Le début d'une nouvelle amitié? (PV Lizbeth) - Terminé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le début d'une nouvelle amitié? (PV Lizbeth) - Terminé

Message par Invité le Sam 23 Avr 2016, 20:41

L'air était légèrement frisquet, mais le soleil était chaud pour compenser et les nombreux arbres et fleurs furent assez invitant pour convaincre les deux adolescents de sortir prendre l'air. Marco et Lizbeth étaient en pleine discution dans les couloirs lorsqu'une surveillante était intervenue pour donner elle-même à la nouvelle un appercu de l'académie, de son dortoir et ce dont elle avait besoin. Marco ne savait pas trop pourquoi, il était resté assis patiemment à attendre. Il fut quelque peu surpris de voir Lizbeth le rejoindre pour poursuivre leur conversation. Ça le rassurait un peu de la voir revenir. Elle aurait pu socialiser avec les autres élèves de sa Maison ou donner une excuse pour lui fausser compagnie depuis le temps.

Peut-être qu'il n'étais pas de si mauvaise compagnie que ça... Enfin, il ne se faisait pas trop d'illusions. Marco repensa à ce que Lizbeth lui avait dit. Qu'elle était Londonnienne et qu'elle n'avait pas vu grand chose autre que le manoir de son grand-père. Avait-elle choisie de vivre comme une recluse comme lui? Il ne savait pas trop comment lui poser la question sans la froisser, mais la prochaine chose qui sortit de sa bouche ne sonnait pas vraiment mieux.

''...Alors, vous êtes une aristocrate?''

Déjà le mot manoir était un bon indice et ses manières, son élégance... Marco ne put s'empêcher encore une fois de la comparer mentalement à une princesse. Ils semblaient appartenir à litéralement deux mondes différents, mais il ne pouvait s'empêcher de vouloir en savoir plus.

''Je n'ai jamais vraiment visiter Londre non plus, mais ce doit être magnifique. Mais... Vous disiez que votre mère voyageait beaucoup, vous n'êtes jamais allé voyager avec elle?'', demanda-t-il, la curiosité l'emportant sur la réfléxion.


Dernière édition par Marco Wakasa le Sam 25 Juin 2016, 20:13, édité 1 fois

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le début d'une nouvelle amitié? (PV Lizbeth) - Terminé

Message par Lizbeth J. Eleonora le Dim 24 Avr 2016, 05:28

Lizbeth était sur le point d'ajouter quelque chose de plus au moment où la surveillante se présenta à eux. Elle l'aida à trouver le concierge qui lui donnerait la clef de sa chambre et une copie de son horaire. Elle l'informa d'ailleurs que si elle avait besoin de quoique ce soit, elle pouvait le consulter à nouveau. La surveillante les quitta, Lizbeth entra dans le bureau du concierge et y passa un petit moment à y recevoir de l’information. Comme l'homme était plutôt jovial et qu'on l'avait encouragée à lui parler, elle ne se sentit pas trop intimidée. Lorsqu'elle ressortit, elle paraissait quand même un peu déstabilisée et soulagée d’avoir terminé et entretien.

Marco l'attendait toujours, assis sur un banc, la mine incertaine. Il sembla heureux de la revoir, comme s'il s'était imaginé qu'elle ne reviendrait pas. Lizbeth s'imaginait mal se rendre toute seule quelque part et  Marco était la seule personne qu'elle connaissait. De plus, comme il appréciait ses dessins, elle préférait de loin rester en sa compagnie.

Elle effectua un mouvement simple de la tête pour indiquer qu'elle était enfin libre.

« Merci de m'avoir attendue. » dit-elle, sincèrement.

Il avait proposé de sortir voir le parc et la jeune fille s'empressa de lui répondre positivement. Elle n'était pas sortie souvent du manoir, mis à part en cachette, mais elle se faisait rapidement attraper par les servants. L'extérieur était si agréable, l'air était léger et frais, les couleurs étaient vives... Elle se croyait à l'intérieur de ses dessins tant le monde lui semblait irréel. Du cadre d’une fenêtre, rien n’était aussi beau que dans la réalité. Le soleil reflétait délicatement sur ses cheveux, révélant de fins reflets violets. Elle inspira profondément l’air alors qu’une brise passait, ce qui calma son cœur de toutes les aventures qu'elle venait de vivre.

Marco reprit la parole, d'un ton un peu hésitant, il demanda:

''...Alors, vous êtes une aristocrate?''

Aristocrate. Elle n'en était pas certaine. Elle était peut-être née au sein d'une famille aisée, mais jamais son grand-père ne l'avait considérée comme sa petite fille. Elle se mordit la lèvre intérieure. Comment expliquer... Cinder gigotait dans sa poche. Lizbeth crut l'entendre couiner et s'inquiéta un instant que Marco l'ait entendu. Elle chercha ses mots un moment, puis répondit en tentant de paraître calme :

« Ma mère était la fille d’un homme aisé. Nous vivions dans un manoir en banlieue de Londres… En fait, je vivais là-bas aussi, bien que je n’y étais pas réellement bienvenue. Comment dire… Mon grand-père maternel ne posait même pas les yeux sur moi, tant je le dégoûtais. »

Elle prit une courte pause, arrêta de marcher et se mise à fixer ses pieds. Les cailloux sous sa semelle glissèrent alors qu’elle déplaçait la terre d’un mouvement semi-circulaire. Ce n’était pas une histoire heureuse. Son histoire à elle n’avait jamais vu de moment grandiose que l’on raconte avec les yeux pétillants. Elle se racontait avec les larmes au bord des yeux, si seulement Lizbeth pleurait encore… À la place, elle ne faisait qu’afficher un air calme et déconnecté.

« Je ne connais pas mon père… mais si ma mère l’a aimé, je suis sûre qu’il était un homme bien… même s’il était… un jeune de la ‘mauvaise école’ comme dirait grand-père… je ne peux malheureusement pas en dire autant du reste de ma ‘famille’… »

Elle leva les yeux au ciel. Bleu azur en continu… Une couleur paisible, calmante. Marco demanda si elle avait voyagé avec sa mère. Lizbeth afficha un regard admiratif et mélancolique, inspira l’air pur de l’extérieur à nouveau et se lança pour une autre révélation :

« En fait, je n’avais simplement pas le droit de sortir du manoir. Et ma mère non plus, après un certain temps… mais elle est allée un peu partout… Plusieurs pays d’Asie, presque partout en Europe, elle a même passé du temps en Afrique avec l’université et un peu en Amérique du Sud et Centrale. » Sa voix vibrait de passion admirative. « Elle étudiait l’histoire et l’anthropologie. Il paraît que grand-père voulait qu’elle fasse Doctorat… mais maman à rencontrer mon père… et les plans ont changé… enfin… »

Elle s’arrêta, se rendit compte qu’elle déblatérait. S’excusa brièvement :

« Désolée, je ne sais pas pourquoi je raconte tout ça… Ça ne doit pas vou…t’intéresser. »

Elle resserra ses mains ensemble, tentant tant de bien que de mal de ne pas trop s’en faire. Se remémorer tout ça semblait soudainement si lointain… Et pourtant, à l’aube-même, elle était au manoir croisant les regards satisfaits de ceux qui souhaitaient son départ. Elle secoua légèrement sa tête, reprit la marche d’un pas lent, et se tourna vers Marco, l’air interrogateur.

« Je préfèrerais entendre parler de toi… J’aime mieux les histoires des autres, elles sont beaucoup plus intéressantes que la mienne. »


avatar
Lizbeth J. Eleonora

Fiche perso'
Infos:
Où me trouver:
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le début d'une nouvelle amitié? (PV Lizbeth) - Terminé

Message par Invité le Dim 24 Avr 2016, 06:10

Ils profitèrent du décor et de l'air frais en silence tandis que Lizbeth semblait réfléchir ou chercher ses mots. Marco voulut presque lui dire de laisser tomber si peut-être cela ravivait de mauvais souvenirs lorsqu'elle reprit la parole, toujours de son éternel calme et sa voix posée. Ça en était surnaturel.

« Ma mère était la fille d’un homme aisé. Nous vivions dans un manoir en banlieue de Londres… En fait, je vivais là-bas aussi, bien que je n’y étais pas réellement bienvenue. Comment dire… Mon grand-père maternel ne posait même pas les yeux sur moi, tant je le dégoûtais. »

''...Heh?'', laissa-t-il échapper, son expression de curiosité se changeant en choc, mais Lizbeth n'en resta pas là.

« Je ne connais pas mon père… mais si ma mère l’a aimé, je suis sûre qu’il était un homme bien… même s’il était… un jeune de la ‘mauvaise école’ comme dirait grand-père… je ne peux malheureusement pas en dire autant du reste de ma ‘famille’… »

On aurait dit une véritable histoire d'amour telle que vu dans les livres et les films... L'histoire tragique de deux personnes de deux mondes différent s'unissant malgré l'adversité. Cela aurait pu être romantique, si l'histoire avait bien fini. Marco n'osa pas poser plus de questions sur le père inconnu et écouta la suite des révélations.

« En fait, je n’avais simplement pas le droit de sortir du manoir. Et ma mère non plus, après un certain temps… mais elle est allée un peu partout… Plusieurs pays d’Asie, presque partout en Europe, elle a même passé du temps en Afrique avec l’université et un peu en Amérique du Sud et Centrale. » Sa voix vibrait de passion admirative. « Elle étudiait l’histoire et l’anthropologie. Il paraît que grand-père voulait qu’elle fasse Doctorat… mais maman à rencontrer mon père… et les plans ont changé… enfin… »

Marco resta figé un instant, une boule s'était formée dans sa gorge. ...Elle n'avait pas le droit de sortir? L'adolescent pensa brièvement à sa situation de reclus dans sa chambre, mais ce n'était pas la même chose. Même si ses parents n'auraient pas voulu qu'il sorte non plus, Marco avait été celui qui avait pris la décision de s'enfermer. Il avait pu voir le japon et les États-Unis. Jouer avec les autres enfants dans le parc avant que son pouvoir ne vienne gâcher ça. Avant ça, Marco avait la vie la plus banale au monde. Lizbeth ne pouvait pas avoir le luxe d'avoir une vie normale. C'était...injuste. Dans son esprit, l'image de la princesse enfermée dans sa tour se confirmait. Il l'imaginait facilement, son regard triste et rêveur regardant à travers de la fenêtre.

« Désolée, je ne sais pas pourquoi je raconte tout ça… Ça ne doit pas vou…t’intéresser. »

« Je préfèrerais entendre parler de toi… J’aime mieux les histoires des autres, elles sont beaucoup plus intéressantes que la mienne. »

Il releva la tête, réalisant qu'il s'était laissé déprimer par l'histoire. Il devait se ressaissir! S'il lui restait une parcelle de qualité, ce devait être sa posivité! Une autre résolution prit racine fermement dans son coeur. D'un point de vue extérieur, il aurait sans doute eu l'air du cliché du protagoniste de manga promettant terre et monde à la première fille rencontrée, mais pour Marco, c'était le destin. Il ne venait pas uniquement pour se rendre lui-même hors d'état de nuire. S'il pouvait se prouver à lui-même que peut-être... Peut-être qu'il n'était pas qu'un gros lourdeau destructeur. Et si... il pouvait aider quelqu'un?

''Pas du tout mademoiselle! Je... Je suis vraiment désolé. Personne ne mérite de vivre dans de telles conditions, personne!'' s'exclama-t-il avec véhémence.

''Considérez-vous aujourd'hui comme libre! Je vous ferai visiter si vous le désirez... Que ce soit Tokyo ou Boston... Je vais tout faire pour que vous puissiez les voir de vos propres yeux!'', ajouta-t-il, déterminé comme jamais.

Soudainement, un oiseau avait quitté son nid dans un arbre derrière lui en battant des ailes bruyemment, faisant réaliser au jeune homme qu'il avait été le seul dans le parc à avoir mener du boucan. Son teint déjà rosé d'émotions ne tarda pas à virer au rouge brique.

''...D-Désolé, mademoiselle, je me suis laissé un peu emporté...'', bégaya-t-il, embarrassé.

''Et... si nous poursuivions un peu notre marche pour discuter?'', proposa-t-il, regardant un peu autour de lui, espérant que d'autres élèves n'allaient pas se rameuter pour voir qui beuglait comme un idiot.




Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le début d'une nouvelle amitié? (PV Lizbeth) - Terminé

Message par Lizbeth J. Eleonora le Dim 24 Avr 2016, 17:46

Lizbeth avait terminé son récit et observa un moment le jeune garçon qui l’écoutait avec attention. Elle perçut plusieurs émotions traverser son visage, de l’incompréhension, de la tristesse, de la surprise et puis finalement il était revenu à son positivisme incroyable. Comment pouvait-on ne pas se sentir détruit constamment? Elle avait elle-même appris à couper ses émotions, du moins elles ne paraissaient plus beaucoup sur son visage, alors comment pouvait-il écouter une histoire aussi difficile à entendre et se résoudre à un sourire? Elle ne se sentait pas insultée, bien loin de là, elle éprouvait de l’admiration pour le jeune homme. Lui aussi avait vécu des moments difficiles, tout le laissait transparaître, mais Lizbeth n’osait pas s’imaginer à quel point il avait dû se couper du monde à cause de son pouvoir.

''Pas du tout mademoiselle! Je... Je suis vraiment désolé. Personne ne mérite de vivre dans de telles conditions, personne!'' s'exclama-t-il avec véhémence.

Lizbeth le regarda, incrédule. Seule sa mère s’excusait de l’avoir indirectement enchaînée à son sort, lorsqu’elle tentait de convaincre sa fille bien-aimée qu’elle n’aurait pas dû voir le jour dans ces conditions. Malgré les encouragements de sa mère et sa détermination de cette dernière qu’un jour elle pourrait s’échapper avec son enfant, Lizbeth avait intégré dans son être la certitude qu’elle ne méritait pas le bonheur. Une enfant qui ne voit presque jamais le soleil peine à croire que sa lumière la recherche. Les mots de Marco, pourtant, dit avec une voix puissante, résonnaient dans l’esprit de Lizbeth. Elle ressentit un frisson étrange la parcourir, une vague de réconfort.

''Considérez-vous aujourd'hui comme libre! Je vous ferai visiter si vous le désirez... Que ce soit Tokyo ou Boston... Je vais tout faire pour que vous puissiez les voir de vos propres yeux!'', ajouta-t-il, déterminé comme jamais.

Le même frisson sembla s’amplifier lorsqu’elle entendit le mot « libre ». Elle le regarda d’un regard brillant d’espoir, ses yeux reflétaient une lueur bleutée qui semblait chasser le gris sombre de ses iris. Elle avait l’impression que quelqu’un était prêt à lui tendre la main et qu’elle pourrait enfin s’évader de son sort. Elle ne réalisait pas entièrement qu’elle n’était plus prise aux mains de son grand-père. Que plus personne ne chercherait à l’empêcher de s’épanouir… Mais la liberté aurait son prix elle aussi, ne serait-ce que d’apprendre à vivre dans cette académie, d’aller à l’école, de comprendre les sentiments complexes d’autrui…

Un oiseau la sortit de ses pensées et fit réaliser aux deux adolescents qu’ils avaient fait du bruit, assez pour effrayer le volatile. Marco avait rougit comme une tomate et s’excusa de l’embrassement. C’était une situation étrange, pensa Lizbeth à elle-même. Elle ne s’habituait pas au fait qu’il pouvait y avoir du monde autour d’eux qui pourraient les écouter ou se moquer. Bien évidemment, au manoir, les servants feignaient de les ignorer constamment, question de manières et de discrétion. Peu de personnes se présentaient dans les quartiers de sa mère. Tant qu’au fil des années, Lizbeth avait développé une tendance à croire qu’elle était seule au monde avec sa mère, comme dans une bulle à laquelle personne ne s’intéressait. Comme invisibles. Une impression qui se répétait avec Marco, semblerait-il, comme elle n’avait pas remarqué son entourage pendant qu’il lui parlait.

Elle tourna la tête légèrement, reprenant conscience de son environnement, et se mise à fixer des feuilles se mouvant au gré du vent et répondit finalement :

« Merci, Monsieur Marco. Je crois qu’avec toi, je ne m’ennuierai pas. » Dit-elle d’un ton poli, mais avec une note positive.

Il proposa de continuer leur promenade, elle acquiesça de la tête et lui emboita le pas. Les deux jeunes suivirent le chemin déjà tapissé de petites rocailles colorées et s’enfoncèrent un peu plus loin dans le parc. Ils arrivèrent non loin d’une entrée, où ils dénichèrent un petit écriteau indiquant le mot: JARDINS. Ils traversèrent le treillage tapissé de plantes grimpantes aux fleurs pourpres et s’enfoncèrent aux milieux des buissons aussi hauts, si pas plus, qu’eux. Lizbeth ne pouvait s’empêcher de tendre la main pour toucher à la texture des feuilles… Elle avançait devant Marco, à peut-être un mètre de distance, tant elle était intriguée. Elle se sentait en pleine découverte, l’esprit vif d’apprendre un peu plus comment toutes ces choses qu’elle n’avait que ‘vues’ par le biais de sa mère fonctionnaient. Lorsqu’elle croisait des fleurs écloses, la curiosité l’emportait et elle approchait son nez afin d'en humer le parfum. Après deux ou trois intersections, elle se tourna vers Marco et lui dit :

« Cet endroit est magnifique. Ça ressemble au jardin de grand-père que je regardais par la fenêtre, mais en beaucoup plus grand! Il y a tant de nouvelles choses... »

‘…que je pourrai dessiner’ termina-t-elle, comme une pensée silencieuse. Elle s’avança un peu plus et tendit la main pour toucher à une rose blanche comme neige. Elle détailla la forme des pétales du bout de l’index, descendit tranquillement vers la tige et puis…

« Ouch! » s’exclama-t-elle, en secouant son doigt rougit. Une perle de sang se forma alors que Lizbeth la regardait d’un air complétement stupéfait.


avatar
Lizbeth J. Eleonora

Fiche perso'
Infos:
Où me trouver:
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le début d'une nouvelle amitié? (PV Lizbeth) - Terminé

Message par Invité le Dim 24 Avr 2016, 22:35

Ils avaient repris leur marche d'un petit pas rapide, Marco était encore un peu gêné de son exclamation, mais il restait soulagé de voir que Lizbeth ne lui en tenait pas rigueur. Elle avait toujours son expression neutre, mais ses yeux avaient changés... Ils semblaient déjà beaucoup plus... vivants. Sans même réalisé, le regard de Marco s'était adoucit et il souriait de nouveau.

''C'est bien tout ce que j'ai pour moi... non?'', pensa-t-il, amèrement, mais tenta de ne pas y prêter attention.

Du positif et de l'espoir, il en avait à revendre. Du moins, pour elle, il allait tout donner. Il hocha la tête pour lui-même, repensant à la résolution qu'il venait de faire. Autant faire en sorte que cela ne soit pas que des promesses en l'air.

« Merci, Monsieur Marco. Je crois qu’avec toi, je ne m’ennuierai pas. » Dit-elle d’un ton poli, mais avec une note positive.

''Ah... Tu peux juste m'appeller Marco. Je ne suis pas quelqu'un de si...'', commença-t-il.

Important... C'était ce qu'il allait dire, mais ça allait sonner plus déprimant que d'autre chose, c'est là qu'il réalisa.

''Oh, pardon! Vous ne m'avez toujours pas dit si je vous pouvais vous tutoyer ou non'', ajouta-t-il rapidement.

C'est là qu'il remarqua qu'elle était préoccupée par le décor ou plutôt elle l'admirait. Elle allait là où ses pieds l'ammenait, profitant soudainement de la sensation de liberté qu'elle découvrait.

« Cet endroit est magnifique. Ça ressemble au jardin de grand-père que je regardais par la fenêtre, mais en beaucoup plus grand! Il y a tant de nouvelles choses... »

Marco ne put qu'acquiescer avec son éternel sourire, sans détacher ses yeux de Lizbeth qui porta son attention vers une rose et...

Avant même qu'il ne puisse ouvrir la bouche pour la prévenir, elle laissa échapper une exclamation de douleur et de surprise. L'adolescent ne perdit pas de temps pour s'approcher d'elle. La jeune femme regardait son doigt où perlait une goutte de sang, comme si elle s'était blessée pour la toute première fois.

Si seulement il n'avait pas eu ses stupides gants, il lui aurait tendu un mouchoir. La scène d'un anime lui vint en tête. Une jeune fille se blessant à un doigt, le garçon prenant sa main pour déposer un baiser et...

''Bordel Marco, on est pas dans un shojo!", se rappela-t-il à l'ordre mentalement.

Était-il à ce point déconnecté du monde réel pour se croire dans un manga? Soupira, il tourna le dos à la jeune fille, lui montrant son sac à dos orange, éternellement plein de divers choses.

''Dans la première pochette, je devrais avoir des mouchoirs et des petits pansements...Je ne peux pas vraiment fouiller, vous comprenez pourquoi''

(Ahlala...Un Marco qui s'attache vite ^^; J'espère que ça te dérange pas)

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le début d'une nouvelle amitié? (PV Lizbeth) - Terminé

Message par Lizbeth J. Eleonora le Lun 25 Avr 2016, 03:39

Marco lui indiqua qu’elle pouvait l’appeler seulement ‘Marco’. Elle ne s’était même pas rendu compte qu’elle ajoutait ‘Monsieur’ devant son nom… C’était l’habitude qui la tenait. Il avait laissé sa phrase en suspens, l’air de vouloir dire qu’il ne méritait pas tant d’honneur. Déjà, tutoyez quelqu’un lui était bien étrange, car elle vouvoyait même sa propre mère. Inhabituel, mais pas désagréable, pensa-t-elle, alors qu’il lui demandait s’il pouvait lui-même utiliser ‘tu’ avec elle.

« Bien sûr, enfin… si ça ne te mets pas mal à l’aise » Répondit-elle, croyant qu’il lui serait aussi difficile d’arrêter de la vouvoyez qu’il l’avait été pour elle.

Lizbeth ne comprenait pas trop la différence entre les deux méthodes. On lui avait appris à garder un langage soutenu et personne ne l’avait vraiment introduite au sens de ses actions. Fait, simplement, ne demande rien.

Quelques pas plus tard, elle avait tendu la main pour se piquer à l’épine d’un rosier, telle une jeune princesse dans un conte de fée. La perle rouge qui surplombait son doigt l’intriguait. Elle s’était déjà blessée au manoir, mais seulement lorsqu’elle l’avait cherché… Comme lorsqu’elle avait tenté de monter au grenier par ses propres moyens, ceux-ci incluant une bonne pile de chaises disparates et beaucoup de patience. Inévitablement, elle était tombée, en brisant quelques morceaux de chaise qui l’avaient bien égratignée… Plusieurs hurlements plus tard de la part de la bonne, qui l’avait découverte au vacarme qu’elle avait causé, elle s’était fâchée et avait fui. Elle avait dévalisé une petite quantité de désinfectant et de pansement dans l’infirmerie et s’était occupée au mieux de ses capacités de sa jambe éraflée.

En ce moment par contre, c’était le fait que la fleur l’avait ‘attaquée’ qui la perturbait. Comment quelque chose d’aussi beau et qui dégageait un parfum aussi délicat avait pu la blesser? Marco, ayant observé la scène, l’interpella :

''Dans la première pochette, je devrais avoir des mouchoirs et des petits pansements...Je ne peux pas vraiment fouiller, vous comprenez pourquoi''

Il pointa derrière lui, de ses gants dorés, indiquant son sac. Lizbeth répondit, les joues empourprées.

« Oh… désolée, j’étais perdue dans mes pensées… »

Marco se tourna pour la laisser s’y infiltrer. C’était un sac à dos d’un orange très voyant, qui semblait contenir beaucoup plus qu’il n’y paraissait. Elle s’exécuta en délicatesse. Elle avait beaucoup trop peur de tacher le sac de Marco avec son sang. Ce serait malin de sa part et elle s’imaginait mal Marco tenter de le nettoyer. Elle entreprit d’ouvrir la pochette dans laquelle devaient se trouver les pansements. Le son classique de la fermeture se fit entendre et, à la surprise de Lizbeth, plusieurs petites miettes jaunâtres s’échappèrent de l’ouverture. Un petit bout de papier virevolta doucement sur le sol.

« Quelque chose est tombé… » Dit-elle, d’une voix gênée.

Ça ne semblait pas important, mais comme elle n’avait jamais vu la texture d’une croustille avant, elle ne savait pas trop. Elle continua de fouiller et puis finalement mit la main sur un petit paquet de mouchoir enveloppé dans un sac avec environ une dizaine de pansements. Elle l’attrapa, referma le sac et s’appliqua à la tâche d’éponger le sang et de panser la plaie. Une fois tout cela fait, elle se pencha pour ramasser le petit bout de papier qui était tombé en même temps afin de le remettre dans le sac. Elle ne put s’empêcher de regarder, même si elle se doutait que cela pouvait être quelque peu impoli. Un dessin aux traits fins représentait une jeune fille à l’air joyeux, avec de longues couettes et des yeux particuliers. Lizbeth, qui ne connaissait que le dessin réaliste, demanda d’une voix naïve :

« Qu’est-ce que c’est? Est-ce que... tu l'as dessiné? »

(HRP : Pour les horaires, on mettra ça dans un post plus tard, je veux pas faire avancer les choses trop rapidement x3)


avatar
Lizbeth J. Eleonora

Fiche perso'
Infos:
Où me trouver:
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le début d'une nouvelle amitié? (PV Lizbeth) - Terminé

Message par Invité le Lun 25 Avr 2016, 06:17

L'adolescent resta dos tourné, laissant la jeune fille fouiller dans son sac. Il n'avait rien d'indécent sur lui, il n'était pas vraiment inquiet, mais c'était tout de même un peu embarrassant de la laisser fouiller dans son foutoir. Son sac lui avait été offert par sa mère quand il était plus jeune. Un sac orange bien banal, mais qui restait tout de même de souvenir de sa vie avant qu'elle ne bascule.

« Bien sûr, enfin… si ça ne te mets pas mal à l’aise »

Ce fut à son tour d'être rappellé à la réalité. ...Elle lui donnait la permission de la tutoyer.

''Il n'y a pas de problèmes, mademoiselle Lizbeth'', répondit-il... décidément, il allait avoir du mal à ne pas l'appeller mademoiselle par signe de politesse. Les manières et les formules de respect étaient tout de même profondément ancré dans sa culture. Son père et sa mère contrastaient beaucoup à ce sujet. Sa mère avait tout de la mère au foyer japonaise assez traditionnelle alors que son paternel était l'américain le plus standard aussi. C'était quelqu'un de bien, mais il avait toujours les manières et la façon de parler très familière, insistant que le vouvoiement mettaient plus de distances et de malaise que d'autre chose.

Il réalisa lorsqu'il avait indiqué où trouver les pansements que Lizbeth était elle-même perdue dans les souvenirs.

''Je me demande bien à quoi elle peut penser en ce moment...'', se demanda-t-il.

''...Au fait Lizbeth... euh... Fais attention aux épines de ces roses'', dit-il comme pour meubler le silence et voulu se frapper mentalement.

Thank you, Captain Obvious...

« Quelque chose est tombé… » Dit-elle, d’une voix gênée.

''Ah?'', il jeta un coup d'oeil au sol. Quelques miettes de chips... Ses joues devinrent à nouveau rosé.

''Elle doit me prendre pour un vrai porc'', pensa-t-il.

Mais t'es un porc, Marco...

L'adolescent voulu dire à cette petite voix négative intérieure de bien gentiment se la fermer lorsqu'il réalisa que Lizbeth avait trouvé autre chose tombée de son sac.

« Qu’est-ce que c’est? Est-ce que... tu l'as dessiné? »

''Ah!!'', s'exclama-t-il en se tournant vers le dessin en question.

Une magical girl d'un de ses shojos préférés... Le dessin typiquement manga avec l'expression joyeuse et mignonne, le visage jeune ainsi qu'une poitrine et des hanches assez généreuses.

''...O-Oui... C'est un de mes ....euh... vieux dessins'', admit-t-il timidement.

Les traits étaient loins d'être parfaits, n'importe quel artiste le remarquerait en voyant certaines lignes tremblantes et imprécises. Cela venait du fait qu'il ne pouvait bien sûr ne pas dessiner avec ses mains.

''Je l'ai fait il y a...deux ou trois mois je crois. Dessiner me manquait alors...J'ai essayé d'utiliser le crayon avec ma bouche et voilà le résultat. A-Avez-vous... Je veux dire, as-tu trouvé ce dont tu avais besoin? Pardon pour le désordre''

(Y'a pas de soucis ^-^)

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le début d'une nouvelle amitié? (PV Lizbeth) - Terminé

Message par Lizbeth J. Eleonora le Mar 26 Avr 2016, 02:23

(HRP : Je crois que tu vas rire, j’ai hâte de voir la réaction de Marco… XD
Aussi, désolée, semblerait que ma connexion ait décidé de rien envoyer ce matin... c'était prêt depuis tout ce temps T_T)

Comme elle s’en doutait, Marco avoua être l’auteur de ce dessin.

''...O-Oui... C'est un de mes ....euh... vieux dessins'', admit-t-il timidement. ''Je l'ai fait il y a...deux ou trois mois je crois. Dessiner me manquait alors...J'ai essayé d'utiliser le crayon avec ma bouche et voilà le résultat. A-Avez-vous... Je veux dire, as-tu trouvé ce dont tu avais besoin? Pardon pour le désordre''

Elle répondit à sa deuxième question d’un simple « oui » et lui montra le pansement un peu mal placée, mais de façon néanmoins efficace. Elle s’empressa de remettre les choses de Marco dans la pochette du devant. Elle conserva le dessin sans s’en rendre compte. Elle repensait à ce qu’il avait dit juste avant…

Il l’avait dessiné avec sa bouche… Quelle motivation! Lizbeth ne s’imaginait même plus prendre la peine de toucher du papier depuis qu’elle avait compris comment se servir de son don. Dans sa solitude et selon son désir inlassable de sortir et de voir le monde, elle n’avait jamais tenté de créer des choses qui n’existaient pas vraiment. Les paysages étaient sa grande force. Elle travaillait toujours de son mieux afin de pouvoir ajouter les bruits à ses créations, mais semblerait que le son ne soit pas si simple à formuler. Soudain, elle eut envie de tenter l’expérience, en espérant que Marco ne soit pas offusqué…

« J’aimerais tenter quelque chose » Murmura-t-elle d’une voix douce et posée. « Pour ce faire, j’aurai besoin de cet exemple » Elle pointa le bout de papier sur lequel Marco avait dessiné une héroïne de Shojo.

Lizbeth enregistra les traits plus ou moins tremblants du dessin de Marco et les redressât dans sa tête. Une image se formait avec précision sur un canevas imaginaire au fond de son esprit, elle y appliqua différentes couleurs, sans trop savoir quelles couleurs se devaient d’être où. Une longue chevelure noire en couettes surmontée de boucles, une robe qui rebondissait sur les hanches, un regard vert émeraude qui éclatait de vivacité, un sourire étincelant… Lorsque la jeune illusionniste fut enfin satisfaite de son image mentale, elle porta ses mains devant elle. Telle une chef d’orchestre, elle ordonnait à des traits invisibles de se manifester dans la réalité. En un moment, sa création avait commencé à apparaitre devant les yeux du jeune homme.

Lizbeth prit une grande respiration. Elle avait enfin terminé. Étant donné que cette image n’était pas habituelle, elle se sentait quelque peu étourdie, mais rien de problématique. Devant eux, se tenait une jeune fille grandeur nature, pleine de vie, qui semblait réelle, mais sans vraiment l’être étant donné qu’elle était un personnage pour commencer et que ça prendrait que quelques coups de main pour évacuer la fumée brillante qui la composait. Lizbeth se retourna vers Marco, l’air satisfaite. Elle espérait qu’il aimerait cette création, puisqu’elle l’avait basée sur quelque chose que Marco semblait affectionner.

« Voilà, pour toi! » s’exclama-t-elle en brisant le silence. « C’est la première fois que je fais quelque chose d’imaginé comme ça. Au manoir, on ne parlait pas de choses fantastiques, seulement que du vrai. »

Elle détailla son dessin et puis remarqua les formes… arrondies de la jeune fille. Un buste plutôt généreux. Comme par reflexe féminin, elle avait observait le sien un moment… Plate comme une planche à pain. Elle avait 17 ans, et aucunes courbes ne se formaient sur sa poitrine ou même sur ses hanches. Elle se rappelait que sa mère et les bonnes avaient elle aussi un peu plus de… volume… Ses pommettes rougirent, pour la première fois elle s’inquiéta à savoir si son physique était normal. Peut-être était-ce dû au fait qu’on la nourrissait peu et qu’elle n’avait pas souvent vu le soleil directement. Comme elle ne savait pas vraiment ce qui était normal ou pas, elle s’enquit de le demander à son nouvel ami. De toute façon, personne d’autre ne pourrait lui répondre, elle ne connaissait pas encore les filles de sa chambre, ni d’autres élèves, et puis comme c’était une question plus ou moins délicate… Elle préférait la poser à quelqu’un qui s’était révélé sensible depuis le départ :

« Mons… Hmmm. Marco. » Elle déglutina, parler de son corps à quelqu’un d’autre était un peu tabou selon son éducation, mais elle ne pourrait rien apprendre sans demander. « Est-ce normal ces courbes pour une jeune fille? Est-ce qu’elle arrive plus tard ou devrais-je les avoir déjà…? »

Elle se cacha un peu la bouche de ses mains, camouflant à la fois son manque pratiquement complet de poitrine par ses avant-bras. Elle n’arrivait pas trop à comprendre pourquoi cette histoire de formes l’embêtait autant. Cinder faisait des rondes dans sa poche.


avatar
Lizbeth J. Eleonora

Fiche perso'
Infos:
Où me trouver:
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le début d'une nouvelle amitié? (PV Lizbeth) - Terminé

Message par Invité le Mar 26 Avr 2016, 06:05

(Oh boy... Haha XD)

Lizbeth observa son dessin avec attention, pendant un instant Marco se sentit vraiment désolé qu'elle ne connaissait pas cet anime. ...Elle ne semblait pas vraiment du genre à en regarder non plus. Son petit côté geek lui donnait un peu l'envie de ''l'éduquer'' sur ce sujet un de ces jours.

« J’aimerais tenter quelque chose » Murmura-t-elle d’une voix douce et posée. « Pour ce faire, j’aurai besoin de cet exemple »

Il cligna les yeux d'un air curieux, voyant que Lizbeth semblait se concentrer intensément puis... devant ses yeux ébahis, son héroîne prenait vie, en grandeur nature. Il laissa échapper une véritable exclamation de surprise, sa large bouche grande ouverte et ses petits yeux écarquillés. Certes les couleurs n'étaient pas tout à fait exactes, mais le résultat était éblouissant.

''U-Usagi-chan....'', souffla-t-il devant son personnage avant de se tourner vers l'artiste.

''W-Wow, ça c'était vraiment impressionnant!'', s'exclama Marco avec sincérité.

Toute fois, Lizbeth semblait vouloir lui dire quelque chose avec un petit air penaud.

''Tout va bien?'', demanda-t-il, un peu inquiet.

Rien au monde n'allait le préparer pour ce qu'elle allait lui dire...

« Mons… Hmmm. Marco. » , commença-t-elle.

Et la question fut envoyée telle une bombe...

« Est-ce normal ces courbes pour une jeune fille? Est-ce qu’elle arrive plus tard ou devrais-je les avoir déjà…? »

''Heh?'', laissa-t-il échapper un instant, par réflexe baissant les yeux vers la poitrine puis les hanches. Certes, elle manquaient un peu de développement, mais...

Une minute. Venait-il juste de...

''Crétin!'', se traita-il mentalement avant de ramener son regard aux yeux de la jeune fille. Le teint du jeune homme ne pouvait pas être plus écarlate et il pouvait sentir des gouttes de sueur nerveuse perler sur son front.

Quoi dire, quoi dire... Comment régler cette question piège. Bon pour Marco, si on parlait de goût personnel, la taille de la poitrine importait peu. C'était un adolescent en bonne santé qui appréciait à ses heures le...fanservice dans les animes, mais dans la vraie vie, il ne recherchait pas particulièrement les courbes généreuses...

''Ehhhhh... Vous n'avez pas à vous inquiétez.... Ah pardon, à t'inquiéter. C-C'est du manga, le but est d'exagérer les traits et euh.... Comme je l'ai dit c'est un vieux dessin, les proportions ne sont pas très exactes. T-Tu es déjà très belle comme ça!'', s'empressa-t-il de répondre, rougissant de plus belle.

Il voulut rajouter d'autre chose, mais il avait l'impression que plus il parlerais, plus il creuserait sa propre tombe...

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le début d'une nouvelle amitié? (PV Lizbeth) - Terminé

Message par Lizbeth J. Eleonora le Mar 26 Avr 2016, 15:25

Le dessin de Lizbeth commençait à s’évaporer, laissant derrière lui des traces de fumées étincelant aux rayons du soleil. Marco avait nommé le personnage ‘Usagi-chan’, mais ce nom n’évoquait rien pour la jeune fille. Comme elle n’avait pas eu droit de se servir de quoique ce soit d’intéressant dans son ancienne demeure, elle n’avait pas regardé de télévision non plus. Elle savait quelle utilité l’objet possédait. Une boîte à image. Un peu comme son don, d’une certaine façon, mais il lui coûtait beaucoup moins d’énergie à utiliser et elle ne nécessitait aucune imagination de la part de son spectateur. Peut-être, un jour, elle demanderait à Marco de l’introduire à quelques émissions. Elle avait bien aimé son expérience à dessiner cette Usagi-chan, les chances qu’elle s’amuse autant à voir ses aventures étaient fortes.

Marco sembla plutôt déconcerté par la question de Lizbeth. Le sujet était probablement tabou pour sa culture aussi, se dit-elle. Elle eut envie de lui dire de ne pas s’en faire avec sa question, mais la curiosité, et puis ce sentiment étrange qui dictait un désir de réconfort, l’en empêchèrent. Elle était beaucoup trop concentrée à fixer le sol, l’air incertaine pour remarquer le regard de Marco sur elle. Il était bien empourpré lorsqu’il lui répondit enfin :

''Ehhhhh... Vous n'avez pas à vous inquiéter.... Ah pardon, à t'inquiéter. C-C'est du manga, le but est d'exagérer les traits et euh.... Comme je l'ai dit c'est un vieux dessin, les proportions ne sont pas très exactes. T-Tu es déjà très belle comme ça!'', s'empressa-t-il de répondre, rougissant de plus belle.

Un vague de soulagement s’empara de la jeune fille. Elle ne savait trop pourquoi, mais les mots de son nouvel (et unique) ami l’avait libérée de cette tension gênante. Elle s’enquit de lui faire part de sa gratitude, relâchant ses bras et en effectuant quelques pas vers un buisson d’orchidées roses.

« Merci… Je suis désolée d’avoir posée une telle question… Je n’y avais jamais pensé auparavant. »

C’était étrange, pensa-t-elle. Il l’avait qualifiée de ‘belle’. Pour elle, l’idéal de beauté féminine, c’était sa mère, Eleonora. Des cheveux longs, très longs, et ondulant d’un châtain délicat qui reflétait un peu de roux ici et là. Un visage doux et serein, des yeux ensorcelants d’un vert émeraude irréel, un sourire accrocheur… Elle était grande et pas trop mince, avec de jolies courbes mesurées. Lizbeth était tout le contraire… Petite, maladivement mince et plate, les yeux et les cheveux d’une couleur triste et sombre, coupés trop court. Sa mère lui disait que ses couleurs lui venaient de son père et qu’elle était magnifique. En même temps, Lizbeth savait qu’elle rendait sa mère triste tant elle lui ressemblait. Lizbeth en était venue à se détester et n’osait pas se considérer comme une belle jeune femme. Elle marmonna d’une voix étouffée, pratiquement inaudible :

« …belle… je ne crois pas… »

Ses yeux s’étaient assombris un peu, mais un rayon de soleil d’un orangé prononcé sembla se mouvoir dans l’espace entre les adolescents. Lizbeth regarda au-dessus des arbres du jardin. Le soleil se couchait. Elle fut aveuglée un instant par sa lumière, mais la chaleur des rayons étaient si douce qu’elle ne détourna pas le regard. Elle eut l’impression que l’astre l’enrobait d’un feu agréable. Quelle heure était-il? Ils devraient rentrer bientôt… Elle n’avait toujours pas intégré sa chambre. Elle se retourna vers Marco et lui demanda son avis :

« Il se fait tard… Nous devrions rentrer. »

Comme elle connaissait le chemin, elle fit quelque pas et se retourna vers le jeune homme, pour l’attendre.

(HRP : Si tu veux nous mener jusqu’à l’école, on pourra vérifier quels cours on a ensemble avant d’aller dormir x3)


avatar
Lizbeth J. Eleonora

Fiche perso'
Infos:
Où me trouver:
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le début d'une nouvelle amitié? (PV Lizbeth) - Terminé

Message par Invité le Mer 27 Avr 2016, 03:11

Toujours quelque peu gêné, Marco se sentait toujours reconnaissante que Lizbeth n'ait pas eu de mauvaises réactions. D'ailleurs, il trouvait toujours cela étonnant de voir qu'elle restait toujours à ses côtés. Il était peu habitué de voir des gens appréciant vraiment sa compagnie. D'un autre côté, après avoir écouté le récit de Lizbeth, il eut appris que cela avait été le cas pour elle aussi.

« Merci… Je suis désolée d’avoir posée une telle question… Je n’y avais jamais pensé auparavant. »

''Ah euh, de rien... Je veux dire, il n'y a pas de quoi s'excuser!'', répondit-il avec son petit sourire timide.

Elle semblait rajouter autre chose, mais tellement inaudible que Marco ne l'avait pas entendu sur le coup. Avant qu'il n'ait le temps de lui demander de répéter, la jeune femme lui fit réaliser que l'heure avançait.

« Il se fait tard… Nous devrions rentrer. »

Ah oui, en effet, le soleil se couchait et une douce lumière orangée les enrobait. L'adolescent soupira un peu... le temps avait vraiment passé trop vite. D'un pas lourd, il rejoignit Lizbeth.

''Tu as raison...''

Ils marchèrent silencieusement pendant un moment, profitant un peu du coucher de soleil. Se mordant un peu la lèvre inférieure, Marco lança des regards de temps à autres à la jeune femme.

''Bon, celui qui ne tente rien n'a rien'', se dit-il mentalement avant de prendre la parole.

''E-Est-ce que... Je pourrai te revoir?'', demanda Marco, réalisant après coup que la question sonnerait peut-être idiote. Ils allaient commencer leurs études à l'académie, ils finiraient bien par se recroiser.

''Enfin, je veux dire... Je me demande si nous n'aurions pas quelques cours en commun sur notre horaire et puis...''

Il marqua une pause avant de dire vraiment le fond de sa pensée.

''Je suis vraiment content de t'avoir rencontré, Lizbeth. Je crois bien que tu es la première amie que j'ai eu depuis des années. Ah euh, je veux dire... Si tu as besoin de qui que ce soit, je suis là, si tu veux bien m'avoir comme ami'', précisa-t-il.

Il attendit de voir la réaction de la jeune fille, sentant son coeur battre la chamade.

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le début d'une nouvelle amitié? (PV Lizbeth) - Terminé

Message par Lizbeth J. Eleonora le Jeu 28 Avr 2016, 01:29

Lizbeth suivait le jeune garçon de près depuis qu’il l’avait rejoint. Ils sortirent des jardins en moins de temps qu’il en avait fallu pour y entrer. Lizbeth se passionnait toujours des petites choses autour d’elle, mais s’arrêtait moins longtemps; juste assez pour confirmer ses observations antérieures. La lumière orangée du soleil couchant baignait tout l’endroit comme un voile léger. La scène était chaleureuse, bien qu’un peu silencieuse. Lizbeth n’était pas inconfortable dans le silence, elle y était habituée, malgré qu’en ce moment, il lui semblait lourd…

Elle se retournait pour briser la glace, mais Marco la devança :

''E-Est-ce que... Je pourrai te revoir?'' demanda Marco, ''Enfin, je veux dire... Je me demande si nous n'aurions pas quelques cours en commun sur notre horaire et puis...''

Il avait fait une pause. Lizbeth suivait ses mouvements avec attention. Il semblait timide et déterminé à la fois, ce qu’il avait à dire devait être important, pensa-t-elle.

''Je suis vraiment content de t'avoir rencontré, Lizbeth. Je crois bien que tu es la première amie que j'ai eu depuis des années. Ah euh, je veux dire... Si tu as besoin de qui que ce soit, je suis là, si tu veux bien m'avoir comme ami'', précisa-t-il.

Sur le coup de son aveu, Lizbeth avait cligné des yeux légèrement. Elle se sentait une palpitation dans ses veines, un vent de chaleur l’emplissait. Cinder dormait paisiblement dans sa poche et semblait presque ‘ronronner’ comme un petit chaton. ‘Ami’… Elle s’était fait un ami. Ça lui semblait utopique! Elle connaissait le sens du terme, malgré qu’il n’ait eu que sa mère pour lui tenir compagnie. Ses pas cessèrent environ 5 mètres des grandes portes. Elle regarda Marco, un léger sourire, à peine visible, sur les lèvres. En ressentant ce mouvement de son visage, elle avait porté la main par réflexe sur sa bouche, l’air surprise. Venait-elle de sourire?

« Merci beaucoup » répondit-elle d’une voix délicate.

En un instant, elle revécut les évènements de la journée… Son arrivée rocambolesque, son premier contact avec l’académie et avec le jeune garçon, leurs aveux concernant leur pouvoir respectifs, la promenade jusqu’aux jardins. Depuis son enfance, elle n’avait jamais réellement passé une journée aussi occupée. Une panoplie d’émotions l’avait envahie… Elle se retourna vers Marco, l’air pensif, puis répondit :
« Je suis très heureuse de t’avoir rencontrée aussi. » Elle se retourna pour observer le soleil disparaître lentement derrière les arbres. « Je serai ravie d’être ton amie… Tu sais, je n’ai jamais eu d’ami, j’espère que je serai à la hauteur. » Elle eut un air triste pendant un instant. « Enfin… Je suis d’accord pour qu’on se voie à nouveau! »

Elle se rappela qu’il avait parlé de leur horaire de classe. Elle glissa sa main dans sa poche et en sortit un petit bout de papier plié attentivement en quatre. Elle la déplia et l’observa quelques minutes. Elle y vit les matières suivantes : Anglais (avancé), mathématiques (débutant), physique-chimie (débutant), biologie (débutant), littérature (intermédiaire), sport, entraînement de pouvoirs (débutant), histoire-géographie (intermédiaire). Comme options, elle avait pris une langue tierce et arts plastiques. Elle tendit son horaire à Marco.

« J’ai plusieurs matières pour débutants… Je ne suis jamais vraiment allée à l’école. J’ai appris à lire avec ma mère… elle me prêtait des livres en secret… je suis pas mal en histoire aussi. » Elle fit une courte pause. « Ah… and since I’m English, I’m in the advanced group. » Dit-elle avec un fort accent Anglais.


avatar
Lizbeth J. Eleonora

Fiche perso'
Infos:
Où me trouver:
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le début d'une nouvelle amitié? (PV Lizbeth) - Terminé

Message par Invité le Ven 29 Avr 2016, 05:18

(Navrée pour la réponse tardive T_T)

Sentant toujours son coeur s'emporter dans sa poitrine, Marco n'avait pas quitté des yeux le visage de Lizbeth. Il devait bien l'avouer, il se sentait nerveux. Tous les séparaient, autant leur apparence respective que leur pouvoir et leur milieu de vie... Mais pourtant, il ne pouvait s'empêcher d'avoir la présomption qu'ils n'étaient pas si différents. Après tous, ils étaient tous les deux à leur manière assez mal à l'aise dans les moments de socialisation et ils avaient tous les deux vécu une grande solitude. Était-ce suffisant pour permettre à un lien de se former entre eux?

Marco cligna des yeux, se demandant si c'était les dernières lueurs du soleil qui l'éblouissait ou...si la jeune fille avait eu sur son visage fin l'ombre d'un sourire. Sans même en être certain, son propre sourire s'élargit et une chaleur l'emplissait.
Mieux encore, Lizbeth le remerciait.

Elle avait pris une pause, l'air encore pensive avant de reprendre la parole.

« Je suis très heureuse de t’avoir rencontrée aussi. » Elle se retourna pour observer le soleil disparaître lentement derrière les arbres. « Je serai ravie d’être ton amie… Tu sais, je n’ai jamais eu d’ami, j’espère que je serai à la hauteur. » Elle eut un air triste pendant un instant. « Enfin… Je suis d’accord pour qu’on se voie à nouveau! »

''Tu sais... Je ne crois pas que pour être amis, on se doit d'être forcément à la 'hauteur' '', commença-t-il.

Sinon je serais un ami pitoyable...

''Juste d'être soi-même et être là un pour l'autre, c'est déjà quelque chose, n'est-ce pas?'' dit-il, toujours avec son expression joyeuse.

Même si une part de lui était encore gêné, il parlait de la manière cliché des héros d'animes, mais au fond... Il souhaitait bien en être un. Être à la hauteur... Être le héros... Il n'en parlait pas de vive voix, mais même s'il voulait dégager un fardeau des épaules de Lizbeth... Il ne le réalisait pas encore lui-même, mais un poids invisible s'ajoutait.

Cependant, il continua de garder le sourire, son coeur empli d'un nouvel espoir.

« J’ai plusieurs matières pour débutants… Je ne suis jamais vraiment allée à l’école. J’ai appris à lire avec ma mère… elle me prêtait des livres en secret… je suis pas mal en histoire aussi. » Elle fit une courte pause. « Ah… and since I’m English, I’m in the advanced group. » Dit-elle avec un fort accent Anglais.

'' Ah! Je peux comprendre un peu... Je suis allé à l'école, mais les complications de mon pouvoir ont fait en sorte que... Je n'ai pas vraiment terminé l'école primaire'', avoua-t-il.

Il s'illumina un peu en attendant le fort accent anglais de la jeune fille.

''Well, having a Bostonian father helps being advanced in English.'', ajouta-t-il, prenant le propre accent de son père avec une certaine fierté.

Poursuivant la discussion, ils avaient marché tous les deux pour se rendre jusqu'au Hall d'entrée où ils s'étaient rencontrés la première fois.

''...Bon, c'est ici que nos routes doivent se séparer. '', dit-il avec un petit sourire triste avant de s'incliner.

''Au Japon, pour dire bonne nuit on dit Oyasumi-nasai'', termina-t-il en se relevant.

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le début d'une nouvelle amitié? (PV Lizbeth) - Terminé

Message par Lizbeth J. Eleonora le Sam 30 Avr 2016, 03:04

(T’inquiète x3 j’ai été un peu plus occupée moi aussi)

Les paroles de Marco rassurèrent la jeune fille. Elle ne savait pas trop ce que devenir ami signifiait à la grande échelle, mais elle était agréablement surprise par ce qu’elle avait vécu depuis son arrivée à l’Académie.

''Tu sais... Je ne crois pas que pour être amis, on se doit d'être forcément à la 'hauteur'… Juste d'être soi-même et être là un pour l'autre, c'est déjà quelque chose, n'est-ce pas?'' dit-il, toujours avec son expression joyeuse.

Malgré qu’il lui ait dit que l’amitié ne comptait pas sur le fait d’être à la hauteur ou non, intérieurement Lizbeth se demandait tout de même si elle pourrait être une bonne amie. Elle se demandait d’ailleurs ce qui était normal de faire entre amis. Est-ce qu’il allait se voir encore comme aujourd’hui? Simplement se promener et discuter? Tant de questions…

Marco avoua n’avoir été que très peu à l’école. Ils auraient donc plusieurs matières ensemble. Lizbeth se sentit un peu moins seule. Lorsqu’elle avait passé près des salles de classe, son cœur s’était emballé d’un sentiment d’anticipation et de peur. Il y avait beaucoup de monde dans cette Académie et elle se sentait si petite, si fragile…

Marco sembla enchanté par l’accent britannique de la jeune fille. Elle devait l’admettre, il y avait un certain charme aux notes prononcées dans sa langue maternelle. Les syllabes glissaient d’une façon bien particulière. Ses ‘r’ étaient délicatement roulés, ses voyelles allongées. Marco fit lui aussi part de sa langue maternelle :

''Well, having a Bostonian father helps being advanced in English.'', ajouta-t-il, prenant le propre accent de son père avec une certaine fierté.

Lizbeth se réjouit de l’entendre parler. Elle s’exclama d’un petit « Oh! ». Son accent était plus fluide, moins stricte dans ses notes, et coulait comme de l’eau. Ses ‘r’ à lui n’existait presque pas et son rythme semblait plus enjoué, plus vivant. Lizbeth eut envie qu’il parle plus, mais elle n’osa pas en faire la demande.

Leurs pas les menèrent jusqu’au Hall. Lizbeth l’observa avec intérêt, se rappelant que quelques heures plus tôt, elle y était entrée, ne sachant aucunement à quoi s’attendre. Elle se retourna vers Marco, qui semblait prêt à lui dire au revoir, malgré que son sourire un peu gênée laissait paraître qu’il aurait préféré autrement. Le temps s’était évaporé, pensa Lizbeth, l’air un peu déçue de devoir partir. Une onde de fatigue la frappa soudainement et la fit bailler légèrement. Enfin… pour une fois qu’elle avait hâte de voir le jour se lever…

Marco s’inclina poliment. Ne sachant pas trop quelle marque de politesse utiliser, Lizbeth fit une simple révérence de la tête en tenant sa jupe par les coins.

''Au Japon, pour dire bonne nuit on dit Oyasumi-nasai'', termina-t-il en se relevant.

« Oya…sumi…na…sai. » dit-elle d’un ton un peu hésitant. « Merci encore pour ton aide. »

Les deux jeunes adolescents s’en allèrent chacune de leur côté, suivant le chemin qui les mèneraient à leur maison respective. Une nouvelle amitié les liait désormais.

~Fin

(HRP : Voilà ! ~ Pour le prochain RP –si ça te dit toujours-, on pourrait faire un cours ensemble? Qu’est-ce que tu en dis x3? On fait pareil comme le dernier coup, envoie le lien du sujet en PM ^^ Au plaisir!)


avatar
Lizbeth J. Eleonora

Fiche perso'
Infos:
Où me trouver:
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum