Expédition botanique (Privé : Evan - Sidney)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Expédition botanique (Privé : Evan - Sidney)

Message par Impé le Mar 31 Mai 2016, 02:53

Impé s’était réveillé de bonne heure aujourd’hui. En tant qu’élève consciencieux, il décida de se mettre en avance pour le cours de biologie où il avait un travail à rendre. Bien que n’étant pas fan de la biologie en général, il voulut classer cette affaire de botanique au plus vite pour mettre ça derrière lui. Il faisait assez bon aujourd’hui mais la rosée matinale n’était pas à négliger; il enfila donc un jeans qui n’était pas des plus récents, une vieille chemise blanche et ajouta par-dessus tout de petites bottines en cuir ainsi qu’une longue veste. Il se mit en route avec un appareil photo attaché à une bandoulière de transport et un sac à dos dans lequel il y glissa un bloc-note, un livre sur diverses plantes dont plusieurs de la région et une trousse contenant un crayon, une gomme et un stylo.

Il quitta donc l’académie avec tout son attirail et se mit en route vers cette fameuse forêt dont la localisation ne lui était pas réellement familière. Il s’arrêta en ville dans une boulangerie pour acheter deux croissants sucrés au beurre ainsi qu’une bouteille d’eau, faute de ne pas avoir déjeuné. Il en mangea un sur le chemin tout en conservant le deuxième précieusement emballé dans son sachet à l’intérieur de son sac à dos. Ne sachant pas trop par où aller, il demanda son chemin à des habitants qui le guidèrent parfaitement à l’entrée de la forêt. Il y pénétra en admirant la beauté de l’immensité des arbres en tout genre. Alors qu’on pouvait entendre les oiseaux chanter, sentir le soleil nous réchauffer les parties que ce malicieux vent prenait malin plaisir à refroidir, Impé porta son attention sur une petite araignée en train de tisser une toile. Il sortit sans plus attendre son appareil photo qu’il laissa pendre autour de son cou avant de prendre en photo cette merveilleuse petite bestiole à huit pattes en train de construire sa toile constituée de filaments encore humides.

Il se rendit vite compte qu’il s’était éloigné de son objectif initial et repassa son sac dans son dos puis s’approcha d’une clairière qu’il avait repérée du coin de l’oeil. Cet endroit était tout aussi magnifique ! Comme si de toute cette forêt, le soleil avait décidé de ne privilégier que cet endroit, le gâtant gracieusement de ses doux rayons de soleil. Il crut alors apercevoir en plein milieu de ce petit endroit de paradis une plante qu’il avait vue dans son cours, il s’en approcha et s’y accroupit à côté pour mieux la voir lorsqu’il entendit un craquement. De nature méfiante, il tourna la tête en direction de la provenance du bruit qui venait de le sortir de ce moment magique que seule la nature pouvait offrir. Il fronça les sourcils, frustré et plissa également les yeux comme si cela pouvait lui permettre de voir mieux et plus loin.


Viens donc Invité, je t'emmène faire de merveilleux rêves....
avatar
Impé
Syndicat

Fiche perso'
Infos:
Où me trouver:
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Expédition botanique (Privé : Evan - Sidney)

Message par Sidney J. Pond le Sam 04 Juin 2016, 16:11

Un soupire agacé s’échappa de mes lèvres.

Cela faisait bien une heure et demie que je me tournais et retournais dans mon lit, incapable de me rendormir. Je m’étais réveillée beaucoup trop tôt et j’avais décidé qu’il était tout bonnement hors de question de me lever, étant en manque de sommeil ces dernières semaines. Mais rien n’y faisait : mon corps me criait d’aller me dégourdir les jambes et mon cerveau travaillait à cent à l’heure : j’étais parfaitement réveillée. Grognant de lassitude, je finis par me redresser nonchalamment, m’étirant avant de me laisser retomber sur le matelas.

A quoi bon me lever ? Je n’avais rien de prévu, rien à faire, personne à voir, et c’était encore le matin. Je n’avais pas cours, mes devoirs étaient bouclés, la ville devait être vide. Quoique… Une petite voix dans ma tête me soufflait qu’il aurait été grand temps que je fasse travailler ce corps récemment négligé, mes muscles commençant à rouiller petit à petit. Nouveau soupir. La flemme me rongeait jusqu’à l’os.

Je sortis de mon lit tant bien que mal, me grattant les côtes paresseusement. Voulant sortir de ma torpeur matinale, je fis couler l’eau chaude en préparant mes affaires de sport avant de me hisser sous la douche qui eût pour effet de réveiller chaque parcelle de mon corps et de faire disparaître les derniers effluves brumeux de mon esprit.

Enroulée dans ma serviette, à présent parfaitement opérationnelle, je me maquillai légèrement, plus par habitude de manier mes fards qu’autre chose, puis enfilai mon pantacourt de sport et un débardeur tout ce qu’il y a de plus basique – après tout, j’allais courir, non séduire. Mais un principe me collant à la peau ne cessait de me titiller : rester belle en toutes circonstances. Après tout, on ne sait jamais : imaginez que je me retrouve avec une cible à draguer pour des fins matérialistes ? Je ne pouvais me risquer à sortir en ayant l’air d’un sac à patates. C’est ainsi que je troquai donc mon haut pour un débardeur plus moulant, croisé dans le dos et mettant ma poitrine en valeur – juste ce qu’il faut, ni trop, ni pas assez. Satisfaite, j’entrepris de me sécher les cheveux avant de les attacher en une haute queue de cheval serrée pour ne pas être dérangée par ma tignasse pendant ma course.

Soupirant pour la troisième fois de la matinée, je m’engageai dans une lutte acharnée contre mes écouteurs pour les démêler. Mais, refusant de m’énerver aujourd’hui, je m’intimai de rester calme et parvins au bout de ma tâche, avant d’empoigner mes baskets, adressant au passage un sourire hypocrite à mon reflet dans le miroir. Autant tuer le temps par une bonne petite virée en forêt…

Si tôt dit, si tôt fait, me voilà à courir méticuleusement, écouteurs vissés dans les oreilles, sillonnant les arbres hauts. Mais autant vous dire qu’au bout d’une heure de course consciencieuse, alternant entre sprints inopinés, petite foulée et endurance, le tout sans m’arrêter une seconde, je manquais terriblement d’eau. Quelle idée de n’avoir pas pensé à amener une bouteille avec moi…

Décidée à ne pas céder pour autant, je me forçai à persévérer. Sauf que voilà, commençant à fatiguer, ma cheville eut un raté et je faillis me casser superbement la gueule, me rattrapant in extremis grâce à mon sens de l’équilibre légendaire, qui me permet d’éviter de me retrouver étalée face contre terre. Mon pied atterrit sur une branche qui traînait par-là, la cassant sans plus de cérémonie dans un craquement sonore. Dans ma péripétie, mes écouteurs s’étaient échappés de mes oreilles, et je discernais à présent distinctement une respiration régulière. Je n’étais pas seule. Le temps que cette information arrive à mon cerveau, je m’étais arrêtée, écarquillant les yeux. Une présence. En plein milieu de la forêt. Cela voulait dire que… De l’eau ?!

Toute personne normalement constituée s’engouffrant dans les limbes de la végétation incroyablement surprenante de cette damnée forêt – bien que tout à fait praticable – se devait d’y venir avec une bouteille d’eau. Je m’approchai lentement de ma source d’espoir, pour y découvrir…

Montes ? Mais oui, c’était bien lui. Je le reconnaîtrais entre mille, avec sa peau bronzée et son regard si significatif, si perturbant, si… intrigant. Impé Montes.

Je ne lui avais encore jamais adressé la parole, mais étant une reine de la discrétion, je mettais un nom sur le visage d’une bonne partie des membres de l’Académie, d’autant plus que celui-ci faisait partie de ma maison. Et je me devais d’avouer qu’il avait plutôt bon goût, si j’en jugeais sa tenue vestimentaire. Ce petit côté « négligé étudié » lui donnait un certain charme. Enfin, trêve de matage. Il me fallait passer aux choses sérieuses : de l’eau.

Je me mordis brièvement la lèvre inférieure sans même m’en rendre compte, m’approchant tout en restant à une distance raisonnable de mon collègue. Enfin, je levai les yeux directement vers son visage et me décidai à parler, optant pour mon timbre de voix quelque peu nonchalant, surmonté d’un petit haussement de sourcil ô combien caractéristique, trahissant une froideur plutôt hautaine.

- Hm, salut. Excuse-moi mais, t’aurais pas de l’eau, par le plus pur des hasards ?

J
e fis en sorte, malgré mon intonation, d’adopter un minimum de politesse dans mon ton. Il n’était guère le temps de jouer les éternelles sarcastiques – après tout, il s’agissait de ma survie.


J'exprime mon sarcasme en #660000


Merci à bb Mae' pour le kit ♥️
avatar
Sidney J. Pond

Fiche perso'
Infos:
Où me trouver:
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Expédition botanique (Privé : Evan - Sidney)

Message par Invité le Lun 06 Juin 2016, 02:17

Le soleil était levé depuis peu, malgré cela la luminosité était au rendez-vous et rester enfermé à l'intérieur de l'Académie par un temps pareil aurait été fort dommage.
Allongé dans mon lit, je décidai de me lever et de rejoindre la forêt qui se trouvait en périphérie de la ville afin de m’entraîner. Je m'étirai promptement, retirai mon drap et descendis de mon matelas en me dirigeant vers la salle de bain. Faisant tomber mon short avec lequel j'avais dormi, j’entrai dans ma douche et fis couler l'eau.
Les gouttes tombaient et coulaient sur mon visage avant de s'écraser sur le sol froid de l’habitable. Attrapant ma serviette, j'essuyai rapidement mes cheveux avant de la passer sur toutes les parcelles de mon corps.

En guise de vêtements, j'optai aujourd'hui pour un t-shirt noir et une chemise à manches courtes ouverte de couleur bleu, puis j'enfilai un short et pris mes baskets.
Mon collier autour du cou et mon ruban en main, je regardai par la fenêtre en attrapant mon sac pour y enfourner quelques affaires, qui pouvaient s'avérer sûrement utiles en forêt.
Un premier lieu une bouteille d'eau, ensuite mes écouteurs et un haut de rechange car on ne sait jamais : une chute et hop, on doit se changer.

Mon fidèle sitar sur le dos, je quittai la maison Saphir en me dirigeant vers le lieu que j'avais précédemment choisi comme étant ma destination en entamant, comme à mon habitude, un petit jogging.
La forêt de la ville était l’un de mes endroits favoris, car étant calme et reposant, je pouvais y faire mon footing ainsi que jouer de la musique sans risquer de déranger des gens ou d'involontairement utiliser mon pouvoir.
Faisant attention aux couleurs que provoquaient les bruits urbains, je finis par l’apercevoir au loin. La composition chaotique et particulière de la végétation rendait la forêt plus magnifique et unique.

Je me laissai porter par une légère brise qui soufflait. Je sillonnais entre les arbres, me rendant encore une fois compte de la beauté que ce lieu apportait, me penchant pour caresser les fleurs, passant également ma main sur le tronc des arbres,
M'enfonçant encore plus profondément dans les bois je cherchai un endroit plus ou moins adéquat afin de me poser pour jouer, fouillant les moindres recoins. Mon regard se posa sur une petite percée végétale où des rondins y étaient disposés.

Je me décidai donc à en faire bouger un afin de m'asseoir et d'être plus à l'aise. Prenant mon sitar en main, je fermai les yeux en poussant un soupir de soulagement. J'étais enfin arrivé.
Portant mes doigts sur les cordes de mon instrument, je me décidai à les faire vibrer et à jouer un petit air de musique, étant un peu rouillé car je n'avais pas eu l'occasion de jouer depuis quelques jours à cause des cours.
Un sourire de béatitude se dessina sur mon visage.

Continuant de jouer avec les notes, je pris une grande inspiration et fis vibrer l'une des cordes avec plus ou moins de puissance, ce qui créa un rayon de lumière.
Ce dernier partit s'écraser sur un chêne devant moi, abîmant son écorce. Fier de moi, je voulais m’entraîner davantage.
Je souhaitais progresser et devenir meilleur dans le seul talent que j'avais, jouant et me concentrant.
Je ne faisais plus attention au lieu et au monde qui m'entourait. Je ne fis donc pas attention aux deux silhouettes se trouvant dans la clairière à ma droite.

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: Expédition botanique (Privé : Evan - Sidney)

Message par Impé le Lun 06 Juin 2016, 13:02

Impé gardait son regard fixé dans la direction du bruit, les sourcils foncés et les yeux rouges. Alors que des bruits de pas pouvaient maintenant être discernés, il se releva, attendant ce qui approchait. Il pouvait désormais distinguer clairement une silhouette se former dans l’ombre. Comme pour pouvoir mieux apercevoir la source de ses interrogations, il pencha la tête sur le côté droit tout en plissant légèrement les yeux.

Au vu de la taille, il s’agissait probablement d’une fille. Effectivement, lorsque le passage de la personne en question croisa les rayons du soleil, un visage se laissa découvrir, présentant ainsi de fins et magnifiques traits, le tout surmonté par une grande chevelure rouge en queue de cheval. Impé ne prêta même pas attention au reste du corps qui pourtant, aurait mérité l’attention de n’importe quel homme. Ce n’est pas le genre de choses qui l’intéresse, appréciant bien davantage un beau visage avec toutes ses subtilités qui le composent au reste de l’enveloppe charnelle. Appréciant donc ce qu’il voyait et mettant de côté toute inquiétude, ses yeux retournèrent au bleu sous un battement de cils.

Alors que la demoiselle approchait, le visage du jeune homme restait de marbre, ne variant d’aucune expression. Observateur comme à son habitude, il remarqua qu’elle se mordait légèrement la lèvre inférieure ; geste qui trahit une certaine attirance lorsqu’il ne fait pas partie des habitudes de la personne. N’en étant pas persuadé, il négligea cette action et la laissa approcher, pensant qu’elle avait besoin de quelque chose. Mais de quoi pouvait-elle bien avoir besoin à l’entrée d’une forêt ? Elle n’était certainement pas perdue. Blessée suite à une chute qui aurait provoqué ce bruit ? Elle ne marcherait pas de cette façon. Les réflexions fusaient dans sa tête comme à son habitude, constamment au taquet, le mental paré à toutes situations.

Il la laissa donc approcher, se demandant ce qu’elle pouvait bien vouloir. Laissant une certaine distance, elle lui demanda avec un air dédaigneux non dépourvu de politesse :



- « Hm, salut. Excuse-moi mais, t’aurais pas de l’eau, par le plus pur des hasards ? »

Suite à cette demande, Impé ne put s’empêcher de sourire intérieurement en laissant un sourire en coin paraitre. Si il avait dû demander, il l’aurait certainement fait exactement de la même façon.

Il décrocha donc son sac de ses épaules pour y glisser sa main à l’intérieur, relevant ses yeux de nature intimidante pour plonger son regard dans celui de son interlocutrice, gardant son sourire en coin et répondant de manière calme et chaleureuse :



- «  Bonjour. Bien sûr, je t’en prie. »

Suite à quoi il sortit une bouteille d’eau de son sac, la tendant légèrement devant lui pour la laisser venir la chercher sans pour autant la quitter du regard ni perdre son expression.

Très peu de temps après, une légère mélodie précédant un léger fracas ressemblant à une petite explosion près d’un arbre attira son attention. Cette succession d’événements n’avait rien de rationnel et il ne put s’empêcher de tourner la tête vers la gauche, espérant distinguer un élément qui lui permettrait de comprendre. Cependant, les quelques arbres qu’il apercevait étaient bien trop près et lui masquaient trop grandement son champ de vision. Il attendit donc, à l’affût d’un nouveau bruit ou d’un éventuel élément visuel.

Les sourcils froncés, il garda son bras tendu vers la jeune fille, bien que légèrement replié.


Viens donc Invité, je t'emmène faire de merveilleux rêves....
avatar
Impé
Syndicat

Fiche perso'
Infos:
Où me trouver:
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Expédition botanique (Privé : Evan - Sidney)

Message par Sidney J. Pond le Mar 07 Juin 2016, 03:05

Oh, sauveur de ma vie ! Enfin, j’allais pouvoir me désaltérer. Enfin, j’allais pouvoir sentir ce doux breuvage couler le long de ma gorge. Enfin, j’allais renaître de mes cendres – ou de ma sueur, dépend du point de vue.

J’avais, bien entendu, remarqué son petit jeu, au Rubis en face de moi. Sourire en coin, regard pénétrant, j’avais droit à la panoplie. Cela m’avait fait doucement rire, évidemment. Et ce fut sans hésiter que je lui rendis son sourire, dans une réplique presque exacte de son expression.

Il se trompait largement s’il pensait me prendre de court avec son regard. Tout comme son nom m’était connu, j’avais également entendu parler de lui, entre deux couloirs. Des filles… dingues de lui. Complètement sous son charme. De sa musculature, de son sourire, de sa voix… Mais surtout de son regard. Après, bon, je ne mesurais pas encore l’ampleur de la chose, mais comment voulez-vous que je le sache ? Je suis une voleuse, moi, pas une espionne spécialisée dans la traque des élèves à pouvoirs.

Toujours était-il que non, il ne m’avait pas prise de court. Mais oui, je comprenais ces filles-là. Ses iris prenaient aux tripes, c’était certain. Mais je ne tiquai pas. Ce serait trop facile, sinon, n’est-ce pas ? Et surtout, surtout, ce ne serait pas à l’image de la Sidney Pond que vous connaissez – ou que vous croyez connaître.

- Bonjour. Bien sûr, je t’en prie.

Hors-Jeu:
Ça va être compliqué si on utilise la même couleur de dialogue…

Cette voix chaleureuse acheva de me décider à me prêter au jeu, plongeant mon regard dans le sien comme il l’avait fait, sans me défaire une seconde de mon petit sourire amusé, reflétant avec perfection le défi que je lui lançais. Un picotement caractéristique traversa mes entrailles : j’étais tombée sur quelqu’un d’intelligent, et de visiblement joueur. Ah, un peu de piment, enfin ! Je sentais au plus profond de moi-même que j’allais me réjouir de sa compagnie car, manifestement, on pouvait se passer de mots pour comprendre ce que chacun avait en tête – du moins, je l’espérais.

Mais, alors que j’attrapais enfin la source de ma délivrance proche – ne jamais quitter de vue ses objectifs principaux –, regardant l’eau avec un soulagement dissimulé, un son étrange vint me chatouiller les oreilles, laissant mon bras tendu, comme si un vicieux étranger s’était amusé à appuyer sur pause au moment précis où je refermais les doigts sur la bouteille. Serait-ce… de la musique ?

Avant de pouvoir réagir, une petite explosion non loin de là se fit entendre, éveillant mes sens. Je tournai aussitôt la tête vers la droite, non sans remarquer que Montes venait de faire exactement la même chose – enfin, il avait tourné la tête à ma droite, qui était donc sa gauche à lui. Par réflexe, je me postai devant lui, les bras à moitié écartés, face à la provenance du bruit. Ah, la joie des bonnes vieilles habitudes… Un réflexe inculqué par John, une fois encore. Je fronçai les sourcils, tendant le cou, essayant tant bien que mal d’apercevoir quelque chose, en vain. La végétation occultait ma vue.

Prudente, je fis signe à Impé de rester silencieux, avant de m’avancer lentement vers la source du bruit. La musique résonnait toujours, avec de plus en plus de force, envahissant peu à peu les lieux. Je ne pus m’empêcher de m’imaginer dans un film bien pourri, alors que j’approchai d’un pas, puis de deux. Arrivant à un feuillage, je m’y dissimulai en me baissant pour être sûre de ne pas être remarquée, avant d’essayer de regarder à travers, les sens aux aguets.

C’est alors que je discernai une silhouette assise avec un instrument dans les mains, trop loin pour pouvoir déterminer duquel il s’agissait. Au son, j’aurais dit un sitar, peut-être. Rien n’était sûr. Je plissai les yeux dans l’espoir d’en savoir plus, reportant mon attention sur le jeune homme qui jouait. Car c’était définitivement un homme : je pouvais à présent distinguer sa tenue, ainsi que sa chevelure d’un noir de jais ; mais je n’étais décidément pas assez proche pour reconnaître son visage. En revanche, ses vêtements… Argh, quel manque de goût. Je m’empêchai de soupirer en fermant les yeux, n’osant pas imaginer la réaction de mon collègue derrière moi qui, lui, faisait preuve de beaucoup plus de bon sens. Mais sérieusement, qui mettait encore des chemises aux manches courtes ? Ces machins devraient être interdits par la loi !

Décidée à en savoir plus (sûrement l’appel de l’art, me diriez-vous), je me tournai vers Impé pour lui intimer gentiment de rester où il était – on n’est jamais trop prudents. Un musicien aussi passionné pour venir s’exprimer au beau milieu de la forêt ne pouvait que vivre sa musique, aussi, il était fort probable qu’il ne me remarque pas si je me risquais à approcher quelque peu. Un artiste restait un artiste ; et un artiste plongé dans son œuvre en oublie le monde environnant. C’est ainsi que je m’avançai parmi la végétation, enjambant quelques racines çà et là pour mieux déterminer à qui on avait affaire.

Une silhouette familière, j’en étais sûre. J’avais déjà dû le croiser au détour d’un couloir ou dans une salle de classe. Ça ne faisait aucun doute : il était élève à l’Académie. Après, qui était-il, de quelle maison faisait-il partie, quel était son pouvoir, je n’en avais aucune idée. Mais c’était déjà ça de gagné. Je décidai cependant de continuer à jouer la carte de la prudence – ce n’est pas parce qu’un inconnu vient du même territoire que toi qu’il est un allié pour autant.

Tournant la tête, je levai un pouce hésitant à l’intention du Rubis, lui faisant parvenir à travers mes yeux plissés et mes lèvres légèrement pincées qu’il s’agissait probablement d’un type inoffensif, mais qu’il ne fallait pas baisser sa garde pour autant. Ma curiosité ayant pris le dessus, je me rapprochai davantage, laissant la douce mélodie infiltrer mes oreilles sensibles. Je finis par m’adosser à un tronc d’arbre, m’octroyant enfin le droit de boire quelques gorgées d’eau, avant de laisser échapper un sifflement impressionné, presque malgré moi. Il fallait avouer que, peu importe son identité, il jouait vachement bien.


J'exprime mon sarcasme en #660000


Merci à bb Mae' pour le kit ♥️
avatar
Sidney J. Pond

Fiche perso'
Infos:
Où me trouver:
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Expédition botanique (Privé : Evan - Sidney)

Message par Invité le Mar 07 Juin 2016, 17:12

Étant fier d'avoir réussi à toucher ma cible je fermai les yeux en faisant craquer ma nuque, j'avais besoin de plus de concentration pour activer mon pouvoir. Je poussai un léger soupir.
Agrippant une nouvelle fois mon sitar je fis glisser mes doigts le long de ses cordes, afin de ressentir l'essence même de mon instrument.
J'entamai donc une petite musique aux allures orientales que mes parents m'avaient apprise plus jeune. Respirant profondément j'ouvris les yeux en  me décidant de convertir toute cette mélodie en lumière, ce qui allait me demander un gros effort.

Jouant avec les cordes de mon luth je commençais à voir de faibles couleurs flotter devant moi, continuant sur ma lancée la mélodie entière tournait autour de moi sous forme d'ondes éclatantes.
Ah ce que j'aimais ces moments, mon pouvoir n'était pas certes très dangereux ni impressionnant mais j'admirai la beauté que proposait ce spectacle. Ce ballet de couleurs luminescentes était, à mon humble avis plus pur que les lumières provoquées par les bruits urbains. Elles n'avaient pas la même teinte.

Perdu dans mes pensées je ne prêtai pas plus attention au mal de tête qui commençait à m'envahir, cependant je sentis que quelque chose goutter sur ma chemise. Je décidai donc de m'arrêter.
Posant mon instrument et baissant la tête je remarquai que j'avais encore une fois trop utilisé mon pouvoir et que j'avais saigné du nez, ma chemise était foutu.
Je la retirai donc et me retrouvai en t-shirt des plus basiques, me penchant pour attraper la bouteille d'eau dans mon sac je l'attrapai afin de pouvoir me nettoyer le visage. Et dire que j'avais pris une douche juste avant de partir !  

Une fois mon lavage de pauvre terminé je tournai légèrement la tête pour je ne sais quelle raison, c'est à ce moment que je vis du coin de l’œil des lumières s'échapper de derrière l'arbre tout proche de moi.
Je pensais d'abord à un animal mais cela aurait provoqué des couleurs plus vives, quelqu'un était là et ne voulait pas se faire repérer.
Ramassant mon luth que j'avais laissé contre le rondin sur lequel j'étais assis peu de temps avant, je fis en sorte de ne pas tourner le dos à ce bruit.

Mes doigts sur les cordes, prêt à dégainer malgré mes maux de tête je m'avançais discrètement quand j’aperçus une jeune fille accoudée sur le tronc de l'arbre. Son allure m'était familière, c'était une élève de l'Académie que j'avais sans doute déjà croisée dans cette dernière. Elle avait l'air sereine mais son regard trahissait tout de même une certaine forme d'amusement.
Non loin d'elle, dans la clairière se trouvait un jeune homme avec une allure fière, il avait l'air sur ses gardes. Un couple qui venait profiter de la tranquillité de ce lieu ou tout simplement deux amis pensais-je.
Ne sachant pas si je devais entamer la discussion, je me détendis en soufflant un bon coup.
Je me frottai l'arrière de la tête et adoptant un ton aimable.

«Oh salut, je m'excuse si je vous ai dérangé toi et ton ami»

Comme à mon habitude un large sourire se dessina sur mon visage, espérant ne pas les avoir troublé dans leur sortie je posai mon sitar contre le tronc. Même si pour moi la musique était une chose importante et magnifique, certaines personnes n'appréciaient pas et elles en avaient parfaitement le droit.

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: Expédition botanique (Privé : Evan - Sidney)

Message par Impé le Mer 08 Juin 2016, 19:38

La personne qu’il avait en face de lui ne semblait pas même tiquer sous la pression pesante de son regard, se prêtant même au jeu, il y ajouta même un léger sourire amusé. Ce caractère lui plaisait, elle ferait un parfait compagnon de jeu. Il est évident qu’elle ne semble pas docile et il pouvait déjà percevoir un petit caractère rebelle.

Alors que, comme dit précédemment, il avait tourné la tête lorsque cette légère explosion s’était faite entendre, sa partenaire fit de même avant de se placer entre lui et la provenance du bruit comme une mère qui protège son fils, les bras écartés. Il ne put retenir un très léger rire avant d’ancrer un sourire en coin sous le comique de la situation.

Alors qu’elle lui disait de rester en arrière, il ne put s’empêcher d’accentuer son sourire. Pourquoi est-ce qu’elle le protégeait en voulant prendre le contrôle de la situation ? Il n’était pas un enfant… mais cela l’amusa !

Alors qu’il attendait un signe de la fille aux cheveux rouges pour avoir plus de détails, il prit le temps d’observer davantage cette dernière bien que cette démarche n’eût rien de pervers. Sa position accroupie laissait apparaitre des formes féminines pas réellement extravagantes. Cependant, le reste de son anatomie laissait paraitre une sportivité digne de ce nom de par sa musculature.

Son assurance, sa réaction fluide et efficace face au danger ainsi que son instinct protecteur ne faisait pas d’elle une simple jeune adulte. Même s’il ne l’avait jamais croisée, il aurait parié qu’elle était à la même académie que lui et qu’elle avait certainement eu un passé mouvementé ; ce n’était pas une fille comme les autres.

Alors qu’elle lui disait de ne pas faire de bruit, elle s’avança légèrement pour mieux apercevoir ce qu’il se tramait plus loin. Ayant certainement aperçu quelque chose, elle lui fit signe de ne pas bouger. Il attendit donc quelques instants à sa place, les mains dans les poches, avant d’être interpelé par notre agent de terrain pour lui signaler gestuellement qu’il n’y avait rien à craindre, suite à quoi elle s’adossa à un arbre pour pouvoir enfin se désaltérer avec l’eau qu’il lui avait fournie plus tôt.

Alors qu’il s’avançait pour la rejoindre, ne semblant courir aucun danger et remarquant au passage un discret tatouage à l’arrière de l’oreille de la Rubis, un jeune homme se prononça, démystifiant ainsi la source de leurs légers tracas :

« Oh salut, je m'excuse si je vous ai dérangés toi et ton ami » 

Bien que son intervention fût courte, il tira la conclusion - certainement hâtive - que le nouveau protagoniste était plus qu’amical. Il s’avança donc les mains dans les poches, les sourcils légèrement froncés et un sourire en coin. Il déduisit alors tout ce qu’il pouvait analyser du nouveau venu.

Ce dernier avait retiré sa chemise sur laquelle quelques taches de sang étaient perceptibles. De plus, son visage semblait encore humide. Il ne faisait pas assez chaud pour que ce soit de la transpiration, il venait donc de le laver. 
S’il venait de le laver, c’est qu’il s’était sali… d’où ce sang aperçu sur cette chemise ? S’il provenait bel et bien de son visage, la blessure était interne puisque rien ne paraissait à l’extérieur.
Oreilles, bouche et nez étaient les seules possibilités. Oreilles ? Qui saigne des oreilles ? D’autant plus que sa musique n’était pas exécrable et même plutôt jolie à l’écoute. La bouche ? L’extérieur des lèvres n’était pas endommagé. Le nez ? Probablement, les saignements de nez sont assez fréquents pour diverses raisons. Cela sonnait comme une évidence lorsqu’on pouvait en plus remarquer le bout du nez rouge, certainement la conséquence du frottement du tissu contre ce dernier.

Bien entendu, le fait qu’il jouait d’un instrument ne lui était pas passé sous le nez. Vu qu’il ne semblait pas tracassé par l’explosion, s’étant excusé de surplus et qu’il était vraisemblablement de l’académie - oui, les jeunes adultes excentriques de la région qui s’accumulent, on commence à les repérer rapidement -, il en déduisit peut-être à tort qu’il était la source de cette explosion. Qui plus est, le son de cette mélodie et ce bruit d’éclat d’écorce qu’il précédait, concordaient trop pour ne pas penser que son instrument était la base des tracas.

On partait donc sur un jeune homme qui pouvait potentiellement créer des explosions à l’aide de son instrument et qui avait très certainement saigné du nez pour une raison inconnue. Le fait qu’il eût déposé son instrument contre le tronc le rassura, le mettant ainsi dans une position avantageuse en cas d’éventuels problèmes.

Gardant alors son sourire en coin, la tête penchée suite à cette analyse qui n’avait duré qu’une durée infinitésimale, il le regarda de ses grands yeux en lui répondant :

« C’est plutôt auprès de lui que tu devrais t’excuser. », dit-il en désignant d’un coup de tête l’arbre dont l’écorce avait été endommagée.

Puis se frottant le bout du nez pour lui faire comprendre de quelle zone il parlait, il ajouta avec un ton légèrement plus moqueur :

« De plus, la coke, ça n’a pas l’air de te rendre service, tu devrais arrêter. A moins que la raison de ce saignement ne soit tout autre ? »

Espérant avoir visé juste, il attendait des réponses aux dernières questions qu’il se posait pour cerner le gros du personnage. Il glissa alors une légère expression moqueuse à sa camarade pour la mise en scène qui s’était finalement avérée plus qu’inutile et imita le geste qu’elle lui avait adressé pour lui signaler qu’il n’y avait rien à craindre.


Viens donc Invité, je t'emmène faire de merveilleux rêves....
avatar
Impé
Syndicat

Fiche perso'
Infos:
Où me trouver:
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Expédition botanique (Privé : Evan - Sidney)

Message par Sidney J. Pond le Dim 26 Juin 2016, 18:44

Le jeune musicien avait fini par me faire face, posant son instrument contre un tronc d’arbre – ce qui me soulagea aussitôt. J’avais beau être fan de tout ce qui touchait de près ou de loin à l’art, donc de la musique, je ne pouvais m’empêcher de penser que cette musique en particulier pouvait être destructrice. J’avais pu apercevoir des halos de lumières inexpliqués, et l’écorce encore fumante de l’arbre endommagé sonnait comme un rappel à l’ordre.

Sa chemise était tâchée. Il avait probablement dû saigner du nez, ce qui expliquerait son visage trempé d’eau. Pourtant, il ne faisait pas très chaud. Etait-ce dû à un effort quelconque ? Un effet indésirable de son pouvoir, peut-être ? Fronçant les sourcils intérieurement, je me demandai si son pouvoir était offensif. Après tout, ça ne m’étonnerait guère que le jeune homme en ait usé : la forêt constituait une planque efficace pour s’entraîner.

- Oh salut, je m'excuse si je vous ai dérangés toi et ton ami.

Je haussai un sourcil. Mon… ami ? C’est cela, oui ! Je levai les yeux au ciel, sur le point de préciser la nature de notre non-relation avec Montes, mais celui-ci me devança :

- C’est plutôt auprès de lui que tu devrais t’excuser.

I
l avait dit ça en désignant l’arbre blessé. Je haussai aussitôt les sourcils dans un regard appuyé, en accord avec les paroles de mon collègue. Après tout, j’avais beau être en pleine séance de footing, je m’étais octroyé une pause, donc il ne me dérangeait pas. Et ce pauvre arbre en avait pris cher pour son écorce, sans raison apparente. Ah ! En parlant de pause – j’avais encore soif. Portant à nouveau la bouteille à mes lèvres, j’en bus quelques gorgées salvatrices, avant de manquer de m’étouffer à la seconde remarque d’Impé.

Sa blague sur la coke me fit ricaner sans vergogne, aussi je lui adressai un regard moqueur mais pétillant, l’air de dire « Pas mal… ». Mais celui-ci me rendit une expression moqueuse et leva le pouce vers moi en une piètre imitation de ma personne. Lui jetant une œillade entre le mépris et l’amusement no but really?, je lui tirai la langue et lui jetai doucement sa bouteille entre les mains pour toute réponse.

J’aurais sans doute pu me justifier – après tout, on n’était jamais trop prudent, surtout dans un endroit pareil : imaginez une seconde qu’un quelconque élève de l’Académie ayant je ne sais quelle faculté à se transformer en je ne sais quel animal dangereux eût été à la place de notre musicien sanguinolent ! On aurait été dans de beaux draps. Mais soit, c’était loin d’être le cas – du moins, je l’espérais ; il ne manquerait plus que ledit sanguinolent au manque de goût vestimentaire ne se mette à hurler en se métamorphosant en ours. Quoiqu’il en soit, je ne jugeais pas nécessaire d’expliquer le fond de ma pensée au petit Rubis à mes côtés – il devait sans aucun doute, de par la perspicacité que j’avais cru lire dans son regard quelques instants plutôt, avoir compris de lui-même ; et sa pique m’avait amusée, alors autant ne pas gâcher ce moment en faisant la rabat-joie.

Reportant mon attention sur le petit ours rouge – et voilà que je me remettais à donner des surnoms stupides aux inconnus, surnoms que j’étais la seule à pouvoir comprendre, merci Maester de m’avoir entraînée là-dedans !, je plongeai mes yeux dans son regard émeraude. Il avait l’air on ne peut plus inoffensif, malgré sa corpulence. Dégageant une chaleur telle qu’elle en puait le plaisir du contact humain, il avait l’air un peu trop convivial à mon goût. Il commençait déjà à m’importuner par le simple fait d’exister. Restait à savoir combien de temps je survivrais en sa présence.

Et si j’arrêtais de faire ma revêche ? Après tout, malgré tout ce que je venais de citer, il marquait un point non négligeable grâce à l’instrument qu’il avait posé contre un arbre. Le côté musicien parvenait presque à effacer toute la haine que j’éprouvais pour les personnes un peu trop aimables. M’adossant davantage à mon tronc d’arbre, je pinçai les lèvres et plissai les yeux, attendant qu’il réponde à la question de Montes, question qui s’avérait me paraître pertinente.


J'exprime mon sarcasme en #660000


Merci à bb Mae' pour le kit ♥️
avatar
Sidney J. Pond

Fiche perso'
Infos:
Où me trouver:
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Expédition botanique (Privé : Evan - Sidney)

Message par Invité le Mar 19 Juil 2016, 01:10

Je me retrouvai donc en face de deux personnes qui m'étaient totalement inconnu, peut être avaient-ils vu les lumières ou entendu l'explosion. Bon bah il fallait que je me lance dans les explications.
Le jeune homme avait l'air de m'analyser comme pour être sûr que je n'étais pas un danger potentiel, pourtant je n'avais pas la tête d'un malade mental quand même . Si ? Il pencha la tête en esquissant un petit sourire en coin.

« C’est plutôt auprès de lui que tu devrais t’excuser. »

Je vis qu'il désignait le malheureux arbre qui m'avais servit de cobaye durant mon entraînement, bien évidemment ce dernier devait m'en vouloir. Être un arbre n'était déjà pas facile alors si quelqu'un s'en servait comme punching ball … quelle tristesse !
Je n'eus pas le temps de faire quoi ce soit que le jeune homme frotta le bon de son nez.

« De plus, la coke, ça n’a pas l’air de te rendre service, tu devrais arrêter. A moins que la raison de ce saignement ne soit tout autre ? »

Il se servait d'humour pour avoir des réponses à une question sérieuse, il devait être maître dans la manipulation et dans la reformulation de phrases. Il avait l'air sérieux mais il avait toujours cet air moqueur, étrange.  
Posant une main sur le tronc de l'arbre précédemment maltraité, j’espérai qu'il pourra me pardonner et tout cela en esquissant un sourire amusé un brin dérisoire. Avant de me retourner vers les deux personnes. Il souhaitait savoir ce qui était la cause de mon saignement de nez. Très bien.

-Voyez vous je fais parti de l'Académie Tsuki, et si vous voulez tout savoir je crois que je me suis un peu importé en jouant de la musique.

Je n'étais absolument pas gêné de parler de l'Académie comme étant une école normale, certaines habitants de cette ville n'appréciaient pas le moins du monde les personnes vivant dans cette académie. Pourtant je ne m'en cachais pas, certes à mes risques et périls mais je vis et j'étudie là bas, alors j'en étais fier.
Puis ils devaient également être de Tsuki, la jeune fille me disais vaguement quelque chose et le garçon était trop bizarre pour être quelqu'un de « normal ».
La jeune femme s'était entre temps adossée contre l'arbre et avait écouté ma réponse, il serait peut être temps de se présenter. J'allai sûrement me prendre un gros vent ma joie de vivre et ma bonheur pouvaient en déranger plus d'uns, mais bon j'étais comme ça et puis fallait un minimum connaître le prénom des personnes en face si l'on voulait continuer une discussion.

-Bon moi c'est Evan, enchanté !

Je repensai à quelques chose qui ne m'avait pas fait tilter sur le moment, quand j'avais précisé « toi et ton ami » la demoiselle avait levé les yeux au ciel comme si j'avais dit la plus grosse des âneries. Je levai un sourcil, étaient-ils en couple ? Ou de la même famille peut être. Non trop peu de ressemblances physiques.
Je les scrutai assez rapidement, ils devaient juste s'être rencontrés dans l'enceinte de établissement. De nature curieuse j'avais quand même envie d'en être sûr, puis bon ça pouvait être très amusant suivant leurs réactions. J'avais envie de les titiller un peu, ça ne pouvait pas faire de mal.

-Et vous alors vous vous êtes donné rendez vous dans cette forêt pour un plan ? Si c'est ça c'est un peu raté désolé.

Je rigolai en me frottant la nuque. Je pris la décision de me poser par terre près de mon sitar, je n'aimai pas l'avoir loin de moi. J'y tenais énormément. J’attentai leur réponse avec impatience !

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum