Va faire mon café (PV Yumie)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Va faire mon café (PV Yumie)

Message par Invité le Ven 21 Aoû 2015, 01:41

« Adam Cooper. »

(PV Yumie)


                Musique (marchait pas avec l'aut' méthode):



Tic-tac, tic-tac, tic-tac, tic-tac… Je vais m’endormir. Tic-tac, tic-tac, tic-tac,tic-tac… Foutu horloge. Tic-tac, tic-tac, tic-tac, tic-tac… Je pense à elle. Tic-tac, tic-tac, tic-tas, tic-tac… Foutu cours. Tic… Zzzzz… DRIIING !

Je me réveille en sursaut, légèrement perdu. Je suis dans ma classe ? Ah oui. Mon cours, j’oubliais.


Monsieur, où est ce qu’on doit vous mettre nos travaux ?



J’incline doucement ma tête sur le côté. Leurs travaux… Leurs travaux… Oh, c’est vrai. Le cours a servi à les évaluer sur leur façon d'appréhender le surréalisme. Raison pour laquelle mon manque de sommeil m’a rattrapé. J’ai du mal à dormir ces temps-ci. Il me suffit donc d’une simple pause pour trouver le moyen de fermer l’oeil. Sans que j’y puisse vraiment quelque chose.
Je passe mes mains sur mon visage en grommelant.


Amenez-les feuilles sur le bureau. Pour les toiles, laissez-les sur le chevalet.



J’observe les élèves venir un à un au bureau pour me déposer leur pathétique oeuvre - si on peut appeler ça comme ça - puis sortir en marmonnant quelques politesses. C’est ça bande de faux-culs, bonne journée à vous aussi. Comme si vous disiez ce que vous pensez réellement. Au moins, ils n’ont pas l’air d’avoir remarqué ma paresse durant le cours.

Je m’appuie contre le dossier de ma chaise. Les dessins s’étalent devant moi. Peut-être trouverais-je enfin quelqu’un avec un minimum de talent. Quelle ridicule pensée. ...mais ça ne coûte rien de jeter un coup d’oeil.
Je remonte mes pieds sur ma chaise et cale ma tête sur ma main, le bras reposant sur l’accoudoir. Position peut être bien trop nonchalante mais j’ai une heure de temps libre. Donc personne pour me voir ainsi.
Mes yeux parcourent la pièce. En parlant de position nonchalante, j’aimerais beaucoup installer quelques poufs dans la salle. Et peut être un canapé au fond de la salle. Après tout, on dit qu’une atmosphère détendue permet une meilleure créativité. Quoiqu’avec ma présence, ce genre d’atmosphère n’est pas tout à fait compatible.
Je tire vers moi un premier dessin. Sa vue me fait pousser un long soupir de désespoir. J’aurais du faire prof d’art dans une grande école de dessin. Le métier aurait sûrement été plus intéressant que ces gribouillages d’enfant.
Les quelques dessins qui suivent ne sont pas bien mieux. Ce n’est sûrement pas aujourd’hui que je trouverais la perle rare.

Je me lève et traverse la classe en direction de l’arrière-salle. Cette pièce exiguë regorge de choses diverses. En particuliers mes propres oeuvres. Raison pour laquelle je n’autorise personne d’autre que moi y accéder. Et pour laquelle, c’est toujours fermé à clé. Je sors par ailleurs ces dernières et déverrouille la porte. La lumière vient rapidement éclairé le débarras, à ma plus grande satisfaction, plutôt grand. J’entre à l’intérieur pour observer mon jardin secret couvert de Bob l’éponge, de reproduction de grands artiste et plus récemment, d’un portrait de Juliette. Un jour, je devrais vider cette pièce. Avant que quelqu’un ne tombe dessus par le plus grand des hasards.
Un immense panneau au fond de la pièce intrigue mon regard. Un tag commencé il y a longtemps et jamais fini. Ce tag est plutôt sombre, vacillant entre le rouge et le noir. Sanguinaire et obscure. Une fois finit, je suis persuadé qu’il peut être magnifique. J’entreprends donc de le sortir à l’extérieur pour l’installer contre un mur. Une bâche vient s’y ajouter ainsi qu’une multitude de petites bombes de peinture. Je m’équipe d’un masque pour ne pas respirer leurs odeurs nocives.
Ne manque plus qu’un peu de musique. Bien heureusement, la salle est équipée d’enceintes. J’y branche mon ordinateur portable et lance l’une des merveilleuses symphonies de Chopin.
Plus rien, ni personne, ne peut me déranger.


Chopin chipota pour chopper son chat, mais Chocolat s’échappa. “Pauvre Chopin” chuchota l’autre pacha


Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: Va faire mon café (PV Yumie)

Message par Yumie le Ven 21 Aoû 2015, 12:20

Je ne sais pas vraiment pourquoi j'ai choisi l'art plastique. Ah, si. Je n'ai jamais vraiment dessiné, ni peint ni autre chose et pourtant, j'ai choisi cette matière alors que je sais jouer du piano. Ce sont mes rêves qui m'ont convaincu. Je pense que mes rêves sont mes tableaux, mon acolyte la peinture et mes mains mes pinceaux. Si je m'expérimente dans l'art, mes songes seront encore plus merveilleux. Dans tout les cas, je ne regrette pas mon choix, je pense que je peux tirer beaucoup de chose. Et puis, la musique, j'en ai suffisamment fait étant gamine. De plus, c'est toujours douloureux d'entendre un piano, les souvenirs sont douloureux. Bref, tout cela pour dire que je vais travailler mon imagination et ma sensibilité, et j'ai hâte. C'est beaucoup plus divertissant que les cours lambda.

Maintenant que j'ai décidé de travailler, il faut que je rattrape mes cours d'Art. Mon sac rouge sur le dos, une feuille d'administration et un stylo à la main, je me dirige vers la salle où le cours artistique c'est déroulé. Il y a peu ça a sonné. Il faut que je le vois avant que son prochain cours débute, quelle chance qu'il y ai une pause. Je dois aller voir Mr Cooper pour avoir l'autorisation de rattraper quelques cours avec lui. Je me demande comment il doit être. Tous les supérieurs que j'ai pu rencontrer sont adorables. Je n'ai jamais rencontré de professeur homme, mais je pense qu'il devrait être gentil et ouvert vu sa matière.

Enfin arrivé devant la salle, je peux constater que le brouhaha des élèves a disparu. Le calme me stresse à l'idée de rencontrer mon nouvel enseignant. Cependant, une musique  La porte entrouverte, je la pousse doucement, observant la salle. Des enceintes branchés à un ordinateur émet les douces mélodies de Chopin. Qu'est-ce que je respecte les européens pour leurs arts et leurs musiques. J'aurai tellement voulu naître sur ces terres riches en histoire. Revenons plutôt à la réalité : Le professeur n'est pas là. Cependant, quelque chose m'attire l’œil au fond de la salle. Je n'ose pas vraiment mettre le pied dans la pièce mais il le faut, il faut que je lui parle. Je mets un pied puis les deux. Une fois le premier pas fait, je ne dois pas faire marche arrière. J'inspire profondément avant de me diriger nerveusement vers le mur où se trouve une personne que je remarque cette fois-ci. C'est un homme à la carrure imposant. Voir une telle personne m'encourage de moins en moins à venir le perturber. Je peux passer une autre fois. Non, je le dois, comme ça, je serai débarrassée. Ce n'est qu'une mauvaise passe, et ce n'est pas comme si il allait me frapper ou me crier dessus, après tout, je suis juste une élève ayant besoin de son talent pour m'aider.

Rassurée, je me dirige un peu plus près de lui. Il semble vraiment plongé dans sa création que je contemple du coin de l’œil. Honnêtement, ça ne ressemble à rien. Je me tourne vers l'artiste.

« M-Meu,Monsieeur ... »

Impossible qu'il puisse m'entendre. Le son est trop fort, l'homme est dans son monde, et moi, je murmure. Je presse un peu ma feuille avant de l'appeler un peu plus fort.

« M-Monsieur ! »

Toujours pas, ce n'est pas assez fort. Perdant patience, je pose ma feuille sur une table et me dirige vers l'ordinateur. Pas de connerie Yumie, tu dois juste baisser le son. Mais, évidemment, dans la panique, mon doigt tremblotant appuie sur la croix et enlève la fenêtre. En tant que moe, il fallait bien que je fasse ma maladroite. Au moins, c'est radical, et je suis persuadée d'attirer mon attention. Allez Yumie, maintenant que tu l'as dérangé, autant aller jusqu'au bout. Me mordillant la lèvre, je m'avance de nouveau vers lui -mais pas trop, on ne sait jamais- et je l'interpelle une nouvelle fois.

« H-hum, excusez moi Mr Cooper, mais, je devais vous voir, c-c'est pour rattraper vos cours ... »


avatar
Yumie

Fiche perso'
Infos:
Où me trouver:
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Va faire mon café (PV Yumie)

Message par Invité le Sam 22 Aoû 2015, 06:34

« Adam Cooper. »

(PV Mlle Denarbonne)




L’oeuvre commence à prendre vie. Les traits d’une femme apparaissent doucement en premier plan. Ils semblent douloureux, presque torturés. La paysage s’élèvant dans son dos ne se compose que d’une palette de noir et de blanc. Par ailleurs la fille aussi. Le rouge est la seule couleur qui agrémentera la toile. Elle doit pigmenter certains détails important de cette dernière. De cette façon, la personne en face sera attirée par ces éléments.
Je me penche pour attraper la bombe de peinture rouge puis me redresse en observant ce que je viens de faire. Chopin résonne toujours. Il m’inspire et guide mes traits.

Mon doigt presse lentement le bouton. Un jet de peinture rouge éclaire certain morceau de l’oeuvre.
Mais brusquement la musique s’interrompt. Être soutiré à mon monde m’a tellement perturbé qu’un sursaut vient détruire mon oeuvre en un seul tracé. J’ouvre grand les yeux. Ma frustration grimpe en flèche. Qui a donc pu perturber mon travail ?! Je me tourne furieusement vers mon bureau et découvre une gamine face à moi. Oh toi, tu vis tes dernières heures… Je reste un instant à la scruter. Elle doit sûrement ressentir l’énorme connerie qu’elle vient de commettre.

J’abaisse lentement mon masque. Rattraper mes cours ? Tu ne sais pas dans quoi tu t’embarques mon chat. Mais je peux t’affirmer que même si c’était pour une autre raison, tu allais en bouffer des heures supplémentaires. Je ne te laisserais pas partir comme ça.


Bonjour.



Je l’ai dis comme pour souligner son manque de politesse. Mes doigts me démangent. Je meurs d’envie d’aller les coller sur sa jolie petite joue de gamine.

Oh ça, tu peux t’excuser.



Je jette un coup d’oeil au tableau défiguré. Mes dents se serrent.

Même si des excuses ne suffiront pas.



Je l’attrape par le col et la tire devant la conséquence de son acte.

Ne te permet plus jamais de me déranger. Compris ?



Ma bombe toujours à la main je la lui cale dans la main.

Tu veux faire des cours de rattrapage, mh ? Très bien. Alors commençons tout de suite.



[size=14]Je me place derrière elle et défait mon masque pour lui placer sur le nez. En restant la où je suis, je prends une voix ronronnante.

Tu vas rattraper ce que tu as fait. Si tu y parviens, j’accepte de te donner des cours. Dans le cas inverse, je te ferais rattraper ton erreur à ma manière



Chopin chipota pour chopper son chat mais Chocolat s’échappa. “Pauvre Chopin” chuchota l’autre pacha. ~



Dernière édition par Adam Cooper le Mer 26 Aoû 2015, 08:51, édité 1 fois

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: Va faire mon café (PV Yumie)

Message par Yumie le Sam 22 Aoû 2015, 11:39

La magnifique toile qu'il peigne a été salement amoché par un long trait rouge. Mon professeur a été fortement perturbé par l'interruption de la musique. J'ai mal procédé, il a l'air furieux. Je déglutis alors qu'il enlève son masque de protection pour me dire bonjour. Instantanément, je fais la même chose, embarrassée. Mais où sont donc passées mes bonnes manières ! Je culpabilise complètement maintenant, j'aurai du fuir.

La suite se gâte. Il me dit que mes excuses sont insuffisantes. Qu'est ce que je me sens mal, c'est possible qu'un professeur soit aussi terrifiant ? Je recule d'un ou de pas alors que Mr Cooper vient vers moi. Il jette un œil à son œuvre taché, je fais la même chose instinctivement. C'est alors qu'il me prend brutalement la chemise m'amenant tout près de ma bêtise. Un petit cri de surprise, de peur et de douleur s'échappe de ma gorge. J'ai compris, ne jamais déranger Mr Cooper lors d'une performance artistique. Je continue à m'excuser pour qu'il puisse me lâcher mais au lieu de cela, le professeur pose une canette ou déodorant dans la main. Je regarde l'objet avant de regarder farouchement l'enseignant. Ce dernier me met son masque avant de me donner l'ordre de rattraper la tâche. Il n'est pas sérieux ?!

Je me retourne en laissant échapper un petit "eh?" circonspect. J'enlève le masque avant de rétorquer.

« M-mais, m-monsieur, je n'y connais absolument rien en peinture, je ne veux pas ammocher votre si belle oeuvre ! »

Je me tourne vers celle-ci, le ton paniqué.

« E-et puis, c'est pas si mal que ça. »

En effet, je n'ai pas de sens artistique plastique.


avatar
Yumie

Fiche perso'
Infos:
Où me trouver:
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Va faire mon café (PV Yumie)

Message par Invité le Dim 23 Aoû 2015, 08:56

« Adam Cooper. »

(PV Mlle Denarbonne)


                Musique (marchait pas avec l'aut' méthode):



Agaçante. Je crois que c’est le premier terme qui me vient en la regardant. Elle ne sait même pas se servir d’une bombe de peinture. Evidemment que l’oeuvre est rattrapable. Bien que j’imagine cela plutôt long. Bon dieu, chérie, le don en art, on l’a ou on ne l’a pas. Mais on vient certainement pas demander à un prof de nous l’apprendre si on ne sait même pas tenir un pinceau entre ses doigts.
Je pousse un long soupir de désespoir. Cette gamine est venue détruire mon heure de détente. Et en plus, elle a le culot de dire que ce n’est pas si mal.


Donc, tu es clairement en train de te foutre de ma gueule là. C’est impossible autrement. Je vois franchement pas ce que tu fais là. Des cours supplémentaires ? Mais même des années d’entrainement avec Manet ne te suffiraient pas, à toi. Tu es ce qu’on appelle “un cas désespéré”.



Je n’ai aucune envie de rattraper son erreur maintenant. Et par conséquent plus l’envie de peindre. Par contre, il va falloir que je m’occupe d’elle. Qu’elle retienne que me déranger n’est pas la meilleure des solutions.

Mais puisque tu n’es pas parvenu à faire ce que je t’ai demandé, je vais m’occuper de toi à ma manière.



Je réfléchis à ce que je pourrais lui faire. Elle ne me semble pas provocatrice puisque sa faute lui a provoqué ce qui parait être des remords. Par contre, elle est d’une maladresse terrible. Et même si je pourrais lui apprendre à être moins pathétique à ce niveau, ce point là risque de m’agacer très rapidement. Déjà que…
Que vais-je donc faire de toi, ma belle ?
Un sourire vient lentement étirer mes lèvres.


Finalement tu ne tombes pas si mal que ça…



Mes yeux la regardent longuement de la tête au pied. Je la juge. Je ne me gêne pas pour ça. De toute façon, je ne me gêne pas pour grand chose.
Mon sourire s’élargit un peu plus.


J’ai besoin d’un nouvel esclave.



Je l’observe d’un oeil satisfait.

Et tu serais parfaite pour.



Quelle bonne source de distraction. Je m’approche tout près d’elle et vient retirer le masque pour le reprendre.

Tu n’as pas le choix puisque tu n’as pas rattrapé le tableau. Et qu’il te faut une manière de te rattraper.



C’est parfait pour elle. J’ai trouvé un moyen de la rendre utile. Du moins je l’espère. En tout cas pour qu’elle le soit réellement, il va donc falloir que je lui apprenne à être moins maladroite.
Ma tête désigne d’un mouvement la toile


Plis moi la bâche qui protège le sol. Après l’avoir nettoyé, évidemment.



Et j’irais la ranger. Pas question qu’elle est l’occasion d’apercevoir ce qui compose mon arrière-salle. De toute façon, je ne lui demande rien de compliqué. Elle ne peut que le réaliser correctement, non ?

Chopin chipota pour chopper son chat mais Chocolat s’échappa. “Pauvre chopin” chuchota l’autre pacha ~



Dernière édition par Adam Cooper le Mer 26 Aoû 2015, 08:52, édité 1 fois

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: Va faire mon café (PV Yumie)

Message par Yumie le Lun 24 Aoû 2015, 23:55

Mr Cooper soupire, exaspéré. Je me mords la lèvre, honteuse. Il commence à reprocher mon attitude, bien sur que non je ne manquerais pas de respect à un professeur ! Puis ensuite, il me rabaisse. Mince, je suis donc vraiment un cas désespéré ? Quand un professeur dit cela, ton ego est détruit. Cependant, je suis sur que je peux faire quelque chose, ce n'est pas pour rien que j'ai choisi cette matière au lieu de la musique. Il faut juste que j'exploite mon potentiel certain. Après tout, le professeur est sur les nerfs, il ne pense pas vraiment ce qu'il dit non ? Par la suite, il se demande à voix haute ce qu'il va faire de moi. Honnêtement, je suis curieuse, mais surtout apeurée. Je triture nerveusement mes doigts pendant que Mr Cooper semble réfléchir à mon sort. Soudainement, il esquisse un sourire. Il me dévisage entièrement du regard, ce qui n'est pas très agréable. Je me crispe.

« J'ai besoin d'un nouvel esclave. »

Je sursaute. Je m'apprête à pousser un cri surpris mais je m'abstiens, je préfère ne pas broncher face à un professeur comme ça. Je couine. ESCLAVE ?! Est-il sérieux ? Mr Cooper aurait pu se contenter de dire : « J'ai besoin de quelqu'un qui puisse m'aider dans mes corvées », mais non, « esclave ». Est-ce qu'employer ce mot est vraiment volontaire ? Je déglutis, encore plus mal à l'aise qu'avant. Je veux partir, vraiment. Je veux revenir dans mon dortoir fantôme et venir le hanter dans ses rêves pour ainsi inverser les rôles. Cela serait un délice, mais je ne peux manquer de respect à un homme aussi admirable. Je suis décidément prise au piège. Après s'être dit que je serai sa soumise parfaite, il s'approche un peu trop près de moi, montrant à quel point il l'est imposant et que je ne peux le défier. Je ferme les yeux, ne m'attendant pas à ce qu'il m'enlève le masque. Mr Cooper a, quand bien même, raison. C'est moi qui ai gâché sa peinture donc je dois en payer les conséquences. Je vais les assumer, il ne devrait pas y avoir de problème. Je hoche alors de la tête, m'abandonnant à mon malheureux destin. Mon enseignant point de son nez l’œuvre souillé. Je suis sa direction.

« Plis moi la bâche qui protège le sol. Après l’avoir nettoyé, évidemment. »

Sans dire le contredire, je m’exécute. Je m'approche cette fois doucement de la toile, l'analysant. La bâche est recouvert de peinture. Attendez. Mais c'est impossible de la nettoyer, et puis, c'est quelque chose qui se jette, pas qui se lave. Je pousse un soupire désespéré, me dirigeant vers les lavabos pour me procurer d'une petite éponge. Je vais en avoir pour des heures et des heures. A quoi bon se plaindre, à un moment, mon professeur me laissera partir à la nuit tombée, ou quand il sera assez satisfait ou qu'il sera lassé ou qu'il aura un minimum de compassion. Il n'y a que du savon à ma disposition. Sans réfléchir d'avantage, je mousse mon éponge, l’essor, et reviens vers la protection. Je crains avoir oubliée quelque chose qui le met en colère, mais peu importe, l'importance, c'est que je nettoie ce truc et au plus vite. Malheureusement, c'est immense et tâché, je suis abattue et peu encouragé.

Finalement, je me mets accroupie, commençant à frotter sans trop hésiter. Malheureusement, la peinture s'imprègne trop vite dans l'éponge, je suis obligée de revenir à chaque fois au lavabo donc, sans plus attendre, je récupère dans les larges étagères du bas un saut que je remplis d'eau. Cela sera déjà beaucoup mieux. Je reviens ensuite sans en renverser partout -je ne suis pas non plus une gamine complètement niaise- et dépose par terre pour continuer mon long et fatiguant nettoyage. Je me met finalement à quatre pattes par terre, insistant un peu plus sur les tâches. Il a intérêt d'être satisfait, je me donne du mal, même si je l'ai sûrement mérité.


avatar
Yumie

Fiche perso'
Infos:
Où me trouver:
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Va faire mon café (PV Yumie)

Message par Invité le Mer 26 Aoû 2015, 06:40

« Adam Cooper. »

(PV Mlle Denarbonne)


Musique (marchait pas avec l'aut' méthode):



Que c’est amusant. Je n’aurais pas imaginé que cette gamine fasse ce que je lui demande sans broncher. Elle n’a pas même protester. Voyons jusqu’où je peux aller. J’attrape une chaise et m’assied à l’envers dessus. Ma tête se pose sur le dossier alors qu’un sourire joueur se dessine sur mes lèvres. Je sens que je vais m’amuser. Dans ce genre de situation, je sais être patient. C’est bien les seules fois ou cela m’arrive. J’observe la belle travailler à quatre pattes et sans relâche sur la tâche que je lui ai confié. Dix minutes… Puis vingt… Puis trente. Le temps passe et elle ne dit toujours rien. Elle execute sans contester. C’est fou à quel point c’est agréable. Je vais pouvoir profiter de sa soumission naturelle.
Je finis par m’étirer longuement.


C’est bon tu peux arrêter.



Évidemment la bâche est encore couverte de peinture. D’ailleurs je ne pense pas la réutiliser de nouveau. Ma voix prend un ton légèrement ronronnant pour s’adresser à elle.

Va la jeter. Elle ne me servira à rien.



La pauvre petite. J’imagine sa frustration.
Je l’observe longuement. Je me demande comment je pourrais me servir d’elle.


J’ai faim.



Je me lève et range la chaise à sa place.

On va aller manger. Je t’expliquerais comment tu finiras de rattraper ton erreur.



Mon sourire continue de roder sur mes lèvres. Je penche légèrement la tête en la fixant.

Tu ne pensais tout de même pas que cette tâche aurait suffi, mh ?



A vrai dire, je pensais à l’utiliser pendant bien plus longtemps. Elle obéit sans rien dire. Et ça, c’est vraiment utile.
Je l’attrape par le poignet et le tire jusqu’au lavabo de la classe. J’amène ses deux mains sous l’eau chaude et lui nettoie le mélange de savon et de peinture. Un torchon traine sur le petit meuble d’à côté. Je le prends et sèche ses mains avec.


Allons-y. J’espère que tu n’avais rien de prévu. Sinon, annule.



Je l’observe un instant puis tilt qu’elle n’aura pas forcément de voiture pour rentrer à l’académie par la suite.

Tu dormiras sans doute dans ma chambre d’ami. Il risque de ne plus avoir de bus ou métro à cette heure là.



Dans quoi est-ce que je m’embarque ? Il semblerait que j’ai envie de m’amuser un peu avec cette petite. La pauvre, elle va devoir subir mes humeurs et mes envies. De toute façon, elle n’avait pas l’air contre m’obéir.

Chopin chipota pour chopper son chat mais Chocolat s’échappa. “Pauvre chopin” chuchota l’autre pacha ~


Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: Va faire mon café (PV Yumie)

Message par Yumie le Jeu 27 Aoû 2015, 03:56

Je n'en peux plus. Je beau frotter, gratter comme je peux, hélas, je n'en suis même pas au quart. C'est toujours aussi sale, ces trucs ne sont pas fait pour être lavés, tout ce que je fais est une perte de temps phénoménal. Mais je n'ai pas le choix. C'est mon professeur, je ne peux pas le contredire, sachant que je suis en tort. Finalement, mon supplice peut enfin s'arrêter. Je souffle, complètement soulagée. Je me relève un peu, me mettant accroupi en constatant la bâche encore pleines de tâches.

« M-merci monsieur Cooper.

- Va la jeter. Elle ne me servira à rien. »

Évidemment. Mon regard semble désespéré, mais je ne peux pas contredire son ordre. Alors je fais, sans chipoter, espérant qu'il me laisse enfin libre. Alors, je retire délicatement cette protection, commençant à l'enrouler. Jusqu'à ce que mon professeur s'exclame : il a faim. Non, je dois aussi lui payer à manger ? Je n'ai aucun sous pour cela, et je ne traînerai pas dans les rues pour combler l'appétit de monsieur.

« On va aller manger. Je t’expliquerais comment tu finiras de rattraper ton erreur. »

Je lève mon regard vers lui, les yeux innocemment interloqués. Où veut-il m'amener ? Au réfectoire ? J'ai le droit de manger avec un professeur ? Tout cela me semble assez louche. Puis, mon professeur d'art esquisse un sourire, me fixant intensément.

« Tu ne pensais tout de même pas que cette tâche aurait suffi, mh ? »

Si j'étais un chat ou un chien, mes oreilles se seraient couchées comme dépitée. J'en aurai donc d'autres ? Mais il commence à faire nuit, pourquoi ne pas reprendre plus tard ? Je m'apprête à le questionner mais celui-ci attrape brutalement mes petites mains frêles pour les laver sous l'eau à la bonne température. Je me laisse faire, remarquant à quel point il n'est pas très doux dans ses gestes. Je me demande comment il serait avec ses enfants, simple question. Osera-t-il les exploiter comme avec moi ? Les maltraitera-t-il ? J'espère, si jamais il lui arrive d'avoir des enfants, de ne jamais les traiter ainsi. Ou alors, il faudrait la mère la plus douce du monde pour compenser, parce que ces gosses là vont devenir de futurs serial-killers. Pour une fois, je me dis que j'ai de la chance d'avoir un papa fragile et soumis. Enfin, il sèche mes mains.

Il me demande si je n'ai rien d'autre à faire. Non, mais je n'ai pas demandé ce genre de cours supplémentaires, je devrais pas tarder à aller à mon dortoir là. Puis, il me regarde un instant. A quoi peut-il songer ? Oh non, j'espère pas qu'il pense à me faire ce genre de chose, qu'il va me kidnapper et me faire dormir chez lui.

« Tu dormiras sans doute dans ma chambre d’ami. Il risque de ne plus avoir de bus ou métro à cette heure là. »

JE SURSAUTE. COMPLOT JUDÉOMASSONIQUE REPTILIEN. C'EST MARC DUTROUX DEGUISÉ EN BODY-BUILDER TENEBREUX ?

Non, ce n'est pas drôle, je panique vraiment. Je gémis à ces paroles. Non, franchement, je n'arrive plus à respirer et je tremblote de peur, je ne veux pas me faire violer, ni tuer, ni démembrée ni rien de tout cela. Tout ce que je veux, c'est rattraper mes cours d'arts plastiques, et de développer ma sensibilité et ma critique, je ne veux pas servir un psychopathe ! Je tire alors, montrant que je n'ai pas envie de le suivre, craignant les pires choses qui puissent m'arrive. Ma voix grelotte.

« M-m-mais, m-monsieur, c-c'est interdit ! Je ne peux pas dormir chez vous j-je … N-non pitié ne me faîtes pas mal, je vous promets de rattraper ma bêtise m-mais … Laissez moi retourner à mon dortoir, j-je reviendrais vous revoir demain ! »

Mon autre main vient désespérément agripper son poignet pour l'arrêter. Puis, je pense à mon pouvoir. Je pense pouvoir le menacer, mais je pourrai aussi, si je dors chez lui, lui montrer à quel point je ne suis pas cette pathétique gamine soumise qui le supplie en pleurant. Cette idée m'excite. Donc, devrais-je accepter ce qu'il m'arrive ? Non, parce que ce n'est pas légale. Cependant, je vais jouer sur la carte offensive, mais je n'inciterai pas, il aura tout ce qu'il mérite.  

« V-vous allez le regretter si je dors chez vous. Je pourrai vous faire passer les pires nuits de votre vie. »

J'espère qu'il prendra au sérieux les paroles d'une petite fille aux bords des larmes qui ose menacer son supérieur. J'ai déjà quelques remords.


avatar
Yumie

Fiche perso'
Infos:
Où me trouver:
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Va faire mon café (PV Yumie)

Message par Invité le Dim 30 Aoû 2015, 21:10

« Adam Cooper. »

(PV Mlle Denarbonne)


                Musique (marchait pas avec l'aut' méthode):



La petite a peur. C’est tellement plaisant. Je me délecte de chacun de ces petits signes caractéristiques de l’émotion en question. La respiration, les tremblements, les gémissements. C’est si beau à voir. Et si simple à produire. Sa voix est tellement faible. Bon dieu, j’ai trouvé la fille parfaite à torturer. Je jubile. Je vais m’amuser.

Je me fous de ce qui est interdis ou non. Je fais mes propres lois. Et tu dormiras chez moi. Je ne te laisse pas le choix.



Je regarde cette gamine si paniquée, si impuissante face à moi. Je crois comprendre de quoi elle a peur.

Je ne te violerais pas.



Un sourire vient se dessiner sur mes lèvres.

Ca, c’est réservé à une personne bien plus importante que toi. Par contre, si tu ne fais pas ce que je demande, je te ferais du mal. Ou si tu te révoltes, me provoques…



Elle me menace. Avec sa toute petite voix, ses yeux larmoyant, son corps frêle, elle me menace. J’éclate de rire. C’est tellement pathétique.  Ma main vient gifler sa joue dans un claquement sec. Mes yeux se posent sur elle, froid et dépourvu de sentiment. Je ressemble vraiment à un monstre.

…ou encore, si tu ne me menaces.



Je redresse doucement sa tête pour la forcer à me regarder.

Mais si tu te comportes bien, je veux bien t’enseigner tout ce que tu veux sur l’Art. J’accepte d’être ton mentor. Je sais être patient si on fait ce que je demande.



Et extrêmement violent, dans le cas contraire. Mais ça, je ne lui précise pas. J’imagine qu’elle l’a déjà compris. En fait, l’idée d’avoir une apprentie me plait bien. Il y a une réelle raison pour laquelle je suis devenu prof d’Art. Une raison autre que la possibilité de torturer mes élèves. Même si cela peut être étonnant, je suis un vrai fan d’Art. Et devoir l’apprendre à des gamins endormis, inintéressés et inintéressant, cela à tendance à me mettre hors de moi. Hors, malgré les très nombreux défauts de maladresse, de manque de sens artistique et j’en passe de cette petite, elle avait tout de même le mérite de s’intéresser à la matière. Je pense que cela pourrait me suffire si elle reste disciplinée.

Mais rien n’est fait. Et pour le moment, je pense que sa première pensée, c’est de partir très loin de moi. Et si elle reste bloquée sur cette pensée, alors je profiterais juste d’une journée pour m’amuser un peu avec sa souffrance et ses terreurs. Programme tout aussi réjouissant quoique plus traditionnel.


Chopin chipota pour chopper son chat mais Chocolat s’échappa. “Pauvre chopin” chuchota l’autre pacha ~


Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: Va faire mon café (PV Yumie)

Message par Yumie le Mer 23 Déc 2015, 05:17

Mon professeur tente de me rassurer sa manière. Sauf qu'en fait je prends de plus en plus peur et je ne rêve qu'à l'abattre. Son sourire s'élargit lorsqu'il me dit qu'une autre personne est destinée à subir ce que je crains le plus. Mes yeux s'écarquillent. L'enfoiré, mon professeur est capable de faire de tels immondices ? Je le crains de plus en plus. Si il est capable de violer une personne, il est capable de tout, même le meurtre. Si je ne suis pas immobilisé par l'effroi, j'aurai grogné et je me serai débattue comme je peux pour m'enfuir. Or là, je me contente de contempler le monstre qu'il est. Puis, mon enseignant me gifle. Je ne m'y ai pas attendu, je gémis de surprise et de mal. Ma main libre vient se frotter contre ma joue rouge. Je pleure de l’œil et je grimace.

« ...ou encore, si tu ne me menaces. »

Il manipule ma tête pour que mon regard soit bien axé sur le sien.

« Mais si tu te comportes bien, je veux bien t’enseigner tout ce que tu veux sur l’Art. J’accepte d’être ton mentor. Je sais être patient si on fait ce que je demande. »

Je lui promets la plus douce des nuits. Faire pleurer une pauvre petite fille sans défense, quelle cruauté. Encore heureux qu'il ne me touche pas bizarrement. Malheureusement, je suis obligée de céder. Par la peur oui, mais aussi par l'excitation, mon désir de petite vengeance. De toute façon, je ne suis pas en tort dans l'histoire, excepté le fait que je l'ai dérangé mais c'était à propos de son travail. Je devrais ne plus rien risquer. A part les coups, mais dans ces cas-là, j'en profiterai pour appeler l'Académie ou la police, mon enseignant ne devrait même pas lever la main sur moi.

Alors, les larmes coulant doucement sur mes joues, je hoche de la tête toute tremblotante. Je suis prise au piège, je vais devoir servir un monstre qui ne m'apprend même pas ce que je souhaite approfondir et connaître. Quelques mots parviennent à se glisser entre mes dents.

« O-oui monsieur ... »

Je déglutis et songe à ce que je pourrai lui faire cette nuit. J'espère qu'en quittant l'Académie, le personnel ou même le directeur aperçoit Mr Cooper kidnapper une pauvre petite élève. Cependant, je prends quand même note que si je me soumets un peu, je pourrai apprendre un peu la matière que je souhaite. On dit qu'il est un bon professeur, et son autorité nous motive, d'une certaine façon, à apprendre. Raison de plus pour céder à ses caprices.

Alors, je réussis à me convaincre moi-même d'accepter toutes ces contraintes. Je prends le temps de souffler et de me calmer. Je songe à ma vengeance et à mon apprentissage, qui me motive à m'humilier pour cet homme. Alors, je vais la jouer soumise.

Mes larmes cessent de couler et mon pouls se ralentit comme il peut. Je sèche de mon autre main mes larmes et je baisse le regard, vaincue.

« Bien alors, je vous suis. Que faisons-nous alors ? »


avatar
Yumie

Fiche perso'
Infos:
Où me trouver:
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Va faire mon café (PV Yumie)

Message par Invité le Mer 23 Déc 2015, 18:27


« Adam Cooper. »

(PV Mlle Denarbonne)


Musique (marchait pas avec l'aut' méthode):



Elle se soumet. C’est parfait. C’est bien ma petite, tu as pris la meilleure solution. Tu n’es pas aussi idiote que je le pensais. Bien qu’à mon avis, la peur parle pour toi. Après tout, on ne peut pas aller contre son instinct de survie. Je me cale contre le meuble derrière moi en l’observant. Cette petite chose semble toute perturbée. Je suis un être généreux, je vais lui laisser quelques instants pour se remettre. Je n’aimerais pas qu’elle claque dès le premier jour.
Elle semble finalement reprendre suffisamment ses esprits pour de nouveau aborder la discussion.


Bien alors, je vous suis. Que faisons-nous alors ?



Je réfléchis longuement. Que vais-je faire de cette gamine, maintenant ? Elle n’a pas été trop capricieuse quant à mes demandes. Je pense qu’il serait normal de la récompenser pour ça. Si je lui montre que sa soumission ne sera pas chose vaine, elle y viendra plus facilement.

Tu as un bon comportement. Et je te l’ais dis, si tu fais ce que je te demande, je t’apprendrais ce que tu veux. On va donc commencer par aller dans mon atelier. Je veux voir ton niveau.



Je prends mes affaires. De toute manière, l’œuvre que je commençais est foutu. D’ailleurs si elle fait une erreur comme celle-ci, je ne suis pas certain de la rendre vivante à l’académie.

J’espère que tu n’es pas fatigué, ça risque de durée assez longtemps.



J’espère surtout qu’elle est suffisamment forte mentalement. Je ne suis pas vraiment un tendre. Je serais son mentor même si elle est mauvaise. La seule chose est que je sais déjà que je vais la pousser à bout quoiqu’il arrive. De toute manière, son sort est déjà sceller avec la toile qu’elle m’a bousillé. Je ne lui laisse donc pas le choix.

Allons-y. Je te cuisinerais quelque chose si tu as faim pendant la séance.



A moins que cette séance se tourne de manière à ce que je la punisse. Enfin, nous en sommes pas là et heureusement pour elle.
Je la pousse doucement en direction de la sortie et ferme la porte à clé. En commençant à marcher, je pose mes yeux sur elle.


Dis en moi un peu plus sur toi. Pourquoi tu as voulu faire des cours d’Art, qu’est-ce que tu aimes, qu’est-ce que tu détestes… quel est ton pouvoir, ce genre de chose.



C’est important que je sache avant de commencer quoique ce soit. Je ne veux pas tomber sur n’importe qui.

Mais si tu te comportes bien, je veux bien t’enseigner tout ce que tu veux sur l’Art. J’accepte d’être ton mentor. Je sais être patient si on fait ce que je demande.



Chopin chipota pour chopper son chat mais Chocolat s’échappa. “Pauvre chopin” chuchota l’autre pacha ~



Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: Va faire mon café (PV Yumie)

Message par Yumie le Mer 23 Déc 2015, 21:39

Mr. Cooper félicite mon comportement. Je suis étrangement soulagée et satisfaite. Il me parle alors de mon niveau en Art, oui, je devrais me concentrer de nouveau sur mon objectif premier : m'améliorer dans la matière artistique afin d'élargir mon esprit, mon imagination et ma vision, histoire de faire des rêves qui risquent d'être beaucoup plus intéressant. L'Art est aussi quelque chose qui me fascine, et j'aimerai pouvoir tâter ce concept d'un peu plus prêt en l'employant moi-même. Elle fait aussi partie de mes matières, je me dois d'être douée si je veux gagner des points cadeaux, et avec ce professeur, c'est loin d'être gagné. Encore heureux que je sois téméraire et de bonne foi, surtout après ce qu'il m'a fait.

Puis, mon professeur attrape ses affaires alors je fais de même. Apparemment, je vais plutôt souffrir, mais je crois avoir déjà assez vu pour juger que ma soirée ne va pas être de tout repos, malheureusement. Suite après cela, nous quittons la seule. Et quel privilège de pouvoir déguster à un repas de Mr. Cooper ! A vrai dire, j'en ai déjà l'eau à la bouche, n'ayant pas mangé depuis ce midi.

Fermant la salle, nous marchons à présent en direction de l'extérieur. Combien de temps ne suis-je pas sortie de l'Académie ? Un bon moment ! Il me semble que que la dernière fois, c'est avec la petite Rubis, Eri me semble-t-il. En fait, ce n'est pas comme si ça date du mois dernier, mais être accompagné d'un supérieur, la vision des choses semble complètement différente. J'ai l'impression, en fait, de m'immiscer dans la vie d'un adulte, un monde dépourvu de pureté et rempli de lassitude. Un univers qui n'est pas de mon goût, même si il m'arrive d'apprécier cette sensation d'être mature. Puis, mon professeur artistique entame un interrogatoire. Il est l'heure du mensonge. Mon air est calme et naturel. Je suis plutôt bonne menteuse quand je suis déterminée à cacher une vérité et quand je suis convaincue à mon bobard. Fixant ma route, je lui réponds beaucoup plus apaisée qu'avant.

« Eh bien … Je veux apprendre l'Art. Ça peut paraître vague, mais, je veux dire, je veux me sensibiliser à certaines choses que la vie peut offrir, développer mon imagination et j'en passe. Ce que j'aime, hum ... »

Non, je ne cherche pas à fabuler, j'ai vraiment un trou de mémoire. Qu'est-ce que j'aime en fait ?
Je pose le dos de mon index sur mes lèvres, le regard au sol. Je suis plutôt perturbée : je ne trouve plus ce que j'aime.

« J'aime ... »

Un sentiment de vide se fait sentir à l'intérieur de moi. Peu de chose me vienne à l'esprit. En réalité, tout ce que j'aime c'est de façon ambigu et pas très passionnel. Puis, l'image du corps d'une jeune fille me vient en tête. Mes joues rougissent et un sourire amusé et timide se dessine sur mon visage angélique.

« ... Les filles ? »

Je souffle et secoue ma tête. Peut-être est-ce vrai, mais mon orientation sexuel, on s'en fiche concrètement parce que je ne sais même pas vers où elle me mène. Je me reprends, détendue.

« Disons que je n'aime pas tant de chose que ça. J'aime bien les défis et le calme. Le lait à la fraise. Les aventures aussi. »

Je pense à beaucoup de chose en disant cela. Un nouveau sourire espiègle vient ré-éclaircir ma mine.

« Et je n'aime ni ma grand mère, ni que l'on me manque de respect. Je déteste les cauchemars. »

J'en conclu que je suis un personnage vide de l'intérieur. Ou presque, je dirais que ma personnalité dans les rêves est beaucoup plus pertinente que celle que j'expose dans le vrai monde. Je ne sais pas si je dois me représenter en tant que mon personnage onirique, mais je mélange de plus en plus ces deux personnalités de toute façon. Qu'importe, qu'est-ce que ça peut apporter à Mr. Cooper ? Il va oublier ces informations dans quelques jours.

« Et sinon, je peux voir dans l'avenir d'autrui, mais mon pouvoir n'est pas très développé, faible comme je suis. »

Ceci est sorti de la façon la plus spontané qu'il soit, cela me semble assez crédible, je suis plus ou moins convaincu. Et puis, les rêves, c'est comme si l'on peut voir de façon très abstraite le futur, sauf si je décide d'y mettre mon grain de sel.

Puis, mon professeur m’avertis qu'il faut que je me comporte bien si je veux que le travail soit efficace. Je vais tâcher de me tenir à carreau, sauf si il s'avise à abuser de mon obéissance, une fois de plus.


avatar
Yumie

Fiche perso'
Infos:
Où me trouver:
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Va faire mon café (PV Yumie)

Message par Invité le Ven 25 Déc 2015, 21:38

« Adam Cooper. »

(PV Mlle Denarbonne)


Musique (marchait pas avec l'aut' méthode):



J’enregistre la moindre information sur elle. Ça pourrait toujours me servir. En ce qui concerne la première question, sa réponse me plait bien. Découvrir ce que la vie a à offrir. Elle a bien raison. L’art apporte beaucoup de chose. Chaque artiste peut apporter sa vision du monde. Il n’y a pas de bonnes ou de mauvaises choses. Même si on est différent, tout le monde est accepté dans l’univers de l’art.
Il n’empêche que cette gamine reste étrange. Elle me donne l’impression de ne pas se connaître. Mes questions sont simples pourtant. Mais elle peine à y répondre. Elle aime les filles, le lait à la fraise, les défis, le calme, les aventures… A part son orientation, je n’apprends pas grand-chose avec ça. C’est plutôt vague. Peu précis.
En fait, en y réfléchissant bien, la question me semble plus compliquée finalement. C’est vrai, si on me l’avait posé je ne suis pas sûr que j’aurais pu y répondre. Qu’est-ce que j’aime… Bob l’éponge, ça c’est sûr. Le Danemark et l’art aussi. Et le chocolat. Bordel, je crois que je ne pourrais jamais me passer de chocolat. Sous toutes ses textures, toutes ses formes, c’est la chose la plus délicieuse que j’ai gouté jusqu’alors. Je pourrais en manger à chaque repas sans que cela ne puisse me dégouter. Imaginez alors mon bonheur pendant les fêtes de Pâques et de Noël. Oui j’aime vraiment le chocolat.
Ҫa et Juliette.

Tiens, un membre de sa famille qu’elle n’aime pas. C’est déjà plus intéressant. Si j’ai besoin d’information je pourrais toujours aller voir cette grand-mère en faisant un peu de recherche. Si leur relation est houleuse, elle balancera sur sa petite fille sans remords. Elle n’aime pas les cauchemars n’ont plus. Pourquoi le précise-t-elle ? Personne n’aime les cauchemars. En l’observant j’ai l’impression d’avoir à faire à une gamine complètement innocente et insouciante. Elle réfléchit, répond et agit comme une enfant.


Et sinon, je peux voir dans l’avenir d’autrui, mais mon pouvoir n’est pas très développé, faible comme je suis.



Pourquoi se rabaisse-t-elle comme ça ? Ca a le don de m’agacer. J’espère qu’elle n’est pas comme ça dans le domaine artistique. C’est à moi de la rabaisser, pas à elle. Malgré tout, c’est un pouvoir intéressant. Peut-être pourrais-je lui apprendre à le maitriser pour pouvoir me servir d’elle à l’occasion. Ce genre de don peut vraiment devenir puissant avec quelques années de travail.

Tu me feras une démonstration. Ton pouvoir m’intéresse.



On arrive jusqu’à ma voiture. Je reste gentleman en lui ouvrant la portière puis rejoins la place conducteur.

Si je suis ton mentor, je veux que tu viennes à mon atelier une fois par semaine. Il n’y a pas de résultat sans travaille. Moins, ça ne servirait à rien.



Je me rends compte que je n’ai jamais amené quelqu’un à mon atelier. C’en est plutôt perturbant.

Chopin chipota pour chopper son chat mais Chocolat s’échappa. “Pauvre chopin” chuchota l’autre pacha ~



Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: Va faire mon café (PV Yumie)

Message par Yumie le Dim 27 Déc 2015, 22:06

Sans surprise, Mr Adam attend de moi une petite prestation. Je lui envoie un sourire candide et naturel en lui disant du regard qu'il n'y a pas de soucis, et que ça ne me gêne pas.

Le chemin est passé vite, je viens à peine de remarquer que nous sommes dans le parking des professeurs. C'est bien la première fois que je me retrouve là, et je suis un peu nerveuse. Mon cœur tambourine la poitrine, appréhendant grandement de me retrouver seule avec un professeur. Même si ce n'est pas un pédophile et même si il serait gentil, je serai toujours intimidée. En même temps, cela pimente un peu mes journées mornes donc je ne suis pas complètement déçue. Il m'ouvre alors la portière et, sans broncher, je monte. L'odeur est tellement particulier : le cuir et le parfum pour homme me titille les narines. En vérité, l'odeur est très masculine et très adulte, ce qui me met de nouveau mal à l'aise. Je suppose que j'en suis loin d'en avoir fini avec ce sentiment d'embarras.

« Si je suis ton mentor, je veux que tu viennes à mon atelier une fois par semaine. Il n’y a pas de résultat sans travaille. Moins, ça ne servirait à rien. » dit mon professeur en me rejoignant à la place du conducteur.

Perdre une fois par semaine de mon temps ?! Pourquoi se permet-il de me faire des cours particuliers, je veux juste rattraper un peu de mon temps, mais assister à un cour normal me convient parfaitement. Surprise par cette découverte, je ne me tarde pas à réagir par impulsivité.

« Une fois par semaine ? Mais monsieur, je veux juste un peu rattraper de mon temps perdu, je ne pense pas que j'ai besoin de prendre encore plus de cours supplémentaire et je ne veux pas non plus devenir une artiste et-... »

Je ne sais pas si cela rentre en contradiction avec mes intentions de départ, mais comme je l'ai dit, j'ai réagi spontanément. Je prends un peu de recul, me faisant une raison. Je pense qu'il veut mon ''bien'' quelque part, et je l'ai un peu mérité. Je déteste me sentir vaincue comme cela, si j'aurai pu, j'aurai sorti de nouveaux arguments en carton pour le convaincre de me laisser un minimum libre mais le soucis, c'est qu'une fois par semaine, ce n'est absolument rien comparé aux temps libres que j'ai. Malheureusement, je dois me résigner parce que ce qu'il me demande c'est plutôt légitime. Alors, je me replace correctement en fixant la banquette l'air résigné. Dieu sait que je ne supporte pas ce faux regard de chien battu que je peux adopter, mais si cela peut me permettre qu'il ne me gifle pas une nouvelle fois, autant la tirer.

« ... Très bien. »

Je pense me taire et attendre sagement d'arriver à destination avant de pouvoir la rouvrir, histoire de m'adapter à cette seconde vie.


avatar
Yumie

Fiche perso'
Infos:
Où me trouver:
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Va faire mon café (PV Yumie)

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum