Détente dans le gymnase. Vraiment? [Pv Llewelyn]

Page 1 sur 3 1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Détente dans le gymnase. Vraiment? [Pv Llewelyn]

Message par Invité le Sam 02 Mai 2015, 16:53

Après des cours éreintants et des confrontations non souhaitées avec des marées humaines, j'arrivais épuisée en week-end. C'est pourquoi j'avais prévu de ne faire aucun devoir et que j'espérais pouvoir dormir. Peut-importe où. Ainsi, après une grasse matinée bien méritée, je me levai et m'habillai simplement : jean, tunique blanche et nu-pieds. Ensuit, j'attachai mes cheveux blonds en une couette négligée et sortis de la chambre. En arrivant dans la salle commune de la maison Saphir, je fus stupéfaite : elle était pleine à craquer. Désespérée, je pris mon courage à deux mains, réservant mes pieds à une marche rapide vers la sortie.

Lorsque je fus sortie dans le couloir, même constat : il y avait beaucoup trop de monde, du bruit... C'est ainsi que je fis le tour de l'Académie pour arriver dans un lieu que je ne connaissait pas. Le gymnase était immense, lumineux,... et calme! Soulagée, je pris mon temps pour le arpenter en écoutant mes pas résonner. J'observais que les bancs en bois, placés les uns derrière les autres en pente, ne semblaient pas confortables. Je descendis donc les marches pour aller sur le "terrain". Ce dernier était tellement grand que je me sentais minuscule à l'intérieur. En me tournant face aux gradins, je vis des portes menant à des locaux. En pénétrant à l'intérieur de chacun, je découvris des salles avec des bancs, des porte-manteaux, des lavabos et des douches, d'autres avec des équipements sportifs et, plus intéressant, des gros tapis qui me semblaient confortables. J'en pris un au hasard et le déplaçait jusqu'à ce qu'il soit au milieu du terrain. Je fermai le local avant de m'affaler sur le tapis.

Alors que j'étais sur le point de m'endormir, j'entendis la porte s'ouvrir. Ah! La poisse! Quelqu'un venait d'arriver... Mais je ne regardai pas de qui il s'agissait, restant dans une observation inutile du plafond que je trouvais vertigineusement haut. Les pas de cette personne résonnaient régulièrement. Et moi, j'attendais.


Dernière édition par Yumiko le Dim 03 Mai 2015, 11:50, édité 1 fois

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: Détente dans le gymnase. Vraiment? [Pv Llewelyn]

Message par Invité le Sam 02 Mai 2015, 17:41

Il est des journées qui commencent mieux que d'autres. Celle-ci avait eu un début particulièrement agité. Ou plus exactement, ma nuit l'avait été. Oh, je vous entends venir, avec votre esprit mal placé! N'allez pas vous imaginer des trucs qui ne concerneraient que moi! Non, mon manque de sommeil était dû à une toute autre cause: des cauchemars qui m'avaient hanté jusqu'au petit jour, quand entre l'éveil et le songes, mon esprit avait fini par abandonner pour enfin m'accorder quelques minutes de répit.

Il y avait ce rêve, dont je ne parvenais pas à me débarasser. Même parfaitement éveillé, il semblait me suivre, me traquer. Tout commençait par les images du combat que j'avais mené il y a peu sur le terrain d'entraînement - ce fameux pugilat qui avait coûté une manche à ma veste favorite. Les premières images n'étaient qu'anecdotiques, elles me rappelaient un souvenir frais,rien de plus. Puis, soudain, il y avait cette silhouette, cette présence que je sentais féminine. Elle s'élançait entre mon opposant et moi, et des yeux emplis de larmes, se tournait brusquement vers moi pour me dire: "Llewelyn, mais qu'est-ce que tu as fait! Regarde-toi! Qu'est-ce que tu es devenu ? Tu es un monstre !
Soudain, le décor changeait. Je me trouvai enferré dans une pièce sombre où des milliers d'ombres,à travers de barreaux, m'épiaient. Sur leurs lèvres, on pouvait lire qu'elles répétaient en des échos, des murmrues: Tu es un monstre Llewelyn,un monstre...
Enfin, je criai, me débattai, mais nul ne semblait entendre le son de ma voix.

C'est donc cette pensée à l'esprit que je m'étais éveillé. J'avais besoin d'être seul. Le moindre contact, le moindre regard m'aurait, au vu de ma susceptibilité, rendu irritable ou même violent.
Echappant aux cohues de couloir, je gagnai le gymnase dans l'espoir d'y trouver un tatami sur lequel je pourrai m'allonger sans bruit,pour réfléchir.

Je poussai la porte et entrevis les traits d'une jeune fille qui m'était familière. Surpris, je lançai:

"Oh,salut!", avant de m'asseoir dans les tribunes.

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: Détente dans le gymnase. Vraiment? [Pv Llewelyn]

Message par Invité le Sam 02 Mai 2015, 19:46

"Oh,salut!"

Ce furent les seuls mots qu'il prononça avant que je ne l'entende s'assoir sur un banc des gradins. Je connaissais cette voix. C'était celle que j'avais rencontré dans la serre, j'en était certaine. Je me souvins même que j'étais aussi avec Chidori... Le créateur de glace!

D'un coup, je me relevai et le vis. Les cheveux toujours aussi blanc et son corps encore caché sous des vêtements inutiles. Avait-il donc peur de prendre froid? Puis, une autre question me vint : Avait-il réussis à recréer de la glace depuis?

Je me levai alors de mon tapis et me dirigeai vers lui à petits pas tranquilles. Et lorsque je fus près de lui, je m'assis du côté de son bras aux veines bleutées et le touchai comme la première fois. J'avais un sourire qui n'avait rien de méchant aux lèvres et mon regard était curieux. Puis, en levant mes yeux vers le jeune homme, je le vis fatigué. Je lui pris alors la main du même bras et l'entraînait avec moi.

- V-viens... a-allons nous reposer. lui proposai-je en le regardant tout en descendant les escaliers des gradins.

Puis, quand nous fûmes au tapis assez grand pour accueillir quatre personnes, je me laissai tomber dessus après avoir lâché mon interlocuteur. Puis, je fermai les yeux d'aise.

- Ah! Que demander de mieux que du calme et un support confortable? demandai-je en oubliant presque la présence du jeune homme.

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: Détente dans le gymnase. Vraiment? [Pv Llewelyn]

Message par Invité le Sam 02 Mai 2015, 20:38

Alors que j'avais voulu me faire le plus discret possible – oui,c'était une notion qu'il m'était parfois donné d'appliquer, je vis Yumiko se diriger tranquillement vers moi, de sa démarche fluide et féminine. Ainsi, je ne la dérangeai pas tant que ça. Je la gratifiai d'un sourire un brin timide mais,à ma grande surprise, elle se montra plus avenante que je ne l'aurais attendu, n'hésitant pas à m'agripper le bras. Je clignai des yeux, un poil contrit. Mais, comme la première fois, le contact de ses mains sur mes membres de glace eut un effet apaisant. Le cauchemar qui jusqu'alors m'avait poursuivi, au moins l'espace d'un instant, se dissipa.

Pourtant,mes yeux cernés de noir trahissaient l'épouvantable nuit que j'avais passée.


“V-viens... a-allons nous reposer.”

La jeune fille l'avait sans doute remarqué, car elle me conduisit vers le tapis où elle s'allongea. Je hochai la tête, approuvant cette idée, et fit de même. Un silence s'installa tout d'abord, comme ppur laisser le temps à une confiance mutuelle de s'immiscer. Un moment de détente privilégié. Je demeurai quelques instants à contempler le plafond, sans ne plus penser. Agréable trève! Le calme revenu en ma personne, je m'autorisai à entrouvrir la veste que je ne quittai jamais, comme pour signifier que j'étais à l'aise.

"Ah! Que demander de mieux que du calme et un support confortable?"

Excellente question. Tandis que ma manche retombait légèrement,dévoilant le tatouage qui ornait mon bras droit, une croix faîtes de liens entremêlés, je ôtai de ma poche deux canettes de limonades que je posai au coin du tapis.

“Quelque chose à boire ?'” suggérai-je.

Le tintement d'un cliquetis métallique suivit d'un pshit sonore annonçaient des joies d'adolescents. Je trempai mes lèvres dans la boisson acidulé, ravi.

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: Détente dans le gymnase. Vraiment? [Pv Llewelyn]

Message par Invité le Sam 02 Mai 2015, 21:31

Alors que je m'apprêtais à m'endormir, j'entendis des bruits de frottements qui me firent tourner le tête. Là, je vis deux bouteilles différentes de celles que je connaissais.

“Quelque chose à boire ?”

Intriguée, je m'assis et pris une des bouteilles et la regardai dans toute les coutures. Je ne comprenais pas comment elle était faite, ni comment elle s'ouvrait. Je tournai le regard vers Llewelyn (j'avais retrouvé son nom entre temps) et le vis l'ouvrir comme s'il l'avait fait une centaine de fois. Puis, comme si de rien n'était, il but. Pendant ce temps, mes yeux s'étaient écarquillés tant j'étais surprise. Puis, avec mes doigts fins, je tentai de suivre son exemple. Mais je n'y parvins pas.

Déçue, je reposais cette étrange bouteille et me rallongeai. Pourtant, plus je l'entendais boire, plus j'avais soif. Alors, quelques minutes plus tard, je me rassis, pris la bouteille et la tendis à mon camarade en lui demandant, rouge de honte :

- T-tu peux me l'ouvrir, o-onegai shimasu? J-je n'en avais j-jamais vu des b-bouteilles comme ça...

Les yeux au sol, j'attendis qu'il me prenne la bouteille des mains.

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: Détente dans le gymnase. Vraiment? [Pv Llewelyn]

Message par Invité le Sam 02 Mai 2015, 22:44

C'est le plus naturellement du monde que je tendis l'une de mes précieuses cannettes à Yumiko, m'attendant, bien sûr, à ce qu'elle connaisse ce procédé d'une extrême banalité. Je ne prêtais tout d'abord pas attention à ses gestes, pourquoi l'aurais-je fait ? Il n'y avait rien d'exceptionnel dans le processus de boire une limonade. Ce fut qu'une fois le crissement d'ongles sur le métal froid tombé plusieurs fois de mon oreille que je compris ce qui se passait. La jeune fille, abasourdi, fixait sa cannette de limonade comme s'il se fût agi d'une toute nouvelle technology. Elle ouvrait des yeux immenses, empli d'un intérêt mêlé de gêne. Après une vaine bataille, elle abandonna le combat et s'allongea à nouveau.

Quelques secondes plus tard, les joues empourpées, elle me tendit l'objet de toutes ses interrogations et, timidement, elle me demanda:

 "T-tu peux me l'ouvrir, o-onegai shimasu? J-je n'en avais j-jamais vu des b-bouteilles comme ça..."

Onegai shimasu ? Je supposais que c'était sa façon à elle de se montrer polie.Très mauvais en langues étrangères, je ne connaissais pas ce terme. Sa requête pourtant, était déstabilisante et, même si je ne voulais pas me montrer blessant, je ne pus m'empêcher de lâcher un vif et franc éclat de rire.

“Tu n'as jamais vu ça, pas même une fois dans toute ta vie ? “ m'esclaffai-je.

Lui accordant un clin d'oeil complice, je m'emparai immédiatement de l'objet, l'ouvrit enfin. Du bout du doigt, je dessinai une forme carrée que j'immergeai dans le pétillant liquide. Un glaçon, afin de rendre le service plus agréable. Il fallait bien que cette maudite et laide main me serve à quelque chose de temps en temps!

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: Détente dans le gymnase. Vraiment? [Pv Llewelyn]

Message par Invité le Sam 02 Mai 2015, 23:30

D'un certain côté, je savais que mon ignorance était certainement étrange pour les autres. Mais, d'un autre côté, je ne m'attendais pas à ce qu'il éclate de rire de cette façon. De plus, ça ne ressemblait pas au personnage que je connaissais. Est-ce que j'avais raté un épisode? Quoi qu'il en fut, je tournai la tête vers lui avec une expression de surprise sur le visage. Puis, il me demanda :

“Tu n'as jamais vu ça, pas même une fois dans toute ta vie ? “

Pendant qu'il m'ouvrit ma bouteille, et mis un glaçon à l'intérieur, je lui répondit, hésitante :

- N-non, je ne connais pas...

Je pris ensuite mon bien qu'il me tendait et bu une gorgée. Surprise, j'avalai avec difficulté et me mis à regarder le bouteille avec un air bizarre. Je n'avais jamais rien bu de pareil. Ce n'était pas mauvais, mais la texture m'était inconnue. Peu désireuse de retenter l'expérience sur le moment, je décidai d'expliquer brièvement au jeune homme le pourquoi je ne connaissais pas ça. Alors, je parlai avec une voix triste que je ne pu contrôler :

- Je... m-ma famille m'a... enfermée, c-coupée du monde extérieur... A-alors... j-je n'ai pas vu beaucoup de ch-choses pendant quinze ans...

Pourquoi ça me touchait autant maintenant alors que ça ne m'avait presque jamais dérangée auparavant?! Enervée, je serrai si fort la bouteille qu'elle se déforma entre mes mains.

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: Détente dans le gymnase. Vraiment? [Pv Llewelyn]

Message par Invité le Dim 03 Mai 2015, 09:46

Ce fut à mon tour de me sentir coupable.Frappé par la stupeur, je me relevai de ma couche pour m'asseoir, redressant le dos. Je sondai fébrilement la jeune fille. Quel idiot j'avais été! Je pestai silencieusement. A la suite de cette révélation, plus aucun de ses gestes ne m'apparut étrange. J'occultai complètement la grimace que lui causa le goût citronné de la limonade et seul des bribes de paroles confuses purent franchir le seuil de mes lèvres:

“ Ta famille a...quoi ?”

J'étais si sonné que je n'arrivais même pas à répéter les propos de Yumiko. Tout ceci me paraissait si... incohérent! Comment était-ce possible ? Comment pouvait-on se montrer si cruel ? Je savais l'Homme capable de bien des horreurs, la vie me l'apprenait chaque jour à mes dépends, mais il y avait dans cette exemple précis quelque chose de plus...pernicieux. Précisement en cela qu'une famille était tenue pour responsible. Une famille. J'étais profondément bouleversé. Ma famille était peut-être intrigante, fascinante, voire, pour certains, peu recommandable,mais elle avait un cracatère presque sacrée. La famille, c'est ce qui réconforte, ce qui comprend, ce qui protège, ce qui aime, le seul lien qui, quoiqu'il advienne.

Pourtant, je ne pouvais que croire Yumiko, et des tas d'aspects devenaient plus clairs à présent.Son comportement si réservé notamment, sa difficulté à établirun contact...sa timidité. Et avec tout ceci, elle trouvait la force, le courage de se préoccuper des autres. Pourquoi? Je détournai légèrement latête, honteux, avant de constater ses mains crispées sur la cannette. Une pointe d'angoisse au creux de l'estomac, je compris que j'avais suscité en elle la colère.

Je m'excusai, maussade:

“Désolé, je disais juste ça pour plaisanter...”

Pas très convaincant, comme discours de pardon! Comme à chaque fois que je ressentais une émotion trop forte, une fine couche de givre se forma sous ma main. Frigo intégré! Mais je n'étais plus d'humeur à rire. Je repris une gorgée de limonade, tandis que se formait une fine pellicule de givre autour du récipient.

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: Détente dans le gymnase. Vraiment? [Pv Llewelyn]

Message par Invité le Dim 03 Mai 2015, 11:19

Je m'attendais pas du tout à ce que Llewelyn allait dire :

“Désolé, je disais juste ça pour plaisanter...”

Oubliant mon ressentiment, je tournais la tête, surprise. Alors je vis que chacun de ses gestes créaient de la glace. Plaisanter... C'était encore quelque chose dont je n'avais pas l'habitude. Je posai donc ma limonade et m'approchai de lui pour être debout, en face de lui. Puis, le lui parlai, prenant à mon tour un ton d'excuse :

- N-ne sois pas désolé... Je lui pris sa main créatrice de glace entre les mienne. J-je me sens perdue... s-surtout depuis m-mon arrivée ici. Alors, p-peu importe ce que tu as d-dit : ma seule s-situation est créatrice de ressentiment.

Puis, je lui fis un sourire timide, sans le lâcher. Je souhaitais l'aider. Je souhaitais qu'il cesse de se sentir coupable. Mais, moi-même, je ne me sentais pas dans mon assiette. C'est ce qui fit que je perdis rapidement mon sourire. Sans que je le veuilles, les images de mon passé et de mon présent se confrontèrent dans mon esprit. Elles créèrent un sentiment douloureux, et difficile à contenir, qui fit perler des larmes sur mes joues. Je ne le voulais pas mais je ne pus m'en empêcher.

-V-voilà que je me mets à faire des c-cauchemars en étant é-éveillée... pleurais-je en tentant vainement de ressuyer mes yeux d'une main. P-pardon... C-c'est plus fort que moi...

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: Détente dans le gymnase. Vraiment? [Pv Llewelyn]

Message par Invité le Dim 03 Mai 2015, 23:50

« Je suis perdu(e) ». Une phrase qui me parlait plus que de raison. Combien de fois l'avais-je intérieurement formulée sans ne jamais l'énoncer. Je n'avais pas traversé tant d'épreuves, je n'avais pas été confronté aux mêmes souffrances que celles qu'avait dû endurer Yumiko,mais, de tout ceci, nous partagieons un élément :j'avais moi aussi connu l'isolement la tristesse. L'incompréhension surtout. Il n'est pas aisé d'avoir une vie simple quand on est..différent. Dans mon cas, si mon passé avait, en comparaison était de plus douce des tranquillité, son côté sombre ne s'exprimait qu'à travers ma colère, à travers mon incapacité à me concentrer. Peut-être expliquait-il aussi mon éternel ton taciturne.

Soudain, Yumiko se leva et s'approcha pour m'agripper la main. Non, pas d'une façon anodine. Elle agrippa la main, celle qui causait mes troubles revêches.J'eus un mouvement de recul,tressailllis et murmurai un « non... » à peine audible . J'avais peur, comme à l'ordinaire, de ne plus maîtriser ma force, de blesser ceux qui m'étaient chers.

« Tu n'as pas...peur ? » chuchotai-je, mine basse.

Ca n'en fut de toute évidence pas assez pour arrêter la jeune fille. Hélas, je ne parvenais pas à retrouver mon calme. La situation ne fit qu'empirer quand, pareil à la poudreuse aux premières lueurs, son sourire s'effaça. Avais-je fait quelque chose de mal ? Une boule dans la gorge, je devinai de longues larmes rouler le long de ses joues.

-V-voilà que je me mets à faire des c-cauchemars en étant é-éveillée... , m'annonça-t-elle, d'une voix entrecoupée de sanglots.

Ce fut à mon tour de lui saisir le bras, non sans une palpitation d'angoise : je n'étais pas doué pour consoler les gens. Me cramponnant comme pour montrer un solide soutien, je balbutiai doucement :

« Ca va aller. C'est fini à présent...Tout est fini.Je suis là, tu n'es pas seule. Je suis là. »

C'était sans doute une phrase d'une extraordinaire banalité.Extrêmement stéréotypée,en outre, mais c'est tout ce que j'avais trouvé. Je voulais juste qu'elle aille mieux. Mais comment chasser les démons quand je n'étais pas sûr de ne pas en être un moi-même ?

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: Détente dans le gymnase. Vraiment? [Pv Llewelyn]

Message par Invité le Lun 04 Mai 2015, 16:39

Alors que les larmes roulaient sur mes joues, je sentis la main de Llewelyn quitter le creux des miennes pour me prendre les bras. C'était étrange. Voulait-il me retenir? M'empêcher de tomber? Sa voix me sortit de mes questions :

« Ca va aller. C'est fini à présent...Tout est fini.Je suis là, tu n'es pas seule. Je suis là. »

Je compris qu'il tentait de me rassurer, de m'aider à traverser cette mauvaise pente. Je repensai alors à mes amis et leurs conseils, des larmes roulant toujours sur mes joues. Un sourire étira tout de même mes lèvres parce que ils avaient tous raison. Pourquoi, alors me sentais-je si désespérée? Pourquoi mes cauchemars ne s'en allaient pas? Pourquoi mes peurs étaient si tenaces? Seul le temps parviendrait à me répondre si je le laissais faire.

J'avais vu la peur de Llewelyn lorsque je lui avais pris la main. Peut-être que sa solution était similaire à la mienne. Je réfléchis, les yeux fermés, avant de regarder le jeune homme dans les yeux et lui dire, les joues rouges et mouillées:

- Il... Il semblerait que nous soyons plus ou moins pareil. Nous a-avons besoin de temps. Toi pour apprendre à connaître ton pouvoir, moi ... pour apprendre le monde.

Je trouvais que, pour une fois, j'avais résumé comme il fallait mes pensées. Je voulais l'aider. Je voulais m'aider. En réalité, je souhaitais protéger tout le monde. Et, pour cela, il me fallait aller mieux et donner le meilleur de moi-même!

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: Détente dans le gymnase. Vraiment? [Pv Llewelyn]

Message par Invité le Jeu 07 Mai 2015, 11:57

"Il... Il semblerait que nous soyons plus ou moins pareil. Nous a-avons besoin de temps. Toi pour apprendre à connaître ton pouvoir, moi ... pour apprendre le monde."

Je ne pouvais qu'approuver. Un accord qui ne se traduisit que par un faible hochement de tête : il me manquait les mots, je ne parvenais plus m'exprimer. Ni même à formuler une bribe de remerciement. Tout resté bloqué dans le fond de ma gorge, à un point tel que j'en vins à me demander si mes questionnements n'avaient pas fini par me rendre muet. Oh, comme je préférais l'époque de la désinvolture, celle où je me savais différent des autres enfants, sans que ça ne m'atteigne.

C'était paradoxal, n'est-ce pas ? J'avais été envoyé dans une école spécialisée, où, visiblement, l'anormal se confondait à la banalité, et pourtant, je ne me sentais pas plus à l'aise qu'auparavant. J'avais encore beaucoup de choses à apprendre. Et surtout, j'avais trahi mon naturel inquiet, celui que je dissimulai habituellement sous le masque de la froideur, du cynisme.

La situation de Yumiko me préoccupait bien plus que la mienne, toutefois : là où je ne causait qu'un accident de temps à temps, elle se trouvait comme désœuvrée face à la plus dérisoire des situations. Ce ne devait pas être facile tous les jours ! Ou plus exactement, ça ne devait pas être facile. Jamais. J'hésitai un instant à essuyer du coin de ma manche ses longues larmes,me ravisait cependant. Je n'avais jamais été à l'aise pour démontrer mon affection, encore moins dans ce genre de situations. Je détournai la tête, impassible.

Dans l’entrebâillement de la porte du gymnase brillait un long filet de soleil.Je contins un soupir, me redressai et, une fois assis, murmurai :

« Je voulais qu'on passe une bonne journée... »


J'aurais pu deviner, pourtant, au vu de la matinée que j'avais passée, que le destin en avait décidé autrement.

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: Détente dans le gymnase. Vraiment? [Pv Llewelyn]

Message par Invité le Jeu 07 Mai 2015, 16:29

Alors que je m'attendais à ce que ce jeune homme, qui m'avait semblé être plein d'entrain, me réponde avec le sourire, je n'eus pour réponse qu'un faible hochement de tête. Qu'avait-il donc? Se sentait-il mal? Ou était-il attristé par mon comportement? Ou s'était-il rappelé un moment triste de sa vie? Etait-ce ma faute? Je me sentais un peu coupable. Alors, je me mis à essuyer mes joues et mes yeux à l'aide d'une de mes mains. Puis, je l'entendis murmurer :

« Je voulais qu'on passe une bonne journée... »

Surprise, je me mis à le regarder avec des yeux ronds. Que voulait-il dire par là? Etait-ce parce que j'avais pleuré? Etait-ce parce que je lui avait dévoilé mon passé et mes difficultés?
Je fronçai les sourcils, pris la bouteille, que je trouvais toujours étrange, et bu une partie de son contenu d'un traite. Puis, je lui souris en lui annonçant :

- Mais la journée est loin d'être terminée ! Nous avons encore le temps de passer des bons moments, de rire et de se promener. Et, tu pourrais me dire ce que tu sais du monde que je ne connais pas... en commençant par ça, par exemple ! m'exclamai-je en lui tendant ma bouteille sous son nez.

J'avais en cet instant oublié ma timidité, sa réaction triste ne m'étant pas très agréable. Je n'aimais pas voir les personnes souffrir autour de moi. C'était pire lorsqu'il s'agissait de quelqu'un que j'appréciais. Mais, je m'étais trouvée trop brusque. Je reposais donc l'objet en fer et repris sa main créatrice de glace qui m'émerveillait. Puis, je repris plus calmement :

- Ne sois plus triste. Je peux guérir les maladies, mais malheureusement pas les blessures du cœur, et je déteste voir les autres avoir mal. Souris, nous allons rattraper cette matinée!

J'étais on ne peut plus sérieuse. Je comptais bien m'amuser et passer une bonne journée avec Llewelyn!

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: Détente dans le gymnase. Vraiment? [Pv Llewelyn]

Message par Invité le Ven 08 Mai 2015, 18:33

- Mais la journée est loin d'être terminée ! Nous avons encore le temps de passer des bons moments, de rire et de se promener. Et, tu pourrais me dire ce que tu sais du monde que je ne connais pas... en commençant par ça, par exemple!

Ce fut à mon tour de me retrouver totalement béat de stupeur: premièrement, je ne m'attendais pas à un changement d'humeur si soudain. Chasser les mauvaises pensées d'un revers de main, garder le sourire même dans les heures les plus sombres était une attitude qui ne me ressemblait pas. J'en étais parfaitement incapable. D'ailleurs, m'écorcher un sourire était la plupart du temps, mission impossible. Au delà de ce propos, j'étais aussi perplexe qu'un oisillon tombé du nid pour ce qu'il s'agissait d'expliquer le quotidien. Justement parce que, comme son nom l'indiquait, il aurait dû, en toutes circonstances, être d'une effarante banalité.

Je clignai d'abord des yeux, intrigué, puis m'emparai de la bouteille. C'était bien là ce qu'il fallait faire, non ? Je plaçai doucement mon doigt dans la fente métallique et, avant que ne retentisse le traditionnel tintement métallique, j'exposai :

« Tu vois, c'est comme ça qu'on fait. »

Dans ce geste, je songeai que j'aurais sans doute était un très mauvais professeur, puisque je ne savais montrer que par l'exemple. Aucune envie de me perdre dans des explications dantesques et brouillon. Soudain, Yumiko m'attrapa la main et avoua calmement :

- Ne sois plus triste. Je peux guérir les maladies, mais malheureusement pas les blessures du cœur, et je déteste voir les autres avoir mal. Souris, nous allons rattraper cette matinée!

Une telle révélation lui ressemblait bien:je la connaissais depuis peu, mais dès que nous nous étions retrouvés en présence l'un de l'autre, la jeune fille s'était arrangée pour toujours faire passer les émotions des autres avant les siennes. Le pouvoir de guérir…les pouvoirs étaient-ils prédestinés en fonction de notre personnalité ? Dans ce cas, quel symbole pouvait bien avoir le mien ? Ainsi, étais-je fait de glace, condamné à ne rien ressentir ?

Non, bien sûr que non ! J'avais déjà été heureux, j'avais déjà été triste ou en colère...Je cessai de me questionner. Yumiko avait raison, nous pouvions rattraper cette journée ! Fixant le plafond, je me mis à siffloter une vieille comptine galloise, tombée au creux de mon oreille lors de mes plus jeunes années.

«  ♪ Dawc 'nghariad I lawr yn ynerllan , Tw rymdi ri rymdi radl idl al.
O na bawn I yno fy hunan, tw rymdi ro rymdiradl idl al
Dacw'r ty a dacw'r 'sgubor ♪ »


Je ne me souvenais ni de la signification de cette chanson, ni du reste des paroles. Je poursuivis en sifflotant. 

HJ: Je ne sais pas pourquoi, mon ordi refuse d'activer les couleurs ><

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: Détente dans le gymnase. Vraiment? [Pv Llewelyn]

Message par Invité le Sam 09 Mai 2015, 17:35

Il sembla désemparé par mes paroles. Pourtant, il ne me semblait pas avoir dit quoi que ce soit de triste... Puis, je me rappelai que le jeune homme avait des problèmes pour contrôler les siens. J'étais attristée de le peiner ainsi alors que je souhaitais lui rendre le sourire.

Puis, il sembla réfléchir en reprenant, petit à petit, du poil de la bête. Tout en espérant que cette dernière ne soit pas trop féroce, je souris, prête à donner tous les avantages possibles et inimaginables à son pouvoir. Et je voulais aussi lui prouver que son bras faiseur de glace n'était pas effrayant. Au contraire, je le trouvais, depuis la première fois où je l'avais vu, impressionnant. Pour moi c'était l'objet de beaucoup de curiosité.

A ma plus grande surprise (que je tentai de retenir), Llewelyn se mit à émettre un sifflement très proche de ceux que chantaient les oiseaux. Toutefois, je remarquai qu'il contenait un air que je ne connaissais pas. Qu'était-ce? Est-ce que cela avait une signification? Pourquoi cet air contenait autant d'émotions? Est-ce que cela était fait exprès? Comment faisait-il pour siffler comme un oiseau? J'aurais été incapable de répondre à toutes ces questions qui m'assaillirent alors que j'écoutai, les yeux fermés.

Lorsqu'il eut fini, je rouvris les yeux et souris à mon nouvel ami. Je ne me posai plus aucune question. J'étais si émue que je ne pus lui souffler que :

- C'est si beau...

Je souris puis tentai de mettre mes lèvres en cœur, comme il l'avait précédemment fait, puis soufflait. Mais je ne parvins pas à siffler. J'en fus très déçue.

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: Détente dans le gymnase. Vraiment? [Pv Llewelyn]

Message par Invité le Dim 10 Mai 2015, 19:26

Il était très rare que je me laisse aller de la sorte: aucun de mes amis les plus proches n'avait eu l'occasion de m'entendre chanter, ou seulement dans des circonstances exceptionnelles. Je ne parlais que peu de moi-même,alors, dévoiler cette façade plus douce de ma personnalité représentait souvent un échec pour moi. Je me sentais aussi fébrile qu'une minuscule tortue sortant enfin la tête de sous sa carapace douillette pour la première fois. Pourtant, les compliments de Yumiko m'encouragèrent et je continuai à siffloter. Dommage que les paroles m'aient échappé, tout comme leur sens d'ailleurs. Un air de guitare, de plus, aurait été des plus agréables.

« Merci », répliquai-je, marquant une courte pause afin de boire une gorgée de limonade. J'étais assoiffé.

Tout à coup, Yumiko entreprit à son tour de siffler. En vain. Elle en parut fort désappointée, réaction qui, il faut bien l'avouer,m'amuser par son côté cocasse et me tira un petit sourire. Mon visage tout entier dessina le mouvement que j'avais précédemment effectué et je l'informai, me pinçant les lèvres :

« Comme ça, regarde. A ton tour ! »

J'émis un nouveau sifflement, puis décidai d'entamer une autre chanson, en Anglais cette fois-ci.

« ♪ O ye'll tak' the high road and I'll tak the low road,
An' I'll be in Scotland afore ye;
But me and me true love will never meet again
On the bonnie, bonnie banks o' Loch Lomon'. ♪ »


Cet air , entendu au cours de mon enfance, venait de me revenir. Il n'avait aucune signification particulière pour moi : je ne connaissais ni l'amour ni la perte de celui-ci. J'appréciais simplement le rythme de la chanson. Je répétai le refrain avec enthousiasme.

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: Détente dans le gymnase. Vraiment? [Pv Llewelyn]

Message par Invité le Lun 11 Mai 2015, 09:13

Malgré ma déception, je fus contente de le voir enfin sourire. Tant et si bien que je ne cherchai pas de savoir quelle en était la raison.

« Comme ça, regarde. A ton tour ! »

Puis, il recommença le sifflement que je regardai avec une grande attention. Je tentai à nouveau de recréer le mouvement et soufflai. Rien ne sortit de nouveau. Tant pis ou tant mieux? Je ne sus que répondre, mais j'étais contente que Llewelyn recommence à siffler un air. Il était différent du précédent, autant dans son rythme que dans les sentiments qu'il engrangeait. Bizarrement le sifflement était différent tandis qu'il la répétait.

Profitant qu'il me montrait l'exemple, je m'entraînais. Je ne comprenais pas mes échecs. Que faisais-je de mal? Plus j'effectuais de tentatives, plus je fronçais les sourcils. Puis, après beaucoup d'efforts, je réussis à émettre un léger sifflement. Je fus extrêmement surprise mais tout aussi heureuse. J'arrêtai donc le jeune homme dans son chant en lui annonçant :

- J'ai réussis !

Puis je retentai pour lui prouver. Mais je n'y parvins plus. Je rougis de mon échec en prenant la tête entre mes mains. Ah! ce qu'il était plus simple de jouer du piano que de siffler! Malgré toutes les tentatives que je fis par la suite, je n'y arrivai plus. Quelle déception!

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: Détente dans le gymnase. Vraiment? [Pv Llewelyn]

Message par Invité le Ven 15 Mai 2015, 23:14

Je m'émerveillai intérieurement face à la réaction enfantine de Yumiko. Bien sûr, mon visage, comme à l'ordinaire, ne laissa en surface rien transparaître, mais l'émotion, elle, était bien là. Je supposais que c'était ce genre d'instants que partageaient un grand frère et sa sœur cadette – à l'exception près, évidemment, que nous avions pratiquement le même âge.

Une toute autre question me traversa l'esprit : aurais-je été un bon frère, qu'aurait été ma vie si je n'avais pas été fils unique ? Tout ceci laissait en moi une profonde sensation de vague. Comment s'imaginer un irréel pourtant à la frontière du possible. Les problèmes d'un enfant unique, eux, je les connaissais bien mieux, comme par exemple ce besoin de se créer une bulle, une carapace quand au cours de l'enfance, les adultes n'ont pas vraiment de temps pour entrer dans votre monde ou même s'en préoccuper.

N'allez pas croire, mes parents -en dépit de leurs singulière idée du bonheur familial consistant à déterrer des ruines le weekend au beau milieu de la cambrousse afin d'exhumer la dernière tombe babylonienne, saint Graal de tous les gérants de musée- ont toujours été exemplaires. Seulement, ils sont parfois si enivrés par leur passion qu'ils en oublient presque de prêter une oreille attentive à mes propos.

Alors que je m'apprêtais à féliciter Yumiko pour ce qu'on aurait pu, à cet instant précis, considérer comme une prouesse, j'entendis un cri au loin.Un hurlement qui se composait plus précisément de ces mots : Non ! Va-t-en ! Laisse-moi tranquille !

Un frisson de colère me parcourut l'échine et je me levai, prêt à intervenir. Bien sûr, dans mon élan héroïque, je ne songeai pas une seconde que, derrière la porte entrouverte du gymnase se cachait peut-être un mastodonte aux bras chewing-gum élastiques et mesurant deux têtes de plus que moi. Ainsi, je me précipitai vers le lieu de l'incident, lançant à mon amie :

« Tu devrais peut-être rester ici. »

Ce n'était pas un ordre, c'était une simple recommandation. Mon intention, dans cette situation, n'était pas de jouer les caïds, mais il n'était pas dans mon tempérament de rester à attendre les bras croisés. Et si je proposais à la jeune fille de ne pas intervenir, c'était simplement parce que je la savais fragile, non pas à cause de son statu, mais simplement à cause de son passé. Les jeunes filles, les jeunes femmes peuvent à mon sens très bien se battre, cependant, je ne voyais pas Yumiko employer des moyens si radicaux.
Qui sait, peut-être serais-je surpris. Quoiqu'il en soit, je fonçai tête baissée.

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: Détente dans le gymnase. Vraiment? [Pv Llewelyn]

Message par Invité le Sam 16 Mai 2015, 15:37

Alors que je m'énervais moi-même avec mon nouvel échec, je ne vis pas Llewelyn qui s'apprêtait à me féliciter avant de s'arrêter net à cause d'un appel au secours qui m'arrêta dans mon action :

- Non ! Va-t-en ! Laisse-moi tranquille !

Je n'arrivais pas à déterminer s'il s'agissait d'une fille ou d'un garçon, mais j'avais compris que cette personne, qui que ce soit, avait des problèmes avec une autre personne. J'entendis mon ami se lever du tapis avant de d'élancer vers la source de l'appel en courant et en me lançant :

« Tu devrais peut-être rester ici. »

Perplexe, je le regardais tout d'abord s'éloigner en faisant résonner ses pas dans tout le gymnase. Puis, je ressentis un sentiment que je n'avais encore jamais connu jusque là : de l'indignation. Je me mis donc à parler à voix haute, plus pour moi-même que pour le jeune homme :

- Rester ici alors que quelqu'un a besoin d'aide? C'est ors de question. Puis, en me lançant à mon tour vers la sortie du gymnase, je continuai : Je suis peut-être stupide, je ne sais peut-être pas me battre... mais il faudra bien quelqu'un pour aider la jeune personne pendant que Llewelyn s'occupera de l'autre.

Lorsque je fus arrivée dans le couloir, mon ami était devant une jeune fille qu'un jeune homme qui semblait la harceler. Je connaissais assez bien ce dernier qui avais tenté à plusieurs reprises de me tourner en ridicule après les cours. Ce dernier me vis et m'adressa un sourire "bestiale" alors qu'il immobilisait sa victime contre le mur d'une main :

- Tiens, tiens, tiens... Yumiko. Tu es venue t'amuser avec nous?

Je ne répondis rien. Je savais que ce serait futile. Et je n'étais pas venue pour me battre, mais pour aider sa victime lorsqu'elle serait libérée de ce fauteur de trouble. Je restais donc silencieuse et gardais bien mes distances, cachée derrière Llewelyn.

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: Détente dans le gymnase. Vraiment? [Pv Llewelyn]

Message par Invité le Dim 17 Mai 2015, 11:57

A ma grande surprise, Yumiko me rembarra sèchement. Enfin, façon de parler, elle ne s'était pas montrée particulièrement aggressive à mon égard, mais avait tout de même fait preuve d'une conviction bien plus marquée qu'à l'ordinaire.

- Rester ici alors que quelqu'un a besoin d'aide? C'est hors de question. Je suis peut-être stupide, je ne sais peut-être pas me battre... mais il faudra bien quelqu'un pour aider la jeune personne pendant que Llewelyn s'occupera de l'autre.

Et voilà! Avec mon franc parler aussi diplomatique qu'une horde de militaires armés jusqu'aux dents envoyée pour négocier la paix en Syrie, je l'avais vexée! Du moins, c'est ce que laissait transparaître son ton farouchement indigné. Je haussai les épaules et répliquai, peu enclin à provoquer un long débat issu d'une simple erreur de jugement:

« Comme tu voudras!»

Nous n'avions pas le temps de tergiverser. Je me précipitai dans le couloir du gymnase pour tomber nez à nez avec une silhouette qui m'était familière. Il s'agissait d'un jeune homme d'une taille plutôt imposante aux cheveux en brosse et je l'avais surpris plusieurs fois à chercher à des noises à plus jeune et plus fragile que lui. Rien d'assez grave pour que je ne m'en préoccupe jusqu'alors, toutefois. Cette fois-ci, il avait choisi pour proie une demoiselle qui ne devait être âgée que de treize ans tout au plus. Lui, à l'inverse, devait probablement se trouver dans la même classe que moi.
Ebloui par la lumière du soleil, je ne pouvais distinguer les couleurs de son uniforme. La maison à laquelle il appartenait resterait donc un mystère. Ca n'avait aucune importance.

La colère déforma mon visage. C'était un tel manque de courage de s'en prendre à une pauvre jeune fille qui, visiblement, n'était à l'académie que depuis quelques jours - je ne l'avaisjamais aperçue auparavant. Je serrai le poing droit et, de l'autre, créeai une boule de neige, solide et dure, que je jetai sans scrupule à la face de l'autre ostrogoth sans cervelle.

«Dis-donc toi là, oui, c'est à toi que je parle, l'espèce de grand guignol là-bas! Ca te dirait pas de te mesurer à quelqu'un de ta taille?»

Je tendai une main à la jeune fille au bord des larmes, et la laissai aux bons soins de Yumiko. Avec un sourire, je me tournai vers mon amie et répliquai, comme pour m'excuser de mon écart de comportement:

«Je crois que tu es bien plus douée que moi pour ce genre de choses!»


Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: Détente dans le gymnase. Vraiment? [Pv Llewelyn]

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 3 1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum