Le retour d'un paternel morbide - Feat Yasushi

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le retour d'un paternel morbide - Feat Yasushi

Message par Invité le Mar 22 Déc - 22:13

Rappel du premier message :

C’était mercredi après-midi.
Comme souvent, Tyron devait donner des cours privés à Yasushi, l’un de ces étudiants afin de l’aider à améliorer l’ensemble de ses notes. L’adolescent ayant grandi dans la rue avait de graves problèmes d’alphabétisation auquel le diamant s’évertuait de remédier. Alors qu’il l’attendait, l’homme préparait le repas du soir auquel son invité était convié. Ça sentait bon et l’homme-chat avait faim. Vivement que le tout soit prêt et que le garçon n’arrive. Le prof, bizarrement, aimait bien les pâtes alimentaires. Ce qui n’était pas le cas de tous les aliments. Principalement carnivore, Tyron devait, la plus part du temps, se forcer pour manger tout type de légumes. Quoi que ces temps-ci, il rechignait moins à en manger des cuits. C’était un des changements de comportement bizarres qui faisait de lui le Tyron que tout le monde connaissait. L’assiette de ce soir se composait donc de pâtes mélangées à des légumes cuits nappé d’une petite sauce, le tout accompagnant un bon morceau de steak.

Il venait de mettre le tout au four pour garder la nourriture bien chaude quand la sonnette de la porte lui fit grincer les dents. Il devait vraiment mettre cette affiche qu’il avait imaginée indiquant que celle-ci était défectueuse. Il se voyait mal expliquer à tous ces visiteurs que, grâce à son ouïe, il pouvait entendre toquer peut-importe sa position dans l’appartement et que, le bruit flagrant de la sonnerie lui donnait des maux de tête…

Peu désireux de l’entendre à nouveau, il se dirigea vers la porte et l’ouvrit. Dehors, il faisait gris, mais sans pleuvoir. Malgré tout, le jeune professeur sentait déjà l’humidité se frayer un chemin par la porte grande ouverte. L’homme invita donc courtoisement son visiteur à entrer
Lorsque la porte fût refermée, il entama enfin la conversation.
- Salut, tu vas bien ? Le repas est près, tu peux poser tes choses sur la table, nous allons manger avant d’entreprendre l’étude si tu le veux bien : je suis affamé !

Rigola-t-il. Puis, allant préparer les assiettes, il proposa à l’adolescent de manger devant la télévision.  

Lorsqu’ils prirent place dans le salon, Tyron ouvrit le téléviseur qui diffusa aussitôt les nouvelles avec un son peu élevé. Paré à changer de chaîne, armé de la télécommande, son pouce se figea à mi-course quand la voix de Yasushi lui demanda d’attendre. L’air interrogateur, Tyron jeta un regard à l’écran. Le commentateur parlait de l’arrestation d’un homme dont les images passaient en boucle. Cependant, le volume devait être bien trop bas pour que l’adolescent ai pût entendre quoi que ce soit.

- Qu’est-ce qu’il y a ? demanda enfin le professeur.

Devant la mine très intéressé de son élève pour le bulletin d’information, l’enseignant décida d’augmenter le volume pour que son interlocuteur puisse le percevoir lui aussi.
Ensuite, il se tût et écouta ce que le présentateur avait à raconter, les sourcils froncés, quand soudain, une information lui fit écarquiller grand les yeux. Elle avait été dite pas le criminel en personne. Et Tyron n’y comprenait plus rien. Échappant sa fourchette dans son assiette, Tyron était complètement abasourdis. Il entendait encore cette phrase tourner en boucle dans sa tête. Non, c'était impossible. Plus il y réfléchissait, plus il tremblait. Il lui était impossible de dire qu'il ne lui ressemblait pas. Il avait eu cette pensée de lui même le premier jour qu'il l'eut rencontrer.
Il ravala sa salive, attendant la réaction du jeune homme à ses côtés.

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas


Re: Le retour d'un paternel morbide - Feat Yasushi

Message par Invité le Ven 15 Jan - 1:14

Alors que son frère lui avait déballé son sac, Tyron pût voir à son visage que ce n’était pas chose facile. Il se mit à contempler le comptoir, songeur. Il en savait beaucoup sur Yasushi, pourtant l’inverse n’était pas vrai. Il ne lui avait jamais dévoilé quoi que ce soit d’important sur sa propre vie. Toujours sans relever les yeux, il commença à perler. D’abord d’une voix pas très nette qui mit beaucoup de temps à s’éclaircir.

« Quand j’étais gamin j’étais celui qui faisait ses devoirs tout seul dans un coin. Le petit tout maigre avec une allure de fantôme et des cheveux presque blancs. C’était rare, mais parfois les brutes de l’école n’étais pas assez terrorisé par ma silhouette fantomatique et se risquait à s’en prendre à moi. Si non quoi, personne ne me donnait de l’attention. Et c’était pile ce que je voulais. C’était ma mère qui avait mis un point d’honneur à ce que j’agisse ainsi. Nous étions des sans-papiers. Des résidents clandestins de l’Angleterre. Si quelqu’un venait à s’en apercevoir, nous aurions été rapatriés au Japon. »

L’homme prit une pause puis reprit :

« Nous n’étions pas bien riches. Ma mère vendait son corps pour payer de quoi se mettre sous la dent. C’est comme ça que je suis né. Un peu aussi parce que ton père n’était pas très fidèle en plus d’être fou à lier. » Il eut un petit gloussement. «  Elle a fini par choper le sida avec toutes ses magouilles pas très catholiques. Les médecins lui avaient donné quelques années, mais c’était sans compter la détérioration de son état. Ils ont découvert que nous étions clandestins. Ils ont décréter qu’ils ne pouvaient pas nous renvoyer compte tenu de mon âge et de son état. J’ai cru que c’était une chance. Mais je me suis trompé. Quand elle est morte, j’avais douze ans. J’étais à l’orphelinat quand je l’ai appris. Je savais que cela arrivait. Je lui rendais visite tous les dimanches. Et je sentais que la fin était toute proche. Ça a quand même été un choc. C’est à ce moment-là que mon pouvoir s’est déclenché.  Je n’ai même pas eu le temps de m’en remettre où de comprendre qu’on m’enfermait déjà dans un lieu inconnu où j’ai passé cinq années de ma vie. Un laboratoire, voilà ce que c’était. J’étais devenu un foutu cobaye. »

Il marqua une pause en prenant une inspiration longue. Le garçon l’écoutait toujours assidument, visiblement.

« Je me suis fait sortir de là par un groupe tactique qui traque ce genre d’organisation. Je te donnerais bien son nom, mais je ne le connais pas. Il est confidentiel. Ils ont entrepris de me réinsérer dans la société en me payant des études et en me fournissant de nouveau une identité. J’ai décidé de devenir prof de biologie. Plutôt ironique, je te l’accorde. Même ceux qui m’ont sauvé ignorent l’existence de mon pouvoir. J’ignore comment le directeur a fait pour savoir, mais… le fait est qu’il l’a sus. Il m’a envoyé un message. C’était une demande d’emploir banale. Avec une drôle de phrase à la fin. Je m’en souviens encore mot pour mot : « Je sais ce que vous êtes, M. Hatami, vous n'êtes plus seul. »

L’homme eut un bref sourire. « fin. » Conclu-t-il en haussant les épaules. Il regarda son frère qui levait sur lui un regard interrogateur, puis le prof se justifia :

- Si tu dois être mon frère, tu peux bien savoir qui je suis et d’où je viens… non ?

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le retour d'un paternel morbide - Feat Yasushi

Message par Yasushi le Ven 15 Jan - 12:33

Un léger silence rompu par les conversations derrière nous s'installa entre nous. Certainement fallait-il à mon frère un peu de temps pour digérer les révélations que je venais de lui faire. Puis, à son tour, il me parla un peu de lui. Cela me fit plaisir qu'il le fasse de lui même. Mais ce que j'appris ne me donna en rien l'envie de rire. Attentivement, j'écoutai son histoire qui avait débutée avec une voix fragile qui s'était doucement affermie au fil du temps. En le regardant comme ça, je devais avouer que j'avais été loin d'imaginer qu'il avait dû subir tout cela avant de devenir professeur dans cette école. Je ne pouvais qu'être admiratif devant tant de volonté et cette force d'esprit. Certainement qu'il avait eu, lui aussi, ses moments de faiblesse, mais je ne m'arrêtais pas à là, admirant plutôt ce qu'il était devenu malgré les épreuves.
Malgré cela, je ne pus m'empêcher de lui adresser un regard interrogatif quand il annonça la fin de son récit. Il n'avait pas répondu à ma question. Je n'étais pas certain que ce soit fait exprès et je n'osais pas trop lui demander directement. En croisant ma question silencieuse cachée dans mon regard, il se justifia :

- Si tu dois être mon frère, tu peux bien savoir qui je suis et d’où je viens… non ?

Désespérer qu'il n'ait pas compris, je souris en me prenant la tête dans une de mes mains alors que j'étais accoudé au bar. Ce geste eu pour effet de dévoiler mon bandage enroulé autour de mon front alors que je partais dans un court rire nerveux. Puis, quand je me fus calmé, je le regardai à nouveau, sourire aux lèvres.

- C'est très intéressant! Non, sans blague, je suis content que tu ais partagé ça avec moi. Mais tu n'as pas répondu à ma question : dans quelles circonstances as-tu appris à tuer?


Je parle en #660000
avatar
Yasushi

Fiche perso'
Infos:
Où me trouver:
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le retour d'un paternel morbide - Feat Yasushi

Message par Invité le Ven 22 Jan - 18:03

Tyron savait ce que son frère voulait réellement savoir. Seulement, il était décidé à le lui cacher le plus longtemps possible. Non, ce n’était pas parce qu’il s’agissait d’un secret mieux garder que des informations mettant en péril la sécurité de l’état. C’était en fait tout le contraire. S’il lui avouait que c’était simplement parce que son frère était un chat et qu’il avait la prédation dans le sang, Yasushi n’aurait aucune raison d’y voir quelque chose d’aussi effrayant que ce qu’il lui avait révélé. Ce serait bien trop facile de lui rire au nez en disant qu’il n’y avait rien compris et ce n’était pas quelque chose que Tyron souhaitait. Il prit une inspiration lorsque son cadet répéta sa question, impatient et légèrement découragé en pensant que son prof n’avait rien compris. Il savait qu’il ne pouvait plus se défiler.

- Ça… ça à un lien avec mon pouvoir. Commença-t-il, le ton plus bas pour éviter aux oreilles indiscrètes d’entendre. Je peux te le montrer. Dit-il, mais pas ici. Et… Bon ok. Tu dois savoir que ce n’est pas SI géant que ça. Et que… Merde. Bon d’accord. Je sais le faire. Tuer des gens. Mais ça n’a rien de terrifiant. Ce n’est pas parce que je suis un meurtrier en série ou quoi. C’est juste… la nature de mon don. Tout à l’heure j’ai dit ça pour que tu arrêtes de dramatiser ton récit. Ce n’est pas parce que tu sais comment tuer que tu es quelqu’un de mauvais. Et, entre toi et moi, je crois sincèrement que même sans le savoir, tu as un pouvoir suffisamment puissant pour éliminer quelqu’un. J’ai pas raison ?

Il le regardait, en attente de sa réponse en espérant que tous ses efforts pour ne pas révéler quel était son pouvoir portent fruit et que son frère se contenterait de l’explication fournit par son aîné.

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le retour d'un paternel morbide - Feat Yasushi

Message par Yasushi le Ven 22 Jan - 19:38

Lorsque je lui eus répété ma question, Tyron soupira doucement. Avait-il répondu à côté de la question exprès? Pour quelle raison aurait-il fait cela? Complètement perdu, je le regardai comme pour insister sur le fait que je voulais qu'il ne me prenne pas pour un idiot. Doucement, il me répondit :

- Ça… ça à un lien avec mon pouvoir. Je peux te le montrer. Mais pas ici. Et… Bon ok. Tu dois savoir que ce n’est pas SI géant que ça. Et que… Merde. Bon d’accord. Je sais le faire. Tuer des gens. Mais ça n’a rien de terrifiant. Ce n’est pas parce que je suis un meurtrier en série ou quoi. C’est juste… la nature de mon don. Tout à l’heure j’ai dit ça pour que tu arrêtes de dramatiser ton récit. Ce n’est pas parce que tu sais comment tuer que tu es quelqu’un de mauvais. Et, entre toi et moi, je crois sincèrement que même sans le savoir, tu as un pouvoir suffisamment puissant pour éliminer quelqu’un. J’ai pas raison ?

D'abord interloqué par ses propos, je ne pus m'empêcher de sourire en me prenant le haut de la tête dans un main et de m'accouder au bar. Il était sérieux?! Tout ça pour me dire qu'il avait tout simplement un instinct animal qui le conduisait à savoir comment tuer? C'était ridicule! Mais je n'avais pas envie de rire. Pas à ce point. Comment aurais-je pu? A mes yeux, il s'agissait d'un sujet bien trop grave. Et il savait le contrôler son instinct, lui! Gravement, reprenant un visage sérieux que je libérai de ma main, je repris :

- Comment as-tu appris à contrôler ton instinct, tes pulsions?

N'étant pas certain qu'il me réponde, j'ajoutai, en le regardant en biais :

- Tu n'es pas obligé de rentrer dans les détails, mais il s'agit pour moi d'un sujet très important. Si je ne parviens pas à me contrôler, je ne pourrais jamais vivre correctement et, pire que ça, je pourrais devenir un assassin sans le vouloir. Je ne veux blesser personne et encore moins, Berth, les orphelins, un inconnu, toi ou... Yumi...

Tout en prononçant le surnom de ma petite-amie, je baissai les yeux. Non, je ne voulais absolument pas lui faire du mal. Je l'avais prévenue du danger, mais elle s'était entêtée à vouloir rester à mes côtés quoi qu'il puisse arriver. Et si un jour je faisais quelque chose d'irréversible?


Je parle en #660000
avatar
Yasushi

Fiche perso'
Infos:
Où me trouver:
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le retour d'un paternel morbide - Feat Yasushi

Message par Invité le Lun 25 Jan - 0:59

Alors que son frère s’appuyait sur le comptoir, Tyron vit une lueur d’amusement dans ses yeux. Persuadé qu’il allait se foutre se sa gueule, il vit cependant le visage de Yasushi se raffermir, de nouveau grave. C’était bien dommage. Tyron aurait bien aimé s’amuser un peu, mais visiblement, son cadet n’avait pas vraiment le tempérament pour. Tout le moins pas ce soir.

- Comment as-tu appris à contrôler ton instinct, tes pulsions ?

L’homme prit un instant pour réfléchir à la question. Ou plutôt par quel bout commencer. Ce fût suffisant au jeune garçon pour lui jeter un regard en biais et ajouter :

- Tu n'es pas obligé de rentrer dans les détails, mais il s'agit pour moi d'un sujet très important. Si je ne parviens pas à me contrôler, je ne pourrais jamais vivre correctement et, pire que ça, je pourrais devenir un assassin sans le vouloir. Je ne veux blesser personne et encore moins, Berth, les orphelins, un inconnu, toi ou... Yumi...

Le désarrois se lisait dans ses yeux et s’entendait dans sa voix. Tyron comprit aisément son inquiétude. Il ne se serait jamais pardonner s’il avait dû faire du mal à qui que ce soit sous le règne de la bête qui somnolait en lui. Elle était parfois capricieuse. Surtout lorsqu’elle était en colère. Le professeur avait essayé de vivre loin de toutes émotions trop fortes pour la retenir le plus aisément possible, mais il savait qu’il n’en serait pas à l’abri toute sa vie. Et ce qu’il ressentait pour Miko en était la preuve. Il prit une inspiration et répondit calmement à son frère.

- Ne t’en fais pas. Je comprends. Ça m’a pris du temps. Lorsque j’étais au labo, ceux que se promenaient tout autour de moi… Ils ne me voyaient pas comme un être humain. Pour eux, je n’étais qu’une bête. Un spécimen. Ils avaient même trouvé un sérum pour activé la métamorphose contre ma volonté. J’étais toujours, ou presque, sous forme animale. Quand ils prenaient la peine de me nourrir, c’était sous forme de carcasse. Mon cerveau commençait à ne penser que comme tel. Lorsque j’ai été sorti de là je n’étais plus vraiment humain. J’ai dû réapprendre et ce, sans que personne ne s’en aperçoive. Mon corps se transformait presque tout seul tant il y était habitué. Mais je me suis donné le temps. Je me suis convaincu que j’étais d’abord et avant tout humain. Et les humains ne veulent pas. Ils ne griffent et ne mordent pas. Ils ne chassent pas : ils font les courses. Mais surtout : ils mangent ces foutus légumes.

Avec un haussement d'épaules il conclut :

- Voilà comment j’ai fait, mais ça ne dois pas t'avancer à grand chose puisque, visiblement, ton problème n'est pas d'être un dangereux prédateur.

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le retour d'un paternel morbide - Feat Yasushi

Message par Yasushi le Lun 25 Jan - 15:24

- Ne t’en fais pas. Je comprends. Ça m’a pris du temps. Lorsque j’étais au labo, ceux que se promenaient tout autour de moi… Ils ne me voyaient pas comme un être humain. Pour eux, je n’étais qu’une bête. Un spécimen. Ils avaient même trouvé un sérum pour activé la métamorphose contre ma volonté. J’étais toujours, ou presque, sous forme animale. Quand ils prenaient la peine de me nourrir, c’était sous forme de carcasse. Mon cerveau commençait à ne penser que comme tel. Lorsque j’ai été sorti de là je n’étais plus vraiment humain. J’ai dû réapprendre et ce, sans que personne ne s’en aperçoive. Mon corps se transformait presque tout seul tant il y était habitué. Mais je me suis donné le temps. Je me suis convaincu que j’étais d’abord et avant tout humain. Et les humains ne veulent pas. Ils ne griffent et ne mordent pas. Ils ne chassent pas : ils font les courses. Mais surtout : ils mangent ces foutus légumes. Voilà comment j’ai fait, mais ça ne dois pas t'avancer à grand chose puisque, visiblement, ton problème n'est pas d'être un dangereux prédateur.

Il m'avait raconté tout cela avec un tel calme... C'était assez étrange. Surtout pour moi qui me sentait tendu comme la corde d'un arc. Mais ce qui me marqua surtout, ce fut sa comparaison entre lui et les humains. Cela me surpris dans un premier temps avant de me faire éclater de rire malgré moi. Non pas que je riais de son vécu qui n'avait rien de drôle, mais la façon dont il domptait son instinct était assez hilarante. Tant et si bien que je me retrouvais plié en deux, le front bandé sur le comptoir, sous les yeux ahuris de Berth.
Lorsque j'eus enfin retrouvé mon calme, je lui fis en me relevant histoire de le regarder à nouveau, le sourire aux lèvres :

- Je ne sais pas si je suis un prédateur ou non, mais ce qui est sûr c'est que j'ai aucun problème avec les légumes!

Je fis une pause pour me détendre. Mais mon cerveau était encore repartis sur mes délires assassins. J'avais réellement peur de ce que j'étais capable de faire. J'avais quelques vagues souvenirs de ces folies meurtrières et ce n'était vraiment pas beau à voir. Puis, j'eus comme un tilt :

- Euh... Juste comme ça, c'est quoi ce qu'on appelle une... "double personnalité"?

Moi et mon ignorance... J'avais envie de m'enterrer sous terre alors que mes joues rosies sous l'effet de la honte.


Je parle en #660000
avatar
Yasushi

Fiche perso'
Infos:
Où me trouver:
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le retour d'un paternel morbide - Feat Yasushi

Message par Invité le Ven 29 Jan - 21:59

Alors que son frère éclatait de rire à le mention de ces horribles légumes, Tyron laissa un léger sourire poindre sur le bout de ses lèvres. Ça faisait du bien de le voir ainsi même si, il s’en doutait, ce ne serait que de courtes durée… Alors qu’il reprenait doucement son souffle, Yasushi prononça un fait qui fit franchement sourire son aîné :

- Je ne sais pas si je suis un prédateur ou non, mais ce qui est sûr c'est que j'ai aucun problème avec les légumes!

Du tac au tac, le reire tapissant sa voix Tyron lui répondit, hilare :

- Alors non ! Je te l’apprends si tu ne le sais pas : tu n’es absolument pas un prédateur !

Après qu’il eut fini de rire, il nota que son cadet avait repris son air sérieux. Gardant judicieusement le silence, il attendit qu’il exprime ce qui le tracassait de nouveau :

- Euh... Juste comme ça, c'est quoi ce qu'on appelle une... "double personnalité"?

Tyron fût franchement surpris par sa question. Ce fût surtout le "juste comme ça" qui le fit tiquer d'ailleurs. Écarquillant les yeux il se mit à réfléchir à toute vitesse.

- Heu… Exactement… Je n’en suis pas certain. Mais en gros… J’imagine que c’est un seul corps qui abrite deux personnalités complètement différentes. Qui prennent le contrôle de l’individu à tour de rôle. Du moins… c’est ce que ça m’évoque, mais après je me trompe peut-être.

Avoua le prof laissant entrevoir à son petit frère ses lacunes. Avec un haussement d’épaule il conclut sa phrase avant de demander, curieux :

- Pourquoi ?

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le retour d'un paternel morbide - Feat Yasushi

Message par Yasushi le Sam 30 Jan - 13:24

A cause de ma honte, j'avais levé les yeux au ciel, histoire de ne pas regarder la réaction de mon frère. Ce dernier, surpris par ma question et certainement peu à l'aise, essaya de me répondre :

- Heu… Exactement… Je n’en suis pas certain. Mais en gros… J’imagine que c’est un seul corps qui abrite deux personnalités complètement différentes. Qui prennent le contrôle de l’individu à tour de rôle. Du moins… c’est ce que ça m’évoque, mais après je me trompe peut-être.

Deux personnalités dans un même corps... hein? répétai-je mentalement en rétrécissant mon champ visuel toujours braqué sur le plafond.
Je ne savais pas trop quoi penser de ce qui m'arrivait dans ces moments-là. J'essayais lentement de comprendre pour pouvoir m'améliorer et, s'il le fallait, me soigner.

- Pourquoi ?

Ne m'attendant pas, alors que j'aurais dû, à ce qu'il me demande ça, je fermai les yeux et me remis droit en soupirant doucement. Que pouvais-je lui dire? Que j'étais perdu? Que je vivais ça mais ne savais pas vraiment à quoi m'en tenir? Autant dire tout de suite que j'étais dingue!
Rouvrant les yeux, j'émis une réponse dont je doutais de la validité :

- Sincèrement, je ne sais pas trop. J'y pensais juste comme ça...

Mouais... J'étais capable d'être plus convaincant, mais je n'avais aucune idée de quoi lui dire. Je ne savais même pas ce que je cherchais...


Je parle en #660000
avatar
Yasushi

Fiche perso'
Infos:
Où me trouver:
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le retour d'un paternel morbide - Feat Yasushi

Message par Invité le Ven 5 Fév - 22:03


Tyron ne croyait pas vraiment en la réponse de son frère. Il garda malgré tout le silence. S’il ne souhaitait pas en parler alors, soit. Ce n’était pas Tyron qui allait le pousser à lui révéler ses secrets. Alors que le silence resta quelques minutes, l’enseignant fini par jeter un œil sur sa montre. Il jura.

- Merde. Le couvre-feu est passé.

Il sorti son téléphone portable et signala un numéro. Celui de la secrétaire de l’école pour être précis. Après quelques secondes à entendre la sonnerie, Tyron pût enfin écouter sa voix.

« Bonsoir Lucie, c’est Tyron… Oui… Oui je vais bien… Il émit un léger gloussement : Non, je ne vous invite pas à sortir… oui, bien sûr. Pas ce soir non… Je voulais te demander si… Quoi ? Comment ça ? Ah d’accord. Mais si non je voulais… S’il est…? Ah. Vous avez écouté les nouvelles. Et bien rien n’est certain, mais… Peut-être. Pourquoi vous demandez ça ? Au fur et à mesure qu’il entendait la dame parler à l’autre bout du fil, son front se plissait. C’était une pie cette femme. Quand soudain elle sembla se souvenir qu’il ne l’avait probablement pas appelée pour rien, elle lui demanda ce qu’il souhaitait. Je voulais me porter garant du retard de Monsieur Lelph… Non, je ne vais pas l’appeler comme ça… Parce que. Lucie… Lucie ! … … … … Comment ça ? Bon d’accord. Merci Lucie, au revoir… Oui, oui, je regarderai demain… … promis… au revoir Lucie… Au revoir… Oui, c’est ça, bonne soirée… »

Quand il raccrocha finalement, le professeur lâcha un immense soupir.

- Je te souhaite que cette femme ne te trouve jamais de son goût. Jamais. Elle devient pire que toute cette bande de fille qui jacasse tout le temps en cours. À elle seule.

Il reprit contenance et ajouta :

- Tu peux dormir chez moi ce soir. Je te prêterai mon canapé. Il n’a l’air de rien comme ça, mais il est plutôt confortable.

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le retour d'un paternel morbide - Feat Yasushi

Message par Yasushi le Lun 8 Fév - 10:15

Malgré ma façon bien piètre d'éluder la question, mon frère ne releva pas. Il préféra garder le silence quelques minutes avant de jeter un oeil à sa montre... et jurer :

- Merde. Le couvre-feu est passé.

Surpris, j'eus du mal à ne pas éclater de rire devant sa réaction. Je n'aurais jamais pu imaginer qu'un professeur comme lui puisse jurer de la sorte. Mais le pire fut pendant sa conversation téléphonique :

« Bonsoir Lucie, c’est Tyron… Oui… Oui je vais bien… Léger gloussement : Non, je ne vous invite pas à sortir… oui, bien sûr. Pas ce soir non… Je voulais te demander si… Quoi ? Comment ça ? Ah d’accord. Mais si non je voulais… S’il est…? Ah. Vous avez écouté les nouvelles. Et bien rien n’est certain, mais… Peut-être. Pourquoi vous demandez ça ? Plus il attendait, plus son front se plissait. C'était tellement drôle que je dus me mordre les joues pour ne pas éclater de rire. Je voulais me porter garant du retard de Monsieur Lelph… Non, je ne vais pas l’appeler comme ça… Parce que. Lucie… Lucie ! … … … … Comment ça ? Bon d’accord. Merci Lucie, au revoir… Oui, oui, je regarderai demain… … promis… au revoir Lucie… Au revoir… Oui, c’est ça, bonne soirée… »

Quand il raccrocha, je faillis lâcher prise, mais il enchaîna directement. Je l'écoutai donc avec un grand sourire hilare sur le visage :

- Je te souhaite que cette femme ne te trouve jamais de son goût. Jamais. Elle devient pire que toute cette bande de fille qui jacasse tout le temps en cours. À elle seule.

Il devait vouloir ma mort! J'étais prêt à exploser quand il conclue enfin :

- Tu peux dormir chez moi ce soir. Je te prêterai mon canapé. Il n’a l’air de rien comme ça, mais il est plutôt confortable.

Incapable de me retenir plus longtemps, je parti dans un fou rire qui me plia de sorte à ce que mon front soit posé sur le bar. Je ris tellement longtemps que je m'en tins le ventre de douleur. Sérieusement, il aurait pu éviter si facilement la conversation à cette femme. Et je ne savais pas ce qu'il lui avait promis, mais elle n'allait pas le lâcher demain. Oh ça, non.
Après quelques minutes pendant lesquelles je ne parvins pas à arrêter de rire, je me calmai enfin. J'avais un peu de difficultés à reprendre mon souffle parce que je menaçais sans arrêt de reprendre. Je parvins tout de même à demander :

- Et qu'est-ce que tu lui as promis à la pie infernale, dis-moi?


Je parle en #660000
avatar
Yasushi

Fiche perso'
Infos:
Où me trouver:
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le retour d'un paternel morbide - Feat Yasushi

Message par Invité le Dim 5 Juin - 5:00

Yasushi éclata de rire. C’était poignant, intense… limite infernal. Tyron, quant à lui réprimait un sourire hilare alors qu’il s’efforçait d’arborer un air contrit :

- C’est ça, vas-y Yasu’… Fout toi de ma gueule allez…

Son frère hocha la tête, les larmes aux yeux alors qu’il s’appuyait le front sur le comptoir, le souffle coupé par le rire. Le professeur secoua la tête :

- Je te signale que c’est de ta faute si j’ai dû l’appelée.

Riant encore de plus belle, son cadet semblait bien fier de son coup. L’observant avec un petit sourire, Tyron se surprit à penser que l’idée d’avoir un petit frère ne lui déplaisait pas tant que ça finalement. Finalement, le jeune homme se calma, quoique toujours victime de ce sourire qui lui allait si bien malgré qu’il le porte si rarement :

- Et qu'est-ce que tu lui as promis à la pie infernale, dis-moi ?

Tyron grimaça :

- Des croissants et un café. Mais, bien entendu, ce ne sera pas suffisant, maugréa le professeur avant d’adopter un faux air jovial, il me faudra sourire aussi. Être sympa, courtois, de bonne humeur et miser fort fort sur ma patience.

Voyant le sourire de l’étudiant s’élargir de nouveau, prêt à rire encore, Hatami se mit sur ses pieds et attrapa ses clés tout en déposant l’argent dû à la serveuse sur le comptoir.

- Allez, on rentre dit-il, si je veux mener ma mission à bien demain matin il va me falloir un max d’heures de sommeil. C’est pas tout ça, mais un chat ça doit dormir seize heures par jour, tu sais ? Une vie d’homme c’est beaucoup trop mouvementer pour un félin, c’est moi qui te le dis, conclu l’Adulte avant de prendre la sortie et de se diriger à son véhicule.

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le retour d'un paternel morbide - Feat Yasushi

Message par Yasushi le Dim 5 Juin - 23:44

Comme si ça lui faisait mal de me le dire, genre ça rendait la chose plus vrai encore, il grimaça en me répondant :

- Des croissants et un café. Mais, bien entendu, ce ne sera pas suffisant, il me faudra sourire aussi. Être sympa, courtois, de bonne humeur et miser fort fort sur ma patience.

Bien que cela ne paraissait pas forcément difficile à faire, j'en avais assez vu quelques heures plus tôt pour savoir que ce professeur pouvait être rapidement à court de patience. La situation n'en était que plus drôle puisque je l'imaginais devant cette femme en train de s'impatienter. Ce devait être vraiment marrant à voir. J'eus cependant la retenue qu'il me fallait pour ne pas éclater une nouvelle fois de rire. A la place, je lui adressai un sourire plus qu'hilare et légèrement moqueur. Mais je n'eus pas le loisir de répliquer quoi que ce soit puisqu'il se leva, laissa de l'argent pour payer son verre et il me dit :

- Allez, on rentre, si je veux mener ma mission à bien demain matin il va me falloir un max d’heures de sommeil. C’est pas tout ça, mais un chat ça doit dormir seize heures par jour, tu sais ? Une vie d’homme c’est beaucoup trop mouvementer pour un félin, c’est moi qui te le dis.

En le rejoignant, je lui adressai alors une question à double sens :

- Et que fait-on pour ma leçon, aniki?

Par là, je voulais savoir si j'allais avancer comme prévu ou si je devrais attendre la prochaine fois, mais je souhaitais aussi voir sa réaction. Allait-il être désespéré? Allait-il s'énerver? Serait-il stoïque? Pour être franc, je voulais voir les limites qu'il me donnerait en tant que frère. Pour moi, en dehors des cours il n'était plus mon professeur. Surtout depuis que je venais d'apprendre qu'il était un proche dont je venais d'apprendre l'existence. J'avais besoin d'une famille et de règles. J'en avais conscience depuis que j'avais commencé à aller à l'Académie.


Je parle en #660000
avatar
Yasushi

Fiche perso'
Infos:
Où me trouver:
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le retour d'un paternel morbide - Feat Yasushi

Message par Invité le Lun 6 Juin - 17:58

Sortant de l’auberge, Tyron entendit son frère l’interpeller pour poser une question :

- Et que fait-on pour ma leçon, aniki ?

Plus fatigué qu’autre chose, le professeur lui répondit en ouvrant la portière et en prenant place dans le véhicule :

- Pas ce soir. Il est tard. Personnellement, je comptais rentrer, manger un peu, me doucher et aller roupiller un bon coup. On pourra se donner un autre rendez-vous cette semaine pour remplacer celui-ci, si tu veux.

Il démarra le véhicule, sans s’attarder, et reprit la route jusque chez lui. Le temps était gris et sombre dehors. L’humidité dans l’air annonçait la pluie et, en ayant horreur, Tyron s’empressa de rejoindre le confort chaleureux de son foyer, son cadet sur les talons. Prenant le soin de lui sortir oreiller et couvertures, l’homme prit même la peine de lui prêter des vêtements puisqu’il n’était pas tellement plus petit que lui. Filant à la douche qu’il prit rapidement, n’appréciant que plus ou moins le contacte de l’eau, le félin se rhabilla avant d’aller demander à son frère s’il avait besoin de quelque chose.

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le retour d'un paternel morbide - Feat Yasushi

Message par Yasushi le Lun 6 Juin - 20:20

Alors qu'il ouvrait la portière de ces engins barbares appelés "voiture", il me répondit avec lassitude :

- Pas ce soir. Il est tard. Personnellement, je comptais rentrer, manger un peu, me doucher et aller roupiller un bon coup. On pourra se donner un autre rendez-vous cette semaine pour remplacer celui-ci, si tu veux.

En regardant le ciel, je pus constater qu'il faisait effectivement pratiquement nuit. Je soupirai doucement avant d'ouvrir la portière de la place passager et pris place tout en prenant exemple sur mon frère pour mettre ma ceinture de sécurité. Le trajet qui suivit cela me parut... étrange. Cela faisait très longtemps que je n'étais pas monté dans une voiture et la dernière fois était après l'enterrement de ma mère. Ce fut donc très tendu et légèrement pâle que je regardai le paysage défiler. Quant à mon frère, il semblait bien pressé de rentrer chez lui. D'un certain côté, ce n'était pas plus mal : moins de temps je passerais là, mieux je me porterais.

Je n'eus pas à me plaindre de l'hospitalité de mon frère. Au contraire, au petits soins avec moi, il fit tout pour que je me sente à l'aise, jusqu'à aller me prêter des vêtements qui lui appartenaient. Avant de les enfiler, alors qu'il était sous la douche, je les sentis. L'odeur qu'il portait accompagnée de la pensée que je faisais partie de sa famille me laissa le coeur gros. Bien que les orphelins me considère comme leur frère, leur protecteur ou autre, je ne l'avais jamais pris réellement au sérieux tant la pensée que nos chemins allaient se séparer était ancrée dans mon esprit. Mais, là, les rôles étaient comme inversés. C'était moi qui appartenait à une famille. Et une vraie! Cela faisait tellement longtemps que je ne savais plus où me mettre. Du coup, quand Tyron me demanda si j'avais besoin de quelque chose, je lui répondis ainsi :

- M'occuper l'esprit.


Je parle en #660000
avatar
Yasushi

Fiche perso'
Infos:
Où me trouver:
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le retour d'un paternel morbide - Feat Yasushi

Message par Invité le Lun 6 Juin - 22:40

- M'occuper l'esprit.
La réponse de son frère ne s’était pas fait attendre. D’abord surpris, Tyron avait battu des paupières en cherchant quoi lui répondre et quoi lui proposer. Ouvrant la bouche, puis la recherchant, il tentait d’activer ses méninges pour trouver.
- Heu… J’ai de la bouffe. La tété, des films… (il pointa derrière son frère où, dans un coin trônait un large bureau de travail) Un ordinateur et Internet. (il pointa une autre direction où se tenait une haute bibliothèque) des bouquins et même deux chats quelque part dans l’appartement…

Il prit un instant pour réfléchir avant d’ajouter sans réfléchir :

- Tu peux combiner quelques trucs. Je sais qu’un film, un chaton et un peu de nourriture ça marche presqu’à tout coup avec Yumiko alors…
Réalisant ce qu’il venait de dire, Tyron se mordit vivement l’intérieur de la joue. Détournant le regard, gêné, il pria pour que son cadet ne pose pas de questions, ne pensant pas du tout au fait que Miko porte le même nom de sa sœur... et donc le même prénom que la copine de Yasushi.

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le retour d'un paternel morbide - Feat Yasushi

Message par Yasushi le Lun 6 Juin - 23:09

Je pouvais comprendre que ma réponse avait pu surprendre mon frère qui ne s'attendait certainement pas à ça. De plus, il m'avait avoué qu'il était assez fatigué. Du coup, je lui laissai le temps de réfléchir tranquillement, sans lui donner l'impression que je m'impatientais, pour qu'il me réponde enfin :

- Heu… J’ai de la bouffe. La tété, des films…  Un ordinateur et Internet. Des bouquins et même deux chats quelque part dans l’appartement…

Ne voyant pas trop d'intérêt pour ces activités, je haussai doucement des épaules. Le pire ce fut pour ledit ordinateur et Internet qui m'inspirèrent encore moins vu ma proximité avec l'informatique. Bien que ce soit moins pire que pour Yumiko, la soeur de ma copine, vu qu'elle n'en avait jamais vu jusqu'à son entrée dans l'académie.

- Tu peux combiner quelques trucs. Je sais qu’un film, un chaton et un peu de nourriture ça marche presqu’à tout coup avec Yumiko alors… ajouta Tyron avant de s'arrêter net.

Tout d'abord, je ne compris pas pourquoi. Puis, après un court instant, le prénom qu'il avait utilisé me revint. Yumiko. Me tournant vers mon frère avec un regard plein de menaces retenues avec de réels efforts, je lui demandai froidement :

- Je peux savoir de quelle Yumiko tu parles, et pourquoi elle vient ici?

Etant proche de l'une comme de l'autre, je ne comprenais pas pourquoi l'une ou l'autre ne m'en avait pas parlé. Ce manque de confiance me faisait mal et j'avais tout aussi peur de la réponse qui allait m'être donnée. "Pourquoi?" était la question qui tournait dans mon esprit au point que je commençais à oublier tout ce qui m'entourait. J'espérais inconsciemment qu'il me répondrait rapidement et que ce qu'il allait me dire me calmerait comme si on me verserait un seau d'eau froide sur la tête. Quoi que je ne sais pas si ça me calmerait réellement si on me le faisait.


Je parle en #660000
avatar
Yasushi

Fiche perso'
Infos:
Où me trouver:
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le retour d'un paternel morbide - Feat Yasushi

Message par Invité le Lun 6 Juin - 23:48

- Je peux savoir de quelle Yumiko tu parles, et pourquoi elle vient ici ?

La voix froide et sévère de Yasushi claqua dans l’air et, aussitôt, l’homme déglutis, ayant l’impression de se faire gronder après avoir fait une grosse bêtise. Il ouvrit la bouche, bégayant devant les yeux durs de son cadet. Déjà qu’il n’était pas bon menteur, la pression des menaces qui glissaient dans l’air lui coupaient tous les mots.

- Heu je… Yumiko comme Miko… pas Yumi… Je heu… On est amis... Je te jure que j’ai rien fait de grave, me regarde pas comme ça…

Bégaya-t-il alors qu’une grosse perle de sueur descendait tout au long de sa nuque. Il avait très chaud tout à coup… Pourtant il n’avait pas menti. Il n’avait offert le gite à Miko que lors de la tempête…. Et pour prendre une glace aussi. Mais cette fois-là l’inculpait beaucoup trop pour qu’il n’ose se la remémorer maintenant. Et puis il y avait eu les déclarations de Miko dans la tourmente… Bon, peut-être finalement avait-il de bonnes raisons de trembler devant le regard accusateur de son frère. Malgré tout, il garda le silence alors que sa gorge se compressait toujours plus à l’idée que toute cette histoire tourne mal. Dieu seul sait combien elle pouvait réellement le devenir. Il essayait tant bien que mal de garder son regard dans le sien pour ne pas paraître coupable, mais, rien à faire, à l’intérieur de sa tête, la culpabilité prenait emprise de lui par le biais de sa conscience.

Et elle scandait bien fort en abattant le marteau de la justice : « Coupable ! ».

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le retour d'un paternel morbide - Feat Yasushi

Message par Yasushi le Mar 7 Juin - 0:40

- Heu je… Yumiko comme Miko… pas Yumi… Je heu… On est amis... Je te jure que j’ai rien fait de grave, me regarde pas comme ça…

Bien qu'il eut bégayé avec beaucoup de crainte, la seule chose qui retint mon attention fut surtout "On est amis". Ces trois mots me firent réfléchir un peu plus loin que cette question lancinante qui me hantait sans arrêt. Je pris une grande respiration et détachais mon regard de mon frère pour faire les cents pas en me tenant la tête. Le but premier était de me convaincre qu'il ne parlait pas de Yumi. Puis, doucement, un millier de questions me vinrent et que je prononçai sans qu'elles aient de réel destinataire :

- Pourquoi elle ne m'a rien dit? Pourquoi il l'appelle "Miko"? N'a-t-elle pas autant confiance en moi qu'elle me l'a laissé croire? Ou n'y a-t-elle pas pensé? Qu'est-ce qui s'est passé entre eux? Pourquoi je m'énerve comme ça? A quoi est-ce que je pense?...

Au bout d'un moment je m'immobilisai net. Je me mis à contempler mes mains sans les voir. Et s'il était allé plus loin que moi avec Yumi? Non... Il avait dit qu'il n'avait rien fait de "grave". Mais qu'est-ce qui était grave? Complètement embrouillé par toutes ses questions autant que me retrouver dans un maison avec un membre de ma famille, le tout était en train de me faire tourner comme une cocotte minute. Je finis par mettre mes mains sur mains sur le visage que je levai vers le ciel tout en respirant profondément pour essayer de me détendre. Je ne voulais pas faire une crise. Et comme je ne ressentais plus de colère, juste de la confusion, je savais que je pouvais me calmer. Il me fallait juste beaucoup de volonté... voire un peu d'aide? Peut-être.


Je parle en #660000
avatar
Yasushi

Fiche perso'
Infos:
Où me trouver:
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le retour d'un paternel morbide - Feat Yasushi

Message par Invité le Mar 7 Juin - 0:58

Comme d’un élément déclencheur, les paroles de Tyron rendirent son petit frère complètement dingue d’un seul coup. Commençant à faire les cent pas, Yasushi se vit attaqué par toute sorte de simagrés interrogateurs pendant que son professeur, qui l’observait, se mordillait la lèvre et tentait de profiter du désordre émotionnel de son cadet pour reprendre le contrôle sur ses sentiments indisciplinés.

- Pourquoi elle ne m'a rien dit ? Pourquoi il l'appelle "Miko" ? N'a-t-elle pas autant confiance en moi qu'elle me l'a laissé croire ? Ou n'y a-t-elle pas pensé ? Qu'est-ce qui s'est passé entre eux? Pourquoi je m'énerve comme ça ? A quoi est-ce que je pense ?...

Contrairement à ce qu’il avait cru, l’enseignant parvint bel et bien à calmer son rythme cardiaque qui s’émoustillait jusqu’alors autant que des gnous dans une débandade. La crise de folie de son étudiant fût même suffisamment longue pour, qu’en plus de reprendre contenance, il commence à s’impatienter :

- C’est bon Yasu, relaxe. J’ai dit qu’on était amis t’as pas à en faire un drame. Elle ne t’en a pas parlé parce qu’il n’y a rien à dire. Si je l’appelle Miko, c’est parce que Yumi, c’est le surnom de sa sœur. Je ne pouvais quand même pas l’appelée comme ça en étant au courant de la situation, si ?

Ayant récupérer son air de professeur impassible et détaché, il se surprit lui-même à remettre aussi aisément son frère à l’ordre. Par conséquent, garder son air calme par la suite lui demande plus d’efforts. Il passa subrepticement sa langue sur ses lèvres pour s’en donner un peu, en priant pour que Yasushi cesse de poser des questions.

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le retour d'un paternel morbide - Feat Yasushi

Message par Yasushi le Mar 7 Juin - 8:26

- C’est bon Yasu, relaxe. J’ai dit qu’on était amis t’as pas à en faire un drame. Elle ne t’en a pas parlé parce qu’il n’y a rien à dire. Si je l’appelle Miko, c’est parce que Yumi, c’est le surnom de sa sœur. Je ne pouvais quand même pas l’appeler comme ça en étant au courant de la situation, si ?

L'impatience de Tyron me donna à réfléchir. Comme je m'étais déjà arrêté, je mis seulement mes mains de mon visage vers l'arrière de mon crâne pour continuer à regarder le plafond. Il était certain que j'aurais grandement préféré une bonne promenade dans les rues qui m'étaient familières et fortement plus confortables à mon goût que cette situation qui, pour une raison ou une autre, me paniquait facilement. Malgré cela, je devais avouer qu'il avait raison.
Avec cela, je devais me rendre à l'évidence. Non seulement je m'étais quasi énervé pour rien, mais en plus j'en étais arrivé au même point : je n'avais pas l'esprit occupé, ou pas par de bonnes choses, et je n'arrivais pas trop où me mettre. Je savais pourtant que j'étais en terrain connu. Pourquoi est-ce que les liens changeaient tout si facilement? C'était comme si toutes mes certitudes avaient été détruites en un seul coup de poing.

Reprenant peu à peu une attitude calme malgré mon esprit en ébullition, je reportai mon attention sur mon frère. Il était calme et posé. Impassible... il était redevenu celui que j'avais rencontré après l'incident en classe de bio'. Du coup, je m'affalai dans la canapé et laissai passer une bonne minute avant de prendre la parole d'une façon que je ne me pensais pas capable, calme et posé :

- Je crois que je suis totalement perdu. Expliques-moi, qu'est-ce que c'est qu'être frères? ... Quoi que je ne sois même pas certain que je sache ce qu'est une vrai famille... ajoutai-je piteusement.


Je parle en #660000
avatar
Yasushi

Fiche perso'
Infos:
Où me trouver:
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le retour d'un paternel morbide - Feat Yasushi

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum