De la rue à l'école [Pv Himiko]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

De la rue à l'école [Pv Himiko]

Message par Yasushi le 30/5/2015, 23:46

Je sortais de l'auberge dans laquelle j'avais appris une nouvelle qui me plaisait guère. Ce n'était même pas ça. Elle me révoltait! Rien que d'y penser j'en avais des sueurs froides. Moi? Aller à l'école?! Non mais avaient-ils seulement regardé ma tête?? Certainement que non. Sinon, ils auraient vu que ce n'était pas du tout quelque chose pour un gars de la rue tel que moi. Je ruminai et ruminai sans cesse tant ma frustration était grande. En réalité, ce n'était pas tant le fait d'être logé, nourris correctement et aller dans des salles avec quelqu'un pour nous raconter des trucs... Non. Ce que je ne voulais pas c'était abandonner la bande d'orphelins que je protégeais de mon mieux de la famine et de La Brute accompagné de sa bande de cloportes.

Je marchais en trainant des pieds. Comme j'étais dans un de mes rares jours de repos, j'avais tout le temps de trouver une solution pour continuer à veiller sur les mômes. Les laisser à l'aubergiste aurait été une solution... Je détestais ses règles (je n'en supportais aucune d'ailleurs!) mais elle avait très bon cœur. Malheureusement elle n'était pas excessivement riche non plus et elle avait d'autres chats à fouetter que s'occuper de l'éducation de dizaines d'enfants de la rue. J'avais, sinon, entendu parler des établissements nommés orphelinats. D'après ce qu'on en disait, il s'agissait de maison pour les orphelins pour qu'ils puissent avoir la chance d'avoir une famille.

"Une famille... Non! C'est une mauvaise idée!!" pensais-je.

Une peur venue de nul part avait tenté de s'insinuer en moi lorsque j'avais tenté de me rappeler ce que pouvait bien être une famille. Passant de la peur à mon expression sévère de d'habitude, je repris ma marche, mains dans les poches de mon jean troué, en trainant des pieds. Une de mes mains était douloureuse : durant une bagarre j'avais été contraint d'utiliser mon pouvoir et créer une boule de lumière. Cette dernière m'avait grillé la main comme si j'avais mis cette dernière au-dessus d'un feu à la place d'un lapin. Le pire était qu'il s'agissait de la droite, celle que j'utilisais quotidiennement. En y repensant, je m'arrêtai à nouveau pour regarder cette dernière. Quel calvaire...!

Un cri aigüe me sortit de ma torpeur. Je levai donc les yeux vers la source du vacarme, juste à quelques dizaines de mètres devant moi. Une bande de jeunes s'en prenaient à une jeune fille. Cette dernière était seule et semblait porter quelques provisions. Enfin, c'est ce que je pensais, sinon ces brutes ne s'en prendraient pas à elles ainsi. En soupirant bruyamment, je me remis à marcher, sans traîner les pieds cette fois. Les mains dans les poches, le dos droit et mon air sévère ancré sur mon visage, je m'approchai du groupe. Quand je fus assez proche d'eux pour voir leurs visage, un nouveau soupir d'exaspération sortit. C'était La Brute et sa bande. Il était aussi potelé et geignard que la dernière fois que je l'avais croisé. S'en prendre à plus faible que lui était sa spécialité et c'était à cause de ce genre de comportement que je me faisais du soucis pour mes gamins.



Merci à Marco Wakasa pour ce magnifique avatar ♥
avatar
Yasushi

Fiche perso'
Infos:
Où me trouver:
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: De la rue à l'école [Pv Himiko]

Message par Himiko le 3/6/2015, 16:01

Le temps était agréablement bon aujourd'hui, le ciel était d'un bleu profond, il n'y avait aucun nuage à l'horizon et les quelques brises de vent étaient pour ma part, très agréable. La température était parfaite, il faisait ni trop chaud, ni trop froid. J'appréciais particulièrement les journées tel qu'aujourd'hui, je me sentais à l'aise, en pleine forme et surtout, j'étais de bonne humeur. C'est pourquoi, je pris la décision de sortir un peu, de voir du paysage, ce qui, à vrai dire, n'était pas vraiment dans mes habitudes. J'enfilais rapidement un haut ample, un short légèrement destroy, une paire de chaussette m'arrivant à mi-cuisse et accompagna le tout d'une paire de converse. Je pris mes clefs, mon téléphone et en un rien de temps je fus dehors. Je n'oubliais bien sûr pas de fermer la porte derrière moi, c'était en effet, la moindre des choses à faire pour mes compagnons de chambre.

Marchant d'une manière assez gracieuse, les écouteurs aux oreilles et les yeux plus ou moins fermés, je ne me rendais pas vraiment compte de la direction que je prenais. A vrai dire je m'en fichais légèrement, tout ce que je souhaitais était très simple : sentir les douces brises de vent sur ma peau. En effet, je trouvais cela très agréable, pour moi, cet air me semblait pure, elle me vidait l'esprit. En un rien de temps, j'arrivai dans un quartier aux abords de l'académie, du moins c'est ce que je pensais. C'était très animé mais, le paysage m'étais totalement inconnu, un sentiment étrange s'installa alors en moi. Étrange ? Non, ce n'était pas le mot. Le mot qui convenait le mieux était : excitation. Oui, l'inconnu ne me faisait pas peur, au contraire, elle m'excitait.

J'avais décidé de m'aventurer dans ce quartier qui ma foi, était très animé, les enfants courraient de partout, il y avait énormément de couple, certains se câlinaient, d'autre s'embrassaient. A croire que ce quartier était un point de rendez-vous. Beaucoup se reposaient sur les bancs, il y avait énormément de boutique. La bonne humeur régnait et je pris beaucoup de plaisir à me promener dans ces rues. Pourtant, je n'aimais pas le brouhaha et c'est pourquoi je pris la décision de prendre une rue un peu plus calme. Mon ventre commençait à gargouiller, je n'avais en effet, pas mangé grand chose de la journée, je n'en avais pas eu le temps, ni l'envie, ni le besoin.

Étant proche d'une épicerie, je décidai de m'acheter de quoi grignoter. À l'intérieur, beaucoup de choix s'offrait à moi, je pris longtemps avant de me décider. Finalement, le choix que je fis fut plus ou moins évident : je pris un peu de tout. Ce n'était pas la faute à mon indécision, ce qui me fit faire ce choix était plutôt le fait que cette épicerie disposait de beaucoup trop de choses. Je n'avais qu'une envie, gouter à un peu tout. Il était évident qu'acheter tout cela était irresponsable, jamais je n'aurais pu terminer tout cela mais, étant très obstinée je le fis quand même. Je remplissais mon caddie, il contenait toutes sortes de choses : pockies, boissons, gâteaux, bonbons et j'en passe. Après être passée à la caisse, je commençais à regretter amèrement mon action, tout d'abord mon porte-monnaie en prenait un coup mais le pire était que je ne pouvais pas porter tout cela, tout était beaucoup trop lourd.

Dès ma sortie, une bande de brute se mirent à m'encercler, je n'y prêtais tout d'abord pas attention mais, lorsque l'un d'entre eux me poussa violemment contre un mur, je ne pouvais que réagir. Réagir ? Mais comment ? Mes mains étaient occupées et utiliser mon pouvoir en public aurait été bien trop dangereux. Je commençais légèrement à m'inquiéter, il n'y avait qu'une idée qui me venait en tête : crier et demander à l'aide. Demander à l'aide ne faisait pas vraiment partie de mon vocabulaire car, en effet, je détestais être redevable mais je n'avais pas le choix.

« A l'aide, j'ai besoin d'aide !!! » criais-je.

J'espérais de tout coeur que mon appel au secours allait se faire entendre. Je ne désespérais pas, je ne savais pas ce que ce groupe de personnes me voulait, il n'y avait donc pas de quoi paniqué mais je voulais m'assurer que rien de grave n'allait arriver. J'attendais sagement si je puis dire, la personne qui allait me sauver.

Hors Rp:
Ahah, désolé si tu trouve ça un peu brouillon, come j'avais pas trop la tête à rp, la syntaxe et surement plutôt mauvaise et il y a surement beaucoup de fautes, pardonne moi >.< Je tenais à repondre à ton rp donc voilà !



avatar
Himiko

Fiche perso'
Infos:
Où me trouver:
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: De la rue à l'école [Pv Himiko]

Message par Yasushi le 3/6/2015, 19:25

J'avançais à pas lents qui résonnaient tels une menace dans la ruelle. Mais les jeunes agresseurs ne semblèrent rien remarquer, pour mon plus grand plaisir. Finalement, peut-être allais-je avoir le droit à ma bagarre. Ou peut-être s'enfuiraient-ils avant que je ne parvienne derrière eux? Pour le savoir, je n'avais qu'à continuer ma marche lente et régulière. Mes mains dans les poches, fermées en poings, fourmillaient autant que mon sang bouillonnait de joie et de colère. N'ayant pas l'habitude d'exprimer ma première émotion, seule ma colère était voyante.

La victime, adossée à un mur, était (comme je l'avais deviné) une jeune fille aux longs cheveux châtains clairs. Plus petite que moi, elle me semblait mignonne vue comme ça. Acculée par la bande de garçons, elle semblait attendre quelque chose. Bien qu'à l'air calme, lorsque je fus assez près, elle me sembla tout de même effrayée. Normal vu sa situation... J'étais à quelques mètres d'eux quand La Brute me remarqua enfin. Quel plaisir ce fut de voir son visage confiant se décomposer pour laisser place à la peur. C'était l'effet que je lui faisais depuis le jour où j'avais découvert mon pouvoir. Je n'étais pas sadique, mais je ne voulais pas être tendre avec ce connar! Je me précipitai donc vers lui avant qu'il n'ait le temps de fuir pour lui asséner un coup de poing dans l'estomac. Je lui aurais bien mis dans le pif, mais ce n'était pas le moment de m'attirer des ennuis à cause de ça. J'avais d'autres choses à faire que de m'expliquer pour un nez cassé. Mon adversaire tomba à terre, les bras tenant l'endroit où j'avais frappé.

- Disparaissez de ma vue... fulminai-je à l'adresse de La Brute et sa bande, des éclairs dans les yeux.

Lorsqu'ils furent partis en courant aussi vite que leur chef blessé leur permirent, je me tournai vers la jeune fille. Plus calme, je poussai un soupire en fermant les yeux et en portant ma main gauche à la nuque. J'étais certain de lui avoir fait peur, bien qu'elle soit toujours là... J'affirmai donc d'un ton calme, à son intention :

- Désolé si je t'ai fait peur. Puis je portais mon regard sur son sac de nourriture : C'est ce que je pensais... de la nourriture. Tu devrais faire attention quand tu transporte ce genre de choses. Les rues grouilles d'orphelins qui volent pour se nourrir. Les gars qui t'ont agressée en font parti...

... et moi aussi. ajoutai-je mentalement.



Merci à Marco Wakasa pour ce magnifique avatar ♥
avatar
Yasushi

Fiche perso'
Infos:
Où me trouver:
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: De la rue à l'école [Pv Himiko]

Message par Himiko le 6/6/2015, 23:19

Je commençais à m'impatienter, le temps me semblait extrêmement long depuis que ces personnes m'avaient encercler et en quelques sortes, prient en otage. Je ne savais toujours pas ce qu'ils me voulaient ni ce qu'ils allaient faire de moi et le pire était que je ne faisais pas le poids face à eux, ils étaient beaucoup trop nombreux pour moi, me défendre ne m'aurais servis à rien sauf à empirer mon cas. Soudain, j'entendis des pas. Ils étaient plutôt lents mais régulier. Était-ce la personne qui allait me sauver de ce traquenard ? Je ne le savais pas. Était-ce un homme ou une femme ? Un homme je présume, c'était mon intuition féminine qui me le disait. J'attendais alors sagement cette fameuse personne.

Cette bande d'idiot ne semblait pas du tout remarquer le jeune homme qui se tenait à présent derrière eux. Je supposais qu'il allait les prendre par surprise et c'était plutôt fourbe de faire ça mais je devais avouer que j'aimais beaucoup cette technique, elle était très efficace lorsque l'on savait bien l'utiliser. Lorsque mon sauveteur fut assez près, je pus enfin découvrir son visage. Comme je l'avais prédis, c'était un jeune homme. Il semblait avoir à peu près mon âge et mesurait dans les 1m80. Il possédait d'assez long cheveux de couleur blond orangé mais pas assez pour l’efféminé et de très beau yeux gris mélangé à une petite touche de bleu. On pouvait aussi apercevoir une petite boucle d'oreille noire sur le lobe de son oreille. A vrai dire, il était plutôt pas mal quoi que, un peu maigre.

Alors que je fixais mon sauveur, le plus balaise d'entre eux remarqua enfin le jeune homme se trouvant à quelques mètres de nous. Au début, cette "brute" m'avait l'air très confiant et sûr de lui mais lorsqu'il aperçu le visage du jeune blond, son visage se décomposa, en effet, il était à présent éprit d'un sentiment étrange se nommant : la peur. Dès cet instant, un très beau spectacle pu s'offrir à moi. Mon sauveur se précipita sur la brute et, avant qu'il n'eut le temps de s'enfuir, il lui asséna un violant coup poing dans l'estomac. Celui-ci tomba lourdement à terre, se tenait le ventre, signe de très grosse douleur. Je fus à la fois surprise et rassurée. Surprise par le fait qu'il ai réglé cela par les poings mais rassurée par le fait qu'il avait réussi à me protéger.

« Disparaissez de ma vue... » fulmina-t-il à l'adresse de ces personnes bizarres tout en ayant des éclairs dans les yeux.

Ils prirent aussitôt leurs jambes à leur cou et s'enfuirent le plus rapidement possible. C'était ce qu'on appelait prendre la poudre d'escampette. À présent, tout était redevenu calme grâce à ce jeune homme. Il se tourna alors en ma direction et soupira tout en fermant les yeux et en portant sa main gauche à sa nuque.

« Désolé si je t'ai fait peur. » dit-il en portant son regard sur mon sac plein de friandise. « C'est ce que je pensais... de la nourriture. Tu devrais faire attention quand tu transporte ce genre de choses. Les rues grouilles d'orphelins qui volent pour se nourrir. Les gars qui t'ont agressée en font parti... »

« Me faire peur ? Au contraire, je te remercie de m'avoir sauvé ! » lui dis-je avec un chaleureux sourire aux lèvres.

Je regardais ensuite mon sac de provision, perplexe de sa remarque.

« Ils en voulaient ? J'aurais pu partager, j'ai acheté tout ça sur un coup de tête, je ne pensais pas vraiment manger tout ça... En plus c'est drôlement lourd, en donner ne m'aurait pas deranger du tout, au contraire. »

En abordant ce sujet, j'eus l'impression durant une fraction de secondes, qu'il parlait de cela comme s'il en faisait lui aussi partie. Je le regardais avec une expression des plus bienveillante et me demandais à présent ce qui allait se passer par la suite. En effet, cette rencontre bien que tumultueuse, m'intriguais.



avatar
Himiko

Fiche perso'
Infos:
Où me trouver:
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: De la rue à l'école [Pv Himiko]

Message par Yasushi le 7/6/2015, 00:46

Me sortant d'une pseudo nostalgie, la jeune fille me répondit du tac au tac :

« Me faire peur ? Au contraire, je te remercie de m'avoir sauvé ! »

Elle souriait d'une façon telle que je crus me retrouver devant l'aubergiste qui m'hébergeait de temps en temps. Mais, en regardant son sac, elle le perdit. Non, cette fois son visage exprimait de la surprise mêlée à de l'incompréhension. Cela se confirma par la suite :

« Ils en voulaient ? J'aurais pu partager, j'ai acheté tout ça sur un coup de tête, je ne pensais pas vraiment manger tout ça... En plus c'est drôlement lourd, en donner ne m'aurait pas deranger du tout, au contraire. »

Fallait croire qu'elle ne connaissait rien à ce que j'appelais depuis peu "la face cachée de la ville". Ainsi, elle était bien une de ces personnes qui n'avaient pas eu à vivre par ses propres moyens, sans rien pour y parvenir. Pourtant, contrairement à ce que pouvait laisser paraître mon air froid, je ne parvenais pas à la détester. Peut-être que je pensais que la faute ne venait pas d'elle.

Soudain, des petits pas rapides se firent entendre. Ils venaient de derrière moi. Je n'étais pas inquiet : je connaissais bien ce rythme pour l'avoir entendu pendant un certain temps. En me retournant, ce que je pensais se confirma. Il s'agissait d'un des gamins dont je m'occuper. Malheureusement, il s'agissait d'un petit nouveau qui avait encore du mal à suivre les règles que j'avais imposées. Petit et maigre, comme la plupart d'entre nous, ses cheveux noirs étaient graisseux et ses yeux verts reflétaient la souffrance qu'il avait vécue. Ses traits concentrés et ses yeux fixés vers la jeune fille me fit comprendre ce qu'il avait en tête. Alors, lorsqu'il fut à ma hauteur, je l'attrapais par le col, ce qui provoqua ses cris :

- Lâche-moi, Yasushi! Mais lâche-moi, bordel!

- Calme-toi donc espèce de vaurien... soupirai-je. Puis, en m'adressant à la jolie demoiselle, je repris :Dans la rue on n'apprend pas ce qu'est le partage. La Brute et sa bande, tout comme ce vaurien ici présent, allaient tout te voler. Et ce, sans remord.

- Tu es comme nous!! hurla le gamin que je tenais toujours.

Je le posai donc par terre et lui répondis froidement, comme on dispute un enfant qui a fait une bêtise, mais sans hausser le ton :

- Sauf que contrairement à certains j'essaie de changer les choses. Alors que ce soit clair une bonne fois pour toute : soit tu arrêtes de voler et je continue à te protéger, soit tu devras te débrouiller seul!

Sur ces mots, le petit partit en courant, les larmes aux yeux. Je poussai un soupir avant qu'on l'entende crier au loin :

- De toute façon tu ne seras plus là pour nous protéger puisque tu t'en vas!!!!

Aïe! Ca c'était douloureux... Et moi qui tentais désespérément de trouver une solution à ce problème... C'était vraiment mal parti. Je poussai donc un nouveau soupir en regardant le ciel. Dieu, ce que la vie était compliquée!



Merci à Marco Wakasa pour ce magnifique avatar ♥
avatar
Yasushi

Fiche perso'
Infos:
Où me trouver:
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: De la rue à l'école [Pv Himiko]

Message par Himiko le 13/6/2015, 18:13

Je ne comprenais pas. Moi qui avais été aimée par un père et une mère des plus attentionnés et des plus bienveillants, j'avais vécu jusqu'à présent une vie plutôt plaisante. Nourrie à ma faim, logée dans une grande maison et dormant sur un lit des plus confortable, je ne pouvais comprendre ce qu'était de vivre à la rue, comme un orphelin. En y réfléchissant, jusqu'à présent je ne m'étais jamais rendu compte de la chance que j'avais et soudain, un petit sentiment de culpabilité se mit à m'envahir. Tout le gaspillage que j'avais pu faire étant enfant me faisais honte, je me plaignais sans arrêt pour telle ou telle chose et tout cela me faisais froid dans le dos. Pourtant, quelques secondes plus tard, ce sentiment se dissipa. On le dit souvent mais, au fil du temps, tout le monde change même si, ce n'est pas toujours forcement en bien.

Soudain, des petits pas se firent entendre m’extirpant de mes pensées au passage. Ils étaient rapides et semblaient provenir de derrière le jeune homme. Bien évidemment, le jeune blond avait lui aussi remarquer cette présence et m'avait l'air plus ou moins sur de l'identité de la personne qui se trouvait tout près de nous, il se retourna alors pour confirmer tout ceci. Il s'agissait d'un enfant d'à peu près 7-8ans, il était petit et maigre, ses cheveux étaient sales et l'on pouvait voir toute la souffrance qu'il avait enduré rien qu'à travers son regard. Sans vraiment savoir pourquoi ou du moins, avec une vague idée, je sentis le petit garçon me fixer et c'est alors que mon sauveur l'attrapa par le col.

« Lâche-moi, Yasushi ! Mais lâche-moi, bordel ! » cria l'enfant.

Le jeune homme qui se prénommait Yasushi lui répondit aussitôt.

« Calme-toi donc espèce de vaurien... » fit-il en soupirant. Puis il reprit tout en me regardant : « Dans la rue on n'apprend pas ce qu'est le partage. La Brute et sa bande, tout comme ce vaurien ici présent, allaient tout te voler. Et ce, sans remord. » Tout s’enchaîna très vite, me laissant dans l’incompréhension la plus totale.

«  Tu es comme nous !! » hurla le petit garçon.

« Sauf que contrairement à certains j'essaie de changer les choses. Alors que ce soit clair une bonne fois pour toute : soit tu arrêtes de voler et je continue à te protéger, soit tu devras te débrouiller seul ! » fit-il comme s'il essayait de disputer un enfant qui venait tout juste de faire une bêtise et ce, sur un ton plutôt froid.

Le petit, qui avait réussi à s'échapper de l'emprise du jeune homme, partit en courant et les larmes aux yeux après avoir entendu ces paroles.

« De toute façon tu ne seras plus là pour nous protéger puisque tu t'en vas !!!! » cria-t-il au loin.

La scène à laquelle je venais d'assister me laissais perplexe, le jeune homme en face de moi m'avait l'air légèrement abattu après que le petit garçon se soit enfuit. Même si je ne comprenais pas encore tout à fait bien ce qui venait de se passer, je ne voulais absolument pas laisser tout ceci comme cela, il en était hors de question et c'était plus fort que moi. Je pris alors en main mon sac de course puis poussai légèrement Yasushi en avant.

« Courons ! On peut encore le rattraper ! Tu ne veux pas laisser sa comme ça pas vrai ? Il n'a pas pu aller bien loin en si peu de temps, je n'ai pas tout compris mais, je pense que cette situation n'était pas ce que tu voulais alors rattrapons le et tachons de lui parler ! De plus, si tu le protèges tu n'as sans doute pas pensé au fait que les gens de tout à l'heure puisse s'en prendre à lui n'est-ce pas ? Ils ont peur de toi, s'en prendre au petit serait une solution pour t'atteindre ! Je suis sûr qu'ils sont encore dans les parages, le laisser seul serait dangereux, il est encore petit ! »

Je lui pris alors la main et me mis à courir, l'entraînant avec moi. Pourtant, j'avais du mal, mon sac remplit de friandise me ralentissais, en effet, il était bien trop lourd pour moi mais j'espérais que le jeune homme ne le remarque pas.

« Au fait, moi c'est Himiko, ravie de te connaître, par contre on fera le reste des présentations plus tard ! »



avatar
Himiko

Fiche perso'
Infos:
Où me trouver:
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: De la rue à l'école [Pv Himiko]

Message par Yasushi le 13/6/2015, 22:22

Je n'eus pas le temps de compter les quelques oiseaux qui volaient au-dessus de nos tête lorsque je levais la mienne vers le ciel : j'entendis le froissement de sacs en plastic. Je tournais donc la tête vers la demoiselle qui avait repris ses vivres avant de me pousser :

« Courons ! On peut encore le rattraper ! Tu ne veux pas laisser sa comme ça pas vrai ? Il n'a pas pu aller bien loin en si peu de temps, je n'ai pas tout compris mais, je pense que cette situation n'était pas ce que tu voulais alors rattrapons le et tachons de lui parler ! De plus, si tu le protèges tu n'as sans doute pas pensé au fait que les gens de tout à l'heure puisse s'en prendre à lui n'est-ce pas ? Ils ont peur de toi, s'en prendre au petit serait une solution pour t'atteindre ! Je suis sûr qu'ils sont encore dans les parages, le laisser seul serait dangereux, il est encore petit ! »

Certes, il n'avait pas pu aller bien loin. Certainement chez l'aubergiste qui nous hébergeait à certaines conditions. Pour ces enfants, elle était un peu comme la mère qu'ils n'avaient plus. Ou, du moins, une belle image... C'est pourquoi je n'étais pas très inquiet à son sujet. De plus, concernant La Brute, je pensais l'avoir bien amoché. J'avais tapé là où mon pouvoir l'avait atteint la première fois. Et, d'aussi loin que je me souvienne, il n'avait jamais supporté les contacts au niveau du ventre. Je l'imaginais donc assis dans une ruelle en se tenant le ventre. Mais, c'était certain, il allait chercher à se venger. C'était pour ça que je ne voulais pas quitter les mômes. C'était pour ça que j'étais inquiet de mon départ...

Alors que je réfléchissais à tout cela, la tête basse, quand la blondinette me pris la main et commença à courir. Enfin... essayer puisque ses sacs, autant que moi, l'empêchaient d'aller aussi vite qu'elle le souhaitait.

« Au fait, moi c'est Himiko, ravie de te connaître, par contre on fera le reste des présentations plus tard ! »

Arrête toi, Himiko. Laisse-le. lui fis-je sans émotion en m'arrêtant net.

Je mis ma main libre dans ma poche pour montrer que je n'avais aucune intention de bouger et lui affirmai :

- Je connais La Brute et ses points faibles. Notamment celui de l'estomac, puisque c'est moi qui le lui ai créé. En ce moment même il doit être en train de faire comme s'il agonisait. Ensuite, si tu veux, on va aller là où je pense que Léo est allé. Il n'a nulle part d'autre où "rentrer", de toute façon. S'il n'y est pas, je le chercherai. Mais pas la peine de se presser pour le moment. Ce n'est pas loin et il doit être en train de se plaindre de ma méchanceté.

Je poussai un soupir en regardant à nouveau le ciel avant de marmonner pour moi-même, bien qu'elle l'eut certainement entendu :

- Je vais encore me faire engueuler par l'aubergiste alors que je cherchais un moyen de pallier le problème de mon absence...

Je pris ensuite la main de la jeune fille prénommée Himiko et l'entraînais doucement à travers les ruelles, sans aucune hésitation. Et ce, jusqu'à ce que nous arrivâmes devant une porte en bois vieilli par le temps. Je l'ouvris en annonçant à la blondinette :

- Bienvenue, à l'auberge qui loge les orphelins de la rue.

Tout en disant cela, je vis l'aubergiste, une vieille femme âgée entre 50 et 60 ans, habillée d'une robe et d'un tablier, qui consolait le petit Léo. Ce dernier pleurait...



Merci à Marco Wakasa pour ce magnifique avatar ♥
avatar
Yasushi

Fiche perso'
Infos:
Où me trouver:
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: De la rue à l'école [Pv Himiko]

Message par Himiko le 20/6/2015, 19:48

Si je puis dire, je venais de faire un très long monologue. J'avais beaucoup parler et plutôt vite d'ailleurs. À vrai dire j'avais peur d'une chose, qu'il me "recale". Je ne voulais absolument pas qu'il s'arrête en plein chemin pour me dire qu'ensuite tout allait bien se passer pour ce petit garçon, qu'il n'y avait pas de quoi s'inquiéter, qu'il était en sécurité et d'autres choses dans le genre. Pour être franche, ma fierté en en aurait prit un sacré coup, je priais alors pour que tout cela ne se produise pas. Alors que nous courrions, je sentis le jeune homme s'arrêter net et c'est ce qui m'entraîna à faire de même. Je me préparais au pire, je fermais alors les yeux, prête à entendre ce qu'il avait à me dire.

« Arrête toi, Himiko. Laisse-le. » me dit-il sans émotion.

« Je connais La Brute et ses points faibles. Notamment celui de l'estomac, puisque c'est moi qui le lui ai créé. En ce moment même il doit être en train de faire comme s'il agonisait. Ensuite, si tu veux, on va aller là où je pense que Léo est allé. Il n'a nulle part d'autre où "rentrer", de toute façon. S'il n'y est pas, je le chercherai. Mais pas la peine de se presser pour le moment. Ce n'est pas loin et il doit être en train de se plaindre de ma méchanceté. » continua-t-il.

Il n'avait aucunement l'intention de bouger et mes yeux s'humidifièrent légèrement. En effet, comme prévu, ma fierté en avait prit un coup. Je savais que ce qu'il venait de dire n'était nullement méchant mais sans trop savoir pourquoi, quelques petites larmes s'étaient installées sur les coins de mes yeux. Peut être était-ce la chaleur ? La fatigue ? Il n'y avait pas vraiment de quoi en faire tout un plat. Soudain, j'entendis le jeune homme marmonner quelque chose.

« Je vais encore me faire engueuler par l'aubergiste alors que je cherchais un moyen de pallier le problème
de mon absence...
»

Pallier le problème de son absence ? Je ne voyais pas vraiment de quoi il voulait parler mais, je supposais que c'était tout à fait normal et qu'il avait surement pensée à haute voix. Soudain, il me prit la main. Surprise par son geste, mes joues se tintèrent légèrement de rouge puis sans m'en rendre compte, il m'entraîna sans aucune hésitation à travers de nombreuse ruelles. Bien évidemment, je revins à mon état normal très rapidement et ce, bien avant que nous n'arrivions devant cette maison. Il s'agissait d'une maison assez vieille, la porte d'entrée qui était en bois avait été vieilli par le temps. Yasushi ouvrit la porte tout en me parlant.

« Bienvenue, à l'auberge qui loge les orphelins de la rue. »

En entrant, je vis le petit garçon qui s'était enfuit un peu plus tôt, se faisant consoler par une dame d'âgée d'environ 50-60ans habillée d'une robe et d'un tablier. Je ne savais pas vraiment quoi faire. M'avait-il emmener ici pour me rassurer ? Je pris mon sac de provision entre mes deux mains tout en m'inclinant légèrement en avant.

« Je suis Himiko Satô, enchanté de vous rencontrer madame. »

Je me redressais alors, en leur adressant un très beau sourire puis pris une petite inspiration. Je tendis en avant, le sac plein de friandise à l'aide de mes deux mains tout en regardant la vieille dame et le petit garçon.

« Ceci est un cadeau de ma part, j'ai acheté tout cela sans vraiment m'en rendre compte et comme je ne pensais pas vraiment les mangés, je me disais que vous pourriez donner tout cela aux enfants qui vivent ici ! Je vous pris de l'accepter, cela me ferait vraiment très plaisir. »

Je ne savais pas vraiment si mon geste était déplacé mais, je tenais vraiment à le faire.



avatar
Himiko

Fiche perso'
Infos:
Où me trouver:
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: De la rue à l'école [Pv Himiko]

Message par Yasushi le 21/6/2015, 00:32

L'auberge était quasi vide. Les enfants étaient certainement en train de jouer dans les rues et les rares clients qu'il y avait quand j'étais partis devaient être allé travailler. Enfin, ce n'était que des suppositions. C'est donc dans une salle vide que Léo pleurait sur les genoux de l'aubergiste bienveillante. Celle-ci, en nous entendant entrer, nous accueillis chaleureusement, malgré les foudres qu'il y avait contre moi. Je laissais donc Himiko entrer tandis que je décidai de rester à l'entrée après avoir fermé la porte.
La jeune fille s'avança et se présenta :

« Je suis Himiko Satô, enchanté de vous rencontrer madame. »

Puis, généreusement (trop à mon goût), elle tendit son sac de provisions en annonçant :

« Ceci est un cadeau de ma part, j'ai acheté tout cela sans vraiment m'en rendre compte et comme je ne pensais pas vraiment les mangés, je me disais que vous pourriez donner tout cela aux enfants qui vivent ici ! Je vous pris de l'accepter, cela me ferait vraiment très plaisir. »

L'aubergiste lui fit un grand sourire avant de lui répondre :

- Je suis Bernadette Clovis. Mais tout le monde m'appelle Berth. Bienvenue dans mon auberge. Puis, en prenant le sac, elle continua : Je te remercie de ta gentillesse. Mais es-tu sûre? Cela a dû te coûter bien cher!

Enfin, elle se tourna vers moi et s'exclama :

- Toi, mon garçon, nous aurons quelques mots à nous dire!

Mouais. Et je ne pouvais pas y échapper puisqu'il fallait que je raccompagne la "bienfaitrice" nommée Himiko. Je n'étais pas certain qu'elle sache comment nous étions arrivés là. Je soupirai donc pour la énième fois de la journée et attendis, adossé au mur, les bras et les jambes croisés ainsi que les yeux fermés. Je n'espérais rien et je voulais encore réfléchir à la solution que je voulais trouver avant d'entrer dans cette fichue académie. Je sentais que rien n'allais aller.



Merci à Marco Wakasa pour ce magnifique avatar ♥
avatar
Yasushi

Fiche perso'
Infos:
Où me trouver:
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: De la rue à l'école [Pv Himiko]

Message par Himiko le 12/7/2015, 19:17

Je regardais tout autour de moi, observant alors les meubles et tout le tralala qui pouvait se trouver dans cette pièce de vie commune. L'hôte de cette maison ne semblait pas être très riche, au contraire, elle semblait être d'un rang social normal voir pauvre. Les murs étaient comme qui dirais-je, vieillis, je pouvais en dire de même pour la porte d'entrée, les meubles étaient ma foi, plutôt usés, il semblait que le temps s'était emparé de cet endroit. Pourtant, je devais admettre une chose, tout était propre et parfaitement rangé, l'air de cette pièce pouvait être qualifié de pure et fraiche, je me sentais bien ici, je me sentais à l'aise. Ne pouvant décrire cette sensation de bien-être qui m'envahissais peu à peu, je devins soudain très nerveuse. Mes mains toujours tendues vers l'avant, j'attendais une réponse de leur part. La vieille dame me regarda alors puis me fit un grand sourire avant de me répondre.

« Je suis Bernadette Clovis. Mais tout le monde m'appelle Berth. Bienvenue dans mon auberge. » fit-elle en prenant mon sac de provision. Elle reprit ensuite. « Je te remercie de ta gentillesse. Mais es-tu sûre ? Cela a dû te coûter bien cher ! » me demanda-t-elle. Sans m'avoir laissé le temps de lui répondre, elle s'adressa au jeune homme qui m'avait accompagné jusqu'ici. « Toi, mon garçon, nous aurons quelques mots à nous dire ! »

Je décidais alors de répondre à la dame qui s'occupait de cet endroit.

« Ce n'est pas grand chose, j'espère seulement que cela vous aidera un minimum. Beaucoup d'orphelins vivent ici ? Ce n'est pas trop dur à gérer ? » demandais-je sans vraiment trop insister.

Ce fut peut-être une question légèrement déplacé... Ou peut-être pas, je ne savais pas. L'auberge ne semblait pas être extrêmement grande, je me demandais alors si beaucoup de personnes vivaient ici. Pour moi, dans ma tête je me disais que cela devait être extrêmement dur à gérer, cet endroit était comme un refuge pour les plus faibles et les plus démunis. J'avais un profond respect pour ce que cette dame faisait pour ces enfants. Je me demandais d'ailleurs s'il existait des enfants sans nul part où aller, encore plus jeune que celui qui se trouvait dans cette pièce. En fait je connaissais déjà la réponse mais, je ne voulais pas faire face à cette réalité. Oui il en existait probablement, tel était la réponse. Je soupirais d'exaspération.

Mon attention se reposa alors ensuite sur le jeune homme qui allait se faire sermonner, je ne connaissais pas vraiment la situation, je ne pouvais donc rien dire, je me contentais seulement de regarder. J'attendais aussi une réponse à mes quelques questions, du moins j'espérais en avoir. Tout en jouant avec une mèche de mes cheveux, je restais là, sans vraiment savoir quoi faire. Les pleurs du petit garçon de tout à l'heure semblait s'atténuer et cela me rassurai, mon sentiment de nervosité s'était lui aussi envolé, je retrouvais enfin mon hatitude habituelle. Une aura de confiance et d'assurance m'entourais de nouveau.

Excuse:
Déjà je m'excuse pour tout le temps que j'ai pris à te repondre, je n'étais plus trop inspiré et je ne voulais donc pas répondre n'importe quoi. Ensuite en me relisant je me suis rendu compte qu'en fait c'était encore plus mal ecris que ce que je pensais... J'arrive pas du tout à me remettre dans notre rp excuse moi.



avatar
Himiko

Fiche perso'
Infos:
Où me trouver:
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: De la rue à l'école [Pv Himiko]

Message par Yasushi le 13/7/2015, 22:21

Je ne fis pas mine de répondre à ma bienfaitrice. Je l'entendais souvent me dire ça et je savais que le mieux était d'attendre ses remontrances. Apparemment, cela laissa le temps à la jeune fille de répondre à Berth :

[color:4f8b=#8181F7‏]« Ce n'est pas grand chose, j'espère seulement que cela vous aidera un minimum. Beaucoup d'orphelins vivent ici ? Ce n'est pas trop dur à gérer ? »

Ne laissant pas à ma protectrice et donneuse de sermons le temps de lui répondre, j'expliquais d'une voix lasse :

- On ne vit pas ici. Enfin, que sous certaines conditions. Personnellement, je n'ai jamais accepté de vivre ici. Et bien que je laisse le choix à mon groupe d'orphelins, ils ont préféré suivre mon exemple. Nous nous réfugions là quand c'est nécessaire. En échange, nous lui rendons des services et nous évitons les problèmes.

En croisant le regard noir de l'aubergiste, je me tus. Mieux valait que je me taise pour le moment, que je me fasse oublier. Pourquoi donc avais-je une conscience? Si je n'en avais pas, je me serais faufilé dehors et aurais fui en laissant la jeune fille là. Mais, en même temps, sans cette conscience, je n'aurais pas aidé ces orphelins... Je soupirai bruyamment et restai silencieux alors que Berth reprenait :

- C'est dur de l'admettre, mais il a raison : aucun des orphelins ne vivent ici. Je me contente juste de leur offrir un endroit paisible lorsqu'ils ont besoin de protection, de se nourrir et de se loger lorsque les égouts sont inondés. En échanges ils doivent se comporter comme des personnes civilisées et me rendre quelques services. Ce jeune homme qui t'a accompagné ici n'a pas vraiment le comportement d'une personne civilisée et je désespère qu'il en ait une.

Bien que cette pique m'ait touché, je ne dis rien. Ca n'en valait pas la peine. J'espérai simplement qu'elle m'épargne le sermon devant la blondinette, qui ne l'était pas tant que ça sans soleil. Mais qui s'en préoccupait?
Mon regard se posa sur le jeune garçon caché dans les jupes de la vieille bique. Je ne voulais pas être méchant, mais il fallait qu'il comprenne que le vole c'était mal. Et après c'était moi qui n'était pas civilisé... Enfin, j'avais l'habitude!

- Yasushi, tu m'écoute?!

Non, je ne l'avais pas écouté, trop occupé à penser à tout ce qui se passait. Je la regardai et lui fit comprendre par un haussement d'épaules que non, et que je m'en fichais.

- Non mais celui-là! Non seulement il ne sait que se battre, mais en plus il fait pleurer tout le monde! Et maintenant, il n'écoute personne! Mais qu'il aille donc à l'école, ça lui ferait du bien!

N'y tenant plus, j'explosai :

- Là tu vas trop loin espèce de vieille bique!! Je ne sais pas ce que t'a raconté ce sale môme, mais je l'ai empêché de vole, chose pas très "civilisée" il me semble! Et tu es en train d'oublier que JE VAIS ENTRER DANS CETTE P*** D'ACADEMIE DE M***!! A cause de ça je ne pourrais plus les protéger! Et après tu t'étonne que je suis énervé, que je me bats...?! Non mais je rêve!

Furieux, mes poings tremblaient alors que je regardais l'aubergiste, debout, à un bon mètre du mur. La vieille dame était choquée. Jamais je ne m'étais énervé ainsi contre elle, mais j'avais tellement l'impression que tout me tombait dessus que je n'avais pas supporté ses mots. Le petit s'était enfui en courant à l'étage. Quant à Himiko... je préférais ne pas la regarder.



Merci à Marco Wakasa pour ce magnifique avatar ♥
avatar
Yasushi

Fiche perso'
Infos:
Où me trouver:
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: De la rue à l'école [Pv Himiko]

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum