives risquer ta vie parce que tu penses qu’elle vaut moins que celles dont tu assures la protection. Justement, ces orphelins, l’une des choses qui leur importent le plus doit être que tu restes en vie. En te forçant à faire cavalier seul, tu portes à toi seul le poids de la mort qui pèse sur toi et ces orphelins, plus le temps passera et plus ce poids se fera lourd. A deux, tu auras moins d’efforts à faire pour porter ce poids et il sera plus facile de t’en débarrasser avant que celui-ci ne t’écrases. »

Bon, il comprenait mon point de vue, c'était déjà ça de gagné. Quant à moi, je me voyais rassuré du fait qu'il ne voulait pas m'ôter ma raison de vivre. Je compris même, sans vraiment y adhérer, qu'il voulait m'aider à venir à bout de la menace qui pensait sur pesait sur mes épaules. Qu'arriverait-il si je venais à intégrer une tierce personne à mes problème? Rien que le fait d'entrer dans une école avait empiré ma situation...

« Avant d’aller plus loin, tu pourrais m’expliquer comment un adolescent a pu se retrouver dans une telle situation ? »

Quelque peu interloqué, je me mis à regarder autour de nous pour regarder si je pouvais parler librement. Il était hors de question que tout le monde soit au courant de ma situation. De toute façon, qu'est-ce que ça pouvait bien leur faire? Pourtant, je n'étais pas à l'aise. Manquerait qu'une personne au grand coeur aille au suicide pour tenter de m'aider... Finalement, voyant que personne ne nous écoutait, je soupirai et commençai à lui faire un résumé de ma vie et comment j'en étais arrivé là :

- Certaines circonstances ont fait que j'ai fugué de chez moi à l'âge de 4/5 ans. Je suis donc allé vivre dans la rue, mais les règles imposées par les plus anciens fugueurs ou orphelins sont durs. Nous étions plus de la moitié du groupe à mourir de faim. J'en faisais partie et j'avais un ennemi : La Brute. J'connais pas son vrai nom et j'm'en fou. Quand j'ai découvert mon pouvoir, j'ai fui le groupe et j'ai commencé à former le mien sur des bases plus justes qui survit sans voler. Ça n'a pas plu à mon ennemi qui a commencé à brutaliser mes mômes. Le pire a commencé quand j'ai commencé à venir à l'Académie. Venir ici nous a quasi condamnés à mort...

Bizarrement, j'étais totalement calme en racontant mon histoire. Peut-être m'y étais-je habitué? Non, ce qui me mettait en colère était de vivre cette menace au quotidien sans pouvoir m'y soustraire. Une véritable épée de Damoclès que je me trainais sans pouvoir la détruire. Peut-être que j'avais besoin d'aide, mais comment pouvais-je l'accepter sans mettre en danger une autre personne innocente?



Je parle en #660000
avatar
Yasushi

Fiche perso'
Infos:
Où me trouver:
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Histoire entre prof et élève [Pv Mr. Blackflower]

Message par Invité le 26/7/2016, 02:12


   
Histoire entre prof et élève

   
Le professeur écoute les problèmes (3)


   

Suivant la situation qui se présentait à moi, je me devais pour le moment être simple spectateur afin de comprendre les ressorts de cette étrange affaire. Il ne m’était pas inenvisageable de me retrouver un jour face à un élève qui ait des problèmes liés à la rue. Mais me retrouver à un élève en danger de mort dont la survie dépend affecterait la vie d’autres personnes et des enfants qui plus est, je dois avouer être quelque peut surpris. Une chose était claire, une chose restait essentielle. Quel que soit le problème, je m’étais promis d’aider les élèves. Mais avant de pouvoir aider qui que ce soit, il fallait bien que je sache l’exactitude de la situation. Je lui avais donc demandé de tout m’expliquer en détail. L’enfant de la rue regarda aux alentours, histoire de voir si quelqu’un était susceptible d’entendre son récit. Lorsqu’il s’aperçut que les oreilles trainantes étaient absentes, il daigna enfin à parler.


«  Certaines circonstances ont fait que j'ai fugué de chez moi à l'âge de 4/5 ans. Je suis donc allé vivre dans la rue, mais les règles imposées par les plus anciens fugueurs ou orphelins sont durs. Nous étions plus de la moitié du groupe à mourir de faim. J'en faisais partie et j'avais un ennemi : La Brute. J'connais pas son vrai nom et j'm'en fou. Quand j'ai découvert mon pouvoir, j'ai fui le groupe et j'ai commencé à former le mien sur des bases plus justes qui survit sans voler. Ça n'a pas plu à mon ennemi qui a commencé à brutaliser mes mômes. Le pire a commencé quand j'ai commencé à venir à l'Académie. Venir ici nous a quasi condamnés à mort...  »

J’avais eu l’impression d’entendre le récit d’un film. Les enfants qui fuguent le font durant leur crise d’adolescence, mais à quatre ans… Il a donc totalement été éduqué par la rue ? Et d’autres enfants sont dans le même cas ? Je n’étais pas au courant qu’un tel mal sévissait dans ce pays. Je ne veux pas me faire le sauveur de ce monde, mais je pense que je vais avoir du pain sur la planche. Mais un point étrange avait été soulevé et qui ne me semblait pas négligeable. Son entrée à l’académie aurait envenimé les choses. Pour commencer il faudra que je coupe la poire en deux et séparer les événements de la rue, de l’académie. Ces deux milieux n’ont pas à entrer en collision. Je savais ce que je voulais savoir maintenant. Je croisai les doigts et souris de toutes mes dents pour ensuite m’intercaler dans son récit.

« Quoiqu’il ait pu se passer à la suite de ton entrée à l’Académie, ne considère pas cela comme une mauvaise chose. Au contraire, je pense même que le fait que tu sois ici te permette de découvrir les clés qui t’aideront à détacher les chaines qui t’entravent depuis si longtemps. Ici c’est ta maison. Ce qu’il reste à faire c’est de sortir, les orphelins de la rue et leur trouver une maison. Le fait qu’ils puissent avoir un chez eux est quand même une idée qui te plaît non ? La situation n’est pas si compliquée en fin de compte. Tu es décidé à aider ces enfants et pour ma part je suis décidé à t’aider. Il pourra se dresser Brute, monstre ou même Dieu, si nous sommes sûr de ce que nous voulons, nous y arriverons. Allez, arrête de faire cette tête triste. Tu devrais essayer de sourire, regarde fait comme mouaaa. Ca doit pas être génial pour ces enfants de voir leur protecteur tirer une tête pareil tout le temps. ♥  »

J’avais joué la carte du joyeux idiot, mais j’avais tout de même tenu à lui transmettre un discours sérieux. Ce qui allait arriver ne risquait pas d’être de toute simplicité ni de toute beauté, aussi je voulais qu’il arrête de se morfondre, se détende et relâche la pression. Comme on dit ‘’un esprit sain dans un corps sain’’. Il n’arrivera pas à grand-chose s’il n’est pas détendu. Il suffisait de voir sa bagarre avec Monsieur allumette tout à l’heure pour voir qu’il est capable de partir au quart de tour et une telle attitude pourrait bien être problématique pour protéger ses proches. Mais je suis confiant, même s’il a l’attitude de l’enfant froid, je pense qu’il peut sourire et canaliser ses émotions… Enfin, ce n’est pas obligatoire, mais c’est toujours beau de voir un enfant sourire. C’est cette attitude-là qu’ils devraient arborer au quotidien, il pourra être rabougri une fois vieux. .



   

   
...

   

   

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: Histoire entre prof et élève [Pv Mr. Blackflower]

Message par Yasushi le 27/7/2016, 01:28

Mr. Blackflower & YasushiJe parle en #660000
Histoire entre prof et élève

Face à mes révélations, j'eus l'impression que le clown réfléchissait. Ce devait être normal puisque ce genre de situation n'a pas l'air commun pour les personnes qui ne l'ont pas vécue. Bien entendu, j’avais un peu de difficultés à m’en rendre compte, mais je pris mon mal en patience pour éviter de nouveaux problèmes. Je fus cependant déçu de voir sa réaction : il venait tout bonnement d’entrecroiser ses doigts en souriant d’un air goguenard. Se fichait-il donc de moi ?! J’allais exploser quand il prit la parole, me coupant dans mon élan :

« Quoiqu’il ait pu se passer à la suite de ton entrée à l’Académie, ne considère pas cela comme une mauvaise chose. Au contraire, je pense même que le fait que tu sois ici te permette de découvrir les clés qui t’aideront à détacher les chaines qui t’entravent depuis si longtemps. Ici c’est ta maison. Ce qu’il reste à faire c’est de sortir, les orphelins de la rue et leur trouver une maison. Le fait qu’ils puissent avoir un chez eux est quand même une idée qui te plaît non ? La situation n’est pas si compliquée en fin de compte. Tu es décidé à aider ces enfants et pour ma part je suis décidé à t’aider. Il pourra se dresser Brute, monstre ou même Dieu, si nous sommes sûrs de ce que nous voulons, nous y arriverons. Allez, arrête de faire cette tête triste. Tu devrais essayer de sourire, regarde fait comme mouaaa. Ça doit pas être génial pour ces enfants de voir leur protecteur tirer une tête pareil tout le temps. ♥  »

Je savais que je ne devais pas considérer mon entrée à l’académie comme une mauvaise chose, puisque cela pouvait donner un meilleur avenir à mes gosses. C’était ce que m’avait patiemment expliqué Tyron lors de ma première discussion avec lui. Je détournai donc la tête en pensant fortement que les adultes devaient avoir toujours les mêmes mots en bouche, bien que ces derniers soient vrais. Pire encore, il me semblait que les professeurs fassent tout pour garder les élèves prêts à étudier. La suite de son discours me fit froncer les sourcils. Personne, à part moi, n’avait apparemment pensé à créer un refuge qui puisse accueillir n’importe qui. Pourquoi ? Qu’est-ce qui les en empêchait ?
Finalement, il finit par me faire sortir de mes gonds. Le regardant d’un regard noir, je lui répondis non sans véhémence et colère :

- Non mais vous croyez savoir quoi sur moi et ce que je fais avec ces gosses ?! Primo je ne deviendrais jamais un clown tel que vous ! Ensuite, ne croyez pas que je vais me mettre à sourire à tout bout de champs alors que je risque ma vie chaque maudit jour qui passe et qu’en plus je mets tout le monde en danger ! Vous m’avez vu, non ?! Cela ne vous a pas suffi pour comprendre que je ne suis pas digne de confiance ?!


Je me tus, comme pour me calmer. Mes poings étaient serrés et je paraissais prêt à attaquer à la moindre petite étincelle. Je faisais pourtant en sorte que cela n’arriva pas pour éviter un bain de sang dont je me passerais volontiers. Je pris donc une grande inspiration pour reprendre plus calmement, sans doute pour le plus grand bonheur de la bibliothécaire qui demandait du silence :

- Ces gosses sont ma raison et ma joie de vivre. Croyez-vous vraiment, en sachant ça, que je ne fais pas preuve de légèreté en leur présence ? Cela ne les empêche pas de comprendre la situation, ce qui fait qu’ils n’ont pas besoin que je leur dise que je suis en danger de mort pour le comprendre. Je voudrais qu’ils aient une vie plus légère à supporter. Je créerais donc de mes mains un lieu qui pourra tous les accueillir sans exception, sans condition ! Réfugiés et fugueur, comme les orphelins dont personne ne soupçonne l’existence.

Dans chacun de mes mots, je mettais de la gravité. Je trouvais qu’il était trop insouciant pour pouvoir m’aider. Prof, oui, mais certainement n’était-il pas capable d’autre chose. Et encore, je ne voulais pas voir ses cours qui devaient être assez barbant à cause de ses bêtises. Peut-être s’était-il trompé de branche d’études ? En tous les cas, je tournai les talons et fis mine de m’en aller, toujours énervé. « Tirer la tronche » ? Je souhaitais qu’il vive un centième de ma vie pour qu’il puisse comprendre ce que cela faisait de s’en prendre plein la tronche en tant qu’apprentie assassin pour ensuite vivre des tentatives d’assassinat tout en maintenant un groupe de jeunots en vie. Combien de temps tiendrait-il avec cela ?!



Je parle en #660000
avatar
Yasushi

Fiche perso'
Infos:
Où me trouver:
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Histoire entre prof et élève [Pv Mr. Blackflower]

Message par Invité le 7/8/2016, 02:33


   
Histoire entre prof et élève

   
Le clown et l'enfant


   
J’avais tenté de susciter le rire chez ce jeune homme car, pour le moment ce n’est pas trop ça. Le plus gros problème qu’il avait c’est le peu de sang-froid dont il faisait preuve. Dans la rue, quasiment tout fonctionne à la provocation. Vu le temps qu’il dit avoir passé dans la rue, c’est étonnant qu’il soit encore en vie, le pousser à bout à l’air vraiment simple. Je ne vais pas m’en plaindre non plus, mais cela risque de lui être fatal un moment ou un autre. Rire devrait l’aider à garder… Euh, il me fait quoi là ? Il avait le regard sévère, du moins plus qu’avant. D’un coup d’un seul, il éclata et se laissa aller et vociféra sans retenue.

«  Non mais vous croyez savoir quoi sur moi et ce que je fais avec ces gosses ?! Primo je ne deviendrais jamais un clown tel que vous ! Ensuite, ne croyez pas que je vais me mettre à sourire à tout bout de champs alors que je risque ma vie chaque maudit jour qui passe et qu’en plus je mets tout le monde en danger ! Vous m’avez vu, non ?! Cela ne vous a pas suffi pour comprendre que je ne suis pas digne de confiance ?! »  

Dans un dessin animé, je pense que mes cheveux auraient décollé. Mais, ce n’est pas ce dont à quoi je dois penser en ce moment même. A travers ses mots, je crois avoir été agressé et ce sur un point précis. L’autodérision que j’avais arboré. Bon, finalement il n’est pas très bon publique et n’a pas l’air d’aimer les clown vu que d’après lui ces artistes ont une valeur péjorative. Moi un clown ? Va savoir. Ils apportent le rire en se mettant dans des situation ridicules. Mais c’est parce qu’ils sont parfaitement conscient de ce qui les entourent, qu’ils savent que le rire est le remède de tout les maux. Il va falloir que j’ajoute un costume d’auguste de contre-pitre et de clown blanc à ma collection de déguisement. Aaahh je m’écarte encore !

Je dus revenir à la réalité lorsque la bibliothécaire demanda le silence. C’est vrai que le lieu était mal choisi pour crier. Et c’est aux derniers mots de sa prise de parole que je focalisais le plus mon attention. Il se disait ne pas être digne de confiance. Bah dites donc, d’un côté il montre une face méliorative en se disant être le sauveur des orphelins et d’un autre il dévoile un côté péjoratif en se présentant comme étant une personne à laquelle on ne peut pas se lier en rejetant les autres. Ce garçon doit réellement souffrir. Même montrer un sourire en ma présence semble être au-dessus de ses forces. Quel genre de clown je serai, si je laisse quelqu’un aussi triste ? Mais ai-je vraiment l’air d’un clown ? Je me grattai la joue avec l’extrémité de mon ongle, m’imaginant la carrière que je pourrai avoir dans un cirque. C’est vrai que dans un cirque, je pourrai aussi voir des enfants, mais je pense que je vais rester professeur pour le moment. Après avoir regagné son calme, il reprit la parole..
 

« Ces gosses sont ma raison et ma joie de vivre. Croyez-vous vraiment, en sachant ça, que je ne fais pas preuve de légèreté en leur présence ? Cela ne les empêche pas de comprendre la situation, ce qui fait qu’ils n’ont pas besoin que je leur dise que je suis en danger de mort pour le comprendre. Je voudrais qu’ils aient une vie plus légère à supporter. Je créerais donc de mes mains un lieu qui pourra tous les accueillir sans exception, sans condition ! Réfugiés et fugueur, comme les orphelins dont personne ne soupçonne l’existence. »  

Cette fois, c’était plus calmement, sans hurler, mais avec une certaine animosité qu’il m’avait déclaré ses mots. Si je l’écoute, il serait plus enjoué lorsqu’il est avec ses protégés. Tant mieux si c’est vrai, mais d’après tout ce que j’ai vu, il n’est même pas capable de faire un sourire à un clown. Vient ensuite le moment des déclarations, il m’avait enfin expliqué ce qu’il comptait faire une fois sorti de sa galère. C’est bon, j’ai « comment il est entré dans le problème », « le problème en lui-même » et « ce qu’il veut qu’il se passe une fois sorti du problème ». Il est peut-être impulsif et quelque peu chaotique, mais il reste tout de même un enfant structuré. Maintenant il était temps de sortir une phrase d’adulte aux touches philosophiques. Gardant toujours le sourire, je posai une main sur le sommet de la tête de mon interlocuteur et commençai ma leçon.

«  Pourquoi les clowns garderont toujours le sourire ? Car il ne coute rien, mais rapporte beaucoup; il enrichit celui qui le reçoit sans appauvrir celui qui le donne. Quitte à être ridicule, blâmé ou encore rejeté, le clown sourira encore pour enrichir ceux qui le recevront. Si pour toi je suis un clown, je l’accepte. Je souriais pour toi le temps qu’il faudra, car le meilleur moment pour courir c'est quand le moment n'est pas opportun. Regarde, tu dois avoir bien conscience que la mort nous sourit à chaque instant. Et quand tu te retrouves devant celle-ci, la réponse à lui apporter est ton propre sourire. Le sourire n’est pas l’apanage du plus idiot, bien au contraire, retiens-le. Les personnes que tu verras le plus souvent sourire ne seront pas forcément ceux qui ont la plus belle des vies. »

Et je vais m’arrêter là pour le moment. Je ne vais pas aller raconter mon passé à un enfant, surtout à un enfant auquel je dois remonter le moral. J’ai aussi eu mes problèmes face à la rue et la vie n’est pas un conte de fée, les 15 mètres de cicatrice qui parcourent mon corps me le rappelleront jusqu’à la fin de mes jours. J’y ai perdu des êtres cher et il m’était impossible de voir une autre personne perdurer dans l’univers que j’ai connu. Après chaque histoire est différente, mais si je peux lui éviter le plus de désagrément possible je le ferai. J’enlevai la main de la tête de cette jeune pousse afin de parler de certains détails. 

Bon… Tu as l’air de savoir ce que tu veux pour ces enfants, avoir des objectifs est important, alors pour ma part je te fais confiance. Mais malgré tout, tu restes également un enfant. Tu m’expliques comment tu comptes créer un endroit pour des fugueurs, orphelins et compagnie ? As-tu une moindre idée des moyens que cela demande ? Et dans combien de temps comptes-tu le faire ? »

A la fin je ricanai légèrement, évitant d’éclater de rire. Au final, les enfants sont tous les mêmes, ils ont des objectifs qui leur sont hors de portée, mais ils les ont quand même. Ils veulent toujours aller plus vite que la musique. Mais c’est pour ça que les adultes sont là au final, réaliser l’impossible pour les enfants. En effet, il m’est tout à fait possible de créer le lieu auquel il aspire, disons qu’avoir beaucoup d’argent ça aide et vu que je suis plus ou moins à la tête ma société je fais ce que je veux de cet argent. Mais par curiosité, je voulais savoir comment il s’y prendrait.
 



   

   
...

   

   

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: Histoire entre prof et élève [Pv Mr. Blackflower]

Message par Yasushi le 7/8/2016, 17:50

Mr. Blackflower & YasushiJe parle en #660000
Histoire entre prof et élève

Le clown, ayant semblé avoir réfléchis à mes mots et déclarations, posa une main sur ma tête ce qui me fit faire la moue. Ce n’était pas que je n’aimais pas ce geste, mais il me semblait ramener des souvenirs enfouis et douloureux que je tentai d’occulter pour écouter ce qu’il voulait me dire. Il commença par me parler des clowns et de leur rôle qui est apparemment de susciter le rire chez les autres. Je devais avouer que je n’avais que l’image négative par l’expression qu’on m’avait répétée : « Arrêtes de faire le clown ! », mais je devais avouer que je n’avais jamais vu un clown réellement, ni ce qu’il faisait. Il me fit alors la promesse de sourire pour moi le temps qu’il faudrait et ajouta que la mort aussi nous souriait. Je l’écoutais, sincèrement, mais je ne voyais pas comment sourire alors que j’avais failli tuer quelqu’un et que j’étais en danger de mort. Ma réalité m’était difficile à supporter. Mais je dus reconnaître qu’il avait raison sur un point, ce qui me fit sourire légèrement. Je connaissais une personne qui savait sourire et qui, pourtant, commençait à peine à vivre. Avec moi elle arrivait à être joyeuse, surtout quand on ne s’amusait pas à la faire chanter, et à me faire rire. Une autre personne y parvenait, mais son absence se faisait cruelle.

- Il faut croire que vous en savez quelque chose, fis-je en reprenant mon sérieux. Très bien, admettons que vous avez raison, je ne souris pas parce que je sais ce que vaut une vie et que je viens d’essayer d’en voler une, outre le fait que la mienne est en danger. Je sourirais plus quand je me serais totalement repris.

Je ne savais pas si ça lui conviendrait, mais il n’avait pas vraiment le choix puisque la joie était une chose que je ne connaissais pas quand j’avais honte. Puis, je pensais à la joie de mon assassin de père s’il venait à savoir que son fils était devenu un tueur. Cette vision me dégoûtait plus que tout au monde… à quelques détails près.
Le prof ôta sa main de ma tête et  repris :

« Bon… Tu as l’air de savoir ce que tu veux pour ces enfants, avoir des objectifs est important, alors pour ma part je te fais confiance. Mais malgré tout, tu restes également un enfant. Tu m’expliques comment tu comptes créer un endroit pour des fugueurs, orphelins et compagnie ? As-tu une moindre idée des moyens que cela demande ? Et dans combien de temps comptes-tu le faire ? »

Doucement je soupirai… encore une fois. Je savais que je n’avais aucun moyen et le temps était quelque chose que je n’avais pas malgré le fait que je devais le prendre. Je me devais de garder mon calme malgré l’énervement qui me reprenait. Il voulait m’aider et c’est tout ce qui devait m’importer. Pourtant, d’un autre côté, je ne voulais pas de son aide pour certaines choses. Ce projet était le mien et il était hors de question que quelqu’un le fasse à ma place !

- Avant toute chose, il faut que je termine mes études tout en protégeant mes gamins. Ce projet, je ne pourrais pas le mettre en place sans avoir des revenus ou des connaissances. J’imagine que c’est pas donné sinon quelqu’un aurait déjà eu cette putain d’idée… à moins que tout le monde s’en foute,
ajoutai-je en marmonnant.

J’hésitais encore sur le métier à choisir et je ne savais pas ce qu’il était possible à faire ou non, mais avec l’épée de Damoclès que j’avais l’impression d’avoir au-dessus de la tête je ne me permettais pas de faire des recherches approfondies, préférant nettement protéger ce qui était cher à mes yeux.



Je parle en #660000
avatar
Yasushi

Fiche perso'
Infos:
Où me trouver:
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Histoire entre prof et élève [Pv Mr. Blackflower]

Message par Invité le 12/8/2016, 03:58


   
Histoire entre prof et élève

   
Chaussure au clés


   
J’avais réussi à rendre ce jeune homme quelque peu plus coopératif. Je le sentais toujours sur la réserve, mais moins qu’avant. Il m’avait même dit que prochainement il sourirait. Dans ce cas, j’attendrai ce moment. Je lui avais ensuite demandé comment il comptait réaliser son objectif, vu qu’à l’état actuel, il ne le pouvait pas. Etonnamment, il me répondit de la manière la plus censée qu’il soit.

«Avant toute chose, il faut que je termine mes études tout en protégeant mes gamins. Ce projet, je ne pourrais pas le mettre en place sans avoir des revenus ou des connaissances. J’imagine que c’est pas donné sinon quelqu’un aurait déjà eu cette putain d’idée… à moins que tout le monde s’en foute »

Il avait réalisé qu’il était bien trop jeune pour le moment et que finir ses études était la chose principale. Quand je disais que c’était un bonhomme structuré au final, j’avais raison. ll ne restait qu’un détail avant que tout finisse bien. Un détail qui était en fait LE détail de toute cette histoire, le sortir de la rue. Parce que même s’il venait à en découdre avec les personnes qui lui causent des soucis, il serait encore dans la rue que je sache. Que faire ? Que faire ? Je me mis à me picorer le front recouvert par mes cheveux avec l’ongle de mon index gauche cherchant une idée. Au bout de quelques minutes, je stoppai d’un coup ce que je faisais, car une belle idée m’était venue.

Je me mis à fouiller les poches de mes habits, mais rien. Ma manche gauche, puis la droite, toujours rien. Ensuite, je passai mes mains dans mes cheveux en les trifouillant dans tous les sens mais rien. Je levai mon haut-de-forme, mais à l’intérieur de celui-ci il n’y avait que le livre troué que je devais rendre à la bibliothèque. Ne trouvant pas ce que je cherchais sous mon chapeau, je le remis sur ma tête en y laissant le livre. J’avais ensuite fini par m’assoir par terre pour enlever ma chaussure. Je la secouai et finalement je trouvai ce que je cherchai. De ma chaussure était sorti un trousseau de clés, j’avais oublié que je les avais rangés ici. Après avoir remis ma chaussure, je me relevais et détachai une clé du trousseau pour l’envoyer au jeune Yasushi.

« Attrape. C’est la clé de chez moi… enfin de l’une de mes maisons… enfin de celle où je vis quand je ne dors pas dans le grenier de l’Académie. Bref, c’est les clés de la où je passe du temps... parfois. Les majordomes qui y sont doivent s’ennuyer actuellement. Si toi et tes amis avez pas d’endroit où dormir, manger ou que vous voulez simplement rester tranquille le temps que tu réalises ton objectif tu peux dormir chez moi quand tu le souhaites. ♥ »

A vrai dire je dors peu souvent chez moi, alors autant que ma maison serve à quelque chose. Bon je ne pouvais pas les envoyer dans la maison principale, Maman et Papa me rabâcheront encore que je fais ce qui se passe par la tête. Et puis si le jeune Yasushi accepte, lui et ses amis seront bien, enfin ça sera plus sympa que de vivre dehors je pense. J’aurai juste à passer un appel et ce sera bon… Et que je demande un double à Willow.
 
 



   

   
...

   

   

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: Histoire entre prof et élève [Pv Mr. Blackflower]

Message par Yasushi le 14/8/2016, 17:14

Mr. Blackflower & YasushiJe parle en #660000
Histoire entre prof et élève

J’attendis qu’il me dise ce qu’il pensait de ma réponse. Je savais qu’il ne pouvait pas vraiment la réfuter puisque c’était un professeur qui me l’avait fait réaliser, mais allait-il ajouter ou modifier quelque chose ? Allait-il répondre à l’idée que tout le monde se fichait de la situation de ces gamins ? Aucune idée. Pour ainsi dire, je n’arrivais vraiment pas à comprendre ce qu’il se passait dans la tête de ce professeur à la gestuelle de clown. Je le regardai donc avec plus en plus d’impatience se taper le front pensivement avec un ongle. Ce que j’avais dit demandait-il autant de réflexion ?! Je ne comprenais pas et cela me donna envie de m’en aller… jusqu’à ce qu’il commence à fouiller partout sur lui. Que pouvait-il bien chercher avec tant d’acharnement ? Ma surprise, toujours de plus en plus grande, atteignit son paroxysme lorsque je le vis ôter une de ses chaussures et en sortir un trousseau de clés. Beaucoup de questions m’envahirent, comme celle qui concernant la gêne occasionnée par le trousseau alors qu’il marchait. De ce fait, je vis à peine qu’il détacha une clé en particulier et, lorsqu’il me la lança, je l’attrapai avec maladresse. Pendant que je la regardais, il m’expliqua :

« Attrape. C’est la clé de chez moi… enfin de l’une de mes maisons… enfin de celle où je vis quand je ne dors pas dans le grenier de l’Académie. Bref, c’est les clés de là où je passe du temps... parfois. Les majordomes qui y sont doivent s’ennuyer actuellement. Si toi et tes amis avez pas d’endroit où dormir, manger ou que vous voulez simplement rester tranquille le temps que tu réalises ton objectif tu peux dormir chez moi quand tu le souhaites. ♥ »

Avec des yeux ronds, je regardais le morceau de métal avant de fixer à nouveau le professeur. Il était le second à me confier une clé de sa maison pour me sortir de ma situation. Je ne pouvais pas refuser puisqu’il ouvrait aussi ses portes à mes gosses. Mais allais-je réussir à convaincre ces derniers à en profiter ? Ils utilisaient déjà si peu des services proposés par notre bienfaitrice…
Finalement, je serrai mon poing sur la clé avant de la poser sur ma poitrine. Puis, d’une voix emprunte de gratitude, je lui dis :

- Je vous remercie. Je ferais tout ce qui est en mon pouvoir pour qu’ils comprennent la chance que vous leur offrez.

Si seulement ils pouvaient accepter. Si seulement je pouvais leur confier cette clé et le convaincre de se mettre à l’abri de la Brute et m’alléger ainsi de la peur qui enserrait mon esprit. J’attendis donc de voir si le clown avait quelque chose à ajouter puis je partis rapidement pour aller annoncer la nouvelle à ma bande. Hors de question d’attendre plus longtemps pour leur donner cette chance ! Je voulais qu’ils vivent !



Je parle en #660000
avatar
Yasushi

Fiche perso'
Infos:
Où me trouver:
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Histoire entre prof et élève [Pv Mr. Blackflower]

Message par Invité le 29/8/2016, 21:26


   
Histoire entre prof et élève

   
Histoire entre prof et élève


   
J’avais retrouvé mes clés qui se trouvaient dans ma chaussure pour lancer celle qui ouvrait la porte de chez moi au jeune orphelin. Par réflexe il attrapa l’objet métallique qui volait en sa direction. Il le tint, ne le lâcha pas et me décerna un regard. Durant cet échange, qui dura l’espace d’un instant, je compris qu’il accepta mon offre. Fermement il serra le poing et l’apposa sur son coeur. De mon côté, j’arborai toujours un large sourire. Ensuite, il décida de me remercier.

« Je vous remercie. Je ferais tout ce qui est en mon pouvoir pour qu’ils comprennent la chance que vous leur offrez »  

Ah la suite de cela, je me mis à ricaner légèrement. J’étais content pour lui. Avoir un endroit où rentrer est toujours bon. J’avais quelques choses à lui dire, mais je ne le fis pas. Je voulais qu’il se porte bien et que tout aille pour le mieux. Mais les mots ne sortirent pas, je pense qu’il sait que je ne veuille que son bien, pas besoin de mots pour cette fois. Ah… Quoique, j’avais peut-être un truc à dire. Mince, il commençait déjà à s’éloigner. Je lui faisais un au revoir de la main et en montrant toutes mes dents, je lui déclarai une dernière chose.

« Au fait, la prochaine fois que tu plantes un livre avec un couteau, je te mettrai une heure de colle. »  

Il fallait bien que je fasse mon travail de professeur. Enfin bon, je ne pense pas qu’il vienne à user son couteau de nouveau contre un élève. Il quitta ensuite la bibliothèque à grande vitesse. Encore un élève sur qui je vais devoir garder un oeil un moment. Car après tout, il reste quand même en danger de mort. Je m’asseyais au sol afin de remettre ma bottine, puis sorti mon portable de ma manche droite. Je composais le numéro de téléphone de chez moi afin de prévenir de la situation.

« Allô allô allô? »
« Bonjour, Monsieur, comment vous portez-vous ? »
« Hello Edward, je vais bien comme toujours. J’appelle pour prévenir d’un truc. »
« Qu’est-ce donc ? »
« Des enfants vont peut-être venir vivre à la maison. » 
« Je ne vous demanderai pas ce qu’il se passe, mais pourriez-vous me dire de combien d’enfants s’agit-il ? »
« Aucune idée. »
« Il est vrai que nous avions une grande place pour héberger des personnes, mais si par malheur il manquait des place que devrions-nous faire ? »
« Mmmmhhh… Agrandir la maison. »
« D’accord Monsieur. »
« Merci Edward, tu es le meilleur. »
« Je ne suis que le majordome qui me doit de servir l’héritier des Blackflower ni plus, ni moins. Autre chose Monsieur ?»
« Demande à Willow de me faire un double des clés, vu que j’ai donné celle que j’ai. s’il te plait. »
« Bien Monsieur… »
« Un soucis ? »
« En tant que majordome je me dois de vous prévenir. Madame votre mère et Monsieur votre père ne risqueraient pas apprécier que vous hébergez, des enfants comme cela chez vous. Si cela venait à arriver à leurs oreilles que devrions nous faire ? »
« Leur dire que tout ceci est une histoire entre prof et élève. »




   

   
...

   

   

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: Histoire entre prof et élève [Pv Mr. Blackflower]

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum