Rencontres ça rime souvent avec bousculades • Mlle Sialov

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Rencontres ça rime souvent avec bousculades • Mlle Sialov

Message par Akatsuki Nakamura le Lun 09 Nov 2015, 20:15

Rappel du premier message :

Énervé. C'est mon état en ce moment même. Non pas parce que je vais vivre entouré de gamins la plupart du temps (enfin si y'a ça un peu), mais parce que... je suis énervé. Allez pas me demander pourquoi. Peut-être parce que je me pose trop de question quand à ma présence ici. J'espère sérieusement que le directeur de cette foutue école a conscience qu'il a engagé un mec pas tout seul dans son corps parce que y'a deux autres personnes qui le squattent aussi. Si c'est pas le cas... Ça va donner le jour où l'un deux va prendre le dessus. Enfin, en attendant, depuis que je suis ici, ça n'est pas arrivé. Je sais pas si je dois m'en réjouir. Car si ça arrive pas maintenant, ça va arriver plus tard... Je chasse ces idées de mes pensées. Ce n'est pas encore le moment de penser à cela.

Je déambule tranquillement dans les ruelles du quartier où j'habite maintenant. Personne n'est encore venu me chercher les noises, c'est déjà ça. Je soupire avant de m'arrêter pour sortir un bonbon de ma poche, que je met à la bouche, puis je repart comme si de rien n'était. Je finis fatalement par retourner à mon point de départ. J'avais tourné en rond. Non pas parce que je m'était perdu, mais parce que j'avais pas vraiment fait attention où j'allai. J'ai donc supposé que c'était le signe que "j'attendais" pour rentrer chez moi. Il faudrait juste que j'essaie de me rappeler par où je suis parti, mais ce n'est pas vraiment un problème, car j'ai une très bonne mémoire (sans vouloir me venter). Je finis donc par arriver sans encombre. Bon j'étais pas pile devant la porte de l'immeuble, mais à quelques mètres. Je regarde autour de moi. Pas un chat. Enfin si, je viens d'en voir un filer à toute vitesse. Bref, y'a personne. J'avais franchement de la chance d'habiter dans un coin où y'avait pas grand monde et où c'était relativement calme.

J'avais à peine entamé les quelques mètres qui me séparaient de la porte de l'immeuble quand je senti quelque chose me rentrer dedans assez violemment. Je tombe par terre, et heureusement je limite les dégâts. C'est vraiment pas mon jour dis donc. Je m'assis par terre tant bien que mal et je dit à la personne qui m'est rentré dedans :

- Eh ! Fais gaffe !

Ça se fait pas vraiment de rentrer dans les gens comme ça. Enfin, j'dis ça, j'dis rien ~

Revenir en haut Aller en bas


Re: Rencontres ça rime souvent avec bousculades • Mlle Sialov

Message par Akatsuki Nakamura le Dim 11 Sep 2016, 11:41

Elle range son portable. Tu avais donc réussi à la convaincre ? Si c'était le cas, tant mieux. Cependant, tu savais que tu n'allais pas t'en sortir comme ça. Vu comment elle t'avait agressé avec le couteau -chose dont tu as eu l'habitude pendant un certain temps-, elle n'allait sûrement pas te laisser partir comme ça... ... si ? Ça serait vraiment trop beau.

D’accord… Je me suis trompée sur ton compte.

.... Ah ? Avant que tu n'ai eu le temps de dire "ouf", un couteau vint se planter à quelques centimètres de ton oreille. Elle était très habile, tu devais le reconnaître. T'aimerais pas vraiment l'avoir en adversaire, surtout que tu devais sûrement être rouillé depuis le temps que tu ne t'étais pas battu.

Tu ne fais pas parti de la mafia.


Si, j'en ai fait parti, un temps. Mais tu te retint de le dire à voix haute : inutile d'envenimer la situation plus qu'elle ne l'est déjà.

Tu n’es pas là pour me tuer ou m’arrêter. Tu es juste un type qui se croit au dessus de tout et qui a une curiosité malsaine. Un type qui a osé me tenir tête de la pire façon qui soit. Mais tu restes humain et les humains ont peur.

Tu sans l'ambiance changer, mais tu ne te retourne pas, impassible. En tout cas, elle s'emportait assez vite. Certes, tu avais (encore une fois) été trop loin, mais tu ne pensais pas à ce point là. T'avais le don de foutre les gens en rogne ; maintenant, t'allait devoir te démerder pour la calmer. Quoiqu'en fait, tu voulais juste partir d'ici, parce que si elle découvrait que tu avais une phobie...  Tu préférais même pas y penser. Ou mieux, si elle a tu-ne-sais-comment connaissance de ta maladie... ... Mais quelle merde.

Je suis persuadée que te faire peur est plus facile que tu le crois.


Oui, c'est très facile... Enfermes-moi dans une pièce minuscule sans fenêtre pour voir. Tu ne dis rien. Tu n'avais pas eu l'impression de faire le fanfaron devant elle tout à l'heure (il faudrait vraiment que tu sache son nom un jour), tu l'avais juste un peu.... emmerdée. Enfin, tu n'allais pas lui donner des explications aussi inutiles, tu savais que ça allait (très) difficilement passer.

Je n'ai jamais dit que je me croyais au-dessus de tout, tu lui dit en t'approchant un peu. Je suis juste... trop curieux. Tellement curieux que parfois, ça m'apporte des ennuis... Mais peu importe.

Tu fais une courte pause avant de reprendre, avec un ton légèrement provocateur, mais toujours aussi sérieux.

Cependant... Tu t'approche un peu plus. J'aimerai vraiment savoir ce qui t'as fait croire que je faisais parti d'une quelconque mafia...

La dernière partie était pleine de sous-entendus. Il ne fallait pas qu'elle sache que tu en a fait parti, cela risquait d'empirer la situation, assez délicate comme ça.Tu t'éloigne avant de lui lancer :

Sinon, je peux repartir chez moi ? Disons que j'ai quelqu'un qui m'attends et qui ne va pas être content si je ne reviens pas vite.

Tu faisais évidemment allusion au chat blanc que tu avais chez toi, qui devait en ce moment te chercher partout. Ou au pire, essayer d'atteindre sa bouffe en mettant le bazar partout.


                   

#ED0000 / #39D0E5 / #4D6EB2 / #C04E87 / #F29C1D

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rencontres ça rime souvent avec bousculades • Mlle Sialov

Message par Invité le Ven 16 Sep 2016, 23:28

« Je n'ai jamais dit que je me croyais au-dessus de tout. »

Il n’y avait pas que les paroles qui comptaient, les gestes, la posture étaient plus que significatif pour Béatrix. Mais il est vrai qu’elle n’avait pas l’habitude de ce genre de personne... hum ? Pas banal ? Un peu... bizarre ? Béatrix ne serait pas mettre d’adjectif sur une personne qui avait une curiosité bien trop élevé et qui ne faisait même pas attention à une soudaine montée de tension dans l’atmosphère. Elle avait presque perdu son envie de lui faire peur tellement son peu de réaction lui faisait penser qu’il ne devait pas être comme tout le monde... D’ailleurs le ciel avait recouvert aussitôt une couleur plutôt claire comme si on venait de retirer un voile du soleil. Mais l’énergumène devant elle ne l’aura surement pas remarqué. Il s’approcha et elle leva les yeux retrouvant malgré elle le froid du calme.

Je suis juste... trop curieux. Tellement curieux que parfois, ça m'apporte des ennuis... Mais peu importe.

Effectivement, il aurait pu avoir pire. Peu importe ? Cet homme n’était vraiment pas normal. Tous les humains avaient peur des conséquences, du moins tout ceux qui avaient encore une conscience rationnelle. Non, Béatrix ne se considérait plus comme normale depuis ses 11 ans, depuis que la vie lui importait peu et qu’elle ne tenait qu’aux attentes d’un homme qui portait ses espoirs sur elle.

« Cependant... »

Il la ramena à la réalité en se rapprochant encore.

« J'aimerai vraiment savoir ce qui t'as fait croire que je faisais parti d'une quelconque mafia... »

Béa laissa place à la suspicion en plissant les yeux. Il jouait ? Il continuait à la chercher ? A la faire douter ? Mais elle ne savait plus où donner de la tête ! Elle était à deux doigts de l’attraper par la gorge pour calmer définitivement sa colère peu éteinte et son agacement permanent face aux provocations du jeune homme, quant il se recula encore.

Sinon, je peux repartir chez moi ? Disons que j'ai quelqu'un qui m'attends et qui ne va pas être content si je ne reviens pas vite.

Béa baissa la tête et laissa ses mèches cyan tomber devant son visage. Elle se laissa aller alors à grincer des dents tant il l’agaçait. Elle se reprit la minute suivante, se recoiffant en passant une main dans ses cheveux. Elle l’évita du regard en l’ignorant totalement, pensant qu’elle ne pouvait définitivement plus rien faire d’un gars comme ça et que la meilleure chose à faire était de ne plus faire attention à ses provocations suicidaires de peur de sortir de ses gongs. Or elle détestait ça. Sa spécialité était le froid implacable, elle n’était pas prête à perdre son meilleur atout de son ancien milieu professionnel.

Elle le contourna récupéra le couteau et le rangea comme si de rien n’était dans le carton, qu’elle referma avec précaution. Elle ne voulait pas se soucier de ce « quelqu’un », elle ne voulait plus se faire avoir comme avant. Ce mec n’aurait jamais pu être de la mafia qu’elle connaissait. Elle devait se faire à l’idée qu’elle s’était trompée et qu’il n’avait pas de relation avec son passé.


« Tu as dit être trop curieux, tu l’es pire que trop. Et si tu pars, je ne vois aucun intérêt à te parler plus de ce que tu ne dois pas savoir. Tu as perçu déjà bien trop de choses à mon goût. Je me suis trompée une fois, je ne me ferais pas avoir une deuxième. »

Elle se retourna et croisa les bras en le fusillant de ses yeux clairs en espérant se donner un air convaincant.

« La porte t’est ouverte mais il est évident que si un seul mot de ta bouche sur ce que tu as vu ici sort malencontreusement et arrive aux oreilles d’une autre personne, tu seras mort le jour suivant. »

La menace... Béa n’aimait pas vraiment cette méthode car au final ce n’était qu’un gros mensonge éhonté mais il s’avère que dans certain cas ça faisait son effet. Mais même si elle ne tuerait pas pour si peu, il était sûr que si on lui retirait sa vie à peine commencé elle se vengerait. Même si tout était sa faute... Elle ne ferait pas de retour en arrière.

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rencontres ça rime souvent avec bousculades • Mlle Sialov

Message par Akatsuki Nakamura le Sam 17 Sep 2016, 13:03

La fille rangea son couteau et ne fit même plus attention à toi. Tu regarde donc ailleurs, espérant que cela soit divertissant -ou pas. Parce que oui, regarder un mur triste et vide, c'est très distrayant. Tu repose ensuite ton regard sur la dame, dont tu n'a foutrement idée du nom, qui a enfin décidé de t'adresser la parole :

Tu as dit être trop curieux, tu l’es pire que trop. Et si tu pars, je ne vois aucun intérêt à te parler plus de ce que tu ne dois pas savoir. Tu as perçu déjà bien trop de choses à mon goût. Je me suis trompée une fois, je ne me ferais pas avoir une deuxième.

Pire que trop ? Ça existe ? C'est dommage, tu ne saura pas pourquoi elle t'a pris pour ce que tu était avant. Enfin, elle était bien remontée, la p'tite dame, ça t'amusait. Elle n'avait pas finit de t'étonner, tu le sentais. Mais pour aujourd'hui, tu allais peut-être devoir t'arrêter à là, tu reprendrais une prochaine fois, comme tu avais l'habitude de le faire si souvent (ou presque).

Perso, je pense que j'ai pas assez perçu de choses, tu lui dit, sarcastique.

Elle te fusilla du regard -Oh, que j'ai peur.- avant de terminer :

La porte t’est ouverte mais il est évident que si un seul mot de ta bouche sur ce que tu as vu ici sort malencontreusement et arrive aux oreilles d’une autre personne, tu seras mort le jour suivant.

Cette remarque te fit sourire. Un peu. Quel intérêt à le dire partout ? La seule personne à qui tu te permettrai de le dire, c'est à ta cousine, parce que tu lui faisait confiance -et quand t'accorde ta confiance à quelqu'un, il faudrait limite faire une fête pour fêter ça. Et puis, de toute façon, ça resterai juste entre toi et elle (et Ellen peut-être). Mais tu tenais quelque chose pour la faire chanter quand bon te semblera ~ Tu commence donc à te diriger vers la sortie.

T'inquiète, je ne dirais absolument rien, c'est pas dans mes habitudes.

Au moment où tu franchis le seuil, tu t'arrêtes quelques instants et te tourne vers elle avec un air amusé.

Et puis... c'est pas comme si j'étais un peu dans le même cas que le tiens...

Puis tu pars. Tu faisais bien sûr allusion au fait qu'elle ai été en contact avec la mafia, bien que tu ne saches pas si elle en réellement fait parti ou si elle était une personne extérieure. Mais pour l'instant, tu avais d'autres préoccupations en tête, comme rentrer chez toi au plus vite.


                   

#ED0000 / #39D0E5 / #4D6EB2 / #C04E87 / #F29C1D

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rencontres ça rime souvent avec bousculades • Mlle Sialov

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum