Rencontres ça rime souvent avec bousculades • Mlle Sialov

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Rencontres ça rime souvent avec bousculades • Mlle Sialov

Message par Akatsuki Nakamura le 9/11/2015, 20:15

Énervé. C'est mon état en ce moment même. Non pas parce que je vais vivre entouré de gamins la plupart du temps (enfin si y'a ça un peu), mais parce que... je suis énervé. Allez pas me demander pourquoi. Peut-être parce que je me pose trop de question quand à ma présence ici. J'espère sérieusement que le directeur de cette foutue école a conscience qu'il a engagé un mec pas tout seul dans son corps parce que y'a deux autres personnes qui le squattent aussi. Si c'est pas le cas... Ça va donner le jour où l'un deux va prendre le dessus. Enfin, en attendant, depuis que je suis ici, ça n'est pas arrivé. Je sais pas si je dois m'en réjouir. Car si ça arrive pas maintenant, ça va arriver plus tard... Je chasse ces idées de mes pensées. Ce n'est pas encore le moment de penser à cela.

Je déambule tranquillement dans les ruelles du quartier où j'habite maintenant. Personne n'est encore venu me chercher les noises, c'est déjà ça. Je soupire avant de m'arrêter pour sortir un bonbon de ma poche, que je met à la bouche, puis je repart comme si de rien n'était. Je finis fatalement par retourner à mon point de départ. J'avais tourné en rond. Non pas parce que je m'était perdu, mais parce que j'avais pas vraiment fait attention où j'allai. J'ai donc supposé que c'était le signe que "j'attendais" pour rentrer chez moi. Il faudrait juste que j'essaie de me rappeler par où je suis parti, mais ce n'est pas vraiment un problème, car j'ai une très bonne mémoire (sans vouloir me venter). Je finis donc par arriver sans encombre. Bon j'étais pas pile devant la porte de l'immeuble, mais à quelques mètres. Je regarde autour de moi. Pas un chat. Enfin si, je viens d'en voir un filer à toute vitesse. Bref, y'a personne. J'avais franchement de la chance d'habiter dans un coin où y'avait pas grand monde et où c'était relativement calme.

J'avais à peine entamé les quelques mètres qui me séparaient de la porte de l'immeuble quand je senti quelque chose me rentrer dedans assez violemment. Je tombe par terre, et heureusement je limite les dégâts. C'est vraiment pas mon jour dis donc. Je m'assis par terre tant bien que mal et je dit à la personne qui m'est rentré dedans :

- Eh ! Fais gaffe !

Ça se fait pas vraiment de rentrer dans les gens comme ça. Enfin, j'dis ça, j'dis rien ~

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rencontres ça rime souvent avec bousculades • Mlle Sialov

Message par Invité le 10/11/2015, 23:18

Béa était assise sur le rebord de la fenêtre, un coussin derrière le dos, une tasse fumante entre les mains. Son regard était fixé sur le paysage qui s’étendait sous ses yeux, sur l’agitation des rues de son quartier. Son appartement était vraiment bien placé, elle aurait cherché toute seule qu’elle n’aurait jamais pu trouver mieux que David. Il avait fait vraiment fort et dans cet espèce de petit loft moderne et pourtant chaleureux, elle se sentait vraiment bien. Ce qui n’arrivait pas souvent quand elle était loin de la Russie. Peut-être que David avait vraiment trouvé une nouvelle vie pour Béa, une nouvelle vie où elle pourrait se sentir elle-même.

Elle n’avait pas encore pris les cours à l’académie, elle avait demandé une semaine de plus histoire de réceptionner les derniers cartons dont justement le dernier devait arriver aujourd’hui. C’est pour cela qu’elle rêvassait à la fenêtre. Elle n’avait pas vraiment de pensées précises, c’était plutôt un flot continu d’élément sur ce nouveau pays qui la faisait réfléchir sur plusieurs détails sans réelle importance. Du moins jusqu’à ce qu’elle voit un camion s’engager dans la rue et s’arrêter devant chez elle. Elle le regarda sévèrement quand elle comprit que le déménageur n’avait pas du tout l’intention de venir sonner à la porte ou même de laisser le carton sur le palier mais bien de l’abandonner en plein milieu de la rue.

Outrée, elle posa sa tasse sur le comptoir séparant sa cuisine au salon et sortit en trombe de l’appartement. Elle dévala les marches de l’escalier et courut dans son hall d’entrée en espérant pouvoir attraper le déménageur. Mais c’était déjà trop tard, le camion était déjà à quelques mètres et elle se voyait mal laisser son carton sans surveillance pour piquer un sprint et râlais sur des gens qui ne respectaient pas les affaires des autres. Elle soupira donc résignée et approcha du carton en jaugeant sa taille. Elle savait très bien ce qu’il y avait à l’intérieur et elle savait que ce n’était pas léger… Elle ne démonta pas pour autant et attrapa le carton de chaque côté pour le soule… Nan impossible ! Elle avait certes travaillé sur ses muscles ces dernières années, elle avait abusé sur le remplissage de ce carton…

Elle soupira résignée et attrapa un bord pour le tirer de toutes ses forces. Alors qu’elle l’avait bougé d’un petit mètre, elle heurta de plein fouet quelque chose qui la fit basculer en avant. Elle passa presque au-dessus du carton ! Les deux mains au sol, plié en deux, les fesses en l’air et en équilibre précaire, elle écarquilla les yeux quand la tête à l’envers elle aperçut derrière ses jambes un jeune homme parterre.

« Eh ! Fais gaffe ! »

Pour une fois, qu’elle se faisait surprendre, elle n’allait pas s’énerver de sa familiarité. C’était sa faute. Elle avait été tellement contrariée par ce carton qu’elle n’avait pas fait attention à ce qui se passait autour. Elle se releva en se frottant les mains où de petits graviers s’y était collé et s’épousseta son jeans blanc aux quelques pièces carrées de dentelles bleues et son haut déstructuré troué aux épaules d’une couleur orangé. Elle planta ensuite ses yeux bleu-vert dans les puits marron.

« Je suis vraiment désolée, je ne vous avais pas vu.»

Elle lui tendit une main pour l’aider à se relever mais aussi pour s’excuser de sa brusquerie.

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rencontres ça rime souvent avec bousculades • Mlle Sialov

Message par Akatsuki Nakamura le 11/11/2015, 20:00

Je détaillai la personne qui m'avait bousculé. Déjà, c'était une fille. Elle avait les cheveux blancs avec des mèches colorés et... ... c'est quoi cette tenue ? C'était très... spécial, comparé à ma tenue à moi, qui se limitait à un jean, un t-shirt et un sweat à capuche. Et des baskets. Alors que elle... En bref, j'aime pas du tout comment elle est habillé. Mais j'vais pas lui dire, juste par gentillesse. La jeune femme me tendit sa main et me dit :

- Je suis vraiment désolée, je ne vous avais pas vu.

Et aller, quelqu'un d'autre qui me vouvoie. Je ne vais vraiment pas m'y habituer. Je pris sa main, juste par politesse, et me relevait. Et je vis qu'elle était plus petite que moi. Bien plus petite. Ou alors, encore une fois, c'est moi qui suis trop grand. Bien trop grand. Comme d'habitude, quoi.

- Pas grave, pas grave, je marmonne.

Mon regard se pose soudainement sur un carton qui était près de la fille. Il avait l'air bien rempli. Je sais que la curiosité est un vilain défaut, mais je ne pus m'empêcher de me demander ce qu'il contenait. Je m'approche du fameux carton. Il n'avait rien, c'était déjà ça. De plus, elle avait l'air d'y tenir, à son carton... À ce moment là, une idée traversa ma tête, mais je la chassait, car c'était pas le moment de céder à mes caprices. Je demande donc à l'inconnue même si j'en avais franchement pas envie :

- C'est à toi ? Euh... à vous ?

Je ne m'habituerait pas au vouvoiement, je pense qu'il est inutile d'insister sur ce point. Donc quittes à paraitre grossier (ce dont je me fout royalement), j'allai la tutoyer. Tant pis si elle le prend mal, je m'en fiche. Je regarde le carton puis la jeune femme, et je ramassai le carton (de mauvaise foie s'il vous plait)... Putain elle a foutu quoi dedans ? 3 kilos de plomb ? Il est lourd... Mais j'arrive à le porter donc ça va. J'attendis sa réponse. Si elle était négative, je pourrai toujours le reposer en plein milieu du chemin, ça m'est égal...

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rencontres ça rime souvent avec bousculades • Mlle Sialov

Message par Invité le 14/11/2015, 17:23

Sa main tendue attrapa la sienne et il fut rapidement debout. Ce qui aurait pu faire grimacer Béa. Il était grand et pour une des rare fois de sa vie encore elle fut prise au dépourvu. Elle n’avait pas prévu le coup et elle n’aimait pas du tout se sentir diminuée. Elle dut cligner deux trois fois les yeux pour se retirer cette idée de la tête. La vie n’avait plus besoin d’être un constant jugement de capacités… Du moins elle pouvait l’espérer.

« Pas grave, pas grave. »

Il marmonne sous les yeux curieux de Béa qui haussa un sourcil devant un tel comportement. Mais ce qui la rendait encore plus curieuse c’était l’apparence du jeune homme qui se dressait devant elle avec une taille plutôt impressionnante. Si ses prunelles brunes étaient d’une joli couleur sans être extraordinaire, ses cheveux étaient d’un bleu profond et un tatouage surprenant lui recouvrait l’œil. Elle qui aimait que les gens sortent au moins un peu de l’ordinaire, son visage s’adoucit en le voyant.Enfin ce fut pour un court instant puisqu’elle vit son regard bifurquer vers son carton et de suite elle se tendit. Sans qu’elle comprenne ce qui se passa dans la tête du jeune homme, il se dirigea vers le carton et… il lui fit totalement écarquiller les yeux !

« C'est à toi ? Euh... à vous ? »

Il le souleva presque avec facilité… Ne pas être diminuée, ne pas être diminuée… En même temps, là, Béatrix avait bien plus à penser à ce moment ! Elle fronça les sourcils en ne comprenant pas comment il pouvait se montrer si…familier ? À l’aise ? Spontané ? Elle n’arrivait pas à mettre le doigt sur le bon mot mais elle en était presque choquée. Il touchait à ses affaires et s’il découvrait ce qu’il y avait dans le carton… ce qu’il y avait dans le carton ! Nan ! Ce n’était pas possible ! Elle ne pouvait pas le laisser découvrir ! Elle passa alors sa main sur sa nuque et le regarda au fond des yeux en prenant un ton neutre.

« Oui, c’est à moi mais… je peux savoir ce que vous faites avec ? »

Béa lui aurait bien prit le carton des mains mais elle avait assez de dignité pour ne pas se le prendre sur le pied.

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rencontres ça rime souvent avec bousculades • Mlle Sialov

Message par Akatsuki Nakamura le 15/11/2015, 12:06

La réponse ne tarda pas à arriver :

- Oui, c’est à moi mais… je peux savoir ce que vous faites avec ?

Elle avait l'air contrariée... Elle y tenait tant que ça, à son carton ? Qu'y avait-il dedans ? Des objets pas très nets ? Des photos étranges ? J'avais très envie de l'ouvrir, du coup... Non seulement pour satisfaire ma curiosité, mais en plus juste pour le plaisir de la faire chier. Mais je pense que je vais faire durer le mystère un peu plus longtemps... Je la regarde avant de reposer le carton par terre.

- Bien... je dis dans un soupire.

Je m'éloigne un peu du carton. Puis je met mes mains dans mes poches et lui déclare simplement :

- Je pensai juste que t... vous auriez du mal à soulever ce carton, mais apparemment tu... vous n'avez pas l'air d'avoir besoin d'une aide quelconque...

J'avais vraiment pas l'habitude de vouvoyer les gens dis donc... Je me retins juste à temps de rajouter "tant mieux en un sens, ça me fera ça en moins à faire et j'aurais pas perdu de temps". Je pense que j'en ai déjà assez dit comme ça, inutile d'en rajouter? Je fis mine de m'éloigner. Je voulais savoir si elle allait me retenir pour que je l'aide, où si elle allait le soulever toute seule et repartir chez elle... Bien que vu sa corpulence, je pense que ça va être un peu trop lourd pour elle... sans vouloir m'enfoncer dans les clichés. Tout en faisant semblant de m'éloigner tranquillement, je jetai des coups d'oeil derrière moi de temps en temps pour voir sa réaction.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rencontres ça rime souvent avec bousculades • Mlle Sialov

Message par Invité le 14/12/2015, 19:10

Béatrix ne le quitta pas des yeux. Etait-ce parce qu’elle ne voulait pas fixer son tatouage ou parce qu’elle essayait de comprendre l’étrange personnage qu’elle avait devant elle ? C’est vrai qu’elle aimait analyser les gens pour ne jamais être prise au dépourvu mais ça... c’était dans le cadre de son ancien travail. Elle ne savait plus si elle pouvait se permettre de continuer à avoir les mêmes manies. Cependant c’est vrai qu’elle avait appris à se méfier et c’était tout de même une sorte de protection qu’elle ne négligeait jamais. Et pour le coup il fallait absolument qu’elle protège ce qui se trouvait dans ce carton ! Elle voyait que la curiosité faisait pétiller ses yeux bruns pourtant il posa le carton comme exaspérée parce qu’elle avait dit.

«  Bien... »

Béa entortilla une mèche de cheveux nerveusement se demandant si elle n’avait pas fait une erreur quelque part. Même si son visage ne reflétait pas la moindre émotion, ce petit geste trahissait le tracas qu’elle ressentait à ce moment. Elle commençait une nouvelle vie, elle ne voulait plus être fuie ou ignorée mais il était évident qu’elle ne savait pas y faire dans ses relations avec les autres. Il s’éloigna avec un air détaché.

« Je pensai juste que t... vous auriez du mal à soulever ce carton, mais apparemment tu... vous n'avez pas l'air d'avoir besoin d'une aide quelconque... »

Elle pencha la tête comprenant que le vouvoiement avait du mal à passer. Mais elle fut encore plus surprise de le voir partir sans rien dire de plus... Elle se serait attendu à un « au revoir » ou encore un « salut » mais non. Bon... bah tant pis. Elle se reconcentra sur le carton et tenta de la pousser. Alors que de façon frontale, il ne bougea pas d’un millimètre, elle essaya de dos et se retrouver les fesses au sol plus vite que prévu le carton ayant bougé d’à peine une dizaine de centimètre. Elle se releva en se frottant le popotin et soupirant quand elle regardait la fenêtre de son appartement à l’étage.

Elle secoua les épaules et ravala sa fierté pour aller courir après le jeune homme. Elle toucha l’épaule pour ramener son attention vers elle et déglutit légèrement, gênée de devoir demander de l’aide. De plus à un parfait inconnu !

« Désolée, je... c’est vrai que je n’y arriverai pas seule... Je vous... euh te serais très reconnaissante si tu pouvais m’aider... »

Elle avait vraiment fait un effort mais elle n’arrivait pas à soutenir son regard et son doigt entortiller de nouveau ses cheveux. C’était vraiment nouveau pour elle !

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rencontres ça rime souvent avec bousculades • Mlle Sialov

Message par Akatsuki Nakamura le 14/12/2015, 21:03

Je m'éloignai tranquillement, tout en jetant des coups d'œil derrière moi. Je vis donc la jeune femme tenter vainement de pousser le carton. Je ne pus m'empêcher de faire un sourire en coin. Je n'allai pas rire d'une telle situation, parce que bon, elle était pas si drôle que ça, mais c'était quand même amusant avoir. Surtout que le carton ne semblait pas bouger d'un millimètre... Elle avait beau tenter de le pousser dans toutes les positions, il ne bougeait pas d'un pouce. C'est bien ce que je pensai, elle n'avait pas la force nécessaire pour le bouger... Et je dis pas ça parce que c'est une fille....
Je continue donc à marcher, m'éloignant de plus en plus d'elle, pensant à autre chose, même si ce carton m'intriguait un peu. Puis je sentis quelqu'un me toucher l'épaule. Je me retourne et voit la fille qui avait du mal avec son carton. Elle me demanda, sûrement assez gênée :

- Désolée, je... c’est vrai que je n’y arriverai pas seule... Je vous... euh te serais très reconnaissante si tu pouvais m’aider...

Le tutoiement qui a du mal à sortir. J'ai exactement le même problème avec le vouvoiement. Bref, passons. Je la regarde, indifférent. Devais-je l'aider ou non ? J'avais commencé à le faire, mais elle avait refusé de suite après... je pouvais toujours dire que j'étais pressé, mais le problème, c'est que ça serait un peu bizarre que je sois pressé tout d'un coup alors que tout alors je n'avais pas l'air de l'être... .. Tout cela fait très théories du complot, mais je préfère réfléchir avant d'agir (bien que ça ne soit pas toujours le cas). Enfin, je pense que le mieux serait d'aller l'aider...

Je soupire, résigné, et me dirige vers le carton sans un mot. Carton qui m'intriguait. J'avais envie de lui demander ce qu'il contenait, mais je me doutait bien qu'elle ne me le dirait pas comme ça. Alors à moins de l'ouvrir... Oui certes, mais comment... Bah, j'allais finit par trouver. A la hauteur du carton, je me mit à le soulever. Dire qu'il est tellement léger que je n'ai eu aucun mal à le soulever serait exagéré. On va dire qu'il pèse son poids. Allez savoir ce qu'elle a mis dedans. J'avais tellement envie de savoir.... Je devais me faire violence pour ne pas le reposer par terre et l'ouvrir. Et lui demander ce qu'il y a dedans, même si je pense que c'est ce que je vais finir par faire.
Je la regarde et lui demande sur un ton indifférent :

- C'est où qu'il faut le mettre


                   

#ED0000 / #39D0E5 / #4D6EB2 / #C04E87 / #F29C1D

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rencontres ça rime souvent avec bousculades • Mlle Sialov

Message par Invité le 15/12/2015, 20:00

Indifférence totale sur son visage. Tiens, elle n'aurait peut-être pas à faire trop d'efforts avec lui. Etre naturelle après tout devait être la meilleure des solutions ! Mais n'était-il pas tout simplement en train de chercher un moyen de l'envoyer bouler ? Elle avait été peut-être trop brusque ? Elle n'avait jamais eu à faire le moindre effort pour aller vers quelqu'un et en plus demander de l'aide ? Même à David elle s'abtenait de le faire alors...

Il soupira et elle se crispa. Être un poids pour quelqu'un ? Plus jamais, plus jamais depuis ses 10 ans... Elle ne le supportait pas, elle avait une bouffée d'angoisse rien que de penser à l'ennui qu'elle pouvait provoquer. Depuis toute petite, elle ne pouvait pas se controler à ce niveau. Tout ce qu'elle arrivait à gérer c'était son visage qui malgré le tsunami qui se déroulait à l'intérieur reste aussi lisse que le marbre.

Elle voulut l'arrêter, lui dire que c'était pas grave, qu'elle ne voulait pas déranger mais il avait déjà repris le carton dans ses bras avec son regard ne s'en détachant pas. Elle avait la nette impression qu'il était tout de même interessé par son contenu... Un clignotant danger s'alluma dans son esprit. Elle allait devoir faire attention...

C'est où qu'il faut le mettre.

Une nouvelle fois gênée, sa main passa sur sa nuque avant d'aller relever ses cheveux.

« A vraies dire j'habite au deuxième étage de cet immeuble... Mais si tu pouvais au moins me le déposer dans l'entrée, ce serait parfait, rajouta-t-elle précitamment. Je ne veux pas... t'accaparer, tu dois avoir mieux à faire... »

Elle ouvrit la porte de son immeuble et posa son dos contre pour lui laisser le passage libre. Elle croisa les bras en frisonnant quand un courant d'air s'engouffra subitement dans l'entrée. Elle regardait alors le jeune homme en se disant que plus vite cette histoire de carton serait réglée plus vite elle retrouverait sa tasse fumante... Mais elle devait pas remercier celui qui avait accepté de l'aider ? Elle frotta ses bras et finit par se dire qu'au pire elle l'inviterait à boire quelque chose en remerciement. Ça se faisait non ?

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rencontres ça rime souvent avec bousculades • Mlle Sialov

Message par Akatsuki Nakamura le 16/12/2015, 17:43

Je regarde le carton. Je me demandai bien ce qu'il contenait pour que la jeune femme y tienne autant... Bon j'arrêtai pas de penser à ça, mais j'avais rien d'autre à penser... Je fus interrompu par la fille, qui me dit :

- A vraies dire j'habite au deuxième étage de cet immeuble... Mais si tu pouvais au moins me le déposer dans l'entrée, ce serait parfait

Je la regarde. Tant qu'elle ne m'embête pas après, cela me convient. Mais n'allez pas croire que je fais ça de bon cœur, c'est totalement faux ; je fais ça car je m'ennuie. La jeune femme repris :

- Je ne veux pas... t'accaparer, tu dois avoir mieux à faire...

Ca ne m'embêtait pas, de toute façon j'avais rien à faire... enfin si, mais ça pouvait attendre. J'avais pas envie de continuer. Je dis à la jeune femme :

- Nan ça va. J'ai rien à faire t'façon.

La fille ouvre la porte de l'immeuble. Je rentre. Il faisait un peu plus frais dans le hall que dehors. Donc, second étage, c'est ça...? Oui, ça doit être ça. Je commence à monter les escaliers. Je sais pas si il y avait un ascenseur, mais je n'ai pas pris le temps de chercher. C'est pas comme si j'allai en mourir, si ? Et puis, je ne savais toujours pas ce que contenait ce carton. Et je savais toujours pas comment m'y prendre pour savoir ce qu'il y a l'intérieur. Bon, j'vais finir par trouver.... Un jour... Et une fois au deuxième étage, faudra que je le dépose où, le carton ? En plein milieu du couloir ? C'est pas une très bonne idée, mais faute de mieux...
J'ai vite terminé l'ascension des étages, et j'arrive donc au second étage. Et là, le dilemme du carton : je le met où ? En plein milieu du couloir ? Devant une porte au pif, choisie au petit bonheur la chance (quoique ça pourrait être drôle) ? Je regarde autour de moi. Bon, j'ai plus qu'à attendre une réponse de la fille... En espérant qu'elle soit là. Je tiens pas à rester deux ans ici.


                   

#ED0000 / #39D0E5 / #4D6EB2 / #C04E87 / #F29C1D

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rencontres ça rime souvent avec bousculades • Mlle Sialov

Message par Invité le 18/12/2015, 22:53

Elle le regarda et vit toujours autant d'indifférence sur son visage. A ce moment elle comprit que cela pouvait être déroutant pour celui ou celle qui se retrouvait en face. Elle se rendit compte aussi que finalement elle a été rarement en contact avec ce genre de personne. Mais fallait-il encore mettre un nom sur ce genre de personne... Ces personnes qui ne laissent pas transparaître la moindre émotion...

« Nan ça va. J'ai rien à faire t'façon. »

Il avait interrompu ses pensées. Encore une fois rien ne transparaissait, absolument rien. Béa, bien loin de son habitude, fronça les sourcils n'aimant pas du tout se retrouver dans la position de celle qui se posait des questions. Elle ne savait pas comment agir avec lui et bien qu'elle pensait ne pas le revoir après ce jour, elle ne supportait pas être prise au dépourvu. Elle le laissa donc gravir quelques marches, en essayant de comprendre pourquoi il l'aidait alors que clairement il n'en avait rien à faire et que ça semblait le déranger plus qu'autre chose. Du moins c'est ce qu'elle se disait quand elle repensait au soupir qu'il avait poussé il n'y pas cinq minutes. Oui... Béatrix ne supportait pas ne pas comprendre une personne ! C'était... Cela avait été son travail d'analyser les gens, de prévoir leur geste... mais là, elle se disait que si elle avait dû l'avoir en ennemi, il aurait été difficile à battre...

Elle secoua la tête en refermant la porte d'entrée derrière elle. Pourquoi penser à une chose pareille alors qu'elle devait changer de vie ? Elle le rattrapa et passa entre lui et le mur pour passer devant. Elle ouvrit la porte de l'appartement et entra en filant de suite sur sa tasse. Froide... Elle poussa un soupir en la reposant sur le comptoir et se redirigea de suite vers le garçon en se morigénant de l'avoir laisser ne serait-ce qu'une seconde seul avec son carton.

« Tu peux le poser n'importe où. »

Elle se dandina sur ses jambes en croisant ses doigts ne savant pas vraiment comment elle devait le remercier comme il se doit. Elle était partagée, elle ne voulait ni en faire trop, ni ne pas en faire assez. Elle dut se mordre l'intérieur de la joue pour se pousser à parler.

« Merci, c'est... gentil à toi de m'avoir aidé... Je t'offre quelque chose à boire pour te remercier ? »

Et là, à l'instant où ces mots sortirent de sa bouche, elle ne savait pas si elle voulait qu'il réponde oui ou non. C'est que finalement il ne la mettait pas à l'aise comme à son habitude ! Où donc était son impassibilité habituelle ?

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rencontres ça rime souvent avec bousculades • Mlle Sialov

Message par Akatsuki Nakamura le 19/12/2015, 10:54

La jeune femme passa devant moi et ouvrit la porte de son appartement. Je ne savais pas si je devait entrer ou rester sur l'entrée... Si je m'écoutait je serait rentré, mais... Disons que je ne suis plus aussi libre que quand j'étais là-bas... Je décide donc de rester sur le seuil, le carton inconnu dans les mains. Mais ça ne m'empêche pas de jeter un rapide coup d'œil dans l'appartement.

- Tu peux le poser n'importe où, me dit la jeune femme.

C'est une invitation à rentrer, je suppose... Enfin, je le prend comme ça. Je rentre dans l'appartement et dépose le carton à côté de l'entrée. Je me demande encore ce qu'il contient. Peut-être devrais-je lui demander ? Non, pas sûre qu'elle accepte de me le dire... Il fallait que je le découvre de force, alors ? Elle va pas apprécier, mais bon... Enfin, j'aurai privilégié la dernière option si on s'était rencontrés dans d'autres circonstances... J'allai partir quand la jeune femme déclara :

- Merci, c'est... gentil à toi de m'avoir aidé... Je t'offre quelque chose à boire pour te remercier ?

Je failli refuser, mais je me ravise juste à temps. C'est peut-être ma chance pour savoir ce qu'il y avait dans ce carton... Bon, comment je vais procéder pour le savoir, je n'en sais rien. C'est pas les idées qui manquent, mais je ne sais pas laquelle est la plus adaptée à la situation.. Je suppose qu'il faut d'abord accepter l'invitation avant de demander quoique ce soit...

- D... De rien. Et si tu veux, je répond, toujours aussi indifférent.

La formule de politesse qui n'as jamais tué quelqu'un qui a du mal à sortir. Bref, maintenant que j'ai fait mine d'accepter, il faut que je la titille pour savoir le contenu de ce carton... Il me reste plus qu'à le demander, je pense...

- Mais dit moi, il contient quoi, ce carton ? je finis par lâcher, en jetant un rapide coup d'œil au carton.

Bon, c'est peut-être pas la meilleure façon de le savoir, mais faute d'autres solution... Et qu'elle ne me dise pas qu'il contient rien, je suis pas con au point de croire que le "rien" pèse le poids du carton...


                   

#ED0000 / #39D0E5 / #4D6EB2 / #C04E87 / #F29C1D

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rencontres ça rime souvent avec bousculades • Mlle Sialov

Message par Invité le 8/1/2016, 23:20

Etait-il hésitant ? Elle avait fait ou dit quelque chose qui n’allait pas ? Les relations n’étaient vraiment pas son fort pourtant là, elle était à peu près certaine qu’elle avait fait les choses correctement. Peut-être qu’il n’était pas plus intéressé que ça en sa personne ? Béatrix n’attendait rien de lui mais elle croyait que le fait de l’inviter était un passage obligatoire après un tel geste. Et bien bravo, elle ne savait plus où se mettre maintenant. Béa s’inscrivit une nouvelle règle mentalement : « Ne pas insister sur le côté social quand on n’a pas de réponse de l’autre côté. » Pourtant alors qu’elle avait vraiment cru qu’il allait refuser sa phrase la surprit bien plus qu’elle le devrait.

« D... De rien. Et si tu veux. »

Bon Béa n’était pas dupe au point de voir que ça ne l’enchantait pas plus que ça d’accepter. Elle trouvait même bizarre qu’il fait au ton qu’il avait employé pour lui parlé. Est-ce qu’elle aussi prenait ce ton d’indifférence totale quand elle parlait ? C’est pour cela qu’elle en mettait plus d’un mal à l’aise ? Il fallait vraiment qu’elle revoit son mode d’interaction sociale parce qu’il était évident qu’elle n’arriverait pas à avoir une nouvelle vie dite « normale » si elle n’arrivait pas à avoir de relations normales. Mais maintenant face à ce jeune homme qui restait d’un calme et d’une indifférence tout à fait désarmant, ce n’était plus elle qui mettait mal à l’aise. C’était lui.

« Mais dit moi, il contient quoi, ce carton ? »

Il la sortit de ses pensées et elle le regarda un moment avant de comprendre qu’il parlait du carton. C’était le moment de trouver une parade, sinon ce serait assez difficile de garder cet appartement. Et même peut-être son poste à l’académie si ça venait à s’apprendre jusque là... quoi qu’il devait connaitre son passé, s’il savait pour son pouvoir... Elle força un sourire et ce mit devant le carton en cachant ainsi la vue sur le bout du carton qu’elle souleva. Elle sortit la première chose qui se présenta et ce qu’elle avait sciemment mit sur le dessus pour camoufler le reste.

« Juste des livres. »

Elle lui montra le vieux livre à la couverture en cuir qui était une vielle édition original de Tolstoï, sans se retourner, elle referma le carton avec son pied et prit une veste qui reposait sur son porte manteau pour la mettre dessus, histoire de dire qu’il n’y avait plus rien d’intéressant à l’intérieur. Du moins, c’est ce qu’elle espérait faire passer comme message. Elle lui montra les tabourets près du bar de sa cuisine américaine et y posa le livre avant de faire le tour vers le frigo.

« Du chaud ? Café, thé ou du froid ? Eau, jus de fruit... Que vou... veux-tu ?»

Oui, Béatrix tentait de détourner son attention du carton. Elle le regardait alors droit dans les yeux attendant sa réponse, se montrant alors un peu trop insistante du regard...

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rencontres ça rime souvent avec bousculades • Mlle Sialov

Message par Akatsuki Nakamura le 9/1/2016, 14:07

Quand je demande à la fille dont je ne connais toujours pas le nom le contenu de son carton, elle me répond en sortant un livre :

- Juste des livres.

J'ai un doute... J'avais l'impression qu'elle tentait de protéger son carton coûte que coûte, quel que soit la situation. Comme si ça pouvait compromettre quelque chose... Malheureusement pour elle, je suis assez curieux à ce niveau-là... Il faut dire que j'avais amené quelques petites choses sûrement pas très... comment dire.... bien vues comme des armes.... Mais vu où je les avaient planquées, fallait vraiment chercher dans des endroits improbables pour en trouver certaines. Bref, quand dehors j'avais tenté de prendre la carton, elle s'était soudainement mise sur la défensive, ce qui est assez étrange pour un simple carton. Je pense vraiment qu'elle cache autre chose que des livres dans son carton, sinon elle ne tenterait pas par tout les moyens de cacher ce qu'il y a à l'intérieur... La jeune femme pose une veste sur le carton. Je reste un moment en silence à regarder le fameux carton avant qu'elle ne se mette à parler :

- Du chaud ? Café, thé ou du froid ? Eau, jus de fruit... Que vou... veux-tu ?

Je me tourne vers elle, qui me regarde avec insistance droit dans les yeux. C'est assez gênant... Je me doute bien qu'elle doit essayer de détourner mon attention du carton, mais de là à me regarder comme ça, c'est gênant. Je finis par dire pour qu'elle arrête de me regarder :

- De l'eau, ça ira.

Bien que j'aurais bien voulu prendre autre chose, mon intention première est de découvrir ce qu'il y a dans ce carton, c'est un moyen pour moi de détourner son attention quelques secondes... J'attends qu'elle ai le dos tourné pour me diriger discrètement vers le dit carton. Peut-être vais-je découvrir des choses anodines, mais je préfère faire confiance à mon instinct. Je m'accroupis pour être à la hauteur du carton et retire la veste qu'il y a dessus. Une fois fait, je commence à soulever l'un des rabats. Le carton n'est pas fermé à l'aide de scotch, ce qui me facilite. J'aurai utilisé mes ongles sinon, ce n'est pas un problème. Une fois que j'ai soulevé un rabat, je peux apercevoir ce qu'il y a dedans. Je commence à en soulever un second.  J'allai enfin avoir ma réponse quand au contenu de ce carton... Si la fille ne me bloque pas avant. Mais de toute façon je ne compte pas révéler à qui que ce soit le contenu de ce carton. Puis je me met à ouvrir un troisième. Allai-t-elle me bloquer avant que je ne rabatte complètement le troisième rabat ? J'espérai que non, je voulais absolument savoir ce qu'il y a dedans...


                   

#ED0000 / #39D0E5 / #4D6EB2 / #C04E87 / #F29C1D

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rencontres ça rime souvent avec bousculades • Mlle Sialov

Message par Invité le 15/8/2016, 21:53

Béatrix se morigéna intérieurement de son comportement qui devenait de plus en plus louche. Elle voyait bien que l’homme devant elle n’était pas à l’aise. En le regardant comme ça, elle devait faire plus peur qu’autre chose ? Quoi de plus suspect alors ?

« De l'eau, ça ira. »

Juste de l’eau ? Avait-il peur qu’elle l’empoisonne ? La pensait-il vraiment bizarre ? Béa secoua la tête légèrement en prétextant remettre une mèche de cheveux correctement mais en réalité elle essayait de se sortir ses pensées de son crâne. C’était stupide de se préoccuper de ça. Elle ne l’avait jamais fait, ce n’était pas maintenant qu’elle allait soucier de ce que pouvait penser quelqu’un… Si elle devait devenir sociable, ce serait tout de même en évitant de se compliquer la vie !

Elle se contenta alors de sortir un verre et de prendre une bouteille d’eau dans le frigo. Elle faisait attention à ne rien renverser et rebouchonna la bouteille quand elle vit qu’il ouvrait le carton. Non ! Elle lâcha la bouteille et se précipita avant qu’il soulève le battant qu’il ne fallait pas. Elle se rappelait bien qu’elle n’avait pas eu assez de livres pour recouvrir ses petits gadgets de son ancien boulot… S’il les découvrait… Allait-il voir la dénoncer à la police ?

Elle s’interposa entre le carton et l’homme en s’asseyant presque sur le carton. Elle jeta un coup d’œil sous ses fesses et vit qu’elle s’était bien placée pour cacher juste la partie qu’il fallait. Les livres pouvaient se voir juste à côté… Peut-être qu’il abandonnerait !

« Mais qu’est-ce qui te prends de … »

Béa s’arrêta nette en relevant les yeux. Elle était en équilibre au-dessus du carton et lui était encore penché au-dessus… Ce qui laissait que très peu de centimètres entre leurs deux visages. Une proximité que Béa ne connaissait pas vraiment… voir pas du tout ! Elle ouvrit légèrement les yeux en étouffant sa phrase dans un murmure.

« Peux-tu reculer s’il te plait…»

Béa n’osait pas descendre ses yeux sur autre chose que le regard du jeune homme… Pourtant elle n’était pas non plus à l’aise ! Mais elle se disait qu’il y avait plus de risque à regarder autre chose…

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rencontres ça rime souvent avec bousculades • Mlle Sialov

Message par Akatsuki Nakamura le 3/9/2016, 17:15

T'y étais presque.... Tu étais à deux doigts de voir ce qu'il y avait dans ce carton. Il t'intriguait tellement, c'était bizarre que la fille en fasse aussi attention. Toi-même avec tes propres cartons t'étais pas comme ça... Parce que t'avais pris tous les trucs compromettants avec toi (genre... tes flingues ?), et que t'avais réussi à couvrir le reste. Et surtout, t'avais tout planqué dans des endroits dont seul toi avait connaissance. Ça serait bête d'avoir des problèmes à cause d'armes à feu...

Sauf que la dame était revenue au dernier moment et failli s'assoir sur tes doigts ; tu les retire juste à temps. Elle jeta un rapide coup d'œil au carton, comme pour s'assurer que tu n'avais rien touché ; sauf que tu avais pu apercevoir un peu le contenu. Certes, pas de beaucoup, mais il t'a semblé voir l'ombre d'une forme plutôt.... intéressante et inattendue. Si tu t'étais attendu à ce qu'elle cache ça dans un carton...

Mais qu’est-ce qui te prends de …

Elle s'arrête net. Tu la regarde et... On n'est pas un peu trop proche là ? Tu rougis légèrement. T'avais pas l'habitude de te retrouver accidentellement aussi près du visage d'une fille, tu n'arrivai pas à détacher ton regard de ses yeux. Tu étais complètement absorbé par son regard, ce qui devait être une scène loufoque vue par une personne de l'extérieur... Jusqu'à ce qu'elle dise :

Peux-tu reculer s’il te plait…

Tu revient sur terre en place et te recule sans dire un mot, en essayant de revenir à une expression indifférente ; mais c'était un peu compliqué. Ce que tu avais aperçu dans le carton te revient. Et si tu lui demandais à nouveau ce qui se trouvait dedans ? Mais cette fois si, de façon plus directe. Tu t'approche à nouveau de la fille, un petit sourire en coin au visage, et te penche à sa hauteur avant de sortir :

Tu sais... Tu peux me dire ce qui se trouve dans ce carton. Je ne le dirais à personne, et encore moins aux flics si c'est dangereux, parce que je ne les postes pas dans mon cœur...

Ton sourire s'élargit légèrement, une lueur sournoise passe dans ton regard. Tu te doutait qu'il n'y avait pas simplement des livres, mais aussi autre chose... Tu ne savais pas vraiment quoi, mais tu avais une petite idée de ce que c'était. Après tout, les livres ne brillent pas de façon métallique à la lumière, non ?

Et ne me sors pas que ce sont uniquement des livres, il y a quelque chose en-dessous, c'est certain... Y'a quoi en-dessous ? Des explosifs ? Des trucs métalliques plutôt dangereux ?

Tu en faisait peut-être trop, mais tu ne lâcherai pas l'affaire tant que tu n'aura pas éclairci le mystère du carton.


                   

#ED0000 / #39D0E5 / #4D6EB2 / #C04E87 / #F29C1D

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rencontres ça rime souvent avec bousculades • Mlle Sialov

Message par Invité le 4/9/2016, 12:16

Il recule enfin et Béatrix se sentait maintenant capable de respirer sans troubles. Elle se redressa, relâchant la tension qu’elle avait dans ses jambes depuis qu’elle était en équilibre au dessus du carton. Elle jeta un coup d’œil au carton en s’assurant qu’en se levant elle n’avait pas une de fois plus déplacé un pan de carton. Rassurée, elle était prête à se dresser devant son invité insistant pour une nouvelle fois trouver de quoi détourner son attention. Pourquoi donc l’avait-elle invité alors qu’elle n'avait pas caché ses armes…

Mais visiblement elle devait opter pour une autre solution, puisqu’en tournant son regard vers lui il semblait encore plus déterminé qu'avant. Il s'approcha de nouveau, un sourire plaqué au visage. Béa soutient son regard sans montrer une quelconque émotion.

« Tu sais... Tu peux me dire ce qui se trouve dans ce carton. Je ne le dirais à personne, et encore moins aux flics si c'est dangereux, parce que je ne les portes pas dans mon cœur...»

Béa ferma son visage complètement en voyant une illumination qui ne lui plaisait pas du tout. Elle se baissa à nouveau pour accéder facilement au carton, la méfiance plus que présente. Il devenait trop suspicieux à ses yeux.

«Et ne me sors pas que ce sont uniquement des livres, il y a quelque chose en-dessous, c'est certain... Y'a quoi en-dessous ? Des explosifs ? Des trucs métalliques plutôt dangereux ?»

Les sourcils de la jeune femme se froncèrent et plusieurs questions se fermèrent rapidement dans son esprit. Il était trop pressant, trop provoquant… Ses mots sonnaient comme des menaces et cela énervait passablement Béatrix. Peut-être qu'il n’était pas ce qu’il semblait être ? Béa contracta sa mâchoire. Elle avait pris tant de précautions mais… Et s’ils l'avaient trouvé ? S’ils voulaient se venger ? L’empêcher de pouvoir recommencer sa vie… Elle s’était préparée à cette éventualité…

Elle ferma les yeux en poussant un soupir, passa sa main sous carton puis les rouvrit avec tout le mépris dont elle était capable. Elle poussa avec toute sa force cet homme contre le mur et lui passa son couteau aussi large qu’une paume sous sa gorge. Son bras entravant ses épaules, elle le regardait au fond des yeux cherchant le piège.

« Qui es tu ? Pour qui travailles tu ? La mafia ? Comment tu as fait pour me retrouver ? Tu es tout seul ? »

Elle s’évertuait à garder un ton neutre mais la colère apparaissait dans certaines de ses intonations. Pour une fois qu’elle avait entrevu la possibilité de passer à autre chose ! Elle n’acceptera pas que les efforts de David soient vains.

« Si tu oses bouger, je n’hésiterais pas à utiliser ce couteau. Tu n’as pas choix va falloir tout me dire. Je ne vous laisserais pas tout gâcher, serra-t-elle les dents. »

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rencontres ça rime souvent avec bousculades • Mlle Sialov

Message par Akatsuki Nakamura le 4/9/2016, 13:53

Tu la sens s'énerver. Tu savais que t'allait un peu trop loin, mais c'était plus fort que toi. Un jour, ça allait forcément t'attirer des problèmes, c'est obligé. La fille semblait perturbée. Tu avais sûrement dit quelque chose qu'il ne fallait pas, mais tu t'en fichai comme de ta première chaussette. Tu voulais juste savoir ce qui se cachait vraiment dans ce carton aux allures pourtant si anodines... Elle soupira en fermant les yeux, tu attendis sa réaction en reprenant ton impassibilité habituelle. Quand elle les rouvrit, tu put y lire un mépris assez profond.

Que... Oh put... Sans prévenir, elle te poussa de toutes ses forces contre le mur et te passa un couteau sous la gorge. Surpris, tu ne pus absolument rien faire pour te défendre. Si tu t'étais attendu à ça... Tu avais été agréablement surpris, pour tout dire. Vraiment, elle se révélait être plus intéressante que prévue...

Qui es tu ? Pour qui travailles tu ? La mafia ? Comment tu as fait pour me retrouver ? Tu es tout seul ?

.... Hein ? Tu ne comprenais pas exactement de quoi elle parlais. Tu ne la connaissais ni d'Eve ni d'Adam, alors comment tu pourrait l'avoir retrouvée ? T'avais peut-être été dans la mafia un temps, mais ce temps-là était maintenant révolu. T'étais un peu perdu, sur le coup. Tu ne dit rien, encore un peu sous le choc et en train de réfléchir à ce qu'elle venait de dire.

Si tu oses bouger, je n’hésiterais pas à utiliser ce couteau. Tu n’as pas choix va falloir tout me dire. Je ne vous laisserais pas tout gâcher.

Tu ne put t'empêcher de laisser échapper un petit rire. Vraiment, tu ne comprenais pas où elle voulait en venir, mais c'était plutôt amusant. Cela faisait un certain temps que tu ne t'étais pas retrouvé dans une situation similaire... T'espérait -ou pas en fait, t'en avais rien à foutre- qu'elle n'allait pas le prendre mal si tu reprenait quelque-uns de tes vieux réflexes...

Heeey, doucement ma jolie, je ne comprends absolument pas de quoi tu parles. Je ne sais pas de quelle mafia tu parles, mais je n'ai absolument aucun lien avec elle, et je savais même pas que tu existais avant aujourd'hui. Donc tu vas gentiment me retirer ce couteau de sous la gorge, parce que je tiens quand même un minimum à ma vie, tu vois.

C'était plutôt direct, mais au moins tu ne t'étais pas amusé à tourner autour du pot.


                   

#ED0000 / #39D0E5 / #4D6EB2 / #C04E87 / #F29C1D

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rencontres ça rime souvent avec bousculades • Mlle Sialov

Message par Invité le 7/9/2016, 20:52

Il eut un petit rire qui horripila complétement Béatrix. Elle se força alors à garder son calme. Elle ne pouvait pas faire une faute professionnel en ce moment. Pourtant quand il reprit la parole, elle était prête à rugir.

« Heeey, doucement ma jolie, je ne comprends absolument pas de quoi tu parles. Je ne sais pas de quelle mafia tu parles, mais je n'ai absolument aucun lien avec elle, et je savais même pas que tu existais avant aujourd'hui. Donc tu vas gentiment me retirer ce couteau de sous la gorge, parce que je tiens quand même un minimum à ma vie, tu vois. »

Ma jolie ? Gentiment ? Effectivement il ne savait pas à qui il parlait ! Mais il était trop suspicieux encore au yeux de Béatrix. Déjà pourquoi aurait il tout fait pour découvrir ce qu’elle avait ? Tout le monde avait des secrets et les gens normaux souvent ne cherchaient pas à fourrer leur nez dans les affaires des inconnus. Du moins c’était sa vision des choses. Et son ton, son arrogance, cette absence de vraie peur alors qu’elle pouvait lui ôter la vie en un mouvement, ce n’était pas la première fois que ce type était confronté à une arme. Il restait totalement louche pour Béa.

Qu’est-ce qui prouvait qu’il disait la vérité d’ailleurs ? Il pensait qu’elle allait le croire sur parole après qu’il lui ait ri au nez ? Non. Il l’avait cherché et elle était pas prête à le laisser partir les mains dans les poches avec son expression du je m’en foutisme. En gardant sa lame contre sa gorge, de son autre main, elle tâta son torse, ses poches avant de son pantalon puis celles arrières. Rien. Pas d’armes, Pas de micro. Elle fronça les sourcils. Soit il n’était pas seul, Soit il était fou ou… elle s’était planté carrément… Elle devait être sûre.

« Si tu tiens un minimum à ta vie, je suppose que tu vas ”gentiment” me donner ton nom pour que je puisse vérifier tes dires, n’est-ce pas ? »

Elle s’écarta en tenant son couteau à bout de bras, la pointe de la lame toujours contre le cou. Elle échangea de main et de la droite sortit de sa poche arrière son portable. Sans le lâcher des yeux, Elle sélectionné une application et entra un mot de passe . Son portable lui dirait s’il faisait parti de la mafia. David avait pris soin de rentrer tous les noms connus de leur service. Il ne pourrait pas la berner.

« Ne t’avises pas de mentir…mon joli ! Je sais très bien reconnaître les signes vitaux qui prouveraient que tu dis faux et je n’ai pas peur de faire couler du sang. »

Béatrice ne bougea pas d’un millimètre, la pointe dans le creux du cou de celui qui osait l'affrontait, même s’il s’agissait que de provocations. Calme était son mot d’ordre mais s’il riait encore d’elle, elle n’était plus sûre de se contrôler qu’il soit ou non de la mafia…

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rencontres ça rime souvent avec bousculades • Mlle Sialov

Message par Akatsuki Nakamura le 9/9/2016, 21:11

La fille n'avait pas trop aimé ta réaction, à en juger sa tête ; mais là encore, tu t'en fichait pas mal. La seule chose que tu avais réussi à faire, c'est envenimer la situation. N'empêche, t'avais vraiment l'impression qu'elle allait te tuer si tu faisais le moindre faux geste. Ça te rappelait de bons souvenirs... Enfin, il fallait actuellement te concentrer sur le moment présent. D'ailleurs, toujours la lame sur la gorge, elle commença à te fouiller, ce qui te fit légèrement sourire. Elle avait peur à ce point-là ? Intéressant...

Si tu tiens un minimum à ta vie, je suppose que tu vas ”gentiment” me donner ton nom pour que je puisse vérifier tes dires, n’est-ce pas ?

Gentiment ? Haha. Elle ne te connaissait vraiment pas, et heureusement pour elle d'ailleurs. T'allait pas devenir docile du jour au lendemain juste à cause d'un simple couteau sous la gorge ; tu avais vu bien pire. A quoi bon donner ton nom, de toute façon ? Tu l'avais vraiment jamais vu de ta vie jusqu'à aujourd'hui. Mais tu n'allai pas lui donner ton nom comme ça, non. Tu ne savais pas d'où elle venait, mais avec un peu de chance elle ne venait pas de là-bas...

Ne t’avises pas de mentir…mon joli ! Je sais très bien reconnaître les signes vitaux qui prouveraient que tu dis faux et je n’ai pas peur de faire couler du sang.

Mon joli ? De mieux en mieux ~ Tu commençais vraiment à l'apprécier, cette dame dont tu n'avais aucune idée du nom ou du prénom. Ton petit sourire s'élargit. Non, vraiment, il en fallait plus pour te faire peur -si on exclue le fait que tu deviendrai fou si on t'enfermait dans une petite pièce sans fenêtre à ta portée-, ce n'est donc pas un petit couteau qui va te faire peur.

Gentiment ? Mon joli ? Haha, la bonne blague.

Sans prévenir, tu écartes le couteau de ta gorge en écartant sans délicatesse le bras qui le tenait, le tenant le plus éloigné possible de toi. Toujours un mini-sourire moqueur collé aux lèvres, tu continues :

J'ai vécu pire comme situation, c'est pas en me menaçant avec un couteau que tu me feras peur.

Tu fais une courte pause pour voir si ton action fait effet, puis tu termines, un peu plus sérieux :

Au passage, je doute que tu es des japonais dans ton répertoire. Après, t'en as peut-être quelques-uns, mais je doute que je sois là-dedans. Comme je te l'ai dit avant, je ne savais même pas que tu existait avant aujourd'hui.

Tu la regardes droit dans les yeux. Tu ne voyais vraiment pas pourquoi tu aurait une quelconque liaison avec elle, vraiment.


                   

#ED0000 / #39D0E5 / #4D6EB2 / #C04E87 / #F29C1D

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rencontres ça rime souvent avec bousculades • Mlle Sialov

Message par Invité le 10/9/2016, 23:03

Il souriait ? Il souriait vraiment ? Béa sentit son sang bouillir instantanément. Elle avait juste envie de lui fourrer un pain à l’endroit adéquat.

« Gentiment ? Mon joli ? Haha, la bonne blague. »

Se rendait-il compte qu’elle n’avait utilisé que des mots qu’il avait lui-même osé utiliser avec elle ? Il était pas net ! Béatrix se sentait prête à lui faire ravaler son sourire. Mais elle ne pouvait pas. Pourquoi ? Parce qu'elle commençait à se dire qu’elle avait un fou devant elle et qu'elle n’avait jamais vu un inconscient comme ça dans la mafia. Il poussa sa lame d’un revers de main et elle ne fit rien pour la remettre en place.

J'ai vécu pire comme situation, c'est pas en me menaçant avec un couteau que tu me feras peur.

Béa pinça les lèvres, excédée. Il avait trop confiance en lui pour elle. Il avait pas peur ? Pourquoi lui dire ça ? Pourquoi la pousser au maximum et lui lancer sans le savoir un défi ? Béa n’aimait pas ce genre de personnes, parce qu'elles la poussaient au-delà de cette contenue qu’elle s'était construit, brisaient sa froideur habituelle et cherchaient la colère qu’elle cachait en elle depuis si longtemps. Elle voulait lui faire peur, elle voulait lui fermer le clapet.

Au passage, je doute que tu es des japonais dans ton répertoire. Après, t'en as peut-être quelques-uns, mais je doute que je sois là-dedans. Comme je te l'ai dit avant, je ne savais même pas que tu existait avant aujourd'hui.

Son regard était planté dans le sien et malheureusement Béatrix ne voyait pas de mensonge. Elle ne voyait rien chez lui qui prouvait ses suspicions… Elle avait merdé… Elle avait totalement merdé… Elle croyait que sa curiosité était factice, que c’était un prétexte. Non, il avait juste été curieux.
Elle rangea son portable dans sa poche sans lâcher son arme. Le mieux aurait été de ne rien faire. Le Top du top aurait été de se la jouer à la Men in black, de sortir un tube incroyable pour lui effacer la mémoire. Mais non ! Ce n’était pas possible ! En plus d’être irréalisable, Béa ne pouvait pas le laisser partir simplement alors qu’elle sentait encore la colère couler dans ses veines.

« D’accord… Je me suis trompée sur ton compte. »

Elle lança le couteau pour qu’il se plante dans le mur, à deux ou trois centimètres de son oreille. Et reprit son regard froid en le fixant.

« Tu ne fais pas parti de la mafia. Tu n’es pas là pour me tuer ou m’arrêter. Tu es juste un type qui se croit au dessus de tout et qui a une curiosité malsaine. Un type qui a osé me tenir tête de la pire façon qui soit. Mais tu restes humain et les humains ont peur. »

L’ambiance s'assombrit. En regardant par la fenêtre, il serait le seul à voir un ciel devenu subitement noir qui subitement fut zébré d’un éclair aveuglant. Le son résonna comme s’ils étaient aux cœur de la tempête.

« Je suis persuadée que te faire peur est plus facile que tu le crois. »

Juste une petite peur. Histoire de lui montrer qu’il ne pourrait pas toujours garder son sourire suffisant. Béatrix voulait juste lui faire comprendre qu’on ne pouvait pas se moquer d’elle comme ça. Oui… à être sûr la défensive comme ça… Béa perdait tous ses repères et son contrôle.

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rencontres ça rime souvent avec bousculades • Mlle Sialov

Message par Akatsuki Nakamura le 11/9/2016, 11:41

Elle range son portable. Tu avais donc réussi à la convaincre ? Si c'était le cas, tant mieux. Cependant, tu savais que tu n'allais pas t'en sortir comme ça. Vu comment elle t'avait agressé avec le couteau -chose dont tu as eu l'habitude pendant un certain temps-, elle n'allait sûrement pas te laisser partir comme ça... ... si ? Ça serait vraiment trop beau.

D’accord… Je me suis trompée sur ton compte.

.... Ah ? Avant que tu n'ai eu le temps de dire "ouf", un couteau vint se planter à quelques centimètres de ton oreille. Elle était très habile, tu devais le reconnaître. T'aimerais pas vraiment l'avoir en adversaire, surtout que tu devais sûrement être rouillé depuis le temps que tu ne t'étais pas battu.

Tu ne fais pas parti de la mafia.


Si, j'en ai fait parti, un temps. Mais tu te retint de le dire à voix haute : inutile d'envenimer la situation plus qu'elle ne l'est déjà.

Tu n’es pas là pour me tuer ou m’arrêter. Tu es juste un type qui se croit au dessus de tout et qui a une curiosité malsaine. Un type qui a osé me tenir tête de la pire façon qui soit. Mais tu restes humain et les humains ont peur.

Tu sans l'ambiance changer, mais tu ne te retourne pas, impassible. En tout cas, elle s'emportait assez vite. Certes, tu avais (encore une fois) été trop loin, mais tu ne pensais pas à ce point là. T'avais le don de foutre les gens en rogne ; maintenant, t'allait devoir te démerder pour la calmer. Quoiqu'en fait, tu voulais juste partir d'ici, parce que si elle découvrait que tu avais une phobie...  Tu préférais même pas y penser. Ou mieux, si elle a tu-ne-sais-comment connaissance de ta maladie... ... Mais quelle merde.

Je suis persuadée que te faire peur est plus facile que tu le crois.


Oui, c'est très facile... Enfermes-moi dans une pièce minuscule sans fenêtre pour voir. Tu ne dis rien. Tu n'avais pas eu l'impression de faire le fanfaron devant elle tout à l'heure (il faudrait vraiment que tu sache son nom un jour), tu l'avais juste un peu.... emmerdée. Enfin, tu n'allais pas lui donner des explications aussi inutiles, tu savais que ça allait (très) difficilement passer.

Je n'ai jamais dit que je me croyais au-dessus de tout, tu lui dit en t'approchant un peu. Je suis juste... trop curieux. Tellement curieux que parfois, ça m'apporte des ennuis... Mais peu importe.

Tu fais une courte pause avant de reprendre, avec un ton légèrement provocateur, mais toujours aussi sérieux.

Cependant... Tu t'approche un peu plus. J'aimerai vraiment savoir ce qui t'as fait croire que je faisais parti d'une quelconque mafia...

La dernière partie était pleine de sous-entendus. Il ne fallait pas qu'elle sache que tu en a fait parti, cela risquait d'empirer la situation, assez délicate comme ça.Tu t'éloigne avant de lui lancer :

Sinon, je peux repartir chez moi ? Disons que j'ai quelqu'un qui m'attends et qui ne va pas être content si je ne reviens pas vite.

Tu faisais évidemment allusion au chat blanc que tu avais chez toi, qui devait en ce moment te chercher partout. Ou au pire, essayer d'atteindre sa bouffe en mettant le bazar partout.


                   

#ED0000 / #39D0E5 / #4D6EB2 / #C04E87 / #F29C1D

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rencontres ça rime souvent avec bousculades • Mlle Sialov

Message par Invité le 16/9/2016, 23:28

« Je n'ai jamais dit que je me croyais au-dessus de tout. »

Il n’y avait pas que les paroles qui comptaient, les gestes, la posture étaient plus que significatif pour Béatrix. Mais il est vrai qu’elle n’avait pas l’habitude de ce genre de personne... hum ? Pas banal ? Un peu... bizarre ? Béatrix ne serait pas mettre d’adjectif sur une personne qui avait une curiosité bien trop élevé et qui ne faisait même pas attention à une soudaine montée de tension dans l’atmosphère. Elle avait presque perdu son envie de lui faire peur tellement son peu de réaction lui faisait penser qu’il ne devait pas être comme tout le monde... D’ailleurs le ciel avait recouvert aussitôt une couleur plutôt claire comme si on venait de retirer un voile du soleil. Mais l’énergumène devant elle ne l’aura surement pas remarqué. Il s’approcha et elle leva les yeux retrouvant malgré elle le froid du calme.

Je suis juste... trop curieux. Tellement curieux que parfois, ça m'apporte des ennuis... Mais peu importe.

Effectivement, il aurait pu avoir pire. Peu importe ? Cet homme n’était vraiment pas normal. Tous les humains avaient peur des conséquences, du moins tout ceux qui avaient encore une conscience rationnelle. Non, Béatrix ne se considérait plus comme normale depuis ses 11 ans, depuis que la vie lui importait peu et qu’elle ne tenait qu’aux attentes d’un homme qui portait ses espoirs sur elle.

« Cependant... »

Il la ramena à la réalité en se rapprochant encore.

« J'aimerai vraiment savoir ce qui t'as fait croire que je faisais parti d'une quelconque mafia... »

Béa laissa place à la suspicion en plissant les yeux. Il jouait ? Il continuait à la chercher ? A la faire douter ? Mais elle ne savait plus où donner de la tête ! Elle était à deux doigts de l’attraper par la gorge pour calmer définitivement sa colère peu éteinte et son agacement permanent face aux provocations du jeune homme, quant il se recula encore.

Sinon, je peux repartir chez moi ? Disons que j'ai quelqu'un qui m'attends et qui ne va pas être content si je ne reviens pas vite.

Béa baissa la tête et laissa ses mèches cyan tomber devant son visage. Elle se laissa aller alors à grincer des dents tant il l’agaçait. Elle se reprit la minute suivante, se recoiffant en passant une main dans ses cheveux. Elle l’évita du regard en l’ignorant totalement, pensant qu’elle ne pouvait définitivement plus rien faire d’un gars comme ça et que la meilleure chose à faire était de ne plus faire attention à ses provocations suicidaires de peur de sortir de ses gongs. Or elle détestait ça. Sa spécialité était le froid implacable, elle n’était pas prête à perdre son meilleur atout de son ancien milieu professionnel.

Elle le contourna récupéra le couteau et le rangea comme si de rien n’était dans le carton, qu’elle referma avec précaution. Elle ne voulait pas se soucier de ce « quelqu’un », elle ne voulait plus se faire avoir comme avant. Ce mec n’aurait jamais pu être de la mafia qu’elle connaissait. Elle devait se faire à l’idée qu’elle s’était trompée et qu’il n’avait pas de relation avec son passé.


« Tu as dit être trop curieux, tu l’es pire que trop. Et si tu pars, je ne vois aucun intérêt à te parler plus de ce que tu ne dois pas savoir. Tu as perçu déjà bien trop de choses à mon goût. Je me suis trompée une fois, je ne me ferais pas avoir une deuxième. »

Elle se retourna et croisa les bras en le fusillant de ses yeux clairs en espérant se donner un air convaincant.

« La porte t’est ouverte mais il est évident que si un seul mot de ta bouche sur ce que tu as vu ici sort malencontreusement et arrive aux oreilles d’une autre personne, tu seras mort le jour suivant. »

La menace... Béa n’aimait pas vraiment cette méthode car au final ce n’était qu’un gros mensonge éhonté mais il s’avère que dans certain cas ça faisait son effet. Mais même si elle ne tuerait pas pour si peu, il était sûr que si on lui retirait sa vie à peine commencé elle se vengerait. Même si tout était sa faute... Elle ne ferait pas de retour en arrière.

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rencontres ça rime souvent avec bousculades • Mlle Sialov

Message par Akatsuki Nakamura le 17/9/2016, 13:03

La fille rangea son couteau et ne fit même plus attention à toi. Tu regarde donc ailleurs, espérant que cela soit divertissant -ou pas. Parce que oui, regarder un mur triste et vide, c'est très distrayant. Tu repose ensuite ton regard sur la dame, dont tu n'a foutrement idée du nom, qui a enfin décidé de t'adresser la parole :

Tu as dit être trop curieux, tu l’es pire que trop. Et si tu pars, je ne vois aucun intérêt à te parler plus de ce que tu ne dois pas savoir. Tu as perçu déjà bien trop de choses à mon goût. Je me suis trompée une fois, je ne me ferais pas avoir une deuxième.

Pire que trop ? Ça existe ? C'est dommage, tu ne saura pas pourquoi elle t'a pris pour ce que tu était avant. Enfin, elle était bien remontée, la p'tite dame, ça t'amusait. Elle n'avait pas finit de t'étonner, tu le sentais. Mais pour aujourd'hui, tu allais peut-être devoir t'arrêter à là, tu reprendrais une prochaine fois, comme tu avais l'habitude de le faire si souvent (ou presque).

Perso, je pense que j'ai pas assez perçu de choses, tu lui dit, sarcastique.

Elle te fusilla du regard -Oh, que j'ai peur.- avant de terminer :

La porte t’est ouverte mais il est évident que si un seul mot de ta bouche sur ce que tu as vu ici sort malencontreusement et arrive aux oreilles d’une autre personne, tu seras mort le jour suivant.

Cette remarque te fit sourire. Un peu. Quel intérêt à le dire partout ? La seule personne à qui tu te permettrai de le dire, c'est à ta cousine, parce que tu lui faisait confiance -et quand t'accorde ta confiance à quelqu'un, il faudrait limite faire une fête pour fêter ça. Et puis, de toute façon, ça resterai juste entre toi et elle (et Ellen peut-être). Mais tu tenais quelque chose pour la faire chanter quand bon te semblera ~ Tu commence donc à te diriger vers la sortie.

T'inquiète, je ne dirais absolument rien, c'est pas dans mes habitudes.

Au moment où tu franchis le seuil, tu t'arrêtes quelques instants et te tourne vers elle avec un air amusé.

Et puis... c'est pas comme si j'étais un peu dans le même cas que le tiens...

Puis tu pars. Tu faisais bien sûr allusion au fait qu'elle ai été en contact avec la mafia, bien que tu ne saches pas si elle en réellement fait parti ou si elle était une personne extérieure. Mais pour l'instant, tu avais d'autres préoccupations en tête, comme rentrer chez toi au plus vite.


                   

#ED0000 / #39D0E5 / #4D6EB2 / #C04E87 / #F29C1D

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rencontres ça rime souvent avec bousculades • Mlle Sialov

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum