Guérisseuse improviste [Fin]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Guérisseuse improviste [Fin]

Message par Yumiko le 7/4/2015, 23:26

Après une journée mouvementée pendant laquelle je m'étais entraînée, si je puis dire ça, à utiliser mes pouvoirs, je me suis dirigée vers l'infirmerie. En chemin, j'essayai d’emprunter des couloirs vides. Je n'étais pas à l'aise avec les nouvelles rencontres, et encore moins avec la foule. Mais j'eus de la chance : presque personne n'était dans cette partie-là du bâtiment.

Lorsque je fus devant la porte de ma destination, je commençai par regarder autour de moi. Peut-être avais-je l'ai suspecte, mais je n'avais aucune envie que quelqu'un me voit entrer. C'était stupide. C'était moi. Soulagée de ne voir personne, j'ouvris discrètement. La porte grinça légèrement, mais pas assez pour réveiller qui que ce soit. Ce qui m'arrangeais. Alors, j'ai doucement passé la tête dans l'ouverture, mes cheveux blonds tombant sur le côté. L'infirmière n'était pas là. J'ai donc profité de l'opportunité qui se présentait à moi pour entrer et fermer la porte derrière moi, dans un silence aussi religieux que ce fut possible.

Arpentant lentement la pièce, le pas léger, j'ai regardé dans chaque lit, cherchant quelqu'un auprès de qui j'aurais pu me rendre utile. Mais, lorsque j'arrivai à l'avant dernier, je fus presque désespérée : ils étaient, jusque-là, tous vides. Et lorsque j'eu trouvé une personne emmitouflée dans ses couvertures dans le tout dernier lit, je faillis sauter de joie. Je me retins de justesse, vérifiai que je n'avais pas réveillé l'élève endormi, puis me ressaisie.

Je me suis approchée lentement et ai observé le malade. Il semblait paisible, à dormir ainsi. J'étais penchée sur lui, mon visage à une dizaine de centimètres de ses cheveux. Avec des gestes doux, j'ai écarté ces derniers pour pouvoir avoir accès à son oreille que je touchai du bout de mon indexe.

Lorsque je fus en contact avec mon camarade, je sentis mon esprit voyager, cherchant la source du mal. L'environnement était noir et, petit à petit, je me rapprochais d'une petite lueur jaune. Il s'agissait de la maladie qui, ici, était assez bénigne. Comme j'étais capable de la guérir, je tendis la main vers la lumière... et la refermai d'un geste sec.

Épuisée, j'étais tombée à genoux, haletante. Toutes ces actions se passaient en très peu de temps. Je n'eus donc aucun besoin de vérifier si quelqu'un était entré. De toute manière, je n'en aurais pas eu la force : mon pouvoir m'avais affaiblie. Pas énormément, mais assez pour que je me sente fatiguée. Lentement, et laborieusement, je me suis donc installée dans le lit adjacent, et me suis endormie dans une position foeutale. Je ne m'étais pas souciée de ce qui se passerais si on me trouvais là. Je m'en moquais.


Dernière édition par Yumiko le 12/4/2015, 15:58, édité 1 fois


Je parle en #00cccc
avatar
Yumiko

Fiche perso'
Infos:
Où me trouver:
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Guérisseuse improviste [Fin]

Message par Invité le 8/4/2015, 21:34

Au moment où je pensais à elle, sa silhouette m’apparut au loin. En effet, je la reconnus rapidement, ce qui me surprenait un peu. Mes pas me dirigeait sans que je les commande vraiment, et je me mis à la suivre sans m'en rendre compte. Cette silhouette hypnotisante. Finalement, je me concertais dans l'idée que je le faisais volontairement. Elle entra dans l'infirmerie. Je ne savais alors pas trop si je devais attendre caché, ou entrer, ou partir. Je choisi l'option de l'attente. Je ferai semblant que je suis là par hasard si elle me voit. Mon I.A. m'aidait dans mon attente. Voici la conversation que l'on put avoir en sms :

" Que fais-tu Maître ?
- J'attends. Appelle moi Naru, s'il-te-plaît.
- Quel intérêt, Naru.
- Je ne sais pas pourquoi d'ailleurs... J'ai envie de lui parler ?
- D'après ma base de données sur "Amour", c'est ce que l'on appelle l'amour."

Je fermai mon portable à ce moment, en esquissant un sourire gêné. Je commence à croire que cette machine a des sentiments, mais c'était pour cette raison que je l'avais programmée... Et pour m'amuser... On dirait qu'elle interprète ma conscience. Je l'ai trop décalquée sur moi, évidement.

J’entendais un bruit venant de la pièce, comme si on venait d'escalader un lit difficilement. Doucement, j'ouvrai la porte et regardai à l'intérieur. Je voyais vraisemblablement un élève endormi, et Yumiko allongé sur le lit adjacent. Est-ce que je pouvais entrer ? Je suis son ami. Oui, je peux certainement. J'entrai donc doucement afin de ne pas réveiller l'élève, et m'approchai d'elle. Elle se reposait dans une position que je gardai précieusement dans ma mémoire pour un éventuel dessin ; en rougissant légèrement. Je m’essayai sur une chaise à côté sans la déranger, et la regardai tendrement sans m'ennuyer cette fois-ci, à attendre.

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: Guérisseuse improviste [Fin]

Message par Yumiko le 8/4/2015, 23:02

Depuis combien de temps avais-je dormi? Impossible de le savoir. Ce qu'il m'était impossible d'ignorer, par contre, c'était mon envie quasi irrésistible de dormir. Pourtant, je sentis une présence auprès de moi. Une qui ne m'était pas étrangère. Alors, par curiosité, et malgré mon engourdissement encore présent, j'inspirai profondément, puis ouvris doucement les yeux. La lumière, plutôt éblouissante, me fit mal et je dû les refermer aussitôt en gémissant. Je mis ma main  droite pour limiter la luminosité puis fis un deuxième essaie. Ce fut mieux, mais tout ce que je voyais était happé dans une sorte de brouillard. Je ne reconnus donc pas la personne qui était devant moi, dans un premier temps. Je me rendormis tout de suite après.

Là encore, il me fut impossible d'évaluer le temps qui passa. Mais, cette fois, je m'étais réveillée comme si j'avais dormi une nuit entière. Je pus donc enfin reconnaître la présence que j'avais sentie plus tôt : Narudgi-kun. Surprise, et honteuse qu'il m'ait prise en flagrant délit, je sursautai avant de me mettre à genoux sur le lit, position que je prenais quand on me grondait à la maison. Mes joues étaient en feu et je ne savais pas trop quoi dire. Alors, je regardais le lit, tête basse avec les cheveux me tombant en avant, attendant qu'il prenne la parole. Mais, me souvenant que je ne me trouvais pas chez moi, je m'assis sur le bord du lit, en face de mon ami, toujours tête basse. Puis, prenant mon courage à deux mains, je lui dis, d'une petite voix tremblante.

- J-je suis désolée. Tu dois me prendre pour une folle...

Le tremblement de ma voix se propagea dans tout mon corps tandis que des larmes atterrirent sur mes mains crispées sur mes genoux. J'avais peur de ce qu'il pensait de moi. Il m'avait vue dans un état de faiblesse qu'on m'avait appris à cacher, à détester. C'était ma malédiction. Celle pour laquelle on m'avait enfermée...

- Je ne sais pas... ce que tu pense,... ou même si tu comprends ma réaction... repris-je en tentant d'avaler les hoquets qui menaçaient de sortir de ma gorge,mais sache que tu n'as rien fais de mal... c'est... c'est moi qui suis en tort...

J'avais des espoirs contradictoires. Tout d'abord qu'il me punisse. Puis qu'il me console. J'avais envie qu'il me demande beaucoup de pourquoi. Mais, en même temps, je ne voulais rien évoquer de mon passé. J'étais dans une telle confusion que je me tus et que j'attendis qu'il réagisse, les mains toujours crispées sur mes genoux et la tête basse.


Dernière édition par Yumiko le 8/4/2015, 23:04, édité 1 fois (Raison : Corrections)


Je parle en #00cccc
avatar
Yumiko

Fiche perso'
Infos:
Où me trouver:
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Guérisseuse improviste [Fin]

Message par Invité le 9/4/2015, 18:29

"J-je suis désolée. Tu dois me prendre pour une folle..."

Jamais de la vie, c'est moi le plus fou de nous deux ; à te suivre ! Elle commençait à trembler, mon cœur me faisait mal. Je ne comprenais pas.

"Je ne sais pas... ce que tu penses... ou même si tu comprends ma réaction... mais sache que tu n'as rien fais de mal... c'est... c'est moi qui suis en tort..."

Comment je devais réagir ? Des larmes coulaient de ses joues. Je ne voulais pas, non... Elle n'est pas en tort, ça n'a aucun sens. Sans réfléchir plus que ça, je me la pris dans mes bras. Elle arrêta de trembler. Je préférai ne rien dire. En tout cas pas tout de suite, car je profitai de la chaleur de son corps en essayant de l'apaiser. Et je me maudissais à penser cela. Puis l'humour me vient en aide, ou plutôt à l'esprit. Je reculai un peu pour voir son visage ; et, tout en lui tenant les épaules, je lançai, en souriant :

"Tu sais que tu es très mignonne quand tu dors ?"

Nooooon. Je voulais mourir maintenant. Qu'avais-je fait ? Je me tenais à 3 cm exactement de sa figure taillée parfaitement. Les mains sur ses épaules. C'était possible venant de MOI ? Je suis censé être timide, mais je me sentais étrangement heureux.

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: Guérisseuse improviste [Fin]

Message par Yumiko le 9/4/2015, 19:43

Je fus agréablement surprise lorsque Narudgi-kun me pris dans ses bras. Tant et si bien que j'en arrêtais de trembler. Je ne me souvenais pas qu'on m'ait déjà apaisée de la sorte. Ou même qu'on cherche à me consoler. Je n'eus donc pas la force de le repousser malgré la honte et la culpabilité qui restaient comme ancrés en moi. La chaleur, qui émanait de son corps et de ses gestes, était douce et agréable. Pourquoi est-ce que je n'avais pas connu ça avant? Qu'avais-je donc fait de mal?

Alors que mes idées se mélangeaient, Narudgi-kun se détacha doucement de moi tout en gardant ses mains sur mes épaules. Son visage était proche du mien. Le silence était bien installé quand il me fit :

"Tu sais que tu es très mignonne quand tu dors ?"

Cette remarque que je devinais totalement innocente me fit rougir comme une pivoine. Le sien s'était un peu décomposé, certainement dû au fait qu'il réalisait que ce n'était pas ce qu'il avait voulu dire. J'aurai pu rire sur cette note d'humour. Mais je ne le fis pas. J'étais trop déconcertée. Je réalisais que, même si c'était dur, il fallait que je raconte mon histoire à mon ami, si celui-ci voulait bien l'écouter. Alors, je lui répondis d'une voix très calme et très posée, en souriant très timidement et en le regardant dans les yeux :

- Merci, Narudgi-kun, pour m'avoir consolée et avoir essayé... de me faire sourire... Mais je pense que je te dois des explications. Si tu souhaite l'écouter, alors je pense pouvoir te raconter mon histoire. Ainsi... je pourrais te dire pourquoi je ressens de la honte en ce moment même... et pourquoi j'ai peur de la foule...

Je ne m'étais jamais dévoilée. Tout simplement parce qu'il n'y en avait pas besoin : sans amis et avec une famille qui me détestait, cela semblait normal. Mais, justement, j'avais enfin un ami. Et cet ami... c'était Narudgi-kun!


Je parle en #00cccc
avatar
Yumiko

Fiche perso'
Infos:
Où me trouver:
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Guérisseuse improviste [Fin]

Message par Invité le 9/4/2015, 21:07

Elle me regarda dans les yeux. Je n'arrivai plus à détacher les miens des siens. Je me disais que j'étais vraiment chanceux de pouvoir la regarder comme cela. En tout cas si je ne l'avais pas aidée, j'aurais sans doute eu la manie de l'observer de loin, sans qu'elle ne prête attention à moi. Enfin, c'est ce que je m'imaginais naïvement. Et je préférai mille fois cette situation qui me rendait étrange. J'avais encore l'envie dans la prendre dans mes bras. Mes mains tombèrent inconsciemment sur ses genoux.

" Merci, Narudgi-kun, pour m'avoir consolée et avoir essayé... de me faire sourire... Mais je pense que je te dois des explications. Si tu souhaite l'écouter, alors je pense pouvoir te raconter mon histoire. Ainsi... je pourrais te dire pourquoi je ressens de la honte en ce moment même... et pourquoi j'ai peur de la foule..."

J'allais donc comprendre ce qui la tracassait ? Évidement que je voulais bien ! J'avais une sorte de hâte indescriptible de la connaître un peu mieux. Je m’asseyais sur sa gauche. En posant discrètement ma main sur la sienne, je lui assurai timidement en souriant, comme toujours :

"J-Je veux bien, comme ça j'en saurai plus sur toi. Je pourrai peut-être t'aider."

J'en faisais un peu trop. Je la touchais quasiment tout le temps. J'en avais marre de moi.


Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: Guérisseuse improviste [Fin]

Message par Yumiko le 9/4/2015, 22:07

Après que je lui eu proposé de raconter mon histoire, il vint s’asseoir à ma gauche et posa sa main sur la mienne. Ce geste agréablement doux me fit rougir. Ce n'était pas désagréable. Tout en faisant ce dernier geste, il me dit :

"J-Je veux bien, comme ça j'en saurai plus sur toi. Je pourrai peut-être t'aider."

Sa réponse me soulagea car j'espérais qu'il m'écouterait. Mais cela me rendit tout aussi nerveuse car c'était la première fois que j'allais parler de moi ouvertement (voire parler de moi tout simplement) à quelqu'un. Je ne bougeais pas. Je ne voulais pas qu'il enlève sa main de la mienne car cela me donnait du courage. Je lui répondis simplement avant tout :

- Merci, Narudgi-kun.

Avant de commencer, je me tournais afin que je puisse le regarder en face avant de lui serrer la main par celle qu'il touchait.

- Je ne sais pas si je te l'ai dit ou même si tu le savais, mais mon véritable nom est Yumiko Okamoto. La famille Okamoto est une famille prestigieuse qui peut faire tout ce qui lui plaît. Je suis née il y a quinze ans, un soir d'hiver. Je ne sais pas quels étaient la réaction de mes parents car... Je fis une légère pause pour me redonner de la contenance, puis finis ma phrase: m-mon premier vrai souvenir est ma vie dans une cage... une cage qui a été aménagée pour moi!

Des larmes coulèrent sur mes joues rougies. C'était dur... Mais il fallait que je continue. Je serrais la main de mon ami légèrement plus fort et continuais :

- J'ai vécu dans cette cage toute ma vie. J'avais le droit de sortir de temps en temps à la condition que je n'adresse la parole à personne. Ni aux domestiques, ni à un professeur qui venait de temps en temps m'apprendre à lire, à écrire et à compter... ni aux membres de ma famille.

Les larmes coulaient toujours. En racontant mon histoire, j'avais l'impression d'accepter mon passé. Mais je voulais qu'il me comprenne. Alors je continuais :

- J'ai reçu la lettre d'admission pour intégrer l'Académie Tsuki au printemps de cette année. Je ne sais plus exactement quand. C'est ce jour-là que j'ai appris des vérités... de la bouche de mon père. J'ai appris que je possède le pouvoir appelé le Contact curatif. Il me permet de guérir des maladies bénignes, mais, en échange, plus la maladie est forte, plus je suis faible et fatiguée. Lorsque j'avais trois ans, j'ai guérit ma mère d'une maladie. Du coup j'ai été faible pendant un temps. Et pour la famille Okamoto, la faiblesse est une honte!

Après ces aveux, je respirais profondément. Le pire venait à venir...

- En le découvrant, mes parents ont pensé que j'étais maudite... que je devais être enfermée... et que je ne... que je ne ferais plus jamais partie de leur famille. Comme si je n'avais jamais existé. J'ai eu une petite sœur il y a sept ans. Elle porte mon prénom...

Voilà. Mon passé avait été dévoilé. Il restait plus que des explications :

- Ainsi, si j'ai si peur de la foule c'est parce que je ne n'avais jamais été en contact avec autant de monde en même temps. Si je n'ose pas vraiment approcher les gens, c'est parce que je n'ai jamais eu le droit d'adresser la parole à quiconque auparavant. Et... si j'ai réagis comme ça quand tu m'a vue dans mon état de faiblesse...

Je rougis, incapable de prononcer un mot de plus. Je me sentais pathétique, faible et honteuse. Qu'allait-il donc penser de moi? Me comprenait-il?


Je parle en #00cccc
avatar
Yumiko

Fiche perso'
Infos:
Où me trouver:
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Guérisseuse improviste [Fin]

Message par Invité le 10/4/2015, 20:17

Plus je l'écoutai, plus je tenais sa main fermement, mais tendrement. Des larmes tombaient de ses joues, je les essuyai avec le pouce de mon autre main libre, et gardait un air de soutient profond. Je pensai que tout ce qu'elle m'avait vécue devait être bien plus dur que le peu de chose que j'ai bien pu subir. Une cage. Et moi on m'avait juste lâché dehors. C'est bien mieux en soi. Je devrais me dévoiler un peu non ? En contrepartie...

"Je sens que je dois aussi te parler de moi. Je... Ma mère s'est éteinte il y a 6 ans. Avant cela, on était une famille soudé, et heureuse. Mais papa a mal réagit. Il s'est mit à boire, et a essayer de tout oublier, jusqu'à aller vers des choses illégales. Moi et ma sœur, on ne savait plus trop quoi faire, et un jour, il nous a décidé de nous faire partir pas très loin de chez lui. On est arrivé dans un maison à 30 kilomètres d'ici. On recevait de l'argent de lui pour payer la location ; puis d'un coup on ne recevait plus rien. À ce moment, on a dû chercher du travail, principalement ma sœur. C'était dur de gagner de l'argent et de gérer les cours. On trimait comme des malades, et je n'étais qu'un pauvre solitaire au lycée. La galère. Et la lettre est arrivé."

Je me rapprochais d'elle. J'avais résumé en peu de temps mon histoire, et oublié beaucoup de détails.

"Ta vie a dû être bien plus difficile que la mienne, même si ça n'en a pas l'air. Mentalement, être traitée comme quelqu'un qui n'existe pas, est... Dur à vivre. On ne vit plus vraiment en fait. Je... Je n'aurai pas voulu être à ta place."

C'est fou comme venir juste en aide à quelqu'un peu changer ta vie. À l'instant, j'aurais aimé un câlin. Long et doux.

"Merci Yumiko."

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: Guérisseuse improviste [Fin]

Message par Yumiko le 10/4/2015, 20:53

Narudgi-kun serrait ma main avec beaucoup de chaleur. Alors que je lui avais raconté mon passé, il avait essuyé mes larmes avec des gestes très doux. Bien que je ne m'en était pas rendu compte pendant, maintenant que je voyais son visage, que je le regardais, je voyais plus qu'une simple amitié dans ses réactions envers moi. Mais qu'était-ce? Je n'arrivais pas à le déterminer...

Il ne mis pas longtemps pour me répondre ceci :

"Je sens que je dois aussi te parler de moi. Je... Ma mère s'est éteinte il y a 6 ans. Avant cela, on était une famille soudé, et heureuse. Mais papa a mal réagit. Il s'est mit à boire, et a essayer de tout oublier, jusqu'à aller vers des choses illégales. Moi et ma sœur, on ne savait plus trop quoi faire, et un jour, il nous a décidé de nous faire partir pas très loin de chez lui. On est arrivé dans un maison à 30 kilomètres d'ici. On recevait de l'argent de lui pour payer la location ; puis d'un coup on ne recevait plus rien. À ce moment, on a dû chercher du travail, principalement ma sœur. C'était dur de gagner de l'argent et de gérer les cours. On trimait comme des malades, et je n'étais qu'un pauvre solitaire au lycée. La galère. Et la lettre est arrivé."

En écoutant son histoire, je fus peinée. Lui aussi avait été abandonné, même si ce n'était pas de la même façon. De plus, contrairement à moi, sa mère était morte...

Alors que je voulus lui répondre, il enchaîna :

"Ta vie a dû être bien plus difficile que la mienne, même si ça n'en a pas l'air. Mentalement, être traitée comme quelqu'un qui n'existe pas, est... Dur à vivre. On ne vit plus vraiment en fait. Je... Je n'aurai pas voulu être à ta place."

Je ne sus pas quoi lui répondre, mais je n'eus pas à le faire.

"Merci Yumiko."

Pourquoi me remerciait-il donc? Je ne comprenais pas. C'est moi qui devais le remercier. C'est moi qui devait lui être reconnaissante. Et je l'étais. Je devais le lui montrer.

- Pourquoi me remercies-tu? lui demandais-je en souriant, les larmes aux yeux. Je n'ai absolument rien fait pour mériter ta reconnaissance... vraiment.

Je fermé les yeux, faisant couler les larmes qui s'étaient emmagasinées. J'avais toujours le sourire. Après quelques secondes, je le regardais à nouveau dans les yeux :

- C'est à moi de te remercier! Tu es venu m'aider malgré le fait que es certainement quelqu'un de très timide. Tu m'as sauvée de la foule et guidée. Tu as toujours été gentil à mon égard. Tu m'as fait découvrir ce qu'était avoir un contact avec quelqu'un. Il y en a peut-être d'autres genre, mais je suis vraiment heureuse que tu m'ais fait découvrir cet aspect-là avant tout!

Sans attendre une quelconque réaction de sa part, je m'approchais de lui, mis mes bras autour de son cou et lui fis un câlin. Tout en restant ainsi, j'ajoutais en murmurant :

- Baka... ne me remercie pas, je ne le mérite pas.


Je parle en #00cccc
avatar
Yumiko

Fiche perso'
Infos:
Où me trouver:
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Guérisseuse improviste [Fin]

Message par Invité le 11/4/2015, 16:59

"Pourquoi me remercies-tu? Je n'ai absolument rien fait pour mériter ta reconnaissance... vraiment."

Pour tout. Tout ce que ce qui fait que je... Je...

"C'est à moi de te remercier ! Tu es venu m'aider malgré le fait que es certainement quelqu'un de très timide. Tu m'as sauvée de la foule et guidée. Tu as toujours été gentil à mon égard. Tu m'as fait découvrir ce qu'était avoir un contact avec quelqu'un. Il y en a peut-être d'autres genres, mais je suis vraiment heureuse que tu m'ais fait découvrir cet aspect-là avant tout !"

Je l'étais d'autant plus ! Je pensais tout le temps à elle depuis que je l'avais rencontrée.

"Baka... ne me remercie pas, je ne le mérite pas."

Elle venait d'assouvir ce fameux désir que j'imaginais totalement impossible. Un câlin. J'étais sur un nuage. C'était cela ce dont j'avais toujours rêvé ? Au vu de mon ressenti, j'imagine que oui.
Je pense que ça doit être ça, ce qui nous manque en premier quand on perd sa mère. L'amour.

Pour être précis, j'étais devenu une guimauve. Exactement. Sans la lâcher, je lui répondai, la voix un peu tremblante :

"Je te remercie d'être si gentille avec moi."

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: Guérisseuse improviste [Fin]

Message par Yumiko le 11/4/2015, 17:25

J'étais toujours accrochée à son cou, je sentis ses bras entourer mon corps. Puis, je l'entendis me répondre d'une voix tremblante :

"Je te remercie d'être si gentille avec moi."

Je me demandais en quoi j'avais été gentille. Mais je ne lui posais pas la question. Il n'y en avait aucun besoin. Cependant, je devais m'assurer de quelque chose. Je devais lui faire promettre quelque chose. Alors, je me détachais doucement de notre étreinte, lui souris en le regardant dans les yeux avant de tendre mon auriculaire, poing fermé. C'est ainsi que je lui annonçai :

- Narudgi-kun, j'aimerais que tu me fasse une promesse. Celle de ne jamais m'abandonner... C'est très important pour moi, même si je te fais confiance...

Puis, me rappelant ma rencontre avec Riley à la maison Saphir, je lui précisais :

- Chez moi, pour conclure une promesse nous faison le Yubikiri, ou la promesse du petit doigt. Cela signifie que, pour sceller une promesse, il faut que nous joignons nos auriculaires.

Je lui souris en me disant que ce serait bien que je lui demande mon numéro s'il acceptait de promettre.


Je parle en #00cccc
avatar
Yumiko

Fiche perso'
Infos:
Où me trouver:
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Guérisseuse improviste [Fin]

Message par Invité le 11/4/2015, 17:59

"Narudgi-kun, j'aimerais que tu me fasse une promesse. Celle de ne jamais m'abandonner... C'est très important pour moi, même si je te fais confiance..."

Elle me tendait son auriculaire, je savais ce que j'étais censé faire, dans de lointains souvenirs. J'avais promis à ma sœur de ne jamais renoncer à la vie, peu importe les obstacles. Puis on en avait fait d'autres, pour s'amuser, dont je ne me rappelle que de la moitiée. Maman avait promis de ne jamais nous perdre...

Je continuai de penser que les yeux de Yumiko sont magnifiques.

"Chez moi, pour conclure une promesse nous faison le Yubikiri, ou la promesse du petit doigt. Cela signifie que, pour sceller une promesse, il faut que nous joignons nos auriculaires."

Il fallait que je lui dise. Je lui donnais mon petit doigt en souriant.

"Ma mère était japonaise, je connais. Ton chez toi n'est pas loin du mien." riais-je.

Le fait qu'elle ajoute aussi toujours un suffixe japonaix m'avait conforté dans l'idée que ses origines venait de là. Je devrais le faire, mais j'ai perdu des habitudes. Je m'en voulais un peu.

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: Guérisseuse improviste [Fin]

Message par Yumiko le 11/4/2015, 18:10

"Ma mère était japonaise, je connais. Ton chez toi n'est pas loin du mien."

Tout en disant cela, il avait rit d'un rire que je trouvais adorable et m'avait donné son auriculaire, scellant ainsi une promesse qu'il devrait tenir jusqu'à sa mort.

Je me mis à le regarder, constatant à quel point je le trouvais mignon. Il avait des réactions qui me réconfortaient, des attitudes qui faisaient bondir mon cœur... et une timidité qui était si proche de la mienne que nous étions comme soutenus l'un par l'autre.

Je lui souris en me demandant comment formuler ma requête. Doucement, je passais la main droite dans mes cheveux et baissais les yeux devant la bêtise des phrases qui me venaient en tête. Finalement, j'optai pour la simplicité, pure et dure, en l'adoucissant par une voix légèrement timide et un sourire que je voulus doux :

- Pourrais-tu... Non. Pourrions-nous échanger nos numéros s'il te plaît? J'aimerais rester en contact avec toi, même lorsque tu es loin de moi.

Lorsque je prononçais ma dernière phrase, je rougis. Mais pourquoi avais-je été enfermée? Oyagi no baka!


Je parle en #00cccc
avatar
Yumiko

Fiche perso'
Infos:
Où me trouver:
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Guérisseuse improviste [Fin]

Message par Invité le 11/4/2015, 19:29

"Pourrais-tu... Non. Pourrions-nous échanger nos numéros s'il te plaît? J'aimerais rester en contact avec toi, même lorsque tu es loin de moi."

Je rêvais. C'est sûr. Certain. Profitons-en.

"On peut, moi aussi j'aimerais pouvoir garder contact avec toi."

Ma main était toujours dans la sienne. Encore un peu et je lui demandais pour la garder aussi. Mes yeux devaient être schotchés aux siens à présent. Tout me plaisait chez elle. Ses mimiques, son odeur, ses sourcils, son visage, sa silhouette, sa façon de se déplacer.... Si Miya, mon I.A. état là, elle dirait : "D'après ma base de données sur "Amour", vous devenez bête." Ce qui était vrai. L'ordinateur m'aura apprit beaucoup de choses... Je sortai mon téléphone avec mon autre main.

"Et hop là, je vais noter le tien et t'envoyer un message." répliquais-je.

Je me sentais bien. Véritablement. J'allais devenir proche d'elle, et je pourrais peut-être même sortir en ville avec elle. Tout pouvait être réalisable ! On était... Amis. Je crois.

Non, je ne crois pas.


Dernière édition par Narudgi le 11/4/2015, 19:32, édité 1 fois (Raison : Répétitions)

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: Guérisseuse improviste [Fin]

Message par Yumiko le 11/4/2015, 19:57

Narudgi-kun me répondit presque du tac au tac :

"On peut, moi aussi j'aimerais pouvoir garder contact avec toi."

Alors, il prit son téléphone avec sa main libre avant d'annoncer :

"Et hop là, je vais noter le tien et t'envoyer un message."

Je sortis donc aussi mon tout nouveau téléphone d'une de mes poches. C'était un de ces modèles à clapet de couleur grise. Son apparence me plaisait beaucoup, mais j'avais un mal fou à comprendre comment il fonctionnait. Heureusement que j'avais de la mémoire, car elle me permit de me rappeler de mon numéro et de le donner à mon ami :

- Alors, de mémoire, mon numéro est le 06-XX-XX-XX-XX.

En entendant un gémissement dans notre dos, je me souvins de la présence de l'élève que j'avais soigné. Zut, je ne voulais pas qu'il me voit, et encore moins qu'il pose des questions sur son rétablissement! Alors, je me levais en tenant encore la main de Narudgi-kun et lui dit en tirant doucement vers la sortie et en le regardant, souriant d'un air gênée :

- Euh... Narudgi-kun. Que dirais-tu de finaliser nos échanges de numéros dehors?


Je parle en #00cccc
avatar
Yumiko

Fiche perso'
Infos:
Où me trouver:
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Guérisseuse improviste [Fin]

Message par Invité le 12/4/2015, 15:11

"Alors, de mémoire, mon numéro est le 06-XX-XX-XX-XX."

Je commençais à l'écrire quand elle enchaîna, en entendant l'élève de tout à l'heure gémir.

"Euh... Narudgi-kun. Que dirais-tu de finaliser nos échanges de numéros dehors ?" m'envoyait-elle en montrant un sourire gêné.

Je la suivais alors vers l'extérieur, mais la pièce avait créée une atmosphère que j'avais du mal à quitter d'un coup. Elle était passée devant moi, et je me mis à la détailler. Elle avait de beaux cheveux blond assez long et dégradés. Elle devait avoir plus d'un tête de moins que moi, et cela la rendait très mignonne, et toute fragile. On pouvait apercevoir la chaîne en or d'un collier que j'avais remarqué précédemment. Je me disais que je ne saurais jamais poser mes sentiments devant elle, et qu'il serait lâche de se servir de son numéro que j'allais acquérir. J'étais pris entre deux murs, et la seule issue possible était l'attente : l'espoir que ce soit elle qui le fasse à ma place. Je suis ridicule de penser comme cela, mais je suis incapable de voir autrement. En tout cas, je ne pourrais pas avant au moins quelques semaines. Enfin, je crois.

Puis on sortait de la pièce. À cet instant j'avais peur que mon pouvoir me fige et qu'elle s'en aille. C'était ma plus grande peur, malgré qu'elle soit totalement stupide.

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: Guérisseuse improviste [Fin]

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum