Olympus Project
FORUM EN PAUSE

Bonjour à toi !
Le forum est en pause pour une durée indéterminée. Il n'y a donc plus de staff pour valider les fiches, faire tourner la boutique et faire des évènements, etc.
N'hésitez pas à revenir dans quelques jours prendre des nouvelles ! En attendant, vous êtes les bienvenus pour papoter dans la section hors-jeu !
(Luna)

Détente dans le gymnase. Vraiment? [Pv Llewelyn]

Page 3 sur 3 Précédent  1, 2, 3

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Détente dans le gymnase. Vraiment? [Pv Llewelyn]

Message par Invité le Sam 02 Mai 2015, 16:53

Rappel du premier message :

Après des cours éreintants et des confrontations non souhaitées avec des marées humaines, j'arrivais épuisée en week-end. C'est pourquoi j'avais prévu de ne faire aucun devoir et que j'espérais pouvoir dormir. Peut-importe où. Ainsi, après une grasse matinée bien méritée, je me levai et m'habillai simplement : jean, tunique blanche et nu-pieds. Ensuit, j'attachai mes cheveux blonds en une couette négligée et sortis de la chambre. En arrivant dans la salle commune de la maison Saphir, je fus stupéfaite : elle était pleine à craquer. Désespérée, je pris mon courage à deux mains, réservant mes pieds à une marche rapide vers la sortie.

Lorsque je fus sortie dans le couloir, même constat : il y avait beaucoup trop de monde, du bruit... C'est ainsi que je fis le tour de l'Académie pour arriver dans un lieu que je ne connaissait pas. Le gymnase était immense, lumineux,... et calme! Soulagée, je pris mon temps pour le arpenter en écoutant mes pas résonner. J'observais que les bancs en bois, placés les uns derrière les autres en pente, ne semblaient pas confortables. Je descendis donc les marches pour aller sur le "terrain". Ce dernier était tellement grand que je me sentais minuscule à l'intérieur. En me tournant face aux gradins, je vis des portes menant à des locaux. En pénétrant à l'intérieur de chacun, je découvris des salles avec des bancs, des porte-manteaux, des lavabos et des douches, d'autres avec des équipements sportifs et, plus intéressant, des gros tapis qui me semblaient confortables. J'en pris un au hasard et le déplaçait jusqu'à ce qu'il soit au milieu du terrain. Je fermai le local avant de m'affaler sur le tapis.

Alors que j'étais sur le point de m'endormir, j'entendis la porte s'ouvrir. Ah! La poisse! Quelqu'un venait d'arriver... Mais je ne regardai pas de qui il s'agissait, restant dans une observation inutile du plafond que je trouvais vertigineusement haut. Les pas de cette personne résonnaient régulièrement. Et moi, j'attendais.


Dernière édition par Yumiko le Dim 03 Mai 2015, 11:50, édité 1 fois

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas


Re: Détente dans le gymnase. Vraiment? [Pv Llewelyn]

Message par Invité le Dim 31 Mai 2015, 12:21

Llewelyn me regardait. Il semblait surpris ps ma proposition, mais il y avait autre chose. Je n'aurais pas su l'expliquer seule. Alors, je l'écoutai simplement lorsqu'il me dit, découragé :

« Je ne suis pas certain d'en être capable, d'être capable de tirer quelque chose de positif de..ça. »

Son bras... Je ne voyais pas ce qu'il lui reprochait.Pour moi, il était beau, fort et créateur d'une matière qui pouvait être utilisée pour fabriquer des objets d'art. Pourtant, le regard de mon ami ressemblait au mien lorsque je me réveillais de mes cauchemars. Pourquoi? Qu'est-ce qui lui faisait si peur? Je ne connaissais pas assez bien Llewelyn pour le savoir... Pourtant, je voulais l'aider. Je voulais lui prouver qu'il était capable de beaucoup de choses s'il en avait la volonté. Je pris donc un air confiant et pris à nouveau sa main dont il avait peur entre le mienne. Puis, je lui dis, sans aucune peur :

- Je ne vois pas en quoi elle t'effraie tant... Personnellement, je trouve ton membre merveilleux : il est beau, puissant et il te permet de créer. Après, c'est à toi de le commander. Dis-toi que, contrairement à ma... mon pouvoir, tu peux choisir ce que tu veux faire. Même si pour cela il faut que tu ais un modèle, je t'en ferais. Même si pour cela il faut te botter les fesses, je sais le faire si je le veux! Bon... ça ça restait à prouver malheureusement... Mais dis-toi bien que c'est TOI et TON cerveau qui commandez ce bras. Il n'a pas sa volonté propre.

J'avais beaucoup parlé. Peut-être trop... Mais, au moins, il connaissait désormais le fond de ma pensée. Je n'avais pas été méchante. Je n'avais pas voulu le brusquer. Je souhaitais simplement lui faire réaliser que son bras n'était pas une machine avec une intelligence. Il avait créé un pic quand il était en colère et un chat pour me consoler. C'était donc bien lui qui créait.

- Certes, ces créations sont peut-être éphémères... continuais-je plus doucement, mais rien, au jamais rien, sur cette terre n'est éternelle. Et c'est bien ce qui fait la beauté de tout ce qui se trouve sur cette terre. C'est pour ça qu'il faut savoir en profiter.

Je souris de ce que je pensais être ma propre ânerie et rajoutai pour moi-même :

- Je ne suis pas forcément bien placée pour te dire ça...

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: Détente dans le gymnase. Vraiment? [Pv Llewelyn]

Message par Invité le Mer 03 Juin 2015, 19:42

Yumiko s'avança une fois encore pour me saisir la main en signe de soutien. Cet acte de bonté partait d'un sentiment tout à fait louable, bien entendu, mais il me fallut fournir un effort conséquent pour ne pas tressaillir, pour ne pas me retirer d'un geste brusque . Je ne voulais pas effrayer mon ami par mes réactions mais le contact humain n'avait jamais été mon fort. Je me contins toutefois car je savais qu'elle n'agissait de la sorte que pour me protéger, pour m'aider. Sans ne jamais demander son reste. M'aider tout simplement. Telle était la vertu que l'on prête aux altruistes.
Au delà de cette grandiose qualité, il y avait toutefois chez Yumiko un tout autre élément. La gentillesse, loin de lui faire défaut, était également associée à une magie douce, rassurante, capable de répandre la paix, fut-elle intérieure ou extérieure. Et pourtant, elle n'en semblait pas si satisfaire, puisqu'elle m'indiqua :

- Je ne vois pas en quoi elle t'effraie tant... Personnellement, je trouve ton membre merveilleux : il est beau, puissant et il te permet de créer. Après, c'est à toi de le commander. Dis-toi que, contrairement à ma... mon pouvoir, tu peux choisir ce que tu veux faire. Même si pour cela il faut que tu ais un modèle, je t'en ferais. Même si pour cela il faut te botter les fesses, je sais le faire si je le veux!  Mais dis-toi bien que c'est TOI et TON cerveau qui commandez ce bras. Il n'a pas sa volonté propre.

« Merveilleux ? répétai-je, incrédule. »

Merveilleux, ça restait à prouver. Je le trouvais fascinant, effrayant. Répugnant, parfois, lorsque j'étais dans un de mes jours les plus sombres. Les propos de Yumiko étaient indéniables, cependant : ce pouvoir, aussi contraignant soit-il, me permettait de créer. Me dégageant de la frêle étreinte de la jeune fille, j'observai à nouveau mon bras et décidai de me lancer dans une petite démonstration. Je formai une nouvelle statue, plus abstraite cette fois-ci. Elle ressemblait plus ou moins à un arbre, à l'un de ces arbustes de plastique que l'on trouve parfois dans les rayons de magasins bon marché et sur lesquels on s'évertue à entasser des bijoux – ci ce n'était que cet objet là, lui, était fait de glace.

« C'est vrai, avec ce bras je peux créer... »

Je laissai ensuite ma création tomber lourdement sur le sol pour aller s'y briser une énième fois en morceaux cristallins.

« Mais je peux détruire aussi... »

Mon visage se tordit en une moue interdite. Trop d'émotions se bousculaient dans mon esprit. Je tournai l'espace d'un instant le dos à mon ami et murmurai, un brin d'inquiétude dans la voix :

« Et si… un jour… Je perdais le contrôle ? »

Je me repassai ensuite ses dires. Une phrase, en particulier, me tira un sourire : « Même si pour cela il faut te botter les fesses, je sais le faire si je le veux! ».

Alors ça, c'était inattendu ! Je lui fis à nouveau face et fanfaronnai, amicalement narquois :

« Toi, me botter les fesses ? J'aimerais bien voir ça ! »

Je la gratifiai d'un clin d’œil, comme pour lui signifier que ce n'était là qu'un trait d'humour, qu'il n'y avait pas de quoi s'offenser.
La discussion bifurqua sur le caractère éphémère des choses, de l'existence, plus précisément sur celle de la glace, condamnée à fondre au soleil, à disparaître. Savoir en profiter ? Oui, ce carpe diem était une notion qui m'était familière. J'approuvai d'un signe de tête.
Yumiko s'excusa ensuite :


- Je ne suis pas forcément bien placée pour te dire ça…

Je balayai l'air d'un geste de la main, pour lui indiquer que je n'avais aucune raison de me montrer vexé. J'ajoutai :

«  Oui, je vois où tu veux en venir mais je crois que j'en connais déjà un rayon en terme d'éphémère, de disparition... »

J'esquissai un demi-sourire.

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: Détente dans le gymnase. Vraiment? [Pv Llewelyn]

Message par Invité le Mer 03 Juin 2015, 23:47

Il fait un geste de la main que je ne compris pas avant de dire :

«  Oui, je vois où tu veux en venir mais je crois que j'en connais déjà un rayon en terme d'éphémère, de disparition... »

Puis, il me sourit qu'à moitié. Je n'ajoutai rien. Cela ne servait plus à rien d'insister d'avantage. De plus, j'avais déjà été trop présomptueuse. J'avais aussi la sensation qu'il était gêné à chaque fois que je lui prenais la main. Il y avait tant de choses que je ne savais pas de lui. Alors que, finalement, je lui avais déjà presque tout dévoilé. Mais ce n'était pas important. Du moment que je l'appréciais et que c'était réciproque, je n'avais pas à me plaindre. Cependant, il était indispensable que je fasse plus attention à lui, à ce qu'il ressentait... Je n'avais cependant pas encore répondu à une question qu'il m'avait posée :

« Et si… un jour… Je perdais le contrôle ? »

Perdre le contrôle... Comme avec la brute? Autrement? De toutes les manières? Je ne connaissais pas ce fait. Il m'en avait fait voir une partie, mais je n'avais rien pu faire pour l'arrêter. Je n'étais pas assez forte pour cela.

- Perdre le contrôle...

Je n'arrivais pas à lui trouver de réponse correcte concernant cela. J'étais un peu attristée de ne rien pouvoir lui dire par rapport à ça qui puisse l'aider. Mais je ne voulais pas le laisser ainsi.

- Je ne sais pas comment t'aider, si jamais tu venais à perdre le contrôle... J'aimerais pouvoir t'aider, mais... je suis si impuissante...

Je me suis levée doucement et ait tendu la main à mon ami pour l'aider à se mettre sur ses deux jambes à son tour. Là, je ne l'obligeais pas. J'étais même prête à accepter qu'il se relève sans mon aide.

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: Détente dans le gymnase. Vraiment? [Pv Llewelyn]

Message par Invité le Mar 23 Juin 2015, 12:40

En toute franchise, je n'attendais pas, bien sûr de réponse concrète à cette question. Comment quelqu'un aurait-il pu m'apporter la moindre bribe d'information si ce n'était moi-même , d'ailleurs ? Je n'avais pas cherché, en formulant ces propos, à entamer une profonde discussion philosophique quant à l'origine de mes pouvoirs, je m'étais simplement adressé à moi-même, comme j'avais pris la mauvaise habitude, occultant totalement, l'espace d'un instant, mon interlocutrice.
J'étais, une fois de plus, focalisé sur les événements qui s'étaient produits quelques instants auparavant. Perdre le contrôle n'était pas une option à exclure, comme les aléas du quotidien me l'avaient démontré. Quand je repensais à ce moment, un frisson courant le long de l'épine dorsale, j'étais persuadé, que, si j'avais pu observer la scène de loin, surplombant le monde et les caprices du destin, j'aurais aperçu non pas la silhouette d'un jeune homme au bras bleuté mais une créature dangereuse, meurtrière, aux yeux rouges de sang.

Yumiko, elle, pourtant, n'avait pas oublié ma présence, et elle répéta, dubitative, les paroles que je venais d'énoncer. Je ne savais quelle explication lui fournir. Les gestes, malgré tout, avaient parlé d'eux-mêmes.

La jeune fille se concentra ensuite sur l'étendue de ses propres pouvoir.


- Je ne sais pas comment t'aider, si jamais tu venais à perdre le contrôle... J'aimerais pouvoir t'aider, mais... je suis si impuissante...


Impuissante ? Je retins un haussement d'épaules, cet équivalent du soupir que le corps fait de lui-même. Comme à l'ordinaire, elle se dévalorisait. Dommage, fort dommage fut le premier mot qui fusa dans mon esprit : j'étais persuadé qu'elle avait bien plus à offrir. Je répliquai enfin :

« Impuissante ? Je ne crois pas, je crois que c'est plutôt une question de confiance... »

Je ne sais ce qui me poussait, à cet instant précis, à formuler des phrases si mystérieuses et si peu abouties, mais j'espère que le sens de mon propos serait clair.
Yumiko me tendit la main afin de m'aider à me relever. J'acceptai son offre, dépliant mes membres engourdis. Je laissai ensuite échapper un bâillement sonore.

«  Quelle journée épuisante ! déclarai-je. »

Je n'avais plus qu'une envie, regagner mes draps roulés en boule et le lit qui les abritait.

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: Détente dans le gymnase. Vraiment? [Pv Llewelyn]

Message par Invité le Mar 23 Juin 2015, 23:12

Le temps passa dans un grand silence qui ne me perturba pas. Puis, Llewelyn répliqua :

« Impuissante ? Je ne crois pas, je crois que c'est plutôt une question de confiance... »

Il prit ensuite ma main et se releva. Je réfléchissais ensuite à ce qu'il avait voulu dire. Une question de confiance? En quoi avoir confiance pouvait l'aider? En quoi le fait que j'ai confiance pouvait l'aider? Et avoir confiance en quoi? On pouvait avoir confiance en tant de choses et de monde. De plus, il s'agissait de quelques chose qui se méritait, non? Mon ami, malgré son emportement plus tôt avait mérité la mienne. D'ailleurs, il avait l'air de me faire confiance. Pourquoi?

« Quelle journée épuisante ! »

Épuisante? Je souris, me retenant de rire. Cela aurait pu paraître étrange aux yeux du jeune homme. Je lui répondis :

- Personnellement, je trouve cette journée plus passionnante qu'elle aurait dû. Je suis contente qu'il en soit ainsi. Merci, Llewelyn-kun.

Je me demandais si je devais lui demander ce qu'il avait voulu dire par rapport au fait d'avoir confiance. Ce qui m'empêchais de le faire était le fait que je ne voulais plus le déranger. De plus, il disait être fatigué. Je me contentais donc de lui proposer, toujours le sourire aux lèvres :

- Au départ nous étions partis pour faire une sieste dans le gymnase. Il reste du temps avant le déjeuné, ajoutai-je en regardant au dehors, tu veux qu'on aille s'allonger sur le tapis?

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: Détente dans le gymnase. Vraiment? [Pv Llewelyn]

Message par Invité le Jeu 25 Juin 2015, 12:41

Le sourire de Yumiko m'intrigua. Comment pouvait-elle, après tout ce qui venait de se passer, se montrer si calme, si flegmatique ? Peut-être que j'étais le seul, après tout,à ressentir un trop plein d'émotions. Puis je me repassai en mémoire les propos qu'elle m'avait confiée. En une journée, au cœur de ce flots de péripéties, sans doute en avait-elle vécu plus qu'au cours de ces nombreuses années confinée entre quatre murs. Elle l'avoua, d'ailleurs :

- Personnellement, je trouve cette journée plus passionnante qu'elle aurait dû. Je suis contente qu'il en soit ainsi. Merci, Llewelyn-kun.

Un brin attendri par cette déclaration, je lui rendis son sourire. Elle n'avait pas tort : à quoi bon vivre s'il ne se passait jamais rien ? Ce serait d'un profond ennui ! Ma déception première était peut-être due au fait que, dans mon esprit, j'avais imaginé cette journée comme dans la plus grande simplicité. J'articulai péniblement un « De rien » sincère. Que pouvais-je ajouter ? Rien, incontestablement. La voix douce de la jeune fille m'arracha une nouvelle fois à mes pensées et réflexions :

- Au départ nous étions partis pour faire une sieste dans le gymnase. Il reste du temps avant le déjeuné,, tu veux qu'on aille s'allonger sur le tapis?

Je hochai la tête en signe d'approbation. Je n'avais de cesse de bailler, mes membres étaient encore courbaturés, crispés. M'allonger me ferait le plus grand bien. Sans plus attendre, je me dirigeai vers le tapis. Mon estomac lui, pourtant, en avait décidé autrement puisqu'il laissa échapper un grognement presque guttural. Je baissai la tête, un poil gêné. Je me remémorai enfin que je n'avais pas avaler grand-chose depuis le début de la matinée.

« Je crois que les traditionnels œufs-bacon familiaux du petit-déjeuner commencent à me manquer !» plaisantai-je en m'installant confortablement sur le tapis du gymnase. 

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: Détente dans le gymnase. Vraiment? [Pv Llewelyn]

Message par Invité le Jeu 25 Juin 2015, 14:31

Le jeune homme ne parlais plus, mais il savait se faire comprendre. Cela ne me dérangeait pas. J'avais l'habitude qu'on ne me parle sans mots, sans paroles ou autres sons. Après tout, les domestiques de la maison n'avaient pas le droit de m'adresser la parole tout comme je n'avais pas l'autorisation de le faire. Nous avions donc dû improviser pour que nous puissions nous comprendre. C'est pourquoi je compris quand mon ami m'articula " de rien" et qu'il répondit à ma question. Pour me signifier qu'il était d'accord pour faire une sieste, il me fit un signe de tête.
Sans plus attendre, nous nous dirigeâmes vers le tapis que j'avais installé dans le gymnase quelques temps plus tôt. Il était vrai que j'avais eu, moi aussi, envi de dormir à ce moment-là. Mais, étrangement, tous les évènements qui venaient de se produire m'avaient totalement réveillée. Peu m'importait pourquoi. Tant que ça allait, c'était le plus important.
Pendant que nous marchions, un bruit se fit entendre. Il ne venait pas de moi. J'en étais certaine. Je tournais donc la tête vers Llewelyn qui avait baissé la sienne avec un air gêné.

« Je crois que les traditionnels œufs-bacon familiaux du petit-déjeuner commencent à me manquer !»

Des traditions... J'étais certaine que chez moi aussi il y en avait. Mais je n'avais pas pu y participer. Et encore moins aux traditions familiales. Je ne les connaissais donc pas. J'hésitais celles de mon ami de peur qu'il ne me retourne ma question, histoire de faire des comparaisons. Pourtant, la curiosité fut encore plus forte que ma raison et mes peurs et je lui demandai :

- Tu as beaucoup de traditions chez toi? Désolée si je suis trop curieuse, mais comme je ne connais pas grand chose, je me renseigne sur tout ce que je peux...

J'avais l'impression de m'enfoncer dans un bourbier oral. Des sables mouvants incroyablement forts. J'ajoutai en rougissant, les yeux baissés :

- Tu n'est pas obligé de répondre! C'est simplement... C'est juste que...

Aïe aïe aïe! Mais qu'est-ce que j'avais tout d'un coup? Je n'arrivais même plus à aligner plus de trois mots pour faire une phrase correcte!

Bon, Yumiko. Tu te tais et tu attends qu'il réponde ! pensai-je en m'assénant des claques mentales.

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: Détente dans le gymnase. Vraiment? [Pv Llewelyn]

Message par Invité le Jeu 25 Juin 2015, 16:15

Il y a beaucoup de traditions chez toi ? Dans tout autre contexte, cette question, certes empreinte de curiosité, serait apparue comme des plus surprenantes. J'étais né sur ce que l'on appelle communément- à tort – le vieux continent, alors des traditions, bien évidemment, j'en connaissais des tonnes. Sans compter que je n'étais pas à proprement né sur ce continent mais sur une île elle-même riche de ses propres particularités, de ses coutumes. Par où commencer, alors ? J'essayais de me remémorer ces banalités quotidiennes qui, depuis que j'avais déménagé à l'Académie, venaient de temps à autre à me manquer. De la nourriture, des mots, des gestes… Il n'y que lorsque l'on se retrouve déraciné, loin de chez soi, que l'on comprend enfin que la simplicité a son importance. Bien sûr, contrairement à d'autres élèves, je n'avais pas eu à gravir des montagnes afin de pouvoir franchir les portes de Tsuki, mais évoluer dans un dortoir, dans un pensionnat inaugurait toutefois des différences majeures avec la vie de famille, choyée, dorlotée.

L'introspection à laquelle je me livrai à cet instant précis ramena à mes narines des parfums, fussent-ils sucrés ou salés. Sans compter toutes ces traditions plus étonnantes les unes que les autres  quant à elles applicables à l'ensemble de la Grande-Bretagne. Le port du kilt, par exemple, phénomène qu'au delà des frontières, on n'aurait su s'expliquer. Après avoir fait le tri dans mes souvenirs, je répliquai enfin :

« Ouais, il y'en a des tas, là où je vis ! Par exemple, le thé est toujours servi à 17h, il faut toujours y ajouter une goutte de lait et faire bien attention à ne pas laisser les miettes de biscuit tomber au fond  de la tasse, car c'est très malpoli… Enfin ça, c'est ce que veut l'étiquette !On n'a pas tous un balai dans le derrière à ce point là, heureusement ! »

Heureusement oui, mais le simple fait que je connaisse la façon de faire du thé la plus socialement acceptée trahissait déjà mes origines : une personne de la classe ouvrière ne ce serait pas préoccupée des biscuits pour la simple et bonne raison que, à l'époque où ces règles de bienséance avaient été inventées, de tels mets étaient rares sur la table des travailleurs. Au delà des principes, qui m'avaient été inculqués depuis ma plus tendre enfance, j'étais loin, pourtant, de les appliquer. Les biscuits, moi, je les mâchonnai le plus souvent de manière goulue.

Yumiko, une fois de plus, se confondit en excuses à propos de sa propre curiosité. Je souris et répondis calmement :

« C'est rien, c'est normal de vouloir comprendre ce qu'on ne connaît pas, il n'y a pas de mal à ça.»

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: Détente dans le gymnase. Vraiment? [Pv Llewelyn]

Message par Invité le Jeu 25 Juin 2015, 18:20

Llewelyn réfléchit pendant un moment. Y en avait-il tant que ça? J'espérais ne pas l'avoir gêné. Et, lorsqu'il me répondit, ce fut sur le ton léger de la conversation, ce qui me rassura :

« Ouais, il y'en a des tas, là où je vis ! Par exemple, le thé est toujours servi à 17h, il faut toujours y ajouter une goutte de lait et faire bien attention à ne pas laisser les miettes de biscuit tomber au fond  de la tasse, car c'est très malpoli… Enfin ça, c'est ce que veut l'étiquette !On n'a pas tous un balai dans le derrière à ce point là, heureusement ! »

Tant de règles pour le thé? Quoi que j'avais entendu parler de la cérémonie du thé par une des domestiques une fois. Cela semblait être bien compliqué aussi. Était-ce le même thé qui était servit? Je n'osais pas le demander. Après tout, je n'étais même pas certaine de ce que nous utilisions au Japon puisque je n'y avais pas eu le droit.
Mes hésitations furent stoppées par mon ami qui tenta de me rassurer :

« C'est rien, c'est normal de vouloir comprendre ce qu'on ne connaît pas, il n'y a pas de mal à ça.»

Mission réussie pour Llewelyn. Tout à fait rassurée, je lui souris avant de lui demander :

- Est-ce que tu sais quel thé on utilise au Japon? Ça a beau être mon pays natal, je n'ai pas eu le droit d'en boire et j'ai juste vaguement entendu parler de la cérémonie du thé.

Je me remis à rougir. Je me sentais si ignorante que j'avais encore peu de déranger. Peut-être pas mon ami ici présent, ou d'autres comme Narudgi-kun, mais pour d'autres, ce n'était pas certain. Il fallait donc qu'elle garde cela en tête et qu'elle se montre plus empathique envers ses interlocuteurs.

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: Détente dans le gymnase. Vraiment? [Pv Llewelyn]

Message par Invité le Jeu 25 Juin 2015, 19:49

Je contins ma surprise. Voilà que Yumiko me posait des questions sur… le Japon ? Il me serait difficile d'y répondre car, malgré l'univers baigné de culture dans lequel j'avais grandi, je connaissais bien mal ce pays et ses traditions, si éloignées des miennes. Je fournis un nouvel effort de concentration : parmi tous les bibelots que collectionnaient mes parents et qui, au fil des années s'étaient entassés entre la cave et le grenier, peut-être il y en avait-il un qui pourrait m'éclairer à ce propos.
Je revoyais clairement cette pièce trop étriquée pour tout ce qu'elle devait contenir et sur les étagères de laquelle gisaient, au gré des humeurs de ma famille et des collections en vogue, lances de guerriers Pictes, boucliers, poteries de Chine et autres artefacts plus hétéroclites les uns que les autres. Rien pourtant ne me faisait songer au pays du soleil levant. Je portais instinctivement mon index à mon menton, en pleine réflexion. J'aurais tant aimé apporter une réponse à l'interrogation de mon amie…
Ainsi, je me réfugiai auprès d'autres souvenirs.Peut-être avais-je observé des bribes de culture japonaise à la télévision, dans une série, un documentaire… Mais, pour être franc, il y avait peu de chances que ceci ce soit produit car je passai peu de temps scotché devant un écran. Je cessai par conséquent de me triturer vainement l'esprit.

Je haussai les épaules, légèrement déçu de ne pas avoir pu donné d'information précise et satisfaisante.

«Non, je ne sais pas. En Grande-Bretagne, on utilise le plus souvent du Earl Grey mais je doute que le même thé soit utilisé au Japon. »

Les sonorités du mot Japon évoquaient en outre pour moi des contrées plus exotiques que celles auxquelles j'étais habitué. Je pensais à des couleurs chatoyantes, à des fleurs de cerisier, à des temples impressionnants. Oui, tout ceci était fort cliché et je ne voyais de ce pays que ce que je voulais bien en voir. Mais pourquoi prétendre connaître un pays dont j'ignorais presque tout ?

Sans pour autant sombrer dans un chauvinisme malsain, je pouvais toujours parler du mien : cela permettrait à Yumiko de découvrir quelques aspects du monde extérieur qui, indéniablement, l'effrayait tant.

«Là d'où je viens, on est aussi connu pour être d'excellents chanteurs. »

Ce n'était pas le fait le plus intéressant du siècle, mais il n'y a aucun mal à se montrer fier de ses racines, du moins à mon sens.

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: Détente dans le gymnase. Vraiment? [Pv Llewelyn]

Message par Invité le Jeu 25 Juin 2015, 21:45

Patiemment, j'attendis une réponse de la part de mon ami. Peut-être qu'il ne savait pas après tout. Tout le monde ne connais pas mon pays natale. De plus, nos traditions semblaient si éloignées de celles des pays occidentaux. Il n'y avait qu'à voir la vie à l'Académie, l'architecture des bâtiments et les langues sous tous leurs aspects. Lorsque j'étais arrivée, j'avais été tétanisée notamment à cause du "choc des cultures". Je n'avais pourtant pas eu l'occasion de découvrir plus que ça les merveilles de ce pays. Enfin...
Quelques minutes étaient passées lorsqu'il me répondit enfin :

«Non, je ne sais pas. En Grande-Bretagne, on utilise le plus souvent du Earl Grey mais je doute que le même thé soit utilisé au Japon. »

Je me doutais bien qu'il devait ne pas savoir. Mais je n'étais pas déçue. Les livres devaient bien en parler, non? Je n'avais, quant à moi, jamais entendu du Earl Grey. A quoi pouvait bien ressembler ce thé? Quelle couleur avait-il? Quel goût avait-il? J'étais en train de me poser des milliers de questions lorsque Llewelyn reprit la parole :

«Là d'où je viens, on est aussi connu pour être d'excellents chanteurs. »

Chanter, musique... Des tas d'images me vinrent à l'esprit ainsi que des sons merveilleux, ce qui fit apparaître un sourire plein de joie sur mes lèvres. Je ne connaissais pas grand chose en ce domaine, mais les sons étaient toujours pleins d'émotions et de messages. On le ressentait, même si on ne comprenait pas.

- Le premier chant que j'ai connu c'était celui des oiseaux, annonçai-je avec nostalgie. Mais, depuis que je suis ici j'ai découvert tellement de choses! Des instruments dont mon préféré : le piano. Dans les musiques et les chants on ressent les choses, même quand on ne les comprends pas. C'est ce que je préfère car, si tu ne sais pas comment t'exprimer, à travers une mélodie tu peux donner ton état d'esprit.

Je me tus et mes joues devinrent plus rouges encore. C'était malpolie de donner son point de vue si on ne nous le demandais pas, non? J'attendis donc la réaction de mon ami en me demandant si j'avais bien fait de dire tout ça.

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: Détente dans le gymnase. Vraiment? [Pv Llewelyn]

Message par Invité le Ven 26 Juin 2015, 15:53

Le chant des oiseaux. J'esquissai un sourire, c' était poétique. Quel était le premier son que j'avais entendu ? C'était un souvenir presque impossible à retrouver. C'était l'une de ces étincelles si rares. Peut-être entendait-on déjà des sons, des tic-tacs d'horloge, le bruit des machines lorsque l'on était confortablement installé dans un berceau d'hôpital ou de clinique, mais ces sons s'effaçaient peu à peu pour laisser place à d'autres, de plus grande importance. Si l'on me demandait ce qu'était mon son préféré, je ne serais pas certain de pouvoir apporter de réponse à cette interrogation. Faire un choix n'était jamais simple. Je pouvais par exemple affirmer adorer l'odeur d'un réconfortant feu de bois crépitant dans la cheminée un soir d'hiver, tout comme être apaisé par les arômes de vanille ou d'orange, sans pour autant parvenir à me décider entre ces deux parfums. Pour les sons, il en était de même : j'étais non seulement incapable de savoir lequel était le premier à être tombé au creux de mon oreille, tout comme je n'aurais su n'en choisir qu'un seul.

Le monde était vaste de temps de merveilles, pourquoi se fixer des barrières, des limites ? Il fallait bien admettre, pourtant, que, si une unique mélodie avait le pouvoir de m'atteindre, sans doute serait-ce celui d'un air de guitare. Ou peut être le timbre d'une voix. Oui, c'était ça, le timbre d'une voix. Je le comprenais à présent, simplement à l'expression qui se dessinait peu à peu sur mon visage : les propos de Yumiko, si empreints de vérité, si beaux, me touchaient profondément. Au delà d'un sourire énigmatique, je ne laissai rien transparaître toutefois. Je n'avais pas grand-chose à ajouter car un silence en dit parfois bien plus long mais je savais, je crois, comment me comporter à cet instant précis.

« C'est joli, ce que tu dis. » affirmai-je, sincère.

Me redressant légèrement, je me mis à fredonner un air bien connu du grand public, mais que Yumiko, elle ignorait peut-êttre.

« Far over the misty mountain cold,
To dungeons deep and caverns old,
We must away ere break of day,
To seek the pale enchanted gold. »


Je chantai à voix basse, peu sûr de mes talents et peu enclin à les exploiter dans un autre contexte. Le simple terme de ''misty mountain cold « , que l'on aurait pu traduire par montagnes embrumées avait pourtant déjà sur moi un effet relaxant, me calmait. La musique était la voix de l'âme, de ces choses que l'on ne peut exprimer. Je comprenais enfin toute la véracité de ce propos, plus que jamais je ne l'avais.

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: Détente dans le gymnase. Vraiment? [Pv Llewelyn]

Message par Invité le Ven 26 Juin 2015, 18:06

Pendant le silence qui suivit, je m'en fus me coucher sur le tapis au milieu du gymnase. Je me sentais emplie de tristesse, sans aucune raison apparente. C'était effrayant de ressentir une émotion sans savoir d'où elle vient. Avoir envie de pleurer alors qu'on était tout joyeux l'instant d'avant. Était-ce à cause de l'évocation d'une période détestée et redoutée? Si seulement je le savais...

« C'est joli, ce que tu dis. »

Je me relevai pour regarder Llewelyn. Il avait le sourire aux lèvres. J'étais surprise par ses paroles et je ne pris pas la peine de le cacher. Joli? Je n'avais rien fait pour que ce le soit. J'avais simplement... Oui, j'avais simplement mis mes sentiments dans mes mots. Est-ce que cela était suffisant pour rendre une phrase jolie?
Mon ami commença chanter doucement. Je ne comprenais pas les paroles. Mais les sentiments que je ressentis étaient l'espoir et le courage. Mais lui semblait la comprendre autrement. C'était parfois ce qu'il y avait de bien avec les mélodies aussi : il était possible de faire plusieurs interprétations. Cela pouvait dépendre de son humeur, des paroles qu'on pouvait comprendre de plusieurs manières, des images mises dessus, et beaucoup d'autres choses.

Le temps passa dans un silence olympien qui nous permit de nous reposer. Le tout en toute tranquillité. Nous ne demandions rien d'autres, me semblait-il. Personnellement je trouvais cette situation parfaite. Ce fut la sonnerie qui annonçait l'heure du déjeuner qui me sortie de mon repos. Je m'étirai avant de déclarai :

- Il faut que j'y aille. Mon petit copain doit m'attendre. A bientôt, Llewelyn-kun. C'était une super matinée passée avec toi.

Puis je partis en trottinant après avoir fait un signe à mon ami, un grand sourire aux lèvres.

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: Détente dans le gymnase. Vraiment? [Pv Llewelyn]

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas

Page 3 sur 3 Précédent  1, 2, 3

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum