« Et merde. » • {PV Adam Cooper & un voyeur} {Terminé}

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

« Et merde. » • {PV Adam Cooper & un voyeur} {Terminé}

Message par Mlle Denarbonne le Mar 18 Aoû 2015, 07:05

Rappel du premier message :

La sonnerie retentit. Le soleil se couche doucement à l'horizon. Les élèves se lèvent et certains disent au revoir à Mlle Denarbonne. D'un sourire serein, elle leur répond avec douceur et gentillesse. Ce dernier cours a été un délice. Les élèves ont été relativement calme. Certes, peu ont participé, mais il n'empêche que la journée de Juliette s'est terminée en douceur.

Depuis ce fameux dîner, la française a été relativement absente. Ses cours ont étés mous et peu travaillés. Cependant, elle s'est récemment repris en main, essayant d'oublier ces moments atroces et cet homme. Finalement, tout se passe très bien, Juliette est plus passionnée que jamais, et elle a ses quelques chouchous, tels qu'Allan B. Hallen et Néphélie qui viennent à ses cours et qui se portent plus que correctement. L'enseignante se prend au fur et à mesure d'affection envers tout ces élèves tous aussi excentrique les uns que les autres. Cela lui fait tellement du bien de travailler dans un établissement où des élèves restent un minimum sages, participent, se passionnent et apprennent.

Alors que la professeure range tranquillement sa paperasse, celle-ci se stoppe. Elle repense alors à ses anciens établissements, son ancienne vie si misérable. Allez au travail en prenant le métro, se faire harceler par des chauds-lapins, vivre avec un salaire misérable pour finalement, se faire insulter et nier dans une classe ingérable. Juliette verse une larme. L'Angleterre n'est pas si mal après tout. La femme soupire de soulagement avant de continuer à remballer ses affaires et à effacer le tableau lentement.

Cette journée est l'un des rares cours sans déguisement. En effet, Juliette vient à peine de sortir de son traumatisme, ayant eu une soudaine perte de confiance en elle, elle n'a pas osé. Alors, aujourd'hui sera sa tenue habituelle : long gilet laineux, tunique jaunâtre, leggings mauve à pois et talons hauts. Sans oublier ses nouvelles lunettes, quelle chance qu'elle ai retrouvé une nouvelle monture semblable à l'ancienne ! Juliette se sent tellement mieux. Une semaine sans lui, que c'est revigorant ! Pour le peu de fois qu'elle est revenue dans l'établissement, elle a eu de la chance de ne pas l'avoir croisé. Enfin de compte, depuis son départ de chez lui, la française souhaite ne jamais le revoir. Tout va tellement mieux maintenant, après tout, ce dîner n'a jamais existé. En effet, Juliette tente tant bien que de mal d'oublier ce cauchemar. Il n'y a jamais eu de repas. Adam n'est jamais venue à l'Académie Tsuki. Juliette est toujours vierge.

Enfin, la pucelle prend son sac et son livre dans la main, laissant seulement un petit pot de crayon et une paire de ciseaux sur le bureau. Elle s’apprête à quitter la salle. Il est tant maintenant de nourrir le chat, pauvre chose, ce gros tas doit tellement avoir la dalle.


Dernière édition par Mlle Denarbonne le Lun 31 Aoû 2015, 02:41, édité 1 fois



« "Yolo." susurre Robespierre à St Just. »
avatar
Mlle Denarbonne

Fiche perso'
Idéologie Dominante: 2
Niveau: 0
Exp:
100/100  (100/100)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas


Re: « Et merde. » • {PV Adam Cooper & un voyeur} {Terminé}

Message par Mlle Denarbonne le Lun 24 Aoû 2015, 15:18

Juliette ferme les yeux, s'attendant au pire. Et elle a bien raison. Adam lui prend les joues avec une délicatesse anormale, plantant son regard apaisé dans celui de sa victime. Il la laisse respirer, quel soulagement. Juliette soupire profondément comme rassurée et reconnaissante. C'est une démonstration de faible mais peu lui importe. Un petite sourire rassurée illumine son visage pendant qu'Adam lui touche les cheveux. Il a une condition. Évidemment. Juliette lève les yeux vers lui alors qu'il lui dévore les lèvres. Posant ses mains sur les siennes, l'enseignante se délecte de ce moment qui ne se reproduira sans doute jamais. Recevoir de telles tendresses de la part d'un homme aussi violent et aussi irrésistible n'est pas donné à tout le monde. Alors, pour une fois, Juliette se laisse faire, complètement. A cause de ces merdes Juliette va être encore plus sensible aux avances d'Adam. Mais la professeure reste ferme sur certaines décisions, elle se permet juste un break. Finalement, il vient à son oreille pour lui souffler ses quelques mots qui ne laisseront pas Juliette indifférente.

Adam : « Reviens dormir chez cette nuit…

Juliette (dans sa tête) : « QUOOIIIII?!! »

A cette requête, la trentenaire sursaute et se recule brièvement. Il y croit ? Sérieusement ? Juliette a envie de ricaner de la tentative désespérée d'Adam. Cependant, elle ne dit rien, il ne semble pas avoir finit son essai. Si elle peut bénéficier de quelques romantiques caresses, Juliette peut attendre avant de catégoriquement refuser. Son violeur lui fait la promesse de ne pas lui faire de mal. Il s'est prit pour un homme politique ou quoi ? Si Adam n'est pas venu s'approcher d'elle pour lui souffler doucement dans ses cheveux, elle l'aurait forcément éclaté de rire malgré elle. La professeure s'abstient en profitant qu'Adam ne la frappe pas pour une fois. Rester simplement avec elle ? Foutre cul, il la fait hésiter. Rester simplement avec Juliette ? Cette dernière a du mal à y croire mais commence à douter sur son choix. De plus, le professeur semble un peu plus sincère. C'est un miracle qu'il arrive à la remettre en question pour une telle proposition.

Adam : « Je te laisserais souffler. Je serais celui que tu veux que je sois. Ce n’est pas si compliqué, j’en suis capable… »

Non. Juste, non. Enfin presque. Il tente beaucoup trop Juliette. La française sait bien qu'il ne peut pas changer, il l'a dit lui même. Et puis, la femme ne veut pas que ce soit un jeu d'acteur. Et puis, Juliette ne peut absolument plus revenir dans son antre. Rien qu'en y pensant, sa peur et sa douleur lui revient. Rien que de rentrer dans l'appartement lui referai déclencher sa phobie. Adam a réussi à la tenter. Mais pas à signer. Juliette a choisi la voix de la raison, et sans Jeanne d'Arc cette fois-ci. Cependant, la demoiselle est perturbée, son rire la trahi, même si elle est vraiment amusée par le désespoir d'Adam. Elle se retire finalement de lui, un rictus chamboulé aux lèvres.

Juliette : « Adam, tu penses vraiment je vais accepter ? C'est vexant, je ne suis pas aussi naïve et sotte. »

La patriote remet correctement son gilet avant de continuer.

Juliette : « Je ne remettrai plus jamais un pied chez toi. Pas après ce que tu m'as fais. Même si c'est pour être aux petits soins avec moi. »

Finalement, la trentenaire se dirige vers son bureau pour récupérer ses lunettes. Une chance qu'elles ne soient pas de nouveau brisées. Juliette les essuie et les pose sur son nez.

Juliette : « En plus, on m'attend à la maison, je n'ai pas de temps à perdre avec toi. »



« "Yolo." susurre Robespierre à St Just. »
avatar
Mlle Denarbonne

Fiche perso'
Idéologie Dominante: 2
Niveau: 0
Exp:
100/100  (100/100)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: « Et merde. » • {PV Adam Cooper & un voyeur} {Terminé}

Message par Invité le Mer 26 Aoû 2015, 02:35

« Adam Cooper. »

(PV Mlle Denarbonne)




Je l’observe me repousser une fois encore. C’est une femme forte. Difficile à briser. Elle a tellement changé. Je me demande par quel moyen elle y est parvenue. Elle ne fléchit pas. A aucunes de mes tentations. Je me tourne pour suivre son trajet jusqu’au bureau. Mes yeux fixent cette femme que je n’arrive pas à atteindre. Et je dois d’ailleurs l’avouer… La voir ainsi, hors d’atteinte, me la rend encore plus attirante. Mon envie qu’elle soit mienne en est renforcée. Je la veux. Je ferme les yeux, un sourire flottant sur mes lèvres. Elle le sera un jour. J’y parviendrais.

Ne jamais dire “jamais”.



A vrai dire, mes intentions de la séquestrer sont largement diminuées quoiqu’elles n’ont pas entièrement diparues. Disons que je l’utiliserais en dernier recours. Pour l’instant, la seule chose que je souhaite, c’est gagné d’une manière plus noble. L’avoir par les sentiments. Je veux qu’elle ne me quitte pas parce qu’elle le veut et non pas parce que je la force. En tout cas, je resterais sur cette idée pour l’instant.

Les mots qui suivent me laisse figé.


On m’attend à la maison.



Je la fixe, les yeux légèrement agrandis. Reste indifférent Adam, indifférent ! Bordel. Je ne peux pas. Qu’est ce qui me prend ? Pourquoi je me sens si possessif avec elle, bon dieu ! Personne ne doit la toucher. J’avance d’un pas. Pourquoi une foutue distraction me rend ainsi ? Elle est à moi.  J’avance d’un autre pas. Je ne suis pas son mec, elle peut bien aller baiser n’importe qui çe ne me dérange p… Je buterais le premier connard qui ose poser une main sur elle.
Je m’arrête. Mes yeux se ferment. Il faut que je me calme. C’est peut être juste une amie.. Un simple amie qui vient lui rendre visite.
L’image d’un autre homme profitant du corps de ma Juliette me polue l’esprit. Je veux savoir…


On t’attend..?



Comment ne pas paraître trop touché ? Si elle s’en rend compte, elle va prendre confiance en elle. Elle sait déjà la manière dont je ne la supporte pas. ...A vrai dire, elle sait déjà beaucoup trop de chose sur moi.

Qui ça ?



Un ami, une soeur, un frère ? Bon dieu, je t’en pris, donne moi une réponse qui puisse me satisfaire. Je ne suis pas certain de me retenir de venir chez toi si tu me réponds un homme. Je ne suis pas certain de le laisser en vie non plus.
Je pense que mon manque de discrétion a déjà trahi le faite que je ne sois pas totalement indifférent sur la question. Mais des fois.. si je pouvais la fermer..


Un homme ?



...ça m’arrangerait franchement.


Le voleur violé viola le violon violemment après l'avoir volé. ~


Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: « Et merde. » • {PV Adam Cooper & un voyeur} {Terminé}

Message par Mlle Denarbonne le Mer 26 Aoû 2015, 15:11

Après avoir remis correctement ses cheveux cendrés, Juliette peut soudainement entendre la question étrange d'Adam.

Adam : « On t'attend..? »

La trentenaire ne comprend pas tout de suite. Caressant une longue mèche de cheveux, elle se retourne, très interloquée par sa réaction. Et son attitude sur le coup. Il semble relativement différent de ce qu'elle a pu voir auparavant. Ce qu'il dégage est indescriptible mais c'est totalement nouveau. Ce sentiment ne déplaît pas à Juliette, mais l'enseignante ne semble toujours pas le comprendre. Cette dernière hoche la tête.

Adam : « Qui ça ? »

Où veut-il en venir ? Peu importe non ? Qu'est-ce que cela peut bien lui faire ? Ainsi sont les questions de Mlle Denarbonne. Elle ne le comprend toujours pas. La professeure grimace d'incompréhension avant d'appuyer ses mains et ses fesses contre son bureau. Il semble avoir marqué une pause, à quoi peut-il penser ? Heureusement, Juliette va avoir tout de suite sa réponse. Et elle va maintenant comprendre ces drôles de questions.

Adam : « Un homme? »

Il a fallut quelques secondes avant que la française se met à éclater de rire. Elle ne peut pas s'empêcher. Un homme ? Vraiment ? C'est tout bonnement impossible. Pourquoi un homme ? Aucun d'entre eux ne pourra pénétrer dans l'antre de la passionnée d'histoire. Personne. Sauf son chat. Et peut-être Adam qui sait. Juliette ne sait toujours pas pourquoi semble-t-il s'en inquiète, mais elle décide de jouer un peu avec ses nerfs. Quelle masochiste celle-là.

Juliette arrête de rire, retirant une larme d'un coup d'index. Elle croise les bras, le répondant encore un peu hilare.

Juliette : « Ooooh oui, quel homme. Un peu trop masculin d'ailleurs. »

En effet, le chat était jadis un grand chaud-lapin qui n'hésitait pas à fourrer quelques petites chattes des banlieues. Non, il n'y a pas de double-sens, juré. Il fallut, après de nombreuses plaintes, le castrer. Juliette était encore hésitante, c'est assez cruel de retirer ce qu'il y a de plus cher chez un mâle. Nan, en fait, elle n'a pas attendu. Après ses plaintes, Juliette n'a pas hésité une seconde parce qu'il commençait même à pécho sa maîtresse en tentant de faire quelques vulgarités à ses bras et à ses mollets. C'est assez étonnant, d'habitude, ce sont les chiens qui font ça, mais le minou était incroyablement en chaleur. Levant sa tête vers le plafond l'air pensive, la professeure d'histoire-géographie continue de le titiller avec un naturel incroyable.

Juliette : « Ah, il est tellement en chien qu'il a commencé à s'en prendre à moi. »

Un large sourire illumine son visage. Son doigt enfoncé dans sa joue, ses yeux malicieux se tournent vers l'antagoniste.

Juliette : « Il a fallut que je le castre, parce que même lui n'a pas le droit de me toucher. Les hommes, tous les mêmes. »

Enfin, la protagoniste repose sa main sur le bord de la table, s'appuyant nonchalamment dessus. Juliette tourne sa tête vers Adam, plantant son regard amusé dans les siens, gardant ce même sourire malicieux.

Juliette : « Ce n'est rien d'autre que mon chat Adam. Pourquoi tant d’inquiétude? »

Bien que c'est très amusant, Juliette ne semble toujours pas appréhender son attitude. Serait-il en train de montrer son instinct protecteur ? Impossible. Pas avec Juliette Denarbonne.



« "Yolo." susurre Robespierre à St Just. »
avatar
Mlle Denarbonne

Fiche perso'
Idéologie Dominante: 2
Niveau: 0
Exp:
100/100  (100/100)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: « Et merde. » • {PV Adam Cooper & un voyeur} {Terminé}

Message par Invité le Jeu 27 Aoû 2015, 02:34

« Adam Cooper. »

(PV Mlle Denarbonne)




Elle éclate de rire. Je m’y attendais. Quel crétin j’ai été de poser de tel question. Quoique maitnenant que c’est fait, j’aimerais une réponse. Une réponse qui puisse soulagée mon angoisse. Bien sûr, c’est loin d’être le cas.

Ooooh oui, quel homme. Un peu trop masculin d’ailleurs.



Mon visage se décompose. Ca y est. Elle a trouvé quelqu’un d’autre. J’ai détruis la chance que j’avais avec elle. Quels sont ses pensées ? Pourquoi c’est si douloureux ?

Il a commencé à s’en prendre à moi.



Arrête ça. Tu veux me faire souffrir. S’il te plais, épargne moi ces détails. Je ferme doucement les yeux. J’essaye de paraître calme mais à l’intérieur je bouillonne. Je vais le tuer. Découper son entre-jambe pour en faire des knackis et les faire bouffer aux chiens. Trancher ses couilles pour en faire des boules de noël.
Je lâche un juron danois. Je dois me calmer.


Il a fallu que je le castre car même lui n’a pas le droit de me toucher.



Ok, la je me pose sérieusement des questions. Je rouvre les yeux sur elle, sourcils froncés et tout à fait silencieux.
Elle a vraiment fait ça ou…


Ce n’est rien d’autre que mon chat Adam. Pourquoi tant d’inquiètude ?



...elle se fout royalement de moi. Bordel. Je la fixe un long moment, les yeux ronds. Son… chat ? Juste son foutu chat ?
Un sentiment de soulagement mêlé à la colère s’envahit de moi. Soulagé qu’elle n’est persone d’autre que moi. Pas d’autre que moi. Cette sentation me surprend mais elle est bien présente. D’autre part je suis furieux qu’elle s’est ainsi foutu de moi. ...Et aussi car j’ai eu peur de la perdre. Très peur.

Je me fraie un chemin jusqu’à elle. Mon pas est rapide. Je l’attrape par la taille et la tire brusquement vers moi pour l’embrasser. Le soulagement veut passer dire bonjour.
Je m’écarte pour la fusiller du regard.


Idiote, ne me refais jamais ce genre de blague !



La colère veut passer dire bonsoir. Je l’embrasse de nouveau. Durement.
Doux Jésus. Il ne faut pas que je me montre si possessif envers elle. Pourquoi je n’arrive pas à me retenir ? Je cale doucement mon front sur son épaule. Quelle femme dangereuse. Elle me fait perdre contrôle.


Je ne veux pas que d’autre te touche.



J’ai beaucoup de mal à l’expliquer. Comment lui faire comprendre la raison alors que moi même j’ai du mal à faire la part des choses ?


Le voleur violé viola le violon violemment après l'avoir volé. ~


Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: « Et merde. » • {PV Adam Cooper & un voyeur} {Terminé}

Message par Mlle Denarbonne le Jeu 27 Aoû 2015, 03:13

Lorsqu'elle révèle l'identité de la personne, Adam s'avance à pas rapide. Juliette en rit encore, ne sachant pas vraiment qu'il s'apprête à de nouveau la frapper. Elle pouffe de rire, la tête sur le côté et la main sur les lèvres pour se calmer un minimum. Puis, Adam la choppe pour lui mettre une belle gifle. Non. Il l'embrasse. La patriote cesse tout de suite de s'agiter et reste stupéfaite par cet acte. C'est loin d'être normal. S'inquiète-t-il vraiment pour elle ? La française garde les yeux globuleux, ne sachant pas ce qui lui arrive.

Adam : « Idiote, ne me refais jamais ce genre de blague ! »

Alors, c'est bien ça ? Il ne voulait vraiment pas qu'elle ait quelqu'un d'autre ? Il l'embrasse encore. Juliette rougit. Ces baisers sont fermes, mais semble franc. Le cœur de la protagoniste palpite de plus belle. L'adrénaline est présent et ses émotions débordent. C sa …. le vré tamour ? cc celestia

Adam : « Je ne veux pas que d’autre te touche. »

Juliette inspire profondément. Le voilà en posture de faiblesse, posant son front sur l'épaule de la trentenaire. Pour l'avoir perturbé à ce point, il doit beaucoup tenir à elle. Toutes ses théories amenant au fait que Juliette Denarbonne est quelqu'un de spécial pour Adam Cooper embrouille l'ex-vierge mais en même temps, elle se sent extrêmement bien. Alors, elle esquisse un long et fin sourire sur ses lèvres, complètement attendrit. Qu'est-ce qu'il peut être attachant. Juliette savait qu'il n'était pas un monstre pour avoir un minimum d'intérêt pour une femme comme elle. Machinalement, elle passe sa main dans la tignasse ténébreuse de son antagoniste favori. La trentenaire la masse automatiquement, ne sachant pas si c'est pour montrer une certaine supériorité ou parce qu'elle est profondément touchée par la révélation d'Adam. Un long silence s'en suit, puisque Juliette savoure cette petite victoire mais surtout parce qu'elle a décidé de revenir sur son choix. Après quelques minutes, l'enseignante demande son attention.

Juliette (voix suave) : « ...Je veux bien revenir chez toi, si tu le désire autant. »

Elle marque une pause, lâchant finalement sa tête, les bras ballants.

Juliette : « A une seule condition. »

Elle s'éloigne très légèrement pour reprendre sur un ton plus sérieux.

Juliette : « Que je puisse passer chez moi avant. Il me faut un change et des affaires pour demain. »



« "Yolo." susurre Robespierre à St Just. »
avatar
Mlle Denarbonne

Fiche perso'
Idéologie Dominante: 2
Niveau: 0
Exp:
100/100  (100/100)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: « Et merde. » • {PV Adam Cooper & un voyeur} {Terminé}

Message par Invité le Jeu 27 Aoû 2015, 08:45

« Adam Cooper. »

(PV Mlle Denarbonne)




Elle passe sa main dans mes cheveux. C’est agréable. Bien plus agréable que je ne le pensais. Je soupire d’aise, me laissant doucement aller contre elle. Depuis quand je n’ai pas eu de moment tendre avec une femme ? A vrai dire, ce n’est pas vraiment dans mon caractère. Mais comme je l’ai déjà dit, Mlle Denarbonne m’apporte beaucoup de première fois.
Je suis bien là. Je n’ai pas envie de bouger. Mais la demoiselle me demande son attention. Je grogne un peu mais l’écoute tout de même. Peut être qu’à l’avenir, je l’obligerais à m’offrir moments comme celui-là. Je n’arrive pas franchement à comprendre comment nous en sommes arrivés là. Alors que si je l’oblige, je suis sûr d’obtenir ce que je veux. D’ailleurs le changement d’ambiance a été brutale et inattendu. Comment cela est-il arrivé déjà ? Oh c’est vrai. Juste à cause d’une seule et unique phrase. “On m’attend à la maison”. C’est fou comme un malentendu peu complètement changer les choses. Je la torturais délicieusement. Je lui promettais souffrance et douleur. Et avec cette simple petite phrase, avec ces quelques mots, elle a réussi à me faire avouer une partie de mon ressenti. Ressenti que, par ailleurs, j’ignorais moi-même. …Et que, sans doute, je n’arriverais jamais à avouer. Ce n’est pas moi. Comment je pourrais avouer ce genre de chose. Je préfère… faire comme si rien ne c’était passé. Et rien ne s’était dit. Pourtant, ce malentendu va changer plus de choses que je ne l’aurais imaginé.


...Je veux bien revenir chez toi, si tu le désire autant.



Je relève brusquement la tête. Pardon ? Que vient-elle de dire ?

A une seule condition.



Non mon cerveau n’a rien inventé. Elle me propose bel et bien d’aller chez moi. Alors ça… Comme s’est inattendu. Profite-en pour la séquestrer ! Ferme là. Abrutis de conscience. Tu ne veux pas l’avoir à ta disposition ? Profiter d’elle dès que tu le souhaites… Que c’est tentant. Non. Je ne dois pas faire ça… Imagine la peur nourrissante qu’elle peut t’apporter. Et plus personne ne pourra s’approcher d’elle… Oh si je peux. Bien sûr que tu peux. Sa si délicieuse douleur… Tu aimes l’entendre crier. J’adore. Tu ne veux que ça d’elle. Pas sûre. Quel autre chose tu pourrais souhaiter ? De la tendresse ? C’est stupide. Totalement. Mais tu le penses vraiment. Evidemment. Alors tu ne la séquestreras pas. J’hésite. Stockholm, tu connais ? Oh. Ca serait amusant. Très. Pour ? J’hésite. Cette femme te change. Depuis quand tu hésites sur des choses aussi évidente ? Je vais la décevoir. Et la faire souffrir. C’est exacte. Tu as besoin de ça. Plus que jamais. Alors n’hésite pas. Crétin.

Je lève les yeux sur elle. Oh attends… Elle a dit une condition ? Mince alors. Quelle genre de condition cela peut être ? Que je la supplie ? Que je lui promette quelque chose ? Que je lui donne quelque chose ?


Que je puisse passer chez moi avant. Il me faut un change et des affaires pour demain.



Je m’y attendais tellement pas que je glousse doucement.

Le condition me convient.



Je passe mes mains autour de ses hanches, tout sourire.

Je suis heureux que tu es changé d’avis.



En espérant que tu ne le regrettes pas trop.

Allons-y.



Je garde un ton autoritaire, comme j’en ai l’habitude. Par contre, j’adopte un geste dont j’ai bien moins l’habitude. Je lui prends la main. Banal n’est ce pas ? Et bien pas pour moi. Je l’entraine hors de la salle de classe.

C’est quoi ton adresse ?



Ma main est donc dans la sienne, l’autre traîne de ma poche. Qui aurait imaginé qu’à la fin de cette soirée, je me retrouverais chez elle ? Tiens. En réalité, j’ai très hâte de découvrir son antre.

Le voleur violé viola le violon violemment après l'avoir volé. ~


Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: « Et merde. » • {PV Adam Cooper & un voyeur} {Terminé}

Message par Allan "Beat" Hallen le Jeu 27 Aoû 2015, 17:56

♫ Le Chevalier Arc-en-Ciel ♫



Yeah baby yeah

Yo Invité, toi aussi t'es là parce que tu kiffes t'incruster dans les RPs des autres ! T'as bien raison wesh ça troue l'cul d'faire chier l'monde hue hue hue... Bien bien petit thug des familles, on y va !
Pourquoi on est là ? Et bien, pour raconter ce que Allan faisait pendant cette masculine tragédie qui parle de beat, de viol, de sang et de souillure ! Remettons un peu d'fun dans ce putain de RP nul qui parle de cul et de perversion... Putain, les gens qui font ça sur un forum tout public... Aucun respect de la jeunesse et tout ça... Olalala

OUAIS J'SUIS CALME ! On commence donc wesh.

Alors wallah, les cours venait de se terminer et on sortait tous pour aller faire nos vies wesh, comme des bons vieux ados rebelles avec des pouvoirs de beat du cul du swag ! Et moi dans tout ça, bah wallah j'avais rien à faire frère ! Du coup j'ai attendu que ça s'vide un peu, j'parle bien entendu d'mon beat yeah baby yeah ! Une fois vidé, j'suis allé danser sous un arbre, mais la musique que j'avais en tête était pas genre bien pour mon talent... Elle m'aurait probablement servi pour autre chose... Mais pas là wallah, j'en ai marre, mon pouvoir il fait jamais comme je veux ! ='(
Wesh, j'avais faim aussi là wallah, peka j'avais rien à manger ! C'est qu'ça creuse de danser toute la journée la vérité hein.

Hey, pourquoi j'fais durer le suspense ? Comment ça ? Tu trouves que ça fait presque trop sérieux ? Je... Ouais, mais c'est parce qu'il n'y a rien à dire là particulièrement, mais j'suis pas fan des ellipses, du coup faut combler 10-15 minutes où j'ai rien foutu à part danser sous un arbre... C'est un peu dur... Cooooooooooooooooomme... *tend le micro vers l'assemblée pour voir si ça suit"

Réponse : Mon Beat !
Bravo, si vous avez dit ça, vous avez gagné un coupon pour une nuit torride avec Allan "Beat"... HAAAAAAAALLEN ! Le plus de tout les plus bô !

C'est suffisant pour l'ellipse ça ? Okay ! Donc la suite !

QUAND SOUDAIN ! Ouais j'fais ça soudainement wesh, SURPRISE BUTTSEX !

QUAND SOUDAIN... Un bruit arriva à mon oreille, me stoppant dans toute action, à part un claquement de doigt constant, wesh faut pas exploser maintenant wallah.

*mode sérieux activé*

Ce... Ce bruit, je le connaissais... Je le connaissais par cœur, je l'avais déjà entendu. Je me suis crispé tandis que mes yeux s'écarquillaient.
MASAKA !!!
IMPOSSIBRU !!!
C'était... Je me suis ressaisi ! Il fallait que je fasse quelque chose ! Wallah j'ai tendu mon bras gauche ! Avant de crier !

"Est-ce le son de ma table que j'entends au loin ?"

Je serrais le poing en le ramenant contre ma poitrine, avant de reprendre avec la même intensité !

"Bien sûr, elle est l'amie de mon destin !"

Je ne laisserai pas ça comme ça... J'ai alors appuyé sur un bouton situé sur l'épaulière que j'avais... Ceci avait pour but de...

REVELER MON COSMOS !!!!!

*mode sérieux off*
*mode Saint Seiya on*

Sait Allan, we're calling out for you ! Wallah la vérité, un halo de lumière Arc-en-Ciel commençait à apparaître à mes pieds, j'avais toujours rêvé de faire ça en vrai !!! J'étais entouré de puissance... La puissance des Licornes était là, il me fallait la saisir avec mon Beat ! Je repris la tirade que Warren m'avait soigneusement préparé pour cet instant en faisant des rotations de bras et des positions de Magical Boy !

"Volant dans le vent !"

Encore un changement de position tandis que des bottes en métal rayonnant de toutes les couleurs commençait à apparaître ! Je continuais ce magnifique poème... Merci ma biatch <3

"Flottant dans l'océan !"

C'était maintenant au tour des jambières Arc-en-Ciel de prendre place sur le corps de l'être magnifique que j'étais... Mon regard prenait une expression sérieuse en mode Maester supa-hero desu ! NOTHING CAN STOP MEH NOW !

"C'est trop trippant !"

La tassette du Rainbow Knight venait d'apparaître, répondant à mon Cosmos wesh ! Qui avait-osé toucher à Table-Chan, la Déesse du Sanctuaire ?! Il allait payer de sa vie !

"Partout où nous allons, nous semons la fever !"

Maintenant la cuirasse. Ma position de Magical Boy suivait le mouvement d'apparition de l'armure du Svvag incroyable. Tout ceci était comme dans un rêve, sauf que c'était presque vrai !

"Comme sur le Dancefloor, je suis la ferveur !"

Les gantelets luisant, ils étaient là, sur mes mains, c'était beau, cela m'illuminait wallah !

"Allan !"

Olalalalalalalala, mes bras eux aussi arborraient la magnifique armure Arc-en-Ciel !

"Beat !"

Wallah des épaulières Arc-en-Ciel... C'était presque la fin là, je pouvais le sentir !

"Émeraude jusqu'à la fin des temps !"

Cette fois, c'était bon, ma puissance avait atteint son paroxysme... Le casque venait d'apparaître... Je possedais maintenant l'armure entière.

J'étais devenu...
LE CHEVALIER ARC-EN-CIEL !

J'étais incroyablement plus magnifique que la perfection que je suis d'habitude, c'était... Juste extraordinaire wesh. J'ai juste terminé calmement ma tirade, avec gros plan sur l'armure du Chevalier Arc-en-Ciel !

"Venez danser, jusqu'à coupure de courant !"

Puis wesh, j'suis parti en courant, sans me préoccuper des gens qui me regardaient... Qu'est ce qu'ils veulent ces cons là ? Savent pas reconnaître un héros quand ils en voient un !
Je passais à travers les couloirs, direction la salle de Mlle Denarbonne sexy prof !

Mais oooooooooooooh, qu'est ce que c'est sur mon chemin ? Un papillon... Hahaha, qu'il est beau... Hahaha hue hue hue hue hue hue... Oh qu'il est beau !

Mais qu'est ce que je fous dehors wesh, j'étais dans les couloirs ? Je... Et avant que je m'en rende compte, il était déjà trop tard... La papillon m'avait coincé, et il m'avait envoyé sa plus grosse attaque de Cosmos dans laggle, détruisant mon armure et me laissant, gisant au sol.

"J'ai... été battu... Par un... Papillon du Lumière "

Morale de l'histoire > N'écoutez jamais les papillons... Ils sont fourbes...

Made by Maester - Mleh Copyright


Never forget:


avatar
Allan "Beat" Hallen

Fiche perso'
Idéologie Dominante: 2
Niveau: 0
Exp:
100/100  (100/100)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: « Et merde. » • {PV Adam Cooper & un voyeur} {Terminé}

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum