Sometimes... I have weird dreams... [PV Yumie]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Sometimes... I have weird dreams... [PV Yumie]

Message par Invité le Ven 25 Juil 2014, 17:21


Sometimes... I have Weird Dreams...






Encore un cours ennuyant... Je me demande des fois pourquoi je vais encore en cours... Ma moyenne est plus que correcte... Alors que la plupart du temps, je dors en cours... Ou alors je n'écoute pas et je fais autre chose... Ce cours d'Anglais était véritablement un calvaire... C'est trop facile l'Anglais... Je me sentais partir... M'endormir, c'était probablement la meilleure idée... Comme ça, je n'avais pas à subir ce cours. Alors j'ai placé ma tête entre mes bras, bien appuyé sur la table, et je me suis laissé aller, droit dans le sommeil.

Il ne m'a pas fallu longtemps avant de m'endormir... Et voilà que j'en étais déjà en train de rêver...

Quand j'ai ouvert les yeux, j'étais, comme à mon habitude... En train de flotter dans le ciel, mais cette fois, je pouvais entendre la mer en dessous, c'était la première fois qu'il y avait autre chose que le vide ou les ténèbres en dessous de moi... M'enfin c'était pas plus mal, le bruit des vagues est très agréable, et avec le magnifique coucher de soleil, ce rêve commençait extrêmement bien.

C'est avec les yeux fermés, que j'ai essayé de me lever pour voir si encore une fois, je pouvais flotter, et je me suis rendu compte avec étonnement, que encore une fois c'était possible, j'ai alors commencé à voler par-ci par-là, m'approchant des vagues pour caresser l'eau du bout de mes mains, puis remonter faire des figures de haute-voltige dans les airs, pour enfin... Rester là, à tourner en rond.

Rien d'autre ne semblait se déclencher... Pas de lieu apparent à l'horizon, pas de chute, tout semblait rester comme ça, stable... Un rêve ennuyant ? C'était bien la première fois que ça m'arrivais... J'avais du mal à y croire au final... Alors avec une vitesse incroyable, je me suis lancé dans une direction, espérant trouver quelque chose par delà l'horizon, j'avançais tout en réfléchissant au pourquoi du comment que mon esprit était aussi stable... Étais-je serein ? C'était une possibilité... Mais malgré ça, je ne comprenais pas, mon passé était toujours là, quelque part, et cela peut paraître fou, mais j'étais en train de chercher à déclencher quelque chose de malsain dans ce rêve, comme si par habitude, il fallait que mes rêves se transforment en cauchemars... On peut trouver ça bizarre, mais ce qui était vraiment bizarre... C'est que mon rêve soit aussi calme et plat.

Je continuais ma folle avancée vers l'infini... Mais plus j'avançais, plus j'avais l'impression de rester au même endroit... Comme si... C'était sans fin, et là... Mon rêve commençait à devenir flippant, en fait... C'est comme si depuis le début, ça n'était pas un rêve... Mais déjà un cauchemar, je me suis arrêté, puis pris par une certaine panique, j'ai regardé autour de moi.

Derrière moi, au loin, se trouvait une personne vêtu d'un grand manteau noir à capuche, je ne pouvais pas voir son visage, mais je me suis dirigé vers lui, de toute façon, je n'avais pas vraiment le choix dans mon rêve, quand je suis arrivé en face de lui, il m'a tendu la main.
Quand j'ai essayé de l'attraper, j'avais comme l'impression d'être repoussé, puis d'un coup, il a disparu, et là, le moment tant attendu dans tout mes rêves. La chute.

Je me suis d'un coup senti attiré vers le bas, ça y est, tout était redevenu normal, c'était au final un rêve comme les autres... J'entendais le bruit des vagues se rapprocher, j'allais tomber dans l'eau ? Pourrais-je nager une fois dedans ? C'était bien sur une utopie... Dans mes rêves j'étais voué à perdre à chaque fois, donc j'allais probablement me noyer, m'enfoncer profondément dans l'eau.
Et bien sûr j'avais raison, le choc avec l'eau me coupa le souffle, puis une fois dans l'eau, je me suis retrouvé dans l'incapacité de bouger, je voyais la surface disparaître au fur et à mesure...

Après un certain temps passé dans l'eau, je me suis rendu compte que ma respiration n'était pas affecté... Donc que j'allais continuer à descendre indéfiniment... Sans pouvoir bouger, je sentais juste le froid de l'eau contre ma peau, et la noirceur des profondeurs dans mon regard...

La chute durait encore... encore... et encore... Sans s'arrêter.  

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sometimes... I have weird dreams... [PV Yumie]

Message par Yumie le Sam 26 Juil 2014, 12:19



Deuil

Une porte. Une simple porte bleu mêlée à du vert émeraude parmis tant d'autres. Derrière se trouve quelqu'un qui rêve ou qui cauchemarde. En passant par cette porte, je vais pouvoir le manipuler, son rêve et sa mentalité. Qui se trouve derrière cette étrange porte, flottant dans un endroit noir il y n'y a que des porte. Je ne sais pas pourquoi, mais, je l'ai choisis. La personne qui se trouve derrière cette porte va me rencontrer, moi et mon esprit déraillé. C'est alors que j'ouvre cette porte, décidant de passer de l'autre côté de celle-ci.

Derrière elle ? Un océan. Vaste et terrifiant. Une surface lumineuse et des abysses ténébreux. Dans cette océan salé infinie, je marche sur un chemin sablé, me résolvant à chercher le rêveur ou le rêveuse. Mais, rien. Seulement du bleu, un bleu de plus en plus noir et intimidant. Je fais confiance à ce chemin, je sais où il m’emmène, vers cette personne inconnue. Alors, je cours, du mieux que je peux. Où est-elle ? Pourquoi ces abysses m'attire aussi bas ? Ses mains noirs et grosses m'attirent. Plus besoin du chemin pour m'y amener. Puis, soudainement, je vois cette personne, ce rêveur. Je le connais.

Ces cheveux châtains se laissant bercer par l'eau glacée, ses yeux émeraudes endormies et son sourire rayonnant defunt. J'ai pus reconnaître Maester, son nom il me semble. Faiblement, je l'appelle. Le voyant attirer par ces énormes mains noires me motive à l'appeler davantage.

« Maester ! »

C'est alors que je commence à lutter contre ces pattes vicieuses. Et je l'appelle, encore et encore, remarquant mes poumons se remplir de plus en plus d'eau. Il faut que je me dépêche. D'une force incroyable, je me suis délivrée de ces choses pour enfin attraper la main de Maester, l’amenant à la surface qui est beaucoup plus près que l'on le pense. Un éclat éblouissant nous ramène tout les deux à la surface.

Je me lève brutalement, tentant d'enlever l'eau qui s'est emparé de mes organes respiratoires. Une fois avoir toussé, je regarde Maester, évanouit dans cet eau impur. C'est alors que je me mets à appuyer mes deux mains sur son cœur pour exercer une pression afin d'expirer l'eau. Peu après cela, j'approche mon oreille de son cœur, un doigt à son poignet et une autre main sous son nez. Faut-il que je fasse du bouche-à-bouche ? Pas besoin, il respire, il va sortir, l'importance, c'est d'extraire l'eau. Je me demande si il dort toujours, mais je dois le ramener dans mon appartement. Je le soulève alors, le prenant par le bras, pour avancer lentement dans cette eau puante.

On se trouve présentement dans des égouts en pleine aire. On s'est retrouvé dans ce petit ruisseau remplis de déchet divers. Un grillage nous encercle tout comme d'innombrable immeubles et gratte-ciels, laissant uniquement un passage : sous un immeuble. Il y a un petit trottoir sur le côté, mais trop étroit pour être deux dessus. Avançant avec difficulté, je regarde le ciel. Gris. Totalement gris. Les nuage de pollution ne laisse paraître aucun rayon de soleil. La lumière est pauvre, les couleurs sont ternes. Voilà un monde bien triste.
Pendant le passage sous l'immeuble, j'ai croisé un monstre. Noir avec de grand yeux verts, nous fixant entrain de marcher difficilement, sans rien faire. Je l'ignore. Il ne nous aidera pas, il ne sait pas parler.

Une fois sortit de ses goûts à l'aide d'escalier rouillé, nos atterrissons dans une rue vide. Complètement vide. Totalement ? Non. Une même créature de couleur blanchâtre aux yeux violet nous fixe. Seul, à travers cette brume de pollution. Il y a très peu de son, seulement le bruit du vent et nos pas, nous amenant à un bâtiment délabré et tagué.

L’intérieur de ce bâtiment en bois, excepté les murs qui sont en pierre. Sans grande surprise, personne, sauf cette même créature grisâtre à l'accueil. Avec peine, je monte les escaliers pour aller au septième étage.

Mes pas se font lourd. Au deuxième étage, un monstre identique aux autre roses au pupille rouge nous regarde sans expression, accompagné d'un autre plus petit, jaune. On aurait dit une mère et son enfant. Sinon, tout est vide et triste. Mes pas résonnent dans ce monde, on peut même entendre la faible respiration de mon ami. Tiens bon s'il te plaît.

Enfin, je suis arrivée à cet avant dernier étage, le sept, la dernière porte de couleur émeraude. Pour y entre, je dois m'arracher la peau de mon index et écrire « Seule » en kanji pour pouvoir que la porte s'ouvre. Malheureusement, j'ai dus forcer sur mon index avec mes dents, je n'ai rien d'autres pour pouvoir me faire saigner. C'est douloureux.
A l’intérieur, l'appartement semble poussiéreux et mal entretenue. Un canapé délabré d'un terne terne se tient à ma droite avec sur le côté une petite table en bois, et une fenêtre grande ouvert sur la rue. C'est alors que je pose mon compagnon, essayant de m'occuper de lui. Le truc, c'est qu'il n'a pas besoin de grand chose, excepté de nouveau vêtement. Trop gêné pour le faire, j'apporte une couverture violette foncée, tandis que ces habits mouillés sont déjà étendue sur un étendoir près de la fenêtre. Je lui pose sur la petite table de nouveau vêtement : Un jean noir et un t-shirt gris, simple et triste. Quant à moi, n'ayant pas d'autre vêtements, je mets une serviette blanche autour de moi, me hâtant à ce que mes vêtements sèchent vite sur l'étendoir. Pour le moment, je prépare pour mon invité de l'eau chaude dans une cuisine à quelques pas du salon de couleur orange-brun.

Après nous avoir préparé l'eau chaude et avoir mis un pansement autour de mon index, j'ai versé la boisson chaude dans deux tasses vert kaki, et en ai posé une sur la petite table se trouvant près de Maester. Quant à moi, je m'assoies sur une chaise qui est sur le point de s'écrouler, regardant avec la plus grande mélancolie qui soit le paysage urbain qui s'offre à ma fenêtre, en fredonnant une la plus malheureuse des mélopées, attendant le réveil de Maester.


avatar
Yumie

Fiche perso'
Infos:
Où me trouver:
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sometimes... I have weird dreams... [PV Yumie]

Message par Invité le Dim 27 Juil 2014, 02:14


Sometimes... I have Weird Dreams...




Ma chute semblait inarrêtable... Je gardais mes yeux fermés pour ne pas sombrer dans le désespoir des profondeurs ambiante... Je sentais juste la pression contre mon corps... Mes côtes... Mon cœur, c'était une sensation nouvelle... Je n'ai pas l'habitude de sentir quelque chose battre... Là, dans ma poitrine, habituellement, je ne sens qu'un continuel déversement d'énergie dans la totalité de mon corps... Devenant plus intense sous l'effet des sentiments, mais je n'avais entendu ceci... Boum... Boum... Boum... Ce bruit, je l'avais oublié depuis longtemps... Je ne l'avais pas ressenti depuis que j'étais un enfant, qui ne cherchait que des amis... Et aussi à protéger les autres, pour éviter le même sort que celui de son frère... Mais au final... Je suis impuissant... Je suis incapable de protéger les gens, car je suis faible et aveuglé par mes propres peurs... Comment puis-je protéger les autres si je ne peux affronter mes peurs, si je gardais les yeux fermés ici, dans cette obscurité qui m'effrayait...

Je me suis alors décidé à entre-ouvrir mes yeux, pour voir cette obscurité qui m'engloutissait, lui montrer que je n'avais pas peur d'elle, même si bien entendu, ça n'était pas le cas... Il m'a semblé voir une lumière au loin, quelqu'un était là ? J'ai entendu une voix qui semblait se perdre, elle appelait mon nom.

« Maester ! »

Je connaissais cette petite voix, mais je n'arrivais pas à me rappeler qui en était la propriétaire, j'ai refermé les yeux... Après tout, ça n'était qu'un rêve... J'allais bien finir par me réveiller, et tout allait se terminer, cette chute infinie dans les abysses, cette voix, tout.
Tandis que j'essayais de penser à autre chose, je me suis senti tiré vers le haut, comme si quelqu'un essayais de me sortir de l'obscurité... J'ai essayé d'ouvrir les yeux... Mais j'étais trop faible alors, je n'ai pas pu voir le visage de la personne qui était en train de m'aider. Une fois en dehors de l'eau, j'ai rapidement reprit un souffle normal, malgré ma pseudo inconscience.
La personne s'est mit à appuyer sur ma poitrine, comme pour essayer de relancer mon cœur, pour la première fois depuis longtemps, je me sentais aussi vivant qu'un être humain normal, sans aucun pouvoir ou don particulier, et dans mes rêves, c'était le seul endroit où je pouvais me sentir... Humain, je n'avais jamais cette énergie électrique en moi ici. Dans mes rêves, je n'étais qu'un être faible et insignifiant...

D'un coup je sens comme une force qui me soulève hors de l'eau, je me sens un peu traîner par quelqu'un le long d'une route, ma force était un peu revenu, et j'ai réussi à ouvrir légèrement les yeux, mais tout ce que j'ai vu, j'ai une forme blanche avec deux points violets, semblant être ses yeux... Je n'arrivais pas à déterminer vraiment qu'elle était cette chose, mais vu que j'étais dans un rêve, ça ne devait pas vraiment être quelque chose d'agréable à voir, et j'étais bien content d'avoir la vision flou, je voyais juste un ciel gris, bien différent de celui du début de mon rêve, j'ai refermé les yeux.

Après quelques minutes, je sens qu'on nous sommes en train de monter des escaliers, alors pour essayer d'aider au maximum la personne qui me transporte, je me suis mis difficilement à traîner mes pieds d'une marche à une autre. Et au bout de quelques minutes, nous nous sommes arrêtés, je ne savais pas pourquoi, et je ne voulais pas ouvrir les yeux pour le savoir. Seulement quelques instants après, nous nous sommes remis à nous déplacer... Juste quelques instants avant que je sente qu'on était en train de me poser sur un canapé... J'ai alors senti mes vêtements disparaître, puis une couverture s'enrouler autour de moi, je sentais mon corps se réchauffait au fur et à mesure, mes forces revenaient peu à peu.

Quelques minutes sont passés, un air résonnait dans ma tête, un air assez désagréable, assez triste, qui m'a sorti de mon léger coma, devant moi se trouvait Yumie... Je savais bien que la voix me disait quelque chose, c'était elle qui m'avait traîné jusqu'ici, dans ce qui semblait être un appartement assez délabré, j'étais bien enroulé dans une converture, devant moi, se trouvait des habits et une tasse remplie, j'ai alors regardé Yumie, et j'ai réussi à articuler quelques mots avec une voix faible.

"C'est... C'est toi qui m'a amené ici ?"

J'ai alors regardé Yumie... Où avais-je la tête... Je devais la remercier... Pas la questionner... C'était la base de la politesse... J'esquissa un air gêné... Puis j'ai reprit la parole pour dire un simple mot...

"Merci..."

Je n'avais toujours pas la force de me lever ou la force de me changer... Si les habits devant moi m'étaient bien destinés, j'ai alors regardé Yumie... Puis je me suis rappelé que j'étais dans un rêve... Qu'est ce qu'elle faisait là ? Dans mon rêve, qui ne ressemblait plus vraiment à un de mes rêves d'ailleurs... Peut-être était-ce un vilain tour de mon subconscient, ou peut-être était-ce autre chose... J'avais envie de demander à Yumie... Mais... Chaque chose en son temps.  

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sometimes... I have weird dreams... [PV Yumie]

Message par Yumie le Mar 29 Juil 2014, 13:20



Deuil

« C'est... C'est toi qui m'a amené ici ? »

Ma mélopée pris fin lorsqu'il prononce ses mots. Ma tête se tourne lentement vers Maester avec un faible sourire forcée. Je peux remarquer le petit air gêné qu'à pris Maester. Il me remercie avec embarras. Il veut probablement me parler du sauvetage de la noyade. Je souris un petit peu plus, amusée par sa réaction, avant de dire sur un ton calme et cristallin :

« Bonjour, Maester. »

Je finis de boire ma boisson chaude dépourvus de saveur avant de me lever, ayant constaté que mes vêtements sont secs. Je m'approche du séchoir, faisant attention de ne pas trébucher à cause d'un trou dans le sol pour prendre mes vêtements habituels qui semblent avoir déteints. Je suis revenue près de ma chaise, déposant les vêtements que je vais remettre. Enfin, je retire ma serviette, et je décide de parler à mon invité tout en me changeant en étant de dos.

« Il faudra que l'on parte. Nous avons des funérailles à célébrer. »

Après avoir mis ma culotte et ma jupe, m'apprêtant à mettre mon haut, je me retourne, voilant sans forcément le remarquer mon buste pour dire à Maester :

« Tu veux que je t'aide à enfiler tes affaires et à te transporter ? Il ne faut absolument pas qu'on rate les funérailles, ils sont très important. »

Me retournant de nouveau, j'enfile mon pull avant de détacher mes tresses pour faire de mes nattes un petit chignon mal coiffée. Je m'avance un peu vers Maester, prennant alors un air coupable cette fois.

« Je suis désolé de te mettre une telle pression et de ne pas te laisser un peu reposé. Je suis un petit peu tendue en ce moment et je deviens tout de suite énervante. Prend ton temps. »

Alors que je m'apprête à nouveau de me poser sur la chaise, on frappe à la porte. Deux ''toc toc'' austère. Le visage dépourvu d'expression, je me dirige vers la porte pour voir qui est venu nous interpeller, même si je sais déjà qui se trouve derrière elle. En ouvrant la porte, une immense créature, ressemblant exactement au monstre précédent mais en plus grand et imposant, a deux yeux rond rouge écarlate, ainsi qu'une chandelle à trois bras dans les mains. Ce dernier me donne deux bougies se tenant aux extrémités du chandeliers. Je reviens alors voir Maester qui a automatiquement enfilé son accoutrement, et refroidi son eau brûlante au point d'en devenir un glaçon. Sur un ton des plus sombre et sinistre, je lui annonce après lui avoir donner une des deux bougies que j'ai en main :

« C'est l'heure. »

Il n'y a personne. Plus aucun être excepté nous trois n'est présent si ce n'est que le doux murmure du vent à nos oreilles. Nous marchons silencieusement au milieu d'une immense avenue, avec un horizon voilé par ce brouillard épais. Les grattes-ciels sont toujours aussi nombreux, nous avons aucun moyen de voir un autre paysage que celui-la, une immense ville fantôme aux tristes couleurs. Jusqu'à ce que subitement, nous traversons ce brouillard qui semble interminable pour nous amener dans un lieu bien différent.

Ce qui se trouve derrière cette épaisse nuée est bien pire que le monde précédent. Les couleurs sont tellement vive frôlant la limite de l'éblouissement. Nous nous trouvons dans un pitoyable petit village que l'on peut croire que le design a été dessiné  par un enfant de cinq ans. On peut voir des enfants dans leur jardins, nous regardant avec un large sourire indécrochable. Personne ne bouge, ce sont comme si c'est de véritable dessin d'enfant que l'on a multiplié et collé ensemble. Dans ce petit village, on entend que des cris et des rires d'enfant joyeux et remplis de joie de vivre. Nous continuons silencieusement notre route, la bougie en main, le bras tendue, ne prenant pas en compte la cire chaude coulant sur notre bras, gardant un visage grave. Je ne sais pas ce qu'il en est de Maester, mais c'est le cas pour moi et KumuKumu. Enfin, après ce champ de dessins enfantins, une école apparaît à notre droite. Une école semblant plus vivante, un collège plus précisément. KumuKumu, le monstre qui nous a accompagné, nous ouvre le portail noir du collège, gardant ainsi sa position, ne nous accompagnant maintenant plus. C'est à présent à moi de guider à mon rêveur où il faut y aller.

Ce collège semble avoir perdu un peu plus de couleur par rapport au décor précédent. Dans la cour où nous nous trouvons, de vrais enfants bouge et court partout, n'ayant qu'un immense sourire enfantin accroché à leur visage. Ils ont tous des cheveux bruns, la coupe au bol, habillé d'un t-shirt à carreaux et d'un pantacourt marrons. Soudainement, alors que l'on avance lentement en direction de l'établissement, un enfant vient s'approcher rapidement de moi pour venir me couper un bout de chair de ma jambe, suivit par pleins d'autres enfin qui viennent vers moi pour trancher un des deux jambes pour repartir de nouveau. Ne prenant pas en compte de leur acte, je dis à Maester :

« Ne  t'arrête surtout pas et ne les fixe pas trop longtemps, ils s’empareront de toi pour te disséquer. Nous sommes presque arrivés. »

A ce moment même, nous montons trois petites marches avant d'entrer dans l'établissement scolaire.

Nous sommes dans un atrium exposé au soleil illuminant. La couleur de l’intérieur est un mélange entre le bleu ciel et le gris. L'établissement semble complètement vide, on peut seulement entendre le hurlement joyeux des enfants espiègles qui jouent dans la cours de récréation. Nous contournons l'atrium pour monter des escalier nous amenant plus haut. C'est à cet étage que l'on voit, près d'une salle de classe, une pierre tombale. Qui cela peut-il bien être ? Nous nous rapprochons de cette pierre situé au pleins milieu d'une allée pour apercevoir une photo froissée d'une femme. Elle semble souriante et heureuse malgré les horribles cornes rouges dessinés par les gamins. Sur cette tombe se trouve une centaine de fleurs plus ou moins fanées. On peut aussi apercevoir le nom de la défunte : Mariko Honoko. On peut aussi y trouver de jolie graffitis rose fluo et rouge où ils ont marqués des injures en espagnol. Je fixe cette pauvre tombe délabrée avec un regard sans vie. J'ai beaucoup trop pleuré sur cette personne qu'il ne me reste plus aucune larme. Je me sens honteuse. C'est alors que je dépose ma bougie qui devient une magnifique rose. Mon regard mélancolique se tourne vers Maester où je lui demande avec le regard de déposer sa bougie qui deviendra elle aussi une magnifique fleur pleine de vie. Après cette petite cérémonie, je tourne le dos pour dire avec une faible voix :

« Partons. Allons prendre déjeuner. »

Je ne l'attends, m'apprêtant à partir de nouveau, en direction d'un nouvel endroit.


avatar
Yumie

Fiche perso'
Infos:
Où me trouver:
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sometimes... I have weird dreams... [PV Yumie]

Message par Invité le Mar 29 Juil 2014, 19:35


Sometimes... I have Weird Dreams...






Il semblerait que mes forces soient à peu près revenues, j'allais enfin pouvoir me lever et entamer la discussion avec Yumie, lui demander pourquoi elle était là, dans un de mes rêves... En entendant mes paroles, elle s'est mise à me regarder avec un sourire, j'avais pu deviner qu'il n'était pas vraiment sincère, mais je ne fis pas attention à tout les détails, après tout, ce n'était qu'un rêve.
Calmement, Yumie prit la parole pour me saluer.

« Bonjour, Maester. »

Elle a alors fini sa boisson, elle était calme... Elle semblait bien différente de quand je l'ai rencontré dans la salle de musique, moins timide et plus ouverte, il fallait quand même que je reste méfiant... Mon rêve me jouait peut être un mauvais tour... Tout simplement, elle s'est levée, j'ai alors remarqué qu'elle n'était habillée que d'une simple serviette blanche... Je ne me suis pas senti gêné du tout, comme je l'ai dit, c'était un rêve, et si mon esprit essayait de m'affecter avec des pensées déplacées comme ça, c'est que j'étais vraiment pas net... Bref, elle s'est dirigé vers un séchoir pour récupérer ses vêtements, ensuite, elle est revenue et elle a commencé à se changer en étant dos à moi... Me révélant alors son corps nu, bien que j'essayais de ne pas être choqué... C'était devenu gênant, et même si c'était un rêve, j'ai détourné le regard par respect, j'avais probablement les joues un peu rouges, mais bon, j'en avais juste déduit que mon esprit n'était pas net... Tandis qu'elle se changeait, elle s'adressa à moi, j'essayais de l'écouter sans la regarder.

« Il faudra que l'on parte. Nous avons des funérailles à célébrer. »

Après avoir dit ça, et après avoir mis sa culotte et sa jupe, elle se tourna vers moi, en prenant soin de cacher sa poitrine, je n'ai pas pu m'empêcher à ce moment de tourner la tête vers, un peu choqué par ce qu'elle venait de dire, alors tout en rougissant, je me suis mis à penser... Des funérailles ? Célébrer ? Les funérailles de qui ? Pourquoi je devais participer à ça, j'avais envie de lui dire non, mais j'ai cru comprendre que c'était important pour elle, alors même si je ne supporte pas cette ambiance morbide, j'ai décidé de faire un effort, après tout, dans mes rêves, je pouvais faire ce que je n'aime pas forcément faire dans le monde du réel.

« Tu veux que je t'aide à enfiler tes affaires et à te transporter ? Il ne faut absolument pas qu'on rate les funérailles, ils sont très important. »

A ce moment là, j'ai regardé la couverture, et j'ai senti que j'étais nu aussi en dessous... Tandis que Yumie s'était à nouveau retourné pour mettre son pull et s'occuper de ses cheveux... Je n'ai pas pu m'empêcher de devenir totalement rouge, elle m'avait déshabillé et elle m'avait enroulé dans cette couverture ? Elle m'avait vu... nu ? Cette idée me fit définitivement détester mon subconscient, elle semblait si jeune et mon esprit la rendait impur avec des idées comme ça... C'était bien la première fois que mon esprit faisait quelque chose comme ça, d'ailleurs j'avais du mal à comprendre pourquoi tout était si différent de d'habitude, mais bon, je ne préfère pas chercher à savoir comment mes rêves marchent, je ne suis là que pour les subir. Yumie me fit sortir de mes pensées, elle s'était retourné, et elle avait sur son visage un air désolé, comme si elle se sentait coupable de me précipiter comme ça.

« Je suis désolé de te mettre une telle pression et de ne pas te laisser un peu reposé. Je suis un petit peu tendue en ce moment et je deviens tout de suite énervante. Prend ton temps. »

Bah, ça n'était pas grave, je ne lui en voulais, elle m'avait déjà sorti de l'eau et elle m'avait emmené jusqu'ici, c'était à moi d'être désolé de l'avoir fait marcher jusqu'ici, j'avais envie de lui dire, j'allais ouvrir ma bouche quand quelqu'un a toqué à la porte, Yumie s'est alors dirigé pour ouvrir, et pendant qu'elle avait le dos tourné, je me suis levé rapidement et instinctivement pour me changer, profitant alors du fait qu'elle ne pouvait pas voir mon corps totalement nu, j'ai enfilé le T-Shirt gris, et le Jean noir, simple, mais c'était le genre d'habit que j'aimais porter, alors je n'avais aucun problème sur ces habits, une fois habillé, je me suis retourné, je me suis rendu compte que la boisson qu'elle m'avait apporté était devenu froide, j'ai prit un air un peu désolé, j'avais l'impression de mal montrer la gratitude que j'avais actuellement à son égard. Elle venait juste de revenir, elle tenait deux bougies à la main, elle m'en a tendu une que j'ai saisi avec un air sceptique, puis elle m'a dit d'un ton grave et noir.

« C'est l'heure. »

J'ai eu des frissons dans le dos en entendant cette phrase, je venais juste de remarquer qu'une créature aux yeux rouges se tenait devant la porte, j'étais à la fois fasciné et légèrement effrayé par une tel créature, mais après tout, j'avais déjà vu pire dans certains de mes cauchemars, alors je suis devenu totalement admiratif devant ce monstre, je n'ai pas trop compris pourquoi, mais nous nous sommes mis à marcher, je suivais Yumie, peut être parce que je n'avais pas le temps de la remercier, quelqu'un d'autre se serait probablement enfui à la première occasion, et en plus, ce rêve m'intriguait au plus haut point, alors sans broncher, je suivais Yumie à travers cette ville triste, entourée d'un brouillard gris qui cachait le ciel, empêchant tout lumière d'arriver, c'était ce que j'appelais dans mes rêves "La partie sombre" de mon cœur, pour ainsi dire, je classais les lieux de mes rêves dans deux catégories, ceux qui étaient baignés dans la lumière, qui représentaient mon côté candide et pur, et les autres, plongés dans les ténèbres, oppressant au possible, comme ce lieu... Sans même m'en rendre compte, nous venions de nous enfoncer dans un épais brouillard qui me faisait presque perdre de vue Yumie.

Quand nous sommes sortis du brouillard, le paysage avait complètement changé, les couleurs étaient vives et on entendait des cris d'enfants joyeux, c'était un petit village, très simple, mais qui semblait en apparence bien joyeux, en voyant ce paysage, j'ai instantanément esquissé un grand sourire, comme pour montrer que j'étais content de revoir un endroit agréable dans mes rêves. Pourtant, en avançant, je voyais que tout les enfants étaient là, à nous regarder avec un grand sourire, sans bouger, c'était stressant, si j'avais vécu cette situation réellement, j'aurais probablement réagi en montrant de grands signes de peurs, mais ici, dans un rêve, je n'avais pas peur d'enfant immobiles.

Je suivais toujours Yumie, où m'emmenait-elle au final ? Le décor laissa apparaître une école, nous sommes rentrés dans la cours, mais le monstre est resté au portail, j'ai alors jeté un dernier petit coup d’œil vers lui, puis j'ai hoché la tête, de façon à le remercier de nous avoir accompagné jusqu'ici. La cours, qui était rempli d'enfants identiques, coupe au bol, chemise à carreaux et pantacourt, tandis que nous avancions dans la court l'un d'entre c'est approché de Yumie, puis lui a arraché un morceau de chair au niveau de la jambe, je regardais la scène, un peu choqué, je voulais aider Yumie, alors que les autres gamins venaient eux aussi pour s'en prendre à Yumie, avant même que j'ai pu m'avancer vers elle pour la prendre sur mes épaules et lui éviter ça, elle me dit.

« Ne  t'arrête surtout pas et ne les fixe pas trop longtemps, ils s’empareront de toi pour te disséquer. Nous sommes presque arrivés. »

Je regardais les enfants, en évitant de les fixer trop longtemps, tout cela était fascinant, en regardant mon visage, on aurait pu voir celle de quelqu'un qui vient de découvrir quelque chose d'extraordinaire, et pourtant, la scène était plutôt morbide et inintéressante, je n'avais plus aucune réaction rationnelle dans mes rêves depuis longtemps. J'ai écouté Yumie et je me suis dépêché de la rejoindre, montant alors les quelques marches qui me séparait de l'entrée.

Je n'ai pas vraiment regardé l'intérieur de l'école, je me suis seulement contenté de suivre Yumie, la fixant elle, nous sommes montés jusqu'à une salle de classe, à côté de cette salle se trouvait une pierre tombale, alors c'était ça, notre destination ? La tombe semblait avoir été victime des enfants de l'école, mais j'avais quand même réussi à lire le nom de la personne, Mariko Honoko. J'étais un peu derrière Yumie, ne voulant pas trop m'incruster dans sa cérémonie, je regardais juste les gestes qu'elle effectuait, elle s'est baissée pour poser sa bougie, qui s'est transformé en une magnifique rose, j'étais totalement admiratif devant cette scène, c'était probablement le meilleur moyen de rendre hommage à cette personne défunte. Elle m'a alors fait un signe du regard, j'ai tout de suite compris, alors avec un sourire, pour lui montrer que j'avais compris, je me suis approché de la tombe, et j'ai délicatement posé ma bougie, qui s'est elle aussi changé en rose, j'étais content d'avoir pu rendre ce service à Yumie, si elle y tenait. Je me suis relevé et avant même d'avoir pu me retourner, Yumie prit la parole en chuchotant.

« Partons. Allons prendre déjeuner. »

Quand je me suis retourné, elle était déjà en train de partir, alors je me suis élancé et je lui attrapé le bras, et avec un grand sourire je lui ai dit.

"Ok, mais attends moi un peu s'il te plaît !"

J'ai alors lâché son bras, puis vu qu'on se fixait dans le yeux, je lui ai tendu ma main, puis je lui ai dit.

"Guide moi, mais ne me laisse pas derrière cette fois !"

Mon visage était souriant et agréable, comme bercé par la lumière, c'était la première fois que je voyais que j'étais autant capable d'agir sur mes rêves, alors autant en profiter, en plus, discuter avec Yumie ne pouvait pas me faire de mal. Et puis j'avais l'impression qu'elle avait besoin de compagnie, comme si, elle s'était sentie seule depuis trop longtemps, j'avais envie de l'aider, même si tout cela n'était qu'un rêve, j'avais l'impression que tout était si réelle, cette sensation quand j'ai touché son bras, je l'avais senti comme si j'étais un humain de chair et de sang, je trouvais ça tellement agréable, je voulais passer plus de temps ici, même si l'ambiance était très oppressante.

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sometimes... I have weird dreams... [PV Yumie]

Message par Yumie le Ven 01 Aoû 2014, 17:53



Deuil

Je ne sais absolument pas ce qui m'arrive en ce moment, dans mes rêves. Je me montre comme quelqu'un de véritablement faible. Qu'est-ce ? Suis-je fatiguée ? Ma tristesse resurgit ? La solitude me rend dingue ? Je dois me ressaisir à l'avenir. Mais dans ce rêve, je ne pense pas pouvoir me ressaisir. J'ai envie de me laisser aller, mais ici, c'est mon royaume. C'est le seul endroit où je peux me montrer redoutable et terrifiante. Mais après tout, pourquoi veux-je faire autant de mal ? Cela comble ma solitude ? Me fait expulser ma haine indélébile ? Je n'ai pas envie de réfléchir à cela, mais absolument pas. Pourtant, je ne peux m'empêcher de songer à tout cela vu comment je suis en ce moment, dans les rêves. Cette même petite voix malveillante me répète sans cesse de me ressaisir et de faire semblant. Cependant, j'ai jouée trop fort. Je suis réellement triste. Je n'aurais jamais dus exprimer mes sentiments dans ce rêve de façon aussi morbide. Pardonne-moi maman, pardonne-moi.

Ma gorge est nouée. Je dois faire quelque chose, je dois être neutre, quoiqu'il arrive, c'est une de mes règles principales dans mes rêves. Mais c'est alors que l'on m'attrape le bras. Plus que surprise, je me demande si j'ai programmée cela dans mon rêve.

« Ok, mais attends moi un peu s'il te plaît ! »

Restant immobile quelques secondes, je me retourne. Mon accompagnateur esquisse un large sourire. Peu après, il relâche mon bras pour me tendre la main et me dire :

« Guide moi, mais ne me laisse pas derrière cette fois ! »

Je le fixe avec un regard déconcertée. Parfois, j’oublie que je ne peux pas tout contrôler, et encore moins le rêveur. Je ne sais plus quoi penser. Le fait qu'il puisse réagir dans mes rêves me fait toujours croire que je suis une personne faible. Mes yeux fixent le sol, toujours immobile. En fait, je ne serais jamais puissante. Je dois à tout prix maitriser la totalité de mes pouvoirs pour dominer le royaume des rêves. Le fait de ne pas avoir toutes les manettes me fait peur, mais, est-ce aussi mal de ne pas prévoir tout les événements ? A vrai dire, je suis plutôt heureuse qui m'aborde ainsi. C'est alors que j'échappe un sourd : « Oui. », avant d'avancer à pas lent pour qu'il me rattrape, main dans la main.

Son sourire. Un sourire encore plus lumineux et chaleureux que le soleil grisâtre de ce monde. Un sourire qui m'affaiblit de plus en plus, qui me donne presque envie de craquer. Mais je dois résister pour ne pas perdre le peu de crédibilité que j'ai.

Les enfants ne crient plus, ne jouent plus, ne courent plus. Ils sont à présent figés, alors qu'ils sont en mouvements. Un vent violent vient alors prendre les cendres de ses enfants pour les emporter au loin. Il ne reste que leur os, dès os toujours fixent dans la position que l'enfant a pris. Nos pas semblent encore plus bruyant lorsque nous traversons ce champ d'enfants morts. Je ne peux m'empêcher d'afficher un sourire malsain sur mon visage. Si Maester ne m'avait pas touché, j'aurais sûrement rit et cracher sur leur os. Mais je préfère rester silencieuse.

Lorsque nous atteignons la sortie, le monstre gigantesque nous attend pour nous amener à un nouvel endroit. Cet alors que nous allons retraverser ce petit village enfantin qui est désastreux.


A la place de voir les jolies petites têtes blondes jouer dans leur jardins avec leur animal ou leur parents, on voit des têtes gribouillés par du pastel noir, laissant seulement apercevoir des yeux rouges pleurant des larmes brun-rouges et un sourire désespérés blanc. Les maisons sont en cendres ou enflammés par d'immenses flammes où l'on peut même sentir la chaleur. La musique est encore plus oppressante qu'avant. On peut entendre un bourdonnement sortie de nul part, accompagnés de cris de femme et d'innombrables gémissement d'enfants pleurnichant. Je glousse silencieusement avant d'entamer la même petite mélodie que j'ai chantée lorsque j'ai ramenée Maester chez moi.

Cet enfer dure jusqu'à la fin de ma musique, nous ramenant dans cette ville voilée par un brouillard épais. Je m'arrête un moment, avant de tourner mon regard vers la ville horrifique. Soudainement, les cendres d'enfants transformées en main géante et en visage tourmenté s'approche rapidement et dangereusement vers nous. Gardant dans un coin mon sourire malveillant, j'alerte Maester :

« Nous devons nous dépêcher. Surtout, ne me lâche pas. »

Sans attendre, je me mets à courir invitant le rêveur dans ma course. Le brouillard semble interminable, c'est comme si nous sommes perdue. Nous n'arrivons toujours pas à semer ces mains terrifiantes qui nous poursuivent sans relâche. Jusqu'à ce qu'enfin, nous apercevons les immeubles de cette ville dépourvue d'habitant. Serrant de plus en plus la main de Maester, un éclat éblouissant surgit devant nous. Il faut absolument pas  être gênée par cette lumière, si nous nous arrêtons, on risque de finir en poussière. Enfin, nous passons de l'autre côté, après avoir trouvé KumuKumu.



On se trouve dans un petit bar, très charmant, mais vide. Un barman ressemblant aux monstres de la grande ville astique avec apathie un verre.

« Inutile de lui parler, il ne réagira pas » dit-je subitement.

En effet, c'est KumuKumu qui va aller nous servir de l'eau. On s'installe au fond d'une grande table, attendant que mon humble serviteur nous sert de l'eau. Attendant notre commende, je questionne Maester :

« Chaud ou froid ? »

J'ai choisis chaude pour ma part. KumuKumu attends alors sa commande avant de se mettre au travail. Nous le fixons tout d'eux avec un regard des plus vides.


avatar
Yumie

Fiche perso'
Infos:
Où me trouver:
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sometimes... I have weird dreams... [PV Yumie]

Message par Invité le Sam 16 Aoû 2014, 17:30


Sometimes... I have Weird Dreams...






Nous étions dans un petit bar sympa et vide... Je n'avais pas tout compris de ce qu'il venait tout juste de se passer... Alors j'essayais de faire un résumé dans ma tête, afin de comprendre comment on était arrivé ici avec Yumie... Tout se bousculait dans ma tête pour essayer de prendre une forme plutôt correcte.

Nous avions quitté l'école dans laquelle se trouvait la tombe sur laquelle nous nous étions recueilli, dans la cour, les enfants nous fixaient, sans bouger, on aurait cru qu'ils étaient totalement vidés de vie, puis un coup de vent les emporta, ne laissant que leur squelette, qui gardaient la position qu'avait les enfants juste avant... Mon coeur commençait à battre de plus en plus vite... Tout cela commençait à me donner des sueurs froides, j'avais beau essayer de rester calme en essayant de me convaincre que tout cela n'était qu'un rêve, mais il y avait peut être trop d'évènements oppressants à mon goût, je ne me sentais de moins en moins à l'aise, mais de sentir que Yumie me tenait la main m'assurait une certaine sécurité, elle semblait avoir l'habitude d'être ici, alors je devais lui faire confiance, la suivre, je serrais un peu plus fort sa main tandis que nous sortions de l'école.

Nous sommes revenus ensuite dans le village, il était en feu... Il n'y avait plus un seul cri de joie... Les enfants n'avaient plus leurs couleurs vives pastels, leur visage étaient gribouillés de noir, laissant juste ressortir des yeux yeux rouges et ronds et une expression flippante... Nous avancions doucement à ce moment, comme pour faire durer le supplice de cette vision. J'arrivais même à entendre des gémissements de femmes au loin, je n'avais qu'une envie, quitter cet endroit qui était si beau à notre arrivée.
Pour rajouter une couche, Yumie s'est remis à chanter cette mélodie que j'avais trouvé désagréable... Tandis qu'elle me ramenait chez elle, je prenais sur moi pour éviter de craquer, ça n'était pas le moment, même si tout semblait dire le contraire, je voulais savoir pourquoi Yumie était là, alors je devais réussir à garder mon calme, comme dans tout mes rêves... Nous étions en train de retraverser le grand brouillard gris qui avait marqué la séparation entre la ville sombre et froide et ce village, autrefois chaud et heureux.

La chansonnette de Yumie s'arrêta au moment où nous sommes revenu dans la ville au ciel gris. Avant même d'avoir eu le temps de souffler un peu, pour expulser toute la crainte et la peur que j'étais en train de retenir, des cendres qui semblaient familière sortirent du brouillard, prenant alors la forme d'une main et d'un visage tourmenté se précipitant sur nous, Yumie s'est alors tourné vers moi avec un sourire très peu rassurant pour me dire.

« Nous devons nous dépêcher. Surtout, ne me lâche pas. »

D'un naturel réflexe, j'ai serré la main de Yumie beaucoup plus fort qu'avant, nous nous sommes mis à courir pour échapper à ces mains terrifiantes, nous nous dirigions vers des immeubles alentours, ça faisait longtemps que je n'avais pas senti mon coeur battre aussi fort dans ma poitrine... Peut être parce que généralement quand je cours, je ne ressens qu'un flux d'énergie me parcourir... Mais là, je me sentais de plus en plus épuisé, à bout de souffle.
On se rapprochait des immeubles, quand une lumière aveuglante se propagea devant nous, bloquant totalement mon champ de vision, mais ça ne semblait pas géner Yumie qui continuait à courir dans la direction des immeubles, elle ne prenait pas en compte la lumière.

Et nous voilà... Dans ce bar, je regardais un peu ce qu'il se passait. Ma vision semblait se réhabituer à une lumière moins intensive, et je pouvais voir un monstre qui était derrière le bar.

« Inutile de lui parler, il ne réagira pas »

Alors sans rien dire, j'ai suivi Yumie, on s'est installé à une grande table dans le fond, puis le monstre qui semblait l'accompagner s'approcha et Yumie me questionna sur ce que je voulais boire.

« Chaud ou froid ? »

Ce que je voulais boire ? Après notre course, quelque chose de froid, j'avais besoin de me désaltérer, alors très calmement, pour cacher ma respiration lourde, j'ai répondu à sa question.

"Euh... Froide, s'il te plaît."

Je continuais à reprendre mon souffle, en regardant aux alentours, jetant des coups d'oeil à Yumie, j'avais tout plein de questions à lui poser, mais je ne savais pas si c'était le bon moment pour lui demander, mais je voulais savoir pourquoi elle était là... Et pourquoi tout semblait rattaché à elle, alors qu'on était dans un de mes rêves, je ne savais pas l'expliquer, mais elle n'était pas censé avoir autant d'influence ici, et qui était cette personne... Dont le nom était gravé sur la tombe qu'on avait visité précédemment ? Toutes ces questions étaient là, elles titillaient ma curiosité.

Mon souffle était pleinement revenu, ma respiration s'était calmé et je pouvais parler normalement, alors naturellement entraîné par ma curiosité, j'ai fini par demander à Yumie ce qu'elle faisait ici.

"Je suis désolé, mais j'ai une questio à te poser, je veux pas être indiscret mais... Qu'est ce que tu fais ici ? Dans un de mes rêves ? Pourquoi tout ici, les décors, les personnes que l'on rencontre semblent avoir un rapport avec toi ? Et aussi..."

Puis, je me suis arrêté, j'ai marqué une légère pause, me rendant compte que ce que j'allais dire pouvait peut-être blesser Yumie, mais j'avais commencé cette phrase, alors... J'ai fermé les yeux, et j'ai laissé sortir un petit soupir.

"Qui était la personne... Là-bas, à qui la tombe appartient-elle ? Qui est cette personne pour toi ?"

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sometimes... I have weird dreams... [PV Yumie]

Message par Luna le Dim 31 Aoû 2014, 15:29



Dès que Maester eût évoqué cette personne, le monstre derrière le bar commença à remuer. Il faisait des sorte de grognements et se trémoussait comme s'il voulait sortir.




Je parle en #7366C6
avatar
Luna
Fondatrice

Fiche perso'
Infos:
Où me trouver:
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sometimes... I have weird dreams... [PV Yumie]

Message par Yumie le Mar 02 Sep 2014, 12:09



Deuil


KumuKumu se met directement au travail. Il rentra dans une autre petite salle pour nous préparer nos commandes. Je peux constater que ma ''victime'' reprend son souffle qui, aussitôt se calme. Alors que je l'observe sous tout les angles, la tête posée sur mes deux mains, Maester se met à me poser de multiples questions.

« Je suis désolé, mais j'ai une question à te poser, je veux pas être indiscret mais... Qu'est ce que tu fais ici ? Dans un de mes rêves ? Pourquoi tout ici, les décors, les personnes que l'on rencontre semblent avoir un rapport avec toi ? Et aussi... »

Je hoche de la tête, attendant avec curiosité mais patience sa prochaine question. Ce dernier pousse un petit soupire avant de prononcer ces mots poignants.

« Qui était la personne... Là-bas, à qui la tombe appartient-elle ? Qui est cette personne pour toi ? »


C'est alors que le barman se met à se remuer tout en poussant d'étranges grognements en se trémoussant, juste après la question de Maester.
Un nœud véritable se noue dans ma gorge. Pourtant, ces multiples questions sont beaucoup trop prévisible. Comment cela peut-il m'affecter autant ? Le fait que l'on parle de tombe ? La mort de ma progénitrice est-elle aussi tabou ? Après tout, je l'ai provoquée. Je devrais lui répondre. Je souffle alors du nez avant de commenter :

« Tu es vraiment curieux. »

Peu de temps après, mon serveur nous ramène enfin nos boissons respectives qu'il pose soigneusement devant nous. Cet alors que je prend la mienne où je bois une gorgée.
L'eau est visqueuse une fois dans la bouche, elle ressemble à de la gelée collante. Cependant, un délicat goût de fraise vient titiller délicatement mes papilles. Normalement, Maester aura une sensation différente de la mienne. Normalement, l'eau se solidifiera et prendra la forme d'un petit poisson en forme de poisson et aura le goût de piment d’Espelette.

Après avoir bu deux autres gorgées et de mettre débarrassée de cette substance visqueuse qui s'est accrochée douloureusement au parois de mon œsophage à l'aide de petite griffe -je me suis mise à racler bruyamment ma gorge pour que l'eau passe enfin-, je décide enfin de répondre Maester, prenant la décision de ne pas jouer aux devinettes, ce qui serait enfin de compte assez prévisible.

« Tu dois sûrement rêver de moi, et t'imaginer des choses à propos à mon sujet. »

Pas aujourd'hui, il faut croire. Je suis apparemment d'humeur taquine. Un petit sourire espiègle s'affiche sur mon visage. De plus, ce que je viens de dire n'est absolument pas crédible, puisqu'au début, il a été dans des abysses et a complètement changé d'univers lors de ma venue.

Mon regard se tourne alors vers le barman qui semble se mouvoir d'avantage. Il est temps. C'est alors que je me lève de ma chaise en faisant signe au jeune homme rêveur de me suivre. Nous nous dirigeons vers le contoir, ou le monstre est. Alors qu'on l'encercle, je me saisis d'un couteau qui se cache sous ma jupe. Prenant la tête de la créature et m'apprêtant à la poignarder, mon regard dépourvu de vie se plante dans les yeux du songeur. Avec un sourire malveillant, je lui dis :

« Maester. Souhaites-tu savoir qui est cette fameuse personne dans cette tombe ? Ce qu'elle représente pour moi ? Veux-tu, par la même occasion, découvrir ce qui a causé sa mort ? Comment elle est morte ? Veux-tu vraiment aventurer là-dedans ? »

Mes doigts percent la pauvre bête qui gémit de douleur. Une substance noirâtre coule depuis mes doigts. Soudain, je me calme. Mon sourire terrifiant se retire de mon visage laissant place à une Yumie plus sereine esquissant un faible sourire apaisant :

« Ou préfères-tu passer un agréable rêve en ma compagnie, où l'on se centre un peu plus sur tes intérêts ? »

C'est étrange. Je n'aurais jamais voulu conter mon passé, et encore moins sur l'identité de ma mère. J'aurais probablement continué à jouer avec ses nerfs ou je serais passer à autre chose, mais je lui ai laissé faire un choix : celui de rêver ou de cauchemarder. Je ne sais pas pourquoi je propose une telle chose à inconnue, sachant qu'habituellement j'aurais choisi moi-même. Mais, ce type dégage une aura qui me met en confiance et qui me fait d'autant plus apprécier la personne. Son honnête, probablement. Il m'a plutôt bien convaincu lorsque l'on a rendu visite à ma mère.
C'est alors que, subitement, j'ajoute, en gardant ce sourire d'autant plus amicale :

« Oh, et, tu ne rêve pas de moi. Je me suis juste appropriée ton rêve, parce que j'ai le pouvoir de manipuler n'importe quel rêve à ma guise. »



avatar
Yumie

Fiche perso'
Infos:
Où me trouver:
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sometimes... I have weird dreams... [PV Yumie]

Message par Invité le Mar 21 Oct 2014, 22:50


Sometimes... I have Weird Dreams...






Ce bar, j'allais enfin avoir des réponses à la totalité des évènements qui se passait actuellement dans ma tête, dans ce qui semblait être un rêve, plutôt inhabituel néanmoins, mais un amusement de mon subconscient quand même... J'étais face à Yumie, je venais de lui poser la question que n'importe qui aurait posé quand on a vu ce que j'ai vu dans ce rêve. Le barman semblait agité après ma question, était-ce une coïncidence ? Quoiqu'il en soit, le jeune fille sembla se crisper après ma question, l'espace d'un instant, c'était très faible, mais assez visible pour que je le remarque, puis en soufflant du nez, comme pour relacher cette micro montée de tension, elle répondit:

« Tu es vraiment curieux. »

De la curiosité ? Nan, c'était plutôt une réaction logique et normale de n'importe quel être humain présent sur cette Terre, j'ai jamais été la plus grande flêche du monde, mais quand même, il faut être fou ou inconscient pour ne pas se poser ces questions dans cette situation...

On venait de nous apporter mes boissons, je ne savais pas si je devais m'énerver de la lenteur des évènements actuels, ou si je devais prendre mon mal en patience pour mieux comprendre ce qu'il se passait, mais même si je n'avais pas été choqué, je trouvais ça anormal, trop anormal pour un de mes rêves... C'est comme si quelqu'un avait prit le contrôle de ma tête, je n'avais plus l'impression d'être seul... C'est bizarre, mais ce qu'il me faisait le plus peur, c'était de sombrer dans une folie incurable... En même temps, ce monde n'était que folie, et je ne voulais pas faire parti de ce monde.
Yumie avait bu sa boisson, et là, elle venait de se râcler la gorge, je la regardais en essayant de garder le plus de sérieux, je ne devais pas montrer de signe de méfiance, de folie, de crainte, ou de toutes les émotions qui se bousculaient dans mon esprit...

« Tu dois sûrement rêver de moi, et t'imaginer des choses à propos à mon sujet. »

La crédibilité de Yumie était vraiment absente ici, je n'avais jamais rêvé d'autres personnes que ma famille, depuis mon accident, et rêver qui plus est, d'une fille que j'ai aperçu vite fait dans une salle de musique, c'était plutôt inespéré et inenvisageable... Non définitivement, quelque chose n'allait pas ici, et il ne fallait pas que ça m'altère... Pourtant, je me sentais déjà partir dans une folie sombre et noire, j'ai baissé les yeux sur ma boisson, un peu perdu, essayant de faire partir de mon moi intérieur toutes ces pensées relevant du domaine des ténèbres.

Enfin, Yumie ne m'a pas laissé le temps de réfléchir à comment chasser mes pensées, elle s'était levée et m'avait fait signe de la suivre, j'ai vite bu ma boisson qui s'est solidifiée dans ma bouche, se transformant en petit poisson... en forme de... Poisson ? Je me suis mis à toussoter quand un goût de piment d’Espelette est remonté le long de ma gorge, puis je me suis également levé pour suivre la petite fille qui s'était mis devant le Barman qui était encore plus agité qu'avant... Qu'est ce qu'il pouvait bien avoir lui aussi ?

Dans une expression horrifique, Yumie se saisit d'un couteau qui était sous sa jupe et attrapa la créature, s'apprêtant à la poignarder, j'esquissais une expression de dégout et de légère peur quand elle s'est exprimé d'une voix terrifiante tout en poignardant le monstre

« Maester. Souhaites-tu savoir qui est cette fameuse personne dans cette tombe ? Ce qu'elle représente pour moi ? Veux-tu, par la même occasion, découvrir ce qui a causé sa mort ? Comment elle est morte ? Veux-tu vraiment aventurer là-dedans ? »

D'un coup, elle sembla se calmer, la tension semblait redescendre, elle avait quitté son apparence noirâtre pour prendre une apparence plus calme et amicale, ce qui ne manquait pas d'ajouter une dose d'effroi à la situation dans laquelle j'étais.

« Ou préfères-tu passer un agréable rêve en ma compagnie, où l'on se centre un peu plus sur tes intérêts ? »

Mes intérêts ? Quel était l’intérêt d'être ici si rien n'est comme à l'habituel ? Comment pouvais-t'on se concentrer sur mes intérêts si tout ce qui est présent n'est pas directement rattaché à moi ?

« Oh, et, tu ne rêve pas de moi. Je me suis juste appropriée ton rêve, parce que j'ai le pouvoir de manipuler n'importe quel rêve à ma guise. »

Cette phrase était rasurrante, je me sentais moins perdu, mais d'un côté, je me sentais moins en sécurité de savoir que c'était elle qui contrôlait ce qui se passait dans ma tête pendant que je dormais, enfin, si elle avait été capable de me mettre dans un état à la limite de la folie, je ne voulais pas imaginer ce qu'elle pouvais faire de plus, malgré tout, il semblait que j'avais un choix à faire... Donc je préfèrais éviter la partie cauchemar de la chose, mais je n'avais plus trop envie de rester ici pour le moment, c'était mon dernier cours de la journée... Il me semblait plus raisonnable d'arrêter ici pour le moment, et de reprendre cette escapade imaginaire à un autre moment, histoire de me remettre un peu de mes émotions... J'espérais juste me pas trop la froisser avec une réponse comme ça...

"Ecoute Yumie, je serai heureux de continuer cette aventure avec toi, en imaginant uniquement le bon côté de la chose, en allant dans le sens de mes intérêts, comme tu l'as dit, à un autre moment, je ne sais pas si je suis actuellement en mesure de rester ici, et je dois au moins retourner au dortoir, je suis en train de dormir dans une salle de cours, ça serait plutôt mal vu si quelqu'un me retrouver là, n'est ce pas ?"

J'ai dit tout cela avec une sourire amical et rassurant, empli de lumière, comme à mon habitude il semblerait.

HS : C'est la fin pour moi, c'est dommage, j'avais prévu autre chose pour ce RP, mais voilà, malheureusement, je ne le développerai pas comme je l'aurais voulu, libre à toi de faire une réponse, mais je répondrai plus maintenant.

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sometimes... I have weird dreams... [PV Yumie]

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum