Une maison sans cage [Fini]

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Une maison sans cage [Fini]

Message par Invité le Lun 06 Avr 2015, 16:24

Après avoir été guidée par Narudgi, j'arrivais enfin dans mon nouveau lieu de résidence. La maison Saphir désignait le bleu, ma couleur préférée, et un caractère qui était semblable au mien.

Papiers en main, j'entrepris de chercher ma chambre : la 2F. Posant successivement mes yeux sur les feuilles et les lieux, je cherchait frénétiquement mon chemin. Comme il n'y avait personne, je débloquai mes jambes et entrepris de regarder les portes qui semblaient mener aux chambres. Puis, enfin, je trouvais ce que je cherchais.

Je suis entrée dans la pièce et trouvais un dortoir sympathique pouvant accueillir cinq personnes. Quatre espaces semblaient déjà occupés. Je me suis donc dirigée vers le dernier. Là, j'ai déballé mes affaires, rangé certaines d'entre elles (trousse de toilette, vêtements, livres) dans mon armoire et je fis mon lit. Lorsque j'eus terminé, je décidai d'enfiler mon uniforme scolaire. Si ce n'était plus l'heure d'aller en cours, je souhaitais tout de même visiter un peu les lieux. Cette idée me faisait un peu peur car je pouvais tomber sur des foules de personnes et/ou me perdre. Ma curiosité me perdrait un jour.

Je sortie de ma chambre habillée d'une jupe bleue m'arrivant aux genoux, une chemise blanche que j'avais soigneusement enfilée dans ma jupe, un gilet en laine beige et un flot de la même couleur que ma jupe. A mes pieds, je portais une paire de chaussettes blanches et des chaussures à talons de cinq centimètres, noires. Sur mon gilet avait été cousu l'emblème de l'école, de couleur bleue. Enfin, j'avais laissé mes cheveux comme à mon arrivé : deux mèches sur le côté de ma tête étaient tressées et attachées en arrière. Le reste était libre de voler au vent. Lorsque je levai les yeux, je vis que la maison n'était plus vide. Que faire?


Dernière édition par Yumiko le Dim 12 Avr 2015, 18:11, édité 1 fois (Raison : Modification du titre)

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une maison sans cage [Fini]

Message par Invité le Sam 11 Avr 2015, 12:22


C'était la deuxième fois que je venais dans ce dortoir depuis mon arrivée. La première fois je n'avais pas eut le loisir de le regarder attentivement. Le symbole bleu de notre maison et une grande bâtisse. J'avais l'impression que tout ici était taillé pour être... grand. Passons. Je rangeais le plan de l'académie, avoir fait un aller-retour de la porte du dortoir à ma chambre était amplement suffisant. Non pas que j'avais un sens de l'orientation extraordinairement développé mais je crois être suffisamment attentive pour reconnaître mon chemin.

D'après ce que j'avais compris, il fallait mettre un uniforme. Je soupirais. Cela m'agaçait déjà. Bref, je retrouvais ma chambre, la 4F, comme prédit plus haut et vis, qu'une fois de plus, mes colocataires n'étaient pas là. Apparemment, ce ne serait pas aujourd'hui que je ferais leur connaissance. Je me changeais rapidement ; jupe, chemise et cardigan déboutonné ainsi que des sandales et le nécessaire pour travailler/dessiner dans un sac en bandoulière, puis je sortis de ma chambre.

Je marchais alors vers la sortie quand une jeune fille sortie elle aussi d'une chambre. 2F, à ce qui était écris sur la porte. Lorsqu'elle m'aperçut, elle se figea, tout comme moi. Sauf que elle ne disparut pas environ deux secondes avant de réapparaître comme si de rien n'était.

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une maison sans cage [Fini]

Message par Invité le Sam 11 Avr 2015, 12:39

La jeune fille qui se trouvait dans la même pièce que moi avait les cheveux noirs qui lui descendaient jusqu'aux reins. Ses yeux magentas étaient magnifiques et me regardaient avec une expression que je ne sus déterminer. Tout comme moi, et certainement tous les élèves de l'académie, elle avait revêtu l'uniforme. Ce dernier lui allait à merveille.

Je n'osais pas prendre la parole. Elle semblait gentille, mais je ne m'était pas encore remise de la règle principale que je dû suivre durant ma vie entière : n'adresser la parole à personne. Je la regardais donc en détail, sans bouger.

Ce ne fut qu'au bout d'un moment de silence que je décidais de parler, malgré ma peur :

- B-Bonjour... J-je suis Yumiko...

Je rougis, portai ma main droite sur mon cœur et ne bougeai plus. Mes jambes refusaient de le faire. Comment Narudgi-kun avait-il réussit à m'approcher, alors que c'était si dur?

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une maison sans cage [Fini]

Message par Invité le Sam 11 Avr 2015, 15:10


Une fois remise de mon angoisse, j'observais la jeune fille devant moi. Elle était magnifique avec ses cheveux brillants comme le soleil et ses yeux aussi lumineux qu'un ciel sans nuage. A mon instar, elle s'était vêtue de l'uniforme et ce bleu lui allait parfaitement. Apparemment, elle n'avait pas remarquer mes deux secondes "caméléon" puisqu'elle me dit après un petit silence :

- B-Bonjour... J-je suis Yumiko...

Elle semblait trois fois, ou même quatre, plus timide que moi, rien qu'à la façon dont elle bégayait ses premiers mots. Elle rougit tout en portant la main à sa poitrine puis ne bougea plus. Est-ce que je lui faisait peur ? C'est vrai que mes yeux étaient vraiment étranges. Magentas. Où est-ce qu'on pouvait voir cette couleur ailleurs que dans un tube de peinture, sérieusement ?

- Enchantée, je suis Riley Vaneth.

N'est-ce pas un peu trop brusque ? A part avec Unacoli, je ne m'étais encore pas présentée. Est-ce que je le faisais dans les règles ? Est-ce qu'il y avait des règles pour se présenter ? Je me souviens que dans certains mangas que j'ai lu, pour sceller une rencontre, les personnages se serraient les mains. Indécise, je m'approchais d'elle et lui tendis la main, hésitante sur la démarche à suivre.

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une maison sans cage [Fini]

Message par Invité le Sam 11 Avr 2015, 15:27

Quel soulagement qu'elle ne m'ait pas disputée! Mais était-ce une invitation pour discuter? Supposant que oui, je me détendis légèrement en soupirant discrètement en fermant les yeux. Je ne changeai toutefois pas de position avant de remarquer sa main tendue. Ne voulant pas qu'un silence s'installe, je lui répondis en lui prenant doucement, et de façon très hésitante, sa main tendue :

- En-enchantée Riley-chan...

J'avais les joues en feu. Et je me demandais si elle pouvait, elle aussi devenir mon amie, comme Narudgi-kun l'était devenu peu de temps avant ça. Pour lui montrer que je commençais à l'apprécier, je lui fis un compliment :

- T-tu es très jolie, tu sais? J'-aime particulièrement tes yeux. Leur couleur me rappelle... les fleurs qui poussaient à ma... fenêtre.

Si j'avais buté sur le dernier mot c'est simplement que j'avais hésité de dire "à la lucarne de ma prison". Je ne voulais pas dévoiler mon passé? Je ne voulais pas raconter mon passé. Mais cela ne m'empêcha pas de lui sourire gentiment et sincèrement. Je lui avais dit la vérité : elle était magnifique.

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une maison sans cage [Fini]

Message par Invité le Sam 11 Avr 2015, 15:54


Yumiko me prit doucement la main, rougissant de plus belle. Elle me fit carrément un compliment, sur mes yeux plus particulièrement. Il n'y avait eut que deux personnes à faire ça... De plus, son sourire était éblouissant. Non, tout chez elle était éblouissant. Cependant, chaque être a son histoire et c'est pour cela que tout ce qui est éblouissant est ternis de gris. Essayant de lui retourner son sourire, je fis l'unique que je connaissais : mon faux petit sourire. J'espérais être convaincante, peu de gens se rendait compte que ce n'était pas un véritable sourire et la plupart de ceux qui le savait me traitait d'hypocrite.

- Merci, toi aussi, tu es magnifique. Puis, hésitante, je lui demandais : Euh... que signifie "-chan" ? Me rendant compte que je passais sûrement pour quelqu'un de peu cultivé je m'excusais : J... Désolée, je ne connais pas grand chose aux pays étrangers...

Il fallait vraiment que je reprenne confiance en moi. C'était vraiment frustrant d'angoisser pour tout et presque n'importe quoi. Ce devait être du à ce nouvel environnement, bien plus gigantesque que l'orphelinat et encore plus étrange que tous ce que je pouvais avoir vu de part le monde. D'ailleurs, je me demandais de quel pays elle venait. Contrairement à moi, elle le savait sûrement. Attendant sa réponse, je lâchais sa main. Apparemment, cela se faisait, de serrer la main des autres pendant les présentations. Y avait-il une bibliothèque ici ? Si oui, il y aurait peut-être des ouvrages traitants des salutations.

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une maison sans cage [Fini]

Message par Invité le Sam 11 Avr 2015, 16:15

Alors qu'elle essaya de me sourire, elle me répondit :

- Merci, toi aussi, tu es magnifique.

J'étais... magnifique? Je ne m'étais jamais regardée dans une glace. Ou jamais plus de trois secondes, puisqu'on m'en empêchait chez moi. Je ne sus donc pas comment réagir. Heureusement, je n'eus pas à le faire puisqu'elle me demanda d'une voix hésitante après m'avoir lâché la main :

Euh... que signifie "-chan" ? J... Désolée, je ne connais pas grand chose aux pays étrangers...

Surprise, j'ouvris des yeux ronds. Je n'avais pas réalisé qu'elle venait d'ailleurs. Honteuse, je passai nerveusement ma main droite dans mes cheveux blonds en lui répondant, les yeux baissés :

- D-désolée... je... je n'avais pas réalisée que t-tu pouvais ne pas le savoir... Au Japon, "chan" est un s-suffixe honorifique... ç-ça veut dire que... que je t'apprécie.

Pourquoi est-ce que je me sentais aussi anxieuse? J'avais peur, c'était un fait. Pourtant, elle ne me voulait aucun mal... Je commençai à paniquer. Alors, je m'assis sur les marches des escaliers, avec des difficultés à respirer. Puis, les larmes se mirent à couler. Avec difficulté, je me mis à m'excuser avec une voix étouffée :

- Pardon... j-je suis désolée...

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une maison sans cage [Fini]

Message par Invité le Sam 11 Avr 2015, 16:55


Suite à ma question, elle ouvrit grand les yeux et passa l'une de ses mains dans ses longs cheveux. Je l'avais gênée ? Oh non, ce n'est pas ce que je voulais ! Elle me répondit sans me regarder dans les yeux :

- D-désolée... je... je n'avais pas réalisée que t-tu pouvais ne pas le savoir... Au Japon, "chan" est un s-suffixe honorifique... ç-ça veut dire que... que je t'apprécie.

Je ne réagis pas. Comment devrais-je réagir, hein ? J'apprenais qu'elle étais Japonaise et que- Elle... elle pleurait ? Après s'être assise sur les escaliers, elle s'était mise à pleurer. Comme ça. Dire que je ne voulais pas d'ennuis et que c'était peut-être ma faute. Non, non, ne pas angoisser, OK ? C'est mauvais, je ne pouvais pas me fondre dans le décor dès la première difficulté ! Me mettant à sa hauteur, je pus entendre ce qu'elle marmonnait entre ses larmes :

- Pardon... j-je suis désolée...

Pourquoi était-elle désolée ? C'est moi qui n'y connaissait rien. De plus, elle m'apprenait quelque chose d'intéressant. C'est là que ses paroles percutèrent dans mon esprit. "ç-ça veut dire que... que je t'apprécie". Je sortis un morceau de tissus que Lewis, directeur de l'orphelinat, appelait "mouchoir". Il était encore immaculé, mes deux prénoms l'ornant dans l'un de ses angles. Je l'appliquais sur les joues de Yumiko, de sorte à ce qu'il éponge ses larmes. Depuis quand n'avais-je plus pleuré ? Sûrement depuis l'hôpital.

C'est alors que je me rendis compte de ce que j'étais en train de faire. Cela me figea. J'étais tellement angoissée que je me fondis dans le décor. Devant Yumiko.

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une maison sans cage [Fini]

Message par Invité le Sam 11 Avr 2015, 17:14

Alors que mes larmes coulaient de mes yeux fermés, je sentis un tissu doux sur mes joues. Surprise, j'en oubliais mon angoisse et ouvris les yeux. Puis, en regardant Riley, je découvrit qu'elle tentait de ressuyer mes joues mouillée. Ce geste, l'un des plus doux que je reçu de ma vie entière, me fit plaisir. J'étais rassurée. Elle ne m'en voulait pas. Elle m'aimait bien, certainement. Alors, je repris la maîtrise de moi-même et lui adressai un sourire de reconnaissance.

Puis, pour une raison que j'ignorais, elle disparut. Sur mon visage se peint une surprise totalement dévoilée. Mais, je me repris très rapidement en remarquant que le mouchoir était encore sur ma joue. Légèrement tremblante, je tendis ma main droite vers le mouchoir et trouvai sa main. Elle était douce... La prenant dans les miennes, je fermai les yeux en souriant et lui dis :

- Ah... tu es encore là. J'ai eu peur que tu sois partie... Merci. Merci Riley. Ton geste m'a fait très plaisir et, surtout... a réussi à m'apaiser.

Puis, j'ouvris les yeux, en attendant qu'elle réapparaisse, le sourire toujours aux lèvres.

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une maison sans cage [Fini]

Message par Invité le Sam 11 Avr 2015, 18:22


J'avais disparu de sa vue et elle trouvait le moyen de ne pas paniquer ? Je sentis ses main sur la mienne. Elles étaient chaudes. Yumiko me dit alors :

- Ah... tu es encore là. J'ai eu peur que tu sois partie... Merci. Merci Riley. Ton geste m'a fait très plaisir et, surtout... a réussi à m'apaiser.

Doucement, ma tension baissa et je réapparus soudainement. Cette fille... Elle disait des choses vraiment trop touchantes. Dire des choses comme ça, soit on était sacrément doué pour mener les autres en bateau soit... c'était la vérité. Et Yumiko ne semblait pas le genre de fille à mentir. Que devais-je faire, dire, penser après ça ? Yumiko était éblouissante, tant dans son physique que dans sa manière d'être. Encore une fois ce sourire. Bon, tout cela n'étant que le résultat de mon ignorance, en vérité, ce serait plutôt à moi de m'excuser.

- C'est de ma faute, il me semble. Je devrais... j'ai beaucoup voyagé mais jamais au Japon. Je suis désolée, Yumiko-chan ?

Je voulais parler d'autre chose, qu'elle ne soit plus gênée. Si elle était dans la maison Saphir, peut-être avait-elle une passion artistique ? Cette pensée me remonta un peu le moral. Même si je sais que le monde est triste, je déteste voir les gens pleurer. Continuant dans ma lancée, je lui demandais :

- Dis-moi, tu as une passion ? Artistique ou autre ?

Si un jour, à l'orphelinat, on m'avait dis que je réconforterais quelqu'un, je l'aurais ignoré et passé mon chemin. Toujours accroupie devant Yumiko, j'attendais sa réponse.

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une maison sans cage [Fini]

Message par Invité le Sam 11 Avr 2015, 18:34

Je fus heureuse de la voir réapparaître. Cela signifiait que j'avais réussis à l'apaiser (un exploit en soit !). Je fus cependant quelque peu déconcertée par ses excuses :

- C'est de ma faute, il me semble. Je devrais... j'ai beaucoup voyagé mais jamais au Japon. Je suis désolée, Yumiko-chan ?

Je fus contente d'entendre le "chan" derrière mon prénom. Si contente que j'en oubliais presque de répondre. Heureusement, elle enchaîna :

- Dis-moi, tu as une passion ? Artistique ou autre ?

La lueur d'espoir que je perçu dans ses yeux me fit l'effet d'un électrochoc. Qu'est-ce que c'était réellement une passion? Puis, je me souvins vaguement d'une définition que j'avais lu dans le dictionnaire. Alors, je lui répondis en souriant :

- Je n'ai... je ne pense pas... avoir de réelle passion.

Après avoir pris une grande inspiration, je m'expliquais en souriant :

Désolée Riley, mais j'ai eu un passé qui m'a ôté tout droit d'avoir quoi que ce soit. Ainsi, tout ce que j'aime dans la vie, c'est lire, un peu écrire... et, ce que je préfère, c'est écouter les oiseaux chanter. Et toi, dis-moi, tu en as une?

Avoir une passion... ça semblait être génial d'en posséder une.

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une maison sans cage [Fini]

Message par Invité le Sam 11 Avr 2015, 18:52


"je ne pense pas... avoir de réelle passion". Ses mots résonnaient en moi, sans que je ne comprenne réellement leur sens. J'essayais pourtant de les décoder, et pourtant, c'était comme si mon cerveau voulait me protéger contre quelque chose de tellement improbable que je n'y croirais pas. Yumiko continua après une courte pose pendant laquelle sa phrase tournait en boucle dans mon esprit :

- Désolée Riley, mais j'ai eu un passé qui m'a ôté tout droit d'avoir quoi que ce soit. Ainsi, tout ce que j'aime dans la vie, c'est lire, un peu écrire... et, ce que je préfère, c'est écouter les oiseaux chanter. Et toi, dis-moi, tu en as une ?

Lire, écrire et écouter les oiseaux. C'était mieux que rien, n'est-ce pas ? Et puis, que signifiait sa première phrase ? Son monde était-il si... triste ? Tout d'un coup, la lumière de Yumiko se ternie et un gris foncé la remplaça timidement. Cela me peina tellement que je faillis ne pas répondre. Pour qu'elle ne puisse pas deviner ma peine fugace, je m'assis à ses côtés toujours avec mon faux sourire et sortis mon carnet de dessin.

- Ma passion, c'est dessiner. Je dessine tout le temps, même lorsque je n'en ais pas le droit. En cours, sur mes feuilles et mes cahiers, au réfectoire sur un papier volant, dans ma chambre ou dans le jardin... Je repensais alors à ma rencontre avec Unacoli. Partout, n'importe quand, sur n'importe quoi.

J'hésitais à poursuivre. C'est elle qui m'avait demandé, mais, et si je l'ennuyais ? De plus, je ne les montrais pas à tout le monde. En fait, à personne. Comme dit le dicton, on a rien sans rien.

- Tu... tu veux les voir ?

Ça y est, je recommençais à angoisser.

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une maison sans cage [Fini]

Message par Invité le Sam 11 Avr 2015, 19:05

Ce fut très court, mais le visage de ma nouvelle amie s'était assombri. Je me demandais pourquoi...

- Ma passion, c'est dessiner. Je dessine tout le temps, même lorsque je n'en ais pas le droit. En cours, sur mes feuilles et mes cahiers, au réfectoire sur un papier volant, dans ma chambre ou dans le jardin... Partout, n'importe quand, sur n'importe quoi.

Alors, c'était donc ça une passion? Comme j'aurai aimé en avoir une... Peut-être devrais-je essayer de dessiner, non? Ma nouvelle amie hésita un instant avant de me demander :

- Tu... tu veux les voir ?

Pourquoi était-elle si tendue d'un seul coup? Avait-elle peur que je refuse. Si c'était le cas, elle n'avait pas à s'inquiéter : je souhaitais voir ses dessins, l'objet de sa passion. Je voulais comprendre ce qui l'animait, et, surtout, la comprendre elle. Alors, je lui répondis avec beaucoup d'enthousiasme, en lui posant ma main sur son bras et en la regardant :

- Oui. Oui, s'il te plaît. Montre-moi ta passion.

Peut-être que, comme ça, je pourrais montrer, sans parler, ce qui fut mon lieu de résidence.

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une maison sans cage [Fini]

Message par Invité le Sam 11 Avr 2015, 20:25


Elle posa une main sur mon bras, comme pour me rassurer. Ce qui fonctionna partiellement. Elle me répondit avec enthousiasme :

- Oui. Oui, s'il te plaît. Montre-moi ta passion.

Lui montrer ma passion, hein ? Chose assez facile en somme mais si elle voulait entrer dans mon monde, cela allait se compliquer un petit peu. Mon monde est ma bulle. Et ma bulle... et bien, c'est une autre facette de mon esprit, en quelque sorte. J'ouvris donc mon carnet à la première page. Sur cette dernière, mes premiers personnages, tous dans leur pire situation. L'une, seule, dans un noir que j'appelle "vide". Un autre, un enfant, devant le corps d'une femme ensanglantée, celle que je nomme sa mère. Et ainsi de suite. Je tournais les pages, lui expliquant chaque dessins.

- Eux, ils sont frères et sœurs. Jumeaux en fait. Ils viennent d'un archipel que j'ai nommé "Stella" et c'est pour ça qu'ils ont des oreilles et une queue d'animal. Lui, il est mentalement instable, trop de violence et il entre dans la danse. Elle, c'est la seule qui puisse le calmer.

Cela pris du temps. J'avais même fait une carte de mon monde intérieur, enfin, de ce qu'avait bien put me dire mes personnages. Pour l'instant, je n'en connaissais qu'une partie et j'espérais, un jour, connaître l'autre facette de la planète que j'avais créé. Je tournais la page et je reconnu ce dessin. C'était mon dernier en date. Sûrement l'un des plus gris que j'eus dessiné.

- C'est le dernier que j'ai fait et le premier que j'ai réalisé ici. Ce que tu vois, en arrière-plan, c'est le jardin de l'académie. Là, c'est une fête où ils oublient tous momentanément leurs problèmes, leurs souvenirs, leur identité.

Je me tus. J'espérais que je n'avais pas trop monopolisé la parole, moi qui aimais le silence. Et puis, avais-je été trop vite ? Comprendre mon monde c'est... ça prend du temps et ceux qui ont essayé n'ont pas voulu aller jusqu'au bout. Je jetais des regards à... mon amie ? Il faudra le confirmer, cela faisait longtemps. Allait-elle me trouver un peu folle ? Ce n'est pas tous les jours que quelqu'un se crée un monde à part entière.

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une maison sans cage [Fini]

Message par Invité le Sam 11 Avr 2015, 22:01

Lorsqu'elle me montra ses dessins inscrits sur le papier de son carnet, elle prit le temps de me les décrire :

- Eux, ils sont frères et sœurs. Jumeaux en fait. Ils viennent d'un archipel que j'ai nommé "Stella" et c'est pour ça qu'ils ont des oreilles et une queue d'animal. Lui, il est mentalement instable, trop de violence et il entre dans la danse. Elle, c'est la seule qui puisse le calmer.

Ces dessins étaient noirs. Ils m'évoquaient tristesse, peur et violence. Il me donna plus envie encore de mettre sur papier mon passé. Puis, le dernier me parut tout à fait différent. Elle me l'expliqua :

- C'est le dernier que j'ai fait et le premier que j'ai réalisé ici. Ce que tu vois, en arrière-plan, c'est le jardin de l'académie. Là, c'est une fête où ils oublient tous momentanément leurs problèmes, leurs souvenirs, leur identité.

La joie. Il y avait une rupture entre les dessins fait ailleurs et le dessin fait ici. Avec un sourire nostalgique, je regardais encore le dessin en disant :

- Riley... tu m'as donné envie de dessiner. Tu m'as donné envie de montrer la rupture entre mon passé et aujourd'hui. Dis, aurais-tu du papier et un crayon s'il te plait?

J'avais posé ma question en la regardant. J'en avais une telle envie qu'elle en devenait incontrôlable. Et comme je n'avais plus de barrière pour en profiter, je comptais bien assouvir ce désir.

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une maison sans cage [Fini]

Message par Invité le Dim 12 Avr 2015, 10:23


Elle souriait encore. Cela ne l'avait donc pas ennuyé. Je dirais même qu'elle était intéressée. Ce qu'elle me confirma pas la suite :

- Riley... tu m'as donné envie de dessiner. Tu m'as donné envie de montrer la rupture entre mon passé et aujourd'hui. Dis, aurais-tu du papier et un crayon s'il te plait ?

Son passé... Tout le monde ici avait-il un passé gris foncé ? Ma peine s'alourdit un peu plus sans que je ne le montre à Yumiko. J'avais tellement vu de tristesse, dans les autres, dans le monde, pourquoi n'en étais-je pas immunisée ? Elle m'avait regardé en posant sa question, j'appréciais. Grâce à cela, je voyais qu'elle le désirais plus que tout autre chose en ce moment.

- Oui, oui, bien sûr.

Je farfouillais dans mon sac et en ressortis une petite trousse ainsi qu'une pochette transparente. Je pris un crayon 2B et une feuille A4 blanche et les lui tendis en même temps que la pochette. Elle aurait besoin d'un support et elle n'avait pas l'air d'en avoir un là.

J'étais à l'affut, essayant de deviner ce qu'elle allait dessiner, son passé aussi, ce qu'elle pensait de cet endroit. Tout cela m'intriguais. Temps que cela m'intriguais et que je ne m'ennuyais pas, cela m'allait de parler avec elle. Et puis, maintenant, nous étions... amies, je crois.

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une maison sans cage [Fini]

Message par Invité le Dim 12 Avr 2015, 10:52

Je fus très heureuse qu'elle me répondit positivement :

- Oui, oui, bien sûr.

Elle chercha dans son sac de quoi satisfaire ma requête puis me tendit un crayon et une feuille de papier. Je lui souris, lui pris la main et l'emmenai vers une table. Comme elle devait certainement se demander ce que je faisais, je lui expliquais :

- Je pense qu'il me sera plus confortable de dessiner une table. Tu ne pense pas?

Bien qu'il aurait été bienvenu que je lui montre que je l'écoutais toujours, je me mis à dessiner. Tout d'abord, je séparais la feuille en deux parts égales par un trait épais mais pas appuyé. Puis je les nommais "Passé" à gauche, et "Aujourd'hui" pour le côté droit. Je commençais par le côté droit. Le plus simple émotionnellement parlant. Je tentai de représenter l'académie à mon arrivée. Je dessinais donc, avec des traits plus ou moins maladroits, le château, sa grille et sa grande porte. Je mis le plus de détails possibles. Mais comme je ne le connaissais pas encore très bien, je dû rester subjective.

Lorsque j'eus fini cette première étape, je le regardais en portant la feuille à bout de doigts. Satisfaite, je reposais la feuille avant d'inspirer profondément. Puis je commençais à dessiner mon "lieu de résidence". Je commençais par le fond : un mur sans aucune décoration avec, pour seule fenêtre, une lucarne par laquelle passaient quelques fleurs et sur laquelle avaient été posés des barreaux noirs. Contre les murs, à gauche, un lit simple en bois avec une pauvre couverture. A droite, une petite pièce avait été aménagée. Comme ceux qui regardez le dessins ne pouvaient deviner ce que c'était, j'écrivis, sur une petite pancarte qu'il n'y avait pas normalement, "salle de bain" dans ma langue natale. Et, au centre, je dessinai une petite table basse et ronde sur laquelle était posé un petit carnet.

Afin de terminer le tout, je fis un cadres noir autour de la partie droite et fis, à nouveau, des barreaux noirs. Et lorsque j'eus finis, je laissais quelques secondes le crayon en suspens avant de la poser. Je ne connaissais pas vraiment la qualité réelle de mon dessin. Mais je savais qu'on pouvait reconnaître, ne serait-ce qu'un peu, les lieux. Alors, je pris la feuille et la tendis à ma nouvelle amie.

- Regarde, Riley-chan. Qu'en penses-tu? lui demandais-je en souriant, légèrement tremblante.

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une maison sans cage [Fini]

Message par Invité le Dim 12 Avr 2015, 11:19


Refusant mon support, elle nous entraîna vers une table.

- Je pense qu'il me sera plus confortable de dessiner une table. Tu ne pense pas ?

Oh, ce n'était pas une mauvaise idée. Je n'avais même pas remarqué qu'il y avait une table. Trop concentrée sur mon monde et à essayer de comprendre le sien, sûrement. Toujours est-il que je ne répondis pas et que Yumiko n'avait pas l'air d'attendre une réponse. Sur la feuille, elle commença par tracer un trait, séparant la feuille en deux parties plus ou moins équivalentes. Elle commença par celle de droite où je pense qu'elle représentait la façade de l'académie par laquelle nous rentrions tous. Elle essaya de dessiner quelques détails mais, tout comme moi, je ne suis pas sûre qu'elle sache exactement comment était le bâtiment principal.

Elle leva sa feuille, la regardant d'un regard critique puis la reposa. J'en déduis qu'elle avait fini cette partie. Comme si elle lisait mes pensées, elle débuta un dessin sur le côté gauche.

Ne voulant découvrir son passé qu'à la fin, je permit à mon esprit de replonger de ce monde qui était mien à moitié. Ils m’accueillirent avec leur sourire, tous différents, la plupart avec un semblant de fausseté, comme le mien. Deux personnages filles s'approchèrent de moi, l'une totalement noires dans ses habits, ses cheveux et ses yeux et l'autre, légèrement différente, portant du vert qui se mariait très bien avec ses cheveux et ses yeux rouges. En quelques minutes, elles me firent découvrir leur partie d'un grand continent. Mes prochains portraits seraient d'elles, je le savais.

- Regarde, Riley-chan. Qu'en penses-tu ?

Je sursautais lorsque ma bulle éclata au son de la voix de Yumiko. Elle me tendais son dessin, un petit sourire tremblant sur son visage. Des barreaux, un lit à moitié mort, une petite fenêtre où je devinais les fleurs qu'elle m'avait décrites comme de la même couleur que mes yeux, encore des barreaux... Ce dessin était...

- Noir... Dis-je inconsciemment à voix haute. Le remarquant, je me repris, demandant quelque chose qui me trottait depuis un petit moment : Comment fais-tu pour sourire, Yumiko-chan ?

Je tournais le regard vers elle, mon faux sourire de retour sur mes lèvres, masquant ce que je ressentais réellement. Effectivement, après avoir été enfermé comme une criminelle, comment pouvait-elle encore sourire ?

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une maison sans cage [Fini]

Message par Invité le Dim 12 Avr 2015, 11:36

Tandis qu'elle examinait mon "oeuvre", elle le commenta tout comme je l'avais fait pour les siens :

- Noir...

Puis, elle me demanda avec un air à la fois interrogateur et triste dans ses yeux :

- Comment fais-tu pour sourire, Yumiko-chan ?

Je fus surprise par sa question. Je ne comprenais pas ce qu'elle voulait dire. Est-ce que j'aurais dû pleurer? Est-ce que mon sourire aurait dû mourir avec ma naissance, l'apparition de mon pouvoir et/ou le début de mon enfermement.

Toujours le sourire aux lèvre, timide, et les larmes aux yeux, je lui répondis :

- Tu sais, avant d'arriver ici, je ne souriais qu'en entendant le chant des oiseaux. Je n'ai rien connu d'autre que ma..."maison". Alors, quand je vois un lieu où je suis acceptée, une maison sans cage et des nouveautés qui ne demandent qu'à être découvertes, je ne peux m'en empêcher. Rien que ma rencontre avec toi est une bénédiction, Riley-chan.

Je lui fis un sourire d'ange, un de ceux que j'arrive à faire quand je suis heureuse, quand je suis bien. J'espérais qu'elle me comprenne.

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une maison sans cage [Fini]

Message par Invité le Dim 12 Avr 2015, 11:59


Allait-elle encore pleurer ? Si c'était effectivement le cas, ce n'est pas ce que je voulais, encore une fois. Je voulais juste comprendre comment elle faisait.

- Tu sais, avant d'arriver ici, je ne souriais qu'en entendant le chant des oiseaux. Je n'ai rien connu d'autre que ma..."maison". Alors, quand je vois un lieu où je suis acceptée, une maison sans cage et des nouveautés qui ne demandent qu'à être découvertes, je ne peux m'en empêcher. Rien que ma rencontre avec toi est une bénédiction, Riley-chan.

Une bénédiction ? Qu'avais-je fais de spécial pour qu'elle me voit comme une bénédiction ? Moi, qui ne savais plus sourire et qui lui montrais des dessins tellement gris foncés que certains en avaient peur. Je ne la regardais plus depuis un moment, je venais de m'en rendre compte. Alors je la regardai et vis encore une fois son sourire. Celui-là était légèrement différent. Elle était... heureuse ? Avec moi ?

Je tournais alors la tête, une main devant les yeux. Yumiko avait réussi à faire ce que tellement de tristesse n'avait pu. J'avais les larmes aux yeux et ça me faisait un drôle d'effet. En fait, non, pas depuis l'hôpital. Depuis beaucoup plus loin, depuis l'attaque. Je devais les retenir, j'avais promis de ne pas pleurer jusqu'à ce qu'on vienne me chercher, après tout.

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une maison sans cage [Fini]

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum