Académie Tsuki
FORUM EN PAUSE

Bonjour à toi !
Le forum est en pause pour une durée indéterminée. Il n'y a donc plus de staff pour valider les fiches, faire tourner la boutique et faire des évènements, etc.
N'hésitez pas à revenir dans quelques jours prendre des nouvelles ! En attendant, vous êtes les bienvenus pour papoter dans la section hors-jeu !
(Luna)

Premier pas près de la machine à café (libre)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Premier pas près de la machine à café (libre)

Message par Invité le Lun 13 Juin 2016, 13:47

J'étais fatiguée de visiter l'académie, il me fallait une nouvelle pause et surtout un bon café pour me réveiller. Normalement tout établissement à une machine à café pour son personnel, il fallait que je me renseigne, j'avais vu quelques plans de l'académie sur les murs tout à l'heure.
Après avoir consulté ces deniers, je me suis rendu à l'aile Est de l'établissement, là était indiqué la salle du personnel, j'ai tout de même frappé avant d'entrer, mais malheureusement pas de collègue en vue. Je suis rentré pour inspecter la pièce, c'était une pièce plutôt bien faite, il y avait des tables, une petit cuisine et surtout la machine à café, enfaite c'était plus grand que mon appartement, je pourrais presque venir vivre dans cette pièce, à cette idée je devais rire toute seule comme une enfant, enfin bref je me suis dirigé vers la machine à café.
Qu'est-ce que j’allais bien pouvoir me prendre, j'ai finalement opté pour un simple café au lait, j'ai jamais vraiment aimé le goût du café noir.
Je suis donc parti m'asseoir à une table, sortant alors de mon sac bandoulière, quelques mangas pour commencer à lire.
j'étais donc là toute seule à lire et à rire tout en reproduisant avec ma bouche toutes les onomatopées. Si quelqu'un venait à rentrer, il ne trouverai là qu'une grand gamine entrain de s'amuser toute seule.

Après tout, j'avais le droit et c'est ce que je faisait déjà avant d'arriver ici, quand j'étais dessinatrice-illustratrice, mes collègues s'amusait de me voir jouer ainsi, je respirais la joie de vivre qu'il disait. Moi si je pouvais aider à ne pas les faire déprimer tout en m'amusant cela m’allait très bien. Je suis restée un bon moment toute seule, je prenais vraiment mes aises ici. J'avais même imaginé plusieurs réplique à sortir, si jamais un collègue venais à entrer, j'étais presque là, à guetter la poignet de porte attends qu'elle se tourne pour lancer une réplique que je pensais forte amusante:

"Qui êtes vous pour venir ainsi pénétrer sur le territoire sacré de la machine à café ?"


Je me suis entrainée plusieurs fois avant d'obtenir un ton de voix assez proche d'une brave chevalière prête à défendre son royaume. Je n'avait plus qu'à attendre que quelqu'un rentre dans cette pièce, dans ma tête ma petite folie d'enfant me semblait une bonne idée, j'étais donc prête à lancer ma réplique., mais cela ne m’empêchait pas de continuer de lire.

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: Premier pas près de la machine à café (libre)

Message par Invité le Lun 13 Juin 2016, 21:55

Une grosse erreur. Il ne pouvait penser qu'a cela depuis que cette vérité lui était venue en tête. Il avait chercher à rencontrer ses élèves autant qu'il l'avait put, mais il n'avait encore croisé aucun des ses collègues. Que se soit dans les couloirs ou dans l’aile des diamants, il n'avait croiser aucun de ses confrères et consœurs. Certainement à cause de ses heures de balades particulières. Il en demeure qu'il ne s'était fait aucun allié parmi ceux qui devaient devenir ses meilleurs alliés. Telles étaient ses convictions.

Il entreprit donc de se préparer comme il se doit pour rencontrer ses paires. Non pas qu'il se négligeait le reste du temps, mais il se trouvait une volonté toute renouvelé de ne laisser aucun détail de coté. Il se devait de faire bonne impression. Donc, il fit sa toilette, se parfuma, puis choisit sa tenue. Mais comme toujours sa garde robe ne changeais que pour de rares occasions ou pour des raisons de commodité. Il choisit une chemise aux manches très amples d'un blanc pur et impeccable qu'il boutonna de tous ses boutons. Un gilet d'un violet profond qui retenait sa chemise contre lui et lui donnait une allure assurément plus élégante. Il prit ensuite des chausses en coton noir et fin et une de ses fabuleuses paires de baskets. Il avait fait la rencontre de ses chaussures si confortables et pratiques il y avait déjà des années, et pourtant il gardai face à elle la même fascination et l'émerveillement que lors de sa rencontre avec ces objets extraordinaires.

Ainsi il était vêtue et prêt. Mais pour autant il ne voulais arriver devant tout ses collègues sans avoir un gage de bonne entente à leur présenter. De plus il était bientôt minuit... …. Avant de se préparer à partir mieux aurait fallut qu'il planifie son projet et surtout qu'il vérifie l'heure. Il ne voyait qu'un avantage à cette heure tardive, c'est qu'il aura amplement le temps de préparer quelque chose pour son entré. Et quoi de mieux qu'apporter des pâtisseries. Petits et grand en raffole ou du moins sais apprécier leurs saveurs. Il attrapa son tablier et attacha ses cheveux qui tenaient dans un queue de chevale basse avec un petit ruban blanc. Et entrepris de préparer son présent.


Il approchait du lieu de rendez-vous de tout professeur de cette académie, La salle du personnel et des professeurs. Comme dans toutes chasses il était cruciale de d'abords chercher des traces aux points de regroupement habituels ou l'ont trouves de l'eau de la nourriture et de la sécurité. La salles du personnel offrait ses trois choses et donc se présentait comme un lieu incontournable pour toute recherche de ses collègue. A vrai dire, le seul à sa connaissance à moins de frapper porte par porte aux chambre de ses collègues.

Sous peut il était prêt et devant la porte fatidique. Il n'avait pas trop d’inquiétude mais quelques appréhensions sur le nombres de personne présente pour son entré. Il  avait espoir qu'il n'y aurait pas trop de monde, sinon sont entré passerais inaperçu, ni trop peu de personnes, sinon il ne pourrait pas faire assez connaissances avec ses collègues. En tout cas même si il y avait bon nombres de personne dans la pièce, il avait suffisamment fait de cuisine pour les nourrir jusqu'à satisfaction. Donc armé de son panier qu'il portai à son bras, il actionna la poignée et pénétra face à ses collègues.

Du moins il s'y était préparer mais il ne semblait y avoir personne dans la spacieuse pièce. Et en faisant sont inspection il désespérait et s’apprêtait à repartir sans avoir put faire la connaissance de quiconque quand il remarque la présence d'une jeune femme.

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: Premier pas près de la machine à café (libre)

Message par Mlle Tardi le Jeu 16 Juin 2016, 16:58

Lucie avait comme cette désagréable sensation de revivre la même journée encore et encore, et pourtant, elle n'était là que depuis quelques semaines, mais elle se lassait vite de tout... Mais plutôt que de se plaindre, elle s'était décidée à se bouger un peu ; peut-être que des gens de cette académie pourrait être de bons amis, l'espoir fait vivre. Elle se décida à se lever après avoir passé une bonne heure dans son lit comme une larve, qu'est-ce que c'est agréable de pas respecter ses horaires... En même temps, plus le temps passait, et plus elle se rendait compte à quel point rien ne valait le coup qu'on se lève pour. Seulement elle avait déjà passé bien assez de journées en tête-à-tête avec son mal-être, alors après avoir pris sa douche, elle se sentait plutôt d'humeur à se faire une bonne journée. Elle avait opté pour une copie conforme de l'uniforme d'élève de l'académie ; avec sa petite taille et son visage d'adolescente, ça pourrait toujours être amusante de se faire passer pour une élève, et c'est dans un sens flatteur de paraître jeune. Un dernier regard dans le miroir accompagné d'une duckfaceavant de partir.

"J'trop beeeeeelle !"

Elle n'avait pas fait attention à l'heure, mais elle savait déjà si elle ferait une entrée discrète ou une entrée plus "bruyante". Si elle voulait se faire passer pour une élève, une entrée tout en douceur serait de mise... Mais ça serait peut-être plus amusant d'entrer en scène suivi d'un majestueux "SALUT LA COMPAGNIE" presque caricatural...

Le bras de la surveillante perdit un peu de sa luminosité rougeoyante quand elle arriva devant la salle du personnel, elle n'était pas nerveuse mais elle n'était pas moins loin d'être à l'aise à l'idée de rentrer en contact avec d'autres êtres humains. Elle ne s'arrêta que quelques secondes avant d'être vraiment trop angoissée.

"SALUT LA COMPAGNIE !
-Qui êtes vous pour venir ainsi pénétrer sur le territoire sacré de la machine à café ?"

Lucie regarda rapidement dans la salle et vit une personne assise à une table, livre à la main, et semblant prête à défendre la machine à café au péril de sa vie. Mademoiselle Tardi soutint son regard de défi.

"Mon dieu c'est donc un DÉFIIIIIIIIIIIIIIIII !! CETTE MACHINE À CAFÉ SERA À MOI !"

Ni une ni deux, la surveillante courra vers ladite machine à café, espérant l'atteindre avant sa rivale, et d'avoir l'occasion de sourire fièrement avec un "Preum's !" magistral.

Spoiler:
Je suis Charlie.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Premier pas près de la machine à café (libre)

Message par Invité le Ven 17 Juin 2016, 10:18

J'étais toujours plongée dans mes mangas, il est vrai que je n'attendais qu'une chose, c'était de pouvoir sortir la phrase que je préparais depuis tout à l'heure, même si cela pouvait me paraître ridicule, au moins cela m'amuserait moi. Je dis cela mais j'étais bien trop concentrée par ma lecture, que je n'ai même pas vu rentrer une première personne dans la salle. Pourtant c'est vrai que j'ai ressenti un légère présence pendant un moment, mais cela ne m'avait guère sorti de mon livre.
J'allai être sur le point de lever les yeux de mon livre suite à cette sensation de ne plus être seule, mais quelque chose de plus brutal me décrocha de ma lecture.

"SALUT LA COMPAGNIE !"


Cette phrase était lancée avec tellement d'énergie que je ne pu rester concentrée et je savais que c'était le moment de lancer ma réplique.

"Qui êtes vous pour venir ainsi pénétrer sur le territoire sacré de la machine à café ?"


J'avais réussit à dire cela tout en ayant un air presque combatif, je m'étonnais moi même d'une telle énergie déployée par ma personne. Mais je n'étais pas peu fière du résultat, le regard de l'arrivante venait de croiser le miens, c'était celui d'une élève apparemment, que faisait elle là, je ne sais pas mais elle portait l'uniforme et avait l'air tout de même jeune, mais ce qui m'a surpris c'est sa réponse, bien que ce soit une élève je m'attendais plus à un regard interrogateur plutôt qu'à la scène qui a suivie.

"Mon dieu c'est donc un DÉFIIIIIIIIIIIIIIIII !! CETTE MACHINE À CAFÉ SERA À MOI !"


La voilà maintenant fonçant vers la machine à café, je l'aurais bien suivi mais je venais d'abuser de mon énergie et je venais de retrouver ma nonchalance habituelle, c'est pourquoi je l'ai simplement laissée courir seule jusqu'à la machine à café, avant de remarquer aussi la présence d'un jeune homme dans la salle, il semblait apporter de la nourriture, c'était fort sympathique de sa part, mais me voilà entour de deux élèves.... j'étais pourtant sure d'être dans la salle du personnel, enfin lui ne portait pas l'uniforme et ses cheveux argentés m’intriguait. Je me suis retourné à nouveau vers la machine à café après avoir entendu un "Preum's !". C'était l'autre fille qui venait de gagner sa course contre elle même, au moins j'étais contente d'avoir pu rendre heureuse une élève aussi facilement, bien que je doute qu'elle soit restée heureuse bien longtemps voyant que je n'avait pas bougé.

"C'est bien ma grande, tu es rapide, je suis impressionnée, tu as le droit de prendre un café pour cette magnifique course, mais ce que j'aimerai savoir c'est que font deux élève comme vous, ici en salle du personnel ?"

Je regardais tour à tour les deux personnes présente avec moi en souriant, avant de me replonger dans mon manga attendant la réponse.

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: Premier pas près de la machine à café (libre)

Message par Invité le Ven 17 Juin 2016, 11:59

Mais bien avant qu'il put entamer toute salutation ou question elle furie entra dans la pièce.

"SALUT LA COMPAGNIE !"

Et dans un vacarme rare. Bien loin d'être justifiable par son comportement, la présence de la jeune fille qui venait de hurler était tout de suite remise en cause par son uniforme d'élève. Si jamais elle avait été envoyée par un professeur pour une quelconque affaire, il aurait le plaisir de lui transmettre un mot pour que ce professeur choisisse mieux ses coursiers la prochaine fois.

"Qui êtes vous pour venir ainsi pénétrer sur le territoire sacré de la machine à café ?"

Voici l'autre jeune femme qui venait de prendre la parole pour sortir des inepties. Mais il nota tout de même une belle allitération en ''é''. Bon et bien il allait devoir réprimander des élèves. Ceci se trouvait bien loin de ce qu'il avait prévue pour son début de journée. Mais sans avoir l'opportunité de prendre la parole, la furie sauta sur l'occasion en hurlant... une nouvelle fois. Était elle sourde ?

"Mon dieu c'est donc un DÉFIIIIIIIIIIIIIIIII !! CETTE MACHINE À CAFÉ SERA À MOI !"

Sans aucune hésitation ni gène elle entreprit une pseudo course effrénée pour atteindre la machine avant sa rivale imaginaire. Puisque la lectrice qui avait eu un air si énergique un peu plus tôt avait maintenant un air blasé et fatigué et restait surtout immobile. Comme si son interpellation lui avait coûtée tout ce qu'elle avait de conviction. Elle semblait jeune et avait peut être trouvé refuge dans ce lieu abandonné pour lire en paix. Si tel avait été son but, elle aussi se trouvait assez loin de ce qu'elle avait prévue. Et ce grâce à la jeune hystérique qui venait de crier victoire une fois arrivée.

Fatigué à l'avance par les explications qu'il allait devoir entendre il prévue de s’asseoir sur une chaise près de la table tout en posant son panier devant lui. Mais il n'eut seulement déposé son panier en soupirant que la lectrice pris la parole.

"C'est bien ma grande, tu es rapide, je suis impressionnée, tu as le droit de prendre un café pour cette magnifique course, mais ce que j'aimerai savoir c'est que font deux élève comme vous, ici en salle du personnel ?"

Profitant que le calme reprenait ça place, il répondit avant qu'une jeune folle ne lui coupe l'herbe sous le pied en criant.

« Pour ma part je n'en suis pas un. Daniel Loys, professeur de pouvoir. Et je vous retourne la question. Quant à vous jeune hystérique, je ne pense pas que entrer en hurlant dans une pièce pour courir sans retenue ne vous donne droit à quelques récompenses que ce soit. Bien au contraire. Maintenant veuillez nous laissez et me donnant votre nom et je vous inviterais à vous expliquer plus tard. »

Finissant de s’asseoir il accrocha sa canne à son dossier et poussa le vaste panier à sa gauche du coté de la porte. Ainsi placé il avait la lectrice en face de lui et la bientôt partie jeune hystérique à sa droite. Il ne lui prêtait d'ailleurs plus attention bien convainque d'être obéit. Il observait plutôt la lectrice encore sans nom qui lui tenais toujours son livre en main. Il n'était pas certain de son âge mais elle ne paraissait pas plus vieille que certains élèves ici. Pourtant la manière dont elle avait parler laissait entendre qu'elle était investit d'une certaine autorité. Ou bien le croyait elle. Le tout était de savoir lequel des deux était-ce. Et il attendait qu'elle se présente pour avoir la conclusion.

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: Premier pas près de la machine à café (libre)

Message par Mlle Tardi le Ven 17 Juin 2016, 15:17

Mademoiselle Tardi était un peu déçue que sa censée rivale n'ait pas participé à cette petite course, et elle était d'autant plus triste que le café, pour elle, était vraiment la dernière chose à consommer pour le plaisir. La jeune femme était toujours assise en train de lire pendant ma pseudo-course, et elle ne leva pas les yeux pour prendre la parole.

"C'est bien ma grande, tu es rapide, je suis impressionnée, tu as le droit de prendre un café pour cette magnifique course, mais ce que j'aimerai savoir c'est que font deux élève comme vous, ici en salle du personnel ?"

Lucie ne pu s'empêcher d'esquisser un sourire ; quand ça marche aussi bien, c'est forcément plaisant, et ce côté "jeune" la flattait un peu malgré elle, même si elle se demandait bien d'où ils pouvait venir... Elle regarda le deuxième adulte présent, et attendit qu'il prenne la parole au risque de le couper. Son bras était toujours de son rouge luisant ; elle était très calme, elle avait beau s'être emportée pour rien, elle était plus amusée que pleine de honte.

« Pour ma part je n'en suis pas un. Daniel Loys, professeur de pouvoir. Et je vous retourne la question. Quant à vous jeune hystérique, je ne pense pas que entrer en hurlant dans une pièce pour courir sans retenue ne vous donne droit à quelques récompenses que ce soit. Bien au contraire. Maintenant veuillez nous laissez et me donnant votre nom et je vous inviterais à vous expliquer plus tard. »

Là son expression était plus mitigée, elle ne put s'empêcher de garder un sourire en coin, mais son ton l'agaçait, elle sentait comme cet air supérieur, cet air de "JE peux utiliser l'impératif" cet air de "Je suis prof je suis au-dessus de toi, pauvre élève." Elle avait beau être surveillante, c'est ce genre de comportement qui l'agaçait au plus haut point. Elle garda néanmoins son calme, et se décida à répondre d'abord à la lectrice.

"T'sais c'est quoi l'plus triste ? J'aime même pas ça, le café."

La jeune surveillante pianotait de ses doigts sur la machine à café, tandis que son bras droit restait immobile, comme figé le long de son corps, sa couleur ne changeait absolument pas non plus.

"En tous cas tu m'as donné de l'espoir pour rien ma biche, je suis trèèèèès triste."

Elle ne put s'empêcher de mimer un visage exagérément triste en la regardant. Elle s'étira dans un léger gémissement en entendant ses os craquer, puis elle avança vers ce "Daniel Loys."

"Écoute mon..."

Elle prit une longue inspiration, et soupira longuement d'ennuie. Son bras n'avait pas changé ; tant mieux, ça serait une occasion d'éviter de brutaliser un de ses collègues directement. Elle prit place en face de lui, posant son sac par terre.

"Écoutez, mon chou, j'pense qu'on est partis sur de mauvaises bases, vous et moi." elle lui tendit la main gauche en souriant. "Je m'appelle Lucie Tardi."

Revenir en haut Aller en bas

Re: Premier pas près de la machine à café (libre)

Message par Invité le Mar 21 Juin 2016, 12:38

« Pour ma part je n'en suis pas un. Daniel Loys, professeur de pouvoir. Et je vous retourne la question. Quant à vous jeune hystérique, je ne pense pas que entrer en hurlant dans une pièce pour courir sans retenue ne vous donne droit à quelques récompenses que ce soit. Bien au contraire. Maintenant veuillez nous laissez et me donnant votre nom et je vous inviterais à vous expliquer plus tard. »

Eh bien, il a l'air pas bien vieux ce prof et de plus c'est aussi un professeur de pouvoir. C'est vrai qu'à l'apparence on pourrait en douter mais pour ce qui est de sa façon de s'exprimer on voit clairement qu'il a au moins de l'expérience ou que c'est un très bon comédien, bien que tenant un rôle un peu vieux jeu. Il venait d'inviter la jeune sprinteuse à s'expliquer sur son comportement, mais visiblement cela n'a pas eu l'effet voulu, elle semblait même l'ignorer s'adressant plutôt à moi, j'ai dû regarder l'homme un petit instant en souriant, rien de méchant, je ne voulait pas me moquer, mais la situation était plutôt amusante.

"T'sais c'est quoi l'plus triste ? J'aime même pas ça, le café."

Qu'est ce qu'elle voulait que je réponde à cela, je pensais que l'ironie était passé dans ma phrase, en même temps avec ma façon de parler dur de différencier les nuances. Bref elle aimait pas le café, je note quand même, un jour cette information servira peut être.

"En tous cas tu m'as donné de l'espoir pour rien ma biche, je suis trèèèèès triste."


Bah, tant que je donne de l'espoir, même pour rien on peut dire que c'est rentable ? Je ne sais pas en je m'en fiche, mais j'aime bien son côté sans réel tabou, elle semble s'exprimer sans retenue, bien que le "ma biche" ne me plaise guère, malgré le fait qu'au Japon la biche est un animal symbolisant la féminité. Elle se dit très triste mais là chez elle c'est très clair, c'est de l'ironie, mais on peut noter son beau jeu d'actrice en regardant sa petite tête triste. Elle finit par s'étirer pour s'avancer vers le fameux professeur Loys.

"Écoute mon..."

Pourquoi hésitait elle, je pensais qu'elle n'avait aucune retenue, elle semblait d'abord hésiter mais finalement son hésitation se finit par un long soupire, je penses qu'en réalité elle voulait lancer une longue réplique mais que finalement elle avait décidé de ne pas s'épuiser pour son interlocuteur. Elle se posa tranquillement devant lui ayant pris soin de déposer ses affaires avant.

"Écoutez, mon chou, j'pense qu'on est partis sur de mauvaises bases, vous et moi."

Bien que les mots n'était guère approprié elle tenta tout de même de faire comprendre à l'homme qu'elle voulait se présenter en bon terme avec lui, mais surtout qu'elle ne tiendrait pas compte de la remarque qu'il lui à fait plus tôt. Elle semblait sincère bien que le "mon chou" rendait la scène plutôt drôle, finalement j’étais bien avec "ma biche". Elle a alors tendu sa main gauche en souriant, ce qui est étonnant, c'est généralement la droite que l'on présente, était-elle gauchère ?

"Je m'appelle Lucie Tardi."

Bien que la dernière personne à qui elle ait adressé la parole fut ce Daniel Loys, je me devais de lui répondre, c'était tout de même à moi à qui elle a parlé en premier.

"Désolé Daniel si je ne te laisse pas répondre tout de suite, mais je tiens moi aussi à me présenter, je suis la seule à ne pas l'avoir fait après tout, Mitsu Ichitoki professeur de pouvoirs." J'ai alors fait un clin d’œil à l'autre professeur, espérant que ma façon directe de le tutoyer ne l'aura pas dérangé. "J'ai vu que vous aviez apporté un panier, que contient-il ?" Je me suis alors tournée vers la jeune Lucie. "Et bien Enchantée ma petite Lucie, mais j'aimerais savoir qu'elles sont vos fonctions ici afin d'arrêter au plus tôt les ambiguïtés, élève/personnel, il faut dire que votre tenue laisse à s'y méprendre."

Je suis alors retourné à mon livre, attendant les réponses.

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: Premier pas près de la machine à café (libre)

Message par Invité le Jeu 23 Juin 2016, 00:10

Écoutez, mon chou, j'pense qu'on est partis sur de mauvaises bases, vous et moi." "Je m'appelle Lucie Tardi."

La colère commençais à monté en lui face à effronterie que montrait cette Lucie Tardi. Mais bien avant qu'il puisse rétorque quoi que de fut son autre interlocutrice répondis.

"Désolé Daniel si je ne te laisse pas répondre tout de suite, mais je tiens moi aussi à me présenter, je suis la seule à ne pas l'avoir fait après tout, Mitsu Ichitoki professeur de pouvoirs."

Même si la lectrice désormais désignée comme étant prof de pouvoir également semblait éprouver du respect, elle se permettait des familiarités déplaisantes. Mais il était prêt faire se sacrifice avec cette consœur sur l'autel de leur future collaboration, surtout qu'elle s'était excusée de son interruption. En tout cas la nouvelle qu'il y avait un autre professeur de pouvoir le réjouissait au plus haut point. Sa colère contre Tardi s'en atténua un peu mais restait prête à s'embraser si elle ne se refrénais pas.

"J'ai vu que vous aviez apporté un panier, que contient-il ?

Il ne répondit pas à cette question d'autant qu'il n'en eu pas le temps puisqu'elle redirigea ses paroles vers la sans gêne. Mais de toute manière il répondrait pas à la question tant que cette élève serait paris eux.

"Et bien Enchantée ma petite Lucie, mais j'aimerais savoir qu'elles sont vos fonctions ici afin d'arrêter au plus tôt les ambiguïtés, élève/personnel, il faut dire que votre tenue laisse à s'y méprendre." 

Ses fonctions était plutôt évidente ici au vue de son uniforme. Et si d'aventure elle faisait partie du personnel alors qu'elle portait un uniforme scolaire, c'est qu'elle n'avait aucunement l'étoffe demander par ses fonctions. En tout cas il ne laisserait jamais une telle personne avec des responsabilités.

« En tout cas même si vous êtes membre du personnel, un tel comportement est intolérable. Se déguiser et se faire passer pour une élève dans les couloirs est indigne. Le ridicule de votre comportement ne vous apparaît donc pas ou vous est-il égale ? Et dans le cas d'une élève, si c'est votre statu,  vous ne devriez aucunement vous comporter de manière si cavalière avec vos aînés et professeurs. À vrai dire il l'est peut importe votre condition. Et pour tout vous dire sachez que vous persévérez sur de ''mauvaises bases''. Je ne suis le mon chou de personne est-ce clair ? »

Il soupira légèrement, exaspérer d'une telle rencontre. Il s’apprêtait à se lever et à allez saluer se collègue en bonne et dût forme mais la voir replonger dans son livre le laissa sur ça chaise privée de toute ambition concernant les bonnes manières. Il devra visiblement se contenter de la politesse élémentaire.

« Professeur Ichitoki, vous me voyez ravi de rencontrer une collègue de ma discipline si particulières au sien de cette académie. J'ai espoir que nous sauront travaillez ensemble afin d'aider nos élèves. Je me met à votre disposition si vous avez besoin d'une aide quelconque. »

Il ne précisa pas le contenue de son panier mais déjà une odeur de pâtisserie se propageait dans la pièce. Il était prêt à parier que Tardie allait tenter quelque choses concernant les croissant, cookies, pains au chocolat et autre douceurs qu'il avait apporté comme un présent pour ses collègues. Mais il n'avait aucunement l'intention d'en donner à Tardi à moins d'y être contraint. Il se tenait d'ailleurs prêt à l'intercepter si elle faisait un mouvement en direction de son travail.

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: Premier pas près de la machine à café (libre)

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum