[EVENT CONTEXTUEL] La fin de Tsuki... [banquet des Jardins]

Page 1 sur 10 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[EVENT CONTEXTUEL] La fin de Tsuki... [banquet des Jardins]

Message par Ren' le Mer 15 Juil 2015, 09:23


Règlement de l’évent.

Votre but sera de vous retrancher dans un lieu qui sera indiqué au lancement de l’événement. Vous aller ensuite devoir tenir un siège jusqu’à ce vendredi 24 juillet. 40 soldats vous assaillent, si vous parvenez à les décimer avant ce vendredi 24 juillet, alors vous aurez du temps à consacrer aux éventuels blessés.

Comment allez-vous procéder ? Lorsque vous aurez rejoins votre lieu de couverture (indiqué dans un prochain post), vous aurez le droit à une réponse par personnage avant chaque heure d’attaques de la part des soldats, ces horaires sont 12h00, 19h00 et 00h00. Dans le tableau de caractéristiques,  qui se trouvent ici : http://www.academie-tsuki.com/t1685-event-en-preparation-urgent , vos points de force physique et de maîtrise du pouvoir définiront vos chances de réussite lors de vos attaques. Vos points d’endurance physique définissent votre « fatigue ». A chacune de vos attaques, vous dépenserez 5 points d’endurance, parfois moins, parfois plus, si c’est le cas, une explication sera fournie. Une fois ces points tombés à 0, vous serez bien trop épuisés pour utiliser votre pouvoir. Néanmoins vous aurez la possibilité de passer un de vos tours à vous reposer afin de récupérer 5 points d’endurance. De plus, il vous sera possible de dépenser de vos Points (visibles dans le profil) afin de récupérer des points d’endurance (100 Points pour 50 d’endurance).

Tout ce qui concerne la direction à prendre et comment s’y rendre sera expliqué dans les deux prochains posts. Le premier post lançant l’événement sera de la part de Mlle Erin Midford. Le deuxième post vous donnant le lieu à atteindre sera posté par Mr Chikara Seicho. Une ces deux posts affichés, vous pourrez poster selon les règles affichées au dessus. Sont concernés par ce sujet tous ceux ayant participé au banquet des jardins.

Bonne chance à tous.


Dernière édition par Ren' le Sam 18 Juil 2015, 13:52, édité 2 fois


Je vais vous massacrer en #FE6600


Pour les Gamers économes ! :


Hymne perso:
avatar
Ren'

Fiche perso'
Infos:
Où me trouver:
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [EVENT CONTEXTUEL] La fin de Tsuki... [banquet des Jardins]

Message par Invité le Mer 15 Juil 2015, 17:22

Des bruits de pneus vinrent couper toutes les discussions, ils devaient venir de la rue juste devant l’Académie. Mais pourquoi autant de voitures avaient-elles freiné d’un coup ? Et pourquoi ici ? Je n’eus pas le temps de m’interroger davantage, qu'une bande d’inconnus habillés de noir débarquèrent en courant. Le groupe se sépara en deux, la plus grosse partie se dirigeant vers nous et l’autre vers la serre. Le banquet était devenu terriblement silencieux… Certains étaient effrayés, d’autres se demandaient si tout ceci n’était pas une blague.

Ils nous encerclèrent dans un cliquetis métallique étrange. Je levai lentement mes yeux sur ce que chacun tenait dans ses mains et compris la source de ce bruit. Des armes ! Ils étaient tous lourdement ! J’eux envie de crier, mais heureusement pour moi mon instinct de survie m’en empêcha. Le silence était pesant, on osait à peine respirer. Et tout ça s’était passé extrêmement vite. Les hommes armés commencèrent à passer entre nous, inspectant aussi bien les élèves que les invités. Ils vérifiaient que l’on ne tentait rien à mon avis.

Il allait falloir que je trouve un moyen de faire quelque chose ! Peut-être détourner leur attention, faire diversion pour me cacher… Oui, je devais les appeler. Dans une situation comme ça, appeler la police n’aurait aucun sens, seule l’Agence pourrait nous aider. Mon statut de chef des surveillants m’avait permis d’accéder à des informations assez confidentielles sur la vie des élèves à l’Académie, c’est ainsi que j’eus des contacts de plus en plus haut placés. J’avais finalement réussi à avoir un numéro me permettant de joindre l’Agence. Ce numéro allait enfin me servir !

Mon téléphone était enfoui dans mon décolleté. J’allais pouvoir le récupérer en prétextant que ça me grattait, ce n’était pas compliqué. Je réfléchis quelques secondes, très rapidement parce qu’il fallait faire vite. C’est bon, j’avais un plan… Ça allait marcher. Ça devait marcher !

J'attendit que le soldat le plus proche de moi ait tourné le dos. Je tirai sur l'une des épingles de mon chignon très discrètement et rapidement. Tous les cheveux tombèrent d'un coup. J'en profitai pour saisir mon téléphone en me cachant comme je pouvais avec ma chevelure. Je cherchais rapidement le numéro dans mes contacts, lança l'appel, mis le haut parleur et remis le téléphone dans mon décolleté. Je n'avais pas eu le temps de baisser le son, donc pour cacher les "biips" je me mis à tousser. Mes gestes bizarres avaient intrigués les terroristes et l'un d'eux commençait à marcher vers moi en levant son arme. Je mis les mains en l'air pour montrer que je ne cachais rien, mais il continua de me pointer d'un air suspicieux.

Les bips s'arrêtèrent. Quelqu'un avait décroché ! Qu'est-ce que j'allais dire moi, maintenant ? Je n'avais pas du tout l'étoffe d'un héros, et pourtant j'avais agi sans hésiter pour tenter de sauver l'Académie. Je regardai très rapidement autour de moi et croisai le regard d'Elisan qui semblait se douter que je préparais quelque chose. Allez ce n'était pas le moment de se dégonfler, je pouvais le faire ! Même si ils étaient maintenant deux à me pointer avec leurs fusils....

"L'Académie est attaquée !" criai-je tout à coup vers mon téléphone.

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: [EVENT CONTEXTUEL] La fin de Tsuki... [banquet des Jardins]

Message par Invité le Mer 15 Juil 2015, 18:30

Rien, mais alors rien ne pouvait gâcher une telle journée. C'est ce que j'aurais pu me dire si je ne m'étais pas douté qu'un petit quelque chose clochait. Toutes ces personnes extérieures à l'académie, d'où venaient-elles ? Qui étaient-elles ? Je savais très bien comme tous les autres membres du personnel de l'académie qui sont ces gens, mais ce que je veux savoir c'est dans quoi baignent ils de près ou de loin... De toute façon, le directeur sait pertinemment ce qu'il fait, ouvrir l'académie à l'extérieur lors d'une journée portes ouvertes n'ai vraiment pas une mauvaise idée. J'ai beau être un prof récent, j'ai déjà compris quelques mécaniques bien gardées de ce lieu emblématique. En tout cas, tout se passait à merveille jusque là, sauf bien sûr quelques rixes d'élèves, mais rien de bien méchant, les fourberies de jeunes adultes en mal d'un peu de sensations à mon humble avis.

Fin d'après midi et fin des festivités, nous allions pouvoir retourner à nos quartiers respectifs, ce qui n'était pas un mal  pour moi, j'en avais un peu ma claque de parler à ces inconnus et de poireauter la toute l'après midi devant une table débordant d'amuses-gueule qui ne me tentent pas plus que ça. Seulement, un crissement de pneu attira mon attention, comme celle de tout le monde d'ailleurs. Je fronçais les sourcils à la manière de me méfier de quelque chose. Nous avons beau être en pleine ville, d'habitude ça n'est pas aussi bruyant. Quelques secondes suffirent pour que des hommes armés investissent les jardins, ainsi que les environs. Bon sang, qu'est ce qu'il peut bien se passer par ici. Leur mutisme et leur manière de pointer toutes ces armes dans notre direction désigné un réel objectif hostile... Sont-ils conscients qu'en plus de mettre en joug des enseignants, ils menacent des enfants ? Des enfants putain !!! Qu'est ce que c'est que ce foutoir, ça ne me plaît pas du tout.

Je regardais autour de moi, personne ne se permettait de bouger, j'avançais vers le directeur, une main plaquée sur mon épaule gauche, la où se situe un des glyphes d'invocation dont je dispose. J'allais tenter d'adresser la parole au grand chef de l'établissement dont le stress était tellement élevé que j'aurais presque pu le toucher de ma main, seulement autre chose attira mon attention, deux de nos gardes avançaient vers Mlle Midford en prenant la visée. Qu'avait elle pu bien faire pour mériter ce traitement de faveur ? Aucune idée... Un instant plus tard, les mains en l'air, elle se mit à crier "L'académie est attaquée !". Mes yeux s'écarquillèrent d'un coup lorsque je compris trop tard la  réaction des soldats...

Eriiin !!!!

Trop tard... Une gerbe de sang vola quelques mètres plus loin dans un bruit assourdissant qui me déchira les oreilles comme si la mort venait envahir ma tête à la vue de cette scène... Son corps s'effondra au sol, laissant un téléphone portable s'écraser au sol. Mon sang battait dans mes tempes et tout le monde se mit à s'agiter, pris de peur, ils coururent dans tous les sens... Quant à moi, je ne savais pas quoi faire, j'étais là, bouche bée, les yeux près à s'extirper de mes orbites, la ravissante demoiselle m'ayant accueillie à l'académie venait d'être abattue sous mon regard impuissant. Je secouais la tête, reprenant partiellement mes esprits, encore grandement sous le choc, j'extirpais tant bien que mal LightSpark de mon épaule, me retournant en direction du directeur, allongé au sol, traîné par deux de ces pourritures. Merde !!!

Une masse de ces mercenaires bloquait peu à peu la distance qui me séparait du directeur, je ne pouvais pas le rejoindre seul, j'allais moi aussi être abattu. Mon regard affolé poursuivait tant bien que mal élèves et professeurs lorsqu'il se figea sur le Gymnase...

TOUS AU GYMNASE C'EST NOTRE SEULE CHANCE !

Un plan venait de naître dans mon cerveau meurtrit par un nouveau traumatisme qui allait mettre du temps à s'estomper même ne serait-ce qu'un petit peu. Tsukiens et autres devons profiter de la panique, du fait que ces soldats ne savent plus vraiment où donner de la tête pour rejoindre le Gymnase, là-bas nous pourrons nous enfermer et préparer un autre plan pour la suite des événements.

Dans un élan je rejoignis la dépouille de la surveillante en chef, passant une main sur ses yeux pour les fermer et pris le portable à côté d'elle. Je suis sincèrement désolé....

Je me remis en chemin en direction du Gymnase, enfonçant LightSpark dans le corps d'un soldat qui me tournait le dos au passage alors qu'il tirait sur un des invités en train de courir. Qui sont ces pourritures, je leur ferait payer tout ça, ils ne méritent rien sauf de souffrir longuement avant de trouver la mort, et encore je ne suis pas sûr car la mort leur rendrait bien trop service. Je lançais un dernier coup d'oeil par dessus mon épaule en direction de Erin...

Avant d'arriver au Gymnase, je parvenais à attraper un élève que j'emmenais avec moi sous le bras. (Cet élève sera le premier à répondre ici, il aura le droit d'arriver avec moi en premier au Gymnase et d'être sain(e) et sauf(ve) ;) )

PS : Il n'y aura pas d'attaque à 19h00, mais il y en aura une à 00h00.

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: [EVENT CONTEXTUEL] La fin de Tsuki... [banquet des Jardins]

Message par Raclaw le Mer 15 Juil 2015, 18:44

Raclaw ne comprit pas tout de suite la situation, il avait vu que les invités et les élèves avaient arrêtés de discuter et qu'ils étaient tous immobiles le visage terrorisé. Raclaw regarda doucement autour de lui et comprit. une vingtaine d'homme surarmés patrouillaient a travers la foule en inspectant toute les personnes du regard. Personne ne serait assez bète pour tenter une action vaine et voué a l'échec dans une situation pareil. Mais du coin de l'oeil un détail intrigua Raclaw. Mlle Midford la chef des surveillants sortait un téléphone de son décolleté très délicatement. elle pianota quelques secondes. et replaça le téléphone dans son décolleté. mais les bips d'un appel se firent entendre. Mlle Midford tenta de les masquer et de lever les mains pour montrer qu'elle n'avait rien sur elle mais un soldat la braqua ainsi qu'un second quelques instants après. puis elle cria.

-L'Académie est attaquée !

la un des soldats tira . le coup de feu vrilla les tympans de Raclaw et il vit a surveillante tomber a terre. La un professeur cria .

Eriiin !!!!

puis tournant rapidement la tète Raclaw vit le directeur trainé par des soldats l'enseignant qui avait précédemment Mr Chikara pesta

Merde !!!
puis en un instant il se figea en direction de quelque chose et cria .

TOUS AU GYMNASE C'EST NOTRE SEULE CHANCE !

Raclaw ne se le fit pas répéter il s'élança en direction du gymnase parmi d'autres élèves qui avaient eux aussi prit leurs jambes a leurs cou. soudain Raclaw fut attrapé par Mr chikara qui l'entraina avec lui. Raclaw bouillait intérieurement, song sang était a ébulition et il voulait retourner las bas.

-lachez moi on doit y retourner on doit aider les autres et faire payer a ces enflures.




Raclaw Theme

Raclaw Investigation/ Reflexion Theme

Raclaw Battle Theme
avatar
Raclaw

Fiche perso'
Infos:
Où me trouver:
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [EVENT CONTEXTUEL] La fin de Tsuki... [banquet des Jardins]

Message par Célestia le Mer 15 Juil 2015, 20:00

Je les avaient entendus arriver. Et pourtant, je n'ai rien dit, ni fait.

J'avais entendu juste des bruits de voitures un peu suspects, mais comme ils étaient assez loin, non seulement les autres n'avaient rien entendu, mais en plus je n'aurai jamais pensé qu'ils viendrait jusque là. Donc, je n'avais rien dit.
Le banquet touchait à sa fin. Les invités repartaient vers leur établissement respectif, visiblement content de leur journée. Moi, personnellement, c'était plutôt mitigé. J'avais rencontré une fille plutôt agressive et j'avais revu mes anciennes "amies" de l'établissement où j'étais avant de venir à Tsuki.

J'étais en plein dans mes réflexions quand un crissement de pneus me fis sursauter. Je me retournai vers la source du bruit, inquiète et méfiante. Des hommes armés jusqu'aux dents s'avançaient déjà vers nous, pendant que d'autre se dirigeaient vers différents endroits de l'académie, dont les bâtiments.
Je mis du temps à comprendre tout ce que cela voulait dire. On était... assiégés par des soldats super bien armés ?
Le petit groupe qui était resté nous tenir compagnie se mouvaient parmi nous. Personne n'osait faire le moindre geste, de peur de se faire abattre, car quelqu'un avait hurlé que la moindre personne qui faisait un geste suspect serai abattue sur le champs.
Je ne comprenait pas ce qu'il se passait. Pourquoi des gens étaient venu comme ça en nous pointant avec leurs armes ? C'était une blague ? Non, ça m'étonnerai, qui serai assez fou pour faire une blague pareille ?
Une seule solution s'imposa à mon esprit : dès que je sors de ce merdier, je pars illico presto chercher des renseignement sur ce foutu établissement. Mais pour l'instant, ce n'est pas la priorité numéro une. Et encore faut-il que je soit en vie si je veux le faire...

J'essayai par tout les moyens de trouver une issue quand je vis du coin de l'œil une jeune femme blonde sortir discrètement un téléphone portable de son décolleté. Mais... Elle était folle ? La police ne servirai à rien dans tout les cas... Ah moins que l'académie n'est des relations secrètes...? J'entendais distinctement les "bip bip" de son téléphone. Un soldat s'approcha d'elle, intriguée, quand les bips s'arrêtèrent et que la jeune femme hurla :

- L'Académie est attaquée !

Que...? Était-elle folle ? Voulais-elle... mourir ?
Quelqu'un hurla son nom.
J'aurai voulu détourner les yeux à ce moment là. Ne pas être là. Ou tout simplement être aveugle. Mais je n'ai pas pu. J'étais comme paralysée.
Le soldat tira, sans la moindre émotion. Un bruit assourdissant parvint à mes oreilles. Je vis où la balle avait touché la jeune femme et le sang gicla. Je fus éclaboussée de sang car j'étais assez proche de la jeune femme qui venait de se faire tuer. Trop proche même.
La jeune femme s'écroula au sol. Le sang s'étalait sur l'herbe verte, la faisant devenir rouge. Son téléphone s'écrasa au sol , dans cette marre rouge. La même personne qui avait crié son nom lâcha un un "merde" retentissant.

Le temps semblait s'être arrêté. Puis la même personne hurla :

- TOUS AU GYMNASE C'EST NOTRE SEULE CHANCE !

Ce fut le signal. Tout le monde se bousculai pour ne pas être le dernier à entrer au gymnase. Je ne me le fis pas répéter deux fois et, profitant de la foule, me rendis en direction du gymnase en courant à tout vitesse.
Pendant que je courrai, un soldat se dressa devant moi, arme à la main. Je sortis alors mon bâton ainsi qu'une lame, les emboitaient et, avant que le soldat n'ai pu réagir je lui enfonçai mon sabre improvisé dans le torse. Où exactement, je ne le savais pas, et je ne voulait pas le savoir.
Mais il y avait des chances pour que je l'ai tué.
Ce qui faisait que j'avais peut-être commis l'irréparable.
Mais j'y réfléchirai plus tard. Pour le moment, ma seule préoccupation était de survivre.Je courrai, couverte de sang de la jeune femme qui avait été tuée, la lame de mon sabre pleine de sang, les yeux embués de larmes qui roulaient le long de mes joues en direction du gymnase.
Pour échapper au soldats.
Et surtout, pour survivre.
Quelques larmes entraient parfois dans ma bouches, laissant un goût salé sur mes lèvres et sur ma langue.


Couleur dialogue : #4DA6E1
avatar
Célestia

Fiche perso'
Infos:
Où me trouver:
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [EVENT CONTEXTUEL] La fin de Tsuki... [banquet des Jardins]

Message par Invité le Mer 15 Juil 2015, 20:55

C'tait looooong, celui qu'avait frappé y foutait rien et celui qu'était à terre non plus, c'tait ce combat de chochotte ! Ils arrêtaient de se lancer des piques mais bordel battez vous, merde des gosses de collège avaient plus de courage qu'eux ! Avoir une grande gueule c'est cool mais au bout d'un moment faut arrêter de se regarder dans les yeux et faut rentre dans le lard bordel ! J'en avais eu marre de voir cette espèce de parodie, donc je commençais à avancer vers eux en dégageant le passage mais j'avais pas eu le temps.

A peine, je commence à pousser deux/ trois personnes que y'a un putain de bordel, des pneus. Du coup y'avait un putain de silence bien glauque, ça avait pas duré bien longtemps. Et là, c'tait la fête, une tripotée de men in black avait débarqué, C'TAIT LES SPACE MARINES ! JE LE SAVAIS ! Oui bon en fait, j'étais plus en train de d'mander ce que c'tait qu'ce bordel parce qu'entre les PNJ qu'étaient entrés dans la taule et eux, j'commençais à croire que c'tait un moulin la soi-disant académie qui doit cacher des mecs avec des pouvoirs. Bref, c'tait pas tout hein bah non, ce s'rait trop simple sinon, les mecs y z'étaient en noir mais pas seulement ! Y z'étaient armés jusqu'au fond de leur slip en plus !

Donc bien sûr on était plus cerné que les yeux d'un insomniaque, et c'était la merde ! Voilà ! Venez dans not' académie qui disait, ça s'ra cool, on pourra vous aider avec vos pouvoirs ! Mon cul ouais, y voulaient juste tous nous dessouder c'est tout ! 'fin voilà, c'tait la teuf et dans tout ça y'avait moi qui finissais vite fait sa bouffe avant que les mecs passent dans les « rangs » pour voir si on cachait pas des brochettes ou des capotes sûrement. Et c'est là que t'as un des gars qu'a commencé à menacer une fille random, sûrement pour l'exemple, j'avais pas fais attention en fait, je faisais attention à rien j'avais la tête complètement ailleurs pendant un moment. D'ailleurs la même fille avait deux types pour elle maintenant et...

- L'Académie est attaquée !

Bah oui, t'as deux mecs qui pointent leurs flingues sur ta pomme c'est sûr que c'est une bonne idée de gueuler, oui c'est une excellente idée et tout ça pourquoi ? Hurler un truc évident... Enfin, elle s'était faite buter... et j'avais faillis exploser de rire mais je me suis retenue... pas tout de suite, quand je serais sûre de pas me faire buter trop vite j'en profiterai. Nan pour l'instant, je commençais à trembler... vous foutez pas de moi, c'tait pas de la peur, c'tait de l'excitation pure. Ils ont buter la meuf du coup on pouvait les attaquer, c'tait la légitime défense ! C'tait complètement parfait ! Par contre j'étais pas conne non plus, j'allais pas faire ça maintenant. Ma tremblitude s'aggravait un peu pendant que je retenais un gros gros sourire où toutes mes dents étaient visible, c'tait dur de résister putain !

Je serrais de plus en plus le poing, fallait pas que je fasse de bordel où j'allais crever à coup sûr sans pouvoir en tabasser un seul, pour le coup j'avais libéré Lili, ça va j'avais un peu l'espoir que c'tait pas des fiottes au point d'avoir peur d'elle. Ah oui j'ai oublié de dire que y'avait un mec qu'avait gueuler quand l'aut' c'tait faite plomber, je les emmerdes ! J'attends le bon moment... 'fin ça c'tait jusqu'à ce qu'il se mette à gueuler encore plus fort.

TOUS AU GYMNASE C'EST NOTRE SEULE CHANCE !

IL VOULAIT FUIR !? MAIS ON A DES POUVOIRS PUTAIN ! Le-... Putain de merde ! Je voulais pas fuir moi ! Je passais pour quoi après !? Je sais ! Je sais bordel, j'ai aucune chance face à tout ces connards mais on s'en fout ! En plus ils allaient pas nous regarder nous barrer comme ça ! Ce choix à la con ! Le pire c'est que même en sachant ça bah j'ai quand même détallée... Bon petite satisfaction j'ai demandé à Lili de coller une bonne putain de droite dans la face d'un gars au pif, merde y z'avaient des armes, donc j'avais le droit de tricher aussi ! Par contre je sais pas quel effet ça avait pu avoir, c'est dur de l'admettre mais Lili est beaucoup plus forte que moi... donc je sais pas. J'avais choisis la solution de facilité et j'avais sprinté vers le gymnase, alors oui on était encerclé mais j'ai pas fini ! Y'a un des mecs qui s'était prit pour un ninja de l'espace et qui avait essayé de me barrer la route... me demande si le coup de genou sauté que je lui avais collé dans le coin de la joue l'avait assomé. Je m'étais pas arrêtée pour si peu, je continuais à me tailler en rigolant de ce que je venais de faire même si je savais pas si Lili avait touchée quelqu'un, ch'uis une gosse qu'est-ce que vous voulez.

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

La bande de sagouins en noir !

Message par Appia le Mer 15 Juil 2015, 21:48

Cher journal,
J'ai toujours pensé que le monde moderne était un vrai bazar, mais je n'ai jamais était autant convaincue d'avoir raison que maintenant ! Des gens habillés en noir sont venus: au début j'ai cru que c'était un spectacle qui tombait au mauvais moment (parce que ce que je faisais était bien plus important !), mais en fait non, ça a l'air plus compliqué que ça.



Il y avait deux raisons pour lesquelles Appia ne prit pas trop au sérieux l'arrivée des nouveaux venus. La première, c'était qu'à ses yeux même une pluie de météorites aurait été anecdotique à côté de l'importance qu'elle attachait à son entrevue avec le directeur -qu'elle fixait toujours d'un regard noir-. La seconde, c'était que la Romaine ne savait tout simplement pas ce qu'était un fusil (ou toute arme à feu équivalente utilisée par les commandos en noir du monde entier) ! Cela pouvait paraître idiot, mais pour elle ce que tenaient les nouveaux venus n'était rien d'autre que des espèces de matraques, ou des sortes de lances modernes. Pas de quoi en faire tout un plat quand on savait qu'ils s'attaquaient à une école remplie de manipulateurs d'éléments, de spécialistes en armes, de métamorphes, de possédés,... !

Bien sûr, les gens autour d'elle paraissaient affolés, et ça criait dans tous les sens ; mais c'était le propre des figurants  de s'exciter pour un rien, non ?
Absolument pas consciente du danger, elle considérait plutôt cette nouvelle intervention avec agacement: après tout, que faisaient ces trouble-fêtes ici ? Sans blague, ils ne voyaient pas qu'ils l'empêcher d'essayer de lever le voile sur un des mystères de l'académie ?!
A moins que... et s'ils étaient là pour ça, eux aussi ? Peut-être qu'une autre victime des visites médicales avait réussi à fuir et avait alerté les autorités ? Ou bien, d'une manière ou d'une autre, la chose s'était su ? Ou alors que, tout simplement, l'information à propos d'une école surnaturelle avait été divulguée ? Mais dans ce cas, que cherchaient-ils ?

- L'Académie est attaquée !

Ce cri, le coup de feu, et la panique qui en suivit, la ramenèrent à la réalité. Il se passait quelque chose, et c'était grave ! La surveillante venait de s'effondrer dans un claquement sonore, alors que personne ne l'avait touchée ! Les attaquants avaient-ils eux aussi des pouvoirs ?!

Dans un chaos indiscernable, les personnes présentes s'égayèrent dans tous les sens. Avant qu'elle n'ait pu comprendre ce arrivait, le directeur avait disparu de son champ de vision. La Romaine eut alors l'impression de revivre un moment bien marquant de son passé, celui ou toute sa vie avait été chamboulée. Elle se souvenait de sa ville en feu, des gens qui criaient et couraient dans tous les sens, comme les élèves maintenant ; et les barbares, les Huns, qui tuaient et détruisaient tout sur leur passage, comme les hommes en noir qui venaient de tuer la surveillante. Et puis elle entendait encore distinctement son père lui dire "va te cacher dans l'église avec ta sœur, vous y serez à l'abri". Elle l'avait été à l'abri, c'est sûr. Pendant  mille cinq cent ans.
Elle ne referait pas la même erreur. Elle ne suivrait pas le professeur qui poussait les autres élèves vers le gymnase. Elle ne voulait pas se retrouver enfermée... pas encore !

Alors, au milieu de la pagaille, la Rubis poussa un petit cri et s'effondra sur le sol. Ses yeux grands ouverts fixaient le vide droit devant elle, tandis que tout son corps restait absolument immobile. Elle était très douée pour faire la morte, son pouvoir était idéal pour ça. Et avec à peine deux ou trois battements de cœur par seconde et autant de respirations, elle pourrait tout à fait donner le change !
Et une fois la situation calmée et les hommes en noir partis massacrer ses condisciples massés dans le gymnase, elle irait se mettre discrètement à l'abri. Ou mieux encore, elle essaierait de retrouver ce gros fuyard de directeur !


avatar
Appia

Fiche perso'
Infos:
Où me trouver:
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [EVENT CONTEXTUEL] La fin de Tsuki... [banquet des Jardins]

Message par Invité le Mer 15 Juil 2015, 23:57

Il faut que je récapitule, tout est arrivé si vite, je n'ai pas vraiment eu l'occasion de comprendre et je pense avoir perdu pas mal de détails en route... J'ai fais le plein en bouffe, un type à tout fait tomber par terre, une mademoiselle DeJesaispastropquoi m'a provoquée et ma ensuite donné une de ses viennoiseries, comme si j'avais besoin de sa pitié qu'elle offre à n'importe qui surement pour se donner bonne conscience, ensuite le type pas doué ma offert aussi sa bouffe et m'a prit dans ses bras. Pas que je refuse la nourriture qu'on me donne gentiment, mais vous les avez touché avec vos doigts, peut-être crasseux j'en sais rien... Et puis pourquoi il me fait un câlin ?... C'est pas logique ! C'est pas la fin du monde non plus si trois feuilletés et deux pains au chocolat se sont cassés la gueule par terre. Mais par contre le fait que là on est entouré de l'armée russe ou de je sais pas quel pays, ça c'est la fin du monde !!! Je pensais pas qu'il se passerait quoi que ce soit de mauvais, jusqu'à la mort d'une surveillante, et là ce fut la grosse panique. Okay, je crois que j'ai bien résumé tout le truc... Je fais quoi maintenant ?

TOUS AU GYMNASE C'EST NOTRE SEULE CHANCE !

Ha bon ba d'accord, si on doit aller faire un cours de sport maintenant, moi ça me va... Enfermée au plus profond de mon esprit, je ne pouvais qu'assister à tout ce spectacle sanglant pendant que mon propre instinct de survie exposé à tout ce danger fit émerger entièrement mon pouvoir. D'ici trois heures il fait nuit, si c'est pleine lune, mes forces seront décuplées, en revanches, s'il n'y a pas de lune... Et bien il vaudrait mieux que je trouve une bonne cachette !

Après avoir pris ma forme de Tora au milieu de la foule hurlante et se précipitant de manière totalement anarchique, je fonçais moi-même en direction du Gymnase. La priorité était de se mettre à l'abri, après qui voudra me barrer la route tentera sa chance s'il le souhaite !... Cette journée est exceptionnellement bizarre si vous voulez mon avis, tout ça n'a ni queue ni tête.

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: [EVENT CONTEXTUEL] La fin de Tsuki... [banquet des Jardins]

Message par Invité le Jeu 16 Juil 2015, 00:11

Vous avez déjà ressenti le sentiment de sortir de votre corps ? De voir ce qui se passe autour de vous, d'en avoir conscience mais de ne pas pouvoir bouger ? De ne plus pouvoir réfléchir correctement et de laisser les battement effrénés de votre cœur prendre le pas sur tous les autres bruits vous entourant ? C'est la pire des sensations qu'il était possible de ressentir à cet instant précis.

Il y a à peine quelques minutes, j'étais au milieu d'une bagarre. J'avais vu la belle Erin venir me prendre dans ses bras toute excitée de faire la fête. Je l'avais vue avec un grand sourire avant que tout dérape. Puis j'avais remarqué les visages stupéfaits aux crissements de pneus, aux bruits des pas qui se pressaient, qui se rapprochaient. J'avais vécu l'incompréhension quand les hommes en noirs avaient débarqué tous armés comme un commando militaire. J'avais ressenti la peur montée en flèche, chez les autres, dans ma poitrine. Mon esprit qui avait été d'abord vif, s'embrumait de questionnements et de frayeurs. Mon coeur avait tressauté au moindre mouvements alarmants et pourtant dans ma tête une suite d'actions héroïques mais suicidaires avaient défillaient à une vitesse folle. C'était à ce moment que j'avais remarqué qu'Erin avait bougé, qu'elle semblait réfléchie dans ses mouvements. Nos regards s'étaient croisé, elle était déterminée. Et là tout s'accéléra sans que moi je ne puisse suivre le mouvement.

Les hommes s'étaient approché, elle avait crié, ils avaient tiré... Sous mes yeux... Du sang sur ma joue... Le choc sur mon visage... les larmes agglutinés aux coins de mes yeux... Mon pouvoir crépitant autour de moi prêt à exploser...

Ils l'avait tué... tué... tué... Le monde tangua sous moi quand je vis son corps s'effondrer. Les gens se mirent à courir dans tous les sens, une voix s'éleva et voulut nous conduire au gymnase. je reconnais le diamant mais mes pieds ne bougeaient pas, mes yeux restaient fixés sur le corps de la meilleure amie de ma Tante que j'avais connue très jeune... Chikara vient près du corps pour lui fermer les paupières et partit vers le lieu qui devait nous apporter une quelconque protection. Moi, je bloquais. Je vis les autres fuir autour de moi. J'étais immobile alors que tout mon être demandait à crier, à hurler, à exploser !

Mais je n'en fis rien, quelqu'un me bouscula et me poussa à courir. Mon esprit se ferma, mes poings se serrèrent. Je n'allais les pas les laisser sans sortir comme ça. Je la vengerais... Ils allaient payer...

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: [EVENT CONTEXTUEL] La fin de Tsuki... [banquet des Jardins]

Message par Himiko le Jeu 16 Juil 2015, 00:33

À cet instant même, je me trouvais près du buffet, ennuyée par cet évènement qu'était les portes ouvertes. Il était dans les environs de 18h lorsque les élèves des différentes écoles du coin commençaient à s'en aller, j'étais arrivée un peu tard à ce banquet. Ne sachant que faire et déçu par le manque d'animation, j'essayais de m'occuper comme je le pouvais. L'une des seules options qui s'offraient à moi était celle de grignoter, je ne comptais pas vraiment adresser la parole à ces personnes de l'extérieur. À vrai dire je ne souhaitais pas faire de rencontre inutile. À moitié dans les nuages, je fourrais avec délicatesse quelques amuses bouches dans ma bouche. Je devais l'avouer, les personnes qui s'étaient occupés de la cuisine étaient particulièrement doués, du moins, je me régalais. Après avoir goûtée à deux-trois amuses bouches différents, une certaine personne attira mon attention.

Persone ne pouvait se douter de la scène qui allait s'ensuivre.

Un jeune homme avait attiré mon attention, celui-ci portait un uniforme rouge et noir mais là n'était pas le plus important. Il affichait une expression assez bizarre, je ne comprenais pas. Pourquoi la peur s'était-elle emparée de lui ? Le jeune homme fixait un certain point à l'horizon, un silence étrange s'était installé dans le jardin, un silence pesant. Je ne me rendais pas compte de ce qu'il se passait, j'étais à la fois confuse et surexcitée. Que pouvait-il bien se passer ? Une chose intéressante allait-elle enfin faire son apparition ? Je me retournais lentement pour faire face à ce que le jeune homme fixait depuis un moment. Ma réaction fut silencieuse mais je fus abasourdie par ce que je vis. Juste avant de me retourner j'avais entendus quelques crissements de pneus mais je ne m'attendais pas du tout à voir une telle chose. Une quarantaine de personnes vêtus de noir s'étaient introduites dans l'académie, ils étaient tous très lourdement armée. Tandis que certains se dirigeaient vers la serre et que d'autres montaient dans les bâtiments, le reste des hommes restaient dans le jardin. Ils nous encerclaient peu à peu, nous étions pris au piège.

Tout s'était passé très rapidement, nous n'avions pas eu le temps de réagir. Etait-ce un attentat ? Un prise d'otage ? Je ne le savais pas mais une chose m'offusquai. À quoi pouvait bien nous servir nos pouvoirs si nous ne pouvions même pas réagir à temps dans ce genre de situation ? Je regardais un peu partout autour de moi jusqu'à apercevoir une jeune fille aux cheveux blonds tenter quelque chose. Il semblait qu'elle avait dissimuler un téléphone... Dans sa poitrine ? Des hommes s'approchaient d'elle, ils n'étaient plus qu'à quelques pas de la jeune fille. Personne ne savait vraiment s'ils allaient tirer, après tout, tout cela pouvait simplement être une mise en scène ?

Des "bip, bip" se faisaient entendre puis soudain, la jeune fille se mit à hurler.
« L'Académie est attaquée ! »

Les hommes armés l'exécutèrent à la seconde où sa phrase fut terminé et un jeune homme cria le nom de la jeune fille à en s'arracher les poumons. Du sang avait giclé un peu partout autour du corps à présent inerte sur le sol. Après l'énorme silence s'en vint un moment chaotique, tout le monde paniquait, les élèves courraient de partout, tout le monde ne pensait qu'à une chose : sauver sa peau. D'autres coups de feux se faisaient entendre, mes oreilles ne supportaient plus tout ce brouhaha, il était évident que me mettre à l'abris était la chose la plus importante à faire. Je regardais alors attentivement tout ce qu'il pouvait se passer autour de moi, pour une fois, je me devais d'être prudente.

Une voix masculine se fit entendre.
« TOUS AU GYMNASE C'EST NOTRE SEULE CHANCE ! »

À ce signal, une masse incroyable d'élèves se mit en direction du gymnase, je suivis alors le mouvement. Je suivis le mouvement, oui, mais en essayant d'éviter la foule car en effet, tout le monde se bousculait, personne ne voulait arriver dernier, personne ne voulait mourir, c'était chacun pour soi ! J'attrapais rapidement ma dague qui était dissimulée sous ma jupe, je courrais aussi vite que je le pouvais, cette situation, on pouvait le dire, m'amusait légèrement. Je souhaitais de l'action ? Eh bien j'étais servis ! Je me dirigeais vers le gymnase en tenant fortement ma dague contre moi.



avatar
Himiko

Fiche perso'
Infos:
Où me trouver:
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [EVENT CONTEXTUEL] La fin de Tsuki... [banquet des Jardins]

Message par Ren' le Jeu 16 Juil 2015, 01:14



Bilan des attaques manquée :

- Lynn' : (échec critique) ton coup de genou à été évité par le soldat et en retouchant le sol, tu te foules la cheville gauche
- Appia : Lorsque tu te couches par terre en faisant la morte, deux soldats te repèrent mais te perdent de vue ensuite

Précision supplémentaire : Célestia, la pointe de la lame de ton bâton s'enfonce un peu dans le torse du soldat, le repoussant violemment en arrière et le faisant choir au sol.


Je vais vous massacrer en #FE6600


Pour les Gamers économes ! :


Hymne perso:
avatar
Ren'

Fiche perso'
Infos:
Où me trouver:
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [EVENT CONTEXTUEL] La fin de Tsuki... [banquet des Jardins]

Message par Célestia le Jeu 16 Juil 2015, 09:43

La pointe de ma lame était un peu entré dans le torse du soldat, et l'avait violemment repoussé à terre, le laissant au sol. Allez savoir si il est mort, mais personnellement, je m'en fichai comme de ma première chaussette, en plus, ce n'était pas le moment de se le demander ou d'aller vérifier, sauf si on veut se faire tuer, ce qui n'était pas mon cas.

Partout autour de moi, les gens tombaient, s'affolaient plus ou moins bruyamment, des gerbes de sang voulaient dans tout les sens, les bruits de coup de feus me vrillaient les tympans. J'avais vraiment mal aux oreilles, à cause de tout ce boucan...
J'évaluai rapidement la distance qu'il me restait à parcourir pour arriver au gymnase. Il me restai tant à parcourir...
Fais chier...
Si seulement je pouvais être plus proche...

Un soldat me barra la route. Je ralentit et ce dernier en profita pour me prendre le poignet, m'arrêtant dans ma course. Loin d'être une fille fragile qui a tendance à se laisser faire, je balançai mon bras pris en suivant le mouvement d'une horloge. Le garde me lâcha, pris au dépourvu, et j'en profitai pour lui prendre le poignet à mon tour et lui tordre le bras. Avant que le soldat ne puisse bouger, je lui donnai un violent coup sur l'articulation du coude en utilisant ma poignée d'épée improvisée. J'entendis le plus distinctement du monde un violent *crac*, suivi de quelques autres bruits inaudible pour une oreille normale (que j'entendais moi) que je ne décrirai pas. Le soldat hurla de douleur, tandis que je fus pris d'un haut-le-cœur. Le soldat tomba au sol en tenant son bras cassé, lâchant son arme par la même occasion. J'en profitai pour prendre cette dernière et lui balancer un coup de crosse sur la tempe.

Je ne sais pas si je l'ai tué ou non, mais mieux ne valait pas le savoir. Et puis, je n'avais vraiment pas le temps pour ça. Je rangeai mon sabre dégoulinant du sang de mon dernier adversaire dans ma ceinture de telle façon que je pourrai le reprendre en cas de besoin et pris l'arme du (défunt ?) soldat. Je repris ma course pendant que je sentis le poids de l'arme, qui était lourde. Je pense pas pouvoir tirer avec et ça allait me ralentir, mais un coup de crosse dans la tête, ça fait toujours mal...

Un autre soldat me barra la route en me tenant en joue, près à tirer, à quelques mètres de moi. Il tira, me manqua de peu, et ce fut à mon tour de riposter. Le pauvre n'eus même pas le temps de réagir que un coup de crosse lui atterrit dans la tête. Il s'écroula et le lâchai l'arme, beaucoup trop lourde pour moi et qui me ralentissais. Je repris donc ma course.

Le soldat semblait étourdi quand je passai tranquillement dans son dos. Je courais toujours, mon sabre improvisé à ma ceinture, couverte de sang, prête à tirer sur le moindre soldat qui me barrai la route.
J'étais presque arrivée au gymnase... Presque...


Dernière édition par Célestia le Jeu 16 Juil 2015, 13:39, édité 1 fois


Couleur dialogue : #4DA6E1
avatar
Célestia

Fiche perso'
Infos:
Où me trouver:
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [EVENT CONTEXTUEL] La fin de Tsuki... [banquet des Jardins]

Message par Invité le Jeu 16 Juil 2015, 10:13

J’avais dû prendre trop de temps à sortir de ma léthargie. Trop de temps car visiblement j’avais été choisi pour je ne sais quelle raison comme cible pour l’un de ses soldat armée jusqu’aux dents !

J’avais pu faire quoi ? Trois, quatre mètres ? Un poids se fit sentir sur mon dos et mes genoux cédèrent sous la lourde charge. Sans que je n’ai rien vu venir je tombais la face la première au sol !  Avec l’entrainement que j’avais eu depuis toute petite, je parviens tout de même à présenter mon épaule à terre et tentais de rouler pour m’épargner le plus de dégâts. C’était sans compter sur le poids mort qui s’était jeté sur mon dos !

J’avais fini sur le dos, la chute m’ayant permis d’être plus avancée que mon agresseur qui me tenait maintenant les jambes pour m’empêcher de bouger. Une colère noire s’empara de moi, j’avais une brusque envie de massacre en voyant ces gants noirs autour de mes chevilles et sentant qu’il essayait de me ramener vers lui. Je battis des jambes comme une folle furieuse et parvient à libérer une jambe. Je balançais alors mon pied dans la face du type et eus même l’audace de le faire une deuxième fois. Il fut sonné et desserra mon autre cheville que j’extirpais vite fait. Mais ce n’était pas fini !

J’eus à peine le temps de me décaler de son emprise qu’il reprit ses esprits et tentait encore de m’agripper. Je levais la main précipitamment et fit magiquement décroché son arme de l’anse qui la retenait au corps du soldat. Elle me tomba dans les mains et sans me pencher plus sur son fonctionnement je tirais sur l’homme. Je crois l’avoir touché mais le retour de l’arme me fit cogna si fort contre l’épaule que je crus un moment que j’allais perdre connaissance. Tout ce que je sais c’est que je pus enfin me lever sans qu’il m’attrape et balancer d’un geste de la main l’arme à feu si vite contre un arbre qu’elle se cassa. Je ne pouvais de toute façon pas utiliser cette arme puisque je ne la maitrisais pas.

J’étais un peu étourdie par ce qui venait de se passait mais je ne refis pas l’erreur de l’immobilité et me remis à courir. Il fallait que j’atteigne le gymnase ! Une fois que je pouvais trouver un endroit sûr où je pourrais alors me concentrer mon pouvoir pourrait alors de mettre d’une grande utilité… Peut-être que je réussirais à en désarmer une bonne partie…

D’ailleurs… dans ma course effrénée vers le lieu de rassemblement, je vis un de ces hommes courir après les élèves. Un signe de mes deux doigts vers le haut et l’arme qu’il tenait en main cogna fort contre son menton. Un signe de mes deux doigts en vers le bas et le chargeur de l’arme quittait son habitacle pour aller s’envoler dans les branches d’un arbre. Hum… c’était déjà ça…

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: [EVENT CONTEXTUEL] La fin de Tsuki... [banquet des Jardins]

Message par Invité le Jeu 16 Juil 2015, 11:21

Alors que je ne me souciais pas de grand-chose au tour de moi pour me réfugier dans le gymnase, sorti de nulle part une balle passait juste derrière mon mollet, me l’entaillant légèrement. La douleur était tout de même là… Dans un puissant hurlement animal, je m’arrêtais dans ma course pour regarder en direction d’où venait le projectile, un soldat pointait son arme vers moi en tremblant nettement. Je pouvais voir de la peur sur son visage, il n’avait jamais vu elle belle demoiselle ou quoi ?! Je grognais à son égard, m’élançant dans sa direction, j’allais faire payer à ce macho ce qu’il venait de faire, me tirer dessus, franchement… Ma patte en sang laissée une traînée rouge derrière moi pendant que je fondais sur ma proie. Arrivé à son niveau, grâce à mon élan, je le plaquais au sol me servant de ma patte droite pour lui assener de grands de griffes sur le visage. Je suis plus imposante qu’un simple tigre, il y a peu de chance qu’il y survivre… Sans m’en rendre compte, un point faible se créé, je suis immobile, concentrée sur ma proie, si qui que ce soit m’attaque maintenant, et de loin surtout, je serais surement sans défense. Par réflexe, je préférais mordre son épaule et repartir en direction du gymnase plutôt que de rester là au milieu du chaos.

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: [EVENT CONTEXTUEL] La fin de Tsuki... [banquet des Jardins]

Message par Ren' le Jeu 16 Juil 2015, 11:37

N'oubliez pas que l'objectif principal est de rejoindre le gymnase, si vous n'y parvenez pas, le surnombre sera bientôt écrasant car les soldats ne restent pas sans rien faire, leurs collègues viennent en renfort suite à un appel lancé au talkie-walkie.

Le prochain tour adverse est repoussé à 13h00 pour aujourd'hui, je verrouillerai donc le sujet pour la mise à jour à cet horaire.


Je vais vous massacrer en #FE6600


Pour les Gamers économes ! :


Hymne perso:
avatar
Ren'

Fiche perso'
Infos:
Où me trouver:
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [EVENT CONTEXTUEL] La fin de Tsuki... [banquet des Jardins]

Message par Invité le Jeu 16 Juil 2015, 13:33

Trop dangereux, tout ceci l’est beaucoup trop. Je ne sais pas ce que je dois faire afin de faire au mieux. Ces gens meurent, c’est élèves sont blessés, j’ai pu au moins récupérer un récalcitrant au passage. Tout ceci n’a pas le moindre sens. J’arrivais plutôt rapidement à l’entrée du Gymnase, me frayant un chemin dans l’agitation générale, un gamin sous le bras, une épée à la main. Devant la double porte métallique se trouvait une élève, plaquée au sol, tenue en oppression par trois hommes armées. Je lâchais le gamin, lui donnant la clé du gymnase.

Ouvre, met toi à l’intérieur et vérifie qu’il n’y a personne, si c’est le cas ressors et dis le moi. Si c’est bon, tu gardes un œil en entrouvrant la porte sur qui arrive. Tu fais rentrer tous ceux qui sont de Tsuki dans un premier temps, on verra pour les autres après. J’arrive.

Je ne lui laissais pas le temps de répondre. Rentrant LightSpark dans mon épaule, je faisais maintenant appel à Ténébris dans mon torse. J’attirais l’attention des gardes en m’adressant à eux pour libérer le passage de la porte.

Messieurs, tous les trois contre moi… Ca va vous changer de vous mesurer à quelqu’un de votre taille.

Faisans appel au pouvoir de Ténébris, je dédoublais ma lame en deux ombres afin de toucher les trois d’affilé.

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: [EVENT CONTEXTUEL] La fin de Tsuki... [banquet des Jardins]

Message par Raclaw le Jeu 16 Juil 2015, 14:04

Mr Chikara tenait toujours Raclaw qui se débattait pour que ce dernier le relâche. Car Raclaw n'avait qu'une envie retourner sur le champ de bataille et faire payer aux soldats leurs geste et leur violence. Raclaw n'arrivait pas a se dégager, la force de Mr Chikara était énorme. Une fois arrivé au gymnase Mr Chikara le lacha en voyant une élève attaque par trois soldats. Chikara dit a Raclaw en lui donnant la clé du gymnase.

-Ouvre, met toi à l’intérieur et vérifie qu’il n’y a personne, si c’est le cas ressors et dis le moi. Si c’est bon, tu gardes un œil en entrouvrant la porte sur qui arrive. Tu fais rentrer tous ceux qui sont de Tsuki dans un premier temps, on verra pour les autres après. J’arrive.


Raclaw resta abasourdi il n'en revenait pas . Chikara avait le droit a la vengeance mais pas lui c'était n'importe quoi. du coup. Raclaw rangea la  clé dans sa poche. Chikara sortit alors une arme de son torse et lança aux gardes.

-Messieurs, tous les trois contre moi… Ca va vous changer de vous mesurer à quelqu’un de votre taille.

Chikara fit appel au pouvoir de son arme pour attaquer les gardes. Raclaw en voyant ca craqua, il s'enflamma complètement en hurlant et se eta sur le garde qui maintenant la fille au sol tout en évitant l'attaque de Chikara. Il agripa le visage d'un homme a une main  et enflamma sa main et lui brula le haut de la tète avant de le lacher pour qu'il retombe mort sur le sol a ses pieds . Soudain un vent fort se leva faisant voler son long manteau noir et ses cheveux rouges. Il se baissa ramassa le pistolet du soldat et vida le chargeur sur un des deux derniers hommes. ce dernier tomba l'uniforme rougit par le sang. Ensuite il se baissa et tendit la main a la fille.

-Tout vas bien ne t'en fais pas.

il lui tendit la clé du gymnase.

-Vas ouvrir le gymnase et cache toi dedans et attend qu'on arrive.

Raclaw se leva alors et regarda le dernier homme.

-Vous allez payer vos crimes.




Raclaw Theme

Raclaw Investigation/ Reflexion Theme

Raclaw Battle Theme
avatar
Raclaw

Fiche perso'
Infos:
Où me trouver:
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [EVENT CONTEXTUEL] La fin de Tsuki... [banquet des Jardins]

Message par Ren' le Jeu 16 Juil 2015, 15:07



Précision supplémentaire : Raclaw, l'arme de poing que tu prend sur le soldat dont tu brûles était en sécurité, tu n'as donc rien tiré sur le troisième soldat, touché au dos par l'épée de Chikara.

Tous ceux présents actuellement au gymnase sont tranquilles jusqu'au prochain tour, vous avez un moment de repis, profitez en pour trouver de quoi vous soigner, ou vous reposer.

Le prochain tour (ne concernant pas ceux déjà arrivé aux dortoirs) aura lieu à 21h00 comme j'ai mis plus de temps à faire les mises à jour. Selon le nombre de personnes connectées, il est possible que je ne fasse pas de tour à 00h00.


Dernière édition par Ren' le Ven 17 Juil 2015, 08:49, édité 1 fois


Je vais vous massacrer en #FE6600


Pour les Gamers économes ! :


Hymne perso:
avatar
Ren'

Fiche perso'
Infos:
Où me trouver:
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [EVENT CONTEXTUEL] La fin de Tsuki... [banquet des Jardins]

Message par Invité le Jeu 16 Juil 2015, 16:13

Lorsque je voulu frapper les trois terroristres d'un coup, celui maintenant la jeune au sol fut projeté sur le flan par une furie rougeoyante. Le gamin que je venais de lâcher s'était plongé sur ce soldat là, lui brûlant une grande partie de la tête. Quant à moi, je me concentrais plutôt sur les deux autres types. Le premier, juste en face de moi, fut frapper au torse par ma lame directement, ses protections lui conférant assez de couches pour absorber en bonne partie le coup. Le dernier, un peu sur le côté, se prit les deux lames d'ombre dans le dos, dédoublement de mon épée alors que le gamin, aux yeux injectés de sang tentait de lui tirer dessus avec une arme encore en sécurité. Il donna ensuite la clé du Gymnase à la demoiselle un instant plus tôt allongée au sol et lui dis de rentrer. Pendant ce temps le seul soldat encore apte à se battre décrochant un violent coup de crosse en plein dans mon visage, légèrement secoué, j'en avais marre et plantait mon épée du mieux que je le pouvais dans son corps avant qu'il ne réussisse à tirer.
Le jeune tenta de se remettre en chemin dans la direction opposée à la porte du Gymnase. Je l'attrapais de justesse par le col de son manteau et le tirais vers l'arrière.

J'ai dis... Dans le gymnase !!

Il ne m'était pas souvent arrivé d'être dans un état pareil de rage, de haine et de choc quant à ces meurtres s'étant déroulés sous mes yeux. Je ne répondais que moyennement de mes actes, et sans vraiment m'en rendre compte, je venais de pousser violemment le jeune homme avec le pommeau de mon épée vers l'intérieur du bâtiment. Avant de retourner récupérer qui je pourrais et surtout couvrir l'arrivée des plus proches, je tournais la tête vers les mêmes cheveux rouges.

Soit galant, protège la demoiselle...

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: [EVENT CONTEXTUEL] La fin de Tsuki... [banquet des Jardins]

Message par Célestia le Jeu 16 Juil 2015, 17:22

Le gymnase n'était plus qu'à quelques mètres. Tant mieux, en un sens, je serai en sécurité pendant quelques minutes voir quelques heures. Mais ça allait être difficile de rejoindre le gymnase, si on prenait en compte les soldats déchainés qui tiraient dans tout les sens et les gens qui couraient partout, complètement affolés. Je sentais que ces derniers mètres allaient être longs, très longs...

Alors que je courais, quelque chose se logea dans ma hanche. Une douleur fulgurante me traversa le corps. Je hurlai de douleur. Je commençai à m'étaler par terre quand je sentis un violent coup m'être assené dans le dos, me faisant violemment atterrir au sol. Je gémis en me tordant sur le sol. J'avais ma main sur ma hanche en sang : vaine tentative de calmer la douleur. Le soldat qui m'avait sûrement tiré dessus s'approcha de moi et pointa son arme sur ma tête. Je le regardai droit dans les yeux, avec le regard le plus noir que je puisse faire, en grimaçant de douleur.
Merde, qu'est ce que je pourrai faire ? L'arme la plus proche que j'avais était coincée dans ma ceinture, et si je la sortais, je n'aurai pas le temps de l'atteindre car je serai déjà morte... Je ne pouvais rien f...

Mais si ! J'ai une arme, en fait ! Et cette arme-là, je n'avais pas besoin de la sortir, car elle était déjà autour de moi. Je regardai toujours le soldat en souriant d'un sourire plutôt malsain. Le soldat se contentai de me regarder, un peu surpris par ma réaction. Il croyait que je n'étais pas armée ? Il allait avoir une drôle de surprise...

J'inspirai et expirai profondément. Puis j'inspirai à nouveau et poussai un hurlement. Mais pas un hurlement normal. Il avait été amplifié de manière brutale et avait atteint un taux de décibels difficilement supportable pour une oreille humaine non ou mal protégée. Mais ce n'est pas tout. J'avais combiné ce hurlement à deux sons différents : le premier, c'était celui d'une grosse explosion. Le deuxième, celui d'un micro mal réglé (vous savez des fois le micro il fait un bruit à vous déchirer les tympans ? Et ben, là c'est le même). Mélangez le tout, avec les différents son plus la hauteur, et vous obtenez un mélange à vous déchirer pour de bon les tympans.

Le soldat, pris au dépourvu, se boucha les oreilles en laissant tomber son arme au sol. J'arrêtai mon son et pris l'arme en me relevant difficilement. Espérant que ce soit un homme, pendant que je me relevai, j'en profitai pour lui donner un coup de crosse... dans l'entrejambe. Le soldat, qui avait sûrement encore mal aux oreilles après mon attaque sonore, n'avait pas vu l'attaque arriver. Apparemment, c'était bel et bien un homme, car je vis passer une expression de douleur dans ses yeux et il tomba par terre en se tenant à l'endroit où je lui avait fait mal et en balançant toutes les injures qu'il pouvait connaître. Je relâchai l'arme et continuai tant bien que mal ma course vers les dortoir, car ma hanche m'envoyait des signaux de douleur à chaque pas.

Après plusieurs minutes de courses effrénée parmi la foule agitée malgré ma hanche, j'étais presque au gymnase. J'allai me rapprocher du seuil quand je sentis quelque chose me frôler l'épaule. Je me retournai et vis alors un jeune homme étalé par terre.

- Tu devrais rentrer avant que ça chauffe.. Ça devient tellement bouillant...

Il me poussa en soupirant :

- Vas y, j'vais faire en sorte que ne te fasse pas canarder...

- M.. Merci... je lui dit.

Puis je continuai ma course tant bien que mal vers ce putain de gymnase qui était beaucoup trop loin. J'avais la main en sang à force de compresser la blessure. Un sentiment de culpabilité me traversa, car je laissai ce jeune homme  à la merci des soldats, mais bon, je m'occuperai de ça après.

J'étais presque sur le seuil du gymnase. Je n'arrivai plus à courir tant j'avais perdu de sang et j'avais du mal à marcher car je boitai pour arriver à avancer. Je haletai et transpirai. Et comme si cela ne suffisait pas, ma vue se brouillai. En plus, je devais ressembler à un zombie, toute pâle et couverte de sang comme j'étais...
Je ne devais pas m'évanouir, pas maintenant...
Je réussi tout de même à atteindre le seuil du gymnase. Je sentis soudain le sol se dérober sous mes pieds. Je tombai en avant, mais je sentis quelque chose ou quelqu'un me rattraper avant que je ne tombe au sol. Je ne savais pas si il avait dit quelque chose, et je m'en fichai bien. Je mis ma main sur ce qui semblait être une épaule et me relevai en laissant passer une plainte. Du sang coula le long de ma bouche, mais je m'en fichai.
Je me remis à marcher en direction du gymnase et, je ne sais comment, mais je crois que je réussi à l'atteindre et à me mettre dans un coin...
Avant de me sentir tomber sur le côté et de laisser les ténèbres m'envelopper.


Couleur dialogue : #4DA6E1
avatar
Célestia

Fiche perso'
Infos:
Où me trouver:
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [EVENT CONTEXTUEL] La fin de Tsuki... [banquet des Jardins]

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 10 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum